Navigation – Plan du site
Troisième partie

Chapitre I. Les grands projets urbains à la conquête des périphéries

Raffaele Cattedra
p. 58-72

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’avènement de l’urbanisme dit « de projet » constitue l’une des innovations majeures dans le champ de l’aménagement des grandes villes du Maghreb. Cette « démarche », qui ne peut être comprise indépendamment du procès de mondialisation, donne lieu depuis le début des années 2000 à une multiplication remarquable de « grands projets », les uns effectivement réalisés ou engagés, les autres, en grand nombre, simplement annoncés.

2À partir de ce constat, notre étude a tenté de répondre aux questions suivantes : dans quelle mesure ces projets, financés de l’extérieur et/ou influencés par une approche technico-financière prenant ses modèles à l’étranger, formatés sur le registre du gigantisme et mis en scène grâce à une mobilisation remarquable des médias, bouleversent-ils les règles du jeu de la fabrication urbaine locale, tout particulièrement lorsqu’ils se situent aux marges des grandes villes ? S’agit-il d’une véritable innovation de l’aménagement urbain au Maghreb ? Quel rôle alors joue désormais l’État ? La planification « classique » à l’œuvre dans l’aménagement des villes — l’urbanisme réglementaire et l’urbanisme de plans — a-t-elle conservé, par inertie, un rôle important dans la fabrication de la ville ? Dans quelle mesure les logiques qui sous-tendent ces projets urbains reconfigurent-elles la structuration de l’action publique ? Ces projets sont-ils susceptibles de faire évoluer les échelles d’intervention de cette dernière et quels en sont les « effets territoriaux » dans les métropoles ?

3Avant de nous engager plus avant dans l’analyse, il convient de noter que, s’agissant de projets lancés depuis peu de temps — et dont la plupart sont encore en cours de réalisation — et dont l’achèvement exige un temps long (une ou deux décennies), il n’est pas aisé de mesurer leurs effets territoriaux sous la forme de leurs retombées concrètes et visibles sur le terrain. D’ailleurs, la crise financière mondiale, exacerbée à la fin de 2008, a déjà fait sentir ses effets perturbateurs sur nombre de ces grands projets (abandons, reports, réorientation des contenus, etc.), rendant ainsi encore plus aléatoire toute tentative d’en mesurer précisément les effets concrets.

4Ce chapitre développe les trois thèmes suivants :
I. L’émergence des grands projets urbains dans les métropoles maghrébines.
II. Les grands projets : une innovation dans les villes du Maghreb ?
III. Les effets territoriaux des grands projets urbains, entre « mirages urbains », villes en chantiers et impact de la crise financière mondiale.

L’émergence des grands projets urbains dans les métropoles maghrébines

La prolifération des grands projets à partir des années 2000

La vogue actuelle des grands projets au Maghreb : vers un urbanisme de la démesure

  • 1 Au sens de la mise en avant des « figures » de la discontinuité et de l’hétérogénéité dans l’action (...)
  • 2 Impossible toutefois de préciser le multiplicateur tant les listes établies à partir de sources off (...)

5À s’en tenir aux effets d’annonce, aux protocoles d’accords signés, aux chantiers ouverts dans les différents quartiers, nous pouvons constater que, depuis la première moitié des années 2000, les grands projets urbains se sont affirmés comme une nouveauté dans les métropoles du Maghreb. Ils constituent un élément clé du discours sur la ville, en même temps qu’ils en marquent ses paysages. Expressions de la modernité triomphante — à moins que, plutôt, ce ne soit celles de la postmodernité1 ? — à l’heure de la concurrence entre les grandes villes sur la scène urbaine globalisée, les opérations qualifiées de « projet urbain » se sont multipliées2.

6Quelles que soient cependant les difficultés à fixer les choses, démesure et gigantisme constituent des traits communs de ces grands projets que l’on appelle aussi, parfois, « mégaprojets », « super-projets » « projet royal » ou encore « projet présidentiel ». Une autre caractéristique commune tient à ce que leur mise en œuvre et leur inscription dans l’espace « naviguent » souvent dans les méandres flous de la dérogation — par rapport aux documents et règlements d’urbanisme — et s’inscrivent donc dans le registre de l’exception. Ce sont ces grands projets qui font en sorte que les paradigmes urbanistiques prévalant à Dubaï, à Beyrouth ou dans d’autres grandes métropoles asiatiques — plus encore que ceux qui fondent le renouvellement urbain des grandes villes méditerranéennes ou européennes — semblent avoir trouvé leur place au Maghreb. À l’instar de Dubaï, ce genre de projets se décline — par fragments — dans les tissus des capitales et métropoles du Maghreb, au gré des marinas et des waterfronts, des hôtels de luxe et des résidences de haut standing, des « cités sportives » et des « cités internet », des technopoles et centres commerciaux, ou encore des « villes nouvelles », et il prête le flanc à la confusion entre dimension politique et management financier (Davis, 2008).

Les grands projets urbains et leurs caractéristiques selon les pays

7D’après Chabbi, « les investissements [prévus pour les projets maghrébins] totalisent près de 70 à 80 milliards de dollars » (Chabbi, 2008). Toutefois, la liste dont se sert cet auteur est incomplète et elle ne comprend pas nombre d’autres projets en phase de réalisation (Barthel, 2008).

• La Tunisie

8Il s’agit en majorité de projets strictement urbains — et localisés dans ce cas à Tunis — ; dans les autres régions littorales, les opérations concernent généralement la réalisation de stations touristiques intégrées de grande ampleur. À Tunis, les grands projets listés par Chabbi devraient avoir une assiette foncière supérieure à 2 000 ha et nécessiter des investissements de l’ordre de 30 milliards de dollars sur 15 ans.

• Le Maroc

9Le décryptage de la scène marocaine est complexe. Si les grands projets urbains concernent principalement la capitale, Rabat (aménagement des berges du Bou Regreg et de la Corniche, construction de la ligne de tramway reliant Rabat à Salé), et la métropole économique, Casablanca (« Marina », « Cap El-Hank »), ils intéressent aussi plusieurs autres grandes villes : Tanger (projet « Tinja ») ou Marrakech (« Chrifya » et « Route de Ouarzazate »). Ils s’inscrivent dans des programmes dont les objectifs sont plus diversifiés que ceux repérés en Tunisie : tourisme, loisirs, villes nouvelles, infrastructures, etc. Toujours en suivant Chabbi (2008), les sept projets principaux totaliseraient un investissement de 10 milliards de dollars sur 10 ans et nécessiteraient un foncier de 1 500 ha.

• L’Algérie

10En Algérie, c’est surtout la remise à niveau de la capitale, après une décennie de crise, qui focalise les nouveaux investissements ; mais la ville d’Oran est aussi partie prenante. Le projet récréatif du front de mer de la Baie d’Alger, lancé en 2009, est initié par le groupe national Dahli (pour sa réalisation, un emprunt national obligataire a été lancé, ce qui est une grande première en Algérie). À ce projet s’ajoutent plusieurs autres opérations, mais qui, aux dernières nouvelles, seraient suspendues ou remises en cause (en partie comme conséquence de la crise financière mondiale) : réaménagement de la gare centrale, complexe touristique à l’ouest d’Alger, Parc Dounia, Grande Mosquée. La mise en œuvre de cet urbanisme de projet tend à systématiser des modes d’action dérogatoires.

Caractéristiques et typologie des grands projets urbains

11Nous avons pu identifier sept types de projets, étant bien entendu que chacun d’eux peut combiner plusieurs fonctions et que celles-ci, au cours du processus de conception-réalisation, sont susceptibles d’être modifiées ou remplacées par d’autres.

