Navigation – Plan du site
Première partie

Mobilités résidentielles, pratiques de mobilités et constructions territoriales en périphérie(s) des grandes villes

Nora Semmoud
p. 15-31

Texte intégral

  • 1 Ces encadrés ne sont pas reproduits dans les résumés synthétiques.

1La principale question de recherche qui structure la Première Partie porte sur les rapports entre les mobilités résidentielles des populations et leurs modes et processus de territorialisation. Le travail s’appuie sur une diversité d’études de cas effectuées dans les trois pays du Maghreb dont l’analyse tente de rendre compte des tendances générales. Bien entendu, la complexité des réalités qu’elles restituent rend difficile l’exercice qui consiste à rédiger une synthèse, car le risque est grand de trop lisser, de trop simplifier, en un mot de réduire la richesse des faits observés. C’est pourquoi, dans le but de réduire ce risque, le texte complet de la partie intègre toute une série d’« instantanés » du travail empirique, souvent présentés sous la forme d’encadrés, qui devraient permettre une meilleure appréciation des analyses produites1.

2Cette partie est subdivisée en trois sous-parties. La première fait apparaître la mobilité résidentielle comme autant productrice d’exclusion que d’intégration socio-spatiale ; la deuxième met en évidence les logiques de l’action publique urbaine et ses effets sur la mobilité ; la troisième, enfin, montre combien sont articulées les stratégies de mobilité et d’ancrage des ménages.

3Il n’était pas possible de concevoir la Première Partie comme totalement indépendante des suivantes. D’ailleurs, la réponse à l’appel à propositions que nous avions déposée invitait les responsables de chaque axe de la recherche à décloisonner, autant que faire se pouvait, les thématiques dont ils avaient la responsabilité. De ce fait, la deuxième sous-partie de cette partie comporte quelques recoupements avec la Troisième Partie (« Territoires et politique »), la troisième sous-partie avec la Deuxième Partie (« Urbanités et citadinités »). Nous avons cependant essayé de faire en sorte que ces recoupements, loin d’être des répétitions, relèvent plutôt d’une réflexion sur ces sujets à partir d’une entrée par les mobilités résidentielles.

La mobilité spatiale entre exclusion et intégration sociales

4Escallier (2006), dans le chapitre qu’il consacre à la population et au changement sociétal au Maghreb au sein de l’ouvrage coordonné par Troin sur Le Grand Maghreb, explique que les pays de cet ensemble géographique sont inscrits depuis les années 1970 dans un nouvel ordre migratoire, apparu sous l’impulsion des dynamiques de libéralisation et d’internationalisation des économies et des sociétés. Selon l’auteur, le couple exode rural/urbanisation fonctionne encore, mais avec une intensité variable selon les pays. Parmi les pays étudiés dans le cadre de la présente recherche, l’exode rural serait sur le point d’être épuisé en Tunisie. En Algérie, il a repris dans les années 1990, après avoir été stabilisé en raison de l’effort d’équipement des petites villes et des campagnes et des difficultés croissantes de la vie urbaine dans les plus grands centres. Dans ce pays, « si les flux ont repris récemment, c’est en relation avec l’insécurité qui règne dans certaines campagnes » (Côte, 1996), la violence terroriste s’étant particulièrement acharnée sur les campagnes. En revanche, au Maroc, le taux d’émigration n’a pas cessé de progresser de 11,4 ‰ en année moyenne (1971) à environ 17 ‰ dans la période intercensitaire 1982-1994. Le second aspect de ce nouvel ordre migratoire est l’expression de nouvelles formes de mobilité (Escallier et Signoles, 1995) caractéristiques de sociétés et de constructions territoriales complexes. Les mouvements migratoires interurbains sont largement prépondérants et concernent des populations diverses — représentants de l’État en charge de la gestion, de l’encadrement ou de la sécurité du territoire, employés et cadres des entreprises privées —, souvent salariés, ayant intégré les déplacements géographiques dans leur cycle de vie matrimoniale et/ou professionnelle. Il en résulte une mobilité différentielle selon le sexe, l’âge, l’activité, le statut professionnel, etc., révélant la normalisation des mouvements géographiques pratiqués majoritairement par les citadins, mouvements exempts des traumatismes sociaux et culturels nés du déracinement sociétal et spatial, caractéristiques de la première phase de la transition migratoire.

5Ces mouvements d’un type nouveau s’accompagnent du rétrécissement généralisé des champs migratoires et de la prédominance des mouvements locaux. Cette dynamique est déjà visible au début des années 1980 pour les trois pays étudiés. La nouvelle urbanisation et le phénomène de métropolisation participent à la retenue des flux migratoires régionaux et à leur redistribution vers les villes intermédiaires, lesquelles offrent des conditions qui sont perçues comme une alternative à la crise urbaine des grandes villes. Tout aussi significatifs des mutations socio-spatiales sont les mouvements locaux de population, pour l’essentiel liés aux processus de desserrement des centres-villes et de périurbanisation constatés dans les grandes villes. Ainsi le fonctionnement des systèmes de mobilité est-il de plus en plus complexe : migrations internes et externes, mouvements ordinaires et répétitifs se combinent les uns aux autres.

6Les travaux capitalisés dans le cadre de la présente recherche confirment le nouvel ordre migratoire mis en évidence dans Le Grand Maghreb, un ordre migratoire où l’exode rural se tasse et où les champs migratoires se rétrécissent, tandis que les mobilités interurbaines et intra-urbaines montent en puissance et en complexité. Les études de cas dont nous disposons illustrent, par ailleurs, la complexité des systèmes de mobilité et mettent en évidence leurs effets sur les configurations territoriales. Ces processus sont restitués selon la structure suivante : en premier lieu, les migrations à l’échelle des pays et les fractures territoriales induites ; en deuxième lieu, le desserrement de la population du centre vers la périphérie et sa concomitance avec l’étalement urbain et l’éclatement des centralités ; et, en troisième lieu, les ségrégations socio-spatiales qui se dessinent.

Métropolisation, desserrement et étalement

7Les mobilités au sein des pays du Maghreb dessinent deux mouvements synchrones se jouant, respectivement, à l’échelle nationale et à l’échelle internationale. La polarisation des territoires et la métropolisation des grandes villes se conjuguent, à l’échelle interne, au desserrement des quartiers centraux vers les périphéries des agglomérations. Ces flux migratoires externes et internes sont à l’origine du développement périphérique des villes et de leur étalement et, ainsi, du mitage des terres agricoles ou des espaces naturels. Outre le rythme et l’importance de la consommation du sol de cette urbanisation périphérique, le fait nouveau est qu’elle est le lieu privilégié d’installation de l’ensemble des migrants, quelle que soit leur trajectoire résidentielle. Désormais, en effet, la population qui s’installe/vit dans les périphéries urbaines est majoritairement constituée de ménages issus des quartiers centraux, tandis que ceux provenant d’autres wilayas (ou gouvernorats ou provinces) et des espaces ruraux sont plus faiblement représentés.

8L’accroissement des mobilités résidentielles et le double mouvement synchrone qu’elles organisent, le desserrement de la population vers la périphérie et l’étalement urbain, ont vraisemblablement été stimulés autant par la relance d’importants programmes publics d’habitat collectif et de lotissements formels et un marché informel vigoureux, que par le développement des infrastructures routières et ferroviaires, l’accès plus large à la motorisation et le déploiement du transport en commun, même si ces infrastructures apparaissent aujourd’hui saturées eu égard à l’accroissement exponentiel des usagers. Du fait que ces importants programmes publics d’habitat surviennent après une période de crise, les pratiques rentières et spéculatives se sont renforcées et ont probablement pesé dans l’accélération du développement des périphéries. Par ailleurs, les effets sociaux pour le moins mitigés de ces opérations publiques les inscrivent plus dans une volonté de régulation sociale et politique que dans une logique d’intégration sociale et urbaine, comme on le verra ultérieurement.

9Cependant, d’autres facteurs essentiels, généralisables à la plupart des villes du Maghreb, se conjuguent aux premiers pour jouer un rôle moteur dans ces mobilités résidentielles. Ils sont à chercher du côté des stratégies des ménages, dans leur désir d’individuation, d’amélioration de leurs conditions d’habitat et de meilleure localisation dans la ville. En outre, ces stratégies résidentielles s’alimentent, autant qu’elles alimentent, le dynamisme du marché foncier et immobilier formel et informel. A priori, il n’y a pas d’égalité dans le rôle joué par ces différents facteurs, qui souvent se conjuguent ; et, selon le contexte urbain étudié, certains pèsent plus que d’autres sur les mobilités résidentielles.

