Navigation – Plan du site
Deuxième partie

Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb

Madani Safar Zitoun
p. 33-53

Plan

Haut de page

Texte intégral

Rappel des hypothèses de travail

1Dans notre programme de recherche, la première hypothèse peut être formulée de la façon suivante : si les périphéries, qui sont dues à des opportunités spatiales, peuvent être abordées comme des fragments spatiaux, elles ne peuvent pas pour autant être considérées comme des fragments sociaux. Elles rassemblent en effet des populations qui, même quand elles sont séparées spatialement du reste des populations des agglomérations urbaines compactes historiquement et socialement constituées, partagent avec elles des univers de représentations, des imaginaires communs, qui font encore lien, qui structurent leurs rapports au reste de la société.

2À travers la mise en œuvre des concepts d’urbanité et de citadinité, nous sommes donc allés à la recherche de ce qui fait lien, de ce qui contribue — au dam de certaines analyses catastrophistes (Donzelot, 2006) — à « faire » la ville plutôt que de ce qui participe à la « défaire ».

  • 1 Les citations renvoient ici à la réponse que le groupement de projet « Faire la ville en périphérie (...)

3Cette première hypothèse résulte d’une idée forte, celle qui considère les périphéries comme des lieux de « refondation du lien social », étant entendu par ailleurs que « l’émergence de nouvelles urbanités et citadinités [sont] deux processus qui s’interpénètrent et qui se donnent le mieux à voir dans les périphéries des grandes villes du Maghreb »1. L’adoption de cette posture est solidaire d’une autre, de nature épistémologique, qui consiste à dire qu’il faut « inverser la perspective dominante : plutôt que de rechercher les critères qui définissent et établissent de façon abstraite le caractère urbain et tout ce que doit renfermer le concept d’urbanité, [il convient de s’attacher] à décrypter les pratiques et les imaginaires qui donnent sens et cohérence et font ce qui est urbain ici et maintenant » (Lakjaâ, 2009a). Cette approche résolument a-normative n’exclut cependant pas la prise en compte et la discussion de la manière selon laquelle les normes et images traditionnelles de l’urbanité ont été produites et incorporées par les différents acteurs de la fabrication urbaine.

4L’un des intérêts principaux de l’analyse découle en effet de cet effort de « repérage non seulement de ce qui fait figure de nouveau dans la société mais aussi de ce qui indique que la société se reproduit selon le mode ancien » (Balandier, 2004, p. 90), dans la mesure où nous avons considéré que les sociétés changent à partir de leurs propres référents. Méthodologiquement, cette préoccupation centrale se décline en « deux orientations principales » que nous empruntons à Balandier : « d’une part, la détermination des limites et des variations à l’intérieur desquelles la société reste approximativement elle-même ; d’autre part, le repérage des processus par lesquels la société devient créatrice de différenciation et non plus de répétition » (Ibidem, p. 91).

5La deuxième hypothèse centrale investie dans cette réflexion a donc consisté à « urbaniser », à spatialiser cette dernière proposition. Elle revient à dire que « les sociétés urbaines émergentes au Maghreb sont plus productrices de différenciation que de répétition si l’on tient compte des observations de terrain ». Appliqué à la compréhension et à l’interprétation de cette dynamique propre aux sociétés maghrébines, cela revient à estimer que « le problème se pose moins en terme d’identité perdue que de convergence à venir ; et sous des formes que nous sommes mal préparés à concevoir » (Idem).

  • 2 Cette dimension de la question est plus largement développée dans la Troisième Partie.
  • 3 Il serait abusif de qualifier le modèle de planification urbaine algérien d’« autoritaire » pour le (...)
  • 4 Voir, à ce sujet, les analyses pertinentes de Amiot (1986). Cet auteur montre le profond mouvement (...)

6La recherche des formes de cette convergence a conduit les chercheurs impliqués dans le projet à s’interroger sur les modes à partir desquels se sont recomposées l’urbanité et la citadinité dans les villes du Maghreb suite aux changements sociaux et politiques majeurs intervenus dans les trois pays concernés — étant entendu que ces pays ont construit depuis une trentaine d’années leurs politiques urbaines sur des paradigmes et référents doctrinaux différents. Les modes d’intervention publique en milieu urbain dans ces trois pays se distinguent en effet par des spécificités qui sont liées aux modalités de construction des États-nations dans des territoires connaissant des particularismes puissants dans leurs armatures urbaines et dans leurs processus de peuplement et de changement urbains. Ces politiques ont été interrogées dans cette optique non pas du point de vue de leur évolution intrinsèque2, c’est-à-dire de leurs contenus institutionnels et de leurs modus operandi, mais du point de vue des modèles d’habitat, en ce que ces derniers cristallisent des modèles d’urbanité particuliers portés par ces politiques. On peut citer à ce propos, par exemple, le modèle d’habitat « collectif », abondamment développé en Algérie, auquel il a été conféré des vertus « collectivistes » que d’aucuns ont qualifié abusivement de « socialistes » ou d’« autoritaires »3 ; nous avons donc examiné ce modèle dans cette perspective et en regard des autres formes d’habitat développés en Tunisie et au Maroc, lesquelles ne sont pas moins préformatées et « autoritaires »4 que la précédente.

7Ces modalités différentes et contrastées d’action sur l’urbain, et de gestion de l’urbain, ont créé des configurations de rapports entre les divers acteurs de la fabrication urbaine qui ont elles-mêmes généré des tensions et des conflits autour de l’usage et de l’appropriation collective d’un certain nombre d’objets urbains, dans leur triviale matérialité comme dans leur épaisseur symbolique, dont beaucoup se sont transformés en objets de revendications habitantes.

  • 5 Voir Troisième Partie, chapitres I et II.

8À cet égard, si les résultats des enquêtes de terrain soulignent cette idée de grande variété des situations sociales et spatiales — « Une des premières observations qui émerge de l’étude est la diversité territoriale et sociale des “périphéries” contemporaines des grandes villes et des métropoles maghrébines. Celles-ci ont évolué considérablement au cours des dix ou quinze dernières années. Elles ne sont plus assimilables exclusivement à des quartiers informes et mal lotis, ou à des bidonvilles, à des quartiers populaires, pas plus qu’à des zones périurbaines d’habitat (planifié ou non réglementaire) pour les classes moyennes »5 —, les travaux menés sur les pratiques habitantes et les revendications explicites ou implicites qu’elles génèrent confirment à leur tour l’extrême diversité des panoplies et des registres de la contestation de l’ordre urbain décidé par le haut. Et c’est dans cette perspective résolument attentive à la recension et à la découverte de la diversité, mais également à la recherche des éléments de convergence, que s’est situé ce travail de synthèse.

Urbanité et citadinité : des notions à revisiter ?

9Dans ce chapitre, un exercice de mise à plat et de discussion des deux concepts d’urbanité et de citadinité a été mené. L’objectif a consisté à les mettre en dialogue et en confrontation à travers leurs différents usages et mobilisations par les chercheurs versés dans le projet. Ceci nous a conduit à faire quelques incursions dans le passé des villes du Maghreb, dans la mesure où ces notions ont été et sont toujours des notions actives, mobilisant des référents symboliques souvent très puissants. Avant d’être des catégories d’analyse, des concepts opératoires et efficients mobilisables sans trop de confusions par les chercheurs, les notions d’urbanité et de citadinité ont d’abord été des catégories de représentation activement mobilisées par les habitants des villes maghrébines, dans leurs processus et démarches de socialisation et de promotion sociale et urbaine.

10À travers différents états et métamorphoses qu’elles ont eu à négocier au long d’une histoire faite de profonds bouleversements spatiaux et sociaux, les populations anciennement urbaines ou récemment urbanisées du Maghreb ont en effet construit des « figures » et autres images emblématiques d’opposition entre ce qui était perçu comme citadin et ce qui ne l’était pas, dont certaines fonctionnent encore de nos jours comme des référents puissants, tandis que d’autres sont tombées en désuétude et dans l’oubli. Ce travail « d’archéologie du savoir » (en l’occurrence, ici, c’est du savoir social, des « compétences citadines » qu’il s’agit [Foucault, 2008]) s’est avéré éminemment utile dans la mesure où il nous a permis de mieux comprendre les processus de recomposition symbolique en cours, qui n’ont souvent fait que recycler de l’ancien (les stéréotypes, les images, les figures emblématiques et symboliques) et de le mélanger avec du neuf, c’est-à-dire avec des configurations nées de situations de cohabitation entre groupes sociaux. Ces processus ont entraîné d’autres processus, par exemple de négociation d’autres rapports à « l’autre », au « différent » — auquel il a d’ailleurs été emprunté volontiers —, mais aussi d’autres manières d’exprimer, de dire et de vivre son urbanité.

Urbanité et citadinité : des notions inséparables ?

L’évolution des approches de la question : dualisme ou fusion, matérialité et socialité du fait urbain

11Nous avons ici tenté de rendre compte de la complexité des débats sur la question, à travers la présentation et la discussion des diverses approches conceptuelles classiques du phénomène urbain, depuis les écrits de Wirth, l’un des membres les plus en vue de l’École de Chicago, qui définissait l’urbanité comme un mode de vie (« Urbanism as a way of life »), jusqu’aux travaux les plus récents portant sur le concept de « métropolite », développé par Bourdin et Bassand, en passant par l’école « dualiste » française de sociologie urbaine opposant la matérialité du fait urbain à l’immatérialité des représentations habitantes.

12Deux résultats importants sont apparus. Le premier a consisté à prendre de la distance par rapport aux approches construites sur la distinction entre contenant — la ville — et contenu — la société. Cette séparation passe en effet, selon Bourdin (2005, p. 10), « de plus en plus difficilement l’épreuve des faits ». Le deuxième résultat, qui découle directement du premier, a consisté à prendre en ligne de compte les différentes échelles d’analyse de l’urbain, ce sur quoi insiste d’ailleurs ce même auteur quand il nous invite à penser l’urbain à l’échelle d’analyse de la métropole. D’après Bourdin, en effet, « le critère de la matérialité n’est plus déterminant et bien souvent les frontières entre le contenu et le contenant sont indécidables » (Ibidem, p. 10).

