Navigation – Plan du site
L'espace public au fait du politique

La télévision, les nouveaux rôles et espaces publics féminins dans les sociétés arabes contemporaines

The television, the new female roles and public spheres in contemporary Arab societies
Hasna Hussein

Résumés

Depuis les années 1990, la multiplication des chaînes satellitaires arabes transnationales a contribué aux transformations de l’image des femmes et de leurs rôles dans la société. Cette contribution vise à montrer, à partir de l’analyse de la nouvelle visibilité des présentatrices dans les émissions sociales et politiques ainsi que des correspondantes de guerre sur les chaînes satellitaires arabes, comment la télévision a contribué à l’émergence de nouveaux espaces publics féminins. Il s’agit d’un espace où les femmes participent de plus en plus aux grands débats, propageant ainsi de nouveaux modèles féminins et rôles de genre dans les sociétés arabes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En ligne : www.asbu.net [consulté le 03/05/2016].
  • 2 Nous pouvons ainsi citer quelques exemples dont Khadija Benguenna, Jizelle Khoury ou encore May Chi (...)

1Les chaînes satellitaires ont rempli, dans l’évolution de la place des femmes dans les sociétés arabes, un rôle important dans la création de nouveaux domaines d’emploi féminin. Entre 1990 et 2014, le nombre des ces chaînes est passé de quelques dizaines seulement à plus de 1 3001. Au cours de cette période, l’activité féminine à la télévision et surtout dans la présentation télévisuelle a visiblement – car il est difficile de construire des statistiques à cause d’un déficit d’enquêtes sur ce sujet – augmenté, pour différentes raisons : augmentation de la demande de présentatrices pour répondre aux besoins des chaînes, augmentation du salariat – surtout dans les chaînes des pays du Golfe où le salaire mensuel d’une présentatrice peut atteindre jusqu’à 9 000 euros –, élévation du niveau de qualification de la profession et succès de certaines présentatrices2 auprès des publics arabes, féminins comme masculins.

  • 3 Présentatrice sans voile, avec un style de vêtement, une coiffure et un maquillage modernes. Cette (...)
  • 4 Présentatrice avec un style de vêtement « sexy » (décolleté, mini-jupe, nombreux accessoires de bea (...)
  • 5 Présentatrice voilée portant une abâya, un djilbâb ou un niqâb, c’est-à-dire avec un style de vêtem (...)
  • 6 Cette figure correspond à celle de la présentatrice arborant un voile et un style de vêtement « rév (...)

2Ce phénomène a touché la plupart des chaînes, non seulement publiques mais aussi privées, généralistes autant que spécialisées, mais à des rythmes différents selon les contextes et la nature des programmes. Les présentatrices sont beaucoup plus nombreuses dans le divertissement, la téléréalité, les émissions matinales et les programmes destinés aux publics féminins, que dans le domaine de la politique, du social et dans la correspondance de guerre, constat confirmé par notre enquête. La nouveauté apportée par la multiplication des chaînes satellitaires est donc celle de la diversité des figures de présentatrices et de leurs rôles dans les sphères médiatique et publique. Ainsi, nous avons essayé de dresser un panorama de ces figures en se basant sur l’apparence physique : « moderne »3, « érotisée »4, « traditionnelle »5 ou « néo-traditionnelle »6. Notre enquête sur la sociologie des présentatrices arabes révèle par ailleurs une transformation des profils de celles-ci depuis la diffusion satellitaire dans les années 1990. Les présentatrices des chaînes satellitaires arabes sont issues de toutes les classes sociales, sont de plus en plus diplômées et également de plus en plus expérimentées dans le métier.

3Cet article vise à montrer comment la télévision satellitaire, par cette nouvelle visibilité des présentatrices, contribue à l’émergence de nouveaux espaces publics féminins où des présentatrices véhiculant de nouveaux modèles féminins et rôles de genre vont non seulement participer à la vie sociale et politique de leurs sociétés mais aussi marquer l’imaginaire du genre dans les sociétés arabes. Dans un premier temps, nous nous intéresserons à l’émergence de la nouvelle visibilité des présentatrices dans le paysage audiovisuel transnational arabe. Dans un deuxième temps, nous nous focaliserons sur l’émergence de nouveaux espaces publics féminins à partir de l’étude de la participation des présentatrices aux émissions sociales et politiques ainsi que dans la correspondance de guerre et des conflits armés sur des chaînes comme Al-Jazeera, Al-Arabiya, Abu-Dhabi, LBC et Dream TV. L’analyse s’intéressera dans un troisième temps aux processus de construction des modèles féminins par le public libanais à travers une enquête sur la réception des nouvelles figures des présentatrices. L’objectif est de montrer la capacité des nouveaux modèles à marquer l’imaginaire du genre de ce public.