10Par ailleurs, les études de cas à l’échelle des micro-territoires mettent en évidence une distinction entre, d’une part, les mobilités résidentielles liées à une offre de logement existante (programmes immobiliers) ou de terrains pour construire des villas en lotissement formel, et, d’autre part, des mobilités qui visent à s’installer sur un terrain acheté dans le marché informel ou squatté pour auto-construire. L’une ou l’autre ne configure pas la ville de la même manière, même si, dans les deux cas, les ménages ou les individus qui se déplacent dans la ville mettent en œuvre des stratégies résidentielles.

11À l’occupation dense du sol dans le centre fait face un redéploiement périphérique plus consommateur d’espace avec des densités plus faibles, selon des discontinuités urbaines et un niveau d’équipement inégal, mais médiocre dans l’ensemble. Par ailleurs, l’insuffisance de planification, voire son absence, et le caractère en grande partie informel de l’urbanisation provoquent le mitage des espaces agricoles ou naturels. Le redéploiement périphérique est à l’origine d’une urbanisation discontinue et peu dense qui absorbe les petits bourgs environnants et finit par en faire des noyaux satellites plus ou moins indépendants. L’émergence de certaines communes en tant que pôles d’attraction est due à la disponibilité des réserves foncières à bon marché, mais aussi, dans de nombreux cas, à leur dynamique économique qui se traduit par des offres d’emplois.

Fragmentation socio-spatiale

12La conjugaison des trois mouvements de métropolisation, de desserrement et d’étalement urbain se répercute sur les configurations territoriales en faisant apparaître une nette tendance à la fragmentation socio-spatiale. Dans certains cas, les constructions territoriales actuelles des périphéries semblent « prolonger » la structure socio-spatiale de la ville. L’extension périphérique des quartiers de catégories sociales aisées fait apparaître une translation de ces caractéristiques sociales vers les nouvelles urbanisations et, de la même manière, les périphéries abritant une population modeste se développent à partir des quartiers populaires. L’impact de la proximité valorisante de quartiers traditionnellement aisés sur le marché foncier peut en être un facteur d’explication. Cependant, la tendance générale et la plus spectaculaire réside en un renforcement de l’hétérogénéité sociale des périphéries, à toutes les échelles, souvent pour des raisons d’opportunités foncières et de combinaisons entre les marchés formel et informel dans un même territoire. Ainsi, les lieux résidentiels périphériques se caractérisent par des recompositions sociales qui tendent à transformer les quartiers populaires en quartiers de classes moyennes, tant par l’arrivée de nouvelles populations plus nanties que par la « moyennisation » d’une partie des anciens résidents. Inversement, des opérations publiques de logements sociaux ou d’accession sociale à la propriété sont localisées, pour des raisons de disponibilités foncières, dans des quartiers traditionnellement réservés à des catégories sociales moyennes.

13Si la fragmentation reste en question (Navez-Bouchanine, 2003), les observations sur les ségrégations/intégrations socio-spatiales à l’échelle de micro-territoires confirment l’idée que l’urbanisation périphérique fait passer les villes étudiées d’une dualité socio-spatiale à une structuration par « fragments » ou « enclaves ». Ce sont des mutations qui, selon Navez-Bouchanine (Ibidem), renvoient chez les chercheurs au passage d’une vision de la ville bipartite à une vision kaléidoscopique de l’urbain. L’auteure souligne à juste titre que cette dernière va de pair avec l’affaiblissement de la vision centre-périphérie, laquelle fait place à quelque chose de plus complexe mais qui cherche encore son nom. Ainsi, dans ce travail, les termes « fragmentation », « enclaves » ou « fragments » sont des métaphores que nous utilisons pour désigner le caractère spectaculaire des phénomènes observés. Il ne s’agit donc pas, là non plus, d’une approche normative de l’urbain qui consisterait à stigmatiser la fragmentation et à l’avancer comme un alibi aux interventions « réparatrices » et de mise à la « norme spatiale ». Une telle manière de penser exprimerait une dérive de la recherche urbaine sur le Maghreb, allant totalement à l’encontre de ce que Navez-Bouchanine voulait pointer dans La fragmentation en question.

Éclatement de la centralité et hiérarchisation socio-spatiale

14La fragmentation urbaine des villes étudiées du Maghreb concerne à la fois les espaces résidentiels et la centralité urbaine. Le passage d’un centre unique à la multiplication des polarités urbaines en est la caractéristique la plus visible. Les mobilités résidentielles des ménages finissent par reconfigurer le territoire urbain et à peser à leur tour sur la localisation des activités. On assiste ainsi à un redéploiement de la centralité dans la périphérie, redéploiement qui déconcentre et dédensifie des espaces centraux au profit de leur tertiarisation. Cette dynamique des espaces centraux traditionnels en rapport avec le développement des périphéries opère comme pour en faire des vases communicants. Les périphéries, y compris les plus récentes, ne sont pas que des « conglomérats » résidentiels. Elles comprennent des centralités anciennes qui se sont renforcées et des nouvelles polarités, spontanées ou programmées (de type centres commerciaux ou malls), à vocation administrative, commerciale, de services ou de loisirs. Cette grande diversité recouvre une hiérarchie faite de centralités périphériques de proximité, de centralités intermédiaires et de centralités « polarisantes » sur toute la ville. L’urbanisation périphérique, par le contenu et la hiérarchie de ses centralités, par ses types d’habitat et par son peuplement, fait apparaître une fragmentation socio-spatiale plus complexe que les ségrégations socio-spatiales traditionnelles que connaissaient les villes depuis les indépendances. Les dynamiques de multiplication des polarités urbaines, à l’initiative du secteur formel, participent vraisemblablement à la hiérarchisation sociale de l’espace, selon leur offre et les populations qu’elles ciblent. Parallèlement aux polarités urbaines formelles, d’autres types de pôles commerciaux, de services et d’activités artisanales, à caractère informel ou semi-informel, se développent au gré d’une urbanisation généralement informelle. Ils participent à leur façon de cette hiérarchisation de l’espace urbain.

15Les mutations de la centralité des agglomérations maghrébines présentent des caractéristiques similaires à celles des agglomérations européennes. Dans tous les cas, il s’agit d’un système où l’espace central, autrefois unique et « unificateur », n’est plus partagé ou partageable par tous. Le polycentrisme actuel fait qu’un centre fréquenté par la population de certains secteurs de l’agglomération n’est pas facilement accessible à d’autres, d’autant qu’elles ont à leur portée une autre centralité. Il n’y a donc plus de centralité unifiée, mais un éclatement de la centralité. Dans le même temps se développe un phénomène de rétraction de l’espace public qui se manifeste par différents processus, notamment celui du contrôle de sa fréquentation, une sorte de privatisation conduisant à l’exclusion de certaines populations (mendiants, jeunes, etc.), afin de les rendre invisibles aux touristes et aux cadres étrangers. La gestion des grands centres commerciaux, relevant du droit privé et assumant de fait des fonctions d’espace public, peut consister à mettre en place des règles qui conduisent à exclure certaines populations.

16L’obsolescence du modèle centre-périphérie n’est plus à démontrer pour les agglomérations maghrébines. L’unicité organique de la ville autour de son centre disparaît au profit d’un système de centralité éclatée qui distribue les populations, selon leur milieu social, dans les espaces publics qui leur sont destinés. Les « frottements » et les interactions sociales (Goffman, 2003) entre différents groupes sociaux, que permettait la centralité traditionnelle, se font-ils alors plus difficilement ou plus rarement ? Ou, au contraire, peut-on considérer que les interactions sociales continuent à se faire différemment par morceaux d’agglomération et, finalement, que les pratiques qui s’effectuaient dans le contexte de la ville organique en un seul lieu se font aujourd’hui en plusieurs lieux ? Reste à analyser l’accessibilité sociale de cette multiplicité de lieux, selon que l’on possède une voiture ou pas et selon l’adéquation entre l’offre et le niveau de revenus. Les couches sociales aisées ont vraisemblablement un large choix, pendant que celui des autres catégories sera plus ou moins restreint.