13Prenant ses distances avec le dualisme, Bourdin poursuit en affirmant que « la métropole n’est pas seulement la source, ni l’image ou le symbole de la civilisation des individus, mais qu’elle en est la forme, c’est-à-dire un ensemble indissociable contenant-contenu » (Idem, p. 11). Ainsi donc, dans la mesure où les villes maghrébines sont travaillées par des forces complexes de métropolisation, à l’instar des autres métropoles du Nord, il serait dans cet esprit loisible de parler de cette « urbanité métropolitaine », ou plutôt de cette « métropolite » comme le propose Bassand (2008, p. 25), concept réussissant la gageure de concilier le matériel et le sociétal et d’intégrer les dimensions immatérielles de l’urbanité et de la citadinité dans un même mouvement de réinvention par les individus des façons de vivre en ville.

14Pour Bourdin, « l’urbanité n’a rien d’une substance anhistorique et universelle, elle reste instituée et inscrite dans un ordre social. Même lorsqu’elle semble presque extérieure au contexte social, elle en reste le produit » (Bourdin, 2005, p. 95). Mais partager son point de vue n’empêche pas — imposerait même, plutôt — que pour établir l’historicité et la spécificité de l’urbanité au Maghreb, il faille passer par l’analyse de la construction symbolique des différentes acceptions sociales de cette notion à travers l’histoire récente maghrébine. Tant il est vrai que ces constructions symboliques n’ont de sens que par rapport aux contextes socio-historiques où elles se sont déployées.

L’historicité des notions de citadinité et d’urbanité et leur fixation comme modèles

  • 6 Berry-Chikhaoui ajoute en ce sens : « Dans ma définition de la citadinité, les notions de citadinit (...)

15Pour traiter de cette historicité, nous avons procédé à la compilation et l’analyse des travaux sur la citadinité développés dans les années 1970 par des auteurs comme Naciri au Maroc et Benatia en Algérie, ainsi qu’à la réfutation des conceptions substantivistes de la notion. La convocation des travaux plus récents menés par Berry-Chikhaoui6 en Tunisie, Navez-Bouchanine au Maroc, Lakjaâ (1998) et Safar Zitoun (2009a) en Algérie, et des nombreux exemples concrets qu’ils mobilisent pour illustrer et fonder leurs analyses, a permis de déboucher sur une approche dynamique et interactionniste beaucoup plus attentive aux processus de constructions des identités nouvelles dans les quartiers périphériques. L’ensemble des recherches de terrain produites ces dix dernières années dans le contexte maghrébin permet en effet de souligner la fécondité de l’entrée d’analyse par les « compétences des habitants » (ou compétences citadines), développée entre autres par Berry-Chikhaoui et Deboulet (2000), lesquelles insistent beaucoup sur le fait que les villes (et leurs périphéries) sont en perpétuel mouvement de construction, qu’elles sont donc constamment et quotidiennement ré-inventées par leurs habitants.

16À travers cette entrée d’analyse par les « compétences des habitants », cet auteur nous amène ainsi à nous démarquer de la vision normative de la citadinité qui a été à l’origine de la production et du succès qu’ont enregistré des notions telles que celles de néo-citadin et de ruralisation/rurbanisation. Pour cet auteur, en effet, et c’est là un résultat de la plus haute importance, les dynamiques socio-spatiales au sein des sociétés maghrébines tendent avec de plus en plus de force à montrer qu’il n’y a point de dualité entre l’ancien et le nouveau, le traditionnel et le moderne, le rural et l’urbain, mais que, bien au contraire, s’y opère une synthèse découlant d’un travail de création, d’invention, de détournement et d’adaptation/réadaptation. À propos du Maroc, par exemple, Berry-Chikhaoui rappelle très justement que les analyses de Navez-Bouchanine (2001) « interdisent toute appréhension de la société urbaine marocaine en catégories dichotomiques, et en particulier dans les termes de “choc” ou de “compétition entre modèles” (par exemple entre modèle rural et modèle citadin) ».

La construction des images et des stéréotypes d’urbanité et de citadinité au Maghreb

17L’une des particularités puissantes de la région maghrébine consiste en l’existence d’un patrimoine important d’images et de descriptions ethnographiques produites dans la période coloniale et qui ont servi doublement : d’une part à forger des discours savants sur l’habiter des populations citadines maghrébines et d’autre part à verser dans la culture de ces mêmes populations, notamment leurs élites urbaines lettrées, une panoplie abondante d’images, d’icônes et autres représentations codifiées et stéréotypées de l’urbanité et de la citadinité maghrébines.

18C’est à cette tâche d’exhumation de ces référents architecturaux, symboliques, mais surtout à la dynamique de leur appropriation, réinterprétation et mobilisation comme cadres de référence des représentations et des pratiques habitantes qu’a été consacrée cette partie de la recherche.

19Deux aspects essentiels ont été analysés dans cette perspective. Le premier découle du constat que les élites citadines maghrébines ont développé assez tôt dans l’histoire la conscience d’être porteuses d’un patrimoine culturel urbain spécifique, de modèles d’une urbanité supérieure ou différente, qu’elles ont opposés à d’autres modèles concurrents (comme le modèle rural). Certains travaux ont montré à cet égard que, en même temps que s’étaient opérés les profonds mouvements de restructuration des rapports de classe au sein des sociétés maghrébines, dominées politiquement et soumises culturellement aux influences exogènes (Turin, 1971), s’était déroulé un mouvement assez particulier de redistribution des signes et des attributs de l’urbanité et de la citadinité au sein des couches urbaines.

20Des processus symboliques complexes de type endogène se sont enclenchés, contribuant à fixer dans les cultures urbaines locales un certain nombre de figures emblématiques et stéréotypées comme celles du « bourgeois fassi » au Maroc, du « Dziri » (l’Algérois) et son contre-type fruste et ignare du « Bouzari’i » à Alger et d’autres figures tunisiennes comme le montre bien Ben Achour dans La citadinité en question. Ce dernier relate par exemple la création de la figure emblématique du Baldi par les hommes de théâtre tunisiens, qu’ils présentent comme « un riche rentier, gras à souhait, et nonchalamment accoudé à une console rococo en bois doré [et qu’ils opposent] à d’autres figures “Sfaxi”, “Sahélien”) [qui laissent] deviner le labeur, le fonctionnariat, la production » (Ben Achour, 1996).

21Le second aspect cerné par l’analyse est relatif au processus vigoureux de « récupération » de ces stéréotypes, images-guides et iconographies dans les processus de construction des discours de reconnaissance et de légitimation des urbanités « traditionnelles », arabes et islamiques, et de démonstration de l’identité citadine. Ont été convoqués à cet effet un certain nombre de textes d’écrivains, auteurs scientifiques et architectes qui développent ces pratiques d’emprunts et de « bricolage » identitaires.

Les urbanités périphériques ou la force du local

  • 7 Appellation heureuse utilisée entre autres par Bourdin (2005).

22Le deuxième chapitre de la Deuxième Partie du rapport scientifique est justement consacré, à partir de ces éléments de contextualisation historique, à l’élucidation de la question de la construction des urbanités. Il n’est en effet pas du tout évident, contrairement à ce que pensent certains auteurs, que cette question mérite moins d’attention que celle de la citadinité. Les pays du Maghreb ont été, et sont toujours le théâtre de projets d’imposition de modèles d’urbanité exogènes, sur des modes parfois très autoritaires, et ils ont constitué le champ d’expérimentations de certaines utopies urbanistiques qui ont laissé des traces profondes dans les paysages, les représentations sociales, les savoirs techniques et les doctrines. Les pratiques habitantes, comme ont eu à le relever bon nombre de travaux et d’observations de terrain, constituent à cet égard les modes à travers lesquels les citadins ont essayé de retourner à leur avantage et en fonction de leurs besoins les injonctions formelles et les « prêts-à-porter » comportementaux que distillent les modèles de villes standardisées et formatées circulant dans la sphère des décideurs de l’urbain. Les modèles classiques de villes « industrielles » (ou « fordistes »7), comme ceux plus récents portés par le mouvement de standardisation et de globalisation des référents urbanistiques et architecturaux, seront interrogés à partir de cette perspective.

23Deux approches centrales, qui versent globalement dans le même sens dans la mesure où elles mettent en exergue la manière dont les décideurs de l’urbain, à quelque niveau qu’ils soient dans l’acte de concevoir et de produire l’urbain, sont imprégnés d’un puissant discours sur l’efficace sociale des dispositifs matériels, ont été convoquées à cet effet.

24La première a été développée par Bourdieu et Sayad à propos de la violence symbolique qu’exercerait l’espace bâti, le logement en particulier, vis-à-vis de ses usagers, de ses consommateurs, dans la mesure où ce dernier « parle[rait] la langue inscrite dans ses structures » (Sayad, 1980) ; il distillerait ainsi, par « les usages que dicte sa matérialité intrinsèque », des comportements complexes d’adaptation se traduisant soit par des pratiques actives de transformation, de modifications matérielles du cadre bâti, soit par des attitudes de conformation à la « langue » qu’il parle.

25La seconde a été développée dans de nombreux travaux (Voyé, 2007, p. 51) à partir d’un texte théorique fondateur de Raymond (1998), lequel souligne ce qu’il appelle les effets des « dispositifs matériels de convivialité » qui exerceraient, à peu près dans le même sens que le montrent Bourdieu et Sayad, une efficace réelle sur les comportements et les agir sociaux. Selon Raymond, ces types d’espaces urbains peuvent en effet contribuer à générer des effets d’ordre social quand ils sont conçus et réalisés au départ comme des « moyens territoriaux de la convivialité ». Selon lui, en effet, « les rues et les places, les centres d’échanges avec leurs multiples services, [seraient] autant de “dispositifs matériels” qui [serviraient] de support à la constitution d’une mentalité, à la diffusion et à la réception de messages et au développement de “virtualités”, c’est-à-dire à la constitution de groupes — nous dirions plutôt de réseaux — et à leur capacité de réaction et d’action à travers l’échange intense des présences et des pratiques » (Raymond cité par Voyé, 2007).

