Navigation – Plan du site
Troisième partie

Introduction. Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb

Raffaele Cattedra, Olivier Legros et Aziz Iraki
p. 55-57

Texte intégral

1Les périphéries urbaines sont un terrain d’action privilégié pour les acteurs de la fabrication urbaine. Qu’il s’agisse de grands projets engagés par les sociétés financières du Golfe ou par la puissance publique, de restructuration de bidonvilles ou d’équipement de quartiers non réglementaires, ou encore de petites opérations privées, ces interventions ont des incidences incontestables à la fois sur la forme urbaine, sur les pratiques sociales et sur les représentations de l’urbain, comme on a pu le remarquer dans les parties précédentes. Qu’en est-il en ce qui concerne le gouvernement des hommes et des espaces ? Trois grandes hypothèses serviront de point de départ à l’analyse des modes de gouvernement des périphéries urbaines.

21. La première est celle de la standardisation des modes d’intervention et de pilotage de l’action publique sous l’influence des « dynamiques du dehors » (Warnier, 2004). L’internationali-sation/mondialisation de l’aménagement et de la gestion des régions-capitales est, en effet, un phénomène incontestable qui se traduit par la mise aux normes internationales des villes-capitales et de leurs équipements (Berry-Chikhaoui et al., 2007) et par l’apparition d’acteurs privés et publics étrangers dans le champ en question (Signoles, 2006). En outre, il faut compter avec les nouveaux référentiels de l’action publique que ces acteurs appliquent. Le projet, le contrat et la bonne gouvernance figurent ainsi parmi les nouvelles règles du jeu de la fabrication urbaine, au Maghreb comme dans les autres pays du Sud (Legros, 2008).

32. Faut-il pour autant affirmer le retrait des États qui, abandonnant les « affaires urbaines », laisseraient le champ libre aux nouveaux acteurs dominants ? La question est discutée, quand bien même, au Maghreb, le rôle de l’État demeure, pour l’instant tout au moins, incontestable. On est toutefois fondé à penser que la multiplication des acteurs et les nouveaux cadres de références de l’action publique engendrent des formes de gouvernance davantage polycentriques et négociées que par le passé, ainsi que l’a remarqué Barthel (2006) à propos des opérations d’aménagement des fronts d’eau à Tunis. Aussi paraît-il nécessaire d’examiner avec soin les interférences entre, d’une part, les directives des bailleurs internationaux et, d’autre part, les pratiques de l’État et des classes dominantes. Peut-être serait-il plus pertinent d’y voir un redéploiement de l’État central qui, en instrumentant les projets de développement urbain, chercherait (et parviendrait ?) à garder la mainmise sur les villes et sur les transformations en cours ? À moins que, sous couvert d’action publique, ce ne soient les élites nationales et urbaines qui profitent de cette manne pourvue par l’extérieur pour asseoir leur pouvoir sur la ville. Auquel cas, le redéploiement de l’État équivaudrait à une sorte de « privatisation » au bénéficie des classes dominantes (Hibou, 1999).

43. La troisième et dernière hypothèse est celle d’une intégration des périphéries aux territoires de l’État par le biais de l’urbanisme de projet et par celui des réformes institutionnelles. Progressivement intégrées à la ville conventionnelle par le biais des opérations d’urbanisme et d’aménagement, les anciennes marges urbaines sont en même temps encadrées par l’administration territoriale et par les collectivités locales. Ce processus de territorialisation, qui s’effectue selon des modalités différentes d’un pays du Maghreb à l’autre, est-il propice à l’avènement d’un nouvel ordre public local ? Et, en ce cas, peut-on considérer que le gouvernement local serait désormais davantage marqué par « l’ordre lointain de l’État » que par « l’ordre proche du voisinage », pour reprendre une formule de Lefebvre (1968).

5Pour examiner les formes actuelles du gouvernement des villes, les chercheurs du groupement de projet « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb » ont choisi trois analyseurs. Les deux premiers ont trait à l’aménagement urbain, tandis que le troisième a trait à la gestion administrative des périphéries urbaines.

