Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Les pratiques et les représentations urbaines des couches moyennes dans la périphérie algéroise, Programme de Location-Vente « AADL »

Saliha Ouadah

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Sociologie urbaine, sous la direction de Madani Safar Zitoun (Université d’Alger) et de Nora Semmoud (Université François-Rabelais de Tours), soutenue le 4 avril 2014, à l’Université d’Alger 2, Faculté des Sciences humaines et sociales, Département de Sociologie et de Démographie

1Le choix d’engager une recherche en sociologie portant sur les pratiques et les représentations urbaines propres aux couches moyennes installées dans les grands ensembles dits « logements AADL » implantés majoritairement dans la grande périphérie algéroise, répondait au départ à une double interrogation. La première portait sur l’intérêt subi et quelque peu ambigu manifesté par les autorités publiques algériennes à l’égard de cette catégorie particulière de la population, la « classe moyenne », nommément citée, à travers son octroi au milieu des années 1990 d’un programme ciblé et particulièrement avantageux de l’offre résidentielle publique. La seconde déclinait, à partir d’un certain nombre de questionnements relatifs aux représentations et aux pratiques développées par les familles bénéficiaires de ce programme en situation de résidence, la manière dont cette couche « émergente », figée par le processus même de son classement administratif, développait ce que l’on pourrait appeler une conscience, une identité citadine particulière.

2Dans le contexte algérien travaillé par de profonds mouvements de reclassement social, mais aussi et surtout par un effort de la part des autorités politiques de regagner l’adhésion des « classes moyennes » plutôt oubliées et mal servies par des politiques sociales destinées exclusivement aux populations démunies, il était donc nécessaire de vérifier l’efficacité politico-administrative du ciblage, ce que nous avons fait à travers l’exploitation exhaustive du fichier des bénéficiaires du programme AADL. La compilation statistique des données, ainsi que l’utilisation de la technique dite d’ACM (Analyse des correspondances multiples), nous ont permis de mettre en évidence trois points importants. En premier lieu, nous avons établi le nombre élevé de ceux qui étaient d’origine citadine parmi les bénéficiaires sélectionnés à travers les critères d’éligibilité administrative au programme : les trois quarts des familles provenaient effectivement des quartiers centraux d’Alger et appartenaient aux franges des cadres moyens et professions intermédiaires. En second lieu, nous avons fait apparaître des corrélations étroites entre les parcours résidentiels et la forte demande de centralité exprimée à travers le choix de la localisation dans les ensembles les plus centraux mentionnés dans les dossiers administratifs. Enfin, nous avons constaté l’existence d’un très fort hiatus entre ces forts désirs de ne pas quitter le centre-ville et les affectations administratives finales dans des localisations très périphériques, nourrissant des insatisfactions et des rancœurs plutôt tenaces.

3Les entretiens collectés montrent cependant que ces désirs contrariés, qui avaient pour origine la croyance largement partagée par les familles de cadres de constituer la catégorie sociale citadine par excellence, ont rapidement fait place à des logiques plus positives de construction d’un entre-soi catégoriel, hautement favorisé par la situation d’enclavement des ensembles d’habitat AADL dans des périphéries urbaines plutôt mélangées socialement.

4Il semble bien à cet égard que le caractère emblématique, la forte personnalité et identité architecturale des ensembles AADL, constitués de tours de treize étages dotées d’ascenseurs, de commodités et de divers autres équipements – qui, soit n’existaient pas dans les ensembles de logements sociaux construits antérieurement, soit s’y révélaient de moins bonne qualité –, et dont la vie est régie par un règlement intérieur strict et contraignant, aient joué un rôle prévalent dans la structuration des représentations des résidents.

5Partant de l’idée selon laquelle la pratique architecturale n’est jamais anodine et inspire des manières d’être et de se comporter en société, mais aussi du principe que les pratiques d’habiter ne sont pas pour autant figées, dans la mesure où elles correspondraient à l’aptitude des agents sociaux à s’approprier l’espace, et qu’elles renverraient aux évolutions générales des modes de vie, des sociabilités et des représentations sociales, nous avons essayé de mesurer l’effet de la structuration matérielle de ces ensembles sur les pratiques et les représentations.

6Les résultats de l’analyse des nombreux entretiens collectés dans les différents sites enquêtés montrent la force de l’imprégnation symbolique de ce type d’habitat chez les résidents, comme élément central autour duquel ils ont construit leurs rapports de voisinage et de sociabilité. Cette forme verticale, où les occasions de contact entre résidents sont multipliées par l’usage de l’ascenseur, semble développer jusqu’à ses plus extrêmes limites la logique de l’évitement et de la superficialité des échanges, et provoquer un surcroît de repli sur soi, celui-ci étant cependant compensé au niveau collectif par un activisme associatif très puissant.

