Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Femmes, associations et politique à Casablanca
de Yasmine Berriane

Mohamed Tamim
Référence(s) :

2013, Centre Jacques-Berque, Rabat, 590 pages [ce livre est une version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à l’IEP de Paris en février 2011]

Texte intégral

1. L’objet du livre

1L’objet du livre porte sur l’étude des carrières de femmes dirigeantes d’associations « de quartier » à Casablanca. Il utilise ces cursus comme un angle d’observation de l’accès des femmes à la sphère publique et comme témoins de l’un des aspects des changements sociaux à l’œuvre aujourd’hui au Maroc. Ce livre met notamment en exergue les modalités de négociation/reconfiguration de la place des femmes enquêtées dans des rapports de pouvoir à différentes échelles, celles de la famille, de l’environnement spatial immédiat (voisinage, quartier), de l’association qu’elles dirigent, et de la sphère politique locale (rapports aux autres acteurs associatifs, élus, autorités locales…).

2. La démarche méthodologique

2Du point de vue méthodologique, l’auteure mobilise un référentiel théorique large avec, notamment, le recours aux données de la sociologie de l’action collective et de l’approche genre. Les matériaux de base sont constitués de données de type biographique (récits de vie des dirigeantes enquêtées comportant une partie relative à l’histoire et aux caractéristiques de la famille et une autre relative à l’expérience associative des enquêtées), qui seront soumises à une fine analyse lexicale et d’où seront extraits les séquences et thèmes majeurs propres aux enquêtées. L’auteure procède aussi à des observations en situation, de type ethnographique (dans des associations, maisons de jeunes, en marge de réunions et assemblées, etc.) ; elle mobilise des données quantitatives se rapportant au phénomène associatif dans la zone étudiée (questionnaire adressé au Réseau des associations de quartier du Grand Casablanca ; dépouillement de 1890 dossiers d’associations répertoriées dans la préfecture de Aïn Sbaa-Hay Mhammadi-Roches Noires…) ainsi que des références documentaires provenant de sources variées et en plusieurs langues (français, anglais, allemand) se rapportant à d’autres pays du monde arabe, notamment en guise de comparaison ou de référence. Les personnes observées sont des dirigeantes d’associations de quartier qui ont réussi à s’imposer comme leaders dans un milieu associatif jusque-là réservé aux hommes ; elles sont pour la plupart issues de milieux sociaux populaires et leur ancrage social est établi dans des quartiers de la ville de Casablanca situés dans le triangle formé par la cité Mohammedia (aujourd’hui Hay Mohammadi), la cité Sidi Othmane, et Sidi Moumen ; des quartiers proches des lieux de production industrielle, majoritairement constitués de vastes cités d’habitat populaire et localisant aussi quelques-uns des plus grands (et anciens) bidonvilles de Casablanca. Les investigations ont porté sur une trentaine de dirigeantes et sur une dizaine de leurs homologues hommes en guise de témoins. Le choix des femmes enquêtées a été opéré en appliquant la méthode dite en « boule de neige », reposant sur les quatre critères suivants : les caractéristiques socio-spatiales, la non-affiliation officielle des associations à un parti ou à un mouvement politique, la réputation locale de ces associations (qui indique leur visibilité publique) et la notoriété des femmes enquêtées, et, enfin, la fonction investie par celles-ci au sein des associations (membre de leur bureau exécutif, présidente, vice-présidente, secrétaire générale, trésorière, ou simple conseillère). Les dirigeantes enquêtées n’appartiennent donc pas à des associations d’audience nationale et/ou qui se revendiquent d’un agenda féministe, d’un projet politique ou qui poursuivent une action revendicative ou politique (pas de mouvement protestataire ou contestataire) ; elles inscrivent plutôt leur action en tant qu’intermédiaires dans la lignée des politiques publiques actuelles, orientée vers le développement local, dans des quartiers de la périphérie de la ville ; globalement, ces associations ont un rayonnement territorial qui se limite au quartier, offrant leurs services à une centaine de personnes de bénéficiaires par an en moyenne ; la quasi-totalité d’entre elles sont de création récente et la plupart ont enregistré leur essor à partir de la fin des années 1990.

