Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Les défis de la durabilité urbaine en Méditerranée
de Jean Lagane (dir.)

Madani Safar Zitoun
Référence(s) :

2013, Presses universitaires d’Aix Marseille, coll. « Espace et développement durable », 248 pages

Texte intégral

1Les ouvrages sur la thématique du développement urbain durable se suivent et se succèdent à un rythme rapide depuis quelques années, mais ne se ressemblent heureusement pas. Au niveau de son titre déjà, Les défis de la durabilité urbaine en Méditerranée, ce sixième opus de la collection « Espace et Développement durable » dirigée par Y. Lazzeri, entérine et consacre un choix conceptuel fort de l’initiateur de cet ouvrage collectif, J. Lagane : donner une plus grande légitimité scientifique aux questions environnementales, lesquelles, selon lui, ont « longtemps [été] considérées comme “marginales” ou à “faible légitimité” au sein des sciences sociales » [Lagane, 18]. La problématique du développement urbain durable, que l’on traitait avec beaucoup de précautions oratoires et de style dans la plupart des travaux antérieurs envisageant le thème, notamment dans l’ouvrage dirigé par L. Zaki et P.-A. Barthel, Expérimenter la « ville durable » au sud de la Méditerranée. Chercheurs et professionnels en dialogue, probablement du fait de la forte charge idéologique et normative des discours vertueux sur la question véhiculés par les politiques, semble trouver dans cette série de contributions les conditions d’une meilleure prise en charge conceptuelle et méthodologique de la durabilité urbaine.

2Selon le responsable de l’ouvrage, on se situerait ainsi désormais, en termes de processus d’accumulation des connaissances, dans une phase d’émergence d’une masse critique d’études, d’évaluations, de recherches qui permettraient d’aller au-delà des tâtonnements conceptuels et opérationnels des années glorieuses d’enchantement écologique, où tout projet de développement urbain se colorait d’un affichage « durabiliste » sans grande conséquence du point de vue de sa durabilité réelle. Le directeur de cet ouvrage donne à penser, à partir de l’observation des dynamiques complexes qui accompagnent la mise en œuvre d’un certain nombre de projets urbains locaux, au nord comme au sud de la Méditerranée [Lagane, 18], que prendrait naissance à ces occasions une forme d’intelligence collective. Il suggère en effet, en filigrane, l’émergence d’une nouvelle épistémè des sciences de l’environnement. Comme cela s’est produit dans le passé dans le domaine des « études urbaines » qui se sont progressivement débarrassées de leurs enfermements disciplinaires, on assisterait en quelque sorte à la constitution « d’un milieu de recherche pluridisciplinaire qui s’est constitué au fil du temps à travers programmes de recherches, colloques, publications » [Lagane, 19].

3Les choses ne sont certes pas au même niveau de maturation de la réflexion, qu’il s’agisse d’un côté de celle des chercheurs et, d’un autre côté, des retours d’expérience des acteurs institutionnels et des opérateurs. Ce dernier aspect constitue d’ailleurs une des lignes de clivage entre les contributions émanant des chercheurs des pays de la rive nord par rapport à ceux du Maghreb. La prise en charge tardive de la problématique de la durabilité dans ces pays n’offre en effet pas les mêmes opportunités de retour d’expérience de cas concrets finement évalués et documentés que celles qui sont documentées dans l’ouvrage pour les pays du nord. Mais même ces avancées inégales, ces décalages dans les temporalités de prise en charge s’avèrent utiles du point de vue de l’analyse de ce que l’auteur appelle le « palimpseste urbain ».

4L’« agrégat de regards » [Lagane, 20] que nous propose ce livre, qui rassemble treize contributions écrites par des auteurs du nord et du sud de la Méditerranée, réalise la gageure d’être parvenu à les faire converger, par-delà l’apparente dispersion des sujets, vers un point focal intéressant : celui consistant à prendre les villes et cas étudiés comme des « laboratoires d’analyse du développement urbain durable à échelle réelle », ce qui a conduit, en quelque sorte, à entreprendre l’évaluation critique de leur réussite telle qu’ont pu la faire les différents acteurs embarqués dans des projets locaux affichant nettement et déployant explicitement l’ambition du durable dans leur conception et leur mise en œuvre : habitants des quartiers, institutionnels, opérateurs, etc.