Individuation et distinction des catégories sociales émergentes

17De nombreux travaux mettent en évidence la territorialisation des couches moyennes ou des catégories sociales émergentes, une population rarement étudiée et pourtant révélatrice des dynamiques sociales dans les pays du Maghreb. La réflexion souligne la diversité des couches moyennes dont le panel couvre de larges pans de la population, caractérisés autant par des positionnements socioprofessionnels variés que par les différences de leur capital socioculturel. Certes, elles ne sont ni un groupe organisé ni une catégorie homogène ; elles ne sont ni riches ni pauvres, mais elles s’inscrivent toutes dans un processus d’individuation et de distinction. On peut y ranger les cadres, les professions intellectuelles supérieures, les professions intermédiaires et les employés, mais cette typologie n’a pas beaucoup de sens si l’on ne prend pas en considération les itinéraires sociaux de ceux qui composent ces catégories et leur rôle dans les solidarités familiales au Maghreb. Les conditions sont évidemment différentes entre ceux dont la position sociale résulte d’une ascension par rapport à la génération précédente et ceux pour lesquels elle est le fruit d’une reproduction sociale sur plusieurs générations. Les différenciations portent également sur le nombre de personnes à charge au sein des familles : la situation n’est pas la même lorsqu’on est cadre avec seulement ses propres enfants à charge et lorsqu’on subvient en plus aux besoins des parents, des frères chômeurs, etc. Cet éclairage sur les couches moyennes explique aussi les formes diverses de leurs mobilités et de leurs territorialisations. Elles s’effectuent généralement en périphérie, par leur accès à la propriété (encore faut-il distinguer entre les primo-accédants et les autres) et elles traduisent, à travers le type d’habitat (immeuble collectif, résidence fermée, villa) et l’image du lieu, leurs différenciations matérielles et symboliques.

18Les mobilités résidentielles de ces catégories sociales marquent un affranchissement partiel du passé qui se traduit par des pratiques spatiales nouvelles fondées sur la distinction et qui renvoie aux valeurs collectives d’une classe moyenne émergente. Ce processus suppose une tension permanente entre les dispositions individualiste et communautaire et entre le besoin d’affirmation de son individualité et celui d’expression de son appartenance au groupe de la promotion sociale. Dans tous les cas, le souci de distinction individuelle et sociale est un des principes actifs du processus d’individuation. Si les habitants, en s’installant en périphérie, veulent marquer la distance avec leur famille et maîtriser les rapports avec leurs nouveaux voisins sur un mode électif, il n’en demeure pas moins que le lien social est loin d’être inexistant. Ce dernier constitue, au contraire, une solide valeur acquise au cours de l’itinéraire résidentiel et une ressource qui oriente nombre d’actions spatiales. Il est mobilisé pour acquérir le logement et entretenu par la visite fréquente à la parenté directe et aux amis. Ainsi les valeurs communautaires d’entraide et de solidarité sont-elles toujours prégnantes, mais les habitants opèrent des choix et maîtrisent ce qu’ils vont partager.

19L’autonomisation de l’individu puise dans les expériences accumulées au sein de registres divers d’espace et d’actions qu’il a connus. Les biographies et les rapports aux lieux fréquentés confortent cette analyse et mettent en évidence leur inscription dans un réseau identifié et identifiant de « circuits topographiques et sociaux hautement connectés » (Tarrius, 2000). Ce processus de territorialisation consiste à composer en un système les nombreuses et éclectiques territorialités acquises au cours des trajectoires résidentielles et celles en cours d’édification. Le système alimente les représentations et les identités, en tant qu’entités individuelles, émancipées et singulières et, en retour, s’alimente d’elles. La recomposition territoriale apparaît ainsi complexe et reflète la présence de dispositions dissonantes au sein des individualités en construction. Autrement dit, la réorganisation des cadres de la quotidienneté résulte d’un itinéraire d’individuation qui est lui-même le fruit de l’arrangement silencieux des contradictions de l’être éminemment pluriel.

Marginalisation socio-spatiale de la population modeste

20En revanche, les mobilités occasionnées par le relogement des populations issues de quartiers précaires fragilisent généralement ces groupes sociaux. Les opérations publiques de recasement des populations des quartiers d’habitat précaire, quels que soient les montages d’ingénierie sociale qui les accompagnent, se soldent rarement par une intégration sociale et urbaine de leurs destinataires — les soi-disant « bénéficiaires ». La structuration socio-spatiale des périphéries fait apparaître de nouvelles formes d’exclusion, provoquées par l’éloignement de populations aux revenus modestes ou moyens des centres et des lieux d’activités et d’équipements, éloignement qui participe de leur fragilisation sociale. Le relogement de la population des bidonvilles dans la périphérie lointaine occasionne des frais d’installation élevés (finitions, frais de raccordement aux réseaux, factures de consommation d’eau et d’électricité…) qui grèvent leurs faibles revenus. De plus, l’éloignement de la population des bidonvilles dans « la périphérie de la périphérie » pose le problème de son intégration sociale et économique, la dissociation entre lieux de domicile et de travail étant une des conséquences la plus désastreuse de ces opérations de relogement.

21Certes, les opérations de traitement des quartiers précaires permettent de meilleures conditions d’habitat et la décohabitation des ménages qui accompagne leur processus d’individuation. Mais, paradoxalement, la décohabitation tant attendue par les ménages — et particulièrement par les femmes — se traduit aussi par leur fragilisation économique due à l’affaiblissement des solidarités familiales face à des dépenses plus importantes. De nombreux ménages bénéficiaires d’un lot d’accession à la propriété préfèrent les logements sociaux, moins éloignés et plus adaptés à leur solvabilité. Ceci étant, le modèle de l’accession et ses significations sociales séduisent et finissent par forcer la main à de nombreux ménages qui ont du mal à assumer par la suite leur statut de propriétaire. Certains seront alors contraints de revendre pour se réinstaller dans l’habitat précaire. En outre, l’isolement socio-spatial occasionné par ces opérations d’accession sociale à la propriété est vécu par les familles comme la source d’une marginalité matérielle et symbolique plus forte que celle qui était la leur dans l’ancien quartier.

  • 2 Tendance principale.

22Généralement, les outils de l’ingénierie sociale sont définis en fonction de connaissances approximatives des populations et d’une sous-estimation de certaines réalités locales. La mise en œuvre montre rapidement un décalage entre les objectifs et leur portée ; les dispositifs destinés aux populations pauvres sont fréquemment transformés, tandis que les objectifs et les critères d’éligibilité sont redéfinis. De ces ajustements successifs, il ressort souvent un report de la « cible » pauvre vers des catégories sociales intermédiaires (le bas de la classe moyenne, néanmoins en situation de vulnérabilité), et non pas des tentatives d’adaptation aux besoins et aux capacités des populations pauvres. Cette mécanique est récurrente et démontre s’il en est besoin le caractère souvent illusoire des approches par les « capabilités » pour lutter contre la pauvreté. Le volontarisme marchand et normatif qui préconise la mobilisation de ressources locales et le consentement à payer au service de l’individu entrepreneur de lui-même ne résiste pas à l’épreuve des faits. Et cela simplement parce que la culture mainstream2 de la participation reste à construire.

La mobilité, un facteur discriminant

23Nos analyses mettent en évidence de fortes correspondances entre la mobilité résidentielle et l’itinéraire social des individus. La mobilité résidentielle des ménages est généralement motivée par le désir d’améliorer leurs conditions d’habitat ou de parvenir à un type d’habitat qui reflète une position sociale acquise et par la volonté d’accéder à la propriété. Les réajustements entre habitat et position sociale acquise des individus se font également à travers un arbitrage entre le type d’habitat, la localisation dans la ville et l’image du lieu d’installation. Si, dans les cas étudiés, la mobilité résidentielle des ménages se traduit par leur mobilité sociale, elle est loin d’être à la portée de tous. Des discriminations apparaissent entre ceux qui ont la possibilité d’engager des migrations internes et ceux condamnés à rester fixés dans leur lieu. Des discriminations apparaissent également à travers les trajectoires sociales et résidentielles qui se révèlent plus ou moins longues selon la position sociale d’origine des individus. Cependant si, dans certains cas, les migrations internes sont une opportunité d’ascension sociale qui débloque des trajectoires sociales, dans d’autres elles peuvent témoigner d’une exclusion et d’une marginalisation.

