Navigation – Plan du site

Introduction. Repenser l’espace public à l’aune des transformations sociales contemporaines

Introduction. Rethinking public space in light of contemporary social transformations
Nassima Dris

Texte intégral

1Le concept d’espace public a bénéficié d’une large consécration pendant plusieurs décennies, principalement en sciences politiques et en sociologie. Si ce concept a connu une période de latence ou un certain recul, sa mobilisation renouvelée par différentes disciplines interroge sa fécondité heuristique dans l’analyse des mouvements sociaux contemporains à travers le monde. En effet, le concept d’espace public revient en force dans les recherches actuelles sur les revendications sociales et politiques à l’échelle planétaire. Renforcée par les mutations sociopolitiques de nos sociétés, la polysémie du concept ouvre de nouvelles perspectives d’investigation qui participent à sa migration vers d’autres contextes sociaux hétéroclites. C’est pourquoi nous abordons l’espace public dans son interférence avec d’autres dimensions (mouvements sociaux, revendications patrimoniales, pratiques spatiales, mixité, justice spatiale, etc.) pour mieux saisir le sens d’un concept de plus en plus flou mais aussi de plus en plus présent. C’est à l’aune des transformations sociales contemporaines que le concept est repensé tant dans les sociétés occidentales que dans d’autres contextes historiques et géographiques (Maghreb, Moyen-Orient, Russie, Afrique subsaharienne, Amérique latine…).

2Dans cette perspective, le préalable problématique repose sur la rencontre de l’espace abstrait du politique (public sphere) et de l’espace concret de l’appropriation par le public (public space). L’espace public est appréhendé ici, au sens d’une forme urbaine accessible à tous ou supposée comme telle, suscitant le débat politique et révélant les spécificités anthropologiques de la société. Plus précisément, le propos porte sur le sens urbain et politique du concept d’espace public et son usage dans les études urbaines. C’est ainsi que les questions soulevées se rapportent aux multiples usages de l’espace au quotidien (pratiques, citoyenneté, tourisme, genre, etc.) et sur les formes de communication qui s’y expriment. Il s’agit de comprendre comment se manifeste le « droit à la ville » pour tous et de situer les opportunités d’interactions sociales en public. Aujourd’hui, l’espace public s’impose dans le débat sur le devenir des sociétés contemporaines avec en filigrane deux phénomènes concomitants : la déterritorialisation de l’espace public par de multiples échanges virtuels et la publicisation de l’espace privé. Toutefois, l’occupation des places à travers le monde témoigne de la nécessité d’un espace tangible pour que l’espace public puisse exister et cela malgré les millions d’internautes de l’espace virtuel. L’expression publique appelle un territoire, celui de la place vide, un espace symbolisant l’espace commun par excellence et un espace partagé au sens de « milieu ». Aussi, l’espace virtuel ne peut remplacer l’espace réel celui de la rue où l’on se croise au hasard du quotidien et qui échappe au « statut de quelque universel culturel » (Choay, 2001). Pourtant, les formes contemporaines de la communication brouillent « les représentations du public et du privé qui ne correspondent plus à une frontière bien établie entre privé et public, entre le domaine privé et l’agora » (Mongin, 2012). La transversalité de ce phénomène à l’échelle globale réside d’une part, dans l’utilisation des moyens modernes de la contestation et d’autre part, dans l’appartenance générationnelle autrement dit une catégorie sociohistorique partageant des expériences et des références communes inscrites dans l’espace-temps (Mannheim, 2011, 101). L’enjeu consiste à explorer la concomitance de plusieurs aspects d’une réalité sociale et urbaine marquée par la polysémie et l’impermanence.

Fondements normatifs

3Comme dans toute recherche sur l’espace public, un rappel de la théorie d’Habermas s’impose. Pour bien situer le débat, il convient de revenir sur les acceptions classiques du concept d’espace public et d’en mesurer la portée dans les nouvelles réalités urbaines. En effet, l’ouvrage majeur de Jürgen Habermas (1978) constitue un point de départ incontournable, un passage obligé pour toute recherche portant sur l’espace public. Les fondements théoriques de ce concept chez Habermas reposent sur une double approche historique et sociologique situant sa naissance et sa formation dans les sociétés occidentales du fait de la simultanéité de plusieurs processus de transformations internes de la bourgeoisie du 18e siècle comme la montée de l’individualisme, le développement du capitalisme, la diffusion de l’information et l’affirmation d’une aspiration démocratique.

