Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Expériences du genre. Intimités, marginalités, travail et migration
de M.-P. Anglade, L. Bouasria, M. Cheikh, F. Debarre, V. Manry et C. Schmoll (dir.)

Blandine Destremau
Référence(s) :

2014, Karthala/Le Fennec, Paris/Casablanca, 312 pages

Texte intégral

1Qu’est ce que « vivre le genre » ? Comment les normes sexuelles, les relations sexuées, les contradictions, tensions, rôles, sont-ils vécus, négociés, agencés, transformés par les hommes et les femmes concernés ?

2Le collectif d’auteurs qui ont contribué à cet ouvrage tente de répondre à ces questions, et à d’autres encore, à partir d’« expériences objectivées ». « Expériences du genre » répond donc à un défi méthodologique, puisqu’il s’agit de construire un propos théorique à partir de récits, témoignages, observations, au-delà de leur singularité, mais en même temps pour leur singularité, adoptant par là le postulat que les modèles genrés sont toujours situés, dans un lieu, une époque, une classe sociale. Singularité signifie également diversité des expériences relatées, travaillées, et difficulté d’en faire sens, bien au-delà de postures culturalistes, défi explicité dans une introduction d’une grande richesse. Ainsi, si la majorité des textes situent leur propos dans un espace national (Argentine, Québec, Maroc, France), ce sont des trajets (Albanie/Grèce, Maroc/Espagne, Sri Lanka/Liban, maison/lieu de travail, etc.), autant que des trajectoires (mobilité professionnelle, maternité, accès au logement, conjugalité, toxicomanie…) et des espaces sociaux d’engagements diversifiés (protestation, parti politique, association, champs de fraises, rue, etc.), qui sont analysés ici.

3Cet ouvrage nous offre également un matériau riche et diversifié autour de la norme, les normes plutôt – normes sociales, d’honneur, de genre… –, qui permet d’interroger de façon théorique les notions d’autonomie, d’émancipation, de stratégie, d’intégration, au-delà des dichotomies et des rigidités conceptuelles, des schémas binaires (privé/public, homme/femme, formel/informel, travail/maison, soumission/trangression, etc.). C’est autour de l’idée d’un « individu pluriel », empruntée à Lahire, renvoyant à une diversité de dispositions et de modèles de négociation des normes, que s’organise la réflexion théorique des contributions. Affirmation de soi, mise en oeuvre de choix individuels et de fortes aspirations à une autonomie individuelle expriment des moyens effectifs de vivre une liberté au féminin, mais toujours dans des formes d’hybridation, qui restent tributaires de supports relationnels ou familiaux, d’inscription dans des collectifs, de référence à un « nous ». Si les liens se maintiennent, il sont souvent réinventés, se vivent différemment, dans des temps, des espaces non linéaires, discontinus.

4Un autre des apports de ce travail collectif est de relever le défi d’appréhender le changement, la transformation des rapports sociaux dans sa fabrique même, en train de se faire, au travers d’actions parfois minuscules, de négociations, d’ambivalences,, au plus près des contextes. L’élargissement de ces « expériences » va ainsi de pair avec un dépassement des limites imposées au genre et une transformation des destins féminins, au travers de tensions, contradictions, violences, qui à la fois contraignent et ouvrent du possible. Le positionnement empirique des contributions à cet ouvrage se situe résolument au croisement, ou dans l’entre-deux des institutions de la famille et du travail, ce dernier souvent entendu comme engagement dans un milieu associatif, et l’entre-deux signifiant aussi des mobilités. C’est ce qui permet, sans se laisser enfermer dans l’une ou l’autre, d’appréhender ce qui bouge, ce qui change, ce qui s’articule et se déplace en termes de production et reproduction d’inégalités de positions, de mise en valeur de compétences et de savoirs, de production, gestion, négociation et performance des réputations. Positionnement tout à tour « au féminin et au masculin », production de positions sociales au-delà d’un confinement dans la sphère de reproduction, investissement ou remise en cause du rôle protecteur de l’homme confirment l’idée que les femmes, comme les hommes, mobilisent les rôles sexués, qui peuvent paraître en prolongement des pratiques et normes sociales dominantes, ou en rupture avec elles. Si « Expériences du genre » n’échappe pas totalement à une réduction au seul point de vue des femmes, c’est ainsi bien dans une perspective de genre définie comme relationnelle et négociable, mouvante et non essentialiste, qu’il s’inscrit.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blandine Destremau, « Expériences du genre. Intimités, marginalités, travail et migration
de M.-P. Anglade, L. Bouasria, M. Cheikh, F. Debarre, V. Manry et C. Schmoll (dir.) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://emam.revues.org/1024

Haut de page

Auteur

Blandine Destremau

Sociologue, Directrice de recherche CNRS, laboratoire IRIS (Institut de recherches interdisciplinaires sur les enjeux sociaux) de l'EHESS-Paris 13

blandine.destremau@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page