Les espaces récréatifs et l’urbanisme des fronts d’eau

12Parmi l’ensemble des projets lancés, les plus marquants sont sans doute ceux qui envisagent la reconversion de secteurs péricentraux ou proprement périphériques en zones à vocation récréative et de loisirs. Ce sont eux qui semblent les plus à même de modifier en profondeur l’image des capitales et grandes villes du Maghreb dans les deux décennies à venir. Les programmes envisagent la réalisation de marinas, qui sont le prétexte à la création de complexes récréatifs, d’hôtels et appart’hôtels, de commerces et services, de logements de haut standing, de centres d’affaires, d’équipements culturels et sportifs, etc.

13• Casablanca est concernée par un projet de nouvelle corniche et de marina. À Rabat, plusieurs projets d’envergure ont été lancés au début des années 2000 à l’initiative du Roi Mohamed VI, avec l’appui d’investisseurs étrangers : il s’agit de l’aménagement de la Corniche (projet « Saphira », porté par EMAAR) (Mouloudi, 2009) et d’un immense projet touristique, résidentiel et de loisirs, sur les berges du Bou Regreg (dénommé « Bab Al Bahr » pour la première phase — portée par Al Maabar International d’Abu Dhabi —, « Amwaj » pour la deuxième phase — portée par Sama Dubaï), envisageant lui aussi la création, à l’embouchure du fleuve, d’une marina et de tous ses éléments connexes. À Tanger est également prévue la réalisation d’une troisième marina marocaine.

14• Le réaménagement de la Baie d’Alger est une opération envisagée de longue date, au moins depuis les années 1980. Un réaménagement du front de mer est également prévu à Oran.

15• À Tunis, l’urbanisation et l’aménagement de la lagune constituent l’un des chantiers les plus importants du monde arabe (Barthel, 2006). Plusieurs projets sont « les fers de lance » de cette reterritorialisation voulue par l’État : le vaste programme « pionnier » (lancé dans les années 1980) des Berges du Lac Nord (qui comporte des lotissements de haut standing, des immeubles de bureaux, des parcs, des infrastructures et des équipements), une opération portée par la SPLT (Société de Promotion du Lac de Tunis), et, plus récemment, le projet de « Tunis Sport City » ; à quoi il convient d’ajouter le pont de Radès-La Goulette, mis en service en mars 2009. Une autre opération de grande ampleur vise au réaménagement des Berges du Lac Sud (par Sama Dubaï), qui complète le projet de réhabilitation de la Petite Sicile. Ce projet pharaonique, dénommé « La Porte de la Méditerranée », prévoit une marina et une station de transport multimodal, ainsi que, au sein d’une « méga-cité », un pôle de loisirs, une structure hôtelière, un pôle d’affaires, des installations sportives et des espaces résidentiels, le tout dans une perspective de régénération des friches entourant l’ancien port de Tunis.

Les nouvelles centralités (commerciales, tertiaires et résidentielles)

16À Tunis, ces opérations sont déjà anciennes, et ont donné naissance aux centres commerciaux « pionniers ». Elles sont plus récentes au Maroc : initié en 1976, le quartier de Hay Ryad à l’ouest de Rabat représente un cas significatif d’émergence d’une nouvelle centralité « périphérique » : il montre le passage progressif « d’une approche de planification vers des approches qualifiées de projet » et peut être saisi à l’articulation entre « centralité programmée et centralité émergente » (Harroud, 2009). À Casablanca, la perspective est relativement différente : ici, l’émergence du pôle tertiaire, commercial et résidentiel du quartier de Sidi Maarouf résulte principalement de l’initiative privée, non programmée ; l’action publique vient ensuite pour réaliser a posteriori des aménagements et des infrastructures.

Les technopôles

17La création de technopôles — ou, plus exactement, de ce qui est qualifié de tel dans les documents de planification — constitue une autre modalité d’intervention susceptible d’avoir un impact sur les espaces périphériques. En Tunisie, Kahloun (2008) remarque que « [les technopôles] ont été conçus comme étant des programmes de modernisation productive des grandes villes ». À Alger, la réalisation de la « ville nouvelle » de Sidi Abdellah, prévue par le SNAT 2025 pour contrebalancer les tendances à la concentration littorale et renforcer l’attractivité métropolitaine sur une base économique en s’appuyant sur les nouvelles technologies, prévoit entre autres la réalisation de plusieurs pôles (dont une zone d’activités dénommée « Technopôle de la Science et de la Recherche », une zone d’activités tertiaires et de services). Au Maroc, le technopôle de Nouaceur, près de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca, veut asseoir son développement sur l’industrie aéronautique ; un parc d’expositions y a aussi été programmé (Delfi, 2007). Il faut ajouter d’autres initiatives privées situées juste à la sortie de Casablanca, près de la route de l’aéroport, dans le quartier « émergent » de Sidi Maarouf (« Technoparc » et, surtout, « Casanearshore »). Cependant, après avoir été présenté comme une panacée devant favoriser l’internationalisation du système productif et contribuer à faire des plus grandes villes du Maghreb des « métropoles internationales », il est clair que, depuis quelques années, le modèle technopolitain local s’essouffle.

La reconversion des friches et la revitalisation des zones périphériques dégradées

18L’aménagement des Berges du Lac Sud, à Tunis, dont est chargée à partir de 1993 la SEPTS (Société d’Études et de Promotion de Tunis-Sud), est un cas emblématique. On trouve aussi des opérations de même nature dans des villes moyennes. Ainsi en est-il à Safi, au Maroc, où le projet a été initié en 2002 par l’ex-ministère délégué à l’Urbanisme en associant l’Agence Urbaine de Safi-El Jadida. L’objectif affiché est de « redynamiser et réhabiliter la zone industrielle existante » (Karimallah, 2008). La plus récente opération de ce type intéresse le site de l’ancien aéroport d’Anfa à Casablanca, dont la reconversion (sur plus de 350 ha) est envisagée. L’emplacement du « Site opérationnel d’Anfa » revêt un caractère stratégique : un programme de développement urbain est susceptible de lui conférer une attractivité le positionnant comme un péricentre de l’espace métropolitain.

Les grands équipements et les infrastructures de transport

19D’autres grands projets, d’une nature différente des précédents, concernent la création de grands équipements et, notamment, la réalisation d’infrastructures de transport de voyageurs (métro, métro léger, tramway, rocades…). Inutile d’insister sur les effets déterminants que ceux-ci peuvent avoir sur l’organisation spatiale des périphéries des grandes villes, surtout lorsqu’ils s’accompagnent de la modernisation ou de la restructuration des gares ferroviaires (Rabat-Salé, Casablanca, Fès, Alger, Agadir, etc.) et de la mise en place de plateformes multimodales. On constate que, sauf à Tunis pour le métro léger, une fois encore capitale « pionnière » en ce domaine, les projets de ce type, bien qu’étudiés parfois depuis plusieurs décennies, n’ont jamais débouché sur des réalisations concrètes avant les toutes dernières années.

Les projets symboliques

20Il s’agit de projets symboliques et prestigieux, initiés le plus souvent par les chefs d’État. Deux exemples emblématiques, en ce qu’ils se situent à la fois dans le domaine du sacré et sur le registre du gigantisme, en sont la Grande Mosquée Hassan II de Casablanca (1987-1993) et, plus récemment, la Grande Mosquée d’Alger. À la suite du lancement d’un concours d’architecture international, la conception de ce dernier projet a été attribuée en janvier 2008 au groupe Kreber-Kiefef, mais à cause de divers « obstacles » d’ordres technique, architectural et financier, il est actuellement en stand-by. Mais il est vrai que le projet est très ambitieux : avec un minaret qui devrait s’élever à 300 mètres de hauteur, et les équipements annexes, la Grande Mosquée d’Alger vise à détrôner celle de Casablanca, qui est actuellement la plus grande mosquée du monde (après celles de La Mecque et de Médine).