3. Le style de rédaction

  • 1 Voir à ce propos la préface de J. Revel au livre de G. Levi : Le pouvoir au village. Histoire d’un (...)

3Le livre tranche avec le style dominant que l’on rencontre généralement dans l’écriture académique : pour le lecteur ordinaire comme pour le chercheur, il est de lecture facile, agréable ; il apporte des matériaux originaux et fournit des données appréciables ; il est plein d’enthousiasme et de vie. Ces caractéristiques viennent du fait que l’auteure arrive à croiser, avec délicatesse, l’histoire individuelle (« l’histoire au ras du sol », comme l’appelle Jacques Revel1) et l’histoire globale de Casablanca, et qu’elle s’inscrit ainsi dans une tradition de recherche qui utilise des documents provenant des protagonistes étudiés ou bien de leurs histoires individuelles et familiales pour rendre compte de phénomènes sociaux globaux. À travers les itinéraires personnels des dirigeantes, le livre restitue ainsi très précisément la complexité et la variété des relations que celles-ci entretiennent avec la société et le système politique local, selon le capital social variable et propre à chacune. Il met en exergue, tout particulièrement et parfois sans le dire trop explicitement, la spécificité de Casablanca, métropole économique et surtout ville industrielle et ouvrière ayant une histoire riche en mouvements sociaux (les dirigeantes enquêtées utilisent souvent le terme de « munadilat » – combattantes – pour qualifier leur activité).

4. L’organisation de l’ouvrage2

  • 2 Les titres et sous-titres qui figurent dans ce compte-rendu sont repris de l’ouvrage de Y. Berriane

4Le livre est structuré en deux grandes parties.

PREMIÈRE PARTIE. Devenir dirigeante d’association : dispositions individuelles et nouvelles opportunités.

1. Il était une fois l’exode : histoires de familles, histoire d’une ville

5Ce premier chapitre rappelle l’extraordinaire développement de Casablanca en rapport avec la colonisation française à partir de 1912 ; une ville qui devient le pôle économique principal du Maroc et qui, outre l’installation de populations européennes, gonfle de l’arrivée de vagues successives de populations marocaines, principalement rurales, chassées des campagnes par la dépossession de leurs terres et par les sécheresses, en même temps qu’attirées par l’appel de main-d’œuvre des industries. Les parties nord et est de la ville sont celles qui localisent majoritairement les industries et où se développent les quartiers dits « populaires », dont des bidonvilles, qui accueillent une part notable de la population ouvrière immigrée. C’est, comme dit l’auteure, un environnement socio-spatial intermédiaire (entre riches et migrants installés récemment à la périphérie de la ville), où cette situation « d’intermédiaire » (« transitionnelle » [Escallier, 1981, 244] ; « prolétariat » [Adam, 1968, 705]) est porteuse de ressources toutes particulières sur lesquelles ces femmes – qui sont nées ou qui ont grandi ici –peuvent s’appuyer tout au long de leur parcours associatif.

La famille : quel capital socioéconomique ?

6Les dirigeantes enquêtées appartiennent à des familles dont les tailles sont diverses, variant de quatre à quatorze membres par ménage ; leurs pères sont généralement des ouvriers, mais on y trouve aussi des commerçants, des fonctionnaires, des artisans ; les mères sont pour la plupart des femmes au foyer ; le niveau de vie des ménages est caractérisé par des rentrées d’argent modestes, ce qui fait qu’il ne s’apparente ni à une réelle pauvreté, ni à de la précarité ; et les gens travaillent et ne chôment pas.

