Navigation – Plan du site

Transformation urbaine par la loi « désastre » et réactions habitantes à Tozkoparan et Sarıgöl (Istanbul)

Urban transformation by the "disaster law" and reactions of inhabitants in Tozkoparan and Sarıgöl (Istanbul)
Nihal Durmaz

Résumés

Depuis les années 1980, les pouvoirs publics imposent un nouvel ordre urbain visant à transformer Istanbul en une ville internationale, attractive et compétitive. La loi « désastre », qui devient le principal outil de transformation urbaine, à travers le motif de la prévention des risques de catastrophe, accélère et intensifie les interventions sur l’ensemble du territoire stambouliote. Ces changements provoquent l’accroissement des mobilisations locales et des mouvements protestataires dans les quartiers et dans la ville. Les acteurs opposés aux projets de rénovation revendiquent un « droit à la ville », qui s’exprime avant tout par la volonté de participer aux processus de réaménagement urbain. L’article analyse le processus de transformation urbaine et les réactions des citadins à travers les exemples des quartiers de Tozkoparan et de Sarıgöl. Les habitants de ces deux quartiers stambouliotes aux aspects physiques et sociaux différents, dépourvus d’une culture de la mobilisation pour la majorité d’entre eux, parviennent malgré tout à développer des stratégies de résistance et des actions collectives, dont les plus efficaces sont celles qui instrumentent le droit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sinan Ülgen (2005) propose une brève analyse de l’histoire économique de la Turquie, notamment l’in (...)
  • 2 Sur les politiques urbaines engagées ces dernières années à Istanbul, le lecteur pourra se reporter (...)
  • 3 Il existe deux modèles d’administration municipale en Turquie : des municipalités d’arrondissement, (...)

1Dans les années 1990, la Turquie est passée d’une économie protectionniste à une économie libérale et mondialisée1. Dans ce contexte, également marqué par la concurrence accrue entre les métropoles pour attirer des investisseurs et des touristes étrangers, les décideurs cherchent à faire d’Istanbul une métropole attractive et compétitive sur la scène internationale2. Un peu partout dans l’agglomération stambouliote émergent des projets urbanistiques, des projets d’aménagement à l’échelle de l’îlot, du quartier, de la ville, émanant soit du secteur privé, soit des municipalités3, soit de ministères nationaux, soit de partenariats public-privé. Et la loi 6306, concernant la transformation urbaine des zones soumises à des risques de catastrophe, appelée afet yasası [loi « désastre »], représente la dernière étape de ce processus de transformation urbaine, en permettant la délégation du pouvoir d’intervention urbaine aux autorités nationales (le rôle des municipalités étant affaibli) et l’intensification de l’urbanisation.

2Ces projets de restructuration urbaine, ou de mise à niveau de la ville par des standards internationaux, sont massifs, accélérés et violents. Ils impliquent des relations conflictuelles entre les autorités en charge des projets et, en particulier de l’application de la loi « désastre », et les habitants des quartiers, qui s’intensifient par l’application de la loi « désastre » dans de nombreux quartiers stambouliotes. L’objectif de cette contribution est d’étudier les réactions des habitants, directement ou indirectement concernés par ces projets, à travers les formes de d’actions collectives mises en œuvre dans les quartiers de Tozkoparan et Sarıgöl (Fig. 1). Ces deux quartiers de la rive européenne et situé à proximité du centre historique d’Istanbul, sont concernés par la loi « désastre », qui s’applique dans des secteurs désignés « à risques » et intégrés à de grands projets résidentiels. Les mécontentements collectifs des habitants et la menace commune d’expulsion à laquelle ils sont confrontés, occasionnent différentes actions de résistance individuelle ou collective. L’étude comparée des processus urbains et des mouvements sociaux dans ces deux quartiers, a pour objectifs d’identifier des similarités dans les dynamiques observées, ainsi que les divergences, qui sont imputables aux contextes locaux. Il s’agit aussi d’examiner les limites de l’action collective, notre hypothèse étant que, malgré ces limites incontestables, les actions observées rendent compte d’une réappropriation de la ville par ses habitants.

Fig. 1. Les deux quartiers d’étude dans Istanbul.

Fig. 1. Les deux quartiers d’étude dans Istanbul.

Carte du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, reprise par N. Durmaz & Fl. Troin • CITERES 2015.

3Cette contribution repose sur les données d’une enquête de terrain réalisée entre 2013 et 2014, à Tozkoparan et Sarıgöl, et au sein de plusieurs structures de mobilisations collectives implantées dans la ville (Kent Hareketleri [KH], Bir Umut [BU], TMMOB Istanbul [Chambre des architectes et Chambre des ingénieurs], Istanbul kent savunması). Les mouvements sociaux regroupent un ensemble de revendications portées par des acteurs et des organisations variées. Et les groupes mobilisés qui coordonnent les actions rassemblent des ressources et puisent dans des répertoires d’action collective (Tilly, Tarrow, 2008). Dans l’objectif de comprendre et d’expliquer les relations conflictuelles présentes, les représentations habitantes et les formes d’actions collectives dans ces quartiers, nous avons réalisé des entretiens approfondis avec les différents groupes d’acteurs impliqués directement ou indirectement dans le processus de rénovation urbaine de ces deux quartiers (à savoir des habitants, des militants des structures d’opposition aux projets, des professionnels de l’urbain et des élus locaux). Nous avons observé les structures d’opposition présentes dans ces lieux ou en interaction avec les habitants mobilisés de ces quartiers, en participant régulièrement aux réunions et manifestations organisées. Nous avons analysé les sites Internet, les listes de diffusion, les réseaux sociaux, les déclarations de presse, les articles de journaux et interviews, les travaux scientifiques, les plans d’urbanisme et rapports municipaux, les films documentaires.

La loi « désastre » comme instrument d’action publique : les cas de Tozkoparan et Sarıgöl

  • 4 J.-F. Pérouse défini les gecekondu comme une opération d’auto-construction illégale, sur des terrai (...)
  • 5 Après les années 1990, la législation urbaine a subi des changements radicaux, le concept de « tran (...)
  • 6 « L’Administration du logement collectif, créé en 1984, est une institution qui s’appuie sur une fo (...)
  • 7 Les travaux de A. Bartu-Candan et B. Kolluoğlu (2008), de C. Uzunçarşılı-Baysal (2010), exposent le (...)
  • 8 http://www.ekumenopolis.net.