Les villes nouvelles

21La réalisation de « villes nouvelles » ou de « villes satellites » représente le dernier type de « grands projets » que nous avons identifié. La terminologie utilisée par les initiateurs de ces projets est assez mal fixée, et elle est rarement débattue. Tandis que la Tunisie n’est pas explicitement concernée par ce type de projet, au Maroc et en Algérie « après les Indépendances, l’édification de ce type d’habitat planifié a débuté par des opérations ponctuelles et de tailles variées, presque pionnières en la matière, mais généralement dépourvues de vision stratégique à l’échelle de l’aménagement du territoire national » (Ballout, 2007). Au début des années 2000, l’Algérie et le Maroc marquent une inflexion dans la production des villes nouvelles, en les intégrant dans le cadre de leur politique publique nationale, bien que, au Maroc, une telle inscription s’apparente surtout à du discours. Ils divergent cependant dans ce qu’ils attendent de la création de telles villes nouvelles, partagés qu’ils sont (ou hésitants) entre leur rôle de rééquilibrage du territoire national — et, en ce sens, les villes nouvelles sont un outil des politiques d’aménagement du territoire — et leur capacité à mieux structurer en quelques points forts des aires urbaines métropolitaines excessivement étendues et fragmentées, en servant de réceptacle aux activités et populations desserrées des zones centrales des agglomérations — et, en ce cas, elles sont plutôt des outils de l’aménagement des aires métropolitaines.

22Le cas qui a été plus particulièrement étudié dans notre programme (par Ballout) est celui de Tamansourt (près de Marrakech). Mais d’autres « villes nouvelles » sont prévues ou en cours de réalisation au Maroc : outre Nassim, Sahel Lakhiaita et Zénata dans l’aire métropolitaine de Casablanca, on peut signaler Tamesna près de Rabat, et Essaouira-El Jadida. Pour l’Algérie, on peut citer Sidi Abdallah et Bouinan, autour d’Alger, Ali Mendjeli à Constantine et Hassi Messaoud, El Menea et Boughezoul, ces dernières envisagées dans un but de rééquilibrage des régions des Hauts Plateaux et du Sud.

Conclusion

23Dans ces premiers développements, nous avons fait un constat mettant en évidence trois caractéristiques saillantes de l’actuelle fabrication urbaine au Maghreb : la multiplication des opérations relevant de l’urbanisme de projet, d’abord ; leur tendance au gigantisme ensuite ; le nombre croissant de celles qui sont localisées en périphéries enfin, sans oublier la diversité de leurs fonctions et finalités.

les grands projets : une innovation dans les villes du maghreb ?

24Au-delà de la variété des types et de la diversité des contextes dans lesquels les « grands projets » ont été conçus, lancés et éventuellement réalisés, il convient de vérifier si la démarche de projet constitue une véritable innovation dans le processus de fabrication des villes au Maghreb, et si c’est le cas, en quoi.

25Les développements qui suivent visent trois objectifs :

— resituer l’urbanisme de projet dans l’évolution des paradigmes de l’action urbaine telle qu’elle est conduite dans chacun des trois pays du Maghreb ;

— préciser quelles sont les structures opérationnelles mises en place spécialement pour assurer les montages complexes et le suivi des étapes que ces projets réclament — structures que leurs promoteurs voudraient autonomes, plus souples et plus efficaces que celles existantes jusqu’à présent, et largement ouvertes au capital privé national et international ;

— enfin, analyser plus précisément les opérations qui nous paraissent révéler des contradictions entre les réalisations produites par cet urbanisme de projet et les conceptions préconisées par les théoriciens de la doctrine urbanistique internationale actuelle.

Genèse et évolution de la démarche de projet urbain au Maghreb

  • 3 Il suffit de penser aux multiples opérations qui ont permis la réalisation de vastes cités résident (...)

26Nous conviendrons que de nombreux antécédents, dont certains dans les centres-villes et d’autres en périphéries3, ont préfiguré la montée en puissance de l’urbanisme de projet, tandis que quelques « mégaprojets » actuels ne sont que la dénomination a posteriori de projets plus anciens, relativement ordinaires, qui ont évolué dans le temps en subissant des transformations de leur nature, de leur contenu, du volume des investissements nécessaires, de leur portage, etc.

27De notre analyse comparative, il ressort que les trois pays du Maghreb ne se sont pas engagés dans la voie de l’urbanisme de projet selon des calendriers identiques et en empruntant des chemins similaires. Ainsi, c’est dès le début des années 1980 que la Tunisie lance le projet des Berges du Lac Nord à Tunis, un projet « pionnier » en ce qu’il fait appel à des capitaux étrangers (saoudiens en l’occurrence), qu’il est réalisé par une société dédiée, que le pilotage est assuré par le chef de l’État et que sa mise en œuvre s’accompagne de multiples dérogations au Code de l’Urbanisme (Barthel, 2006). Le Maroc suivra avec la réalisation (1986-1993) de la Grande Mosquée Hassan II à Casablanca, laquelle engage toute une série de projets connexes lancés au début des années 1990. On retrouve ici, par l’ampleur des opérations, le pilotage par un acteur unique — la SONADAC (Société Nationale d’Aménagement Communal placée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur) —, le processus de décision centralisée (le Palais Royal), les modes dérogatoires et, surtout, la tentative de réorganisation de la Cité qui en découle, un modus operandi qui s’apparente à un aménagement urbain « par projet » — ou qui en constitue, à tout le moins, un antécédent emblématique (Cattedra, 2001). En fin de compte, il importe de remarquer, au Maroc, dans les prémisses de l’urbanisme de projet des années 1980-1990, l’empreinte du sceau royal.

  • 4 Ce gouvernorat, dirigé par un gouverneur ayant rang de ministre, établit son territoire à l’échelle (...)
  • 5 République Algérienne Démocratique et Populaire, Gouvernorat du Grand Alger, 1998, Alger, capitale (...)

28Quant à l’Algérie, qui suivra avec retard, les « paradigmes » de l’action urbaine y diffèrent sensiblement de ceux du Maroc, ne serait-ce qu’à cause de l’héritage de la « période boumédieniste », du rôle toujours fondamental qu’y joue l’État et des effets dramatiques de la guerre civile de la décennie 1990. Le constat qu’établit Safar Zitoun n’en met pas moins l’accent sur ce qui pourrait apparaître comme un paradoxe assez étonnant, à savoir un « retour à la planification [urbaine] » dans le même temps où, ici comme dans les autres pays du Maghreb, apparaissent sur la scène de la fabrique urbaine des investisseurs internationaux, souvent originaires du Golfe — mais pas seulement, les sociétés et travailleurs chinois y étant également très présents, tandis que les Coréens (du Sud) ont récemment gagné plusieurs marchés. La création — pour un temps — du Gouvernorat du Grand Alger en juillet 19974 favorise une autre démarche de l’aménagement et de la gestion urbaine ; ses responsables mettent en effet immédiatement à l’étude le GPU (Grand Projet Urbain) d’Alger, « qui vise à réhabiliter et à reconquérir tous les espaces de centralité [de la capitale], [dans le but] d’étendre et de transformer le centre-ville afin d’en faire un centre multifonctionnel […] »5. La suppression en 2001 du gouvernorat du Grand Alger et le retour à un cadre wilayal « classique » sonnera le glas de cette tentative. Les grands projets d’urbanisme, dont les annonces vont se multiplier à partir du début du IIIe millénaire, n’auront donc pas à se situer dans une visée stratégique, mais seront mis en œuvre selon des modalités semblables à celles expérimentées en Tunisie et au Maroc.