Tradition, analphabétisme et « ouverture d’esprit » : le capital socioculturel des parents

7La division du travail entre les parents au sein de la famille se double d’une division de l’espace de déploiement: le père travaille à l’extérieur et apporte l’argent ; l’épouse s’occupe des tâches domestiques à l’intérieur de la maison. Mais ce modèle n’est pas figé : suivant la date d’installation en ville et en fonction de situations particulières (femmes veuves ou divorcées…), des arrangements, des négociations permettent aux mères d’accéder et de pratiquer plus ou moins le dehors de l’espace domestique (par exemple en disposant du budget des dépenses courantes, notamment pour la nourriture, faires les courses, faire de petites économies, etc.). Le niveau d’instruction des parents est faible: pas ou peu d’instruction des pères et des mères, qui sont donc généralement analphabètes ; mais ils ont une réelle ouverture d’esprit, et les mères sont en avance par rapport à leur temps. Les images que les dirigeantes enquêtées donnent ainsi de leurs mères sont celles de femmes qui, malgré leur incapacité à lire et à écrire, se trouvaient à cheval sur deux mondes: celui des « valeurs anciennes » et celui des « valeurs nouvelles ». Au fil des années de vie en ville, ces mères découvrent beaucoup de choses qu’elles ne connaissaient pas et apprennent par divers moyens, dont notamment la radio (avec les émissions destinées spécialement aux femmes), les centres de santé (santé et hygiène, planification familiale…), les foyers féminins, etc. Dans quelle mesure ces évolutions ont-elles influencé la carrière des dirigeantes interrogées ?

2. Vide professionnel, vide affectif : l’association comme alternative ?

8L’auteure s’interroge sur les motivations qui ont conduit à l’émergence de cette nouvelle catégorie de femmes dans l’espace public de la ville de Casablanca. Elle retient le rôle joué par l’accès à l’école, qui a favorisé le développement de nouvelles pratiques de l’espace urbain pour ces femmes nées en ville, ce qui leur donne, dans leur quartier de résidence, le statut d’instruites et leur confère un prestige lié à la détention d’un savoir nouveau, contrairement à leurs mères qui sont d’origine rurale et n’ont pas pu accéder à ces compétences. Mais l’école comme ascenseur social n’a pas fonctionné pour toutes les femmes instruites. Il résulte de cette situation une forme de précarité pour la plupart des dirigeantes enquêtés, des parcours professionnels « bricolés » et un sentiment général de frustration. Toutefois, ces compétences acquises peuvent être reconvertibles en capital associatif ; et cela dépend des ressources dont dispose chaque personne.

9L’auteure signale par ailleurs le fréquent vide affectif de la vie de ces femmes, dont plusieurs sont dans des situations familiales parfois lourdes à porter (célibataires parvenues à un âge avancé, divorcées, veuves…). Le regard que les autres portent sur elles se fait insupportable dès lors qu’elles ont acquis instruction et savoir, mais qu’elles ne sont pas parvenues à l’intégration sociale par l’emploi. Pour ces différentes raisons, l’investissement personnel dans le monde associatif constitue une alternative possible.

3. La mise en contact avec le milieu associatif

10Par rapport aux autres villes marocaines, Casablanca a été et reste une ville singulière : elle est l’emblème de la ville industrielle et ouvrière, celle où la population s’est engagée de longue date dans des luttes et des mouvements sociaux. Le sentiment d’appartenance à la « classe » ouvrière, la maîtrise d’un lexique militant (ouvrier syndical, des luttes…) par les parents des dirigeantes enquêtées, ainsi que, de la part de ceux-ci, la mémoire « collective » de la lutte pour l’Indépendance constituent le contexte et décrivent l’ambiance dans laquelle les enquêtées ont été élevées et socialisées. Mais les voies qu’elles ont empruntées pour intégrer le monde associatif n’en sont pas moins variées : certaines sont d’anciennes militantes politiques qui ont choisi le milieu associatif comme espace alternatif d’action ; d’autres ont été formées au travail social et à l’enseignement à travers divers canaux (maisons de jeunes ; foyers féminins ; clubs artistiques au sein du lycée ou de l’université ; associations, etc.) ; et d’autres encore sont novices, qui ont directement intégré l’association sans avoir acquis d’expérience dans d’autres milieux.

