Navigation – Plan du site
L'espace public au fait du politique

Mouvement du 20 février et appropriation de l’espace public au Maroc

20 February Movement and appropriation of public space in Morocco
Mohamed Naimi

Résumés

À travers une étude de cas du « Mouvement du 20 février » (M20F) au Maroc, le présent article vise à mettre en évidence le fait que la participation politique va au-delà de la forme électorale et partisane, et intègre progressivement l’action collective protestataire se déployant dans un espace public/des espaces publics. En fait, cette hypothèse est confortée par les révolutions et soulèvements populaires du « Printemps arabe » : les mouvements sociaux sont devenus des acteurs politiques incontournables dans la société civile d’aujourd’hui, notamment dans le monde arabe depuis 2011. Au Maroc, cela s’est traduit par l’émergence du M20F. Certes, la Constitution marocaine de 2011, comme principale réponse aux revendications du M20F, élargit le champ de la participation politique en attribuant aux associations et ONG de la société civile des rôles politiques nouveaux dans le cadre d’une démocratie participative. Néanmoins, elle néglige le rôle des mouvements sociaux en tant que composante agissante au sein d’une nouvelle société civile non instituée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis près d’une décennie, le Maroc connaît un foisonnement de formes non institutionnelles de participation politique (mobilisations et mouvements sociaux) au détriment des sphères partisane et syndicale. En effet, 1 % seulement des jeunes marocains adhèrent à un parti politique et 4 % participent aux rencontres de partis ou de syndicats. (Enquête nationale sur les jeunes, Haut-Commissariat au Plan, 2012). Par ailleurs, leur taux faible de participation aux élections législatives renforce le trait : 51 % en 2002, 37 % en 2007, 45 % en 2011. En revanche, l’action collective s’amplifie et le nombre de manifestations recensées passe de deux manifestations par jour en 2005 à 54 en 2013 (Rachik, 2014, 23).

2S’agit-il d’une reconversion du militantisme partisan et syndical au militantisme protestataire pour une meilleure appropriation de l’espace public ? Comment comprendre et analyser les dimensions spatiales des mobilisations entamées par le Mouvement du 20 février (M20F) ? Quels sont les dispositifs déployés dans l’occupation des espaces publics et quelle en est la signification ? Quelle est l’incidence du M20F sur la sphère de la politique institutionnelle ? Les dispositifs participatifs proposés par la nouvelle Constitution sont-ils à même d’apporter une solution à cette crise de la participation politique ? Ou bien n’avaient-ils pas plutôt pour objectif implicite de canaliser toute action contestataire et, donc, son encadrement et son contrôle ?

3Le présent article repose sur une enquête de terrain que l’auteur a menée du 20 février 2011 au 19 février 2012 sur le M20F à Rabat. Et il semble qu’à la lumière de l’évolution de l’histoire protestataire marocaine et de nombreuses études de cas auxquelles cette histoire a donné lieu, le temps est venu pour tenter d’élaborer une étude qui prendra en compte les acquis des recherches empiriques précédentes et actuelles. L’étude part d’une conception qui fait de l’espace public non seulement un espace physique, mais aussi, et principalement, un espace de débat public et d’action collective (Paquot, 2009). En fait, les mouvements sociaux, notamment ceux d’aujourd’hui, remettent en question l’espace public/les espaces publics ainsi que les notions de participation et de citoyenneté.

4En conséquence, nous formons l’hypothèse, d’une part, que l’action collective au Maroc rivalise aujourd’hui avec l’action politique institutionnelle. Les partis politiques et les syndicats étant en effet domestiqués, la société civile prendrait le relais du renouveau politique, notamment à travers des mouvements sociaux à connotation politique comme le M20F. Et, d’autre part, nous supposons que les dispositifs participatifs proposés par la constitution de 2011, tout en essayant de pallier les défaillances de la démocratie représentative, auraient pour objectif implicite de canaliser toute action collective et, partant, son encadrement et son contrôle.

5Envisager la démocratie participative comme étant une implication directe et intense des citoyens dans la vie politique signifie qu’il y ait une réelle participation politique aux sens de représentation et de délégation de pouvoir. Or, comme nous allons le montrer, ce n’est pas encore le cas au Maroc. Même les systèmes de représentation mis en œuvre par les régimes démocratiques en Occident sont remis en question. Si, dans les pays du Nord, la crise porte plus sur le sens de l’engagement politique, dans les pays du Sud, la question est celle de l’installation d’un véritable système de représentation parlementaire (Trédano, 2011, 11). Le Maroc, un pays qui s’inscrit dans un processus similaire, connaît une montée inédite de l’action collective qui s’exprime à travers des mouvements sociaux qui peuvent revêtir différentes formes

6Pour éclaircir cette question, notre analyse se focalisera, dans un premier temps, sur les rapports entre la citoyenneté et la participation politique, surtout celle non instituée ; nous aborderons ensuite l’action collective citoyenne du M20F et l’appropriation qu’elle opère sur l’espace public, pour examiner, enfin, l’incidence de cette action sur la sphère de la politique institutionnelle.

