Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Enclavement montagnard et développement. Le cas de Jijel (Algérie)

Salah Abdelaziz

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie et Aménagement, sous la direction de Ali Bensaad, soutenue le 23 avril 2012 à l’Université d’Aix Marseille et à l’IREMAM (UMR 7310).

1L’enclavement d’un pays, d’une région, peut être le fait de facteurs différents, voire de la combinaison de plusieurs d’entre eux.

2Dans certains cas, l’enclavement est dû à des facteurs naturels, donc d’ordre physique, facilement perceptibles sur le terrain. D’autres cas d’isolement peuvent trouver leur origine dans des choix politiques, voire dans la combinaison de différents facteurs : physiques, économiques, politiques, etc. Dans ces cas-là, l’enclavement est moins évident à observer. Sa compréhension peut exiger l’analyse de processus parfois longs et complexes. La démarche historique apparaît alors indispensable pour pouvoir identifier ces processus et en comprendre l’enchaînement.

3Ce constat, nous l’avons établi en observant le territoire de Jijel dans ses frontières wilayales actuelles, auquel nous avons tenté d’appliquer le concept de l’enclavement. La contrainte de l’enclavement semble en effet s’y poser sérieusement et y est souvent avancée comme obstacle au développement. Par conséquent, notre travail de recherche s’inscrit dans le champ de la géographie du développement dans les pays du Sud, plus particulièrement en milieu rural.

4Le territoire de Jijel, après avoir longtemps joué un rôle de premier plan dans l’Algérie du Nord, se retrouve, à la suite de la conquête française et de l’instauration de la domination coloniale, dans une situation d’isolement et de déclin par rapport à son environnement relativement dynamique. Est-ce pour autant un espace périphérique ? Ce n’est pas le cas, et ce n’est sûrement pas sa situation qui est en cause puisque, d’une certaine manière, il fait partie du « centre » de l’Algérie d’aujourd’hui, lequel « centre », à l’échelle de l’Algérie, est constituée des régions littorales et des grandes villes qui s’y concentrent. C’est durant la période coloniale que le centre de gravité de l’Algérie a glissé vers les côtes. Auparavant, c’étaient les Hauts plateaux qui constituaient le « centre » du pays, grâce à leur situation de contact entre le Nord (le Tell) et le Sud (le Sahara). Toujours est-il qu’ici, l’opposition mer/montagne, qui confère une particularité à cette wilaya de Jijel, semble avoir donné l’avantage aux régions qui l’entourent, plus accessibles et propices qu’elle au développement des communications ainsi qu’à celui des échanges.

5En effet, le territoire de Jijel chevauche l’Atlas tellien qui, d’est en ouest, forme une barrière naturelle et se prolonge dans certains secteurs jusqu’au rivage. Il résulte de cette configuration du milieu physique une forte concentration des populations à l’endroit des plaines côtières, là où les conditions sont les plus favorables à l’implantation et à l’essor des différentes activités humaines : agriculture, commerce et industrie. Sur le reste de son territoire, montagneux pour 80 % de sa superficie, d’importantes contraintes s’opposent à l’établissement aisé des hommes et à celui des voies de communication. Dès lors, le désenclavement de l’espace montagnard constitue la clé de toute tentative de développement et d’aménagement du territoire jijilien. Pour étayer ce constat, nous avons privilégié trois axes de réflexion :

61. Comment a évolué l’organisation de l’espace à Jijel suite à cet isolement ?
2. Comment la population locale s’organise-t-elle pour faire face à l’isolement ? Avec quelles conséquences sur l’organisation de l’espace ?
3. Quelle a été la réponse des pouvoirs publics à cette situation ? Dans quelle mesure les actions engagées ont-elles apporté ou non des éléments de solution à cette situation ?

7Nos efforts ont tendu, tout au long de ce travail, à montrer et à expliquer les facteurs et les mécanismes d’évolution d’une région profondément rurale et dont l’enclavement est aujourd’hui un frein au développement. La spécificité de ce cas d’étude, nous la devons au contexte dans lequel est intervenu le Programme de développement économique à caractère industriel, dit « Programme de développement intégré », conçu pour la wilaya de Jijel en 1980, c’est-à-dire en pleine période d’économie planifiée, et dont la mise en œuvre s’est poursuivie dans le cadre de l’économie de marché. Il est intéressant de voir ici les incidences sur l’équation désenclavement-développement que peuvent provoquer des politiques économiques qui sont appliquées en ignorant les dynamiques locales de développement.

8Tout naturellement, la dimension historique s’est imposée à nous et a constitué le point de départ de ce travail. Dans un premier temps, des recherches bibliographiques et surtout des recoupements concernant les faits historiques relatifs à ce territoire ont été nécessaires, face à la rareté de la documentation en la matière. La seconde démarche a été de comprendre le fonctionnement de ce territoire à travers l’analyse des structures de l’organisation de son espace, des mobilités et des flux migratoires. Le recueil d’informations durant cette étape de la recherche s’est effectué principalement par la consultation de différents documents administratifs fournis par les directions locales, des monographies, ainsi que de nombreux entretiens réalisés auprès des agents administratifs, techniciens, responsables et acteurs locaux. Il nous a été plus facile, par la suite, de saisir les différentes possibilités et ouvertures qui s’offrent à la wilaya et d’appréhender le désenclavement et le développement de ce territoire.

9Ces différentes investigations nous ont conduit à une série de résultats et de conclusions dont nous présentons ici l’essentiel.