11Ces différentes voies correspondent à différentes figures de dirigeantes d’association, lesquelles n’ont pas connu – ou les ont vécues différemment –, du fait de leur âge, les mêmes périodes de l’histoire récente du Maroc depuis la fin du Protectorat français jusqu’à nos jours : dans un premier temps, la mobilisation collective s’effectuait essentiellement au sein d’organisations politiques de gauche ; par la suite, l’État a développé des structures de proximité comme les maisons de jeunes et les foyers féminins où se retrouvaient les femmes ; enfin, à partir de la seconde moitié des années 1980, et surtout au cours de la décennie 1990, l’ouverture politique a permis d’élargir le champ d’expression des associations. Cette ouverture politique a eu lieu dans un contexte marqué par le très rapide mouvement de libéralisation de l’économie, rythmé, depuis le début des années 1980 et l’adoption du programme d’ajustement structurel – dont l’une des conséquences fut la paupérisation de larges franges des populations urbaines –, par une série d’événements marquants dont les principaux furent : l’adhésion du Maroc au GATT en 1987 ; la guerre du Golfe en 1990 ; l’accès au trône du roi Mohamed VI suite au décès du roi Hassan II en 1999. Cette période est marquée aussi par une présence accrue, matérielle et symbolique, d’institutions internationales (Banque mondiale, Commission européenne, US-Aid…), mais aussi d’ONG (internationales), qui encouragent le développement d’un mouvement associatif et de plates-formes associatives (réseaux) censés favoriser l’établissement de la démocratie dans le pays.

12L’histoire individuelle des dirigeantes enquêtées est enrobée, en quelque sorte, dans l’histoire globale de la ville de Casablanca et du pays.

4. Essor et valorisation des associations locales

13Le tissu associatif marocain a connu un rapide développement depuis les années 1970 et tout particulièrement à partir du début des années 1990. On estime à 38 500 le nombre d’associations existantes au Maroc en 2007, parmi lesquelles un très grand nombre d’associations dites de « développement local » ou « de proximité », en référence au quartier de leur domiciliation ou à celui sur lequel elles agissent. Parmi ces associations, figurent celles qui s’appellent « amicales » et qui se sont constituées dans les quartiers non réglementaires. La multiplication du nombre des associations résulte des progrès de la démocratie, avec, par exemple, la réforme du Code des associations (2002) qui a allégé la procédure pour leur constitution et leur autorisation administrative et qui a rendu en même temps plus visibles des groupes qui agissaient dans un cadre informel. En outre, plusieurs des associations de quartier dirigées par les femmes qu’a enquêtées Y. Berriane ont bénéficié du soutien des autorités locales pour leur création.