Vers de nouveaux modes de portage des projets urbains : une sophistication et une financiarisation accrues

  • 6 Ce dernier terme est à considérer dans le sens large de structure(s) ou d’organisme(s) de coordinat (...)

29Si, donc, les « projets urbains » ne sont pas « nés de rien » et ne constituent de ce fait pas une rupture totale dans les modes d’action et de fabrication « par en haut » de la ville, il convient alors de se tourner vers les dispositifs de pilotage et de « portage »6 de ces projets pour saisir les changements qu’ils manifestent.

30Dans un contexte caractérisé par des injonctions politico-économiques à l’internationalisation, la compréhension du système décisionnel en matière de « grands projets » est centrale, malgré les difficultés que les chercheurs rencontrent pour le décortiquer : particulièrement du fait de la multiplication du nombre d’acteurs impliqués à divers titres dans la conduite de projet et de la complexification — que la dérégulation renforce — des fonctions, des statuts et des compétences des organismes de tous ordres qui y sont engagés. Parmi les interrogations qui découlent de la compréhension du système décisionnel, figure en premier lieu la question de savoir à quel type de structure est confiée la maîtrise d’ouvrage des projets et, en deuxième lieu, celle de comprendre le choix, parmi toutes les déclinaisons possibles du partenariat public-privé, de celui que le(s) donneur(s) d’ordres pensent le plus efficace. Quels sont alors les nouveaux acteurs impliqués et quel rôle garde l’État dans un contexte de libéralisation et d’apparente décentralisation ? Et qu’en est-il, en conséquence, du devenir des structures et opérateurs d’aménagement étatiques ? Autrement dit, faut-il considérer que l’émergence de l’urbanisme de projet s’accompagne d’un désengagement inéluctable de l’État dans le champ de l’aménagement urbain ?

Les projets urbains et les rapports avec le pouvoir central : l’urbanisme princier et la « recentralisation » de l’État

31Plusieurs exemples permettent de nourrir la thèse selon laquelle l’État — et notamment ses plus hautes sphères — est presque toujours à l’initiative de ces projets (du moins des plus importants ou emblématiques), et qu’il assume des responsabilités particulières pour leur montage financier. À Tunis, l’aménagement des Berges du Lac montre que le pouvoir central garde incontestablement le contrôle des opérations. À Tunis encore ou à Alger, l’État est maître d’ouvrage et investisseur pour des équipements métropolitains structurants (comme la Cité de la Culture, en chantier à Tunis) ou des infrastructures spectaculaires (recalibrage d’axes routiers, ronds-points, viaducs, ponts...), des travaux amplement médiatisés. Les chefs d’État impulsent, suivent, tranchent, décident un certain nombre de grands projets qui justifient ainsi leur appellation, selon les cas, de « projets d’État », de « projets présidentiels » ou de « projets royaux ». Si cela n’est pas une nouveauté en soi, et s’inscrit, du moins pour le Maroc, dans la tradition du « Roi bâtisseur » (i.e. le Roi Hassan II) (Cattedra, 2001), et dans les nouvelles orientations managériales du Roi Mohammed VI (Barthel et Mouloudi, 2009), en Tunisie, le président Ben Ali a mis en place un « Haut Comité pour les Grands Projets », une structure définie par la presse officielle comme « souple et efficace », rattachée directement à la présidence de la République et qui est en charge du suivi des grands projets. En Algérie, outre la recentralisation du contrôle des villes nouvelles, il faut noter une tendance de fond, qui allie la diversification des acteurs institutionnels et leur mise sous tutelle centrale.

32Une telle « personnalisation de l’urbanisme » signifie que les chefs d’État sont engagés en première ligne et ont promu et signé, notamment dès la première moitié des années 2000, plusieurs conventions avec divers investisseurs du Golfe. En dépit des discours et des réformes engagées pour promouvoir la décentralisation administrative et politique, beaucoup d’éléments plaident en faveur d’une recentralisation de la décision en matière de grand projet, et d’un renforcement non pas tant du rôle de l’État en tant que tel que de la personnalisation de la décision. Cette évolution s’accompagne d’un renforcement des pouvoirs des services déconcentrés de l’État (tant pour ce qui est du domaine politique que de la tutelle technique), un renforcement qui bénéficie principalement aux walis et gouverneurs de chacun des trois pays.

L’évolution des structures de portage : les Sociétés d’Économie Mixte, le partenariat public-privé, la création de structures dédiées et la privatisation de la maîtrise d’ouvrage

  • 7 En plus du projet « Saphira » à Rabat, le groupe EMAAR prévoit la réalisation des projets « Oukaïme (...)

33Nos travaux permettent d’identifier trois changements affectant le portage des grands projets des années 2000 et allant tous dans le sens d’une sophistication de celui-ci. Il s’agit de l’évolution du rôle des SEM (Sociétés d’Économie Mixte), de l’émergence de nouveaux holdings, et, enfin, de la mise en place de structures dédiées pour la conduite de projets particuliers. Ces évolutions — et notamment les deux dernières — marquent un tournant vers l’autonomisation, voire même la « privatisation » de la maîtrise d’ouvrage. Ces transformations s’expliquent par une volonté de dépasser l’organisation et la mécanique extrêmement bureaucratique et « lourde » de la planification urbaine, qui est un trait commun des trois pays du Maghreb. À cela s’ajoute une certaine dérégulation des démarches d’action sur la ville que la nature même de « l’urbanisme de projet » favorise, dépendant qu’il est de prises de décision se voulant rapides, souples, performatives et susceptibles de s’adapter efficacement aux imprévus du cycle de vie du projet. Mais ce tournant est également induit par l’adaptation de ces pays aux impératifs capitalistes de la globalisation, qui favorisent entre autres une poussée managériale et une internationalisation de l’urbanisme de projet. Au Maghreb, cette internationalisation prend corps par un double mouvement comportant des stratégies d’attraction de capitaux internationaux et par l’intérêt manifesté par les investisseurs étrangers, en particulier ceux en provenance du Golfe, tels que EMAAR7, Dubaï Holding, Boukhatir, Al Maabar International Investments Company, etc. ; un intérêt qui, pour se traduire en investissement, exige bien souvent des États maghrébins que, au-delà des compétences et capacités techniques dont ils disposent au sein même de leur population nationale, ils se plient à un certain nombre de « conditionnalités », telles que la facilitation urbanistique des projets — les dérogations…, sans parler de la mise à disposition des terrains —, des exonérations fiscales, des garanties sur les investissements, parfois même l’accès aux crédits dispensés par les banques locales, ou encore du libre recours, par les promoteurs, aux experts et cabinets de conseil. Ces évolutions, que nous avons notées au Maroc, en Tunisie et en Algérie, confirment celles établies par Verdeil (2006) pour l’ensemble des pays du sud de la Méditerranée.

