Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En intitulant notre programme de recherche : « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes maghrébines », nous avons tenu à affirmer, d’emblée, quelques positions dont certaines, bien que ne se voulant point provocatrices, sont loin de faire consensus tant dans le monde des décideurs et des concepteurs de la ville au Maghreb que dans la communauté des chercheurs travaillant sur l’urbain dans cette aire géographique.

  • 1 Pour le Monde arabe, se reporter à Signoles (1999).

2« Faire la ville » est, en effet, une expression à double sens, pour ne pas dire à sens multiples. Certes, dès lors que l’on cherche à comprendre comment la « ville est faite » ou comment « elle se fait » — les deux formulations n’étant d’ailleurs pas équivalentes —, l’approche qui prévaudra mettra au premier plan l’identification des acteurs et le décryptage des systèmes d’action. C’est aujourd’hui une manière de faire communément adoptée, comme en témoignent les multiples travaux qui portent sur la « fabrique de la ville ». Pour autant, la question de savoir qui est « acteur » de la ville, de sa fabrication, fait encore souvent débat, entre ceux qui privilégient les « acteurs institutionnels », décideurs, ingénieurs et techniciens de l’urbain et de l’urbanisme, organismes financiers et sociétés de gestion des réseaux — en bref, ceux par qui la « ville est faite » —, et ceux qui considèrent que sont acteurs de la fabrique urbaine l’ensemble des habitants de la ville, c’est-à-dire tous les individus qui y vivent, y travaillent, s’y déplacent et la pratiquent et grâce auxquels, jour après jour, micro-action par micro-action, la ville « se fait » — ceux qui, en quelque sorte, « font la ville » et fabriquent « de la ville »1. Pour les tenants de cette seconde acception, dont nous sommes, cette qualité d’acteur que l’on doit attribuer aux « citadins ordinaires » résulte de ce qu’ils disposent, au même titre que les autres, de compétences et de savoirs qui sont « autant d’arts de faire contribuant matériellement et symboliquement à façonner, modeler et (re)qualifier l’espace urbain » (Berry-Chikhaoui et Deboulet, 2000, p. 17). En d’autres termes, ceci revient à les placer « en situation non plus seulement de récepteurs de la ville, mais également de producteurs, d’émetteurs et d’utilisateurs, de fabricants de référents et de modèles urbains et sociaux » (Ibidem). On aura compris, de ce fait, que, pour nous, « faire la ville » ne recouvre pas seulement, loin s’en faut même, la production matérielle de la ville, maisons et immeubles, rues et places, usines et bureaux, infrastructures et équipements, etc. « Faire la ville », c’est aussi « faire de la ville », par les pratiques spatiales que l’on en a, les représentations que l’on s’en fait, les sociabilités auxquelles on participe ou que l’on crée, en mobilisant à la fois ce que chacun a hérité de sa propre histoire de vie et ce qu’il a acquis, au gré de son apprentissage de la vie en ville, par les expériences qu’il y a vécues.

3C’est bien à partir de cette double interprétation de « faire la ville » — tous les citadins sont concernés ; et la ville, ici, doit être entendue dans sa matérialité physique, mais aussi dans sa société, ses images et ses pratiques — que, à la question posée dans l’intitulé de notre programme : « Faire la ville en périphérie(s) ? », nous répondons par l’affirmative. Oui, la ville se fait aussi en périphérie(s) et elle s’y fait même de plus en plus. Non seulement parce que, du seul fait des dynamiques démographiques et du spectaculaire étalement spatial, les périphéries des grandes villes maghrébins constituent désormais une part majoritaire des espaces construits et des populations citadines, mais aussi parce que les populations qui y résident, socialement diverses, y fabriquent, en les composant ou les recomposant, une (ou des) urbanité(s) originales, s’y ancrent — puisque la plupart de leurs habitants y sont propriétaires de leur logement, que ce soit dans les quartiers planifiés ou non réglementaires — et s’y territorialisent. Mais si les périphéries constituent aujourd’hui des lieux décisifs où se jouent le devenir des villes et de leurs sociétés, c’est aussi parce que, depuis une dizaine d’années — parfois un peu plus —, elles sont devenues des enjeux stratégiques pour les pouvoirs en place, les grands opérateurs de l’urbain, les investisseurs nationaux et internationaux : des enjeux fonciers, cela va sans dire, parce que la demande de terrains à bâtir croît à grande vitesse et que la pression s’exerce non seulement sur les fronts d’urbanisation, mais aussi sur tous les espaces « vides » ou délaissés, friches, corniches maritimes, bords de lagunes, etc. ; des enjeux pour l’image des villes, car c’est là que sont localisés la plupart des grands projets lancés avec le concours des capitaux du Golfe et qui visent, mondialisation oblige, à « mettre à niveau » les grandes cités pour mieux les situer dans la concurrence internationale (Berry-Chikhaoui et al., 2007) ; des enjeux politiques, enfin, par le biais des interventions publiques en direction des bidonvilles et quartiers non réglementaires, de la lutte contre la pauvreté, et de toutes les initiatives qui, au travers des multiples modalités de l’action publique, s’essayent à réguler la société sous couvert d’action urbaine ou urbanistique.