4Les premiers projets de réaménagement urbain menés au nom de la réhabilitation des quartiers insalubres d’Istanbul ont eu des effets dévastateurs. Les améliorations apportées sont souvent restées limitées à l’édification de tours et de grands ensembles périphériques au mépris des espaces et des services publics. Bien que les quartiers fortement dégradés et les gecekondu4 nécessitent, à cause de leur état, une intervention des pouvoirs publics, ces projets ont surtout été marqués par le principe d’« éradication », impliquant un déplacement massif des populations pauvres et marginalisées, comme cela a été observé à Sulukule, Tarlabaşı, Ayazma et Süleymaniye, suite à des projets de réaménagement urbain similaires, soumis à la législation en vigueur5. Une grande majorité des habitants de ces quartiers ont été poussés au déplacement, et sont allés vivre dans les zones de relogement pour les « déguerpis », construites par TOKI6, le plus souvent dans la grande périphérie d’Istanbul, comme à Bezirganbahçe ou àTaşoluk (sur la rive européenne). Le plus souvent, les relogés ont finalement quitté les logements qui leur avaient été affectés, parce qu’étant dans l’incapacité de payer les mensualités occasionnées (les versements échelonnés, les factures, les taxes, les frais de transports, etc.). Les résistances urbaines ont alors émergé suite aux échecs sociaux de ces premiers projets réalisés. Les conséquences sociales engendrées par les expulsions forcées, les déplacements de populations vers les périphéries de la ville, la perte des liens sociaux et l’effondrement économique des foyers ont par ailleurs alerté les acteurs sensibilisés et investis dans les mécanismes de luttes sociales contre les processus de transformation urbaine violents7. Ainsi, le réalisateur Imre Azem, dans son documentaire Ekümenopolis (2012), attire l’attention sur la résistance qu’entreprennent dix-huit familles délogées d’Ayazma, en continuant à vivre dans leur quartier, mais sous des tentes8.

  • 9 La loi « désastre » (no 6306) est publiée dans le Journal officiel [Resmi Gazete] du 31 mai 2012, n(...)
  • 10 Le texte de loi trace un cadre général expliquant l’identification, l’évacuation et la destruction (...)

5Pour faire face aux critiques et aux mobilisations urbaines, les pouvoirs publics ont conçu de nouvelles stratégies de légitimation, telles que la justification des interventions sur le territoire turc par la prévention des risques de catastrophes environnementales. Les tremblements de terre de 1999 et de 2011 en Turquie ont alimenté les débats publics et la question de la prévention des risques de catastrophe dans les espaces urbains. Selon les pouvoirs en place, l’augmentation de la vulnérabilité aux aléas serait le résultat d’un développement problématique de l’urbanisation. Le motif environnemental apparait davantage dans le champ de l’aménagement urbain et passe au premier plan suite au séisme de Van de 2011. Ainsi, les pouvoirs publics turcs ont élaboré un nouveau cadre législatif pour l’intervention urbaine, surpassant les autres dispositifs légaux préexistants. La loi 6306 relative à la transformation urbaine des zones soumises à des risques de catastrophe (la loi « désastre »), adoptée le 16 mai 2012 par le Conseil des ministres, permet de déterminer les modalités et les principes pour améliorer et/ou renouveler des zones urbaines présentant des risques de catastrophe, et des constructions à risque hors de ces zones, selon les « normes et les standards des sciences et de l’art »9. Les raisons de l’adoption d’une telle loi ont été expliquées par la volonté de prévenir de nouvelles pertes de vie, de nouvelles tragédies, en convertissant les zones à risques (et les structures à risques en dehors de ces zones) en des milieux de vie sains et sécuritaires. Avec la loi ont été identifiées des « zones à risques », des « bâtiments à risques » et des « zones de réserve » (les nouvelles zones d’habitation construites dans le cadre de projets de transformation urbaine)10. On parle alors des projets urbains comme une solution immédiate et efficace, permettant le relogement des familles dans des lieux sûrs et la destruction des bâtiments à risques.

6Mais ce nouveau dispositif rencontre de vives critiques. La loi « désastre », et les décrets qui s’ensuivent, apparaissent, selon les opposants aux projets urbains, comme une légalisation et une légitimation du durcissement de la position des pouvoirs publics face aux quartiers dégradés. Ceci se manifeste par la nette augmentation du nombre de projets de rénovation urbaine qui sont engagés dans les zones « à risques » (quarante au total dans l’agglomération d’Istanbul11, cf. Fig. 1). Cette loi officialise le rôle fondamental qu’ont progressivement acquis les autorités nationales dans la mise en œuvre des projets urbains en leur permettant d’intensifier les destructions des centres urbains paupérisés et dégradés, et d’évacuer plus rapidement les populations défavorisées, concernées par les projets. Le risque sismique majeur auquel est exposée la ville d’Istanbul justifie en effet la suppression de toute forme de participation active des populations à l’élaboration des projets en question. Les opposants reconnaissent la nécessité des interventions préventives, mais critiquent le seul usage de la technique de destruction/reconstruction (alors qu’il suffit dans certains cas de simplement renforcer le bâti existant), et insistent sur les enjeux sociaux et économiques qui dépassent le seul aspect préventif de réduction des risques. Selon la déclaration commune de nombreuses structures d’opposition12, la loi « désastre » est qualifiée de « double-face ». Lancée comme une mobilisation nationale contre les tremblements de terre, cette loi envisagerait plus une rente économique que de vraies mesures de prévention. Ainsi, on peut se demander si la menace environnementale ne constitue pas avant tout un alibi pour faciliter la concrétisation des projets de réhabilitation urbaine dans un contexte marqué par les oppositions et les controverses (Durmaz, 2015).

La transformation urbaine des quartiers de Tozkoparan et Sarıgöl

  • 13 Il s’agit d’une loi mise en vigueur en 1966, visant la réhabilitation des gecekondu existants et la (...)

7Appartenant à l’arrondissement de Güngören, le quartier Tozkoparan est situé à proximité du centre historique d’Istanbul, de l’aéroport Atatürk, du parc des expositions Europort à Yesilköy, proche également de l’autoroute E5, de l’autogare, des lignes de métro (Zeytinburnu et Aksaray) et Métrobus, et de centres commerciaux. Ce quartier, principalement composé de logements collectifs, a été l’une des premières expérimentations de logement social de l’État. Dans le cadre de la loi 77513, des logements collectifs ont été construits à Tozkoparan dans les années 1970 par les pouvoirs publics. Ces logements sont destinés à la vente aux populations à faibles revenus. Sont notamment concernées : les familles dont le logement a été détruit lors d’opérations de réhabilitation urbaine précédentes ; les populations défavorisées vivant dans des gecekondu ; et les personnes travaillant dans l’administration ou dans les services publics. Pour acheter ces logements, la majorité de ces familles ont dû s’endetter, le plus souvent sur une période de vingt ans (Tuna, 1977). L’industrialisation des environs de Tozkoparan, en générant de nombreux emplois, a permis l’amélioration des conditions de vie des habitants et le remboursement des logements en question. Dans les années 1980, des coopératives d’habitations ont également construit à Tozkoparan. Tozkoparan, connu pour ses larges espaces verts, ses équipements sociaux et sa faible densité de population, est un quartier apprécié, mais qui tend à se dégrader de plus en plus en raison de la déficience de services publics et de difficultés financières qui empêchent à de nombreux habitants d’apporter des améliorations à leurs logements (Fig. 2). Au bout du compte, Tozkoparan peut sans doute être assimilé à un « quartier ouvrier » (Türkün, 2014, 313), ce qui n’empêche qu’on y retrouve majoritairement des propriétaires, avec des emplois fixes et des possibilités financières assez élevées.