Participation politique et citoyenneté

7La participation politique désigne « l’ensemble des activités, individuelles ou collectives, susceptibles de donner aux gouvernés une influence sur le fonctionnement du système politique » (Braud, 2006, 379). Dans les régimes démocratiques où cette valeur est érigée en valeur fondamentale, elle est associée au concept de citoyenneté. Mais il existe aussi des modes non institutionnels de participation auxquels les citoyens peuvent recourir (manifestations, sit-in, etc.), pour obtenir des changements générés par des rapports de force. C’est en cela qu’il est possible de parler de contre-pouvoir citoyen exercé sur l’État par la société civile, en fonction de ses intérêts ou de ses valeurs (Planche, 2007, 68). Il faut souligner, dans ce cadre, que la revendication d’une plus grande participation politique, au sens de contribution des citoyens dans le processus de prise de décision, est au centre des griefs exprimés par les soulèvements et révolutions arabes depuis 2011.

8Quant à la citoyenneté, qui est l’état ou la qualité de citoyen, elle permet à un individu d’être reconnu comme membre d’une société et de participer à sa vie politique. Les citoyens jouissent de certains droits, parmi lesquels le droit de participer à la gestion des affaires publiques. Ils sont ceux qui participent à la vie de la cité en faisant des lois (citoyenneté de la participation) et qui possèdent également des droits civils, politiques et sociaux (citoyenneté du droit). D’un côté, la démocratie participative ; de l’autre, l’État de droit, et la garantie juridique qui lui est liée (Leterre, 2010).

9Par ailleurs, la citoyenneté moderne s’articule autour de deux concepts fondamentaux, la liberté et l’égalité. Les citoyens sont en effet des hommes libres jouissant d’une égale liberté. C’est pourquoi la participation est essentielle dans la définition du citoyen : être soumis à des lois qui n’auraient pas reçu son consentement enfreindrait en effet fondamentalement sa liberté citoyenne. Toutefois, l’égalité politique demeure quelque chose de formel et implique une indifférence à l’inégalité des statuts et des richesses. Le développement de la « citoyenneté du droit » en marge de la citoyenneté du choix a pour conséquence, dans les pays démocratiques, une désaffection vis-à-vis du politique. À partir du moment où « être citoyen », c’est avoir des droits, la tentation est de se désengager de l’action politique institutionnelle pour préférer les actions protestataires (Leterre, 2010).

10Les mouvements sociaux deviennent ainsi l’élément clé d’une société civile moderne, et une forme importante de participation à la vie de la cité (Cohen, Arato, 1994). Cette idée a pu trouver une confirmation, en 2011, avec les « Printemps arabes » du fait du rôle qu’y a joué la société civile. Il convient toutefois de distinguer deux types de société civile : une société civile organisée et institutionnalisée, une autre non organisée et non-institutionnalisée, au sein de laquelle s’inscrivent certains des mouvements sociaux. Cette dernière tend à devenir un acteur incontournable dans les pays arabes (Bozzo, Luizard, 2011, 9).

M20F et appropriation de l’espace public

11« L’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas » (Paquot, 2009, 3). Au singulier, l’espace public est le concept défini comme lieu symbolique où se forme l’opinion publique, issue du débat politique et de l’usage public de la raison (Habermas, 1978). Au pluriel, les espaces publics désignent les lieux physiques, quel que soit leur statut juridique, dans lesquels le public peut circuler ou stationner. L’espace public et les espaces publics ne peuvent en effet être assimilés l’un à l’autre, principalement en raison de l’a-territorialité du premier, irréconciliable avec l’aspect en général géographiquement déterminé des seconds. Pour autant, une autre notion les rassemble et les rend inséparables : la communication, dans son sens premier d’« être en relation avec », d’échange et de circulation de signes, sur un mode physique ou non.

12L’espace, compris dans sa dimension physique, est nécessairement l’enjeu de rapports sociaux, rapports de pouvoir éclatant parfois en véritables conflits ou guerres (Paquot, 2009, 4). Toute mobilisation nécessite des organisations portant des revendications, a besoin de stratégies comme de tactiques, de soutiens et d’alliances, suscite des résistances et des divergences. Toutes les actions dans leurs différentes formes ont leurs espaces, leurs temporalités et leurs contextes. Mais quelle est la place de l’appropriation de l’espace dans les enjeux et revendications explicites des mouvements sociaux contemporains, et notamment ceux apparus dans le sillage des « Printemps arabes » ? L’appropriation de l’espace ne peut-elle pas être aussi une ressource de l’action ?

Appropriation de l’espace et répertoires d’action collective

13La question de l’appropriation de l’espace ne se pose pas uniquement en termes d’enjeu ou de revendication. L’espace étant un objet inhérent à la contestation, les mouvements sociaux doivent bien avoir lieu quelque part pour faire l’événement. Il y a donc un intérêt heuristique à prendre les expressions « mouvement social » ou « mobilisation collective » dans leur sens littéral, car elles désignent avant tout une mise en mouvement des corps « rebelles » (Ripoll, 2005, 36). Il faut donc redonner sa dimension physique à l’action collective, en même temps que son caractère de pratique.