26À travers ces deux approches complémentaires ont été analysées les manières dont ont été déclinées ces tentatives de mise en place de « moyens territoriaux de la convivialité », que cela soit fait dans le but explicite et avoué de laminer, d’homogénéiser et de réduire les différences sociales et culturelles, ou que cela réponde à un objectif beaucoup moins violent et indirect, qui consisterait à susciter des comportements et des liens sociaux plus « citadins » (Bourdieu et Sayad, 2002) dans les villes des trois pays du Maghreb.

27Ce sont ces différentes expériences passées, telles les interventions volontaristes d’« urbanisation » des populations rurales visant à leur imposer des modèles de logements urbains préformatés, ou bien la conception et la réalisation de certains programmes résidentiels ou d’ensembles commerciaux affichant de manière ostentatoire des signes forts de types d’urbanités, qui sont documentées et détaillées dans les développements suivants.

Les référents institutionnels de l’urbanité : de la ville compacte « fordiste » à la ville virtuelle

28Ce paragraphe tente de répondre à la question de savoir quels sont les référents de l’urbanité mobilisés par les agents sociaux pour identifier, qualifier et légitimer ce qu’ils considèrent comme étant l’urbain par rapport à ce qui ne le serait pas ? En d’autres termes, quel serait le sens de l’urbain que les gens attribuent aux espaces dans lesquels ils vivent et qui constituent la matrice matérielle dans laquelle se déploient leurs activités quotidiennes et leurs pratiques sociales et symboliques ?

29Partant de l’idée selon laquelle tous les acteurs de la fabrication physique et symbolique de la ville sont en effet concernés par des processus d’incorporation de nouveaux paradigmes d’urbanité, qu’ils soient « classiques », c’est-à-dire hérités d’une histoire urbaine particulièrement chahutée où se sont télescopés plusieurs modèles et doctrines de références, ou qu’ils soient « modernes » dans le sens contemporain accordé à ce terme, l’analyse a commencé par les autorités publiques, aux différents paliers de gouvernement où elles se situent, qui, par divers mécanismes parfois très subtils, ont troqué leurs anciennes conceptions pour de nouvelles frappées du sceau de la mondialisation des référents architecturaux et urbanistiques.

Les métamorphoses des figures de l’urbanité chez les acteurs publics

30La recension et l’analyse d’un corpus impressionnant de travaux menés à l’intérieur et à l’extérieur de notre projet de recherche apportent des réponses convergentes à ces interrogations.

31En premier chef, à propos de la prégnance des modèles d’urbanité importés, fondés sur l’archétype de la « ville industrielle » (ou fordiste) européenne dans la pratique des décideurs de l’urbain, les travaux compilés montent à l’évidence que les référents doctrinaux anciens continuent à fonctionner dans les trois pays du Maghreb, en particulier au niveau de la conception des plans d’urbanisme — lesquels restent imprégnés de la doctrine fonctionnaliste moderne, comme l’avait établi Navez-Bouchanine.

32Sans trop abonder dans le détail des déclinaisons locales de ces conceptions, qui montrent des processus de mise en œuvre contrastés selon les pays et les villes, quelques accommodations significatives à ces modèles dominants jusque vers la fin des années 1990 ont été documentées. Il s’agit par exemple de nouvelles tendances apparues dans la même période consistant à manipuler les signes et symboles de l’urbanité traditionnelle à travers la réalisation d’un certain nombre de projets de réhabilitation des médinas anciennes, mais aussi de tentatives plus ou moins abouties de re-création, de ré-invention de médinas et autres quartiers, qui cherchent à décliner une volonté de mise en place d’urbanités et d’ambiances urbaines traditionnelles maghrébines à des fins résidentielles, mais surtout touristiques. Dans cette optique, certaines analyses ont souligné les usages d’affirmation identitaires développés dans certains grands projets urbains et architecturaux monumentaux, comme la Grande Mosquée de Casablanca et son alter ego algéroise en cours de construction — lesquelles ne procèdent cependant pas du même principe de la cohabitation des genres urbains dans le même espace urbain.

33C’est cependant au niveau de la tendance très forte repérée dans l’ensemble des villes étudiées d’imposer de nouveaux modèles de villes et de nouveaux styles architecturaux procédant de ce que Castells nomme les urbanités « virtuelles » (Castells, 1999) — qui affichent une modernité agressive et standardisée portée par les investisseurs immobiliers internationaux (émiratis entre autres) — que se découvrent les convergences les plus lourdes. À cet égard, nombre d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre du projet de recherche soulignent la standardisation des référents urbanistiques et architecturaux présents dans tous les projets nouveaux, qui semble procéder de la volonté d’ouverture à la modernité affichée par les pouvoirs publics des trois pays, et plus encore de l’inscription de leurs capitales ou métropoles dans une compétition exacerbée devant les conduire le plus vite possible au statut de « villes internationales ».

34À l’intérieur de ces tendances lourdes, communes aux trois pays étudiés, se dessinent toutefois des processus plus fins et subtils qui procèdent à la fois de tropismes locaux, c’est-à-dire de spécificités liées à la fois à la nature des systèmes nationaux de fabrication urbaine qui se sont développés selon des logiques divergentes, et de l’imbrication beaucoup plus poussée des acteurs privés et publics dans l’aménagement des villes.

35On observe ainsi, surtout en Algérie, pays caractérisé par le développement considérable de grands ensembles d’habitat collectif, à la mise en œuvre de mesures d’accommodation locales de l’urbanisme fonctionnaliste. La mono-fonctionnalité résidentielle de ces grands ensembles d’habitat collectif a été tempérée par l’aménagement d’espaces commerciaux dans les rez-de-chaussée d’immeubles afin de pallier le vide d’urbanité et de vie sociale de ces ensembles.

36Dans le même esprit de diversification des ambiances urbaines et d’injection de plus convivialité, mais cette fois-ci avec une connotation beaucoup plus « branchée » sur l’univers de la consommation des signes et des symboles de modernité, c’est l’urbanisme commercial qui est convoqué pour offrir un surcroît d’urbanité dans les périphéries résidentielles occupées par les couches supérieures ou moyennes, tant à Rabat que dans les nouveaux quartiers récupérés sur la lagune à Tunis. Les malls rbatis, étudiés par Harroud, et la nouvelle zone de commerces et d’activités récréatives des Berges du Lac — qui a fait l’objet des travaux de Barthel — offrent des exemples de ces nouveaux morceaux d’urbanité implantés dans ou à proximité des tissus urbains anciens qui souffrent d’une certaine saturation populaire ou qui sont tombés en désuétude.

37Enfin, le dernier cas documenté de ce point de vue exprime la tendance, repérée surtout à Alger, ville en déficit d’inscription dans les flux internationaux de circulation des investissements privés immobiliers (à la différence de Tunis, Marrakech, Casablanca…), d’habillage des façades d’immeubles construits à l’ancienne par des « murs de verre » affichant une volonté résolue de rattrapage de ce qui est perçu comme la modernité architecturale. Ces pratiques, qui se développent à petite échelle, sur des façades de petits immeubles, contrastent avec les tours et autres centres commerciaux gigantesques implantés dans les métropoles marocaines et tunisiennes par les grands investisseurs internationaux. À travers cet exemple, on voit donc se dessiner un mouvement que l’on pourrait appeler de « récupération par le bas », par le biais de petits acteurs de la production immobilière à caractère commercial, de cette urbanité virtuelle, cette « urbanité de catalogue », dont les standards et les modèles circulent dans la « sphère communicationnelle-informationnelle » dont parle Castells. Il n’est en effet pas du tout nécessaire que des projets urbains soient portés par des acteurs institutionnels articulés objectivement au monde international des affaires pour voir s’épanouir ce que l’on pourrait appeler des emprunts, des processus de captation de signes et de symboles renvoyant à des référents extra-territoriaux.

Les urbanités habitantes produites « par le bas » : de la revendication à « plus de ville » à l’affirmation identitaire

  • 8 Nous nous situons ici à la suite de Cattedra et de Catusse, qui font la distinction entre « acteurs (...)

38La question des urbanités approchée du point de vue des acteurs de base8 de l’urbanisation et de la ville, c’est-à-dire les habitants, qu’ils soient producteurs ou simples consommateurs d’espaces matériels, se pose en des termes différents par rapport à celle des acteurs institutionnels. Si ces derniers peuvent être en effet facilement saisis à travers des catégories de classement établies en fonction de leurs places et positions formelles dans les différentes sphères de pouvoir politique, économique ou technique, ce ne semble pas être le cas des habitants qui, en tant qu’acteurs sociaux, peuvent développer des pratiques et stratégies individuelles comme ils peuvent s’inscrire dans des mouvements d’ordre collectif, conscients ou inconscients. Il convient d’ailleurs de signaler à ce propos que les situations observées dans les différents terrains d’enquête permettent difficilement de faire la part de l’individuel et du collectif, tant ces dimensions sont intriquées et interdépendantes.

Les urbanités collectives : mobilisations revendicatives de plus de ville et formes autonomes de production de fragments urbains

39Deux acceptions majeures de la notion d’« urbanités collectives » ont été mobilisées. Il y a en premier lieu les actions et pratiques, organisées ou non, par lesquelles les populations vivant en périphérie et productrices des espaces matériels dans lesquelles elles résident, selon les différents degrés de perception de la qualité de ces espaces qu’elles se représentent, essaient de capter les interventions et ressources externes, principalement celles de l’État ou des autorités municipales, en fonction de ce qu’elles considèrent être leurs droits à plus d’urbanité. Ces derniers se déclinent évidemment selon des registres divers, allant des droits de disposer des attributs élémentaires de l’urbain, comme les diverses commodités de base : voirie et réseaux divers (électricité, eau, gaz, assainissement, ramassage des ordures, etc.), jusqu’à d’autres attributs plus qualitatifs, de l’ordre de l’aménagement de dispositifs de convivialité et de services (espaces verts, centres administratifs, écoles, etc.) et même esthétiques qui marquent le paysage urbain de signes d’urbanités forts. Ces pratiques et stratégies ont toutes la particularité de se fonder sur un même principe général : leur positionnement par rapport au système de normes définissant la « décence » en matière d’habitat et de ville, qui sont elles-mêmes le fruit de processus de construction historique des limites à l’intérieur desquelles ces normes sont socialement et politiquement acceptables et applicables.