  • 2 Initialement, nous avions identifié seulement deux axes, l’un intitulé « Pratiques de mobilités, te (...)

4Notre recherche a privilégié trois axes pour étudier les processus de construction et/ou de reconfiguration territoriale dans les périphéries des grandes villes du Maghreb2.

5■ Le premier axe de recherche concerne les mobilités résidentielles, les pratiques de mobilités et les constructions territoriales en périphérie(s) des grandes villes.

6La mobilité — entendue non comme un simple déplacement, mais comme un fait social total — est aujourd’hui considérée par les chercheurs comme l’une des caractéristiques essentielles des citadins et de leur manière de vivre l’urbain. Avec Brun, on peut poser qu’elle est « au cœur de la quasi-totalité des problèmes que pose l’étude de la ville et de l’espace habité, des mécanismes de croissance et de ses disparités […] » (Brun, 1983).

  • 3 À propos de ces contournements, on pourra se reporter à Dansereau et Navez-Bouchanine (2002).

7Parmi les différentes composantes de la mobilité, nous avons fait le choix de privilégier les mobilités résidentielles, autrement dit les changements de résidence au sein des espaces urbanisés. Cette forme de mobilité, qui se réalise à toutes les échelles spatiales, est corrélative des histoires familiales, des stratégies individuelles ou collectives, des changements professionnels, qui exigent de la part des individus une remise en question et un ajustement de leurs pratiques de l’espace privé et public. Elle s’inscrit aussi, cela va sans dire, dans un rapport complexe aux politiques urbaines, particulièrement celles de l’habitat, qu’il s’agisse, pour les individus, de produire leur propre logement en pleine propriété, d’accéder à un logement neuf déjà construit, d’acheter un terrain dans un lotissement clandestin et d’y « auto-construire », de contourner les contraintes imposées par le « haut » — par exemple à l’occasion d’une opération de recasement ou de réhabilitation d’un quartier précaire3.

  • 4 Pour un bilan récent, voir Florin (2008).
  • 5 Un premier état de ces recherches figure dans Escallier et Signoles (1995).

8Pendant longtemps, ce type de mobilité est resté secondaire, dans les villes du Monde arabe en général, et dans celles du Maghreb en particulier, à la fois parce que les grandes vagues de peuplement procédaient de l’exode rural et parce que, pour des raisons diverses, l’étalement de la ville était limité – les mécanismes dominants privilégiaient alors la densification des quartiers anciens (médinas) ou la prolifération de quartiers denses, tels les bidonvilles4. Ce sujet n’a donc, logiquement, que médiocrement mobilisé les chercheurs5. Mais dès lors que, aux environs du milieu des années 1970, l’étalement urbain s’est accéléré — conséquence de la prégnance du modèle de la pleine propriété, processus d’autonomisation de la famille restreinte, progrès de la motorisation, etc. —, les mobilités résidentielles — qu’elles procèdent d’un choix volontaire ou plus ou moins contraint des citadins — et les pratiques de mobilités liées aux sociabilités sont devenues un enjeu central de la connaissance. En effet, elles se reflètent dans les modes d’habiter et dans les stratégies d’appropriation de l’espace, à savoir, en ce sens, dans la manière dont les nouveaux résidents s’ancrent dans l’espace et dont les groupes sociaux qui s’y constituent font apparaître différentes formes de territorialisation — étant entendu que l’enracinement dans les nouveaux quartiers de la périphérie ne suffit pas à rendre compte des multiples appartenances à la ville que revendiquent les citadins à partir de ces territoires.

9Dans les villes du Maghreb, les rapports entre mobilité résidentielle et mobilité sociale s’inscrivent, le plus souvent, dans un rapport étroit, même si celui-ci varie dans le temps, en particulier en fonction de l’évolution des revenus et des modes de répartition des richesses entre les différents groupes sociaux. Notre programme de recherche n’a cependant pas envisagé de consacrer une partie de nos efforts à l’étude de la mobilité sociale en soi. Nous ne l’avons abordée qu’en ce qu’elle a des effets sur la mobilité spatiale, par exemple quand celle-ci s’accompagne d’une démarche de « distinction » ou quand le choix du quartier de résidence, tout comme celui du type d’habitat, exprime certaines valeurs attribuées par les habitants à ce(s) quartier(s) et manifeste des effets d’imitation, plus ou moins décalés, du comportement des élites ou des classes aisées.

