Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Le Caire des migrants africains chrétiens. Impasse migratoire et citadinités religieuses

Julie Picard

Texte intégral

Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction d’Olivier Pliez et de Jean-Pierre Albert, soutenue le 4 décembre 2013 à l’Université de Toulouse, EHESS & LISST-CIEU (UMR 5193), École doctorale TESC.

1Davantage que d’autres pays du Maghreb, l’Égypte connaît depuis les années 1990 une immigration africaine plurielle. Des migrants venant du sud du Sahara, aux origines, aux motivations et aux statuts variés ont aujourd’hui rejoints les réfugiés soudanais et de la Corne de l’Afrique, précédemment installés au Caire. La majorité d’entre eux sont de confession chrétienne et expérimentent la situation de minorité noire et celle de minorité religieuse. Nous nous sommes interrogés sur le rôle du religieux, et du christianisme en particulier, dans les processus d’ancrages urbains (forcés) des migrants africains au Caire.

2Notre travail a tout d’abord consisté à démontrer comment depuis 2004-2005, les institutions gouvernementales, européennes et onusiennes ont participé à la construction d’une impasse migratoire et comment dès lors, de nouvelles modalités d’installation urbaine ont dû être inventées par les migrants, qui, initialement, ne comptaient pas rester sur place. Le second objectif a été d’analyser la manière dont divers acteurs humanitaires (anciennes Églises missionnaires et ONG confessionnelles), partenaires plus ou moins directs du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l’ONU et essentiellement non-Égyptiens, tentent aujourd’hui de se mobiliser afin d’assister ce public, délaissé par les autorités locales. Enfin, nous avons démontré comment ces Africains développent des compétences, réussissent aussi à s’approprier « par le bas » leurs propres territoires ou interstices urbains et à trouver des ressources leur permettant de mieux vivre l’attente et la ville d’accueil.

3À partir d’observations de leurs quartiers d’habitation (Sakakini, Hadayek el Maadi, Aïn Shams, Arba’a wa Nus…), de leurs pratiques quotidiennes de la ville et de la religion, et à partir d’entretiens semi-directifs avec les migrants, leurs relations évolutives au territoire ont été interrogées. Cette approche qualitative ainsi que la notion de « citadinité » (la relation dialectique entre les individus et la ville) ont permis de mettre en avant le rôle du christianisme dans ces processus d’ancrage urbain. En effet, à défaut de reconnaissance juridique stricte et de véritables projets d’accueil ou d’intégration socio-économique impulsés par le gouvernement égyptien, le religieux, sous ses formes matérielles (assistance de la part des Églises et ONGc, négociation de lieux de culte) et immatérielles (croyances, pratiques, mobilités religieuses, conversions), s’est avéré devenir une ressource fondamentale capable d’éclairer les capacités de reterritorialisation des Africains dans la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Picard, « Le Caire des migrants africains chrétiens. Impasse migratoire et citadinités religieuses », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/1150 ; DOI : 10.4000/emam.1150

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page