4Pour Habermas, l’espace public correspond à une sphère publique où s’exerce et se développe une critique du pouvoir à l’origine de l’émergence du débat politique et la diffusion de l’information. En ce sens, l’espace public est un ensemble de personnes privées rassemblé pour discuter des questions d’intérêt commun (Habermas, 1981, 1987, 2001). Cet état sociétal avancé constitue une spécificité majeure de l’Europe moderne qui à un moment précis de son histoire, s’est dotée d’espaces de discussion pour faire face au pouvoir exclusif de la Cour et de l’Église. Or, l’évolution de la sphère publique bourgeoise et sa publicisation se sont soldées par l’affaiblissement des frontières entre les domaines privé et public conduisant à un empiétement de l’intimité sur le social et la confusion des domaines comme l’avait souligné Arendt (1958). C’est en ce sens que la fragilité de la vie publique est fortement liée à la nature du système politique et à l’ordre social qui en découle (Arendt, 1994, 237). L’apparition d’un individu libre dans un espace de médiation politique correspond, selon Kant, à un usage public de la raison comme fondement de la démocratie et la liberté. Ce processus ne menace en rien l’équilibre de la société car « il n’y a rien à craindre pour la paix publique ni pour l’unité de la communauté » comme l’affirme Kant (1784). Toutefois, la sphère publique démocratique a besoin d’une scène urbaine nécessaire à la diffusion de ses opinions. Cette dernière se concrétise par l’implantation d’équipements emblématiques (places, monuments, mairies, écoles…), symboles de l’exercice de la démocratie dans les sociétés occidentales.

L’espace public comme médiation

  • 1 Pour M. Lussault, la référence à l’agora grecque peut entraîner une certaine confusion : « Il s’agi (...)

5L’espace public se présente donc comme un espace de médiation entre les citoyens et les pouvoirs, un espace de communication et un lieu-symbole où s’expriment des visions antagonistes relatives à l’intérêt commun. En effet, si l’espace public participe à la pacification des mœurs, il contribue aussi à rendre visible les conflits et concurrences entre différents acteurs. Pour mémoire, l’Acropole contenant l’enceinte du temple au centre de la cité grecque a engendré l’Agora1, premier espace public de citoyenneté désignant à la fois un espace concret réunissant des activités et un espace abstrait dans lequel s’échangent des idées politiques au sein d’une « assemblée de citoyens ». Les cités antiques grecques ont été les premières à promouvoir l’exercice de la démocratie directe même si celle-ci se limitait à un nombre restreint de citoyens et que les ordres religieux et politico-administratif se confondaient. Cependant, si l’agora est aussi la place du marché, autrement dit l’espace du négoce, celui-ci est perçu par les philosophes grecs comme dépréciatif pour le citoyen dont l’activité principale est « la politique » considérée comme une « chose noble ». Il est tentant de considérer la terminologie en usage dans le débat politique contemporain en langue arabe comme un prolongement ou une interprétation de la philosophie grecque. Par exemple, la chora autrement dit la consultation par le débat public, est reconnue comme une obligation religieuse en Islam. Mais aussi, l’« assemblée des sages » à Bagdad au Xe siècle, qui en référence à l’agora grecque, offrait le cadre du débat public mais aussi « une certaine labilité de l’autonomie des familles patriciennes urbaines face aux fonctionnaires du prince » (Weber, 1982, 44). Weber reconnaît « des exceptions dans une partie du Proche-Orient (Syrie, Phénicie, peut-être Mésopotamie) » où l’on trouve sur « les bords de la Méditerranée et le long de l’Euphrate, des cas sans précédent d’analogies réelles avec la cité grecque » (Weber, 34-47). La traduction des philosophes grecs, le développement des mathématiques et des sciences par les musulmans au Moyen Age en témoignent. L’idée selon laquelle les racines de la démocratie se trouvent aussi hors des sociétés occidentales est défendue par d’autres auteurs à l’instar de Sen qui se réfère à l’exemple de l’Andalousie sous le califat d’Abd-al-Rahman II [912-961], la ville du Caire sous le règne de Saladin (Salah Ed-Din) [1169-1193] ou encore l’Inde, la Chine, le Japon et l’Afrique où « les assemblées générales, très ouvertes, visant de manière spécifique à régler des conflits nés de points de vue différents » (Sen, 2005, 28).