  • 7 Les chaînes ciblées par l’enquête sont : Al-Mostaqbal (FTV), Al-Mostaqbal al-Ikhbâriya (Futur News) (...)
  • 8 Ces derniers ont été choisi selon des critères spécifiques : genre, classe sociale (populaire/moyen (...)

4Nous nous appuyons ici sur les résultats d’une étude sociologique et comparative des trajectoires des présentatrices sur dix-huit chaînes satellitaires, dont Al-Jazeera, Al-Arabiya, MBC, ESC, Tunis 7, Al-Manar, LBC, dans cinq pays arabes – le Liban, l’Égypte, la Tunisie, le Qatar et les Émirats Arabes Unis (entre octobre 2008 et juillet 2009)7 – que nous avons réalisée dans le cadre de notre thèse de doctorat (Hussein, 2013). L’enquête s’est également intéressée à la réception de la figure de la présentatrice principalement au Liban (été 2010). Nous avons réalisé seize entretiens collectifs (Focus Groups) auprès de mères et de pères de famille, ainsi qu’auprès d’adolescents libanais. Le nombre total de participants s’élève à soixante8.

L’émergence d’une nouvelle visibilité des présentatrices

5La nouveauté apportée par les chaînes satellitaires se trouve dans l’émergence de nouvelles figures de présentatrice, celles de la mohâwira [discutante] et de la morâsila harbiya [reporter de guerre], dans des domaines où les femmes étaient jusque-là très peu visibles. Il s’agit principalement de la participation des présentatrices aux débats publics et sociétaux ainsi que dans la couverture des guerres et des conflits armés sur les nouvelles chaînes d’information (dont Al-Jazeera et Al-Arabiya) ou sur les chaînes généralistes comme MBC, LBC ou Abu Dhabi.

6L’arrivée de la chaîne qatarie d’information en continu Al-Jazeera, lancée en 1996 depuis Doha, par le cheikh Hamad Ben Khalifa al-Thani au lendemain de sa succession au pouvoir au Qatar (Miles, 2006 ; Talon, 2011), va instaurer une nouvelle visibilité des femmes dans le paysage télévisuel satellitaire transnational arabe. En confiant à des femmes journalistes la présentation, la régie et parfois la production de grandes émissions ou de reportages et la couverture des guerres et des conflits armés (toutes les présentatrices interrogées ont déclaré avoir participé à la régie, la production et la réalisation de leurs programmes), la chaîne va de fait assurer une autre forme de visibilité pour les femmes dans la sphère audiovisuelle arabe que celle, standardisée, initiée par les chaînes transnationales saoudiennes. Pour ce faire, la chaîne va adopter une logique de distinction qui met l’accent sur le professionnalisme et moins sur la performance de genre dans le recrutement des présentatrices, ainsi que dans le type de rôles auxquels celles-ci sont assignées. Ceci va mettre fin à la « recette libano-saoudienne » (Kraidy, 2000) en matière de visibilité des femmes. Cette recette résulte de l’alliance entre l’argent saoudien et le savoir-faire libanais (Le Pottier, 2002), ce qui va contribuer par la suite à la prééminence des présentatrices libanaises sur ces chaînes ainsi qu’à l’émergence des présentatrices de type « érotisé », notamment dans les émissions de divertissement (Hussein, 2013). La chaîne Al-Jazeera va ainsi jouer un rôle-clé dans la transformation du statut des femmes à la télévision en se basant sur l’expérience et le niveau d’instruction exigés pour devenir présentatrice. La totalité des présentatrices interrogées au siège de la chaîne possèdent un niveau d’instruction assez élevé et au moins un diplôme, une expérience et/ou une formation dans un pays occidental. Ainsi, la participation des mohâwira [discutantes] dans les émissions politiques de la chaîne est de très grande importance. Depuis son lancement, Al-Jazeera a consacré plusieurs émissions à la contribution des femmes à la vie publique et politique. Khadija Benguenna, Rola Ibrahim, Layla el-Chayeb, Joumana Nammour et d’autres ont animé de grandes émissions politiques de la chaîne telles que Wejhat nazar [« Point de vue »], Hassâd el yawm [« Compte rendu »], Likâ’a khâs [« Interview privée »], etc. La chaîne a également invité des opposantes politiques, des féministes et des défenseuses des droits des femmes comme Toujane Al-Faysal, ainsi que des chercheuses comme Naomi Sakr pour traiter de la place des femmes dans la vie politique et sociale du monde arabe.