24Dans leur lieu d’ancrage actuel, les ménages s’ingénient à signifier cette ascension sociale à travers leurs nouveaux modes de vie, les significations nouvelles qu’ils donnent au quartier et l’aménagement de leur habitat. Le passage d’un type d’habitat à un autre et les significations sociales qu’il suppose traduisent les conditions différentielles de la mobilité résidentielle entre les groupes. Elles sont fonction de la longueur du chemin à parcourir en passant d’un logement à un autre avant d’en trouver un qui satisfasse le ménage. Les plus privilégiés peuvent y arriver immédiatement, alors que les plus défavorisés ne peuvent espérer y parvenir qu’après un long itinéraire s’étalant parfois sur plusieurs générations. C’est le cas des ménages de milieu ouvrier qui ont dû effectuer plusieurs déménagements avant d’aboutir à un type d’habitat et à une localisation qui les satisfassent, sachant en plus qu’ils accèdent tardivement à la propriété. S’ils considèrent qu’il s’agit là de l’étape ultime de leur itinéraire, beaucoup encouragent leurs enfants à la mobilité. En revanche, les familles de couches moyennes récemment installées ont souvent déjà eu le statut de propriétaire et leur itinéraire pour accéder à l’habitat individuel est relativement plus court que celui des précédents. Passer de l’appartement à l’habitat individuel (ou à l’immeuble familial) est déjà en soi l’expression d’une mobilité résidentielle et sociale. Les résidents de ce type d’habitat l’évoquent avec fierté comme l’accomplissement de leur réussite sociale, tandis que pour les groupes sociaux qui n’y ont pas accès, c’est une sorte d’idéal type à atteindre.

Les logiques de l’action publique en matière d’habitat et les mobilités induites

25Le présent chapitre s’appuie sur l’idée que l’évolution récente des politiques urbaines et des modes de régulation qu’elles mettent en œuvre au Maghreb est en partie liée aux effets de la mondialisation. Sans approfondir la réflexion sur ce processus complexe, on peut néanmoins considérer que la mondialisation a vraisemblablement eu des effets importants sur les capacités redistributives des États. Ce contexte a réduit leur marge de manœuvre, mais, paradoxalement, il a favorisé le réaménagement des politiques urbaines. Dès lors, la construction d’une image urbaine attractive pour les investisseurs étrangers sera placée au cœur de l’action publique dans les pays du Maghreb — trois pays où la mise en œuvre des politiques urbaines présente les mêmes tendances, avec cependant des temporalités et des formes différentes. On assiste alors à une relance des grands programmes immobiliers initiés sous des formes partenariales entre les institutions et les promoteurs privés, à une multiplication des actions en direction des quartiers précaires, au développement de grands projets urbains, à un réajustement des outils de planification urbaine et à l’intégration récente des préoccupations environnementales.

Prédominance de la régulation sociale sur l’intégration

26La relance des programmes immobiliers correspond généralement à une réponse aux besoins de catégories sociales émergentes ou de couches moyennes. Si l’objectif de ces opérations est l’intégration de ces catégories, considérées comme la base sociale du pouvoir, il n’en demeure pas moins que les modalités de financement de ces actions, souvent relayées par des opérateurs privés, et les formes d’habitat proposées et leur localisation, fonctionneront comme une sorte de tri marquant les différenciations sociales à l’intérieur des couches moyennes. Les politiques de traitement des quartiers précaires, aidées par la Banque mondiale, renvoient au souci d’éviter qu’ils ne se transforment, sous l’effet du mouvement islamiste, en zones politiquement incontrôlables. Inscrites dans une logique de régulation sociale et non d’intégration sociale des bénéficiaires, ces opérations se soldent souvent par une marginalisation socio-spatiale accrue de ces populations.

27À l’issue de nos réflexions, la question de l’habitat au Maghreb apparaît comme un champ privilégié de la régulation sociale et politique. Il doit être entendu toutefois que la logique régulatrice produit toujours l’action dans un cadre normatif, institutionnel, conventionnel, tout en le transformant à la marge. Imprégnées de cette logique, les politiques en matière d’habitat s’avéreront limitées au seul besoin de loger des populations. Dès lors, l’intégration sociale et urbaine des populations sera l’angle mort de la conception et de l’implantation des opérations d’habitat. Situées dans la périphérie des villes, généralement, leurs articulations avec les bassins d’emplois et d’activités et avec les centralités et les équipements ne sont quasiment jamais envisagées. Ainsi, les opérations d’habitat réservées aux populations solvables seront plus facilement accessibles aux ménages dont le taux de motorisation est élevé. Par ailleurs, les politiques de traitement des quartiers précaires, particulièrement celles qui consistent à reloger la population, aboutissent souvent à leur marginalisation sociale et urbaine. De telles situations finissent par déboucher, dans de nombreux cas, sur le changement des bénéficiaires, en faveur de catégories moins fragiles socialement. Parfois, ce « glissement » social des destinataires se produit dès le lancement des opérations, à cause des conditions d’accès au logement, qui excluent les moins solvables. Toutefois, les politiques publiques en matière d’habitat étant ciblées sur les couches moyennes et la population des quartiers précaires — ne couvrant donc pas l’ensemble de la demande sociale en matière de logement —, une population importante s’adressera au marché informel. La tolérance des États par rapport au marché informel de l’habitat procède de la même logique de régulation sociale.

Les enjeux de la mobilisation foncière

28La raréfaction du foncier dans les grandes villes accentue les tensions sur l’accès des populations à l’habitat. La mobilisation du foncier pour les programmes publics devient de plus en plus difficile, les obstacles étant liés aux négociations laborieuses qui se heurtent aux stratégies des propriétaires pour augmenter la plus-value foncière liée à l’urbanisation et à celles des occupants illégaux pour des conditions de déplacement acceptables. Parallèlement, les États ont mis en place de nouveaux systèmes de promotion foncière réservés aux catégories sociales aux revenus moyens et supérieurs, ne laissant ainsi pas d’autre choix au reste des populations que celui de s’adresser à la filière privée parallèle. Les nouvelles pratiques foncières dans les grandes villes du Maghreb conduisent à formuler deux observations relatives au rôle de l’État, qui a fait preuve d’une tolérance confinant au laxisme. Cette politique du laisser-faire résulte, d’une part, de son incapacité à régir le marché foncier du fait des enjeux fonciers qu’il recouvre, et s’explique, d’autre part, par la volonté de l’État d’évacuer la question du logement social en se déchargeant d’une partie de ses obligations, tant sur le lotisseur clandestin pour lever l’obstacle foncier que sur les ménages pour le financement du logement. Cette forme de promotion foncière a été l’un des leviers essentiels du développement de l’habitat informel périurbain. La nouveauté de ce type d’habitat réside non seulement dans l’origine urbaine des populations qui l’ont édifié ou dans la qualité de la construction, mais également dans la nature de la promotion foncière qui a permis de produire ce type d’habitat à une large échelle.

29La redistribution de la population se fait généralement par le jeu du marché immobilier : les ménages tentent de faire les meilleurs arbitrages entre leur désir de localisation dans l’agglomération et les contraintes du marché. Il faut considérer, par ailleurs, que les difficultés de mobilisation du foncier par les opérateurs du secteur formel et son renchérissement réduisent le panel des populations qui peuvent accéder à ces opérations d’habitat. Cependant, il existe en dehors du marché immobilier des voies non marchandes d’accès au foncier ; des voies davantage liées au capital social des ménages, notamment à leur appartenance à des réseaux influents : corps militaire, pouvoirs publics, cadres de grande entreprise, originaires d’une même région, etc. À côté de ces processus largement « spontanés », où des logiques entrecroisées mêlant à la fois, d’un côté, les critères de présence des auto-constructeurs dans les bonnes filières et réseaux d’accès fonctionnant dans la sphère de l’administration et, d’un autre côté, les règles de la spéculation marchande, se superposent des logiques plus formelles, plus facilement identifiables de distribution des populations par des filières administratives. Par ailleurs, les capacités de mobilisation du foncier, les stratégies des acteurs et les procédures établies pèsent sur la mise en œuvre des grandes opérations immobilières, sur leurs temporalités et ainsi sur leur accessibilité sociale.

Inscription socio-spatiale dans la ville, ancrage et stratégies de mobilité sociale

  • 3 Définitions reprises, en les simplifiant, de Lévy et Lussault (2003), pp. 907-908.
  • 4 Ibidem.