14Les associations de développement local interviennent dans des domaines variés, principalement dans le champ social, pour répondre à des besoins de la population du quartier, mais aussi pour pouvoir bénéficier des programmes de soutien et de subventions proposés par l’État. En effet, les opportunités de financement public se sont multipliées au cours des dernières années, notamment sous la forme de partenariats avec le Secrétariat d’État chargé de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (Ministère de l’Éducation nationale), la Direction de la lutte contre l’analphabétisme (Ministère de l’Emploi et des Affaires sociales), l’Entraide nationale (Ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité), l’Agence de développement social à travers les centres de coordination régionaux qui en dépendent, ainsi qu’avec nombre d’autres organismes publics (comme, par exemple, la Fondation Mohamed V pour la Solidarité) ou des entreprises privées (depuis 2002) –, ou enfin avec les communes, lesquelles disposent aussi d’une ligne budgétaire dédiée au soutien des associations locales (comme le prévoit notamment l’article 41 de la nouvelle Charte communale). Le lancement, en 2002, de l’Initiative nationale de développement humain (INDH), dotée de ressources très importantes et visant à favoriser au maximum la « participation » de la société civile sous ses différentes formes, a donné un coup de fouet extrêmement fort à la création des associations de développement local ou de quartier. Celles-ci peuvent accéder directement à ces ressources ou passer par l’intermédiaire des Offices ou Agences publics précédemment cités ou par celui d’ONG d’envergure nationale. Pour les dirigeantes enquêtées, c’est l’INDH qui a indéniablement eu l’impact le plus important sur leurs parcours personnels en termes de financement et de relations avec les acteurs publics locaux ; on assiste même à des « migrations » d’associations vers les quartiers éligibles aux programmes de l’INDH (notamment le Programme de lutte contre l’exclusion en milieu urbain).

5. L’inclusion des femmes : les contours d’une nouvelle norme

  • 3 Par exemple : obligation par la loi électorale d’introduire au Parlement un quota de femmes de 10 % (...)

15Un référentiel3 nouveau ou de nouvelles normes pour l’inclusion des femmes et leur participation dans la vie publique ont été produits au niveau national. Ce référentiel est porté à la connaissance du public par l’intermédiaire de nombreux canaux de diffusion (presse ; télévision ; associations nationales et régionales ; réseaux d’associations ; autorités locales à travers notamment l’Initiative nationale de développement humain, etc.).

16Les dirigeantes enquêtées attribuent aux initiatives royales un rôle majeur dans les progrès enregistrés quant à la participation des femmes. Ces initiatives ont en effet une portée à la fois symbolique (mariage du roi en 2002 selon la tradition populaire, telle que suivie par la plupart des Marocains ; princesses médiatisées ; femmes nommées à de hautes fonctions dans l’administration et le service public, etc.), juridique (annonce de la réforme de la Moudouwana ; réforme du Code de la famille) en 2003, avec, notamment, l’introduction du principe de l’égalité et de la responsabilité mutuelle des deux époux dans la gestion de la famille; réforme du Code de la nationalité en 2005, adoptée en 2007…), institutionnelle (instauration d’un quota de femmes lors de différentes élections), et sociale (lutte contre la pauvreté ; lutte contre la violence faite aux femmes ; alphabétisation, etc.).

17Toutefois, sur le terrain du quotidien, la dizaine d’entretiens effectués auprès de dirigeants de sexe masculin ayant intégré des femmes à des postes de responsabilité dans leur association, prouve que les représentations véhiculées continuent encore à reproduire la division sexuelle des rôles et la hiérarchisation des sexes. Ces dirigeants reconnaissent certes l’endurance des femmes, leur sens du devoir, mais ils admettent surtout qu’il est devenu nécessaire, dans le contexte actuel, de montrer qu’il y a des femmes dans les associations dirigées par des hommes : c’est une condition indispensable pour renouveler l’image de ces associations et la mettre au diapason des discours qui font la promotion de la participation des femmes. Selon les dirigeants (hommes) interviewés, « afficher » des femmes favoriserait grandement, par ricochet, l’obtention de subventions publiques ou privées.

18Il est par ailleurs très difficile pour les associations, particulièrement à Casablanca, d’accéder au foncier pour disposer d’un local en propre ; en conséquence, dans la plupart des cas, elles doivent utiliser les équipements de quartier (maisons de jeunes ; salles d’écoles primaires ou de collège pour les cours d’alphabétisation ; foyers féminins, etc.).

DEUXIÈME PARTIE. Rester dirigeante d’association : obstacles, ressources et contournements

6. Les normes de la « participation » comme source de légitimation

  • 4 Par exemple pour dispenser des cours d’alphabétisation.