40Les « urbanités collectives » ont été approchées en second lieu, en termes de « convergences » dans les modes d’habiter des populations maghrébines, dans le but de repérer des modèles d’urbanité partagés par un groupe, une catégorie ou une « classe sociale ». Ces convergences seraient le résultat du travail d’analyse et de classification des éléments matériels et immatériels de la vie urbaine, comme l’a précédemment entrepris Navez-Bouchanine (1997), mais elles peuvent aussi constituer l’expression de mouvements de fond traduisant la recherche de solutions d’urbanité dans des contextes déterminés.

41Concernant le premier aspect, nos analyses établissent nettement que les contextes nationaux surdéterminent en quelque sorte la nature des droits à revendiquer. Les populations connaissent en effet les marges de manœuvre dont elles disposent, c’est-à-dire les « objets de droit » qu’elles revendiquent et qu’il leur est possible de mettre sur la table dans les processus de négociation avec les autorités. À cet égard, les objets de revendication qui sont avancés peuvent aller du relogement dans un logement social locatif, ce « condensé d’urbanité » moderne qu’il incarne dans le contexte algérien, jusqu’à des objets plus triviaux comme la construction d’une borne-fontaine dans les bidonvilles marocains, ou l’accès au bénéfice de dispositifs de crédits pour l’accession à la propriété, comme moyen d’accès à une urbanité de « classes moyennes » largement encouragée par l’ensemble de l’environnement institutionnel et social dans le cas tunisien. Ces préfigurations différentielles des gains d’urbanité à capter, à géométrie variable, s’inscrivent en effet à chaque fois et dans tous les cas de figures dans des systèmes de classement de droits (susceptibles d’être revendiqués) spécifiques à chaque pays.

42Pour ce qui a trait au second aspect, nos analyses tendent à montrer qu’il est un peu abusif de parler de convergences maghrébines dans les typologies d’habitat individuel qui se développent dans les périphéries des différentes villes étudiées. Il n’y a en effet pas beaucoup de points communs — sinon aucun — entre ce que les Algérois nomment les « villas » verticales de deux étages et plus, sans jardins et collées les unes aux autres dans les nombreux lotissements « illicites » produits dans la banlieue algéroise, et les maisons individuelles avec jardins, même quand ces derniers sont entourés par des murs les soustrayant aux regards extérieurs, qui se sont développées dans le quartier H. Karma de Nabeul — décrites par Dridi (2008) —, sans parler des formes de maisons rafistolées et bricolées telles qu’elles existent dans les périphéries casablancaises ou slaouies.

43Les contextes institutionnels nationaux et locaux dans lesquels s’inscrivent les actes de construire jouent à cet égard des rôles déterminants, en ce qu’ils facilitent ou non l’expression des choix individuels, si tant est que ces derniers puissent exister.

Les manifestations individuelles des urbanités : cacophonies symboliques et visuelles locales ou négation de la proximité ?

44Deux cas de figures majeurs se présentent à l’analyse : le premier regroupe l’ensemble des pratiques par lesquelles des individus ou groupes d’individus essaient, de manière concertée ou non, d’incorporer des éléments d’urbanité qu’ils considèrent « manquants » ou « absents » des habitations, tels que les espaces de proximité ou autres dispositifs spatiaux produits par d’autres acteurs de la fabrication matérielle de l’urbain : promoteurs immobiliers publics ou privés, autorités municipales, etc.

45Le deuxième cas de figure regroupe un registre très large de situations de cristallisation dans l’espace, à travers des agencements de formes bâties et à travers les signes et la symbolique qu’ils dégagent, de « modèles », « images-guides » et autres principes de représentation de ce que doit être l’habitation et son environnement urbain immédiat aux yeux des « auto-constructeurs », concepteurs et producteurs de ces mêmes espaces. On entre ainsi de plain-pied, concernant cet aspect des choses, dans la thématique des « compétences citadines » explorée par Berry-Chikhaoui et Deboulet (2000).

46La plupart des situations documentées sur le premier cas de figure se présentent dans le contexte algérien. C’est en ce pays que l’on trouve les illustrations les plus abondantes de ces pratiques de rectification, de réaménagement, de transformation des « offres d’urbanité » bancales et inabouties dans leur réalisation proposées par les autorités publiques dans le cadre des grands ensembles d’habitat collectif érigés depuis les années 1970. Le cas algérien se singularise en effet, par rapport aux cas marocain et tunisien, par les conditions particulières de repeuplement et de réoccupation du parc immobilier « moderne » par les Algériens à l’indépendance du pays. Ce parc, considérable, a été « libéré » par le départ des Européens et a été réoccupé selon des voies « non marchandes ». Mais, pratiquement simultanément, a fonctionné un système de distribution administrée du parc de nouveaux logements collectifs. Ces deux modalités ont favorisé, tant l’une que l’autre, le « mélange » des classes et de couches sociales dans les mêmes quartiers et les mêmes ensembles d’habitat collectif, les « cités » (Safar Zitoun, 1997).

Le lieu de résidence et le type de logement comme éléments de valorisation sociale

  • 9 Pour Kaufmann, inventeur de ce néologisme, la « motilité » correspond aux aptitudes à se mouvoir da (...)

47Un élément de convergence se retrouve dans toutes les situations analysées : le formidable pouvoir d’attraction du modèle d’urbanité occidental, qu’il soit référé à l’échelle microsociale, celle de la maison, de la résidence et de son environnement immédiat, ou à l’échelle plus macrosociale de la ville, et quelquefois à l’échelle médiane du quartier qui, hormis les observations de Dridi (2008) et Ben Tekaya (2008) sur Nabeul et Sousse en Tunisie, ne semble plus être une échelle pertinente où « les choses intéressantes se passent » — exception faite, peut-être, pour les personnes âgées et les retraités, deux catégories qui se caractérisent par une « motilité » en voie de diminution9.

48La « villa », quelle que soit sa forme — qui, souvent, n’a plus aucun rapport avec le modèle classique dont la structure et les dimensions ont été fixées par les canons de la « bonne architecture », ni même avec le modèle pavillonnaire importé par les populations européennes en Afrique du Nord, comme dans le cas des constructions verticales mitoyennes observées par Semmoud (2009) et par Safar Zitoun dans la banlieue algéroise (2009a), ou dans celui des modèles hybrides rencontrés par Dridi (2008), Ben Tekaya (2008) et Ben Othman (2009) en Tunisie —, n’existe en quelque sorte que par ce qu’elle renvoie comme image de réussite sociale et, surtout, de signe d’extraction par rapport à la condition résidentielle ordinaire, celle de tout le monde, du « peuple ». Derrière ce vocable (celui de villa), ou plutôt ce fantasme verbal, c’est toute la distance par rapport à une condition originelle de départ, non urbaine et non citadine, que l’on essaie de construire, exagérant et exaltant même à l’excès les signes extérieurs d’urbanité à travers la sur-décoration des façades et des espaces visibles de l’extérieur.

Urbanité versus citadinité en périphérie : les processus en œuvre

49Le troisième chapitre de la Deuxième Partie a abordé, dans un effort de conceptualisation tirant ses sources de la diversité des situations urbaines observées sur le terrain, la délicate question du rapport entre urbanité et citadinité, du point de vue de leur mise en tension dialectique dans des situations concrètes, dans la quotidienneté et la trivialité de leurs manifestations. Elle vise ainsi à montrer comment ces deux catégories de représentation se structurent à l’intérieur de processus complexes de construction des identités urbaines.

L’ancrage résidentiel, facteur de citadinisation

50La question de l’ancrage résidentiel, qu’on le considère comme une simple pause dans les mouvements, les parcours résidentiels, des habitants ou comme stade final de pérégrinations toutes entières tendues vers la recherche de la promotion sociale et résidentielle, constitue une des entrées clefs permettant de comprendre les processus de construction des identités urbaines. Si la durée d’installation, qui est souvent la durée de maturation d’un projet résidentiel toujours inachevé, en chantier permanent, peut contribuer puissamment à développer des sentiments et autres liens d’appartenance à un groupe, ou d’identification à un lieu, elle peut aussi conduire, de façon apparemment paradoxale, à un sentiment et à des pratiques de détachement par rapport à ces lieux et aux groupes qui y sont « ancrés », c’est-à-dire par rapport au local. Il ne s’agit pourtant en ce cas que d’une conséquence logique de la recherche de la dilution des individus dans une sorte de culture métropolitaine transcendant les distances et les appartenances communautaires et familiales. C’est bien ce que montrent les observations recueillies dans les différents contextes urbains étudiés.

51Trois conclusions, transversales à tous les travaux mobilisés, ressortent nettement :

1. L’accession à la propriété constitue un des déterminants principaux des pratiques d’ancrage résidentiel.

2. L’ancrage résidentiel est au service de l’ancrage social.

3. L’origine géographique et sociale multiple des habitants des périphéries et la différence de leurs parcours et expériences urbains conduisent au développement de modalités différentes d’ancrage résidentiel.

52En d’autres termes, et pour paraphraser les principaux apports des recherches de terrain, il est patent que les périphéries actuelles des villes maghrébines sont traversées par de puissants mouvements de mobilité résidentielle qui ont pour objectif ultime la consolidation de l’ancrage citadin. L’ensemble des analyses du processus d’émergence des nouvelles identités urbaines et citadines montre que les sociétés maghrébines font un travail sur elles-mêmes en vue d’élaborer une nouvelle citadinité dans les périphéries, c’est-à-dire là où on les attendait le moins.

Des modèles d’urbanités encore puissants : les centralités symboliques

53Malgré ces processus véhéments et soutenus qui tendent à recréer, à reconstruire, même par des bricolages individuels et/ou rarement collectifs, des espaces pensés comme étant plus urbanisés, sinon plus « urbains » que les espaces non aménagés d’une périphérie qui par beaucoup d’aspects ressemble encore à la campagne, au « non urbain » — morceaux de trottoirs et de chaussées rafistolées, ampoules placées sur les façades pour remplacer un éclairage public défaillant, plantes vertes et arbres plantés pour verdir et orner les espaces mitoyens (comme les bigaradiers plantés par les Chaabani observés par Dridi [2008] à Nabeul) —, la périphérie reste souvent dans l’imaginaire collectif un « non lieu », un espace essentiellement vide, que l’on essaie de remplir de sens. Cette tentative pour attribuer du sens emprunte souvent des voies bien excessives et ostentatoires, telle la profusion des décorations externes (ces fameuses maisons appelées « pâtisseries » dans l’Algérois ou l’Oranais) qui sont censées, par-delà l’affichage de la richesse et du « statut social » de leurs propriétaires, donner une image plus urbaine au paysage. Il reste néanmoins que ces surcharges du décor n’arrivent pas à contrebalancer le trop-plein de sens que continuent à avoir les centres-villes, qui charrient encore et toujours des images puissantes d’urbanité.