30L’ancrage territorial renvoie à un processus de territorialisation ou de construction territoriale, soit des mécanismes et des notions qui ont été à la base des hypothèses de ce travail. Le territoire selon Barel est un « milieu de vie, de pensée et d’action dans lequel et grâce auquel un individu ou un groupe se reconnaît, dote ce qui l’entoure de sens et se dote lui-même de sens, met en route un processus identificatoire et identitaire » (Barel, 1990). Selon l’hypothèse centrale de notre recherche, le territoire serait un espace « approprié », c’est-à-dire un espace disposant, d’une manière ou d’une autre, d’un attribut de possession ou d’identification3. Ainsi, le territoire exprime la complexité de la réalité des constructions socio-politico-économiques ancrées dans un espace physique, auquel cas il renvoie aussi bien à la matérialité des formes (matérialités naturelles et construites, découpages politiques, juridiques et administratifs) qu’à leurs dimensions idéelles (idéologies spatiales, représentations, systèmes de valeurs, etc.)4.

31Dans l’optique de ces débats scientifiques, la notion de territorialisation recouvre l’idée d’ancrage et de construction d’un territoire (de vie), en tant que processus individuel et collectif. La notion de quartier est ici interrogée. Que signifie-t-elle pour les habitants des zones d’urbanisation périphérique récente ? Que représentent pour eux aujourd’hui la hawma (le hay) ? Ces quartiers, si quartier il y a, sont ou peuvent être des lieux d’émergence de notabilités, de construction de légitimités et de citadinité, de « gestion » par des organisations formelles et informelles, traditionnelles (jemâa) ou nouvelles. Ces « entités urbaines » sont-elles des lieux privilégiés de construction de sociabilités, de solidarités (autres que les relations de voisinage), de mobilisations des habitants ? Est-ce à cette échelle que se construisent ou s’expriment des identités ? Comment les « valeurs », les représentations de ces quartiers agissent-elles dans les stratégies résidentielles ?

32Notre posture, même si elle est ouverte (puisque collective), doit être rappelée, puisque l’idée même d’un ancrage local (de même que l’importance des pratiques de proximité) est contestée par ceux qui considèrent qu’elle est antinomique de la généralisation des pratiques de mobilité — les tenants de cette position se partageant entre ceux qui privilégient la fin des quartiers (Ascher, 1995) et l’émergence de « territoires de la mobilité », tels Tarrius, et ceux qui annoncent la survenue de non-lieux (Augé, 1992). La question est d’autant plus complexe que, même si l’on accepte l’idée que le quartier existe, il ne constitue jamais le seul espace de vie des citadins ; bien des déterminants sociaux se jouent hors du quartier et l’emboîtement des échelles est quelque chose à approfondir. Ceci pose aussi, entre autres, la question des espaces publics.

Ancrage et aboutissement de trajectoire

  • 5 Les hypothèses rejoignent en grande partie les thèses développées dans l’ouvrage d’Authier et al. ( (...)

33Les travaux mobilisés dans le cadre de cette recherche montrent, en tout cas, que le quartier garde une place importante aux yeux des individus parce qu’il répond à leurs besoins d’ancrage et de proximité5. Ces besoins expriment aujourd’hui, chez le citadin ordinaire, le pendant symétrique de l’éclatement de ses mobilités, voire de sa crainte diffuse de la mondialisation. Selon la psychologie de l’espace (Moch et Moser, 1997 ; Moser et Weiss, 2003), cette territorialisation paradoxale rend compte des contrastes nécessaires à une dynamique vitale où l’individu perçoit l’espace dans des oppositions : le dedans et le dehors, le vide et le plein, la concentration et l’isolement, l’enracinement et la mobilité, etc. Ainsi, le quartier resterait le lieu de l’enracinement et de l’ancrage : une sorte de port d’attache devant l’immensité du monde devenu accessible. Il resterait un lieu de ressourcement et de régénération nécessaire à l’individu afin de lui permettre d’affronter la ville dans ce qu’elle présente toujours, peu ou prou, d’étrange et d’exotique. Malgré la mobilité des hommes et la globalisation des enjeux socio-économiques, il faut encore « être et se sentir de quelque part » pour agir et être reconnu (Tizon, 1997).

34Mais si le quartier existe toujours, ses significations, quant à elles, ont changé, ainsi que les formes de territorialisation qu’il traduit. Ces dernières permettent d’inscrire l’analyse dans l’articulation entre l’organisation sociale et les propriétés physiques d’un espace, d’une part, et de mettre d’autre part en évidence comment la population adapte l’espace à ses modes de vie et comment, en retour, celui-ci nourrit les représentations. Sans réifier le quartier, celui porté par la parole des habitants peut être considéré comme un « bricolage, un univers aux contours flous et fluctuants, qui doit être appréhendé au regard d’un contexte urbain, social et politique, observé à différentes échelles » (Authier et al., 2006, p. 103). En débattre nous permet de mettre en perspective les différentes contributions qui ont été fournies sur ce thème.

35À l’issue de leur trajectoire résidentielle, le processus d’ancrage des ménages dans leur nouveau lieu de résidence se traduit par la construction d’une identité sociale et de modes de vie, qu’ils essayeront de refléter à travers leur habitat et les significations données au quartier. Les nouveaux modes de vie, différents de ceux pratiqués antérieurement, témoignent souvent d’une distance par rapport aux modèles traditionnels, notamment celui de la famille élargie dominée par le patriarche, de la soumission du couple, voire de sa négation, ou encore celui du fonctionnement communautaire du voisinage. L’autonomie résidentielle du ménage et son affranchissement de la famille élargie et du contrôle social de l’ancien voisinage lui donnent la possibilité de mettre en œuvre les modes de vie auxquels il aspirait. Ces modes de vie se reflètent dans de nouvelles formes de sociabilités (les rapports à la famille et au voisinage changent) et un processus d’individuation de plus en plus affirmé dans le sens de nouvelles formes d’activation des réseaux sociaux situés en dehors de la famille et du voisinage.

36L’individuation fait apparaître une diversité dans les modes de consommation, dans les aspirations, dans les pratiques, etc. ; une diversité qui traduit un télescopage des modèles anciens et nouveaux. L’individu, dans son processus de socialisation, cherche à échapper aux sociabilités de type communautaire, tout en continuant à y puiser les solidarités qui lui permettent de s’affranchir. Dans ce mouvement contradictoire apparaissent alors des sociabilités nouvelles, comme celles correspondant aux associations ou, plus largement, à la structuration de véritables réseaux sociaux qui dépassent le seul quartier et remplacent progressivement les organisations traditionnelles, telles que la djemâa.

37Contrairement aux pratiques du ménage dans l’ancien quartier, les sociabilités résidentielles se limitent généralement aujourd’hui à une simple courtoisie entre voisins ; mais elles peuvent s’épanouir dans l’espace public. Le ménage maintiendra ses relations avec l’ancien voisinage, mais elles seront choisies, dans leurs formes et leur temporalité. Dans tous les cas, les individus pratiquent, sur un mode électif, un tri dans leurs relations, les choisissent, les différencient, les hiérarchisent et en gardent une parfaite maîtrise pour préserver leur intimité et un certain anonymat ; un anonymat qui, en retour, les émancipe des structures traditionnelles et leur offre une liberté dans la création de nouvelles formes de sociabilité. Les solidarités prennent également d’autres formes et d’autres contenus et conduisent les ménages à privilégier la constitution d’un capital social en identifiant les personnes clés du quartier susceptibles de renforcer ce capital social et en activant des réseaux dans lesquels ils verseront leur propre capital social et/ou culturel.

38Le quartier, en tant que construction sociale, évolue en fonction du système de valeurs que projettent les habitants et participe en retour au processus identificatoire et identitaire des individus. C’est précisément ce processus et les représentations que les individus mobilisent qui sont à l’œuvre dans la formation d’une communauté de voisinage et, ainsi, dans les mécanismes d’ancrage et d’intégration. On assiste alors à la recomposition du quartier qui passe de lieu de solidarités quasi communautaires au caractère aliénant, au lieu où l’individu garde la maîtrise de ses relations en pratiquant un tri dans ses sociabilités.

  • 6 Ce paragraphe est un extrait de la thèse de Zaki (2005). Nous le reproduisons parce qu’il nous semb (...)

