Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Valeurs patrimoniales en situation diasporique. Au prisme du web : les identités judéo-marocaine et amazighe dans les processus de patrimonialisation de Casablanca

Marc David

Texte intégral

Thèse de doctorat en Géographie et Aménagement de l’espace, sous la direction de Raffaele Cattedra, soutenue le 18 décembre 2014, à l’Université Paul-Valéry de Montpellier III & GRED (UM3).

1Le travail proposé ici est l’aboutissement d’une réflexion engagée sur les structures et dynamiques spatiales en géographie, appliqué à un espace particulier, le Maroc, et étudié à partir d’un lieu d’observation : la ville de Casablanca dont certains éléments de l’histoire sont mêlés à celle du bassin méditerranéen bien que d’un point de vue de la localisation géographique, la capitale économique du Maroc soit lovée sur la côte atlantique du Maghreb couchant.

2En ce qui concerne le projet général de la recherche, notre travail a consisté à traiter les processus de patrimonialisation au Maroc et notamment à Casablanca. Ces derniers sont complexes de par la multiplicité des agents qui interviennent dans l’action patrimoniale et l’aspect systémique de l’organisation des divers éléments qui composent celle-ci. Ainsi, c’est principalement par le biais des constructions patrimoniales que seront abordés les processus de patrimonialisation et notamment par l’intermédiaire d’un support et d’un angle d’approche singuliers que représente l’espace du web dont le contenu discursif des forums communautaires judéo-marocain et amazighe a servi de ressources afin d’éclairer les dimensions de l’identité et des spatialités du souvenir.

3En ce qui concerne la phase analytique de la recherche, il est question de mentionner la mobilisation de travaux divers imposée par le thème central de notre étude. Un corpus scientifique classique indispensable pour circonscrire la recherche d’éléments théoriques fondamentaux, envisagés comme utile pour appréhender le contexte flou de notre support d’analyse (espace conversationnel des forums du web). Un ensemble conséquent et hétérogène de sources et de références qui s’inscrivent néanmoins dans le courant scientifique de la géographie sociale. Une géographie humaine qui privilégie l’étude des rapports entre les sociétés et les espaces et qui ambitionne d’apporter des éclairages sur la contribution de certains aspects de la vie sociétale sur la différenciation du monde. En ces termes, notre travail de recherche s’inscrit dans la lignée des travaux de chercheurs comme Armand Frémont ayant théorisé le concept d’« espace vécu », ceux de Michel Lussault sur le concept d’« espace social » (spatialité de l’acte social : emprise et effets), ainsi que la mise en évidence par Guy Di Méo de la réalité bidimensionnelle de l’espace (idéel et matériel). Une géographie qui accorde une place non négligeable à la subjectivité des représentations sociales de l’espace et au rôle de l’identité dans la production des territoires, une géographie sociale et spatiale qui oriente la réflexion sur le positionnement scientifique actuel par rapport aux processus de patrimonialisation à l’œuvre et pour lequel, nous avons fait ponctuellement référence à des travaux comme ceux de Vincent Veschambre (Traces et mémoires urbaines, Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition), qualifiant le patrimoine comme étant l’outil transversal privilégié des sciences sociales.

4Des dispositions scientifiques résolument tournées vers une géographie sociale réceptive aux théories et aux travaux scientifiques d’autres disciplines des sciences humaines. Nous faisons référence aux axes de recherche des ethnologues et des anthropologues mais également à ceux de la sociologie à laquelle, la géographie sociale est fortement liée : Pierre Bourdieu et les mécanismes des hiérarchies sociales et l’importance des facteurs culturels et symboliques, John Dewey et le pragmatisme, Louis Quéré et Jean Widmer et leurs contributions sur la sociologie des problèmes publics (de façon plus générale sur le domaine de sociologie de la communication et des médias).

5L’architecture de la recherche s’articule autour de deux principales thématiques pour lesquelles, la première partie de notre étude intitulée « Identités patrimoniales à l’épreuve du territoire », s’accorde au développement du cadre épistémologique et théorique dans la perspective de mettre en évidence les modes de désignations de la fonction patrimoniale ainsi que ces principales manifestations dont la valorisation et le registre particulier de l’instrumentation des lieux.

6La présentation du triptyque conceptuel mémoire-patrimoine-territoire vient compléter le cadre théorique de la recherche par la mise en valeur de la relation systémique entretenue par ces notions fondamentales de la géographie et dont les dynamiques ont été supposées porteuses pour l’appréhension du support numérique et notamment le décryptage des ressources produites au sein des structures communicationnelles du web (forums) désignées comme étant le prisme d’analyse privilégié.