14Quant au répertoire de l’action collective, il est nettement dominé par des formes d’appropriation collective de l’espace, à la fois matérielles et symboliques. Encore faut-il savoir ce que l’on entend par « appropriation », dès lors que l’on met à part l’aspect juridique de la propriété. Un examen rapide des usages du terme en sciences sociales invite à dégager plusieurs sens. L’un d’eux est à chercher du côté du couple exclusivité/privation (Ripoll, 2005). Si l’appropriation désigne un rapport aux « biens » matériels concernés, c’est en fait un rapport social : se réserver tel usage d’un bien signifie en priver les autres. À l’occupation nécessairement exclusive de l’espace, il faut ajouter le contrôle matériel quand un collectif en limite ou interdit matériellement l’accès aux autres. Cette appropriation matérielle est familière aux protagonistes des conflits sociaux pour lesquels l’espace est souvent l’objet de rapports de force, parfois « sanglants », entre contestataires et forces de l’ordre. Mais peut-on dire que les actions collectives sont des formes d’appropriation de l’espace ? Que ce soit un objectif ou pas, les simples rassemblements rendent souvent impossible tout accès ou toute autre pratique de l’espace public investi.

15Un autre sens de l’appropriation de l’espace est le détournement. En tant que pratique alternative à un ordre socio-spatial donné, tout détournement de l’espace, surtout s’il est collectif et non institutionnalisé, tend à être (et à être considéré comme) une action contestataire ou subversive (Corbin et al., 1994, cité par Ripoll, 2005, 37). Réciproquement, en tant qu’occupations d’un espace voué à la circulation piétonne ou motorisée, on peut considérer les actions de rue comme des formes de détournement. Celui-ci est une conséquence fréquente et quasi inéluctable chaque fois qu’il n’existe pas de lieu spécialement prévu pour qu’une activité militante et politique puisse s’y dérouler à sa guise et gratuitement. À cet égard, l’agora est paradoxalement la grande absente (relative) de l’organisation spatiale de la « cité », y compris dans les sociétés démocratiques. Si le « droit à la rue » n’est pas un acquis sûr et établi, si c’est une conquête dont la légitimité et la légalité sont toujours susceptibles d’être remises en question, c’est au nom des désordres sociaux que cela peut occasionner : tout rassemblement collectif dans l’espace public est toujours susceptible d’être considéré comme « trouble à l’ordre public » (Ripoll, 2005, 37).

16Une autre signification de l’appropriation est l’auto-attribution identitaire de l’espace. On touche ici à une autre forme d’appropriation, qui peut dépasser le cadre temporel d’une action ponctuelle. On ne peut nier la fréquence, peut-être même grandissante, qu’occupent les actions purement symboliques (Champagne, 1990), ni l’importance croissante que revêtent tant les dimensions symboliques que la dimension spatiale dans lesquelles se déroule toute action contestataire. Les actions a priori les plus instrumentales doivent toujours exprimer quelque chose, sur le monde et le mouvement qui les porte. La manifestation noue avec l’espace et le temps des rapports qui lui interdisent de se déployer en des lieux ou en des dates indifférenciées. Cette forme d’expression et d’action se déroulant au travers de cette histoire cristallisée qu’est toute ville, doit ainsi être comprise et analysée comme étant un langage complexe et codé (Tartakowsky, 1997). Cela dit, du point de vue du symbolique, à partir de quand peut-on parler d’appropriation de l’espace ? Suffit-il d’occuper et même de marquer symboliquement un espace pour se l’approprier ?

  • 1 La place Bab Lhad est située à l’extérieur de la muraille des Almohades et à proximité de la porte (...)

17On pourrait considérer qu’il y a processus d’appropriation « symbolique » de l’espace par un groupe quand ses pratiques sociales (marquage, discours, etc.) visent à la construction et la reconnaissance sociales d’une relation d’association durable, tendant à l’exclusivité – et généralement valorisante – avec une portion de la surface terrestre. Autrement dit, s’approprier un espace, ce serait ici l’intégrer comme nouvel attribut identitaire pouvant être utilisé comme ressource ou capital symbolique (Bourdieu, 1997) : intégration d’un lieu symbolique déjà existant dans l’identité du groupe (haut-lieu, lieu de mémoire, etc.) ; ou production par le groupe lui-même d’un nouveau lieu symbolique qui lui soit immédiatement attribué. Par exemple, la place Bab Lhad1 à Rabat, communément rebaptisée Sahate Al Karama [place de la Dignité] par le M20F, est devenue le lieu d’appropriation collective et de contestation pour presque tous les mouvements sociaux au Maroc. Ces réflexions sur les formes d’appropriation de l’espace, ses enjeux et conditions de possibilité, suffisent à souligner les divisions, les rapports de force voire les conflits qui traversent les sociétés, mais aussi les mouvements sociaux qui en contestent l’ordre établi (Ripoll, Veschambre, 2002).

  • 2 Il s’agit principalement du parti d’extrême gauche Annahj Addimocrati (la Voie démocratique) et du (...)