39Dans les quartiers de relogement des populations issues des bidonvilles, les processus d’ancrage et d’identification sont plus complexes. Le départ du bidonville transforme les modes de présentation de soi des relogés (même si des constantes restent perceptibles) : il permet en effet d’assumer davantage une stratégie de « retour du stigmate » (Goffman, 2003) consistant non pas à dissimuler, mais au contraire à revendiquer et à valoriser une identité bidonvilloise conjuguée au passé. La disparition (partielle) du lieu permet d’échapper à la censure du réel. Elle incite en effet à voir dans l’existant, dans ce qu’il est advenu de l’ancien quartier, la dénaturation d’un mode de vie et d’une histoire reconstruits en contrepoint (et largement fantasmés). La fierté d’avoir été bidonvillois, d’avoir appartenu à un espace urbain central, passe par l’accès à un nouveau statut, celui d’urbain régulier. La respectabilité liée au statut de propriétaire permet l’expression d’une nostalgie du bidonville, elle-même avivée par les difficultés rencontrées au quotidien par les relogés. Les entretiens reflètent finalement la fluidité des adhésions et des oppositions ; ils traduisent le caractère évolutif des affiliations et des antagonismes : la définition de l’appartenance ou de l’exclusion se base sur des oppositions certes tranchées (profiteurs du relogement/lésés par le relogement ; propriétaires à part entière/propriétaires à crédit ; ex-bidonvillois/outsiders ; ex-bidonvillois/urbains légitimes) mais qui ne fonctionnent que dans certaines situations. Le relogement a produit de nouvelles formes d’évaluation sociale, mais celles-ci ne constituent pas des critères de classement exclusifs. Elles n’opèrent pas systématiquement et sont pondérées différemment en fonction des interactions (Zaki, 20056).

40L’habitat et les pratiques d’appropriation dont il fait l’objet reflètent le mieux les efforts consentis par les ménages pour signifier leur ascension sociale. L’habitat devient ainsi un médiateur dans la communication sociale entre les individus. Il apparaît comme le moyen de mesurer le « chemin parcouru » par le ménage pour passer du statut de locataire dans un appartement ou dans la maison familiale au statut de propriétaire de sa propre maison. Il permet surtout de spécifier les groupes sociaux, de connaître le mode de gestion de leur mutation sociale et leur degré d’intégration à l’urbain. Face à l’opacité qui entoure les revenus des ménages, les investissements familiaux dans l’habitat s’avèrent plus efficients pour déterminer leur niveau social effectif. Dans tous les cas, l’habitat joue un rôle dans l’identification sociale et témoigne des différenciations sociales dans le quartier. Pour les couches émergentes, il contribue à la valorisation du quartier et devient un élément de valorisation de soi et de la collectivité. L’aménagement des lieux comme la façade, le jardin ou le balcon, témoigne des efforts de distinction par rapport aux quartiers pauvres et de mimétisme avec les quartiers riches.

Les stratégies d’intégration urbaine

41L’intégration urbaine du quartier et la valorisation de son image sont une préoccupation essentielle, tant pour les ménages de milieux populaires que pour ceux issus de couches moyennes. Lorsqu’elle existe, l’organisation collective, généralement associée à cette préoccupation, sera diverse dans ses formes et ses revendications. Les réajustements de ces formes et ces revendications, comme certaines situations conflictuelles, sont en permanence négociées. Les revendications des ménages se font de plus en plus précises et témoignent, peu ou prou, d’une accumulation de compétences (connaissances du lieu, constitution de réseaux, compréhension des enjeux, etc.). Lorsque la population a accumulé de l’expérience en matière d’organisation collective, les revendications font l’objet d’un tri et d’une hiérarchisation qui se présentent comme autant de stratégies dans la négociation avec les pouvoirs publics. Cependant, cette dynamique, loin d’être linéaire et ascendante, est paradoxale, évolue en dents de scies, avec des périodes de statu quo et peut devenir l’origine de conflits internes au quartier.

42En particulier, la confrontation de cette organisation collective — formelle ou informelle, traditionnelle ou associative — avec les pouvoirs publics dévoile des formes de compromis et d’arrangements. Ces formes de « négociation » sont d’autant plus justifiées face à l’inertie des pouvoirs locaux dans les différents pays étudiés ; des situations qui laissent souvent la place aux pratiques de détournement et au clientélisme. Cette organisation collective doit également faire face aux tentatives d’instrumentalisation politique, du côté des pouvoirs locaux, mais aussi du côté des islamistes. Les stratégies d’encadrement des quartiers par l’État constituent un processus de territorialisation par le haut qui vise moins l’intégration socio-spatiale des populations que la légitimation des sphères politico-administratives. Dans tous les cas, la territorialisation se fait dans le jeu de ces contraintes politiques.

43Les revendications portées par les organisations collectives traduisent la volonté des résidents de rapprocher ou d’adapter leur quartier aux normes urbaines des quartiers huppés. Elles traduisent une aspiration de la population à vivre au sein de quartiers dont le caractère aménagé, équipé, ordonné, aéré, verdoyant et propre, est souligné dans le discours. Les revendications des habitants auprès des pouvoirs publics concernent, en priorité, l’aménagement de l’espace public, en particulier, la voirie (revêtement, trottoirs, éclairage…), les réseaux divers (assainissement, électricité, etc.), et le transport. Par ailleurs, le désir des populations de voir l’éventail des équipements de leur quartier élargi aux cinémas, centres culturels, piscines, hôpitaux, établissements scolaires, etc., dénote une conception de l’urbain perçu en fonction du niveau et de la qualité de l’équipement. Ce n’est donc pas un hasard si la description de l’idéal type urbain par les habitants est illustrée par les quartiers de villes européennes (el kharadj), dont on souligne particulièrement l’organisation et l’ordre (el nidam). Ces deux dernières notions renvoient en fait à la présence et au rôle des pouvoirs publics dont on revendique la manifestation dans la vie quotidienne par l’organisation et la gestion de l’espace urbain.

44Les pouvoirs publics étant le plus souvent sourds à ces revendications, surtout lorsqu’elles émanent de quartiers populaires, la population recourt parfois à l’autofinancement de certains aménagements. Mais les finances mobilisées sont souvent en deçà des coûts que requièrent des aménagements dans les normes. Face aux carences des pouvoirs publics, les actions de volontariat des habitants vont se multiplier pour combler les trous d’une chaussée, nettoyer les espaces extérieurs, planter des arbres, etc. Toutefois, ces initiatives, parce qu’elles ne sont pas relayées par les institutions étatiques, restent dérisoires. Les rapports des pouvoirs publics avec les associations, en particulier dans les quartiers populaires, conduisent celles-ci à mettre en avant dans leur encadrement des médiateurs « politiquement corrects », des chefs de famille dont le niveau de revenu et le statut sont importants et qui déploient des efforts considérables pour valoriser l’image du quartier. Ils contribuent à certains aménagements de la voirie ou à la construction de la mosquée, ils font profiter une partie du quartier de leur groupe électrogène, d’une citerne, d’une bétonneuse, etc. À travers cet investissement apparemment altruiste des familles aisées du lotissement, il y a leur volonté, à la fois de façonner une image du quartier en adéquation avec leur place dans l’échelle sociale et d’acquérir une position de pouvoir parmi le voisinage. Autrement dit, ces pratiques sont l’expression d’un processus de constitution de notabilités locales qui s’avèrent être les véritables interlocuteurs du pouvoir à travers leurs réseaux informels. L’encadrement des associations de quartier, y compris dans les milieux populaires, est généralement investi par les plus nantis de leurs membres.

45Dans ce contexte, l’organisation collective doit faire face aux tentatives d’instrumentalisation politique, du côté des pouvoirs publics locaux, mais aussi du côté de l’islamisme politique radical. Dans le second cas de figure, l’organisation collective autour de l’amélioration des conditions de vie dans les quartiers peut connaître un reflux. La représentativité de ces organisations collectives reste généralement médiocre, de nombreux habitants n’en ayant qu’à peine entendu parler ou ne les connaissant pas du tout. La confrontation entre les élus et les structures censées représenter les usagers pose la question lancinante de la représentativité qui, en situation de conflit, devient un enjeu important. Les pouvoirs locaux savent qu’une décision ou une mesure sera d’autant plus facilement acceptée par les habitants qu’elle aura reçu la caution de quelques-uns des leurs. Dans cette optique, l’intervention de représentants des habitants facilite la pénétration d’un modèle de mise en ordre et de normalisation (Garnier, 2003, p. 127). Les structures associatives sont ainsi d’autant plus sensibles aux processus de notabilisation et de récupération. D’autre part, les pouvoirs publics restent partagés entre le confort relatif qu’offre le recours aux représentants des habitants et l’inquiétude que suscite l’absence des habitants qui peuvent, quant à eux, exprimer leurs revendications par des émeutes.