34La configuration des systèmes d’acteurs s’avère alors d’une complexité bien supérieure à celle que la scène urbaine connaissait encore au milieu de la décennie 1990 (Signoles et al., 1999). L’un des changements les plus importants qui affecte les structures de « portage » des grands projets réside dans ce que l’on peut appeler leur « financiarisation » parce qu’elle implique de plus en plus une internationalisation des montages financiers. Celle-ci s’opère au début des années 2000, soit par le biais d’institutions financières publiques déjà existantes, telle, au Maroc, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), soit en en créant de toutes pièces de nouvelles, soit encore par l’intermédiaire de sociétés anonymes cotées en bourse, comme c’est le cas d’Al Omrane (toujours au Maroc), un holding dont la constitution résulte de la fusion des opérateurs publics de l’habitat et de l’aménagement préexistants. Ces holdings tendent à se substituer progressivement aux acteurs traditionnels de l’aménagement urbain, généralisant ainsi les méthodes du management d’entreprise. Les groupes financiers et les opérateurs privés auxquels il est fait appel non seulement financent, mais pilotent de manière de plus en plus « autonome » les grands projets, en bénéficiant en outre de tout un système de dérogations destinées à satisfaire leurs exigences et à assurer leur rentabilité (comme le montrent, entre autres, les exemples de la Marina de Casablanca, le projet de « Tunis Sport City » et les deux grands projets de Rabat).

Aux antipodes de la doxa urbanistique du « projet urbain » ?

La doxa (technico-scientifique) de la démarche du « projet urbain »

35Or, il convient de prendre la mesure des décalages qui existent entre, d’une part, l’appréhension du « projet urbain » comme objet d’étude par les chercheurs — lesquels tentent de l’analyser et de le construire à la fois comme un paradigme de l’action urbaine et comme un dispositif ou une modalité de la gouvernance (politique) des villes (Pinson, 2009) — et, d’autre part, une utilisation souvent très large et peu exigeante du terme par les responsables politiques, les techniciens de l’urbanisme, les experts, les spécialistes de la communication, les médias, etc.

36Les auteurs qui ont théorisé la démarche de projet insistent sur le fait qu’elle implique un « dépassement des méthodes traditionnelles de la planification urbaine » (Carrière, 2002). Cette démarche se voudrait en opposition — voire en rupture — à l’urbanisme technocratique et centralisé, qui privilégie la dimension technique et règlementaire, et dans lequel la rationalité du plan tient une place primordiale. La démarche de projet se voudrait plutôt comme l’expression de stratégies opérationnelles complexes — comportant une organisation souple et évolutive des phases de l’action — dans lesquelles sont impliquées une pluralité et un nombre élevé d’acteurs (politiques techniques, économiques, publics, privés, collectifs, individuels, etc.). Ceux-ci ne doivent plus, dès lors, se positionner (ou être positionnés) dans un système hiérarchisé, mais ils doivent se situer plutôt, grâce notamment aux effets de la décentralisation, dans une configuration en réseau. Dans cette optique prendrait sens une évolution au sein même de l’urbanisme opérationnel et réglementaire qui l’orienterait vers la mise en place de « dispositifs d’action collective transsectoriels », vers des modalités axées sur le « partenariat » (Pinson, 2006) et la coordination des acteurs — avec, notamment, une forte incitation à l’implication des acteurs de la « société civile ». Cette orientation attribue aux acteurs locaux (des collectivités aux milieux professionnels, aux instances sociales) des rôles de premier plan dans la commande, la maîtrise d’ouvrage, ou les choix évolutifs de la conduite de projet.

La confiscation des « pouvoirs locaux » : la marginalisation des collectivités locales et des mondes professionnels locaux, l’absence de consultation de la société civile

37Or, c’est justement cet aspect qui fait défaut dans le cas des projets que nous avons étudiés au Maghreb. C’est donc la question de la confiscation des « pouvoirs locaux » qui est susceptible d’éclairer sous un autre jour le caractère « spécifique » (au Maghreb) de ces modalités de mise en œuvre des grands projets urbains, et qui pourrait le mieux permettre de mettre en évidence, du moins pour ce qui est des capacités de l’action collective, le décalage — voire l’antinomie — par rapport à cette doxa qui insiste fondamentalement sur les « vertus » performatives — et présupposées démocratiques et décentralisées — de la conduite du projet urbain.

38Cette antinomie se manifeste explicitement à travers :

39a. La marginalisation des collectivités territoriales, notamment par l’absence, sauf rare exception, de délégation de responsabilités aux collectivités en ce qui concerne l’entier cycle de vie des projets : très simplement, du fait que les grands projets relèvent des hautes sphères de l’État et fonctionnent sur la base de dérogations systématiques aux plans d’aménagement et aux règlements d’urbanisme édictés dans chaque pays, ils se réalisent sans que les collectivités territoriales n’aient leur mot à dire.

b. La mise à l’écart des mondes professionnels locaux et l’absence de consultation avec la société civile : car la délégation de la maîtrise d’ouvrage aux entreprises étrangères privées, quand elle englobe toute les phases de la mécanique des projets, écarte — parfois complètement — les professionnels et les opérateurs locaux. Ce sont surtout les experts des marchés immobiliers et financiers, souvent étrangers ou liés à la clientèle managériale proche du pouvoir central, qui jouent un rôle décisif.

Conclusion

On a pu considérer que divers projets s’avèrent être l’évolution d’opérations lancées dans le passé, dont le « modèle » pionnier est, en quelque sorte, celui du projet des Berges du Lac Nord de Tunis. Selon des formes variées, dans la conjoncture actuelle, à la suite du « tournant financier » qui caractérise la dernière vague des grands projets des années 2000 (soutenue par l’arrivée massive de capitaux du Golfe), on peut noter une sorte d’inversion dans la direction des influences et de la propagation des « modèles » au sein du Maghreb même. C’est désormais plutôt le Maroc qui sert de modèle : c’est de ce dernier vers les deux autres pays que se diffusent maintenant les modes sophistiqués de montage de projets, impliquant des formes inédites de partenariat, une managerialisation systématique et un alignement sur les « modes de faire des sociétés de conseil » (Barthel et Verdeil, 2008). Cette sophistication, qui s’accompagne dans bien des cas d’une « autonomisation » de la maîtrise d’ouvrage, continue de maintenir à l’écart les collectivités territoriales et elle s’apparente à une véritable confiscation des « pouvoirs locaux ».

Les effets territoriaux des grands projets urbains, entre « mirages urbains », villes en chantiers et impact de la crise financière mondiale

  • 8 Cet auteur repère dans le processus récursif de la territorialisation/déterritorialisation/reterrit (...)

40Pour fournir quelque éclairage sur les effets de territorialisation des projets et envisager leur futur, nous nous sommes inspirés, en l’adaptant à notre démarche, de la « théorie géographique de la complexité » du géographe Turco8.

41Nous nous sommes proposés de conduire la réflexion sur trois plans.

1. Premièrement, la piste du « mirage urbain » qui constitue à elle seule une pièce maîtresse du système de communication, de marketing urbain et de mise en image des opérations à venir, et que nous considérons comme la sphère du « contrôle symbolique » des grands projets.

2. Ensuite, la piste de la concrétisation des projets et des réalisations en cours, en étudiant la manière dont ils s’inscrivent dans le territoire et se greffent sur leur environnement.

3. Enfin, les effets et les contrecoups induits par la crise financière mondiale qui mettent en jeu l’avenir des grands projets (ces effets ont été considérés, en ajustant à notre convenance la théorie de Turco, comme une variable conjoncturelle lourde de ce que cet auteur appelle la « structuration »).

Le projet entre image et marketing : le « mirage » urbain

  • 9 Le rendering (« ce qui est rendu ») est la technique ou le processus qu’utilisent les architectes e (...)