18Quant à la situation au Maroc, les partis exclus du jeu2 qui se déroule dans l’arène de la politique institutionnelle investissent l’espace des mouvements sociaux (Mathieu, 2007, 133) et soutiennent l’action collective entamée par le M20F. À une forte demande de démocratisation exprimée par ce mouvement et les forces qui le soutiennent, le régime répond par une constitutionnalisation de la démocratie participative et citoyenne.

  • 3 Une très grande variété de définitions de ce que recouvre la notion de Makhzen existe. Comme il ne (...)
  • 4 Le CNAM20F est le Conseil national d’appui au M20F.

19Sans qu’il soit pour nous question de sous-estimer l’impact des révolutions tunisienne et égyptienne sur le déclenchement des mobilisations au Maroc, le M20F n’aurait pas pu voir le jour sans l’existence d’un contexte sociopolitique national favorable, à savoir celui qui a servi, depuis l’Indépendance, de champ de lutte entre le Makhzen3, d’une part, et les forces démocratiques de l’autre (entretien avec Abdelhamid Amin, coordinateur adjoint du CNAM20F4, 2012).

20Afin de compléter la compréhension de l’émergence du M20F, il faut signaler l’expérience des « Coordinations contre la vie chère et la détérioration des services publics », qui a duré de 2006 à 2008 et a concerné les villes de Sefrou, Tata, Sidi Ifni, Al-Hoceima, Zagora, Tanger, Oujda, Guercif, Bouaarfa et Agadir. D’autres coordinations verront ultérieurement le jour un peu partout dans le pays et leur nombre passe de 60 en 2006 à 90 en 2009 (Boudarham, 2009). Le flambeau de la protestation sociale a donc été repris par ces tansikiyates [coordinations] qui occupent un terrain quelque peu abandonné par les partis politiques. Mais lors de la quatrième rencontre nationale des tansikiyates, tenue à Casablanca en mars 2008, le mouvement bute sur un litige qui oppose des partis de gauche souhaitant une structuration décisionnelle au niveau national, comme le Parti de la voie démocratique (PVD), le Parti socialiste unifié (PSU) et le Parti d’avant-garde démocratique socialiste (PADS), et les « basistes » (militants d’extrême-gauche n’adhérant à aucun parti et préférant l’action collective), lesquels refusent catégoriquement cette proposition parce qu’elle contraint leur force au niveau local. La méfiance des « basistes » à l’égard des structures politiques nationales, perçues comme prédatrices et porteuses d’une volonté de contrôler le mouvement, finit par affaiblir le collectif qui se scinde en deux secrétariats nationaux distincts et aboutit, au bout du compte, à la déstructuration des coordinations et au délitement de l’unité initiale entre les différentes composantes politiques et associatives.

21En 2011, le M20F tire les enseignements de cet échec et décide que seuls les citoyens en tant que tels pourront dorénavant rejoindre les coordinations locales du mouvement. Le M20F, parce qu’il est le produit d’un enchevêtrement entre initiatives virtuelles et mobilisations de rue, se caractérise par une configuration particulière : il s’agit d’un mouvement social acéphale, avec des coordinations locales dans chaque ville, un Conseil national d’appui (CNAM20F) siégeant à Rabat, des comités locaux de soutien, une plate-forme de communication sur les réseaux sociaux et, enfin, des sites Internet et des blogs, notamment Mamfakinch.com.

22De ce fait, le M20F n’est ni l’émanation d’une structure partisane quelle qu’elle soit, ni une création ex nihilo. Il est l’aboutissement d’une montée de mobilisations dans le sillage des soulèvements arabes depuis 2011. C’est un mouvement inédit, par sa nature, le processus de sa constitution, ses coalitions, l’extension géographique nationale de son influence et sa pérennité dans le temps. Les réseaux sociaux, ici, se sont approprié progressivement les événements politiques tunisien et égyptien et la construction progressive d’un espace public virtuel est allée de pair avec la constitution d’un nouvel espace réel de protestation. Les collectifs de la lutte démocratique ont réactivé leurs appareils militants et, grâce à Internet, quelques jours seulement ont suffi pour diffuser les appels à la mobilisation, constituer des coordinations locales et organiser des manifestations hebdomadaires dans plus de cent villes durant la période qui s’étend de février à juin 2011.

23Au moment où la situation s’aggrave en Tunisie, à partir de décembre 2010, avec l’amplification de la révolte populaire, des blogs marocains et des groupes Facebook s’activent à soutenir dans un premier temps les manifestations en Tunisie, avant de projeter le lancement d’un mouvement contestataire au Maroc. Rapidement surgit un groupe Facebook nommé : « Des Marocains qui s’entretiennent avec le Roi », qui deviendra dès janvier 2011 le groupe Facebook : « Liberté et Démocratie Maintenant ». Le mouvement trouve son origine à Rabat, capitale politique du Maroc, où les chances de réussite d’une mobilisation de grande envergure sont les plus fortes. Le compte à rebours de la mobilisation nationale est lancé le 14 février 2011, au moment où la première vidéo du M20F est postée sur YouTube et sur la page Facebook du groupe : « Mouvement du 20 février ». Le dimanche 20 février 2011, c’est le passage à l’action et l’occupation de certains espaces publics (place Bab Lhad, boulevard Hassan II puis avenue Mohamed V, ces deux axes conduisant aux principaux lieux du pouvoir : le Parlement, le Palais royal et le siège du Gouvernement).