Les formes d’engagement

6L’espace public contemporain est spécifié essentiellement par une accessibilité forte pour tous les individus désirant s’y exprimer. La question aujourd’hui est de savoir comment se manifeste empiriquement la participation à une communauté politique dans une société d’individus. Si « l’engagement pour la cause publique n’est pas mort, voire n’a jamais été tant partagé » comme l’affirme Jacques Ion (2012, 5), c’est bien les processus d’individuation qui sont à l’origine de la diversification et la multiplication des formes d’engagement. Les individus qui interviennent dans l’espace public sont de plus en plus nombreux, diversifiés et autonomes mais ils sont aussi de plus en plus « nomades » au sens où il s’agit surtout de rassemblements d’acteurs individuels que de structures organisationnelles (Ion, 2012, 29). Ce mode d’engagement « occasionnel » correspond à un affranchissement de toute affiliation idéologique et politique qui caractérise les sociétés d’individus. La participation citoyenne résulte alors de l’exercice de la réflexivité qui inclut à la fois l’autonomie des individus et leur vulnérabilité. Les nouvelles conceptions de la participation se rattachent à une « citoyenneté éprouvée » où « l’estime de soi serait […] au centre des mobilisations contemporaines de la part d’individus toujours menacés d’humiliation » (Ion, 2012, 124). Si, dans ce contexte, la notion d’« intérêt général » perd toute signification pratique, la notion de « monde commun », est plus à même de rendre compte des enjeux d’articulation d’une pluralité d’individus singuliers.

7Il s’agit à la fois d’un espace symbolique où s’opposent des discours contradictoires, des contre-pouvoirs portés par des acteurs multiples (politiques, associatifs, religieux, etc.) et d’une matérialité où se rencontrent différents individus ou groupes sociaux revendiquant la libre expression et le « droit de Cité ». Par ailleurs, les « réseaux sociaux » sur internet donnent une plus grande amplitude au concept d’espace public en poussant toujours plus loin ses contours théoriques. Si dans ces conditions, l’espace public normatif est minoré, il n’en est pas moins porteur de perspectives nouvelles permettant de dépasser ses limites et d’élargir sa portée heuristique par l’intégration de nouveaux publics dans la médiation avec le pouvoir public. En revanche, l’intelligibilité de l’espace public est tributaire de la société et de ses spécificités, autrement dit d’un processus dynamique en recomposition constante. L’espace public appartient donc à une dimension sociétale dont les valeurs et les représentations dépassent la stricte sphère politique. C’est ainsi que la diversité des réalités sociales conduit à n’envisager l’espace public qu’au pluriel (Miège, 2010, 209). Mais reste à savoir dans quelle mesure les « espaces de l’apparence » incarnent l’espace public. Plus précisément, les formes de publicisation relèvent-elles toutes du domaine du public ?