42On s’en tiendra ici à la dernière génération de projets lancés au Maghreb, dont les exemples dans chaque pays sont multiples et concernent des opérations engagées dans les métropoles nationales, mais aussi dans nombre de grandes villes régionales (Sfax, Oran, Tanger, Marrakech, etc.) et parfois même dans des villes de rang inférieur. On peut observer les mises en scène dans les maquettes rutilantes, les images en rendering9 des aménagements futurs ou futuribles diffusées à travers divers supports de communication (presse, brochures, affiches, pancartes, documents de projet, CD-Rom, vidéos, sites internet, etc.) : tel est le cas, à Tunis, pour les Berges du Lac Nord (« Tunis City Sports ») et celles du Lac Sud ; à Rabat, pour la Corniche et pour les Berges du Bou Regreg ; à Casablanca, pour la Corniche, le projet « El-Hank » et, bien sûr, la récente opération du réaménagement de l’aéroport d’Anfa ; à Marrakech, pour la « ville nouvelle de Tamansourt » et divers projets touristiques ; à Alger, pour le projet de la Grande Mosquée et l’aménagement de la Baie d’Alger, etc. Nous observons d’ailleurs que les supports de communication se sont diversifiés au cours des années 2000 et que les manières de faire passer les messages se sont affinées. Maquettes et informations sont en plus en plus souvent affichées sur les sites web des sociétés en charge du pilotage des projets, des maîtres d’ouvrage, des holdings spécialisées dans l’immobilier, ou encore sur ceux des divers ministères et agences concernés — mais plus rarement sur les portails officiels des villes. On les évoque aussi sur des blogs ou sur le site de YouTube, où il est assez aisé de repérer des vidéos qui montrent les futurs projets de Tunis, Casablanca, Alger et Rabat en utilisant le processus du rendering. En contrepartie, on trouve là l’expression de quelques critiques.

  • 10 D’après Pierre Signoles (communication orale, juin 2006), le lancement des villes nouvelles au Magh (...)

43Si on prend en considération l’importance attribuée à la médiatisation des mégaprojets maghrébins, nous pouvons avancer l’hypothèse que, dans certains cas, leur mise en image peut se substituer carrément au projet lui-même. À partir de là, on peut considérer que les projets — du moins certains d’entre eux — sont annoncés par les porteurs pour leur efficacité performative, sans que ce qui les fonde soit véritablement pris en compte10. Peut se créer ainsi une sorte d’« effet mirage » des grands projets des métropoles maghrébines du XXIe siècle, lesquelles semblent s’engouffrer dans une voie où la confusion risque de s’établir entre les possibilités réelles et concrètes d’aménagement et le rêve virtuel des images en 3D. En ce sens, l’image peut être saisie et interprétée comme un « dispositif politique de légitimation sociale du projet » (Cattedra, 2001).

Entre marges et refondation : temps et échelles des villes en chantier(s)

  • 11 D’après Corboz, « La refondation suppose évidemment une ville existante, mais dont il importe peu q (...)

44Les projets analysés invitent à questionner leurs effets territoriaux, à estimer leur inscription spatiale et à envisager leur avenir. Il s’agit d’un exercice d’évaluation mal commode, tant les informations portant sur la réalisation des grands projets sont contradictoires, aléatoires et évolutives. L’évolution rapide du mode de pilotage et l’internationalisation de la maîtrise d’ouvrage qui se produisent depuis le milieu des années 2000, brouillent les cartes, particulièrement pour ce qui est des montages financiers. La réflexion sur la territorialisation des projets contemporains, en tant qu’ils sont « pris » entre aménagement des marges urbaines et acte politique de « refondation »11, nous incite à privilégier deux « entrées » particulières : le temps et l’échelle.

45Remarquons tout d’abord que l’une des « tensions » que le projet exprime a trait à la temporalité, c’est-à-dire au fait que ce projet — que l’on découvre en image et en action au présent — « donne à voir » un lieu ou un morceau de la ville dans un troisième temps : le futur. Dès sa conception et durant son processus de réalisation, le projet énonce « ce qui sera », « ce qui va se réaliser ». Cette tension temporelle entre une situation (le présent) et un état à atteindre s’institue comme une modalité ou un principe de l’action politique sur la ville, qui se décline à travers le temps et peut comporter un changement d’échelle de l’action, une réduction des ambitions. Une telle modalité a tendance à se généraliser, comme le montrent les diverses situations locales analysées. Très simplement, une fois le projet terminé, à vrai dire parfois avant même qu’il ne soit achevé, un autre projet ou — comme c’est souvent le cas pour les projets étudiés, notamment pour les Berges du Lac Sud de Tunis — une autre version du projet prend la relève. Ceci a pour résultat qu’une ville est susceptible de se retrouver en situation permanente de « ville en projet(s) » (Charrié, 1996) : tel est bien le cas aujourd’hui quand on observe les paysages urbains de métropoles comme Casablanca, Tunis, Rabat, Tanger, Alger ou Oran.

46Alors que les discours officiels affichent, de la part des pouvoirs politiques, une volonté d’appréhension globale des agglomérations et de leurs récents étalements, ainsi qu’une prétendue capacité de maîtrise de l’avenir des métropoles (comme, par exemple, à Alger avec le GPU, ou à Casablanca avec le Plan de développement stratégique du SDAU de cette ville), les projets et réalisations que nous avons étudiés nous donnent plutôt à voir des actions qui se manifestent de manière « fragmentaire » et discontinue, ne serait-ce que parce qu’ils privilégient certaines localisations particulières : fronts d’eau, zones péricentrales, friches situées dans des marges et périphéries urbaines, ou zones encore plus externes et éloignées comme dans le cas de certains technopôles et des « villes nouvelles ». Ces projets surgissent au gré des opportunités foncières ; et ils se modifient selon la disponibilité des capitaux que les investisseurs laissent miroiter. Ils n’en expriment pas moins aussi une volonté de reterritorialisation de « morceaux » de ville de la part des pouvoirs centraux de l’État ou de puissants groupes économiques. Ces projets semblent montrer — bien que cela puisse paraître contradictoire avec la prétendue volonté de reterritorialisation maîtrisée de l’espace urbain de la part des acteurs étatiques — une autonomie accrue, voire une « indépendance » de la fabrication de fragments et portions urbaines vis-à-vis des orientations en principe plus structurantes et verticales qui étaient (ou restent) propres au mode d’action de la planification « traditionnelle ». Or, comme on l’a montré, un nombre non négligeable de projets actuels représentent une évolution d’anciens projets, demeurés en attente parfois depuis plus d’une décennie. Mais autant ces « anciens » projets portés le plus souvent par des acteurs publics étaient encore influencés par une démarche de type « planification urbaine » et laissaient entrevoir des perspectives plus ou moins larges d’articulation à la ville, autant les projets contemporains (dans lesquels sont impliqués des investisseurs étrangers et/ou qui affichent l’implication du privé dans la maîtrise d’ouvrage) ne fournissent aucun signe qui permettrait de penser qu’ils pourraient constituer la mise en œuvre ou la déclinaison spatiale d’un projet urbain/métropolitain global.

47À partir de là, nous pouvons avancer l’hypothèse que ce genre de projet engage de plus en plus la production de « fragments globalisés » dans les villes (Verdeil, 2006), en tant que greffes locales du capital international, voire qu’ils sont produits dans « un régime d’island planning » (Barthel et Mouloudi, 2009) : c’est-à-dire dans un procès de production d’îlots ou parfois même de véritables « îles », aménagées indépendamment les un(e)s des autres, chacune de ces unités s’inscrivant dans un système que l’on pourrait qualifier d’archipel urbanistique. Pourtant, si on les avait pensés et si l’on s’en était saisi en tant qu’« événements déclencheurs » (Rosemberg, 2000) d’un projet métropolitain, certains projets offraient des opportunités intéressantes pour repenser le projet global de Ville — entendons par là la ville-centre et son agglomération.