10Une des hypothèses fortes qui a guidé nos travaux est donc que, dans le champ des contraintes qui sont les leurs et en dépit des aléas qui les affectent, les habitants — tous les habitants concernés, parce que nous présupposons que tous sont dotés de « compétences » (Berry-Chikhaoui et Deboulet, 2000) — élaborent des stratégies d’ancrage aux lieux, d’intégration sociale, d’appropriation spatiale, et développent des sentiments d’appartenance au monde urbain, de fabrication matérielle et symbolique de la ville, tous éléments qui participent, en se combinant, du processus de territorialisation.

11Les matériaux recueillis et analyses effectuées dans le cadre de ce premier axe sont restitués selon trois entrées. En premier lieu, il sera montré comment les mobilités résidentielles sont autant productrices d’exclusion que d’intégration socio-spatiale ; en second lieu, seront mises en évidence les logiques de l’action publique urbaine et ses effets sur les mobilités ; enfin, et en troisième lieu, ce sont les manières dont les stratégies de mobilité s’articulent à celles d’ancrage des ménages qui seront mises au centre de l’analyse.

12Le deuxième axe de recherche aborde les périphéries en tant que lieux d’émergence de nouvelles urbanités.

13À l’opposé des discours longtemps dominants — mais manifestement pas encore totalement disparus — faisant état de manière extrêmement négative de la ruralisation/gourbification des villes au Maghreb, et attribuant à ce changement de contenu à peu près tous les dysfonctionnements techniques et sociaux de ces villes en pleine expansion démographique, nous avons préféré privilégier une démarche qui interroge et s’interroge sur le sens que leurs nouveaux habitants donnent aux territoires où ils s’installent — ou bien qu’ils construisent — en périphérie par rapport à l’idée qu’ils se font de la ville ; et, simultanément, nous nous sommes intéressés aux effets que ces territorialités en construction produisaient sur leurs représentations de la ville. Il s’est donc agi de s’interroger sur les significations que revêtent, pour les habitants, le fait de résider dans une périphérie plus ou moins lointaine ; de savoir s’ils s’y considéraient « en ville » et comme des habitants « de la ville », des citadins en quelque sorte. Dès lors, s’est posée à nous la question de savoir si les habitants de ces périphéries revendiquaient un « droit » à la ville, sous quelles formes, dans quel cadre et avec quels résultats.

14Traiter des formes de socialisation dans les périphéries urbaines conduit à analyser les tensions à l’œuvre dans les processus d’appropriation locale (pratiques et usages des espaces privés, gestion des relations de voisinage et des espaces communs, etc.), ainsi que l’accès à l’espace urbain, et au centre-ville tout particulièrement. Les formes d’actions locales et d’organisation des citadins dans ces quartiers sont susceptibles d’éclairer les stratégies de conquête de ces périphéries comme territorialités, tant il est vrai que les « modes d’agir territorialisant » (Turco, 1998) peuvent prendre des formes extrêmement variables, allant de l’ajustement au contournement, en passant par le détournement, la transformation, le métissage, etc.

  • 6 Pour un état de la question sur la notion de « fragmentation » et les débats qui l’accompagnent, vo (...)
  • 7 Posture explicitée tout particulièrement par Lakjaâ (2009).

15En ce sens, l’hypothèse principale qui fonde ce deuxième axe de la recherche est la suivante : quand bien même les périphéries constitueraient des fragments spatiaux (de la ville), elles ne peuvent être considérées, à tout le moins dans les grandes villes du Maghreb, comme des fragments sociaux6. En effet, nous postulons que les populations qu’elles rassemblent, même si elles sont séparées spatialement du reste des populations de la ville « compacte » historiquement et socialement constituée, partagent avec elles des univers de représentations, des imaginaires communs, qui font lien et qui structurent leurs rapports au reste de la société. Considérer que les périphéries sont des lieux de refondation du lien social nous a conduit à adopter une posture qui, à l’inverse de la démarche dominante — laquelle consiste à rechercher les critères qui définissent et établissent de façon abstraite le caractère urbain et tout ce que doit renfermer le concept d’urbanité — s’attache à identifier les pratiques et les imaginaires qui donnent sens et cohérence à la vie en ville, et font ce qui est urbain ici et maintenant7.