54Dans toutes les enquêtes que les membres du Groupement de projet ont menées sur des terrains très divers, qui vont des grandes métropoles à des agglomérations beaucoup plus petites et resserrées sur des territoires où les contacts sociaux se réalisent encore à l’échelle humaine, c’est partout la même antienne : c’est dans le centre-ville que « les choses se passent ». C’est par la consommation de la centralité, par les déplacements quotidiens ou épisodiques qui y conduisent que l’on vit l’urbanité dans son sens plein, c’est-à-dire dans ce qu’elle propose comme sortie de soi, de son identité communautaire étroite. L’urbanité centrale est en effet une forme de sociabilité qui propose l’exercice des régimes d’engagements multiples que permet l’anonymat de la foule, et donc, par là, le contact avec l’autre, avec l’étranger.

  • 10 Comme le notent Dridi (2008), Messaoudi (2008) et M’Silta (2009) dans leurs travaux.

55Le centre-ville, comme centre symbolique exerçant ce formidable pouvoir d’attraction sur les jeunes — les moins jeunes, souvent retraités, sont moins mobiles et doivent se contenter de territoires de proximité, de lieux moins nombreux où ils se retrouvent avec leurs amis et leurs parents10 —, exercerait donc une sorte d’efficace citadinisante réelle, puisque les enquêtes menées sur les populations relogées dans la périphérie algéroise montrent bien que la durée passée dans les quartiers peut compenser largement le critère de naissance.

56Ainsi Safar Zitoun, dans son étude sur les populations relogées provenant des quartiers centraux d’Alger, parle-t-il de « citadinité revisitée » (Safar Zitoun et Hafiane, 2003), c’est-à-dire d’une conception complètement réinventée de cette dernière dans laquelle se télescopent plusieurs registres de légitimation. Il souligne à ce propos que le référent citadin n’existe pas en soi, qu’il n’est pas une sorte de qualité intrinsèque, d’« essence culturelle », mais qu’il est surtout un « référent de combat » que les acteurs mobilisent dans des situations où ils sont appelés à justifier un « droit à la ville » qui leur est contesté par d’autres.

57En tout état de cause cependant, c’est plutôt chez les couches sociales les plus modestes, celles qui ne peuvent légitimer leurs positions et leurs droits par d’autres espèces de référents, que le recours au référent citadin est le plus abondant, le plus usité. Il semble bien à cet égard, comme le précise une enquête réalisée auprès de personnes plutôt aisées vivant dans une cité algéroise, que le référent citadin, en quelque sorte naturalisé, c’est-à-dire « allant de soi », utilisé par les chefs de ménage algérois de naissance ne signifie pas ou plus grand-chose à partir du moment où l’on n’a plus à justifier ses comportements, ses agir sociaux vis-à-vis des autres. Se sentant dans une position « naturellement » — si l’on peut dire — supérieure, les Algérois qui transforment et modifient à tour de bras les appartements qui leur ont été distribués ou qu’ils ont achetés, considèrent que ces transformations « vont de soi », sont tout à fait naturelles. Ils ne vivent pas les problèmes d’identité urbaine qui sont ceux des Algérois (de naissance ou d’adoption) pauvres, et qui conduisent ces derniers à survaloriser cette appartenance et à surenchérir sur les manifestations qu’ils veulent en administrer.

Conclusion

58Pendant quelques années encore, c’est-à-dire le temps que les autorités algériennes relèvent le défi de la fabrication locale des élites urbanistiques du pays au début des années 1980, un véritable contingent d’étudiants, à vrai dire massif et jamais véritablement interrompu, affluera dans une université française que rien n’avait préparé aux questions dont étaient porteurs les futurs urbanistes, quand ils le sont devenus, et restés. On ne peut par conséquent que difficilement espérer répondre à leurs attentes dès lors qu’il s’agit à la fois de développer la recherche urbaine à partir de toutes les sciences sociales disponibles — mais pas toujours développées sur un terrain de plus en plus mouvant, inaccessible ou incompréhensible —, et de répondre dans l’urgence et l’indigence conceptuelle à des problèmes échappant peu ou prou à tout le monde.

59Ma conclusion, si tant est qu’il faille en faire une, sera brève et elliptique. Seuls soit les historiens, soit les multiples acteurs locaux en cours d’urbanisation accélérée nous semblent en mesure de dessiner les voies possibles d’une réconciliation de l’Algérie avec son passé au point d’inventer non pas un modèle, une doctrine ou des théories d’urbanisme sur une docte façon d’ordonner la mosaïque chaotique de la société algérienne, mais d’appendre à chaque citoyen à composer avec l’altérité des voisins. Il faudra surtout que les autorités s’abstiennent d’imaginer pouvoir imposer un ordre suprême descendu du ciel de la planification pour accompagner intelligemment une urbanistique d’émanation populaire avec laquelle il faut apprendre à composer. Le ciel est au demeurant toujours aussi lourd de nuages ombrageux et les éclairs d’espoir d’une lente, mais opiniâtre amélioration des conditions d’existence, ne pourra tracer une voie acceptable que dans une paix sociale permettant l’invention de solutions négociée au quotidien, et sur place.

Les mobilisations habitantes comme manifestations d’un désir de citadinisation et d’intégration urbaine

60Cet avant-dernier chapitre présente quant à lui la question des mobilisations des habitants, des acteurs « ordinaires » de l’urbain, dans leurs rapports avec les décideurs de la fabrique urbaine, principalement du point de vue de l’analyse des modes à travers lesquels ils manifestent leur demande de plus d’urbanité, de plus de qualité urbaine. Dans ce chapitre sont également discutées, à l’aune des résultats et des observations de terrain ponctuelles et détaillées, certaines théorisations — que nous jugeons contestables — se proposant de recycler un certain nombre de dogmes anciens et de schémas simplistes voulant « urbaniser » à tout prix la lutte des classes.

61Après avoir fait le point sur ce que les mobilisations collectives peuvent recouvrir dès lors qu’on veut les étudier comme expressions de la construction des urbanités et de la citadinité, les chercheurs sont allés chercher dans le détail des nombreux travaux réalisés les éléments permettant de dépasser certaines conceptions réductrices et trop doctrinales de l’analyse des mouvements sociaux urbains. Ils ont essayé de faire la part de ce qui fait la spécificité urbaine de ces mouvements dans les pays du Maghreb. Tout en étant attentifs à l’ensemble des modalités à travers lesquelles prennent forme et se déploient les comportements collectifs en milieu urbain, ils ont focalisé leur réflexion sur les mobilisations collectives qui expriment de manière explicite ou implicite la volonté des populations, organisées ou non, à s’intégrer (ou à se réintégrer) à la société et à la ville, c’est-à-dire à se construire (ou à se reconstruire) collectivement une identité citadine.

62Une fois encore, les études de terrain conduites dans les quartiers et douars périphériques des grandes villes du Maghreb montrent de façon claire que cette évolution ne va pas toujours dans le sens souhaité et encouragé par les pouvoirs publics à travers la mise en place des structures d’encadrement des populations comme les comités de quartiers et autres instances de médiation sociale.

Émeutes, désobéissance « civique » et autres mouvements revendicatifs comme deman-des de plus d’urbanité

63Trois conclusions importantes ont été relevées :

1. Le dépassement des analyses trop globalisantes et généralisantes sur la portée « radicale » des émeutes et autres protestations collectives.

2. La diversité des situations analysées qui mettent en exergue les forts contrastes et divergences dans les « répertoires de l’action collective » dans les trois pays du Maghreb. Ces contrastes et divergences sont attribuables à la nature des régimes politiques, mais aussi à la spécificité des modes d’intervention dans l’urbain des différents États.

3. La complexité des mouvements sociaux urbains qui mettent en relation des acteurs institutionnels de plus en plus nombreux et de plus en plus « techniques », du fait du développement des professions d’intermédiation et d’ingénierie sociale.

Les manifestations d’urbanités collectives : marquages et marqueurs communautaires de l’espace

64Ce paragraphe aborde le champ particulier de l’évolution de la place que des marqueurs communautaires forts, tels que les mosquées et autres édifices religieux dans les villes maghrébines, occupent dans la cité et de leur traitement par les autorités publiques.

65Les éléments qui ont retenu notre attention portent sur deux aspects principaux : le premier est relatif au processus de « déprivatisation » de l’initiative de création et de gestion de ces équipements collectifs par les autorités publiques des trois pays du Maghreb. Les travaux compilés sur la question montrent en effet que l’introduction de la planification urbaine et l’invention de la notion d’espace public à l’orée du vingtième siècle dans les villes maghrébines eurent pour conséquence première l’établissement d’un monopole des initiatives visant à aménager les espaces publics aux mains des autorités publiques, lesquelles, à coups d’urbanisme fonctionnel, réussirent progressivement à déprivatiser ce genre d’initiatives.

66Le deuxième aspect, non moins important, relève du constat du changement d’échelle dans la consommation de ces édifices religieux qui passe de l’échelle du quartier à l’échelle de l’ensemble de la ville. Cette évolution est mise en rapport avec les processus de modernisation sociale, c’est-à-dire de mise en place de profils « métropolitains » de consommation de l’urbanité qui découlent de l’éclatement des structures sociales communautaires.

67Les deux fonctions essentielles des mosquées, déjà observées il y a plusieurs années par Naciri (1985) au Maroc — la première « d’intégration sociale » au niveau local, c’est-à-dire à l’échelle du quartier, du bidonville par exemple, et la seconde « d’affirmation identitaire » dans les espaces urbains « modernes » à l’échelon plus global de la ville —, créent en effet des situations d’ambivalence fonctionnelle qui se fondent assez bien dans les « régimes d’engagement » des citadins actuels des villes maghrébines, et traduisent une modernité citadine un peu paradoxale.