Effets conjoncturels : les impacts de la crise financière mondiale sur l’avenir des grands projets

48Cela dit, on ne peut aujourd’hui évoquer les grands projets urbains et leurs effets territoriaux sans se demander quelles répercussions la crise financière internationale, qui a pris une dimension aigue en septembre 2008, aura sur eux. Nous n’avions évidemment pas envisagé cette nouvelle donne lorsque, en 2004, nous élaborions notre projet pour le présent programme de recherche. Et il était trop tard, quand la crise est survenue, pour réorienter les recherches de terrain. Nous ne pouvons donc, ici, que faire état des informations (fort difficiles à obtenir et à confirmer) que nous avons pu récolter, en n’oubliant pas cependant qu’un projet, même s’il est suspendu ou abandonné, a (ou aura) des effets territoriaux incontestables.

49À première vue si, dans les pays du Golfe et notamment à Dubaï, la crise a frappé de plein fouet (au point que les difficultés du secteur immobilier, moteur économique de la cité-État, ont conduit à « revoir les ambitions à la baisse » et à l’arrêt de diverses opérations prestigieuses [Le Monde, 2009]), ses retombées seraient apparemment moins sévères au Maghreb, qui aurait « résisté au choc » (Meyer, 2009). Or, dès l’apparition des perturbations financières, les gouvernements maghrébins se sont mis à l’œuvre pour prodiguer des signes rassurants quant à la tenue des investissements prévus, n’hésitant pas à démentir les informations annonçant la suspension de projets déjà lancés (comme celui de « La Porte de la Méditerranée » sur le Lac Sud de Tunis) ou à annoncer que certains autres n’étaient pas abandonnés, même s’ils devaient enregistrer des reports quant aux délais de leur réalisation.

50Il n’en reste pas moins que plusieurs groupes immobiliers connaissent une crise sévère, notamment Sama Dubaï ; mais sont affectés également les groupes DAMAC et EIIC (dont relève EMAAR). Ainsi plusieurs projets sont actuellement suspendus, reportés, voire même arrêtés (à Tunis, à Alger, à Oran, à Rabat). Cependant, en même temps que les effets de la crise se faisaient sentir, et peut-être pour distraire l’attention des difficultés rencontrées par les investisseurs, des signaux apparemment contradictoires étaient lancés : ainsi, comme si de rien n’était, soit d’autres projets étaient annoncés en grande pompe, soit était même envisagée la commercialisation des « produits » immobiliers (notamment en Tunisie). Très récemment encore (juin 2009), la presse se faisait l’écho d’un « repositionnement » des groupes dubaïotes actifs à l’étranger : elle annonçait ainsi un projet de fusion entre EMAAR et la galaxie Dubaï Properties (avec ses trois filiales Sama Dubaï, Dubaï Immobilier et Tatweer). Reste à savoir si cette nouvelle donne sera en mesure de redonner de l’élan aux projets urbains lancés au Maghreb.

Conclusion

51Il ressort de nos travaux que le « contrôle symbolique » du projet urbain de la part de des acteurs qui le portent s’est affirmé au Maghreb comme un élément constitutif de sa mise en œuvre. Ce contrôle accompagne et médiatise toute la chaîne projectuelle, depuis la conception, le lancement, les différentes phases de réalisation jusqu’à la promotion et toutes les phases de la commercialisation. Il faut alors considérer la sphère symbolique et l’économie médiatique qui la supporte comme une dimension structurelle de la conduite de projet, d’autant plus quand il s’agit de « mégaprojets ». La « mise en scène » d’un projet, donc, peut s’opérer avant même son lancement, et, dans de nombreux cas étudiés, elle s’avère même consubstantielle à sa conception.

52Enfin, il n’est pas aisé de mesurer les répercussions induites par la crise financière et d’en évaluer les effets concrets sur l’avancement des grands projets urbains lancés au Maghreb : d’une part, la conjoncture est en évolution rapide, mais les avis des « experts » sur ce que sera demain sont contradictoires ; d’autre part, compte tenu des enjeux qu’ils représentent, les informations concernant ces projets sont brouillées par les effets de marketing, les stratégies de communication opaques tant des investisseurs que des maîtres d’ouvrages et des gouvernements, et la concurrence effrénée qui s’opère entre les groupes originaires du Golfe.

Conclusion du Chapitre I

53Les analyses relatives aux grands projets urbains au Maghreb présentées dans ce Chapitre permettent, avec les réserves exprimées (longue durée de gestation des projets, inachèvement de la plupart d’entre eux, opacité de l’information, effets contradictoires de la crise financière, etc.), de tirer les conclusions suivantes :

541. La conception et la réalisation de tels projets exigent que de nouvelles configurations des systèmes d’acteurs s’établissent — la financiarisation et la « privatisation » de la maîtrise d’ouvrage, particulièrement de celle des projets prestigieux, sont désormais pratiquement systématiques. Cela implique que de nouvelles règles s’imposent, brutalement ou progressivement, et que de nouveaux instruments (pour l’action) soient disponibles. Ainsi, si quelques-uns de ces projets bénéficient encore d’un financement exclusif sur les ressources de l’État ou celles d’organismes parapublics, la maîtrise d’ouvrage de la plupart d’entre eux est dorénavant le fait de SEM. Les projets de ce second type sont financés, initiés ou portés par des investisseurs privés étrangers, originaires le plus souvent des pays pétroliers du Golfe, aux moyens financiers exceptionnels et capables de jouer efficacement de l’atout de la rapidité de la conception et de la mise en œuvre, ainsi que de la performance du marketing publicitaire.

552. Les grands projets, qui se caractérisent à la fois par leur gigantisme et par un aménagement par « fragments » de ville, correspondent fréquemment à une « reconquête » d’espaces délaissés des franges urbaines. Ils peuvent de ce fait être tenus pour une modalité puissante de (re)territorialisation de la part des acteurs forts de la scène urbaine magrébine actuelle, à savoir les plus hautes sphères de l’État et les puissants groupes financiers, nationaux et étrangers. Ceci expliquerait, au moins en partie, les mutations observées dans les modes de portage des projets, leur sophistication et leur financiarisation ainsi que la « privatisation » de la maîtrise d’ouvrage. Il en résulte aussi que, d’une façon quasi générale, ils tiennent à l’écart de toutes les phases de leur gestation les acteurs locaux, qu’il s’agisse des collectivités locales, des associations ou des acteurs ordinaires.

563. Les investisseurs étrangers mettent le plus souvent en acte des stratégies de commercialisation des produits immobiliers avant même que les chantiers ne soient sortis de terre, à travers des campagnes de marketing sophistiquées et surtout la promotion de ventes réalisées à partir de plans, de maquettes et de prospectus publicitaires (selon les mêmes méthodes que celles adoptées à Dubaï). Les effets de la crise confirment que les investisseurs du Golfe ont mis en œuvre, depuis le début de leur présence au Maghreb, des stratégies d’opportunité et ont conçu des montages financiers qui leur permettent de réaliser de gros profits si les choses se déroulent normalement, mais qui se prêtent aussi à des désengagements rapides en cas de difficultés.