7De plus, la chaîne Al-Jazeera a contribué à l’émergence de la figure de la morâsila harbiya [reporter de guerre] dans l’espace télévisuel transnational arabe en confiant aux femmes la couverture des guerres et des conflits armés. La chaîne – qui été le premier média arabe à s’être implanté dans l’État hébreu – compte, par exemple, pour couvrir le conflit israélo-palestinien, deux correspondantes – Jivara El-Boudiri à Jerusalem et Chirine Abu-Akla à Ramallah –, qui sont devenues « les reporters les plus célèbres du Moyen-Orient », pour reprendre l’expression de la féministe marocaine Fatima Mernissi. La chaîne Al-Jazeera entend par ce biais promouvoir une image active et positive des femmes et contester leur exclusion par tous les pouvoirs religieux ou profanes (Lamloum, 2004).

8L’influence exercée par la chaîne Al-Jazeera sur la scène médiatique arabe et internationale va inciter les autres pays arabes et occidentaux à lancer leurs propres chaînes d’information en continu, comme l’Arabie Saoudite avec Al-Arabiya, lancée en 2003, les Émirats Arabes Unis avec Abu Dhabi TV, transformée en chaîne d’information entre 2003 et 2006, mais aussi d’autres États occidentaux tels que les États-Unis d’Amérique avec le lancement d’Al-Hurra en 2004. Ces chaînes ont tendance à copier les programmes d’Al-Jazeera, ainsi que sa stratégie de distinction via la nouvelle visibilité des femmes. Elles ont ainsi renforcé la participation des femmes, tant celle des présentatrices que celles des invitées dans les programmes d’actualité ou les émissions politiques et sociales, mais aussi accru leur contribution à la couverture des guerres. Bertrand Ginet (2005, 3), explique à ce propos :

« Les chaînes d’information par satellite ont, jusqu’à un certain niveau, réussi à transcender les frontières nationales de la censure, à relancer le débat politique et la réflexion critique. Les téléspectateurs, dans la région et au sein des “diasporas”, participent activement aux shows médiatiques, et la représentation féminine dans la direction même de ces débats apporte un nouveau modèle pour l’image des femmes ».

  • 9 La première exclusivité de la chaîne était l’interview, au début de la guerre en Irak, de Mohamed S (...)

9La chaîne Al-Arabiya est partie à l’assaut de sa concurrente Al-Jazeera en utilisant les mêmes armes : les scoops des leaders arabes9, les débats politiques animés, les reportages sur le terrain, mais aussi la place qu’elle offre aux femmes, afin de récupérer une partie des millions de téléspectateurs quotidiens de sa rivale. Cette chaîne ne s’est pas contentée de se servir du modèle de distinction de sa concurrente en ce qui concerne la participation des femmes dans les grandes émissions et dans la couverture de guerres, renforçant ainsi l’image des mohâwira et des morâsila harbiya sur la scène télévisuelle. Elle va également inaugurer des programmes politiques animés par des femmes, qui seront appelées à jouer un rôle de premier plan dans la vie politique du monde arabe, voire au-delà. En 2004, la chaîne lance l’émission Bel-arabi [« En arabe »] qui va avoir, avec sa présentatrice la vedette libanaise Jizelle Khoury – ancienne figure des programmes politiques sur LBC (chaîne privée libanaise lancée en 1985) –, un succès assez important dans le monde arabe et même occidental. Les hommes politiques y donnent de grandes interviews largement commentées dès le lendemain dans la presse arabophone et internationale, les grands sujets d’actualité y sont décryptés de façon moins superficielle qu’ailleurs, et des débats véritablement contradictoires y ont lieu. La liste des grandes émissions confiées à des présentatrices vedettes est très longue. Citons également Sina’at el-mawt [« Production de la mort »] qui est une grande émission de la chaîne animée par Rima Salha, ancienne présentatrice célèbre d’Al-Hurra. De leur côté, les chaînes généralistes – notamment saoudiennes – vont, sous l’influence de la concurrence, élaborer une nouvelle politique de l’image (Al-Rasheed, 2014) consistant entre autres à mettre en avant la participation des femmes dans les émissions politiques et sociales : Kalâm nawâ’em [« Douces paroles »] sur MBC, Al-âchira masâ’an [« Dix heures du soir »] sur Dream 2 (chaîne égyptienne privée lancée en 2005), sur lesquelles nous reviendrons en infra.

La télévision, nouvel espace public féminin

10Les présentatrices participent de plus en plus aux grands débats sur la vie politique et sociale tels que la corruption, le terrorisme, la prostitution, la politique intérieure et extérieure, les rapports de genre, de la même manière que leurs homologues masculins et parfois davantage. Dans cette nouvelle configuration, ces émissions ouvrent aux femmes un nouvel espace qui autorise la rencontre et la discussion, sans délégation de parole, sur les grands débats et les expériences de la vie. Cette forme de participation des femmes aux débats publics de société favorise du même coup une nouvelle forme de participation politique (Lynch, 2005) en élargissant le « spectre des voix audibles dans le monde arabe » (Power, 2005).