24Ce dimanche 20 février 2011, il pleut sur Rabat, mais le mauvais temps n’empêche pas les gens d’affluer en grand nombre vers la place Bab Lhad, dès dix heures du matin, pour participer à cette grande mobilisation. Les manifestants brandissent banderoles et pancartes sur lesquelles sont inscrites leurs revendications : « Fin du despotisme », « Fin de la corruption », « Pour une vraie démocratie ». Les supports de communication, quoique rudimentaires, synchronisent les chants et les slogans. Marche puis sit-in devant le Parlement, jusqu’à 16 h. Des cercles de discussion (forums, agoras) sont improvisés sur des thèmes divers (constitution démocratique, question amazighe, justice sociale, etc.). Les manifestations se sont déroulées dans un climat pacifique empreint de sérénité et de discipline ; elles ont concerné 53 préfectures et provinces, y réunissant environ 37 000 personnes selon le ministère de l’Intérieur, 300 000 selon les organisateurs.

25Mais, au bout de dix mois, le M20F s’essouffle à cause de clivages politico-idéologiques entre le mouvement islamiste d’Al Adl Wal Ihsane (AWI) et la gauche radicale, notamment en ce qui concerne les questions de l’état civil, de l’identité et de l’égalité entre hommes et femmes, sans oublier la nature du régime politique. Ces clivages ont fini par faire sauter l’unité du mouvement. Après le retrait, le 18 décembre 2011, d’AWI du M20F, débute une nouvelle étape du mouvement, caractérisée par la perte de sa dimension pluraliste et par son essoufflement. Les sorties dans la rue, qui étaient hebdomadaires, deviennent mensuelles et les effectifs qui se comptaient par milliers ne dépassent plus que quelques centaines. Les actions du M20F ont suscité une réaction rapide du pouvoir marocain qui a mis en place, à la suite du discours royal du 9 mars 2011, tout un processus de réformes politico-institutionnelles. Cette réponse politique aux revendications populaires explique probablement leur non-aboutissement, en même temps qu’elle distingue nettement le Maroc des autres gouvernements du monde arabe qui ont eu à faire à des mouvements du même type (Tunisie, Égypte). Elle a comporté la soumission à référendum – puis l’adoption – d’une nouvelle Constitution (1er juillet 2011), l’organisation d’élections législatives anticipées (25 novembre 2011) et la nomination par le Roi, le 3 janvier 2012, d’un nouveau gouvernement dirigé par Abdelilah Benkirane (Parti de la Justice et du Développement, PJD).

Action collective du M20F : manifestations de rue, sit-in et slogans

26L’un des événements majeurs caractérisant le Maroc à l’aube du XXIe siècle est l’irruption dans l’espace contestataire de grandes mobilisations que l’on ne peut comprendre sans élucider la question des rapports entre mouvements sociaux et système politique marocain. La désaffection politique fortement accentuée par le développement de l’action protestataire conduit à y repenser le rapport à la politique et inscrit le débat sur les mouvements sociaux au cœur de la problématique de la transition démocratique. Avec le M20F, une nouvelle phase historique dans l’évolution de cet espace est entamée. Différentes formes d’action collective sont mises en œuvre, dont la manifestation est la principale.

27L’action collective, en tant qu’action commune et concertée des membres d’un groupe afin d’atteindre des objectifs, peut prendre la forme de manifestations se déroulant dans la rue, en tant que celle-ci est partie intégrante de l’espace public, lequel ne peut être réduit à l’espace politique conventionnel (Cohen, Arato, 1995). Les mouvements sociaux expriment des conflits réels qui divisent la société et l’incitent à gérer ses propres contradictions et à inventer des solutions pour les dépasser ou les contenir. C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il est important de considérer la composante « mouvement social » de l’action collective dans tout discours relatif au rôle que joue la société civile au Maroc dans le développement de la vie démocratique. Ces mouvements, en effet, constituent l’expression significative de nouvelles contradictions sociales, des esquisses de résistance sociale ou, dans certains cas, de changement profond (Gandolfi, 2003).

28La manifestation de rue est entendue « comme occupation momentanée par plusieurs personnes d’un lieu ouvert public ou privé et qui comporte directement ou indirectement l’expression d’opinions politiques » (Filleule, 1997, 44). Tout en faisant partie, comme l’émeute ou l’insurrection, du répertoire d’action collective (Tilly, 1986), elle s’en distingue par sa nature pacifique et par sa temporalité plus ou moins longue. Par ailleurs, la manifestation nécessite un minimum d’organisation pour maitriser les modes d’occupation de l’espace public et lui assurer la plus grande visibilité possible. En outre, elle est un phénomène urbain lié à l’invention de la rue comme lieu géométrique de la contestation politique. C’est surtout là que les sans voix, ceux qui ne disposent pas d’un accès routinier aux autorités, peuvent désormais se faire entendre, en envahissant et en bloquant des espaces publics réservés à la circulation (Fillieule, Tartakowsky, 2008, 13).