Actions collectives et sémantique confuse

8La formation de foules lors des révoltes au Maghreb est marquée par une sémantique confuse : « émeutes de la faim », « mouvements populaires », « mouvements sociaux » ou encore « révolutions ». Dans quelles conditions, la foule désordonnée se transforme-t-elle en un mouvement social ? Si nous suivons la sociologie de l’action collective, le mouvement social correspond à des actions collectives mettant en cause « une forme de domination sociale, à la fois particulière et générale, et en appelle contre elle à des valeurs, à des orientations générales de la société qu’elle partage avec son adversaire pour le priver ainsi de légitimité » (Touraine, 1997, 118). Dans le cas où la foule est considérée par l’État comme une menace, elle ne peut être appréciée comme un simple attroupement désordonné mais une forme de publicisation de l’opinion publique. C’est pourquoi le contrôle des espaces publics par les forces de l’ordre renseigne sur la formation éminente d’une opinion publique. Certaines situations au Maghreb renseignent sur les tensions propres aux espaces publics sous contrôle. Par exemple, lors des inondations et des incendies dans les bidonvilles ou encore après les effondrements des logements à la Médina ou à la Nouvelle-médina, « les forces de l’ordre encerclent rapidement les lieux sinistrés et empêchent toute aide extérieure au quartier sauf si elle passe par l’intermédiaire des autorités locales » (Rachik, 2010). Il en est de même pour les espaces festifs constituant une opportunité de communion et d’échanges au milieu de la foule, dans des espaces ouverts comme la place ou la rue. La halka, une forme traditionnelle de rassemblement et de communion des foules, suscite la méfiance des gouvernants. Elle est considérée omme une menace par le fait qu’elle est vivante et qu’elle peut muter en espace de contestation. C’est pourquoi la volonté politique de neutraliser ses effets sur l’opinion publique est omniprésente : « la halka, comme forme de divertissement collectif, est progressivement interdite jusqu’à sa disparition totale de l’environnement urbain casablancais » (Rachik, 2010). Or, si la halka est sous contrôle, elle n’est pas prête à disparaître. Bien au contraire, elle se démultiplie en formes connexes donnant naissance à de nouveaux espaces citoyens comme « la lecture publique », une nouvelle pratique de l’espace en public qui subit, elle aussi, les affres de l’intervention violente des forces de l’ordre.

9L’action collective comme « intention consciente » inscrite dans le temps et dans l’espace suppose une dimension affective et anthropologique des engagements collectifs tels que les conçoivent les approches interactionnistes. Il s’agit de décloisonner les approches politistes des mouvements sociaux en introduisant la contextualisation spatiale et temporelle par une analyse des situations et leurs sens. L’objectif est d’interroger l’espace public comme le résultat d’expériences pratiques relevant des compétences de chaque citoyen dans la détermination des intérêts communs et dans la délimitation du public et du privé (Dewey, 1927).

Espace public et expériences publiques

10Tout porte à reconnaître aujourd’hui l’enjeu majeur d’une analyse approfondie des espaces publics urbains au regard des engagements citoyens mais aussi de l’expérience ordinaire du citadin. La qualité des espaces réputés accessibles n’est pas seulement physique, elle est également sensible. La transition aisée d’un monde sensible à un autre facilite la déambulation, la flânerie, le renouvellement des réseaux sociaux (Joseph, 1994) et offre des opportunités de rencontres aléatoires hissant l’espace public à un domaine de tous les possibles. Dans ce processus, les individus mobilisent des compétences liées à un univers complexe où se rencontrent les sphères publique et privée.

11Dans plusieurs pays du pourtour méditerranéen (Espagne, Grèce, Égypte, Turquie, Maroc, Algérie, Tunisie), l’occupation symbolique des places publiques par des pratiques inhabituelles comme les assemblées générales, les repas collectifs, les fêtes, les campements, et autres modalités d’appropriation, a pour principal objectif de rendre visible une revendication politique et l’indignation des populations. La question est de savoir si le détournement d’un espace public, même éphémère, correspond à une alternative palliant l’absence d’espace dédié au débat politique. Si l’occupation « informelle » de l’espace public est considérée comme un désordre social, quelle en est la nature ? La psychologie environnementale associe l’appropriation à une action sur le monde, autrement dit rendre propre quelque chose, l’adapter à soi et la transformer en un support de l’expression de soi (Segaud et al., 2002, 27-30). L’appropriation de l’espace peut être associée également à l’« espace défendable » au sens d’un ensemble de pratiques et comportements visant à définir un espace reconnu comme légitime grâce à un système d’appropriation spécifique. Si la notion de defensible space (Newman, 1972) se réfère à un contrôle de l’espace par des procédés architecturaux, des systèmes autoritaires ou l’autoprotection individuelle ou collective, le processus d’appropriation ne se limite pas au contrôle des espaces mais concerne tous les aspects nécessaires à la maîtrise des lieux et des rapports à autrui au point de constituer un socle du « droit à la ville ».

