Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Habitat de la bourgeoisie marocaine
de Mouna M’Hammedi

Pascale Philifert
Référence(s) :

2013, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », série « Questions urbaines », préface de Jean-Pierre Frey, 290 pages

Texte intégral

1Si, depuis près de vingt ans, les travaux concernant les acteurs de la ville et leurs modes de faire se sont multipliés, et notamment depuis l’ouvrage L’Urbain dans le Monde arabe (Signoles, 1999) qui les appelait de ses vœux, il faut bien reconnaître qu’une catégorie d’habitants, la bourgeoisie, était demeurée jusqu’à présent fort éloignée des investigations des chercheurs. En cela, Mouna M’Hammedi, enseignante à l’École nationale d’Architecture de Rabat, innove à la faveur de son ouvrage Habitat de la bourgeoisie marocaine et pose sur ce monde encore méconnu un regard d’architecte-urbaniste. Choix courageux alors que d’autres doctorants se tournaient vers l’étude plus commune des quartiers d’habitat non réglementaire ou se décidaient pour une analyse des déficiences de la planification urbaine normative.

2Ce livre suscite d’abord la curiosité pour un objet de recherche peu, voire pas du tout exploré, tant il est vrai que ce groupe social dominé par l’entre-soi, la méfiance et la discrétion cultivée, est difficile à sonder et semble résister à l’enquête, à moins de ne bénéficier de solides recommandations ou de connivences. Une autre raison de cette « invisibilité » dans les recherches tient sans doute au fait que cet objet a longtemps été jugé peu digne par la communauté des pairs, si l’on en croit les critiques qu’ont pu essuyer, à une certaine époque et dans un autre contexte, Monique et Michel Pinçon-Charlot (cf. Voyage en grande bourgeoisie. Journal d’enquête, PUF, 1997).

3Le livre de M. M’Hammedi, issu d’une thèse en géographie urbaine, repose sur des données provenant d’un large travail d’enquêtes, d’entretiens, d’observations et nous propose un état des lieux structuré autour de trois temps forts. Après une analyse de l’histoire et de la formation de la bourgeoisie marocaine et de son ancrage dans les grandes villes du pays (Casablanca, Fès, Marrakech et Tanger), l’auteure étudie les rapports entre la maison bourgeoise et son environnement urbain, à l’échelle du quartier puis de la ville avant d’explorer plus précisément l’espace domestique de ce groupe social et son mode d’habiter. Pour cela, un échantillon de 63 familles et demeures a été mobilisé.

4Le lieu principal d’exploration s’est porté sur la ville de Rabat, capitale administrative du pays, et plus particulièrement sur le quartier Souissi où se sont agrégées, dès les années 1960, les classes sociales aisées regroupant une bourgeoisie composite formée d’hommes d’affaires, d’industriels, de promoteurs immobiliers ou encore de politiciens, de hauts fonctionnaires et de professions libérales. Le quartier du Souissi regroupe 4% des ménages sur 32 % de la surface globale de la ville, îlot de richesse où priment la filiation et la cooptation et dont les résidents cultivent la distinction économique, sociale et culturelle et son évitement des quartiers populaires.

5Le Souissi, lotissement construit dès les années 1950 sur des vergers, est une enclave verte, un quartier excentré au sud de la ville et exclusivement réservé à la résidence, sans activité commerciale de proximité mais situé non loin des grandes artères qui accueillent des enclaves commerciales de standing et des galeries marchandes. Plus précisément, le Souissi se caractérise par l’habitat de prédilection de la bourgeoise marocaine et son modèle culturel : la villa. Ces maisons unifamiliales à deux niveaux et aux vastes surfaces habitables (entre 700 et 800 m² en moyenne) sont implantées sur de grandes parcelles le plus souvent de plus de 2 000 m², entourées de jardins cernés de hauts murs et de dispositifs de sécurité.

6Au-delà de ces normes partagées par tous les propriétaires, le plus important est de se fondre tout en se distinguant, c’est-à-dire en affirmant son « bon goût » et sa contemporanéité. Pour cela, le recours à un architecte célèbre fait partie du passage obligé. Et, bien sûr, à chaque période son style. Le style moderne, très dépouillé et caractérisé par l’usage du béton brut, signe les années 1960. Tandis que, au début des années 2000, une diversité de styles s’impose : le style dit californien avec ses maisons aux tuiles plates, aux larges toitures et à l’horizontalité marquée ; le style classique avec colonnades et frontons en façade ou encore les villas très inspirées de l’architecture de la maison à patio.

7Ce monde privilégié qui soigne son sentiment d’appartenance cultive une vie familiale compatible avec le paraître, les mondanités et les réceptions. On rappellera ici l’importance de la juxtaposition des salons marocains et européens ouverts sur le jardin, tandis que chambres et séjours ou encore espaces de service sont à l’abri des regards et des circulations, réservés à la sphère de l’intimité.

8Quant à la rue, elle est dévolue à la circulation automobile tandis que l’espace public est déserté. Car le quartier n’est fréquenté que par ses habitants aisés, leurs invités et les nombreux domestiques. L’isolement recherché a bien évidemment une conséquence : une forte dépendance à la voiture pour tous les déplacements (travail, consommation et loisirs, écoles). Cette bourgeoisie urbaine qui vit dans des espaces qui lui sont pratiquement réservés fréquente aussi les mêmes quartiers, celui de Hay Riad qui concentre les appartements de haut standing de la ville ou le quartier anciennement très prisé de l’Agdal.

9En outre, cette catégorie sociale, qui s’est construit un monde bien à elle, a su trouver un allié de choix dans les thuriféraires des politiques urbaines qui ont préservé l’intérêt global du groupe dans le temps long : création d’un arrondissement distinct ; plan d’aménagement fait sur mesure, en ce sens qu’il promeut toute une série de règles destinées à préserver l’entre-soi et en garantit sa cohésion et ses intérêts. Ainsi, toute autre fonction y est interdite en dehors de l’habitat, les surfaces des lots ne doivent pas être inférieurs à 2000 m², d’importantes obligations de recul, de clôtures et de plantations sur les parcelles sont imposées...

10En définitive, le travail d’investigation de M. M’Hammedi éclaire les lieux de territorialisation de cette bourgeoise marocaine rbatie et participe de la connaissance de ses modes d’habiter. Néanmoins, les contours de cette classe sociale auraient mérité d’être mieux explicités (niveau de revenus, etc.) et confrontés à un cadre théorique plus robuste. On regrettera aussi que l’habitat des familles aisées résidant en appartements de haut standing dans le quartier de Hay Riad ne soit que trop rapidement évoqué. Mais surtout, l’ouvrage aurait gagné à plus de rigueur et à une relecture méticuleuse pour gommer les trop nombreuses répétitions, les maladresses stylistiques ou encore les coquilles. En dépit de ces remarques, le principal atout de ce livre est de dessiner les prémices d’un champ de recherches et d’ouvrir des pistes de travail pour la sociologie urbaine ou l’urbanisme qui permettront ainsi à cette étude de ne pas demeurer isolée.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Philifert, « Habitat de la bourgeoisie marocaine
de Mouna M’Hammedi », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/1021

Haut de page

Auteur

Pascale Philifert

Géographe-Urbaniste, Professeure à l'Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense & UMR LAVUE, équipe Mosaïques

p.philifert@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page