29Il est logique que les lieux de pouvoir soient la cible des marches et manifestations, qui dessinent ainsi une géographie symbolique du pouvoir (Fillieule, Tartakowsky, 2008, 14). Nous sommes donc devant la naissance d’un espace public, à la fois physique et de débat, où la manifestation en tant que participation à une démonstration collective de rue joue un rôle important. Elle est un mode d’expression politique qui se déploie dans l’espace public et au-delà ; elle est perçue comme la forme privilégiée dans le répertoire de l’action collective des mouvements sociaux afin qu’ils puissent se faire entendre par les acteurs de la politique institutionnelle. La manifestation est le lieu où le groupe se définit. Elle est le résultat de luttes de sens, et d’objectifs concurrents répercutant les engagements individuels et collectifs (Montserrat, 2009, 46).

  • 5 Le « statut avancé » implique, pour le pays qui en bénéficie, une intégration progressive dans le m (...)

30L’occupation de la rue, qu’elle prenne la forme d’une manifestation ou d’un sit-in, est l’activité centrale du M20F. Comme la plupart des mouvements de protestation, la voie pacifique ainsi choisie pour exprimer le mécontentement restreint le répertoire d’action à ces quelques variations sur le thème de la visibilité par la démonstration des effectifs, auxquels les régimes démocratiques sont en général sensibles. La forme hybride du régime marocain, engagé dans un processus de démocratisation tout en conservant des appareils chargés de contourner les dispositifs démocratiques, se traduit en pratique par une réelle ambiguïté quant à la gestion sécuritaire des manifestations du M20F. Le régime se force de montrer qu’il n’adopte pas une approche purement sécuritaire et qu’il est favorable à une gestion pacifique du conflit. Les pays de l’Union européenne (UE) n’ont d’ailleurs pas tardé à faire l’éloge des réformes engagées par le Roi à partir du 9 mars 2011. Cependant, les modes de répression des activistes, tels que intimidations, enlèvements, emprisonnements sans jugement ou torture, demeurent monnaie courante et s’exercent pour des motifs qui n’ont généralement rien à voir avec les actes mêmes de ceux qui sont réprimés (motifs non politiques, pouvant aller, parfois, jusqu’à la suspicion d’actes criminels). Il est certain que le régime, engagé auprès de partenaires internationaux, notamment l’UE qui lui a accordé en 2008 le « statut avancé »5, prendrait des risques très élevés s’il réprimait trop sévèrement un mouvement qui est loin d’avoir atteint une ampleur telle qu’il pourrait représenter un réel danger pour le pouvoir en place.

31Dans le registre de la protestation, ce sont, au Maroc, les mouvements de diplômés chômeurs, avec la pratique régulière de la manifestation et du sit-in qu’ils pratiquent depuis vingt ans, qui ont progressivement contribué à l’éclosion d’un espace des mouvements sociaux. Les diplômés chômeurs, souvent victimes de la répression policière, ont imposé aux autorités la détermination d’un seuil de tolérance en matière d’ordre public et, par la suite, de dialogue. Cette récurrence de la manifestation pose en quelque sorte les jalons de la protestation à moindres risques et contribue à former un répertoire d’action collective protestataire dans le Maroc de l’après Hassan II (Montserrat, 2009, 36).

32La protestation dans l’espace public a ainsi acquis, à force de répétitions, un caractère régulier qui a modelé un espace relativement équilibré entre ce seuil de tolérance de l’appareil répressif étatique, que nous venons d’évoquer, et la visibilité des mobilisations revendicatives. L’autodiscipline des manifestations et des sit-in des diplômés chômeurs institutionnalise une pratique pacifique incitant à une transformation corollaire des modes opératoires des forces de l’ordre. Le verrouillage complet de la rue ou l’exercice d’une violence physique létale sont impensables aux yeux des militants à cause des effets négatifs qu’ils opèrent sur l’image de l’État. En effet, l’« acceptation » des manifestations valide publiquement la rhétorique de démocratisation des autorités (Montserrat, 2009, 39). La protestation dans les espaces publics n’est dès lors plus perçue par les autorités comme une entreprise subversive, mais comme une forme tolérable dans l’ordre de l’action publique (Catusse, Vairel, 2010, 5-23). Les militants du M20F ont cependant éprouvé à plusieurs reprises, à leurs dépens, « cette instabilité des limites du tolérable », bien que les motifs du dépassement du tolérable relèvent plus de l’ordre de l’arbitraire que d’une stratégie de délimitation claire de la part des autorités. Toujours est-il que défiler dans les lieux publics représente, pour les militants, une prise de risques non négligeable, parce que, en premier lieu, elle met en visibilité les personnes participantes, et que, en second lieu, cette exposition publique des personnes risque d’avoir un coût, individuel et/ou collectif, très élevé (répression policière ou emprisonnement).

  • 6 Le rassemblement des participants aux marches du M20F se situe place Bab Lhad ; les défilés ou marc (...)
  • 7 Akkari est un quartier situé au sud de la médina de Rabat, en bordure de l’Océan atlantique. Quarti (...)