Fig. 2. Les immeubles d’habitat collectif du quartier de Tozkoparan.

Fig. 2. Les immeubles d’habitat collectif du quartier de Tozkoparan.

Cliché : N. Durmaz, mars 2014.

8En 2008, Tozkoparan a fait l’objet d’un ambitieux projet de transformation urbaine. Environ 60 ha du quartier ont été déclarés « zone de rénovation urbaine » (loi 775). Ce projet, justifié par la dégradation physique des lieux, devait également servir à réduire la forte densité de l’arrondissement de Güngören. Un groupe d’habitants – composé de militants politiques et d’un avocat retraité – a alors créé l’association Tozder dans le but de protéger le quartier et ses habitants des conséquences indésirables de ce type de politique d’aménagement urbain. Les adhésions à l’association restent cependant limitées. Avec l’aide d’acteurs professionnels extérieurs au quartier, principalement des architectes, des urbanistes et des universitaires, et le soutien des organisations mobilisées contre les projets de rénovation urbaine dans les autres secteurs d’Istanbul, les membres de cette association ont déposé une poursuite pour demander l’annulation de ce projet et ont atteint leur objectif. Puis, en 2013, Tozkoparan a été identifié comme une « zone à risques » par le Conseil des ministres, à la demande de la mairie de Güngören. L’ouverture d’un procès à l’encontre de cette décision de « zone à risques » a permis l’annulation de la décision du Conseil des ministres, jugée non scientifique par la Cour de cassation quelques mois plus tard (juin 2014). Les autorités nationales en charge d’appliquer la loi « désastre » ont ensuite interjeté la décision de la Cour, qui a été suivie d’un second résultat en faveur de l’association Tozder, le 13 mai 2015. Depuis ce jour, les pouvoirs publics indiquent bien quelques projets d’aménagement mais ils n’ont conduit aucune action sur le terrain.

  • 14 Les habitants du quartier les différencient en aval et en amont.
  • 15 Complexité de la structure de propriété (inscriptions au cadastre, titres de propriété, autorisatio (...)

9Sarıgöl fait partie de l’arrondissement de Gaziosmanpaşa qui s’est développé à partir de 1952, avec l’installation d’immigrés venant des pays des Balkans. Dans les années 1960, l’industrialisation du secteur a attiré de nombreux ménages en provenance, le plus souvent, de la campagne. Il s’en est suivi une urbanisation rapide et non planifiée, conduisant à l’apparition de nombreux bidonvilles dans le secteur et à d’importants problèmes d’infrastructure. Au bout du compte, Sarıgöl est emblématique de ces quartiers qui se sont formés à proximité des quartiers centraux d’Istanbul après l’arrivée massive d’immigrés et de personnes d’origines rurale. Ce quartier se divise en deux parties : d’un côté Şen mahalle, formé de constructions informelles ; et, de l’autre, un secteur d’urbanisation légale, plus hétérogène que le premier au niveau de l’habitat14. Quartier de gecekondu (Fig. 3), Şen mahalle occupe 30 % de la superficie de Sarıgöl. Il abrite essentiellement des Roms et des Kurdes, soit deux communautés stigmatisées en Turquie. L’enquête de terrain révèle en outre la présence de nombreux locataires et d’habitants avec un titre provisoire de propriété [tapu tahsis belgesi]15 dans le périmètre du projet. Dans l’ensemble, la population est pauvre (sans emploi ou occupant des emplois précaires), le niveau d’éducation est faible et les ménages bénéficient souvent des aides sociales à destination des plus démunis.

Fig. 3. Şen mahalle, le gecekondu de Sarıgöl.

Fig. 3. Şen mahalle, le gecekondu de Sarıgöl.

Cliché : N. Durmaz, février 2014.

  • 16 Onze quartiers de Gaziosmanpaşa sur quatorze sont des zones à risques, l’ampleur du phénomène dans (...)
  • 17 Les habitants des différents quartiers de Gaziosmanpaşa ont fait appel en 2014 pour demander l’annu (...)

10En 2010, dans le cadre de la loi 775, le premier projet urbanistique de Sarıgöl a débuté par la signature d’un protocole entre la municipalité de Gaziosmanpaşa et TOKI. Les autorités locales ont alors procédé à l’évacuation et à la destruction de 350 bâtiments. Le 15 décembre 2013, avant la finalisation du projet en cours, le quartier de Sarıgöl est en partie classé « zone à risques » sur décision du Conseil des ministres. Comme le projet de 2010 a eu des conséquences graves – pertes de biens, déplacements contraints, difficultés financières et sociales accrues –, les habitants sont inquiets. Ils amorcent par conséquent une mobilisation collective. Celle-ci se traduit concrètement par la mise en place du collectif Gaziosmanpaşa Barışma Hakkı Meclisi (GBHM) [Conseil du droit à l’habitat de Gaziosmanpaşa16] et par la création d’une association de quartier. Comme on va le voir, ces structures mènent des actions diverses et variées. Surtout, elles n’hésitent pas à engager des démarches juridiques17.

Diversité des réactions des habitants et émergence des mobilisations collectives

  • 18 Les électeurs de Tozkoparan et de Sarıgöl ont majoritairement voté AKP (parti islamo-conservateur a (...)

11Devant les menaces que représentent les projets, comment réagissent les habitants ? Assiste-t-on à de grandes mobilisations dénonçant les méfaits de la « ville néolibérale » (Hackworth, 2007) ? À Tozkoparan et Sarıgöl, les habitants sont réputés pour leur conservatisme et votent majoritairement pour l’AKP (le parti au pouvoir)18. Les faibles ressources économiques et sociales sans autant d’entraves à l’action collective (Péchu, 1996). Le constat vaut assurément pour les deux quartiers étudiés. Mais on doit aussi tenir compte des soutiens extérieurs, en l’occurrence des acteurs engagés dans des actions collectives contre les projets de rénovation urbaine. Bien que peu nombreux, ils n’en sont pas moins de véritables entrepreneurs politiques qui conçoivent des stratégies de mobilisation et cherchent à fédérer les autres habitants qui, pour la plupart, adoptent toutefois une position de « passager clandestin » (Olson, 2011) quand ils n’affichent pas ouvertement leur soutien aux pouvoirs publics en place et leur satisfaction en ce qui concerne les projets de restructuration. Ce qui complexifie encore un peu plus l’étude des réactions des habitants vis-à-vis des projets d’aménagement et de la loi « désastre ».

  • 19 La coopérative d’habitations est un système qui vise à offrir à ses membres les meilleures conditio (...)
  • 20 Une ONG connue pour sa proximité avec les milieux religieux.