  • 8 Pour le Monde arabe, et concernant la notion de citadinité, on se reportera à Lussault et Signoles (...)

16À travers la mise en œuvre des concepts d’urbanité et de citadinité8, nous avons donc privilégié la recherche de ce qui fait lien, de ce qui contribue à « faire » la ville plutôt que de ce qui participe à la « défaire ». L’on sait bien que ces notions, particulièrement celle de citadinité, ont une forte charge idéologique dans le Monde arabe, et qu’elles sont de longue date utilisée par ceux qui se considèrent comme de « vrais » citadins pour stigmatiser, reléguer, nier les droits de tous ceux qu’ils estiment ne pas remplir les critères pour mériter ce qualificatif. Pour éviter — autant que faire se peut — les pièges de ce débat, nous avons choisi de suivre Balandier, en faisant un effort de « repérage non seulement de ce qui fait figure de nouveau dans la société, mais aussi de ce qui indique que la société se reproduit selon le mode ancien » (Balandier, 2004). Pour nous, la ville est un lieu — et les périphéries en sont des lieux privilégiés — d’apprentissages et d’expériences, en particulier de la diversité sociale et urbaine, et donc un lieu d’inventions, de métissages, voire d’acculturation.

  • 9 Le contenu de ce troisième axe (qui était le second dans la Réponse à l’appel à propositions) a été (...)

17■ Le troisième axe traite des rapports entre territoires et politique(s) dans les périphéries des grandes villes du Maghreb9.

18Nous sommes partis de l’idée que les périphéries urbaines étaient aujourd’hui un terrain privilégié pour les acteurs — quels qu’ils soient, de l’État aux individus — de la fabrique urbaine. Une multitude d’actions et d’interventions s’y déploient, qui ont des conséquences évidentes sur la dimension matérielle de la ville et sur la forme urbaine, mais aussi sur les pratiques sociales et sur les représentations de l’urbain. Il s’agit alors d’étudier le gouvernement des hommes et des espaces en ces lieux, en resituant l’analyse dans le contexte de l’internationalisation/mondialisation — mise aux normes internationales des villes-capitales et métropoles ; standardisation des modes d’intervention et de pilotage de l’action publique ; apparition d’acteurs publics et privés étrangers dans ce même champ, etc.

19Pour ce faire, il est impossible de faire l’économie de la question du retrait de l’État et/ou de sa privatisation (Hibou, 1999) et de ne pas s’interroger sur le redéploiement de l’État central, ses modalités et ses effets.

20Pour traiter de cette vaste question, nous avons privilégié trois entrées.

21• La première met l’accent sur l’urbanisme de projet, en tant qu’il est une modalité relativement récente de la production de l’espace et de son aménagement au Maghreb et que, très largement, il affecte les espaces périphériques — et/ou péricentraux — des grandes villes et métropoles. L’analyse des systèmes d’action vise, dans ce cas, à identifier les nouveaux acteurs qui émergent dans ce champ, surtout ceux issus du secteur économique (sociétés d’économie mixte, holdings financiers, structures dédiées à la conduite de projets). Prenant en compte la financiarisation du secteur de l’aménagement urbain, il s’agit de vérifier en quoi elle exprime une tendance à l’autonomisation de la maîtrise d’ouvrage urbaine et, plus encore, l’internationalisation des montages financiers des grandes opérations ; et, au-delà, de savoir si cette tendance implique le retrait des acteurs « traditionnels » de l’aménagement. Au bout du compte, nous avons cherché à identifier les effets de ces grands projets sur les espaces périphériques : sont-ils à l’origine de la production d’enclaves mondialisées, ou, comme le discours marketing qui les accompagne s’en flatte, faut-il les tenir pour des actes de refondation des grandes villes maghrébines ?

22• Une deuxième entrée se préoccupe plutôt des interventions publiques dans les quartiers non réglementaires. De grandes opérations visant à l’élimination de ces quartiers, qu’il s’agisse de squats ou de quartiers où les constructions ont été établies sur des parcelles achetées à des lotisseurs clandestins, ont été lancées au Maghreb durant les décennies 1990 et 2000 : au-delà des enjeux proclamés, on se demandera si l’introduction, dans ces opérations, de référentiels qui accordent la priorité à la participation des bénéficiaires signifient pour autant une attention plus grande portée à la dimension sociale de l’action publique. Là encore, l’objectif principal de nos travaux concerne les effets de ces politiques sur les dynamiques urbaines, tant en ce qui concerne les transformations physiques qu’elles entraînent, que les mobilités (résidentielles) qui en découlent ou que le répertoire de l’action collective mis en œuvre par les habitants mobilisés pour accéder aux équipements.