11Lil nisâ’a fakat [« Pour les femmes seulement »] est l’une des premières émissions sociopolitiques animées par des femmes diffusée sur la chaîne Al-Jazeera. Khadija Benguenna, Julnar Moussa, Luna el-Chebel et Mona Salman se relaient pour animer l’émission. Celle-ci aborde des sujets qui s’intéressent beaucoup plus aux rôles des femmes dans la vie sociale et politique qu’à leurs rôles stéréotypés dans la sphère domestique, tels que les droits de vote en Arabie Saoudite, les femmes entrepreneuses, la participation politique des femmes, etc. L’objectif principal est de véhiculer une image active et positive des femmes arabes et musulmanes, selon les présentatrices de l’émission. Notre enquête sur la réception le confirme.

  • 10 Ce Qatari d’origine égyptienne, auteur de cent livres, se revendique d’un islam centriste et modéré (...)
  • 11 Interview réalisée par l’auteure avec Khadija Benguenna le 20 juillet 2009 à Doha.
  • 12 Institut de journalisme d’Alger et Centre de formation et de perfectionnement des journalistes du L (...)

12Al-sharia wal hayât [« La charia et la vie »] est aussi une émission célèbre de la chaîne Al-Jazeera qui traite des différents aspects de la vie d’un point de vue islamique avec son invité permanent, le cheikh Youssef al-Qaradhawi10. L’émission aborde les problèmes du dialogue interreligieux, de la démocratie, de la laïcité et, plus généralement, de la morale (Ould Etfagha, 2006). L’émission a été animée pendant un certain temps par Khadija Benguenna11, doublement diplômée12, l’une des rares femmes à avoir participé à cette époque à l’animation d’une émission religieuse sur une chaîne satellitaire transnationale arabe.

  • 13 Propos recueillis lors d’une interview réalisée par l’auteure avec les présentatrices de l’émission (...)

13L’exemple de l’émission Kalâm nawâ’em [« Douces paroles »] diffusée sur MBC est aussi d’une grande importance. L’émission se caractérise à la fois par un regard féminin sur les sujets sociaux et par un aspect interactif dépassant les téléspectatrices pour atteindre aussi le public masculin13. Il s’agit d’un espace dans lequel se déroulent des débats interactifs à travers des confessions personnelles qui peuvent inciter à la discussion critique des conventions sociales ou même briser certains tabous (sexualité, drogue, adultère, violence, etc.). L’émission est animée par quatre présentatrices originaires du Liban (Rania Barghout), d’Égypte (Fawziyya Salamah), d’Arabie Saoudite (Hiba Jamal) et de Syrie (Farah Bsissou). Cette dernière précise à propos de l’émission :

  • 14 Interview réalisée par l’auteure à Beyrouth en mars 2009.

« Pour la première fois à la télévision arabe, nous pouvons traiter de sujets aussi sensibles que la sexualité, la drogue, les rapports conjugaux, etc. Nous nous intéresserons également à toutes sortes de sujets d’actualité dans la vie quotidienne des gens. Notre crédibilité se base à la fois sur les experts et les spécialistes que nous accueillons dans nos émissions et sur les témoignages et les reportages de terrain préparés par l’équipe. Notre rôle en tant que présentatrices dépasse largement l’animation pour opérer au niveau du choix des sujets, des invités ou du déroulement des discussions »14.

14Al-âchira masâ’an [« Dix heures du soir »], émission diffusée sur Dream TV, est aussi un espace où des politiciens, des dirigeants, des activistes et des dissidents comme Al-Baradi’i et Omar Khayrat sont invités à échanger et discuter. La présentatrice célèbre de l’émission, Mona el-Chazli, invite également sur son plateau des personnalités internationales comme l’ancien président américain George Bush reçu en mai 2008 pour échanger sur les relations entre les États-Unis et l’Égypte, la cause palestinienne ou le dossier iranien. L’émission traite également de problèmes sociaux et politiques auxquels les Égyptiens se confrontent quotidiennement dans leurs quartiers, leurs universités ou leurs emplois et considérés pendant longtemps comme des tabous par les télévisions publiques. L’émission suscite des débats qui vont être repris à la fois dans la presse et « par la rue ».

15L’émergence d’un nouveau groupe de présentatrices de télévisions satellitaires généralistes privées ou spécialisées en information dans des émissions sociales ou politiques constitue une nouveauté. Car les voix des femmes sont souvent instrumentalisées par le pouvoir notamment sur les chaînes publiques (Hussein, 2012) et assignées aux sujets sexistes (ménage, rôle de l’épouse, éducation des enfants, etc.). Ces présentatrices vont aussi prouver une capacité d’attraction des téléspectateurs, rivalisant en termes d’audience avec les canons du divertissement médiatique. Elles apportent une image positive et active des femmes arabes qui rompt avec l’image traditionnelle de la femme reléguée à la sphère privée, véhiculée principalement par les programmes domestiques. Cette nouvelle image, largement appréciée par le public comme nous le verrons en infra dans notre enquête sur la réception de ces programmes, contribue aux transformations de la perception de l’image des femmes et de leurs rôles dans la société.