5L’ouvrage se structure en trois parties de quatre chapitres chacune selon une progression logique allant du général au particulier, c’est-à-dire de questions transversales à des recherches de terrain ponctuelles. La première partie, précédée d’une mise au point introductive du coordinateur J. Lagane, porte sur « La ville méditerranéenne à l’épreuve de la durabilité… ». Elle déroule une série de contributions mettant en exergue « les paradoxes entre discours vertueux et réalités urbaines méditerranéennes ». La deuxième partie propose un travail de « dénonciation des obstacles à la durabilité des espaces urbains », tandis que la troisième regroupe une série de cas permettant de comprendre la manière dont s’est réalisée « l’appropriation du développement durable par les acteurs locaux ». À cet égard, les expériences documentées et évaluées dans les villes du Nord, comme le projet CATMED (projet européen de quartiers durables sur onze villes méditerranéennes) dans lesquels il a fallu « renouveler l’ingénierie territoriale » [Bellante, Chiappero et Lazzeri, 45], et dans certaines villes du sud comme Sfax, où l’on est passé « de pratiques d’aménagement volontariste à la durabilité » [A. Bennasr, 79], apportent des éclairages sur la manière dont s’est réalisé le basculement du regard des professionnels et des acteurs institutionnels sur les objets mêmes de leur intervention et sur leurs manières de le traiter. D’autres contributions montrent cependant, a contrario, combien c’est le regard aiguisé du chercheur qui souvent débusque, identifie et désigne du doigt les zones d’ombre de la planification et de l’intervention en milieu métropolitain [H. Dlala, « Émergence métropolitaine et enjeux d’un aménagement urbain durable du Grand Tunis », 27-44]. Ces routines méthodologiques qui gangrènent si fréquemment la planification urbaine conduisent inévitablement à un « oubli » de la dimension environnementale mais permettent aussi, en contrepartie, l’émergence, dans la foulée d’un mouvement de revendication politique citoyen, d’une conscience durabiliste « par le bas », comme cela est le cas chez les citoyens ordinaires de la ville de Tizi Ouzou dont nous parle N. Amrouche [« Le déchet comme frontière : décharges sauvages et poubelles comme marqueurs sociaux dans la capitale kabyle », 150-162].

6La richesse des cas analysés, qui se situent à plusieurs échelles spatiales (de la ville au quartier), le parti pris de nombre d’auteurs n’hésitant pas à donner sens à ce qui peut apparaître comme des détails, permettent de saisir le grand basculement de paradigmes qui est en train de s’opérer sur les deux rives de la Méditerranée. Cela se passe tant au niveau de la description et de l’analyse des procédures de concertation et de participation dans le cas des expériences d’éco-quartiers, qu’à celui de la transcription des représentations des habitants, comme l’indiquent les nombreux matériaux empiriques fournis.

7Il nous a semblé que cet ouvrage restituait avec fidélité – en tout cas sans manifester un optimisme excessif, ce dont il faut lui savoir gré –, même si sans doute imparfaitement, la manière dont est en train de s’inscrire dans les esprits, les méthodes et procédures d’intervention, le paradigme du développement durable. Certes, ce processus se réalise dans la douleur, parfois dans la précipitation, le bricolage et la naïveté, mais c’est un processus qui semble résolument engagé. Les divers acteurs de la gestion et de la fabrication urbaine (décideurs politiques, opérateurs, habitants, etc.) semblent en effet s’être emparés du paradigme durabiliste, mais sans qu’il y ait pour le moment un consensus sur le point qui, selon nous, constitue le nœud principal : comment arriver à travailler ensemble, sans trop de « déchets » dans les démarches de projet, en l’absence chaque fois signalée d’un véritable chef d’orchestre : la puissance publique ?

8L’intérêt de l’ouvrage dirigé par J. Lagane se situe en définitive, mises à part les avancées en termes de connaissances de l’état actuel de prise en charge de la problématique du développement urbain durable en Méditerranée, dans le constat que cette même mer Méditerranée est restée, par-delà les soubresauts que vivent les pays de sa rive sud, un lieu d’échange d’expériences et de partage de savoirs critiques.
Alger, le 9 février 2014

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madani Safar Zitoun, « Les défis de la durabilité urbaine en Méditerranée
de Jean Lagane (dir.)
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://emam.revues.org/1003

Haut de page

Auteur

Madani Safar Zitoun

Sociologue, Professeur à l'Université d'Alger 2 & Directeur de recherches associé au CREAD (Centre de recherches en économie appliquée pour le développement), Alger, Algérie

safarmad@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page