61. L’urbanisme de projet est le premier analyseur. Depuis la fin des années 1980, on note en effet dans les grandes villes du Maghreb, en particulier dans les régions-capitales, une multiplication de grands projets, qualifiés depuis quelques années de « mégaprojets » en Tunisie. Généralement financés par des investisseurs du Golfe, ces projets sont divers : opérations résidentielles, parcs d’activités dans des secteurs de pointe (communication, finances, technologie) et complexes touristiques comptent ainsi parmi les grandes options de ces opérations qui doivent non seulement contribuer au renforcement des fonctions métropolitaines mais aussi participer à l’amélioration des infrastructures dans une optique d’internationalisation des espaces urbains et des économies nationales. L’analyse des systèmes d’action est, dans ce nouveau cadre, une piste de recherche que nous avons privilégiée, avec une attention particulière portée à l’émergence de nouveaux acteurs de l’aménagement, généralement issus du secteur économique, qu’il s’agisse de Sociétés d’Économie Mixte, de holdings, ou de structures dédiées pour la conduite des projets. Cette financiarisation du secteur de l’aménagement urbain, qui traduit bien la tendance actuelle à l’autonomisation de la maîtrise d’ouvrage et, plus encore, l’internationalisation des montages financiers des grandes opérations (Verdeil, 2006), signifie-t-elle le retrait des acteurs traditionnels, qui seraient en quelque sorte détrônés par les nouveaux « managers » du développement urbain ? Enfin, quels sont les effets locaux des grands projets ? Les territoires de ces derniers constituent-ils des enclaves mondialisées au sein des régions-capitales ? Les grands projets doivent-ils, au contraire, être considérés comme des actes de « refondation » des grandes villes maghrébines (Corboz, 2001) ?

72. Les interventions publiques dans les bidonvilles et dans les quartiers non réglementaires constituent un deuxième analyseur. Quels sont les enjeux de ces opérations, principalement celles engagées depuis le début des années 2000, tel le programme « Villes sans bidonvilles » au Maroc ? S’agit-il de lutter contre la pauvreté urbaine ou de réguler la société, ainsi que l’affirme Chabbi (1999) à propos de la réhabilitation des quartiers populaires en Tunisie ? De même que les grands projets, les politiques de l’habitat provoquent l’émergence de nouveaux acteurs à l’échelle locale. Outre les techniciens et les chefs de projet, il s’agit principalement d’associations et d’ONG. Cette évolution, de même que, en ce domaine comme dans le précédent, l’introduction de nouveaux référentiels qui accordent la primauté à la participation des bénéficiaires signifient-t-elles pour autant une attention plus grande portée à la dimension sociale de l’action publique ? Quel impact ces politiques ont-elles sur le répertoire de l’action collective mis en œuvre par les habitants mobilisés pour accéder aux équipements ? Et sur la dynamique urbaine ? Si les politiques urbaines ont été abondamment étudiées jusqu’à présent, les changements sociaux et économiques apportés par ces dernières dans les quartiers réhabilités restent largement méconnus.

  • 1 Pour une présentation synthétique de ces enquêtes, voir Iraki et Tamim (2009).

83. En dernier lieu, il s’agissait de réfléchir aux conséquences des réformes institutionnelles sur les modes de régulation sociale et politique et sur la gestion urbaine. Si la décentralisation fait partie des mesures préconisées par les institutions internationales dans l’ensemble des pays en développement, les régions-capitales du Maghreb connaissent des trajectoires institutionnelles originales : à Tunis et à Alger, la tendance semble être au renforcement des régulations de contrôle opérées par l’État central tandis que, dans la région de Casablanca, l’adoption, en 2003, du principe de l’unité de la Ville unifiait le système communal, jusqu’alors marqué par la fragmentation, en renforçant l’autorité du maire sur les 16 arrondissements du Grand Casablanca. Aussi la recherche a-t-elle ici principalement porté sur cette région urbaine. Il s’agissait notamment de savoir si les réformes en cours pouvaient être assimilées à des tentatives de renouvellement des modes de régulation sociale et politique. Pour cela, les enquêtes1 ont surtout porté sur les élites de proximité qui, parce qu’elles jouent un rôle majeur d’articulation entre les sociétés locales et la sphère politico-administrative, doivent moins être considérées comme des agents des pouvoirs en place que comme des acteurs politiques dotés de véritables marges de manœuvre, voire comme des contre-pouvoirs potentiels. C’est en tout cas l’une des hypothèses fortes de ce travail.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation synthétique de ces enquêtes, voir Iraki et Tamim (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaele Cattedra, Olivier Legros et Aziz Iraki, « Introduction. Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, 55-57.

Référence électronique

Raffaele Cattedra, Olivier Legros et Aziz Iraki, « Introduction. Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 21 janvier 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://emam.revues.org/110

Haut de page

Auteurs

Raffaele Cattedra

Articles du même auteur

Olivier Legros

Articles du même auteur

Aziz Iraki

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page