7L’analyse des enjeux, acteurs et pratiques de la patrimonialisation vient renforcer la contextualisation selon laquelle nous avons envisagé le processus patrimonial afin de nuancer la dominante culturelle stricto sensu par la mise en perspective des enjeux sous-jacents tels que la notion de pouvoir pouvant aussi bien s’appliquer à la fonction politique qu’à celle du culturel. Un spectre d’analyse qui suppose l’élargissement de la fonction patrimoniale dans la dynamique territoriale tout en soulignant la rémanence des questions juive et berbère et les positionnements dominants actuels dans lesquels ces identités culturelles s’inscrivent respectivement. Une trame de fond au sein de laquelle les opérations culturelles à Casablanca apparaissent quelque peu sporadiques en raison du fait que leur dynamisme soit masquée par l’omniprésence des opérations de « marketing urbain » : ces dernières entendues par les décideurs comme les principales prérogatives de développement de la ville.

8Un ensemble de dispositions théoriques et épistémologiques utiles pour l’appréhension conjointe des « Forums communautaires de la diaspora et [du] processus patrimonial » – faisant l’objet de la deuxième partie de notre étude – et notamment dans ce que ces structures communicationnelles numériques et a-spatiales incarnent comme contexte d’usages, langages patrimoniaux et symbolique des lieux.

9La présentation des structures organisationnelles des forums (Environnement virtuel des langages patrimoniaux du web) permet une certaine forme de familiarisation avec le contexte discursif virtuel dont l’introduction de la place des Printemps arabes dans le débat permet de cibler la vocation principale des forums du web (culturelle) et la considération sur l’appropriation patrimoniale que l’outil informatique autorise (utilisation des formes tangibles de l’espace à travers un support dématérialisé).

10Une adaptabilité de l’expression des représentations du souvenir – mnésie individuelle et collective – qui nécessite d’aborder la question langagière et linguistique des forums en fonction de certaines thématiques patrimoniales et de vecteurs spatiaux privilégiés (Les langages patrimoniaux du web). Parmi la richesse des représentations des valeurs patrimoniales, l’exemple d’une déambulation virtuelle à travers certains quartiers de Casablanca peut s’apparenter à une ressource web emblématique de la potentialité que représente l’exploitation scientifique des contenus de ces forums communautaires. Une certaine formalisation d’images mentales de la ville dont la lecture prend toute sa dimension par les rapprochements avec d’autres sources de perception et notamment celles des guides touristiques (Guide Vert Michelin et Routard) aux regards d’un quartier précis de la ville marocain, le mellah [quartier juif] depuis notre lieu d’observation privilégié (Casablanca) et avec l’ancienne cité impériale de Fès en contrepoint.

11Une résonnance supplémentaire à notre étude qui nous permet d’aborder dans le dernier temps de notre travail, une déclinaison portant sur la symbolique des lieux et l’imaginaire de l’exil.

12L’apport principal de la recherche réside dans le décryptage des ressources c’est-à-dire l’exploitation du contenu des forums communautaires du web et la difficulté d’intégrer ce support virtuel dans la problématique de la recherche portant sur les processus de patrimonialisation au Maroc et depuis un lieu d’observation privilégié : Casablanca. Cette démarche a représenté un enjeu technique et méthodologique ayant consisté principalement à déjouer l’instabilité du contexte discursif virtuel. Pour ce faire, nous avons eu recours à l’utilisation de plusieurs registres méthodologiques dont l’exploitation de la dimension diachronique afin de paysager la recherche des principaux éléments socio-culturels marocains de référence, l’analyse des expressions de l’identité et de la culture afin de formuler les interrogations d’ordre communautaires et sociétales, mais également de nous appuyer sur les notions de diaspora et de dispersion pour évoquer les modes d’appartenance à une terre (une nation) ainsi que les déclinaisons de l’exil pour marquer l’intersection de la présence et de l’absence qui s’apparente à celle qui se matérialise entre les lieux d’origine et de la mémoire.

13La dynamique évoquée pour déjouer les arcanes technico-structurels des forums communautaires du web suggère que le support que nous avons privilégié soit utile au questionnement et qu’il procède en premier lieu d’avoir favorisé l’organisation systémique des principales composantes de notre étude : libérant tour à tour, les relations spatio-temporelles dans le cadre du binôme identité-culture, les expérimentations des concepts géographiques dans le domaine virtuel, la perception des formes, des dimensions et des expressions du souvenir, ainsi que la mise en résonnance des spatialités (passées, présentes, topographiques et virtuelles).

14La mise en perspective du travail de recherche a ponctuée l’ensemble du manuscrit et peut se profiler comme un enrichissement du décryptage des ressources extraites des forums communautaires du web par le terrain (Maroc/Casablanca). Une démarche qui consiste en la mise en valeur, par ce dernier, de la différenciation patrimoniale virtuelle c’est-à-dire, le fait que la télé-patrimonialisation judéo-marocaine apparaisse comme mémorielle et matérialisante alors que celle des berbères semble privilégier la dématérialisation du support spatial.