7Tout semble se passer en effet comme si les résidents développaient de manière délibérée un modus vivendi construit autour de la distinction entre la sphère de la vie privée, que l’on consomme entre soi, entre les membres de la famille nucléaire barricadée dans son appartement, et une sphère de la vie publique que l’on essaye de formaliser à l’intérieur du cadre associatif. Comme si, en quelque sorte, on voulait mettre un peu plus d’ordre formel dans les relations avec les autres, de façon à évacuer toute familiarité excessive, tous les dangers qu’apporterait la fréquentation « spontanée » des autres.

8On s’aperçoit ainsi que les résidents de ces nouveaux ensembles se singularisent par rapport aux ensembles d’habitat collectif sociaux « ordinaires » (« normaux » comme le disent certains « résidents ») par le niveau d’implication plus directe de leurs occupants dans leur gestion, ce qui contribue encore plus à renforcer leur croyance en l’existence d’une identité non seulement résidentielle, mais aussi sociale qui leur serait propre, comme déclinaison d’une « altérité citadine » plus forte que celle qu’ils attribuent aux autres catégories de la population algéroise. Il semble bien à cet égard que ce type de logement, de caractère beaucoup plus « urbain » et « sophistiqué » (ascenseurs, règlement de copropriété contraignant, etc.), en appelle à la mobilisation de ressources d’urbanité plus « modernes », surtout de caractère collectif et organisationnel qui tranchent nettement avec les modèles de « désorganisation et d’anarchie » à travers lesquelles ils qualifient les modèles et pratiques d’habiter existant chez les « autres » populations algéroises toutes couches sociales confondues.

9Par ailleurs, ce discours de singularité sociale, qui semble découler du caractère fortement homogène de ces nouveaux quartiers d’habitat qui sont perçus par leurs propres résidents comme des sortes « d’enclaves », des territoires très nettement circonscrits et identifiables physiquement et statutairement, participe également d’un système de repositionnement des couches moyennes dans le champ symbolique urbain.

10On remarque à cet égard combien les résidents AADL qui proviennent des quartiers centraux d’Alger, qui y sont nés ou y ont résidé durant un temps plus ou moins long, insistent sur leurs capacités d’apprentissage de ce qui fait l’urbanité. La majorité d’entre eux parle de la manière dont ils ont accumulé des savoirs et acquis une certaine expérience urbaine, dont ils sont parvenus à disposer de compétences, d’un art de faire, d’une certaine capacité individuelle et collective de création, d’invention, de mobilisation et d’initiative, c’est-à-dire en somme, de détention d’un « capital culturel citadin ». Et c’est bien ce type de capital à travers lequel ils cherchent, d’une part à désentraver l’épanouissement de leur citoyenneté en faisant valoir leur « droit à la ville », et d’autre part, à affirmer leur statut social et professionnel.

11Ainsi, au terme de notre analyse, l’espace AADL peut être considéré comme un « espace de compétences », ou plus précisément comme un espace de « concurrence des compétences citadines » dans lequel les acteurs sociaux en jeu – en l’occurrence, ici, les résidents des quartiers AADL –, sont sommés de faire étalage de leurs savoirs et leurs savoir-faire citadins dans leur quête de la reconnaissance de plus d’urbanité.

12Le travail de recherche que nous avons mené débouche ainsi sur un certain nombre de conclusions dont l’une des principales consiste à dire que la nouvelle manière de vivre la ville et la cohabitation avec des ménages que l’on considère comme étant proches en terme de condition et de classement social favorisent l’émergence de liens sociaux plus « métropolitains », plus abstraits que les liens de type communautaire qui fonctionnent dans la ville ordinaire, la ville du mélange et de la promiscuité. En ce sens, on peut dire, et c’est là la deuxième conclusion de notre travail, que les communautés résidentielles créées par les programmes AADL sont des formes hybrides qui oscillent entre la volonté de leurs membres de faire correspondre la représentation de modernité et les images que l’on a de la promotion sociale « moyenne » avec la représentation fantasmée et idéalisée d’un certain art de vivre la ville à l’Algéroise.

13De ce fait, nous considérons à travers notre cas d’étude que les quartiers des grands ensembles AADL, avec tout ce qu’ils représentent comme modèles d’habiter et, ainsi, comme attributs d’urbanité, sont une nouvelle composante qui met en scène le quartier comme espace social d’affichage de la singularité citadine des couches moyennes dans les nouveaux espaces périurbains des villes algériennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saliha Ouadah, « Les pratiques et les représentations urbaines des couches moyennes dans la périphérie algéroise, Programme de Location-Vente « AADL »  », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 01 mai 2017. URL : http://emam.revues.org/1148 ; DOI : 10.4000/emam.1148

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page