10La situation d’enclavement qui caractérise la wilaya de Jijel fait de ce territoire, aujourd’hui, une zone marginale au sein d’un littoral algérien plus attractif, notamment si on l’inscrit dans son environnement régional immédiat. Il se trouve qu’il est ceinturé, d’est en ouest en passant par le sud, par un ensemble de wilayas relativement dynamiques et qui comptent actuellement parmi les pôles de développement régionaux de l’Est algérien et du pays d’une manière générale.

11En plus des faiblesses qu’elle affiche à l’échelle régionale, la situation de la wilaya de Jijel n’est guère meilleure sur le plan interne. La concentration de l’habitat et des activités dans les plaines a fait des zones de montagne des espaces périphériques et sous-développés, subissant doublement l’effet de l’enclavement. Le contraste est ainsi manifeste entre, d’un côté, des plaines relativement bien desservies en moyens de transport et équipées, et, d’un autre côté, des espaces montagneux isolés et sous-équipés. Les plaines sont ainsi le réceptacle de flux importants de population en provenance de la montagne, constitués soit de migrations définitives, soit de déplacements saisonniers, soit encore de mouvement quotidiens (pendulaires).

12Si l’utilisation de différents indicateurs confirme l’hypothèse que nous avons posée au départ de ce travail, l’analyse fine de l’enclavement physique et du déséquilibre spatial qui en résulte, puis celle du processus de développement de ce territoire, nous ont permis d’approfondir la connaissance de ses particularités ainsi que la compréhension des effets qu’une situation d’isolement peut avoir sur la vie économique et la vie sociale. Dès lors, il nous a été plus facile de situer les différents projets et actions entrepris par les pouvoirs publics dans le contexte général, et ainsi de pouvoir mieux en apprécier les conséquences.

13Les interventions de l’État, inscrites d’abord dans un contexte d’économie planifiée et privilégiant les approches sectorielles, n’ont pas pris en compte toutes les composantes spatiales de la wilaya car elles se sont concentrées sur les plaines côtières, ce qui a contribué, d’une certaine manière, à renforcer l’isolement des zones montagneuses, déjà lésées, et qui, de ce fait, continuent aujourd’hui à former une barrière qui ferme le territoire de la wilaya au sud.

14De leur côté, les dynamiques animées par les acteurs locaux à travers les échanges qu’entretient la région de Jijel avec ses voisines, nous montrent quelles sont ses ressources et les formes dominantes de leur mise en valeur. L’activité agricole illustre bien le rôle que pourrait jouer Jijel dans l’économie régionale en tant que grenier de la région orientale de l’Algérie. De même, les potentialités de développement touristique sont réelles, même si ce secteur d’activités demeure aujourd’hui embryonnaire.

15D’autres échanges témoignent, quant à eux, d’une renaissance de ce qui fut un élément de la fortune passée de Jijel, laquelle était liée à sa situation littorale et au rôle de transit que son port jouait entre les pays riverains de la Méditerranée et l’intérieur de l’Algérie, principalement ses régions orientales et méridionales : Constantinois, Hautes plaines orientales, ville-oasis de Biskra, Souf (oasis d’El Oued et de ses environs). La wilaya dispose surtout, depuis 1993, d’un nouveau port commercial, situé à 10 km à l’est de son chef-lieu et baptisé Djen-Djen du fait de sa proximité de l’embouchure de l’oued du même nom. Cette infrastructure et ses équipements ont été substitués à l’ancien port, qui se trouvait au centre de la ville de Jijel, et qui est devenu aujourd’hui un port militaire. La réalisation du nouveau port s’est inscrite dans le cadre du « programme de développement intégré » dont a bénéficié la wilaya et qui en justifiait la réalisation par la construction d’une usine sidérurgique. Dans ce programme, le port de Djen-Djen figurait comme « infrastructure d’accompagnement » : sa capacité était formatée pour un trafic de 4 millions de tonnes/an, dont l’essentiel (2,5 millions de tonnes) devait être constituée par l’importation du minerai de fer nécessaire au fonctionnement de l’unité sidérurgique. L’intérêt de ce port résidait aussi en ce qu’il permettait de désengorger les autres ports algériens, littéralement asphyxiés par l’importation massive de biens d’équipement et de consommation corrélative à l’exécution des plans de développement et, plus encore, à l’explosion de la demande émanant de la population. Mais la crise financière qui a secoué l’Algérie au début des années 1990 a provoqué l’arrêt du projet sidérurgique de Jijel, ce qui a abouti à une sous-utilisation d’un port dont l’achèvement venait d’avoir lieu.

16L’activité du port de Djen-Djen est encore précaire aujourd’hui, même si, avec la libéralisation du commerce extérieur, on peut penser que ses équipements modernes peuvent l’imposer progressivement comme une porte susceptible d’ouvrir un peu mieux les régions sahariennes en direction du nord et de la Méditerranée. L’atout de Jijel réside ainsi dans la modernité des équipements portuaires et dans son (actuellement) faible encombrement.

17Mais quelles qu’elles soient, ces différentes initiatives voient toujours leurs effets limités par l’isolement de la wilaya de Jijel et leur diffusion bloquée par son enclavement. Le développement régional ne se fera pas sans une ouverture systématique du territoire wilayal sur le reste du pays. Son ouverture vers le sud est à même d’intensifier ses échanges avec la Méditerranée, et de le réconcilier avec une mer et un horizon auxquels il a longtemps tourné le dos, faisant en sorte de retrouver son rôle d’antan, celui d’une « zone de transit » entre le nord et le sud de la Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salah Abdelaziz, « Enclavement montagnard et développement. Le cas de Jijel (Algérie) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/1001 ; DOI : 10.4000/emam.1001

Haut de page

Auteur

Salah Abdelaziz

Géographe, Assistant à l'ENS d'Alger, Algérie

sa_abdelaziz@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page