Conclusion

46À partir des matériaux mobilisés et des réflexions que ce travail a suscitées, il est possible de suggérer trois lignes de force qui sont autant les résultats de la recherche que ses ouvertures et prolongements. En premier lieu, il y a la dialectique du couple ancrage et mobilité ; en deuxième lieu, l’examen de ce couple à l’épreuve des politiques publiques ; et, en troisième lieu, l’analyse renouvelée des configurations territoriales par les mobilités.

Mobilité et ancrage

47Dans cette recherche, la question de l’opposition entre mobilité et ancrage est réfutée dans les contextes étudiés. À travers le discours des individus, le parcours migratoire n’a de sens que par les moments d’ancrage qui le jalonnent. Le regard que les habitants qui ont changé de résidence portent sur leur mobilité résidentielle est fonction des lieux d’ancrage et de ce que ces derniers représentent dans leur itinéraire socio-spatial. Le vécu dans ces lieux et moments d’ancrage restitue les stratégies résidentielles des ménages, leurs aspirations et les formes d’arbitrage et de compromis que ces derniers mettent en œuvre, ainsi que les ressources qu’ils ont accumulées et mobilisées pour consolider leur ancrage et réinventer leur quotidien ou, au contraire, poursuivre leur itinéraire. C’est bien la différence du vécu quotidien entre le lieu d’ancrage antérieur et actuel qui justifie en grande partie les raisons de la mobilité et qui permet d’évaluer la trajectoire sociale effectuée par rapport aux objectifs de départ. Ainsi, plutôt que de travailler sur les mobilités en soi, les chercheurs du groupement de projet ont focalisé leur attention sur l’étude du vécu et des pratiques des migrants ; une démarche qui a permis de traiter les notions de mobilités et d’ancrage dans leur relation dialectique.

48Il reste à définir la notion d’ancrage et ce qu’elle recouvre en matière d’attachement, d’identité et de relations sociales. L’attachement apparaît selon deux facettes, l’une affective, difficile à cerner, et l’autre liée la reconnaissance de soi. Cette dernière facette, qui renvoie aux processus identificatoires des individus et à leurs sociabilités, rend l’ancrage dépendant de ce qu’apporte le nouveau lieu de résidence à leur position sociale, en termes de valorisation et de distinction. Les relations sociales au sein du quartier sont alors envisagées prioritairement selon ce prisme. L’évaluation du quartier se fait en fonction des expériences résidentielles antérieures, de l’importance des réseaux sociaux tissés au sein et en dehors du quartier qui consolide la position sociale ainsi que des représentations du quartier dans la ville. Quant au rapport affectif, il est généralement reporté sur l’ancien quartier, celui de son enfance ou de sa jeunesse, dans la médina ou dans le centre.

49Il faut cependant souligner que, dans les sociétés étudiées, les effets mythiques et symboliques de la houma pèsent dans le processus d’ancrage. La référence symbolique à la houma traduit justement une sorte de quête de lieu idéalisé qui devrait permettre aux citadins de gérer les oppositions entre ancrage et mobilité et entre proximité et vastitude de l’espace urbain. Le quartier dans sa figure de houma rassure, sécurise et donne à ceux qui doivent se lancer dans la course quotidienne le sentiment d’une solution de repli. Les difficultés de maîtrise de la ville, qui ne cessent de grandir, sont aussi à l’origine de l’apparition d’une nostalgie pour la houma à laquelle le quartier est identifié, notamment chez les personnes âgées. Cette référence symbolique à la houma ressemble à celle du village dans la ville européenne décrite par Sansot. Selon la formulation de l’auteur, le quartier dans cette quête de village prend alors valeur de refuge : « […] le quartier représenta la maintenance du village, un de ces lieux où l’on a encore prise sur l’espace, où l’on possède une place assignée avant toute convention ou toute initiative de notre liberté. Un refuge » (Sansot, 1999, p. 263).

50À la question posée par les auteurs de l’ouvrage Le quartier… (Authier et al., 2006) : « Qu’est ce qui donne consistance au quartier et le structure : sa morphologie, son histoire, les solidarités sociales, les pratiques de ses habitants, les espaces publics, ses limites géographiques, son organisation politique et institutionnelle ? », nous pouvons répondre — pour les contextes étudiés dans le cadre de cette étude — que ce sont tous ces aspects à la fois. Nous insisterons sur les liens entre le quartier vécu et le quartier institué et la place de ce dernier dans la ville, par rapport aux centralités et à la marginalité. L’ancrage est d’autant plus important dans un territoire de connaissance et d’interconnaissance, comme le sont souvent les quartiers anciennement populaires ou ouvriers. Malgré les transformations socio-spatiales, tout un passé de labeur, toute une histoire locale, dans leurs moments les plus marquants, restent une réalité symbolique et commandent de nombreux comportements quotidiens. L’appartenance à un quartier, lorsqu’elle est corroborée par l’appartenance à un groupe social spécifique, devient une marque qui renforce le processus d’identification d’un groupe déterminé (de Certeau et al., 2003, p. 69). Ce processus est d’autant plus important dans les quartiers populaires, lorsque les nouvelles installations concernent la deuxième génération, qui souvent, par le truchement de la formation, a pu procéder à une ascension sociale et atteindre une position sociale plus élevée que les parents. Pour ces derniers, le groupe d’appartenance coïncide généralement avec le groupe de référence (Boudon, 2004), tandis que, pour de nombreux cadres issus d’autres couches sociales qui ont choisi de s’installer dans ces quartiers, le milieu populaire ne constitue pas un groupe de référence. En s’appuyant sur la symbolique de la houma et des convivialités qu’elle suppose, ils auront généralement un discours paternaliste et condescendant vis-à-vis des catégories populaires de leur quartier.

Mobilité et ancrage à l’épreuve des politiques publiques

51Les configurations et reconfigurations territoriales étudiées sont révélatrices des dynamiques d’adaptation des villes maghrébines à des processus plus globaux. Du côté des politiques publiques, la volonté d’inscrire les villes dans les dynamiques économiques mondiales justifie une mise aux normes urbaines qui se traduit notamment par des opérations de reconquête des espaces centraux en repoussant les populations modestes vers la périphérie lointaine et par des programmes d’habitat qui visent, selon leurs destinataires, la régulation sociale ou l’élargissement de la base sociale du pouvoir en place. Ces politiques, relayées par l’effet combiné des marchés formel et informel du foncier et de l’immobilier, ont fortement multiplié les mobilités résidentielles des ménages. Du côté des citadins ordinaires, chacun, selon sa position sociale, vivra différemment ces dynamiques. Les catégories sociales émergentes auront le choix de mieux se replacer dans la ville et opteront pour un habitat qui reflète leurs spécificités sociales, tandis que les couches populaires subiront ces politiques en étant contraintes à la mobilité vers la lointaine périphérie qui, pour la majorité d’entre elles, signifie une plus forte marginalisation socio-spatiale.

52La territorialisation des individus et des groupes sociaux ne se fait pas indépendamment de celle du politique. Au contraire, la territorialisation des politiques publiques (les pratiques spatiales du politique, par exemple les opérations d’urbanisme et d’habitat) interfère avec celle des citadins. Selon les groupes sociaux concernés, elle oriente, contrarie, s’oppose, accompagne, encourage ou affirme les pratiques de mobilité et d’ancrage des citadins. La compréhension de ce qui se joue à travers cette confrontation nécessite de partir de la praxis, de l’action humaine et des conditions objectives d’existence des individus vivant un moment donné dans un lieu précis. Leurs luttes pour le classement et la distinction concrète ou symbolique s’inscrivent dans des rapports sociaux de domination qui s’expriment à travers les processus de production de l’espace, de maîtrise et de contrôle de celui-ci. Les mobilités et les modalités d’ancrage des individus offrent ainsi la possibilité d’une analyse renouvelée des inégalités socio-spatiales. Les mobilités dessinent des trajectoires sociales d’intégration et d’ascension pour les couches moyennes et plus largement pour les catégories sociales émergentes, tandis que, pour les populations de milieu modeste, elles mènent, si ce n’est vers leur marginalité socio-spatiale, du moins vers leur fragilisation sociale. Les quêtes multiples, à l’origine des mobilités (meilleures conditions d’habitat, positionnement plus valorisant dans la ville, habitat conforme à son statut social, individuation, etc.), peuvent se solder par une satisfaction, un compromis ou un retour à la situation antérieure, sachant que les temporalités de ces trajectoires sont également un facteur discriminant.