68Si les conditions de production sociale des mosquées traduisent en effet la négociation d’un espace de manœuvre politique — d’un entre-deux entre les formes organisées et/ou structurées de représentation sociale (notabilités, associations et comités de quartiers, etc.) et les pouvoirs publics —, il n’en reste pas moins que les conditions d’inscription sociale de ces édifices à forte valeur symbolique ne procèdent pas uniquement de facteurs de proximité.

L’urbain par ses troubles

69Ce paragraphe aborde, de manière assez rapide toutefois à cause de la rareté des études sur la question dans les villes du Maghreb, mais aussi en raison du caractère très normatif des approches du phénomène, la question des « troubles » d’ordre individuel, des « désordres » psychologiques, affectifs, de santé, que génère la vie en société urbaine. Les chercheurs mettent souvent ces troubles en relation avec les processus de citadinisation, de construction des identités citadines, dans leur expression individuelle.

70Dans son livre La révolution urbaine, Lefebvre considérait que le phénomène urbain relevait des méthodes descriptives empiriques et analytiques telles que celles que mettent en œuvre la géographie, la démographie, l’histoire, la psychologie et la sociologie. Mais il ne manquait pas d’ajouter qu’« il serait injuste de laisser de côté les apports du biologiste, du médecin, du psychiatre » (Lefebvre, 1970, p. 69). Le médecin et le psychiatre sont confrontés quotidiennement aux troubles dus aux effets de l’urbanisation sur la santé mentale et physique de la population. Joseph ne disait pas autre chose quand il relevait une pensée de l’urbain « qui le définit par ses troubles : troubles individuels dus à l’intensification de la vie nerveuse et troubles collectifs liés au déracinement et aux proximités contagieuses et séditieuses » (Joseph, 1984). Pour le cas précis de l’Algérie, on se réfèrera utilement aux travaux de Bourdieu et Sayad (2002) et de Cornaton (1967) qui montrent, avec force détails, comment les Algériens ont découvert certaines maladies suite à leur déracinement. Pour le Maroc, on pourra se reporter à l’étude d’ethnopsychiatrie que Crapanzano (2000) a consacrée aux Hamadcha de Meknès.

  • 11 On se reportera au résumé synthétique de la Première Partie, en supra.

71Ces troubles de l’urbain renseignent sur le désordre et le chaos qui couvent dans les villes maghrébines, quand bien même le chercheur attentif s’efforce d’y découvrir un ordre en gestation. Semmoud, elle aussi, n’a pas manqué de souligner, à partir de travaux menés dans le cadre du Groupement de projet FSP, c’est-à-dire à la lumière de travaux de terrain récents, la montée des troubles de santé mentale : « Cette recomposition territoriale complexe, comme le choix du périurbain, reflète spatialement la présence de dispositions dissonantes au sein d’individualités en construction. La réorganisation des cadres de la quotidienneté résulte d’un itinéraire d’individuation et est le fruit de l’arrangement silencieux des contradictions de cet être éminemment pluriel »11.

La citadinité à l’épreuve du politique

72Ce paragraphe traite d’un aspect qui n’a été qu’effleuré dans l’un des paragraphes précédents — celui consacré aux mobilisations collectives urbaines —, à savoir la négociation du rapport politique par le biais de l’urbain entre les populations urbaines et les pouvoirs politiques dans les « cités » maghrébines en train de se faire. C’est d’une certaine manière la question centrale de la citoyenneté qui est alors posée, à travers ses différentes acceptions et déclinaisons.

73Deux aspects principaux ont été entrevus : celui de la revendication et de l’exercice du lien citoyen par les habitants des villes à travers les pratiques d’usage et de marquage de l’espace d’une part ; celui de la manipulation des programmes de logements et autres projets d’amélioration de l’urbain par le pouvoir politique à des fins de légitimation et de contrôle politique d’autre part.

74Ce serait en définitive l’absence d’un « projet urbain global » liant de manière cohérente à la fois l’urbain et le politique dans le sens de « projet de société dans son espace » — et pas dans celui technique et ordinaire du mot — qui expliquerait la difficulté observée dans les pays du Maghreb de la construction du lien citadin comme lien civique et citoyen, dans les sens classiques de ces termes.

La refondation du lien social en périphérie

75Ce dernier chapitre est consacré à la mise en examen de l’une des hypothèses principales de notre projet, à savoir la question de la refondation du lien social dans les villes maghrébines. Il s’est agi d’essayer de répondre à la question de savoir si l’on aurait affaire à l’invention, dans les villes maghrébines et notamment dans leurs périphéries, d’un autre type de lien social, d’autres formes de socialité que celles établies et documentées sous d’autres cieux. La question lancinante, que nous avons essayé de « refonder » sur d’autres bases conceptuelles que celles habituellement mobilisées, reste en effet celle de la construction du lien urbain « métropolitain » moderne, lien censé se construire contre ou en dépit des liens et attaches communautaires souvent très prégnants dans les périphéries des villes maghrébines.

Changement social, lien sociétaire, lien communautaire, lien urbain

76À travers l’interrogation des théoriciens classiques du lien social, les chercheurs sont allés chercher des réponses à la manière dont les sociétés maghrébines actuelles ont trouvé des solutions convergentes ou divergentes à la tension existant entre liens communautaires et liens sociaux ; ils se sont interrogés en outre pour savoir dans quelle mesure cette tension, à chaque fois spécifique, serait constitutive de liens urbains particuliers.

  • 12 C’est ce qu’essaie de théoriser Castells dans son ouvrage La société en réseaux (1998). L’auteur y (...)

77Les situations pour lesquelles des matériaux ont pu être exploitées se sont avérées très contrastées, non pas tant parce qu’elles montreraient qu’il existerait des cultures urbaines particulières à telle ou telle ville (culture fassie, tunisoise, algéroise, etc.), mais parce qu’elles révèlent l’hétérogénéité des liens qui caractérisent chacune des villes. On aurait ainsi affaire à des situations de brouillage des identités et des positions des groupes sociaux dans l’espace qui autoriseraient tantôt le recours aux référents d’ordre communautaire12 dans les pratiques de légitimation de l’appartenance citadine, tantôt à des référents plus globaux, plus sociétaux, tant de la part des mêmes groupes que, souvent, de celle des mêmes individus.

  • 13 On peut se référer à ce propos au texte de Lakjaâ (2009b).

78La réponse à la question de la « refondation du lien social urbain » nécessite d’intégrer les deux dimensions constitutives du lien social : la dimension « primaire » en premier lieu, laquelle réfère aux liens de parenté qui constituent le facteur par excellence de formation du lien communautaire, et la dimension « secondaire » par référence aux autres liens élaborés en société et dans les espaces locaux par le jeu de l’interaction sociale. Les recherches nouvelles que nous avons convoquées dans l’analyse montrent de plus en plus la nécessité de dépasser la problématique qui insiste sur la résistance du communautaire pour parvenir à imbriquer le communautaire et le sociétal13. C’est au niveau des réalités épaisses des nouvelles sociabilités, de la centralité de la famille, de l’individu naissant et des différents troubles induits par l’urbanisation, que se vérifie cette complexification du lien social dans les grandes villes du Maghreb.

Les nouvelles sociabilités « périphériques » : des sociabilités pleinement citadines ?

79Ce paragraphe s’est attaché essentiellement à développer l’analyse de la sociabilité comme « pratique culturelle », comme cela a été entrepris dans les années 1980 en France (Héran, 1988), c’est-à-dire en renvoyant la notion à sa signification littérale de « recherche de la compagnie de ses semblables ». L’échelle que nous avons privilégiée pour ce faire est micro-locale : c’est celle du quartier. Les travaux réalisés dans les périphéries urbaines des grandes villes du Maghreb montrent à cet égard que les nouvelles sociabilités sont en cours de recomposition selon l’« ordre proche du voisinage » au détriment de l’« ordre lointain de l’État », selon les formules de Lefebvre (1974, p. 266).

  • 14 Cf. résumé-synthèse de la Première Partie.
  • 15 À propos de cette solidarité dans les périphéries des villes algériennes, on peut constater ses man (...)

80C’est un véritable travail de recomposition au sens plein du terme, c’est-à-dire à la fois au niveau des pratiques de solidarité de voisinage et au niveau symbolique, qui a été mis en évidence, notamment par Semmoud, laquelle écrit : « Dans le processus de territorialisation, le quartier change de sens et se recompose. La notion traditionnelle de “haouma” et les solidarités quasi communautaires auxquelles elle renvoie laissent place à d’autres formes de sociabilités et de solidarités »14. Le quartier fait apparaître des constructions identitaires plurielles fondées certes sur la construction de nouveaux modes de vie, mais qui puisent paradoxalement dans les origines (géographiques, tribales, lignagères, mémorielles), les matériaux qui donnent du sens au lien, au « ciment » urbain (Barki [2007], M’Silta [2009] et Semmoud [2009] pour Alger et Coslado [2008] pour Marrakech). Ces processus traduisent la complexité des situations locales faites de la combinaison entre l’ancien et le nouveau d’une part et la dynamique d’expérimentation qui accompagne celui-ci d’autre part, qui montrent que la vie quotidienne dans les quartiers est un moment de production, d’inventivité et de créativité en matière de sociabilités et de solidarités15.

La centralité de la famille16

  • 16 Cette centralité explique aussi que la famille sert de repli. Ces rapports à la famille se retrouve (...)

81À l’intérieur de ces processus de recomposition des sociabilités, les travaux de terrain menés au sein du Groupement de projet montrent avec force un élément autour duquel se structurent les relations entre individus et groupes sociaux partageant le même espace urbain, à l’échelon local ou plus global : il s’agit de la famille, en tant que structure, mais aussi comme « vocabulaire » (Augé, 1974) permettant les combinaisons d’appartenances multiples.