12L’appropriation de l’espace constitue donc un indicateur des enjeux, des tensions et des conflits qui travaillent la société dans son ensemble. S’approprier un espace, c’est aussi donner à voir une identité et ses significations propres. Les différents marqueurs de l’appropriation se conjuguent à l’attachement individuel au territoire et à ses nombreux points d’ancrage (biographie, mémoire, imaginaire, langage, ambiances, environnement, etc.). Une approche en termes d’espace vécu permet de distinguer les lieux, les objets ou les ambiances qui fondent une appropriation à la fois matérielle, esthétique, singulière et collective. À ce titre, les exemples étudiés ici donnent à voir les tâtonnements, les variabilités, les inquiétudes mais aussi les incohérences, les injustices et la violence des espaces publics.

Cheminement

13Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. À l’origine d’importants enjeux sociaux, l’espace public est le cadre du cheminement des individus et des groupes oscillant entre expositions et évitements, entre fermeture et ouverture, entre dedans et dehors, entre public et privé. Les interrogations réunies dans ce numéro portent sur les enjeux de pouvoir, les pratiques spatiales, les projets urbains, les formes de communication. Plus précisément, les questions portent sur les dispositifs à l’œuvre dans la définition et la délimitation de l’espace public et des espaces publics. Il s’agit de comprendre de quelle manière l’espace public est investi par les différents pouvoirs et quelles sont les formes d’appropriation et de représentations des espaces publics. C’est bien la question du renouveau de l’espace public dans les sociétés du pourtour méditerranéen qui est au cœur de ce débat centré sur les relations réciproques qui président aux jeux des frontières entre le privé et le public, le politique et le culturel, le religieux et le profane, les hommes et les femmes, etc. Deux orientations sont envisagées : l’espace public comme espace du débat politique et de la vie collective et les espaces publics comme projets urbains et lieux des pratiques.

14La première partie réunit des contributions portant sur l’espace public au sens politique. Elle définit son émergence, son évolution et ses limites en explorant les expériences sociales, politiques et culturelles et en situant le débat dans le champ de la recherche urbaine. Les mouvements sociaux contemporains tels qu’ils se déroulent dans plusieurs parties du monde renouvellent, de par leurs formes, la question de l’espace public et des espaces publics. Dans cette perspective, l’espace public est abordé comme une construction sociale élaborée et plurielle. Nous pensons aux places désormais célèbres (place Tahrir, place Puerta del Sol, place Taksim…) mais aussi à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, aux places d’Alger, de Rabat et autres villes du pourtour méditerranéen. L’occupation des places est-elle une forme de « contre-espaces » (Foucault, 1967) appelant à une prise de pouvoir réelle ou symbolique ?

15Jan Spurk développe une analyse des mouvements sociaux de ces dernières années ayant eu lieu dans différentes parties du monde avec en commun une action d’occupation des espaces publics au sens physique et urbanistique du terme. Jouissant d’une grande publicité, ces « agirs » interrogent les possibilités et les capacités des acteurs à créer des contre-espaces publics. La présence du religieux dans l’espace public et les pratiques qui lui sont associées amènent à interroger les nouveaux imaginaires sociaux et les renouvellements de la sphère publique. Comment le religieux modèle-t-il l’espace public et les espaces publics ? Comment analyser et interpréter les façons d’être en public lorsque les normes religieuses s’imposent à une large partie de la population ? Il s’agit d’interroger tant les discours que les pratiques choisies ou imposées comme, par exemple, les injonctions normatives d’un mode de comportement dans les jardins publics d’Istanbul (interdiction de boire, de fumer, etc.) mais aussi dans plusieurs autres villes.

16En comparant les débats publics sur la construction d’une mosquée dans les villes de Florence et de Bologne, Bartolomeo Conti étudie de quelle manière le conflit peut aboutir à une fragmentation du corps social par un renforcement des formes de repli identitaire. Il met plus particulièrement en évidence l’autonomisation des acteurs dans la construction d’une politique visant à combattre une « fragmentation de l’espace public ».