Comment les nouveaux modèles féminins marquent le public libanais et son imaginaire du genre

  • 15 May Chidiak est une présentatrice d’émissions politiques sur la chaîne libanaise privée LBC. Elle a (...)

16L’analyse des perceptions des figures de femmes reporters de guerre ou présentatrices d’émissions sociales ou politiques, comme Rima Maktabi, Najwa Kassem, May Chidiak15, Ghada Eid, Wafa’a el-Kilani et d’autres, fut possible grâce à la technique du Focus Group. Certains téléspectateurs et téléspectatrices ne se contentent pas de parler de ces femmes comme étant des modèles de conduite dans la société. D’autres se focalisent plutôt sur les liens entre ces nouveaux modèles féminins et l’évolution de la condition des femmes. Dans ce sens, les présentatrices sont considérées comme des preuves de réussite et de la capacité des femmes à s’adapter aux circonstances les plus difficiles.

  • 16 Focus Group réalisé à Kalamoune, ville moyenne à majorité musulmane située au nord du Liban, à prox (...)

17L’analyse des discussions autour des présentatrices révèle la présence d’un discours sur le professionnalisme des présentatrices comme critère de réussite dans le travail et outil de différenciation entre les présentatrices, sans aucune différence selon le genre, l’âge ou la classe sociale. Hommes, femmes et adolescents parlent avec beaucoup d’admiration des qualités professionnelles de leurs présentatrices préférées. Il s’agit d’une lecture subjective mais aussi structurelle et réelle des figures des présentatrices en tant que professionnelles des médias. Une discussion au sein du groupe des pères de famille, issus de la classe moyenne, avec un niveau d’instruction qui varie entre bas et moyen, sur les qualités professionnelles et personnelles des présentatrices en témoigne16 :

Mostafa (43 ans, commerçant) : « La présentatrice tend à se démarquer auprès du public. La plupart des présentatrices sont des journalistes. May Chidiak, par exemple, a su créer sa place auprès des publics. Pour moi, May Chidiak est une présentatrice qui a réussi dans son domaine. Je l’écoutais tous les matins dans son programme politique jusqu’au jour de l’explosion. Je l’ai écoutée ce matin-là. »
Ossama (53 ans, enseignant) : « Elle est très courageuse et possède une liberté de ton. »
Mostafa : « Son courage et sa liberté d’expression lui ont valu cette tentative d’assassinat. »
Ossama : « May Chidiak et Khadija Benguenna sont des présentatrices qui constituent un modèle de réussite dans le métier. »
Khaled (50 ans, militaire) : « Sahar el-Khatib est aussi une présentatrice qui a beaucoup de courage. Elle est très professionnelle et objective. »
Ossama : « Il y a aussi Najat Charaf el-Dine sur Futur TV. Elle présente l’émission Transit. Il y a aussi Paula Yakoubian. Elle est encore plus compétente que Sahar el-Khatib. »
Omar (25 ans, employé) : « Il y a aussi Rima Maktabi. Je regarde son programme et j’apprécie son professionnalisme, même si je n’encourage pas le travail de correspondance de guerre pour les femmes. »

  • 17 Interview réalisée par l’auteure dans le local de la chaîne à Beyrouth en mars 2009.

18Cette forme de relation téléspectateurs-présentatrices, fondée sur des éléments rationnels pour valoriser les qualités et les compétences professionnelles ou morales (comme « le courage »), permet de comprendre d’autres sujets importants du rapport entre téléspectateurs et présentatrice. La crédibilité qui se construit entre les téléspectateurs et les présentatrices est plutôt liée au professionnalisme de celles-ci, et non pas forcément à leur succès ou au succès de leur programme ou chaîne. L’enquête sur les présentatrices a montré l’importance des critères professionnels dans la construction de la crédibilité que les téléspectateurs attribuent aux présentatrices : « Le caractère professionnel de mon programme favorise une certaine crédibilité auprès des téléspectateurs »17, nous explique Ghada Eid présentatrice d’Al-fassâd [« La corruption »], célèbre émission de NTV (chaîne libanaise privée).

  • 18 Focus Group réalisé avec des femmes et des adolescents issus des classes populaires, sans activité (...)