82La famille ressort toujours comme une institution que les citadins ordinaires et autres placent au centre : « Les sociabilités familiales restent importantes, qu’elles soient inscrites dans le quartier ou non. Elles se traduisent par les traditionnels repas de fêtes, mais aussi par la solidarité intergénérationnelle, comme la garde des enfants, dans un sens, et l’accompagnement d’une personne âgée malade, dans l’autre […] » (Ibidem). Dans les bidonvilles comme dans les cités planifiées, nous retrouvons le principe de l’attachement à la famille élargie placée au poste de commande quand il s’agit de choisir le lieu où habiter. Le résultat est que des îlots, voire des districts entiers, sont occupés par « des lignées familiales complètes ou des ressortissants originaires du même douar », comme le signale Dridi à propos de la cité H. Karma à Nabeul (Tunisie) : « Ce processus a fini par créer un nouveau quartier marqué par la prépondérance des Chaâbani, un quartier nommé par certains d’entre eux la petite Dar Chaâbane” » (Dridi, 2008).

  • 17 Cf. la contribution de l’équipe algérienne, rédigée par Safar Zitoun et Hafiane, au projet PRUD « L (...)

83Cette inscription communautaire et spatiale du fait familial, mais également le fait que la famille, élargie ou étendue, se transforme en « sujet » des stratégies résidentielles dans la mesure où les contextes économiques difficiles rendent les individus aux ressources économiques et sociales limitées défaillants dans la recherche du bien-être résidentiel, ont été également soulignés par de nombreuses illustrations concrètes. Safar Zitoun et M’Silta observent également, dans le cas de leurs travaux sur la périphérie algéroise17, la puissance du fait communautaire dans les stratégies de mobilisation des ressources de la parenté pour acquérir un lot de terrain et construire le logement « néo-familial », mais aussi dans les dynamiques de regroupement des populations dans les mêmes lotissements en fonction de critères d’appartenance familiaux, géographiques et même catégoriels.

84Ce paragraphe se termine par le rappel de la manière dont les nouveaux citadins s’emparent d’anciennes dénominations et catégories symboliques ou en inventent de nouvelles pour requalifier et renommer symboliquement les groupes résidentiels qu’ils ont formés. Ils procèdent fréquemment au retournement de leur sens stigmatisant et péjoratif, comme cela a été observé, entre autres, dans les périphéries oranaises (Madani, 2008).

Les processus d’individualisation et d’individuation

85La particularité de cette dynamique de reconfiguration des sociabilités locales, de proximité, qui se reflète dans l’adoption de nouveaux rapports à la famille et au voisinage, réside dans ce qu’elle se déroule sur le fond de processus d’individualisation et d’individuation de plus en plus puissants et décisifs, tous deux abondamment décrits dans les travaux de terrain.

86Après avoir établi la distinction entre individualisation et individuation, à travers la mise au point qu’en donne Bassand, « par individualisation, nous entendons l’affirmation de l’autonomie individuelle par rapport à toutes les formes de vie sociale et collective, donc un renforcement de l’individualisme. Face à ce surgissement massif d’individus, chacun d’eux cherche à se distinguer de toutes les manières possibles : c’est l’individuation » (Bassand, 2008, p. 25), les recherches menées ont pointé un certain nombre de constats fondamentaux.

87Le premier consiste en l’affirmation de la tendance lourde à l’affranchissement des individus des « solidarités circulaires », mais aussi des contraintes familiales quand les conditions de ressources et l’offre d’opportunités urbaines le permettent. Ce mouvement intéresse davantage les femmes dans la cité que les hommes, comme l’ont confirmé beaucoup de travaux de terrain.

88Le second procède de l’observation que les processus d’individuation, malgré la difficulté éprouvée par les agents sociaux à les consolider, sont des processus seconds du point de vue de leur temporalité, c’est-à-dire qu’ils se mettent en place une fois que les ressources de la parenté et de la solidarité ont été pleinement exploitées et épuisées par les individus dans leurs stratégies d’affirmation de leur existence sociale. Ils se déploient en quelque sorte après coup, comme couronnement des processus de promotion sociale, et peuvent paradoxalement même se résoudre par exemple par la polygamie, qui est une forme de rupture extrême par rapport au groupe d’appartenance.

Conclusion

89L’un des résultats majeurs de cette recherche sur l’actualité de la question urbaine dans les pays du Maghreb, saisie essentiellement selon le point de vue des populations, est que celles-ci sont engagées dans un processus de changement social dont le mode de vie urbain se présente comme un des registres les plus heuristiques. Le cap que sont en train de prendre les sociétés maghrébines n’est sûrement pas celui que leur ont prévu leurs pouvoirs publics respectifs. Dans les périphéries et dans les villes maghrébines, les relations sociales, l’art de bâtir et toute l’architecture des institutions sociales sont régis par une « loi interne propre » (Weber) qui se met en place et qui demande à être découverte.

90Les résultats de cette recherche sur le Maghreb urbain contemporain, conduite selon une démarche qui exclut l’approche globalisante (holiste), soulignent que les villes, loin de se ruraliser/rurba-niser/gourbifier, évoluent comme des espaces acculturateurs. Par ailleurs, les sociétés urbaines émergentes, loin de se positionner par rapport à un choix cornélien entre l’ancien et le nouveau, s’ingénient à construire de nouvelles sociabilités, à produire de nouveaux liens sociaux (exemple du statut de la femme au sein de la famille), à élaborer de nouvelles normes urbaines (exemple des rapports entre espace domestique et espace public). Pour toutes ces créations, ces sociétés s’inspirent de ce qu’elles considèrent comme moderne, en l’ajustant et l’adaptant aux canons de la tradition, laquelle tradition se trouve elle-même réinterprétée selon les exigences de la vie quotidienne actuelle. Nous assistons ainsi à l’émergence de sociétés urbaines nouvelles qui se présentent comme le produit d’un travail de syncrétisme, pour reprendre l’idée de Copans et comme le rend si bien un proverbe algérien : « Accroche-toi au nouveau, mais n’abandonne jamais l’ancien ».

91C’est de là que découlent les difficultés d’appréhender ces sociétés dans leurs mutations ; lesquelles difficultés se posent aujourd’hui aux sciences sociales dans les pays du Maghreb et arabes parce qu’il s’agit de saisir par la pensée l’émergence des nouvelles façons de penser, d’être et d’agir. Ces difficultés ne sont pas sans faire écho à ce qu’avait noté en son temps Mauss à propos de la façon dont les sciences enregistrent leurs plus grandes avancées : « Car c’est aux confins des sciences, à leurs bords extérieurs, aussi souvent qu’à leurs principes, qu’à leur noyau et à leur centre que se font leurs progrès ».

92De ce point de vue, l’enquête de terrain s’est révélée être un « moment » fort de découverte de l’univers des gens des périphéries par le chercheur en sciences sociales : univers de représentations, de sens, de signes, de perceptions, d’imaginaires, de référents, d’aspirations... Le choix de l’enquête de terrain comme technique de recherche dépasse largement les simples préoccupations méthodologiques pour s’inscrire comme réponse à des préoccupations épistémologiques. Après avoir pratiqué quelque peu le terrain, il s’avère difficile de continuer à soutenir que les habitants des périphéries n’ont rien à dire sur l’art de bâtir, l’évolution des formes de sociabilité, la famille... Et si les périphéries préfigurent les villes de demain, c’est bien parce que leurs habitants, perçus généralement comme des habitants ordinaires, sont en passe d’en devenir des acteurs singuliers.

Haut de page

Bibliographie

Amiot M., 1986, Contre l’État : les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France, 1900-1980, Paris, Éd. de l’EHESS, 304 p.

Augé M., 1974 (2e éd.), Le vocabulaire de la parenté, Paris, Maspéro, coll. « Dossiers africains ».

Balandier G., 2004 (1re éd. 1981), Sens et puissance, Paris, PUF, coll. « Quadrige Essais Débats », 334 p.

Barki M., 2007, « Urbanisation et constructions territoriales dans le Sahel algérois. Le cas de Sebala (communes de Draria et d’El Achour », communication au Séminaire thématique régional de Sousse (FSP), 27 et 28 avril 2007 (non publiée).

Bassand M., 2008, « Métropoles et métropolisation », p. 25, in Bassand M., Kaufmann V. et Joyé D. (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Genève, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 414 p.

Bassand M., Kaufmann V. et Joyé D. (dir.), 2008, Enjeux de la sociologie urbaine, Genève, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 414 p.

Ben Achour M., 1996, « Le Baldi et les autres : une citadinité ou des citadinités à Tunis ? », pp. 73-83, in Lussault M. et Signoles P. (dir.), La citadinité en question, Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches n° 29, 158 p.

Ben Othman H., 2009, « Entre-soi et repliement social ou les nouvelles formes de sociabilité : le cas d’Ennasr II à Tunis », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 18, pp 89-105.

Ben Tekaya N., 2008, « Sahloul (Sousse) ou la périphérie convoitée. Représentations et émergence de nouvelles sociabilités », communication au Séminaire thématique régional d’Alger (FSP), 23-24 février 2008 (non publiée).

Berry-Chikhaoui I. et Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Tunis/Paris/Tours, IRMC/Karthala/URBAMA, 408 p.

Bourdieu P. et Sayad A., 2002 (1re éd. 1964), Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, 224 p.

Boudon R., 1997 (1re éd. 1979), La Logique du social. Introduction à l’analyse sociologique, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 333 p.

Bourdin A., 2005, « La métropole des individus », La Tour-d’Aigues, L’Aube, 249 p.

Castells M., 1999, L’ère de l’information, Paris, Fayard, 613 p.

Cattedra R. et Catusse M., 2006, « Stratégies notabiliaires et recomposition du paysage urbain de Casablanca », pp. 298-315, in Hénia A. (dir.), Être notable au Maghreb, Tunis/Paris, IRMC/Maisonneuve & Larose, 366 p.

Cornaton M., 1967, Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Économie et Humanisme/Les Éditions Ouvrières, 294 p.

Coslado E., 2008, « Des citadinités cosmopolites à Marrakech. Espaces de vi[ll]es d’habitants de quartiers périphériques », communication au Séminaire thématique régional d’Alger (FSP), 23 et 24 février 2008 (non publiée).

Crapanzano V., 2000, Les Hamadcha. Une étude d’ethnopsychiatrie marocaine, Paris, Institut d’Édition Synthélabo (traduit de l’anglais par O. Ralet), 386 p.

Donzelot J., 2006, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil, 186 p.

Dridi N., 2008, « Territorialité en recomposition : le cas des Chaâbani de la cité H. Karma à Nabeul (Tunisie) », communication au Séminaire thématique régional d’Alger (FSP), 23-24 février 2008 (non publiée).