19Les dirigeantes enquêtées estiment que les nouvelles « normes » de participation instituées permettent de doter les acteurs associatifs (hommes et femmes) de nouveaux « registres d’argumentation » dont l’emploi facilite la justification de leur présence sur le terrain du quartier et concourt à la légitimation de leur action. Pour donner corps à cette légitimité, elles mettent d’abord en avant leur capital d’ « autochtonie » (en tant que « filles » du quartier, « proches » des habitants et connues d’eux, étant à même de les représenter, d’apporter leur soutien aux autorités locales, tout en étant des agents de développement, etc.). Cette légitimité s’appuie aussi sur un savoir pratique acquis dans le cadre de formations diverses dont elles ont bénéficié, tel le programme Takouia de renforcement des compétences des responsables d’associations, un programme financé par l’Agence de développement social. La rémunération4 de leurs services est considérée par conséquent, par elles, comme « légitime », même si les enquêtées parlent davantage « d’aides momentanées » ou de « remboursement » que d’un « salaire ». Une autre source de légitimité qu’elles mettent en avant réside dans la distance qu’elles établissent et maintiennent vis-à-vis de « la politique » et leur invention d’une manière de faire de la « politique autrement » (M. Catusse) : car, ici, dans l’association, le travail est libre, disent-elles, tandis que dans le parti politique cette liberté est restreinte, et il y a en plus l’enfermement idéologique. Le rapport avec les autorités locales (par exemple, le gouverneur) s’établit selon elle plus directement qu’avec le centre du pouvoir, rend plus aisée l’obtention de réponses aux demandes formulées et réduit les délais d’attente (par exemple des subventions ou des financements). À ce propos, Y. Berriane pointe cependant le risque que ces relations directes avec le gouverneur ne participent d’une certaine délégitimation des élus locaux, laquelle ne serait pas sans rapport avec les grandes difficultés qu’éprouvent les maires d’arrondissement à user de leurs prérogatives, leur marge de manœuvre étant réduite par le gouverneur d’un côté et le maire de la ville (unifiée) d’un autre côté.

20En fin de compte, la mise en œuvre de ces politiques publiques visant au renforcement de la participation de la société civile a permis le renouvellement des élites associatives locales. Pour autant, ces organisations et leurs responsables restent étroitement dépendants, en particulier pour l’accès aux ressources, des élus locaux, ce qui explique que les dirigeantes enquêtées sont amenées à se positionner par rapport aux formations politiques pour bénéficier de leur soutien.

7. Association et famille : gérer la mixité, préserver la réputation

21Si le phénomène associatif est récent au Maroc, la direction par des femmes d’organisations de ce type l’est plus encore. Les dirigeantes enquêtées doivent en effet gérer, au plan personnel, l’articulation entre la sphère privée (famille) et la sphère publique (rapports au sein même de l’association ; regards de la population du quartier, etc.), ce qui se révèle souvent difficile (déplacements parfois lointains, réunions nocturnes et/ou tardives et effets indésirables sur le foyer…). Pour cela, elles doivent construire des passerelles entre l’association et la famille (en familiarisant, par exemple, leurs proches au travail associatif et/ou en les impliquant dans ce travail), garder leurs distances avec les hommes pour préserver leur réputation et celle de leur association (porter le voile ; adopter le langage de la parenté, etc.).

8. Renégocier les rapports de genre au sein des associations mixtes

22Les interactions au quotidien entre dirigeantes et dirigeants au sein d’associations mixtes témoignent, au vu des discours des enquêtés (hommes et femmes), de la persistance de préjugés qui renvoient à ce que M. El Harras (2000, 45) appelle « l’assignation à des rôles traditionnels » : les fonctions de décision seraient réservées aux hommes, les femmes étant considérées comme plus sujettes à l’instrumentalisation ou plus naïves. Deux explications sont avancées par l’auteure pour rendre compte de ce discours dont le contenu ne change d’ailleurs guère lorsque ce sont des femmes qui parlent : un effet d’autolimitation, en premier lieu, car les femmes intérioriseraient des stéréotypes de genre qui justifient habituellement leur exclusion des fonctions de prise de décision ; et, en second lieu, une stratégie d’évitement délibérée de la part des femmes pour échapper aux responsabilités et au lourd travail que ces fonctions impliquent pour elles. Selon l’auteure, ces deux comportements renforceraient le « plafond de verre » qui sépare les femmes des fonctions de direction.