12À Sarıgöl et Tozkoparan, on compte plusieurs structures de lutte collective. Tozder est une association de quartier de Tozkoparan comme on l’a vu plus haut. Elle est attachée à Kent Hareketleri (KH), un collectif qui fédère de nombreuses mobilisations de quartier en lutte contre des projets urbains. L’objectif de KH est la création d’une lutte commune pour une transformation urbaine privilégiant les intérêts humains. KH est en lien avec d’autres organisations engagées dans des luttes urbaines du même type dans d’autres contextes urbains. GBHM est, quant à lui, un collectif d’une plus petite dimension regroupant les mobilisations des onze quartiers de Gaziosmanpaşa, dont Sarıgöl, et se rattache à KH. Son objectif et ses méthodes sont similaires à ceux des autres quartiers de KH. Sarıgöl bénéficie également de la présence d’une association de quartier soutenue par Bir Umut (BU), une organisation qui se démarque par une approche pragmatique visant à proposer des solutions empiriques, tel que le système de coopérative d’habitations19, dès que cela semble possible. BU ne va investir un quartier que lorsque des habitants l’auront sollicité, alors que KH cherche plutôt à construire un pouvoir collectif sur les processus d’urbanisation et, pour cela, ne va pas attendre que les habitants s’adressent ouvertement à elle pour offrir son aide. D’autres structures de lutte se trouvent en interaction avec les organisations implantées dans ces quartiers. Ce sont les chambres professionnelles (TMMOB Istanbul), les groupes politiquement organisés (Halkevleri à Sarıgöl), les ONG locales (Mazlumder20 à Tozkoparan), les organisations de quartiers, les universités, les médias, etc. Ces structures sont solidaires les unes des autres. Elles collaborent souvent entre elles et engagent des actions communes via les réseaux sociaux par exemple. Cela n’empêche que des désaccords, fréquents entre KH et BU, puissent faire jour dans le choix des orientations politiques et des modes d’actions.

  • 21 Nos observations montrent la présence de réflexions menées sur le sort des locataires au sein de Ke (...)
  • 22 L’atteinte du droit au logement est la cause de la privation de nombreux autres droits sociaux (Péc (...)

13Le statut et la durée d’occupation jouent par ailleurs un rôle dans l’appropriation de l’espace et le passage à l’action. Avec la loi « désastre », les autorités peuvent, en cas de désaccord avec les titulaires de biens immobiliers, procéder à une expropriation d’urgence au nom de l’intérêt général. L’engagement dans le processus urbain des propriétaires est alors rationnel (ils ont à défendre un bien privé, un droit à la propriété et un droit au logement), et indispensable pour les démarches juridiques. Les militants de Tozder sont principalement composés de propriétaires et légitiment leurs actions par leur statut. Les locataires, ignorés par les autorités publiques, sont par conséquent les principales victimes de la spéculation immobilière : l’augmentation des loyers engendre le départ des plus démunis et l’arrivée de nouvelles populations (les réfugiés syriens)21. Quant à ceux ne possédant qu’un titre provisoire de propriété, leur situation est plus complexe. Ces derniers ont en effet à mener une double lutte : faire reconnaitre leur titre de propriété et se mobiliser contre les projets urbains. Les stratégies d’action ne sont donc pas les mêmes selon les statuts d’occupation des logements. Dans l’exemple de Sarıgöl, plus hétérogène à ce niveau, on retrouve davantage de propriétaires engagés dans l’association de quartier (soutenue par BU, envisageant des alternatives au projet en cours) et, inversement, plus de personnes avec un titre provisoire de propriété dans le collectif GBHM (investi dans une lutte plus générale du droit au logement22). La durée d’occupation et le vécu dans le quartier n’en sont pas moins les principaux arguments mis en avant par les habitants mobilisés comme on peut le voir dans cet entretien réalisé dans la rue.

« Il n’y avait rien quand nous sommes arrivés ici, nous avons tout fait de nous-mêmes ! Nous avons vécu les souffrances, les difficultés du quartier. Maintenant que le quartier a tout ce qu’il faut, ce sont les autres qui vont en jouir ? On ne laissera pas faire ! »

Entretien réalisé à Tozkoparan le 11/01/2014.

14Les différences morphologiques entre ces quartiers, ainsi que le stade d’avancement des projets, interfèrent également avec les réactions habitantes. Comme on l’a vu, Tozkoparan est un quartier d’habitat social construit par les pouvoirs publics, et dont la transformation urbaine est à nouveau envisagée par les acteurs publics. Les habitants de ce quartier s’opposent à la manière dont les projets sont réalisés. Appréciant l’aspect physique de leur quartier portant les marques d’une politique sociale, ces derniers seraient, d’après les informations collectées sur le terrain, plutôt favorables à un renforcement du bâti et des infrastructures (réflexion menée sur les techniques de réaménagement encore envisageables). Dans le cas de Sarigöl, il s’agit d’un quartier auto-construit présentant des problèmes d’infrastructures, de bâti non conforme aux règles d’urbanisme et de construction (gecekondu), et où de nombreuses destructions ont déjà eu lieu. L’usage de la technique de destruction/reconstruction serait inévitable. L’attention des habitants de Sarıgöl est par conséquent davantage tournée vers les effets du projet en cours qu’ils jugent négatifs. L’accompagnement économique, social et culturel des habitants concernés resterait limité au programme de ces opérations de renouvellement urbain tandis que ces dernières sont jugées comme étant inappropriées par rapport aux attentes et aux modes de vie des populations touchées. Dans le cadre d’une transformation urbaine qui s’avère inéluctable, l’objectif des acteurs mobilisés est principalement de réduire au maximum les pertes sociales et économiques et d’empêcher tout à la fois les déplacements imposés et l’endettement excessif des habitants. Ils préconisent en revanche un plan de paiement adapté à la faible capacité financière des concernés.

15La participation aux organisations en lutte collective dépend enfin des trajectoires, des revendications et de l’adversaire identifié (Neveu, 2011). S’engagent principalement les personnes ayant développé une lecture négative de ce processus de rénovation, souvent des militants politiques, des personnes des catégories socioprofessionnelles supérieures (enseignants à l’université, avocats, journalistes) ou encore des habitants ayant développé une relation de solidarité et de confiance avec les précédents23. Les acteurs associatifs et professionnels ont une place centrale. Les uns ont une réflexion à faire valoir et les autres une compétence professionnelle. Une différence majeure entre les deux quartiers réside dans le fait que Tozkoporan compte des acteurs professionnels et des avocats parmi ses habitants en mesure d’organiser la lutte contre la loi « désastre », tandis que ceux de Sarigöl doivent, au même titre que ceux du quartier rom très médiatisé de Sulukule par exemple, s’allier à des soutiens extérieurs pour lutter contre la loi « désastre ». On pense évidemment à Amnesty International qui, suite à une étude de quartier, appelle à construire des projets respectant les droits de tous les habitants du quartier24, mais il faut aussi considérer les motivations personnelles, qui relèvent du registre moral aussi bien que politique, comme le montrent les deux témoignages suivants :

« Je me suis engagé parce que je suis de gauche et parce que ce qui se passe est injuste. Quand j’ai commencé à travailler pour la Chambre des architectes, cela m’a semblé évident. »

C.A., avocat de la Chambre des architectes, engagé bénévolement dans le procès de Sarıgöl, entretien du 21/01/2014.