19Une autre analyse de discussion recueillie au sein d’un groupe de mères de famille18 sur la figure de la correspondante de guerre révèle une lecture positive qui considère cette dernière comme un symbole du courage des femmes. Notons ici qu’il s’agit de femmes voilées (comme c’est d’ailleurs le cas de la majorité des femmes et des filles du village), analphabètes ou d’éducation modeste, vivant dans une atmosphère plutôt conservatrice, traditionnelle et limitée quant aux opportunités qui se présentent aux femmes dans les domaines éducatif et professionnel (nous avons relancé à travers quelques questions) :

Connaissez-vous des femmes reporters de guerre ?
– Nérimane (50 ans) : « Rima Maktabi d’Al-Arabiya. »
– Ammoune (45 ans) : « Je connais plusieurs femmes reporters. Nesrine Selmi, par exemple, la correspondante d’Al-Hayat LBC en Palestine. »

Qu’est ce que vous savez à propos de Nesrine Selmi ?
– Ammoune : « Elle est très courageuse dans sa couverture. Elle n’a pas peur de la guerre, elle est forte [psychologiquement]. »

Que pensez-vous du travail de femme reporter ?
– Ammoune : « C’est une très belle expérience. Nous apprécions le travail de correspondante de guerre pour les femmes car il révèle leur courage. »
–Nérimane : « Elle révèle aussi une forte personnalité. C’est une bonne chose. C’est acceptable pour nous. »

  • 19 « Al-Oumma wa-l watan », expression reflétant une forme de nationalisme islamique.

Accepteriez-vous que vos filles travaillent dans ce domaine ?
– Nérimane : « Oui, bien sûr. Si c’est pour l’Islam et la Nation19. Oui ! Sans aucun problème. »

20C’est aussi la nature et l’objectif de la mission, ainsi que le contexte dans lequel elle s’inscrit, qui sont à l’origine de la valorisation de ce modèle des femmes assimilées parfois à des « héroïnes » pour les adolescents du même village :

Fadi (18 ans) : « C’est Rima, on la connaît d’après son travail dans la couverture de guerres. »
Ahmad (17 ans) : « Je regarde son programme sur Al-Arabiya. »
Taghrid (18 ans) : « Il faut avoir du courage pour travailler dans la couverture de guerres. Elle ne craint rien. »
Hanadi (17 ans) : « Oui elle a beaucoup de courage. »
Ahmad : « Elle a fait un travail inédit que très peu de filles osent faire. Elle est très compétente. »
Taghrid : « Elle a montré que la femme a un rôle actif dans la société. »
Fadi : « Elle a prouvé qu’il n’y a pas de différence entre les femmes et les hommes dans le travail. »
Taghrid : « La femme a aussi des droits. Elle a un rôle dans la société et elle doit participer à la vie sociale et politique de cette société. »
Hanadi : « Je la connais aussi d’après son programme Bi-kol-jor’a [Avec courage]. »
Taghrid : « Elle a beaucoup de courage et elle a joué un rôle actif dans la société libanaise. Ils ont voulu l’assassiner parce qu’ils ont peur de son courage. »
Ahmad : « La tentative d’assassinat de May s’inscrit dans la chaîne d’assassinat de journalistes comme Jibrane Tweini et Samir Kassir. »
Hanadi : « Elle a été la cible de cette tentative d’assassinat car elle a osé traiter dans son programme le thème de l’assassinat dans cette période. La femme d’aujourd’hui possède un pouvoir considérable. »
Taghrid : « Khadija Benhuenna, par exemple, représente une image positive de la femme active. Dans notre village, nous avons des femmes cultivées et courageuses.

  • 20 Voir notre typologie dans l’introduction de cet article.

21On voit ici que ce sont les qualités de courage, d’intelligence et de professionnalisme que les personnes interrogées mettent en avant, plus particulièrement les femmes. Il est par ailleurs nécessaire de préciser que la réception des figures de présentatrice (tous types confondus)20 ne s’inscrit pas dans une catégorisation figée et ne renvoie pas nécessairement à un même registre culturel qui présuppose l’existence de valeurs partagées par tous les membres. Des figures peuvent être différemment qualifiées de positives et de négatives, par les uns et par les autres au sein du même village, comme c’est le cas des présentatrices de type « érotisé ». D’une part, ces formes de lectures dépendent de qui les regarde, de son appartenance politique, des conditions de réception et des formes d’interactions multiples qui se créent entre le contenu des thèmes de l’émission et leur réception. D’autre part, elles dépendent des discussions que ces thèmes peuvent provoquer auprès des publics.

Conclusion

  • 21 Asmaa Mahfouz, « icône » de la révolution, est une jeune égyptienne qui a osé, publiquement, se dre (...)