23L’auteure s’interroge par ailleurs sur les normes de la participation instituées et leur portée en tant que ressource effective devant permettre le développement du leadership féminin par le biais des associations. Là aussi, en prenant appui sur des études de cas précises, elle montre les rapports tendus qui s’établissent entre hommes et femmes au sein des associations mixtes et qui contribuent à rendre invisible le travail des femmes (coalitions d’hommes qui se forment ; réunions quasi secrètes des hommes tenues dans des cafés inaccessibles ou difficiles d’accès aux femmes si elles veulent garder leur réputation, etc.), ce qui perpétue l’inégale répartition des tâches entre les sexes.

24Tout ceci pousse des femmes investies dans le mouvement associatif (quinze d’entre elles sur les trente enquêtées) à créer des associations exclusivement féminines – dont elles deviendront dirigeantes –, ce qui conduit alors Y. Berriane à se demander si cela ne constituerait pas les prémisses d’un mouvement féministe parti « du bas ». Mais, pour l’auteure, pour comprendre la dynamique constatée, il faut tenir compte aussi de plusieurs autres éléments : la concurrence sévit entre les acteurs associatifs étudiés ; les mobilisations féminines ne semblent pas échapper aux rivalités et conflits qui traversent l’ensemble du milieu associatif ; l’expérience de la domination masculine au sein des mobilisations (associations) mixtes ne conduit pas les enquêtées concernées à « créer des règles de vie collectives égalitaires et antiautoritaires » (Fillieule, 2009, 43). Y. Berriane estime toutefois que la situation ainsi décrite, même si elle ne porte pas à un optimisme débridé, ne doit pas conduire à réduire la portée de ces expériences féminines et à méconnaître leurs effets positifs quant à la place que les femmes occupent dans l’action menée au niveau local.

9. Jouer la carte électorale : l’ambivalence des liens entre partis politiques et associations

  • 5 Selon la Charte communale (2009), les arrondissements sont des subdivisions des communes urbaines d (...)

25Les dirigeantes d’associations de quartier ont cette possibilité de jouer le rôle d’intermédiation entre la population, notamment féminine (réservoir électoral), et les autres acteurs publics locaux dans de nombreuses actions d’intérêt collectif local. De ce fait, elles peuvent être amenées, dans leur activité associative, ouvertement ou de façon discrète, à jouer au moment des élections le rôle de relais électoral pour tel ou tel parti politique. La pérennité des associations que dirigent les femmes enquêtées nécessite en effet de disposer de moyens financiers et logistiques récurrents, qui peuvent provenir aussi bien de la commune ou de l’arrondissement5 que des autorités administratives locales, par le biais de l’INDH notamment (subventions à la création ou au développement d’activités génératrices de revenus ; mise à disposition de locaux pour les activités, etc.). Mais les expériences documentées montrent, dans le quotidien, l’imbrication d’une multitude d’enjeux dépassant largement les calculs strictement électoraux (avancer masquée dans une campagne électorale/multiplier les occasions de se faire connaitre, de se montrer et d’afficher ses convictions/etc.).