17En s’intéressant au « Mouvement du 20 février » (M20F) au Maroc, Mohamed Naimi cherche à montrer que les mouvements sociaux en tant que composante agissante au sein d’une nouvelle société civile non instituée jouent un rôle important dans la transformation sociale et la participation citoyenne. L’objectif est d’interroger la participation citoyenne et le droit de regard sur les transformations politiques, sociales et culturelles, tels qu’ils se manifestent dans les espaces publics.

18Hasna Hussein aborde un sujet tout aussi crucial comme l’émergence de nouveaux « espaces publics féminins ». En étudiant la visibilité des femmes dans les chaînes arabes satellitaires, l’auteure explique le rôle important de la télévision dans la transformation des imaginaires et des rôles de genre dans les sociétés arabes.

19La deuxième partie explore les espaces publics et les pratiques spatiales en public afin d’identifier des réalités socio-anthropologiques singulières et de saisir les interactions en public dans différentes catégories d’espace. La délimitation privé/public et ses effets sur les usages et les pratiques est une question récurrente des analyses urbaines. Les grandes opérations d’urbanisme renouvellent-elles les espaces publics ? Comment observer et analyser les « nouveaux espaces publics » gérés le plus souvent par le secteur privé (malls, espaces de loisirs, plages privées, etc.) ? Comment expliquer que certains espaces publics se transforment en lieux d’affrontements violents entre groupes de jeunes ?

20Chiara Sebastiani et Sami Yassine Turki se risquent à une analyse de l’espace public et ses mutations par une observation de l’évolution des pratiques sociales « au cœur de la révolution tunisienne ». Les auteurs mettent l’accent sur l’urgence d’une équité socio-spatiale pour faciliter l’accès aux espaces publics en rendant visible les relations entre le centre et les marges urbaines. Cette contribution traite de l’émergence des contradictions sociales lors de la formation d’un espace public démocratique.

21Pour Élise Billiard, si les espaces publics sont essentiels à la formation d’une sphère publique et à la cohésion sociale, l’aménagement de parcs arborés et de places ouvertes n’aboutit pas forcément à l’éruption d’une société démocratique. L’auteure s’appuie sur l’étude d’un quartier de la petite ville balnéaire de St-Julians à Malte où les conflits naissent de l’appropriation des espaces publics. C’est pourquoi elle plaide pour la nécessité de repenser les espaces publics en termes politiques et non plus seulement en termes architecturaux ou urbanistiques.

22Si les espaces publics laissent transparaître des processus dynamiques de socialisation urbaine, les questions soulevées par Tarik Harroud interrogent le processus de répartition des rôles dans des espaces publics. Il s’agit d’interroger les pratiques spatiales genrées et les représentations des « nouveaux espaces publics » investis par la jeunesse notamment les malls, les parkings, les lieux touristiques. L’auteur met en lumière de nouvelles pratiques et représentations des lieux publics qui, au-delà de l’offre commerciale diversifiée, mettent en scène des pratiques de flânerie, de rencontres et des ambiances en public.

23Brahim Benlakhlef et Pierre Bergel explorent l’émergence d’un nouveau phénomène social spécifique aux villes nouvelles en Algérie accueillant des populations des quartiers insalubres et des bidonvilles dans un contexte de relogement. Censés être le reflet d’une action sociale d’envergure et d’une mixité sociale de fait, les espaces publics de ces villes nouvelles se transforment en terrains d’affrontements entre groupes de supporters de clubs de football. Mais les rivalités entre clubs de football ne sont pas le seul prétexte, il s’agit aussi de l’exercice d’un contrôle des zones de parking. Ni les autorités publiques ni le rôle réactivé des « anciens » ne parviennent à gérer ces conflits.

24Couvrant plusieurs domaines et divers champs disciplinaires, les contributions de ce numéro thématique sont d’une grande hétérogénéité. Elles témoignent, s’il en faut, de la richesse des situations urbaines et politiques du pourtour méditerranéen et des nouvelles questions sociales en termes d’espace public de citoyenneté.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H., 1994 [1958], Conditions de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

Beauchard J., Moncomble F., 2013, L’Architecture du vide. Espace public et lien civil, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Cefaï D., 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Dahlgren P., 2000, « L’espace public et l’Internet. Structure, espace et communication », Réseaux, vol. 18, n° 100, p. 157-186.