« Les amis de GBHM, engagés comme moi dans Halkevleri, avaient besoin de femmes pour pouvoir nouer des relations avec les femmes au foyer. Ils m’ont demandé de les aider. »

E.S., ingénieure, adhérente du GBHM et Halkevleri, dispose d’une importante expérience de militantisme, entretien du 25/02/2014.

16Chez les habitants, l’opinion, les contraintes temporelles, professionnelles et familiales, voire le sexe peuvent constituer des freins à la mobilisation. Les employés municipaux vivant dans le secteur défendent les politiques d’aménagement. Les femmes appartenant aux milieux conservateurs participent moins à la vie publique (préférences culturelles qui associent les femmes à la sphère privée). À l’inverse, l’engagement peut être considéré comme un élément de valorisation personnelle et de reconnaissance par autrui. À Sarıgöl, un habitant militant depuis presque huit ans, a ainsi construit son identité à travers son engagement. Il détient une archive conséquente sur le processus de transformation urbaine de son quartier (articles de presse, photos, etc.). Il est devenu le représentant de la résistance à Sarıgöl, et une référence pour les personnes extérieures ou intérieures au quartier (source d’information pour les voisins). Il participe à de nombreux événements avec son titre d’« habitant de Sarıgöl » pour témoigner des effets indésirables des projets (réunions, forums, conférences, etc.).

17Les organisations d’opposition aux projets entreprennent des opérations de cadrage et contre-cadrage, dont l’enjeu porte sur les divergences d’interprétation des politiques publiques et de l’intérêt collectif local (Cefaï, Trom, 2001). On observe la prédominance d’une lecture négative, accusant les autorités agissantes de s’emparer du risque comme un moyen pour faciliter et accélérer les projets. Le risque sismique servirait donc de prétexte et la loi « désastre » sans fondement scientifique, aboutirait au classement arbitraire des zones à risques. Les normes parasismiques des nouveaux bâtiments concerneraient quant à elles surtout les nouveaux arrivants puisque les autres, dans l’incapacité financière d’accéder aux nouveaux logements, sont de toute façon contraints de quitter le quartier. Ces interventions sont qualifiées comme des manœuvres politiques destinées à la gentrification. Toujours selon les opposants aux projets et à la loi « désastre », les quartiers seraient choisis pour leur emplacement stratégique – à proximité du « cœur » d’Istanbul – et pour leurs caractéristiques physiques et sociales. Tozkoporan présente de nombreuses opportunités d’aménagement car le tissu urbain y est très aéré, tandis que Sarigöl serait réputé pour son taux élevé de criminalité. Sont en revanche exclus de la zone à risques les secteurs abritant les populations aisées et le bâti conforme aux standards en vigueur. Enfin, les opposants critiquent volontiers les pratiques d’intimidation des habitants auxquelles se livreraient les pouvoirs en place et l’absence de dispositifs participatifs, excluant de facto les habitants du processus décisionnel. Les déficiences des équipements de services de base et l’intense spéculation immobilière sont deux autres éléments récurrents de l’entreprise de contre-cadrage des projets d’aménagement réalisée par les leaders de l’action collective.

18Enfin, ces acteurs revendiquent des droits fondamentaux, tels que le droit au logement et à la « sécurité ontologique ». Leur objectif est la défense des intérêts individuels et/ou collectifs (maintien des habitants sur place, mise en échec des projets inappropriés, amélioration de la situation résidentielle dans les quartiers, réaction face aux expulsions forcées et à l’instabilité résidentielle, lutte contre l’appauvrissement, la dépossession de biens, etc.). Ils souhaitent participer aux différents stades des projets concernant leur quartier ou leur ville (information, élaboration, décision, mise en œuvre). Le refus d’habiter dans du bâti inadapté aux modes de vie (préférences des habitants portant sur d’autres types de logement que les appartements de TOKI ou les gratte-ciel), les exigences de plus d’espaces « vides » et de lieux de rencontre (critique de la densité du bâti et de l’insuffisance d’espace verts, de parcs, de places, etc.) et de plus de services publics (amélioration des conditions de vie dans les quartiers), conduisent à la défense d’un droit plus collectif : le droit de décision sur son espace de vie, sur sa ville, dans une perspective lefebvrienne (Lefebvre, 2009).

19De fait, le concept du « droit à la ville » devient de plus en plus visible dans les discours et lors des différentes manifestations – surtout après la loi « désastre » qui réduit les possibilités de participation et d’opposition aux projets –, à travers les slogans comme « Başka bir kent mümkün ! » [« Une autre ville est possible ! »]. M.C. Yalçıntan, un universitaire actif au sein de l’ONG Bir Umut, analyse l’opposition urbaine à travers le concept du « droit à la ville » (2013). C. Uzunçarşılı-Baysal, fondatrice de KH, insiste sur la réactualisation de ce concept et une nécessaire politisation des luttes urbaines à travers le « droit à la ville » (2011).

« Kent Hareketleri continue de se battre pour le droit à la ville à travers sa solidarité et son soutien aux quartiers de plus en plus nombreux. »

kenthareketleri.wordpress.com

  • 25 http://acikradyo.com.tr [consulté le 08/12/2015].
  • 26 Grand meeting de Kadıköy (sur rive asiatique d’Istanbul), 22/01/2014, organisé par le collectif Ist (...)

20Kentin tozu [« la poussière de la ville »], une émission radio d’ık radyo25 réalisée par C. Uzunçarşılı-Baysal, destinée à devenir un support d’expression pour les luttes urbaines et très suivie par les habitants engagés, a consacré un bon nombre de ses émissions à l’interprétation des travaux d’Henri Lefebvre et de David Harvey. Les opposants aux projets commencent à développer un nouveau mode de réflexion sur la ville : penser la ville autrement, la construire collectivement. Ils se réapproprient les espaces urbains : « Mahalleme dokunma ! » [« Ne touche pas à mon quartier ! »]. Par ailleurs, dans la déclaration commune des structures d’opposition à la loi « désastre », les militants se définissent comme étant « les utilisateurs communs de la ville » et légitiment ainsi leur position. Cette appropriation de l’espace, à travers les discours, les revendications, les manifestations peut-elle être assimilée à une nouvelle forme de lutte, voire à la revendication d’une partie croissante de citadins de leur « droit à la ville » ? L’hypothèse reste à vérifier, on peut dès à présent souligner l’ampleur des manifestations du parc Gezi (juin 2013) ou bien celles du meeting de Kadıköy26 (22 janvier 2014, cf. Fig. 4). Dans un cas comme dans l’autre, ces mobilisations témoignent du dépassement des seuls enjeux locaux. En outre, on peut penser, à la suite de Y. Adanalı (2013), que les mobilisations urbaines participent des luttes pour la démocratie.

Fig. 4. Pancartes exhibées lors du grand meeting de Kadiköy.