53Lorsque l’on considère qu’une population est intégrée ou marginalisée spatialement et socialement, à quoi fait-on référence ? Au sentiment que son droit à la ville est remis en cause, aux représentations dont fait l’objet son lieu résidentiel, à la réalité de l’éloignement ou de la proximité des lieux d’équipements et de centralité ? Là encore, les réponses doivent être nuancées. D’abord, la situation de marginalité sociale et d’enclavement spatial peut exister à proximité de la centralité. Ensuite, l’éloignement périphérique n’est pas vécu de la même façon par les ménages motorisés et ceux otages des transports en commun. La mobilité quotidienne est la résultante des tensions générées par l’éclatement des espaces fonctionnels urbains auquel tout citadin est soumis. Mais il existe bien des inégalités face à cette tension, inégalités qui peuvent être exacerbées par les politiques de relogement qui éloignent les populations socialement vulnérables. Enfin, des ménages peuvent être satisfaits de leurs nouveaux quartiers et habitat, mais la perte d’emploi peut les faire basculer dans un sentiment de marginalité sociale.

54Soulignons ici qu’à travers la mise aux normes urbaines engagée par les politiques publiques, il y a un télescopage de modèles et des normes urbaines des villes européennes ou des pays du Golfe, intériorisés à travers les représentations qu’ils suscitent (modernité, développement, ascension sociale) par la population elle-même. Les représentations et les images sous-tendues par ces normes joueront un rôle important dans les stratégies résidentielles et les trajectoires géographiques des ménages qui ont le choix, tandis que, pour les autres, elles participeront à la stigmatisation des lieux résidentiels qui leur ont été destinés.

Configurations et reconfigurations territoriales

55La mobilité résidentielle permet une approche renouvelée des ségrégations/intégrations socio-spatiales. L’articulation entre les mobilités des individus et leur territorialisation ou leur processus d’ancrage recomposent les territoires qui sont passés de villes denses caractérisées par une division socio-spatiale duale à des agglomérations étalées qui se distinguent par une fragmentation socio-spatiale (des micro-ségrégations socio-spatiales) et l’éclatement des centralités. Les effets agrégés des mobilités ont complexifié et accentué les ségrégations socio-spatiales dans le sens de l’éclatement de la division socio-spatiale. Ainsi, des populations marginalisées peuvent-elles être à proximité spatiale d’espaces résidentiels de couches sociales émergentes intégrées. Cette proximité spatiale peut se traduire tantôt par du conflit et des systèmes de « fermeture » (murs, grillages, barbelés, etc.), tantôt par des liens, par exemple d’employeur/employé, et des « ouvertures ».

56Dans ces aires résidentielles socialement hétérogènes, les habitants nomment, qualifient les lieux et désignent ainsi les lieux d’évitement et les conduites d’évitement au sein d’un même quartier. D’autres résidents peuvent tenir un discours différent sur les mêmes lieux, qu’ils désigneront comme des lieux fréquentables. La ligne de démarcation entre les deux groupes d’habitants n’est pas forcément relative au statut social de l’individu. Des résidents aisés peuvent développer le même discours sur les espaces que les ménages issus de milieux modestes, comme ils peuvent faire apparaître une nette opposition sur la qualification des lieux. Dans ces conditions de « cohabitation » sociale, le quartier est un lieu à géométrie variable, selon la trajectoire sociale et résidentielle des individus, leur ancrage et leur position sociale. « Les villes sont divisées, partout et depuis longtemps, en parties distinctes et contrastées. Mais c’est rarement de la même façon que découpent et nomment ces parties ceux qui y vivent, ceux qui les administrent et ceux qui les étudient. […] Les mots, pourtant, contribuent à la division même de l’espace et à sa qualification. C’est par eux que les locuteurs désignent des lieux, distinguent des parties de la ville, les regroupent, les classent et les ordonnent. Les mots sont des formes d’objectivation de la diversité spatiale et sociale des villes, et des moyens pour s’y mouvoir et en jouer » (Topalov, 2002).

57Les hiérarchisations sociales se construisent dans la mise à distance mais aussi dans le frottement quotidien, dans l’opposition ou le partage contraint ou négocié, bref dans le consensus, le dissensus, la négociation et la transaction en continu. Parfois une proximité spatiale peut engendrer des tensions qui aboutissent à des « séparations » définitives, comme à des espaces de partage négocié. La proximité sociale peut se traduire également sous forme de paternalisme, de condescendance ou de charité religieuse des catégories aisées par rapport aux habitants modestes, ce qui n’exclut pas les tensions à terme. L’une des ouvertures de notre réflexion serait précisément d’explorer les dimensions spatiales et sociales des situations où différents mondes sociaux se frottent, tentent de dialoguer, de négocier ou entrent en conflits.

Haut de page

Bibliographie

Ascher F., 1995, Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 348 p.

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. « La Librairie du XXe siècle », 155 p.

Authier J.-Y., Bacqué M.-H. et Guérin-Pace F. (dir.), 2006, Le Quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 293 p.

Barel Y., 1990, « Territoires et corporatisme », Économie et Humanisme, n° 314.

Boudon R., 2004, « Adaptation sociale », Encyclopédie Universalis, version 9.

Certeau M. (de), Giard L. et Mayol P., 2003 (1re éd. 1994), L’Invention du quotidien, tome 2 Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 415 p.

Côte M., 1996, L’Algérie, Paris, Masson-Armand Colin, coll. « U », 253 p.

Escallier R., 2006, « Population et changement sociétal au Maghreb », pp. 61-88, in Troin J.-F. (dir.), Le Grand Maghreb, Paris, Armand Colin, coll. « U », 384 p.

Escallier R. et Signoles P. (dir), 1995, Les nouvelles formes de la mobilité spatiale dans le Monde arabe, Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches n° 28, 476 p.

Garnier J.-P., 2003, « Proximité spatiale et distance politique », pp. 119-132, in Ville et démocratie, Espaces et sociétés, n° 112, Paris, L’Harmattan.

Goffman E., 2003 (1re éd. 1974), Les Rites d’interaction, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 230 p.

Lévy J. et Lussault M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

Moch A. et Moser G. (dir.), 1997, « Psychologie environnementale : perspectives actuelles », in Psychologie française, n° 2.

Moser G. et Weiss K., 2003, Espaces de vie : aspects de la relation homme-environnement, Paris, Armand Colin, coll. « Regards », 402 p.

Navez-Bouchanine F., 2003, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ? Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 411 p.

Sansot P., 1999 (1re éd. 1971), La Poétique de la ville, Paris, Armand Colin, 420 p.

Tarrius A., 2000, Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires, La Tour-d’Aigues, L’Aube, coll. « Monde en cours », 266 p.

Tizon P., 1997, « Qu’est-ce que le territoire ? », in Di Méo G. (dir.), Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographie Sociale », 207 p.

Topalov C. (dir.), 2002, Les Divisions de la ville, Paris, UNESCO, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 469 p.

Troin J.-F. (dir.), 2006, Le Grand Maghreb, Paris, Armand Colin, coll. « U », 384 p.

Zaki L., 2005, Pratiques politiques au bidonville. Casablanca (2000-2005), Thèse de doctorat en Sciences politiques, IEP Paris, 555 p., ronéo.

Haut de page

Notes

1 Ces encadrés ne sont pas reproduits dans les résumés synthétiques.

2 Tendance principale.

3 Définitions reprises, en les simplifiant, de Lévy et Lussault (2003), pp. 907-908.

4 Ibidem.

5 Les hypothèses rejoignent en grande partie les thèses développées dans l’ouvrage d’Authier et al. (2006).

6 Ce paragraphe est un extrait de la thèse de Zaki (2005). Nous le reproduisons parce qu’il nous semble résumer de façon tout à fait pertinente l’ancrage difficile des « bidonvillois » relogés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nora Semmoud, « Mobilités résidentielles, pratiques de mobilités et constructions territoriales en périphérie(s) des grandes villes », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, 15-31.

Référence électronique

Nora Semmoud, « Mobilités résidentielles, pratiques de mobilités et constructions territoriales en périphérie(s) des grandes villes », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://emam.revues.org/105 ; DOI : 10.4000/emam.105

Haut de page

Auteur

Nora Semmoud

Professeur, Géographie, Université de Tours & Laboratoire CITERES|EMAM

nora.semmoud@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page