26Ces dirigeantes, n’établissant pas vraiment de césure entre la période électorale et le temps de la politique ordinaire, sont obligées d’anticiper continuellement les effets de leurs positionnements et de leurs alliances, et doivent s’efforcer de ce fait, en permanence, d’en minimiser les risques tout en en maximisant les gains potentiels. Cet exercice d’équilibriste, à l’issue parfois incertaine, plusieurs enquêtées préfèrent l’éviter en optant pour des solutions alternatives : fuir Casablanca lors de la campagne électorale ; se faire employer comme salariée d’un parti politique ; suivre de façon bénévole le déroulement des élections en tant qu’observatrice pour le compte d’un collectif associatif, ce qui justifie de parcourir les quartiers et d’accéder aux différents bureaux de vote pour relever d’éventuelles irrégularités, ce qui, finalement, constitue un bon moyen de rester présente et visible sur la scène publique et politique de son quartier pendant cette période délicate, etc.

Conclusion : la portée cognitive du livre

27Sur le plan de la recherche urbaine, le livre apporte du nouveau et comble un vide. Il met notamment en évidence l’émergence et le déploiement d’une catégorie nouvelle d’acteurs associatifs « de proximité », au féminin, et restitue leur combat pour se faire une place dans les interstices que permettent les lieux et les pouvoirs déjà en place. Plus encore, le livre montre les nouvelles compétences que doivent mettre en œuvre, dans l’action, ces femmes, qui sont en quelque sorte quasi ordinaires bien que dirigeantes d’associations de quartier.

Haut de page

Bibliographie

Adam A., 1968, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, Paris, Éd. du CNRS.

El Harras M., 2000, « Féminité et masculinité dans la société rurale marocaine : le cas d’Anjra », in Bourquia R., Charrad M., Gallaguer N. (dir.), Femmes, culture et société au Maghreb, Casablanca, Afrique Orient.

Escallier R., 1981, Citadins et espace urbain au Maroc, Tours, URBAMA, Fascicule de recherches n° 9.

Fillieule O., 2009, « Travail militant, action collective et rapports de genre », in Fillieule O., Roux P. (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos la préface de J. Revel au livre de G. Levi : Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989 pour la traduction française.

2 Les titres et sous-titres qui figurent dans ce compte-rendu sont repris de l’ouvrage de Y. Berriane.

3 Par exemple : obligation par la loi électorale d’introduire au Parlement un quota de femmes de 10 % des élus par le biais des listes dites « nationales » (2002) ; d’introduire un quota de 12 % dans les conseils communaux au travers de listes dites « additionnelles » (élections communales 2009) ; obligation de prendre en compte la dimension « genre » dans les comités communaux de développement humain et lors de l’élaboration des Initiatives locales de développement humain de l’INDH (2005) ; un même principe doit être pris en compte pour l’élaboration du Plan communal de développement (PCD, 2008), lequel prévoit notamment la création d’un Comité de l’égalité des chances dans la commune, etc.

4 Par exemple pour dispenser des cours d’alphabétisation.

5 Selon la Charte communale (2009), les arrondissements sont des subdivisions des communes urbaines de Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech, Fès et Salé. Ces agglomérations étaient subdivisées jusqu’en 2004 en plusieurs entités qui avaient le statut de communes urbaines (au sens complet du terme, c’est-à-dire avec un conseil municipal qui élisait son président, équivalent du maire en France). Depuis 2004, avec le retour à « l’unité de la ville » (pour ces grandes villes), l’arrondissement s’est substitué à ces anciennes communes, puisque désormais la grande ville ne constitue plus qu’une seule commune « unifiée ». La Charte communale précise ainsi : « Les affaires des communes urbaines citées (Casablanca, Rabat…) […] sont réglées par un conseil communal. Des arrondissements, dépourvus de la personnalité juridique, mais jouissant d’une autonomie administrative et financière et dotés de conseils d’arrondissement y seront créés » (article 85).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Tamim, « Femmes, associations et politique à Casablanca
de Yasmine Berriane
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/1019

Haut de page

Auteur

Mohamed Tamim

Géographe, Professeur à l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme (INAU) de Rabat

ytamimoh@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page