Fig. 4. Pancartes exhibées lors du grand meeting de Kadiköy.

Pancarte du haut : « Notre droit à l’habitat ne peut pas être vendu ! »

Cliché : N. Durmaz, janvier 2014.

Pancarte du bas : « KH : Ne touche pas à ma maison, ma ville, mon quartier, ma forêt, mon parc ! »

  • 27 Interpellation des médias locaux par le GBHM, sur le non-sens de l’intégration d’un cimetière dans (...)

21En attendant, les stratégies de mobilisation actuelles demeurent surtout tournées vers les réseaux de solidarités (les voisins, les amis, les camarades), promouvant la lutte collective, déployées de manière à défendre l’intérêt du groupe sans discrimination. Différentes actions de diffusion d’informations écrites ou verbales sont régulièrement réalisées afin de créer des espaces d’expression, de combler le manque d’information, d’augmenter la vigilance des habitants et de sensibiliser le grand public à ce qui se passe (manifestations, conférences de presse, stands s’information, réunions de quartier, tracts, affiches (Fig. 5), réseaux sociaux, journaux de quartier, veille informatique, etc.). Les structures associatives décrites plus haut offrent des services de nature variée (aides aux démarches juridiques et administratives, ouverture d’ateliers ou d’écoles d’été, porte-à-porte, conseils, permanences associatives, etc.). Ces services ne sont pas des services sociaux mais s’inscrivent dans la logique d’une lutte collective. En effet, les aides de proximité et l’accompagnement des habitants tout au long des processus de renouvellement urbain représentent un moyen efficace visant la protection des habitants face aux dangers institutionnalisés d’un côté, et, de l’autre, le renforcement de la mobilisation. Ce type d’action a d’autant plus de valeur lorsque les bénéficiaires ont un faible niveau d’éducation, ce qui se traduit par leur confiance totale envers ces structures. Par ailleurs, les médias sont d’excellents instruments pour sensibiliser le grand public et officialiser le rapport conflictuel entre décideurs et opposants27. Les actions de ces organisations de quartier sont planifiées soit dans des réunions ouvertes au public, soit lors de réunions en petit comité en cas d’urgence. Au moins dans les apparences, le principe démocratique est respecté dans les prises de décisions et l’ensemble des adhérents sont tenus informés de ces décisions.

Fig. 5. Affiche d’une invitation à une réunion publique d’information sur la loi « désastre », organisée par le GBHM à l’attention des habitants de l’arrondissement de Gaziosmanpasa.

Fig. 5. Affiche d’une invitation à une réunion publique d’information sur la loi « désastre », organisée par le GBHM à l’attention des habitants de l’arrondissement de Gaziosmanpasa.

Cliché : N. Durmaz, décembre 2013.

  • 28 Les techniques utilisées pour laisser ces populations à l’écart sont la confidentialité des projets (...)

22Quels sont les effets de ce déploiement stratégique sur le terrain ? Malgré le large panel d’actions collectives menées respectivement dans les deux quartiers étudiés, les efforts d’un petit groupe d’acteurs mobilisés et investis dans la lutte urbaine ne suffisent pas à élargir les effectifs. Les habitants des deux quartiers, visiblement en recherche d’informations et de conseils dans un climat où l’information circule peu ou mal28, vont participer à certaines actions ponctuelles au sein des quartiers, afin d’éclairer les habitants au sujet de l’avenir du quartier. Les personnes mobilisées sont essentiellement les membres actifs des associations, qui apportent aux organisations temps, argent et soutien. Par exemple, les frais des procès juridiques ont été couverts par une collecte de fonds d’un groupe composé des habitants actifs au sein du quartier (Tozkoparan, où les possibilités financières sont plus élevées) ou encore de soutiens extérieurs (Sarıgöl). Ces soutiens extérieurs (habitants d’autres quartiers, professionnels, société civile) jouent le rôle de porte-paroles et d’organisateurs. Ils apportent un savoir-faire, des réseaux, une logistique. Les « militants moraux » (McCarthy, Zald, 1977) que sont les soutiens extérieurs équivalent à des ressources qui font chuter les coûts de l’action collective pour les groupes directement concernés, et modifient dans un sens favorable le rendement de la participation.

23Enfin, on peut penser que la loi « désastre » participe à la diffusion des mobilisations urbaines à Istanbul. En dehors des quartiers étudiés, on observe en effet l’émergence d’actions collectives dans la plupart des quartiers soumis à la loi « désastre » (même si elles comptent peu de militants). Le nombre des militants des organisations actives à l’échelle de la ville augmente grâce à ces actions engagées à l’échelle des quartiers. Bien qu’assez lente, ce qui ne favorise d’ailleurs pas les mobilisations massives, c’est bien l’action régulière de petites structures ou d’organisations de quartier comme Tozder ou GBHM qui permet de construire des relations durables car fondées sur les sentiments de confiance et de fidélité. Cette dynamique joue en faveur de la solidarité et de la cohésion au sein des acteurs mobilisés qui « font groupe ».

Conclusion

  • 29 En dehors des nombreuses annulations des décisions de « zone à risque », des modifications ont été (...)

24Les mobilisations locales et les modèles de résistance qu’observent G. Erdi-Lelandais (2015) et C. Petit (2009) dans les quartiers de 1 Mayıs, Gülensu-Gülsuyu et Başıbüyük, montrent l’importance de l’espace dans l’organisation des mobilisations populaires. Ces études divisent les oppositions urbaines entre une stratégie « experte » (les acteurs professionnels) et une stratégie plus politique (les acteurs politisés). Mais avec l’adoption et l’application de la loi « désastre », avec l’accélération et le durcissement des interventions urbaines et leurs effets, les mouvements de résistance aux projets de rénovation urbaine se sont rapidement multipliés. Les organisations de lutte contre l’urbanisme de projet et ses différents dispositifs, dont la loi « désastre », deviennent, comme KH ou BU, des experts de la mobilisation, à travers la gestion et la coordination d’un nombre grandissant d’associations de quartiers. Cette extension de la lutte n’empêche toutefois pas l’hétérogénéité des réactions habitantes, ainsi qu’on a pu le constater à Tozkoparan et à Sarıgöl. Cette hétérogénéité doit autant aux conditions de production du logement qu’aux statuts d’occupation et au capital social, économique et culturel des habitants. Dans ce contexte, ce sont les militants actifs qui se chargent de l’organisation de la mobilisation, du contre-cadrage ou de la critique des projets d’aménagement et du choix des modes d’action politique, tandis que la majorité des habitants se tient à l’écart de toute implication active dans ces mobilisations dont les effets les plus convaincants sont l’annulation de plusieurs décisions de classement en zones à risques comme on a pu l’observer à Tozkoparan, mais aussi la modification de certains points de la loi « désastre » 29. Aussi peut-on penser que la loi « désastre » n’a pas vraiment eu les effets escomptés par ses instigateurs. Non seulement elle a contribué à étendre le champ des luttes urbaines à de nouveaux secteurs exposés à l’urbanisme de projet, mais elle a aussi fourni des armes efficaces à ses opposants : le droit et les ressources juridiques. Le rapport de force entre les opposants à l’urbanisme libéral ou néolibéral et les pouvoirs en place n’en reste pas moins très inégal.