33Du 20 février 2011 jusqu’au 19 février 2012, très peu de manifestations organisées par le M20F ont fait l’objet d’une autorisation préalable de la Préfecture. La stabilité relative des rassemblements et manifestations est due au pacifisme appliqué et à l’autodiscipline des manifestants, ainsi qu’à la régularité des parcours à laquelle les autorités se sont peut-être habituées. En effet, les manifestations de la coordination de Rabat organisées dans le centre-ville ont toujours suivi le même itinéraire (cf. Fig. 1)6, de sorte que les forces de l’ordre avaient une bonne connaissance des lieux pratiqués et des moyens utilisés pour encadrer les cortèges. Mais dès que les manifestations furent organisées dans des quartiers populaires de la capitale (Yacoub El Mansour, Akkari ou Takaddoum, cf. Fig. 1)7, les forces de l’ordre eurent alors tendance à faire usage de la force.

Fig. 1. Les lieux de la constestation à Rabat.

Fig. 1. Les lieux de la constestation à Rabat.

34Du reste, le caractère a priori illégal de tous les défilés organisés par le mouvement procure une marge de manœuvre aux appareils de sécurité pour réprimer en cas de besoin. La rue n’en est pas moins l’espace privilégié de la visibilité du mouvement. Ses défilés doivent donc être irréprochables, bien encadrés, afin d’exprimer sa capacité d’exprimer sa protestation de façon pacifique. Et leurs participants doivent scander les seuls messages que veulent faire passer les responsables du mouvement, afin de témoigner de l’unité de ce dernier. Tout faux pas dans l’espace public se traduirait en effet par une perte de légitimité. La manifestation est non seulement un moyen d’expression et de mise en visibilité d’une action collective, mais elle est aussi, pour le mouvement lui-même, la meilleure occasion de réaliser son auto-évaluation. À Rabat, les manifestations se terminent assez souvent par un sit-in devant le Parlement. Les participants scandent alors des slogans contre ce qu’ils considèrent comme le symbole de la démocratie falsifiée :

« Ne t’en soucie pas ! Ne t’en soucie pas ! Il n’y a ni gouvernement, ni parlement ! »

‘عليك لمان عليك لمان لا حكومة لا برلمان’

  • 8 Baltagia (ou baltaguia ou, comme en Égypte, balataguiya) est un terme d’origine turque qui désigne (...)
  • 9 La gare routière d’Al Kamra se trouve dans le quartier populaire de Yacoub Al-Mansour. Située sur l (...)

35Durant la période de l’enquête, on peut estimer le nombre de manifestations de rue organisées par la coordination locale de Rabat à environ cinquante. Au niveau local, les différentes coordinations du M20F organisent des manifestations avec le timing et la forme que chacune veut lui donner. Mais, une fois par mois, des marches nationales de protestation sont organisées et attirent souvent beaucoup plus de monde que les « sorties » dominicales ordinaires. Chaque marche nationale de protestation est un moment d’évaluation de la mobilisation. La date du 20 mars 2011, par exemple, a été un moment crucial pour le mouvement car elle est venue juste après le discours royal du 9 mars 2011. Alors que les responsables du mouvement s’attendaient à une baisse de fréquentation, parce qu’ils craignaient que l’annonce par le Roi de l’imminence d’une réforme constitutionnelle ait un impact négatif sur le niveau de mobilisation de ses militants, ce fut le contraire qui advint. Ainsi, le 24 avril 2011 marque une autre date importante, parce que la manifestation est organisée ce jour-là dans le quartier populaire de Yacoub Al-Mansour à Rabat. Le point de départ du cortège était situé devant le stade municipal, le rendez-vous ayant été fixé à 16 h 30. La très forte participation à cette journée est certainement due à l’importante campagne de sensibilisation entreprise la veille dans les quartiers populaires, notamment dans les mosquées. Il y avait une forte présence des forces de l’ordre ainsi que des baltagias8 qui ont jeté des pierres sur les manifestants. Le cortège a traversé la grande avenue du quartier où de nombreux relogés de bidonvilles habitent encore. Le point d’arrivée fut la gare routière d’Al Kamra9 où, après la dissolution prononcée par un militant qui a félicité tous les participants du succès de la marche, la manifestation prit fin.

36Jusqu’à la fin avril 2011, les effectifs des manifestations du M20F n’ont fait qu’augmenter. Mais, à partir du mois de mai, les manifestants sont devenus la cible d’une répression plus forte, à cause du franchissement par les responsables du mouvement de certaines des lignes rouges tracées par les autorités. Par exemple, le 15 mai, les « fébréristes » veulent protester contre l’existence du centre de détention clandestin de Témara, près de Rabat. Le pouvoir, qui nie qu’un tel lieu fonctionne, interdit fermement aux activistes du M20F d’organiser un sit-in à ses alentours. Ce « conseil » n’ayant pas été respecté, la répression sera violente contre les participants à ce sit-in, et l’on comptera des blessés et nombre d’arrestations (Bennafla, 2011). Le traitement sécuritaire de ces actions et la répression qui s’abat sur les militants visent à affaiblir le mouvement dans sa capacité mobilisatrice. Un même scénario se répète les 22 et 29 mai 2011 à l’occasion des mobilisations hebdomadaires du M20F. Et c’est certainement à cause de cette violente campagne de répression qu’il a fallu attendre la cinquième journée nationale de contestation, soit le dimanche 5 juin 2011, pour que le M20F se décide à condamner ces exactions et violations, à la suite de quoi la répression policière a pris une forme plus mesurée.