4. Justifiée par l’exceptionnalité de l’opération et l’ampleur (prévisionnelle) de ses retombées économiques, la dérogation, qui accompagne souvent le projet — qu’elle soit juridique, urbanistique ou fiscale —, constitue une caractéristique qui tend à se systématiser, particulièrement pour les projets les plus ambitieux (comme on a pu le voir pour Alger, Casablanca, Rabat, Tunis, etc.). Certains auteurs considèrent même que la dérogation est devenue, à partir des années 1990 et le début des années 2000, un « mode d’action ordinaire », du moins s’agissant des grands projets (Sidi Boumedine, 2008).

  • 12 Ainsi que l’observe, par exemple, Safar Zitoun à propos de l’aménagement des villes nouvelles en Al (...)

575. En ce qui concerne la relation entre politique et territoire, nous formulons l’idée d’une tendance de type « centripète » des effets territoriaux des grands projets, en ce sens que les opérations s’engagent — en discontinuité — et de plus en plus dans les (et à partir des) marges urbaines délaissées qui présentent des opportunités foncières remarquables, ce qui contribue à supporter la reconquête du « Centre » de la part des acteurs les plus puissants (nationaux et internationaux). Plus qu’à structurer les périphéries et à leur attribuer une présupposée cohérence territoriale, elles paraissent plutôt produire, dans nombre de cas, des fragments d’extraterritorialité12 de « ville[s]-territoire[s] » (Corboz, 2001). On ne peut donc aucunement considérer que ces grands projets sont l’occasion d’une refondation urbaine. Bref, ces dynamiques, avec toutes leurs contradictions, laissent penser à un redéploiement, voire à une « privatisation » de l’État (Hibou, 1999), qui s’accompagnerait de nouvelles formes d’alliances et de coopérations entre les sphères politique et économique.

Haut de page

Notes

1 Au sens de la mise en avant des « figures » de la discontinuité et de l’hétérogénéité dans l’action urbanistique, comme le précise Secchi (1996). Voir aussi Harvey (1990) et, pour une période plus récente, les travaux de Davis (2008), notamment sur Dubaï.

2 Impossible toutefois de préciser le multiplicateur tant les listes établies à partir de sources officielles ou des travaux des auteurs spécialistes de la question varient rapidement et sont toujours imparfaites.

3 Il suffit de penser aux multiples opérations qui ont permis la réalisation de vastes cités résidentielles aux périphéries des grandes villes du Maghreb.

4 Ce gouvernorat, dirigé par un gouverneur ayant rang de ministre, établit son territoire à l’échelle de l’agglomération-capitale, voire de sa région urbaine. C’est une première dans l’histoire des découpages politico-administratifs en Algérie. Il institue donc une autorité directe qui a pouvoir sur la totalité de cet espace et qui doit initier et conduire un projet d’aménagement et de développement supra-communal, avec des fonds propres.

5 République Algérienne Démocratique et Populaire, Gouvernorat du Grand Alger, 1998, Alger, capitale du XXIe siècle, Alger, 2 tomes.

6 Ce dernier terme est à considérer dans le sens large de structure(s) ou d’organisme(s) de coordination — de « gouvernance », en quelque sorte — dans la durée du cycle entier de vie d’un projet (de la conception au suivi de la réalisation, à la commercialisation et à la gestion postérieure), ou bien, le cas échéant, comme l’expression conjoncturelle de gouvernement d’une partie du processus de sa mise en œuvre, au vu des évolutions rapides de tous ordres (économiques, politiques, techniques ou sociales) et des adaptations et des réorientations corrélatives que l’entreprise d’un projet comporte.

7 En plus du projet « Saphira » à Rabat, le groupe EMAAR prévoit la réalisation des projets « Oukaïmeden » et « Amelkis » à Marrakech, « Tinja » à Tanger et « Bahia Bay » à proximité de Casablanca. En dehors des Émirats Arabes Unis, EMAAR a réalisé des projets en partenariat en Arabie Saoudite, en Turquie, en Syrie, en Jordanie, en Égypte, en Inde et au Pakistan

8 Cet auteur repère dans le processus récursif de la territorialisation/déterritorialisation/reterritorialisation (c’est-à-dire dans l’action politique et sociale de contrôle, investissement, valorisation du territoire ou, à l’inverse, d’abandon, de destruction, etc., puis — éventuellement — de re-valorisation) trois moments fondamentaux, lesquels correspondent à ce que cet auteur appelle des « actes territorialisants » : la « dénomination » (ou contrôle symbolique du territoire : donner des noms à l’espace, aux lieux et aux objets spatiaux…) ; la « réification » (ou contrôle concret et pragmatique : la transformation matérielle de l’espace, l’aménagement du territoire, y compris la réalisation d’objets spatiaux) ; la « structuration » (ou le contrôle du sens : la forme géographique de compréhension du territoire, c’est-à-dire, selon Raffestin dans son Introduction à l’ouvrage de Turco, « le jeu des mailles, des nœuds et des réseaux (qui) fait éclater la complexité des systèmes mis en place » (cf. Cattedra, 2001).

9 Le rendering (« ce qui est rendu ») est la technique ou le processus qu’utilisent les architectes et les dessinateurs, à l’aide de logiciels de graphisme, pour produire une (des) image(s) de synthèse (en trois dimensions : i.e. 3D) d’un projet futur ou virtuel, et qui le donnent à voir — en simulation — comme s’il était achevé et en animation (du fait que le rendering permet aussi de modifier les angles de vue des objets qui apparaissent). Nous pourrions considérer ce produit, de plus en plus répandu, comme une évolution technologique très poussée de la « maquette » classique. Outre son usage en architecture et en urbanisme, dans la géométrie, les mathématiques, la cartographie (SIG), ce procédé est également utilisé dans les jeux vidéos, dans la vidéo artistique, le cinéma, etc.

10 D’après Pierre Signoles (communication orale, juin 2006), le lancement des villes nouvelles au Maghreb semble particulièrement révélateur de cette démarche qui conduit à s’interroger sur les tenants et aboutissants de la notion : ainsi, après avoir fait l’objet d’une communication exceptionnelle de la part des plus hautes autorités de l’État, il appert que les principaux acteurs savent pertinemment qu’ils ne parviendront pas, dans un contexte d’urgence de l’action collective, à prendre le temps pour monter de toutes pièces un véritable projet urbain (par exemple un projet de « technopôle »).

11 D’après Corboz, « La refondation suppose évidemment une ville existante, mais dont il importe peu qu’elle ait été fondée ou qu’elle ait crû “spontanément” ». Par les corrections qu’elle inscrit à l’intérieur des limites urbaines, elle en fait l’équivalent d’une nouvelle ville. La refondation concerne toujours le centre, soit qu’elle le déplace, soit qu’elle le double. Le déplacement signifie la mise hors-jeu du pouvoir [en place]. Pour qu’il y ait refondation, il est donc nécessaire que deux conditions soient satisfaites : une condition politique, qu’il s’agisse d’une passation de pouvoirs ou de l’émergence d’un contre-pouvoir ; une condition relevant du domaine bâti, à savoir une ou plusieurs modifications physiques altérant la structure urbaine à l’occasion de ce changement politique (Corboz, 2001, p. 158). Voir aussi Legros (2003b).

12 Ainsi que l’observe, par exemple, Safar Zitoun à propos de l’aménagement des villes nouvelles en Algérie (cf. Safar Zitoun, 2009c).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raffaele Cattedra, « Chapitre I. Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, 58-72.

Référence électronique

Raffaele Cattedra, « Chapitre I. Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://emam.revues.org/114 ; DOI : 10.4000/emam.114

Haut de page

Auteur

Raffaele Cattedra

Maître de conférences, Géographie, Université Montpellier III & Laboratoire GESTER

raffaele.cattedra@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page