Dris N., 1999, « Citadinités et codes culturels dans le centre d’Alger. Les ambivalences d’un espace public », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 83-84, p. 132-139.

Dris N., 2001, La ville mouvementée. Espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger, Paris, L’Harmattan.

Dris N., 2004, « Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville », p. 249-264, in Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Maison des Sciences de l’Homme.

Giddens A., 1994, Les Conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Habermas J., 1978 [1962], L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Habermas J., 1992, « L’espace public, 30 ans après », Quaderni, n° 18, p. 161-191.

Ion J., 2012, S’engager dans une société d’individus, Paris, Armand Colin.

Joseph I., 1984, Le Passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Méridiens.

Joseph I., 1993, « L’espace public comme lieu de l’action », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 57-58, p. 210-216.

Joseph I., 1994, « Le droit à la ville, la ville à l’œuvre. Deux paradigmes de la recherche », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 64, p. 5-10.

Kant E., 2000 [1784], Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? [Beantwortung der Frage : Was ist Aufklärung ?], trad. de l’allemand par J. Laffitte, Paris, Nathan, coll. « Les Intégrales de Philo ».

Lefebvre H., 1968, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos.

Löw M., 2006, “The Double Existence of Space as Structural Ordening and Action”, Travaux de l’Institut de Géographie de Reims (TIGR), Presses Universitaires de Reims, vol. 30, n° 119-120, p. 23-42.

Lussault M., 2001, « Propositions pour l’analyse générale des espaces d’actes », p. 33-46, in Gorra-Gobin C. (dir.), 2001, Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

Mannheim K, 2011 [1928], Le Problème de générations, Paris, Armand Colin.

Miège B., 1995, « L’espace public : au-delà de la sphère politique », Hermès, n° 17-18, p. 49-62.

Miège B., 2010, L’Espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Communication, Médias et société ».

Negt O., 2007, L’Espace public oppositionnel, Paris, Payot.

Newman O., 1972, Defensible Space: Crime Prevention Through Urban Design, New York, MacMillan.

Pignon T., 2012, « Bagdad au Moyen-Âge », Les clés du Moyen-Orient, Paris, ENS.

Rachik A., 2010, « De la protestation urbaine au Maroc », Ribat al koutoub, n° 9.

Segaud M., Brun J., Driant J.-C. (dir.), 2002, Dictionnaire de l’habitat et du logement, Paris, Armand Colin.

Sen A., 2005, La Démocratie des autres. Pourquoi la liberté n’est pas une invention de l’Occident, trad. de l’anglais par M. Bégot, Paris, Payot.

Weber M., 1982 [1921], La Ville [Die Stadt], traduit de l’allemand par P. Fritsch, préface de J. Freund, Paris, Aubier Montaigne.

Zask J., 2008, « Le public chez Dewey : une union sociale plurielle », Tracés, n° 17, p. 169-189.

Haut de page

Notes

1 Pour M. Lussault, la référence à l’agora grecque peut entraîner une certaine confusion : « Il s’agit là d’une conception qui dérive d’un idéal-type mythologique : celui de l’agora grecque, constitué en matrice de tout espace public qui d’ailleurs est assez systématiquement imagé sous la forme d’une place publique. La dépendance par rapport à l’idéal-type de l’agora contribue aussi à entretenir un brouillage entre cette conception spatiale et une autre acception de la notion, travaillée par la philosophie et la science politique, où l’espace public constitue l’espace métaphorique du débat public » : « Propositions pour l’analyse générale des espaces d’actes » (2001, 33-46).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nassima Dris, « Introduction. Repenser l’espace public à l’aune des transformations sociales contemporaines  », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 21 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/1194 ; DOI : 10.4000/emam.1194

Haut de page

Auteur

Nassima Dris

Sociologue et urbaniste, Maître de conférences à l'Université de Rouen, membre de l'EA 4701 DySoLa et membre associée de l'UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

nassima.dris@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page