Haut de page

Bibliographie

Adanalı Y., 2013, « Urban transformation and the Law on Disaster Prevention: A pretext for lucrative investment », Perspectives Magazine.

Bartu-Candan A., Kulloğlu B., 2008, « Emerging spaces of neoliberalism: A gated town and a public housing project in Istanbul », New Perspectives on Turkey, no 39, p. 5-46.

Candelier-Cabon M., Montabone B., 2009, « Istanbul, une internationalisation forcée ? » EchoGéo. En ligne : http://echogeo.revues.org/11523 [consulté le 08/12/2015].

Cefaï D., Trom D., 2001, Les Formes de l’action collective : mobilisations dans les arènes politiques, Paris, EHESS.

Durmaz N., 2015, « The implications of environmental risk assessments on urbanization in İstanbul: the Disaster Law », Turkish Review, vol. 5/4, p. 280-289.

Elicin-Arıkan Y., 1997, « Municipalités métropolitaines et municipalités d’arrondissement en Turquie », Cahiers d’Etudes sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, no 24, http://cemoti.revues.org/1463.

Erdi-Lelandais G., 2015, « Émergence et résistance spatiale d’un quartier en contexte autoritaire. Le cas du quartier 1 Mayıs à Istanbul », in Marchal H., Regards pluriels sur l’incertain politique. Entre dérives identitaires, urbanisation, globalisation économique, réseaux numériques et féminisation du social, Paris, L’Harmattan.

Harvey D., 2011, Le Capitalisme contre le droit à la ville : néolibéralisme, urbanisation, résistances, Paris, Amsterdam.

Hackworth J., 2007, The Neoliberal City: Governance, Ideology and Development in American Urbanism, Ithaca NY, Cornell University Press.

Keyder C., 2013, Istanbul: Küresel ile yerel arasında, Istanbul, Metis, 235 p.

Kurtuluş H. (dir.), 2005, İstanbul’da Kentsel Ayrışma: Mekansal Dönüşümde Farklı Boyutlar, İstanbul, Bağlam Yayıncılık, 307 p.

Lefebvre H., 2009 [3e édition], Le Droit à la ville, Paris, Anthropos.

McCarthy J.D., Zald M.N., 1977, « Resource Mobilization and Social Movements: A Partial Theory », The American Journal of Sociology, vol. 82, no 6, p. 1212-1241.

Neveu E., 2011, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, 128 p.

Olson M., 2011, Logique de l’action collective, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles.

Péchu C., 1996, « Quand les « exclus » passent à l’action. La mobilisation des mal-logés », Politix, vol. 9, no 34, pp. 114-133.

Péchu C., 2006, Droit au logement : genèse et sociologie d’une mobilisation, Paris, Dalloz, coll. « Nouvelle Bibliothèque de Thèses. Science Politique », 539 p.

Petit C., 2009, Transformation urbaine, mobilisations collectives et processus de politisation. Le cas du projet de rénovation urbaine de Başıbüyük (Istanbul), Mémoire de recherche de Master 2, « Politiques européennes », IEP de Strasbourg.

Pérouse J.-F., 2004, « Les tribulations du terme gecekondu (1947-2004) : une lente perte de substance. Pour une clarification terminologique », European Journal of Turkish Studies, Thematic Issue no 1 – Gecekondu.

Pérouse J.-F., 2007, « Istanbul, entre Paris et Dubaï : mise en conformité “internationale”, nettoyage et résistances », p. 31-62, in Berry-Chickaoui I., Deboulet A., Roulleau-Berger L. (dir.), Villes internationales : entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte.

Pérouse J.-F., 2013, « Hybristanbul : les grands projets d’aménagement urbain en Turquie », La Vie des idées, http://www.laviedesidees.fr/Hybristanbul.html [consulté le 09/12/2015].

Pérouse J.-F., 2014, « L’État sans le Public : quelques conjectures à propos de l’Administration du logement collectif (TOKİ) », p. 173-194, in Aymes M., Gourisse B., Massicard E. (dir.), L’Art de l’État en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala.

Türkün A. (dir.), 2014, Mûlk, Mahal, Insan : Istanbul’da kentsel dönüşüm, Istanbul, Istanbul Bilgi Üniversitesi, 441 p.

Şen B., 2008, « Kentsel Dönüşüm : Kavramsal Karmaşa ve Neoliberalizm », İktisat Dergisi, p. 34-42.

Tilly C., Tarrow S., 2008, Politiques du conflit : de la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences-Po, 396 p.

Tuna O., 1977, Istanbul gecekondu önleme bölgeleri araştırması, Bilmen Basimevi, Isatanbul Üniversitesi, Iktisat Fakültesi.

Uzun B., Çete M., Palancıoğlu H.-M., 2010, « Legalizing and upgrading illegal settlements in Turkey », Habitat International, vol. 34, no 2, p. 204-209.

Uzunçarşılı-Baysal C., 2010, Istanbul’u küresel kent yapma aracı olarak kentsel dönüşüm ve ardindaki konut hakki ihlalleri: Ayazma’dan Bezirgânbahçe’ye tutunamayanlar, Istanbul Bilgi Üniversitesi, Sosyal Bilimler Enstitüsü, Hakuk yüksek lisans programi (thèse publiée).

Uzunçarşılı-Baysal C., 2011, « Kent hakkı yeniden hayat bulurken », Eğitim Bilim Toplum, vol. 9, no 36.

Ülgen S., 2005, « La transformation économique de la Turquie : une nouvelle ère de gouvernance », Pouvoirs, Revue française d’études constitutionnelles et politiques, no 115, p. 87-99.

Yalçıntan M.C., Çavuşoğlu E., 2013, « Kentsel Dönüşümü ve Kentsel Muhalefeti Kent Hakkı Üzerinden Düşünmek », p. 87-106, in Turgut Tarhanlı, Kentsel Dönüşüm ve İnsan Hakları, İstanbul, İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.

Haut de page

Notes

1 Sinan Ülgen (2005) propose une brève analyse de l’histoire économique de la Turquie, notamment l’instauration progressive d’un régime libéral soutenu par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale.

2 Sur les politiques urbaines engagées ces dernières années à Istanbul, le lecteur pourra se reporter aux travaux suivants de Keyder, 2013 ; Pérouse, 2007 et 2013 ; Uzun et al., 2010 ; Candelier-Cabon, Montabone, 2009 ; Şen, 2008 et Kurtuluş, 2005.

3 Il existe deux modèles d’administration municipale en Turquie : des municipalités d’arrondissement, au premier niveau, et une municipalité métropolitaine, au second niveau (Elicin-Arıkan, 1997).