15Dans cette perspective, il est question d’envisager l’élargissement de la focale patrimoniale au Maghreb et notamment en Algérie, Tunisie et Mauritanie. Une façon d’essayer de repousser les limites herméneutiques de la polysémie patrimoniale et d’investir le champ patrimonial préférentiellement à travers les événements politiques et économiques (la dimension culturelle étant cette fois-ci positionnée en trame de fond). Une dynamique socio-politique des processus de patrimonialisation censée servir la mise en perspective du défi de la pluralité culturelle au sein de l’espace social du Maghreb.

16Les recherches comparables sur d’autres terrains concernent l’espace géographique du Moyen-Orient. Il s’agit d’utiliser un corpus de vidéos extraites du web dont la thématique principale porte sur l’intitulé suivant : « Les Juifs chez les Arabes ». Cette source d’informations est composée d’une centaine de documentaires dont la durée varie de quelques minutes à plusieurs heures. La nature du corpus a été retenue en raison du fait que la variable de référence soit le contexte politico-social relatif à la période moderne et contemporaine mais également aux événements actuels. Un support de travail dans lequel, la référence culturelle se positionne en trame de fond mais qui permet néanmoins un travail sur les pratiques et les usages sous un angle d’approche différent, qu’il sera utile de mettre en résonnance avec les interviewés originaires du Maghreb/Maroc/Casablanca.

17Toujours selon cette perspective de comparaison des données et selon l’approche prospective de mise en scène de la spatialité, un intérêt sera porté sur l’Europe avec d’une part, une attention particulière sur les Juifs de Pologne et notamment la scène culturelle juive (théâtre Yiddish de Varsovie) dont la dynamique est perceptible à travers les nombreuses publications dont on peut prendre la mesure quantitative en évoquant le nombre des 116 périodiques existants.

18Les diasporas judéo-marocaine et berbère en France seront perçues à travers la recherche des indicateurs tangibles relatifs aux usages et aux pratiques de tradition marocaine. Un inventaire ayant pour ambition d’évaluer le degré de patrimonialisation à l’œuvre et tenter d’établir des rapprochements avec l’accessibilité du pays d’origine (Patrimonialisation-Distance-Accessibilité).

19Outre Atlantique, en Amérique du Nord et notamment à Montréal et à Québec, notre objectif est de rencontrer les administrateurs des forums communautaires (Darnna.com) afin de présenter mes travaux tout en nourrissant l’espoir qu’il nous soit accordé la possibilité de consulter la base de données archivistiques non accessibles en ligne. Un approfondissement de l’amplitude du support patrimonial numérique et l’opportunité de mettre en écho la patrimonialisation mémorielle virtuelle avec la réalité des pratiques juives de tradition marocaine (identification de la permanence de l’identité culturelle d’origine au quotidien).

20La référence mnésique imprègne l’ensemble de notre travail, et par l’activation de la dialectique mémoire/espace, nous souhaitons engendrer un effet de stimulation de la problématique transverse. Il est question de privilégier une littérature dans laquelle s’engouffre actuellement les ethnologues et anthropologues (Gaetano Ciarcia, Ethnologue et passeurs de mémoire) mais dans cette perspective, il est également question de favoriser les recoupements entre la mémoire individuelle et collective. Le recours à la sociologie est à nouveau invoqué, une « sociologie de la connaissance » empruntée à Émile Durkheim auquel revient le terme de « conscience collective » que nous avons largement exploité durant notre étude et dont le prolongement vers le champ de la « Mémoire collective » de Maurice Halbwachs permettra d’étayer notre mise en résonnance des spatialités en s’appuyant sur des thématiques telles que la « Puissance du milieu matériel », l’« Adhérence du groupe à sa place », « L’intersection dans l’espace de la mémoire collective ».

21À l’instar des axes de recherche suggérés par Georges Gurvitch à Jean Cazeneuve (Réflexion sur la sociologie des communications et les facteurs collectifs de certaines aptitudes optimistes ou pessimistes), nous souhaitons approfondir les processus de patrimonialisation (Maroc/Casablanca-Identités judéo-marocaine et amazighe) en investissant au premier plan l’acception politique de la fonction patrimoniale tout en privilégiant les supports de la mémoire et des spatialités de l’identité marocaine plurielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc David, « Valeurs patrimoniales en situation diasporique. Au prisme du web : les identités judéo-marocaine et amazighe dans les processus de patrimonialisation de Casablanca », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://emam.revues.org/1154 ; DOI : 10.4000/emam.1154

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page