Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Imagerie et quartier, entre pratiques des populations et action publique : le cas de la ville d’Annaba en Algérie

Anissa Boutemedjet

Texte intégral

Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction de Nora Semmoud, soutenue le 18 juin 2014, à l’Université François-Rabelais de Tours & CITERES (UMR 7324), Équipe EMAM.

1L’efficience des représentations à l’œuvre dans les dynamiques socio-spatiales et leur cristallisation à travers de fortes images constituent un objet de recherche fécond pour approfondir notre compréhension du fait urbain. Notre réflexion porte sur les images de deux quartiers d’Annaba – la Bône coloniale –, Kouba et Les Allemands (désignée aussi comme la Cité des 1276 logements), que l’on peut considérer comme représentatifs des ensembles d’habitat collectif réalisés, pour le premier, dans le cadre du Plan de Constantine en 1958 et, pour le second, dans celui de la programmation des ZHUN (Zones d’habitat urbain nouvelles) initiée dans les années 1970 – mais celle qui nous intéresse ici l’a été en 1979. Les constructions identitaires qui y sont attachées sont étroitement liées à l’histoire urbaine et aux conditions de leur peuplement. Le premier quartier abrite majoritairement des cadres et des techniciens ; le second réunit dans une relative proximité spatiale des populations de différents types (classe moyenne, mais aussi relogés et sinistrés provenant des bidonvilles et de la médina). En nous saisissant des images contrastées qui caractérisent ces espaces, nous tenterons de rendre compte et d’expliquer les logiques qui président tant aux actions urbaines initiées par les pouvoirs publics qu’aux modes d’appropriation des espaces publics que les populations de ces quartiers mettent en œuvre, à travers leurs itinéraires résidentiels, leurs mobilités, leurs usages (de l’espace), les interactions sociales qu’elles développent et le type ou les modes de relations qu’elles établissent avec la ville d’Annaba.

2C’est la vérification de trois grandes hypothèses qui structure ce travail. La première pose que les images contrastées de ces deux quartiers péricentraux se sont construites dans le temps long de leur histoire urbaine, vécue et réinterprétée par les populations à travers des processus identitaires complexes mobilisant la mémoire collective. Les images des quartiers renvoient ainsi à des correspondances subtiles entre les identités collectives/individuelles des habitants, leur mémoire collective et leurs expériences sociales et spatiales. L’objectif de notre première Partie consiste ainsi à mettre en évidence le rôle essentiel du temps long dans les rapports des Bônois à leur ville. L’histoire imprègne le présent des constructions identitaires des populations et leurs représentations des différents quartiers. La notion de mémoire collective, telle que Halbwachs a pu la définir, a présenté pour nous une qualité opératoire indiscutable pour la « mise au présent » des constructions identitaires. L’actualisation de leurs formes anciennes est venue configurer les nouvelles trajectoires d’un vouloir social désormais possible. Nous concevons cette mémoire dans sa dimension dynamique, comme un processus d’ajustement des représentations du passé et comme constituant, de la sorte, le fond sur lequel se sont concrétisées des compétences nouvelles susceptibles de contribuer à définir – ou à redéfinir – les rapports contemporains avec les autres, avec son lieu de vie, avec soi-même, avec sa propre identité. En nous situant toujours dans une démarche prenant en compte le temps long, nous avons abordé la dynamique socio-spatiale d’Annaba dans le but d’éclairer le processus d’émergence des images qui affectent les deux quartiers que nous avons choisi d’étudier.

3La deuxième hypothèse s’interroge sur l’efficience que peuvent avoir ces images sur les logiques différenciées du traitement de ces quartiers, tel que conçu et mis en œuvre par les pouvoirs publics. Est-ce que, imprégnée par ces images, l’action publique peut exercer un effet de retour sur elles et agir éventuellement dans le sens de leur renforcement ? Pour répondre à cette question, nous avons analysé les politiques publiques d’aménagement urbain pour mettre en relief la façon dont elles s’appuient sur les images des quartiers bônois, en même temps qu’elles les confortent. Il apparaît alors que ces actions publiques contribuent sensiblement aux dynamiques de différenciation socio-spatiale entre les quartiers. Plus particulièrement, nous avons montré comment les images de Kouba et celles des Allemands sont instrumentalisées dans les projets d’amélioration et d’embellissement urbain de leurs espaces publics ; et comment les représentations qui s’y attachent traduisent également l’expression d’une vision de renforcement de leurs identités par les pratiques institutionnelles. De telles appropriations, par les représentants des pouvoirs publics et les professionnels de l’urbanisme, témoignent plus que d’un simple renforcement des symboliques fortes de ces deux quartiers, car elles actualisent le rapport de domination dans lequel se sont inscrits ces espaces et, en conséquence, renouvellent la force de leur stabilité. La vérification de cette deuxième hypothèse nous permet de réaliser que les effets exercés par les images d’un quartier ne se limitent pas à suggérer des représentations sélectives de valeur et de non-valeur par les acteurs institutionnels, mais que les politiques d’image que ceux-ci élaborent contribuent à reproduire ce rapport de domination – d’un quartier sur un autre – alimenté par l’histoire.

4Notre troisième hypothèse est que ces images dominantes brouillent d’une certaine façon les rapports entre les pouvoirs publics et les habitants. Nous avons proposé en conséquence d’analyser ces rapports en essayant de mettre en évidence le rôle des images dans les phénomènes d’auto-stigmatisation ou d’auto-valorisation des habitants. Nous avons porté pour ce faire notre attention plus particulièrement sur le rôle des habitants dans la fabrication des images de leurs propres quartiers de résidence, et nous avons ainsi pu établir comment ceux des Allemands et ceux de Kouba mobilisaient des référents différents (matériels et idéels) pour élaborer leurs rapports à leur quartier. Nous avons travaillé sur les facteurs spatiaux qui participent de la construction de représentations qui valorisent le quartier de Kouba, lesquelles, en quelque sorte, constituent une justification de l’ascension sociale de ses habitants. À l’inverse, l’image du quartier des Allemands souffre des effets négatifs que la proximité des quatre bidonvilles de Sidi Harb, qui se situent à peine à 400 m de lui, lui fait subir par une sorte de « contamination » – ces bidonvilles urbains, constitués de plusieurs milliers de baraques, sont un héritage de la grande période d’industrialisation d’Annaba de la fin des années 1960, avec la création d’une puissante unité sidérurgique, laquelle a généré un considérable flux de migrants en provenance de tout l’arrière-pays et du Constantinois pour y travailler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anissa Boutemedjet, « Imagerie et quartier, entre pratiques des populations et action publique : le cas de la ville d’Annaba en Algérie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/1152 ; DOI : 10.4000/emam.1152

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page