4 J.-F. Pérouse défini les gecekondu comme une opération d’auto-construction illégale, sur des terrains non possédés par les constructeurs (2004).

5 Après les années 1990, la législation urbaine a subi des changements radicaux, le concept de « transformation urbaine » a marqué plusieurs lois, notamment la loi no 6306 (Türkün, 2014, 122-133).

6 « L’Administration du logement collectif, créé en 1984, est une institution qui s’appuie sur une forte légitimité étatique pour mener une autoritaire politique du logement – et même plus largement une politique urbaine – qui s‘inscrit davantage dans une logique ponctuelle, électoraliste ou de marché, qu’une logique d’équité sociale et d’équité spatiale » (Pérouse, 2014, 175).

7 Les travaux de A. Bartu-Candan et B. Kolluoğlu (2008), de C. Uzunçarşılı-Baysal (2010), exposent les conséquences socio-économiques des transformations urbaines à Ayazma.

8 http://www.ekumenopolis.net.

9 La loi « désastre » (no 6306) est publiée dans le Journal officiel [Resmi Gazete] du 31 mai 2012, no 28309 : http://www.resmigazete.gov.tr/eskiler/2012/05/20120531-1.htm.

10 Le texte de loi trace un cadre général expliquant l’identification, l’évacuation et la destruction des zones en question, ainsi que l’élaboration des projets sur les espaces vidés.

11 Le site internet du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisation, Direction de la transformation urbaine d’Istanbul, renseigne sur les quartiers désignés à risques : http://www.csb.gov.tr/iller/istanbulakdm/index.php?Sayfa=sayfa&Tur=webmenu&Id=10108.

12 Voir la déclaration : https://mutlukent.files.wordpress.com/2012/10/afet-yasasc4b1na-karc59fc4b1-ortak-deklarasyon.pdf [consulté le 08/12/2015].

13 Il s’agit d’une loi mise en vigueur en 1966, visant la réhabilitation des gecekondu existants et la prévention de la construction de nouveaux gecekondu (publication dans le no 12362 du Journal officiel du 30/07/1966). En ligne : http://www.mevzuat.gov.tr/MevzuatMetin/1.5.775.pdf [consulté le 08/12/2015].

14 Les habitants du quartier les différencient en aval et en amont.

15 Complexité de la structure de propriété (inscriptions au cadastre, titres de propriété, autorisations de construire a posteriori, titres provisoires de propriété qui confèrent aux occupants une pseudo-légalité, etc.).

16 Onze quartiers de Gaziosmanpaşa sur quatorze sont des zones à risques, l’ampleur du phénomène dans le secteur renvoie à une mobilisation regroupant l’ensemble des quartiers concernés.

17 Les habitants des différents quartiers de Gaziosmanpaşa ont fait appel en 2014 pour demander l’annulation des décisions de « zone à risques » et des plans d’urbanisation. La cour de cassation a arrêté l’exécution de la décision de « zone à risques » à Sarıgöl, jusqu’à l’obtention du rapport d’expertise évaluant les résultats de la décision du Conseil des ministres (cf. article de presse de N. Vardar, dans Bianet, paru le 14/12/2014 : http://bianet.org/bianet/toplum/160789-gaziosmanpasa-da-riskli-karara-durdurma [consulté le 08/12/2015]).

18 Les électeurs de Tozkoparan et de Sarıgöl ont majoritairement voté AKP (parti islamo-conservateur au pouvoir) lors des dernières élections législatives du 1er novembre 2015 (voir les résultats par quartier : https://sonuc.ysk.gov.tr/YskReport/barChartReport.pdf?cid=247 ; https://sonuc.ysk.gov.tr/YskReport/barChartReport.pdf?cid=247 [consultés le 08/12/2015]).

19 La coopérative d’habitations est un système qui vise à offrir à ses membres les meilleures conditions possibles de logement au moindre coût. Les entretiens et observations réalisés au sein de BU dévoilent une démarche au cas par cas. Les adhérents (souvent des professionnels de l’urbain) de BU développent des solutions alternatives aux projets en collaborant avec les habitants (l’association exige l’accord et l’implication de l’ensemble des habitants).

20 Une ONG connue pour sa proximité avec les milieux religieux.

21 Nos observations montrent la présence de réflexions menées sur le sort des locataires au sein de Kent Hareketleri (sur le plan du droit à la ville) et par Bir Umut (sur la base d’une mobilisation des locataires, alignée sur des exemples internationaux).

22 L’atteinte du droit au logement est la cause de la privation de nombreux autres droits sociaux (Péchu, 2006).

23 Population très hétérogène qui développe une solidarité de voisinage (peu de regroupements communautaires).

24 https://www.amnesty.org.tr/icerik/163/1272/uluslararasi-af-orgutu [consulté le 08/12/2015].

25 http://acikradyo.com.tr [consulté le 08/12/2015].

26 Grand meeting de Kadıköy (sur rive asiatique d’Istanbul), 22/01/2014, organisé par le collectif Istanbul Kent Savunması [La défense de la ville d’Istanbul] : structure regroupant des organisations d’opposition urbaine à Istanbul, allant des associations de quartier aux groupes écologistes, pour protester contre les nombreux et divers projets urbains élaborés aux quatre coins de la ville.

27 Interpellation des médias locaux par le GBHM, sur le non-sens de l’intégration d’un cimetière dans la zone à risques. Ceci a poussé les responsables municipaux, qui ignorent très souvent les actions du GBHM, à s’exprimer à ce sujet.

28 Les techniques utilisées pour laisser ces populations à l’écart sont la confidentialité des projets (aucune information n’est dévoilée avant que la conception du projet n’est terminée), l’ambiguïté, l’imprécision et l’intimidation (A. Türkün, 2014).

29 En dehors des nombreuses annulations des décisions de « zone à risque », des modifications ont été apportées à la loi « désastre » : https://www.csb.gov.tr/db/altyapi/banner/banner119.pdf [consulté le 08/12/2015].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les deux quartiers d’étude dans Istanbul.
Crédits Carte du ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme, reprise par N. Durmaz & Fl. Troin • CITERES 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 2. Les immeubles d’habitat collectif du quartier de Tozkoparan.
Crédits Cliché : N. Durmaz, mars 2014.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 3. Şen mahalle, le gecekondu de Sarıgöl.
Crédits Cliché : N. Durmaz, février 2014.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4. Pancartes exhibées lors du grand meeting de Kadiköy.
Légende Pancarte du haut : « Notre droit à l’habitat ne peut pas être vendu ! »
Crédits Cliché : N. Durmaz, janvier 2014.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 5. Affiche d’une invitation à une réunion publique d’information sur la loi « désastre », organisée par le GBHM à l’attention des habitants de l’arrondissement de Gaziosmanpasa.
Crédits Cliché : N. Durmaz, décembre 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1170/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nihal Durmaz, « Transformation urbaine par la loi « désastre » et réactions habitantes à Tozkoparan et Sarıgöl (Istanbul) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://emam.revues.org/1170 ; DOI : 10.4000/emam.1170

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page