23• En dernier lieu, nos interrogations ont porté sur les conséquences des réformes institutionnelles — qu’il s’agisse de la décentralisation et, en particulier au Maroc, du retour à l’« unité de la ville » — sur les modes de régulation sociale et politique et sur la gestion urbaine. De telles interrogations renvoient à la fois à la nature des États et au mode de fonctionnement de leur système politique à l’échelle des agglomérations urbaines et de leurs subdivisions électorales, dans la mesure où elles visent à vérifier si, ici ou là, émergent des « médiateurs », élus ou pas, qui seraient susceptibles de jouer un rôle d’articulation entre les sociétés locales (y compris micro-locales) et la sphère politico-administrative.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G., 2004 (1re éd. 1981), Sens et puissance, Paris, PUF, coll. « Quadrige Essais Débats », 334 p.

Berry-Chikhaoui I. et Deboulet A. (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Tunis/Paris/Tours, IRMC/Karthala/URBAMA, 408 p.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. et Roulleau-Berger L. (dir.), 2007, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 325 p.

Brun J., 1983, « La mobilité résidentielle et les sciences sociales. Transfert de concept et questions de méthodes », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, pp. 2-13.

Dansereau F. et Navez-Bouchanine F., 2002, Gestion du développement urbain et stratégies résidentielles des habitants, Paris, L’Harmattan, 355 p.

Escallier R. et Signoles P. (dir), 1995, Les nouvelles formes de la mobilité spatiale dans le Monde arabe, Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches n° 28, 476 p.

Florin B., 2008, « Les recherches françaises en sciences sociales sur les mobilités résidentielles : quelques pistes de réflexion », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 16, pp. 7-18.

Hibou B., 1999, La privatisation des États, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 398 p.

Lakjaâ A., 2009, « Les périphéries oranaises : urbanité en émergence et refondation du lien social », Tours, Les Cahiers d’EMAM, n° 18, pp. 29-44.

Lussault M. et Signoles P. (dir.), 1996, La citadinité en question, Tours, URBAMA, Fascicule de recherches n° 29, 157 p.

Navez-Bouchanine F. (dir.), 2002, La fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 411 p.

Signoles P., 1999, « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe », pp. 19-53, in Signoles P., El Kadi G. et Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le Monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Paris, Éd. du CNRS, 374 p.

Turco A., 1988, Verso una teoria geografica della complessità, Milan, Unicopli, 184 p.

Haut de page

Notes

1 Pour le Monde arabe, se reporter à Signoles (1999).

2 Initialement, nous avions identifié seulement deux axes, l’un intitulé « Pratiques de mobilités, territorialités et territorialisation dans les périphéries urbaines », l’autre « Les effets territoriaux des politiques urbaines ». C’est cette organisation-là qui figure dans la Réponse à l’appel à propositions que nous avions soumise en 2005. Il nous est apparu très rapidement, dès avant le démarrage effectif de la recherche, que le premier axe se décomposait en un trop grand nombre de thématiques, que sa mise en œuvre mobilisait des démarches méthodologiques trop disparates et que, surtout, il allait réunir un nombre de chercheurs si importants que son « pilotage » en deviendrait rapidement problématique. C’est pourquoi nous avons pris la décision de le faire éclater en deux axes « autonomes » — autonomes pour la conduite de la recherche, mais pas intellectuellement, puisque la question des mobilités et des processus de territorialisation d’un côté, celle des urbanités/citadinités de l’autre, sont étroitement connectées.

3 À propos de ces contournements, on pourra se reporter à Dansereau et Navez-Bouchanine (2002).

4 Pour un bilan récent, voir Florin (2008).

5 Un premier état de ces recherches figure dans Escallier et Signoles (1995).

6 Pour un état de la question sur la notion de « fragmentation » et les débats qui l’accompagnent, voir Navez-Bouchanine (2002).

7 Posture explicitée tout particulièrement par Lakjaâ (2009).

8 Pour le Monde arabe, et concernant la notion de citadinité, on se reportera à Lussault et Signoles (1996).

9 Le contenu de ce troisième axe (qui était le second dans la Réponse à l’appel à propositions) a été rediscuté et affiné lors d’un séminaire du Groupement de projet qui s’est tenu à Montpellier en octobre 2006. Les orientations que nous présentons ici sont tirées de cette réunion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Signoles, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, 9-14.

Référence électronique

Pierre Signoles, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/109 ; DOI : 10.4000/emam.109

Haut de page

Auteur

Pierre Signoles

Géographe, Professeur émérite, Université de Tours & UMR 6173 CITERES, équipe EMAM

psignoles@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page