Foucault M., 2008 (éd. précédentes : 1969 et 1992), L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines », 275 p.

Grafmeyer Y., 1994, Sociologie urbaine, Paris, Nathan Université, 128 p.

Héran F., 1988, « La sociabilité, une pratique culturelle », Économie et Statistique, INSEE, décembre.

Joseph I., 1984, « Urbanité et ethnicité », Terrain, n° 3, pp. 20-31.

Kaufmann V., 2008, « La motilité : une notion clé pour revisiter l’urbain ? », in Bassand M., Kaufmann V. et Joyé D. (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Genève, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 414 p.

Kaufmann V., 2009, « La théorie urbaine en devenir », pp. 640-667, in Stébé J.-M. et Marchal H., Traité sur la ville, Paris, PUF, 816 p.

Lakjaâ A., 1998, « La ville : creuset d’une culture nouvelle », Insaniyat, Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (CRASC), n° 5, mai-août.

Lakjaâ A., 2009a, « Les périphéries oranaises : urbanité en émergence et refondation du lien social », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 18, pp. 29-44.

Lakjaâ A., 2009b, « La jeunesse algérienne : entre valeurs communautaires et aspirations sociétaires », in Rouag-Djenidi A. et Cellier H., Algérie-France. Jeunesse, ville et marginalité, Paris, L’Harmattan, 400 p.

Lefebvre H., 1970, La révolution urbaine, Paris, Gallimard, 248 p.

Lefebvre H., 2000 (1re éd. 1974), La production de l’espace, Paris, Economica, Anthropos, 512 p.

M’Silta L., 2009, « Populations stigmatisées à la périphérie algéroise, entre citadinité problématique et recherche d’identités : le cas de la Cité des 617 logements à Draria », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 18, pp. 107-118.

Madani M., 2008, « La commune de Bir El Djir, Oran. Discours pluriels et images de la ville », communication au Séminaire thématique régional d’Alger (FSP), 23 et 24 février 2008 (non publiée).

Messaouidi K., 2008, « L’insaisissable périurbain : aux marges de la ville. Exemple pris dans les territoires périurbains de la ville de Skikda », communication au Séminaire thématique régional d’Alger (FSP), 23-24 février 2008 (non publiée).

Naciri M., 1985, « Espaces urbains et société islamique », Hérodote, n° 16, pp. 127-137.

Navez-Bouchanine F., 1997, Habiter la ville marocaine, Paris/Casablanca, L’Harmattan/Gaëtan Morin Maghreb, 316 p.

Navez-Bouchanine F., 2001, « Des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale », pp 109-118, in Dorier-Apprill E. (dir.), Vocabulaire de la ville. Notions et références, Paris, Le Temps, 19 p.

Raymond H., 1998, « Urbain, convivialité, culture », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 37, pp. 3-8.

Safar Zitoun M., 1997, Stratégies patrimoniales et urbanisation : Alger 1962-1992, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 298 p.

Safar Zitoun M., 2009a, « Digressions sur “l’Algérois” : l’habiter des classes moyennes algéroises ou l’introuvable référent citadin », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 18, pp. 21-28.

Safar Zitoun, 2009b, « La jeunesse en Algérie : entre valeurs communautaires et aspirations sociétaires », in Rouag-Djenidi A. et Cellier H., Algérie-France. Jeunesse, ville et marginalité, Paris, L’Harmattan, 400 p.

Safar Zitoun M. et Hafiane A., 2003, « L’Entre-deux dans les opérations de relogement en Algérie : l’émergence problématique d’un tiers acteur urbain », pp. 92-125, in Navez-Bouchanine F. (coord.), L’Entre-deux des politiques institutionnelles et des pratiques habitantes (rapport établi pour le Programme PRUD dans le cadre d’URBAMA, Université de Tours, rapport ronéo).

Sayad A., 1980, « Les effets naturels du relogement », Revue Sciences Sociales Panorama, n° spécial, p. 12.

Semmoud N., 2009, « Nouvelles significations du quartier, nouvelles formes d’urbanité : la périphérie Sud-Est d’Alger », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 18, pp. 45-54.

Sgroï-Dufresne M., 1986, Alger 1830-1984 : stratégies et enjeux urbains, Paris, Recherches sur les Civilisations, 252 p.

Turin Y., 1971, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, écoles, médecines, religion, 1830-1880, Paris, Maspero, coll. « Textes à l’appui », 434 p.

Voyé L., 2007, « Ambiances urbaines et dynamiques des flux », in Bassand M., Kaufmann V. et Joyé D. (dir.), Enjeux de la sociologie urbaine, Genève, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 414 p.

Haut de page

Notes

1 Les citations renvoient ici à la réponse que le groupement de projet « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb » a formulée en réponse à l’appel à propositions.

2 Cette dimension de la question est plus largement développée dans la Troisième Partie.

3 Il serait abusif de qualifier le modèle de planification urbaine algérien d’« autoritaire » pour le distinguer des modèles marocain et tunisien qui le seraient beaucoup moins. En Tunisie et au Maroc, en effet, certains aspects très contraignants de leurs dispositifs de contrôle de l’urbanisation, notamment dans les quartiers dits « réglementaires » — dispositifs ne souffrant d’aucune forme de dérogation à la norme — se prêteraient beaucoup mieux à cette appellation. Les nombreux travaux menés sur le cas algérien, et les documents officiels comme, par exemple, le rapport Alger, capitale du XXIème siècle élaboré par le défunt Gouvernorat d’Alger (1996-2000), dénoncent justement « le manque d’autoritarisme » des autorités publiques concernant la planification du développement urbain d’Alger.

4 Voir, à ce sujet, les analyses pertinentes de Amiot (1986). Cet auteur montre le profond mouvement de construction des instruments de la planification du territoire par l’État français à partir de 1958. On se reportera aussi à l’ouvrage de Sgroï-Dufresne (1986) qui démontre la reprise par le nouvel État algérien indépendant de ces mêmes instruments d’urbanisme et des programmes lancés par l’ancienne puissance coloniale, et ce jusqu’en 1976.

5 Voir Troisième Partie, chapitres I et II.

6 Berry-Chikhaoui ajoute en ce sens : « Dans ma définition de la citadinité, les notions de citadinité et de compétences des habitants sont très fortement articulées. Quand on crédite les habitants de compétents, on dépasse une vision normative de la ville et de la citadinité : une des compétences qui nous intéresse tout particulièrement ici c’est la capacité à qualifier l’espace et à lui conférer du sens (les gens disent ce qu’est la ville pour eux) […], à s’attacher aux lieux, à les nommer, à en développer une vision critique, à construire une relation qui intègre en partie la mémoire des lieux et de la ville, mais aussi à dénoncer des représentations et des actions révélant des disjonctions entre conception et vécu de la ville, à éventuellement s’engager dans l’action pour défendre leur propre vision et définition de la citadinité et de l’urbanité, en bref à construire des territoires et participer par leurs pratiques et leurs représentations à la fabrique de la ville. Dans cette action, des compétences sont engagées, actualisées, remodelées, échangées, et construites » (Berry-Chikhaoui et Deboulet, 2000).

7 Appellation heureuse utilisée entre autres par Bourdin (2005).

8 Nous nous situons ici à la suite de Cattedra et de Catusse, qui font la distinction entre « acteurs » et « agents » sociaux en s’appuyant sur les travaux de Grafmeyer (1994). Selon eux, ce dernier auteur « utilise dans une perspective fonctionnaliste la distinction formalisée notamment par Boudon (1979) pour considérer les “transforma-tions des espaces urbains de la ville” ». Lequel auteur ajoute : « On réservera les termes d’acteurs aux cas où la personne est engagée dans des relations de rôles avec un ou plusieurs autres protagonistes. On parlera d’agents dans les autres cas », avant de proposer « une typologie autour de trois pôles qui concourent à la production des espaces urbains : les “agents privés”, les “pouvoirs publics” et les “métiers de la ville” » (Cattedra et Catusse, 2006).

9 Pour Kaufmann, inventeur de ce néologisme, la « motilité » correspond aux aptitudes à se mouvoir dans l’espace géographique, économique et social. La notion regroupe l’ensemble des facteurs définissant la potentialité à se déplacer, les systèmes techniques de transport et de télécommunications, les connaissances acquises, etc. Voir Kaufmann (2008 et 2009).

10 Comme le notent Dridi (2008), Messaoudi (2008) et M’Silta (2009) dans leurs travaux.

11 On se reportera au résumé synthétique de la Première Partie, en supra.

12 C’est ce qu’essaie de théoriser Castells dans son ouvrage La société en réseaux (1998). L’auteur y souligne que le renforcement des caractéristiques identitaires communautaires de divers ordres se fait en réaction à ce processus d’homogénéisation et de standardisation culturelle mondial.

13 On peut se référer à ce propos au texte de Lakjaâ (2009b).

14 Cf. résumé-synthèse de la Première Partie.

15 À propos de cette solidarité dans les périphéries des villes algériennes, on peut constater ses manifestations concrètes lors de l’organisation des funérailles, de mariages, de cérémonies de circoncision, etc.

16 Cette centralité explique aussi que la famille sert de repli. Ces rapports à la famille se retrouvent chez les jeunes habitant la ville d’Oran, si l’on en croit les résultats d’une enquête que nous avons réalisée en 2006. On se référera à ce propos à Safar Zitoun (2009b).

17 Cf. la contribution de l’équipe algérienne, rédigée par Safar Zitoun et Hafiane, au projet PRUD « L’entre-deux des pratiques sociales et des dynamiques institutionnelles » dirigé par Navez-Bouchanine : Les effets sociaux du relogement à Alger et Annaba (en cours de publication). Voir aussi la communication de Safar Zitoun, « Alger : de la décomposition du foncier à la recomposition urbaine » au colloque de Besançon, 1er et 2 février 2005 ; concernant M’Silta, cf. M’Silta (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madani Safar Zitoun, « Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, 33-53.

Référence électronique

Madani Safar Zitoun, « Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/107 ; DOI : 10.4000/emam.107

Haut de page

Auteur

Madani Safar Zitoun

Professeur, Sociologie, Université d’Alger safarmad@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page