22L’investissement de la sphère publique par les femmes arabes s’est ainsi effectué en grande partie par le biais des médias. Ce sont des femmes journalistes et présentatrices, productrices de programmes, directrices, éditrices, ainsi que des « blogueuses », des « facebookeuses » (comme par exemple la jeune égyptienne Asmaa Mahfouz21) et des « twitteuses » qui vont participer à la production et la diffusion de figures féminines alternatives et à la création de nouveaux espaces féminins où la voix des femmes est de plus en plus entendue. Les femmes arabes et musulmanes expriment leurs points de vue et leurs réflexions sur l’actualité et proposent leur expertise sur des sujets liés à la vie sociale et politique de leurs sociétés. Ces nouvelles voix féminines jouent un rôle « central dans la reconfiguration des frontières entre sphère privée et sphère publique », comme le remarquait N. Göle (1997). Leur présence n’est plus liée aux luttes pour la visibilité, mais plutôt aux luttes pour promouvoir de nouveaux rôles dans la vie sociale et politique de la société. Dans ce registre, les chaînes satellitaires jouent un rôle médiateur. Ces chaînes agissent comme catalyseurs des changements sociaux et politiques affectant les femmes (Sakr, 2006) dans la création de ces nouveaux espaces, et du fait de la place réservée à celles-ci dans les émissions sociales et politiques, ainsi que dans les émissions de couverture des guerres. Les nouveaux modèles s’inscrivent non seulement dans le contexte des transformations de la condition des femmes dans les sociétés arabo-musulmanes mais les accélèrent en marquant l’imaginaire des publics quant aux nouveaux rôles de genre dans ces sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Al-Rasheed M., 2013, A most masculine state: gender, politics, and religion in Saudi Arabia, Cambridge, Cambridge University Press.

Anderson J.W., Eickelman D.F., 2009, « Nouveaux médias et nouveaux publics », p. 21-38, in Gonzalez-Quijano Y., Guaaybess T. (dir.), Les Arabes parlent aux Arabes : la révolution de l’information dans le monde arabe, Paris, Actes Sud, Sindbad.

Ginet B., 2005, Médias et Information dans le monde arabe : les nouveaux hérauts de la démocratisation ?, Bruxelles, Centre de presse international.

Göle N., 1997, “The Gendered Nature of the Public sphere”, Public Culture, n° 10, p. 61-81.

Hussein H., 2013, « Le rôle de la télévision dans les transformations des rôles et des imaginaires du genre dans les sociétés arabes. Programmation et réception des chaînes satellitaires au Liban, en Égypte, en Tunisie, au Qatar et aux Émirats Arabes Unis », Thèse de doctorat, Univ. de Bordeaux.

Hussein H., « La femme dans les medias arabes » (article en arabe), Al-Jazeera.net. En ligne : http://www.aljazeera.net/NR/exeres/0397E320-90DE-458C-9700-116AAF7209DA.htm?GoogleStatID=28 [mis en ligne le 16/11/2011 ; consulté le 03/05/2016].

Kraidy M., 2000, “Transnational Television and asymmetrical interdependence in the Arab World: The growing influence of the Lebanese Satellite Broadcasters”, TBS Journal, n° 5.

Lamloum O., 2004, Al-Jazeera, miroir rebelle et ambigu du monde arabe, Paris, La Découverte.

Le Pottier G., 2002, « Le monde de la télévision satellitaire au Moyen-Orient et le rôle des Libanais dans son développement », p. 43-72, in Mermier F. (dir.), Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve-et-Larose.

Lynch M., 2005, “Assessing the Democratizing Power of Arab Satellite TV”, TBS Journal, n° 1.

Mernissi F., 2004, “The Satellite, The Prince and Shéhérazade”, TBS Journal, n° 12.

Miles H., 2006, Al-Jazira, la chaîne qui défie l’Occident, Paris, Buchet/Chastel.

Ould Etfagha M.B., 2006, « Voyage à l’intérieur d’Al-Jazira », Outre-Terre, 1/n° 14, p. 317-326.

Power C., Haddad R., 2005, “Look who’s talking”, Newsweek International, vol. 165, Issue 5, p. 50.

Sakr N., 2006, « Démocratisation dans le monde arabe. Médias et femmes », Direction générale pour les politiques externes de l’Union, Direction B, Département Thématique. En ligne : http://www.med-media.eu/wp-content/uploads/2014/07/afet_20042006_hearing_sakrstudy_fr-2.pdf [consulté le 03/05/2016].

Talon C.G., 2011, Al-Jazeera. Liberté d’expression et pétromonarchie, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 En ligne : www.asbu.net [consulté le 03/05/2016].

2 Nous pouvons ainsi citer quelques exemples dont Khadija Benguenna, Jizelle Khoury ou encore May Chidiak.

3 Présentatrice sans voile, avec un style de vêtement, une coiffure et un maquillage modernes. Cette figure se retrouve sur toutes les chaînes satellitaires arabes.

4 Présentatrice avec un style de vêtement « sexy » (décolleté, mini-jupe, nombreux accessoires de beauté et maquillage excessif). Cette figure se rencontre plutôt sur les chaînes libanaises, certaines chaînes saoudiennes privées (qui diffusent depuis l’extérieur du territoire) et émiraties.

5 Présentatrice voilée portant une abâya, un djilbâb ou un niqâb, c’est-à-dire avec un style de vêtement sobre, sans accessoires ni maquillage. Ce type se retrouve sur la chaîne libanaise privée Al-Manar tenue par le parti chiite Hezbollah et sur d’autres chaînes religieuses comme Awtan TV (chaîne saoudienne privée lancée en 2009) ou Maria TV (chaîne égyptienne privée lancée en 2012).

6 Cette figure correspond à celle de la présentatrice arborant un voile et un style de vêtement « révisé » adapté au code vestimentaire islamique qui exige la couverture du corps mais, dans le même temps, à la mode avec des habits serrés, colorés, avec accessoires et maquillage. Cette dernière figure se retrouve sur plusieurs chaînes arabes et de différents aspects (dont Al-Jazeera, Al-Ikhbariya, MBC, LBC, etc.).

7 Les chaînes ciblées par l’enquête sont : Al-Mostaqbal (FTV), Al-Mostaqbal al-Ikhbâriya (Futur News), LBC (Lebanese Broadcasting Channel), Al-Jadid (NTV), NBN et Al-Manar au Liban ; Tunis 7, Tunis 21 et Hannibal en Tunisie ; ESC (Egyptian Satellite Channel), Dream 1 et Dream 2 en Égypte ; Dubaï TV, MBC (Middle East Broadcasting Center) et Al-Arabiya à Dubaï et Al-Jazeera au Qatar. Elles ont été choisies en fonction de leur succès auprès des publics arabes et de leur contraste en matière de figures et de rôles des présentatrices.

8 Ces derniers ont été choisi selon des critères spécifiques : genre, classe sociale (populaire/moyenne/élevée), classe d’âge (adolescents/parents) et milieu géographique (rural/semi-urbain/urbain). D’autres critères comme l’appartenance religieuse ont été pris en considération dans l’analyse, dans le cadre du multi-confessionnalisme libanais.

9 La première exclusivité de la chaîne était l’interview, au début de la guerre en Irak, de Mohamed Saeed Al Sahaf, ancien ministre irakien de l’Information, la première sur une chaîne de télévision.

10 Ce Qatari d’origine égyptienne, auteur de cent livres, se revendique d’un islam centriste et modéré et n’hésite pas à critiquer le formalisme salafiste d’inspiration wahhabite qui a cours en Arabie Saoudite. Il préside « islamonline.net », le principal site musulman en arabe et en anglais, et dirige le Conseil européen de la Fatwa et de la recherche, qui a pour mission de trouver des solutions aux problèmes que rencontrent les musulmans dans un contexte où ils sont minoritaires.

11 Interview réalisée par l’auteure avec Khadija Benguenna le 20 juillet 2009 à Doha.

12 Institut de journalisme d’Alger et Centre de formation et de perfectionnement des journalistes du Louvre (Paris).

13 Propos recueillis lors d’une interview réalisée par l’auteure avec les présentatrices de l’émission en mars 2009 à Beyrouth.

14 Interview réalisée par l’auteure à Beyrouth en mars 2009.

15 May Chidiak est une présentatrice d’émissions politiques sur la chaîne libanaise privée LBC. Elle a été victime d’une tentative d’assassinat en 2005 qui l’a laissée amputée d’un bras et d’une jambe. Cet accident n’a fait qu’augmenter sa notoriété auprès du public.

16 Focus Group réalisé à Kalamoune, ville moyenne à majorité musulmane située au nord du Liban, à proximité de Tripoli.

17 Interview réalisée par l’auteure dans le local de la chaîne à Beyrouth en mars 2009.

18 Focus Group réalisé avec des femmes et des adolescents issus des classes populaires, sans activité professionnelle, à Fnaydek, village montagnard à majorité musulmane situé dans le nord du Liban.

19 « Al-Oumma wa-l watan », expression reflétant une forme de nationalisme islamique.

20 Voir notre typologie dans l’introduction de cet article.

21 Asmaa Mahfouz, « icône » de la révolution, est une jeune égyptienne qui a osé, publiquement, se dresser contre le régime répressif de Moubarak. Membre d’un groupe de jeunes activistes égyptiens, elle poste sur son compte Facebook, le 18 janvier 2011, un message vidéo appelant les Égyptiens à manifester le 25 janvier. En ligne : http://www.youtube.com/watch?v=SgjIgMdsEuk&feature=player_embedded [consulté le 03/05/2016].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hasna Hussein, « La télévision, les nouveaux rôles et espaces publics féminins dans les sociétés arabes contemporaines », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://emam.revues.org/1199 ; DOI : 10.4000/emam.1199

Haut de page

Auteur

Hasna Hussein

Sociologue, Docteure de l'Université libanaise (2012) et de l'Université de Bordeaux (2013), membre associée au Centre Émile Durkheim (Bordeaux) et à l'Observatoire des radicalisations (FMSH, Paris)

hasna.hussein@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page