  • 10 En la circonstance, les attroupements de ceux qui avaient répondu aux appels du M20F ont été rapide (...)

37Cependant, des « anti-fébréristes » – ces « fameux » baltagia que nous avons déjà évoqués – engageront des actions violentes, mais d’une forme inédite, à l’encontre des militants du mouvement qui s’apprêtent à nouveau à manifester le 19 juin 2011 – en réaction au discours royal du 17 juin appelant le peuple à voter « Oui » au le projet de nouvelle Constitution – dans le quartier de Takaddoum à Rabat10. Dès lors, ils « accompagneront » toutes les manifestations du M20F. Ils agiront comme une force auxiliaire, à laquelle les forces de l’ordre auraient sous-traité les tâches répressives, dans le but d’essouffler le mouvement. Malgré leur petit nombre, les « anti-fébréristes » bénéficient d’un soutien logistique et matériel important de la part du régime, surtout après l’appel du Roi à voter « Oui » au référendum constitutionnel – lequel sera organisé le 1er juillet 2011. Ils deviennent un instrument de propagande du pouvoir et occupent la rue de manière à affaiblir la portée que les actions du M20F pourraient avoir sur la population. Si le 26 juin 2011, la contestation revient dans le centre-ville de Rabat, son lieu habituel et plus conventionnel, les fébréristes ne s’en retrouvent pas moins, une fois encore, encerclés par les forces de l’ordre et les « anti-fébréristes ».

38La manifestation est aussi un langage. Elle vise à exprimer et à représenter le mouvement, ceux qui sont mobilisés, ainsi que leurs revendications. Elle constitue aussi un moyen décisif par lequel les groupes font parler le nombre pour se construire comme groupe, pour exister en tant que tel (Offerlé, 1994, 113). La construction d’identités collectives, qu’elle favorise, repose sur des scénographies qui, au cours des manifestations, utilisent plusieurs signes d’identification, comme les banderoles, drapeaux, pancartes, slogans, etc. Elle repose en outre sur l’espace, notamment par la symbolique des parcours, sur le moment et la durée du cortège, ainsi que sur la morphologie des défilés, du fait de leur ordonnancement réglé. Toutes ces scénographies manifestantes permettent aux mouvements de se construire comme mouvement et d’exister en tant que mouvement (Fillieule, Tartakowsky, 2008, 155).

  • 11 Les modes de composition des défilés, les tenues vestimentaires, les slogans lancés et symboles aff (...)

39Les scénographies manifestantes sont, dans le cas du M20F, exposées de manière variée selon la référence idéologique des principales composantes du mouvement, en particulier selon qu’il s’agit des islamistes ou des militants de la gauche radicale11. Le terme « idéologie » est ici utilisé avec la valeur de fonction d’intégration permettant aux identités collectives de se construire et de se maintenir que lui donne P. Ricœur (1986, 385). Or, de plus en plus, se manifestent au sein du mouvement lui-même des divergences idéologiques entre islamistes, notamment ceux d’AWI, et courants de gauche. Ces divergences dépassent le cercle étroit des débats politico-idéologiques. Ainsi, à partir de juin 2011, les marches contestataires furent-elles l’occasion de leur expression dans la rue, elles portent le risque de détruire l’unité du mouvement même si ce dernier y puise sa force et sa dynamique (carnet de terrain du chercheur).

40L’hétérogénéité idéologique des différentes composantes du M20F a son expression dans l’espace où s’expriment les revendications, même si manifestations et défilés réunissent généralement leurs membres ou leurs adhérents. Autrement dit, la communauté d’action, établie dans la lutte contre un adversaire commun – le pouvoir et les gouvernants -, ne suffit pas à ce que le mouvement puisse rétablir l’équilibre entre ses composantes et reconstituer une sorte d’unité. Celle-ci apparaît au contraire bien fragile et laisse l’impression qu’elle peut à tout moment se défaire. Au sein des scénographies manifestantes, les symboles du M20F sont très visibles. Le logo frappé en caractères blancs sur drapeau noir – en arabe, en amazighe et en français – est le principal symbole d’union à l’échelle nationale. Mais, à côté de ces signes unificateurs, d’autres reflètent une diversité idéologique manifeste. Le drapeau rouge, le portrait de Che Guevara, le « V » de la victoire formé par l’index et le majeur, l’étoile rouge, sont des symboles qui renvoient à des valeurs de gauche et elles sont mises en avant par les militants d’Annahj et ceux de l’extrême-gauche. Le drapeau amazighe, lui-aussi présent dans les manifestations du M20F, est le symbole de l’identité culturelle amazighe.

  • 12 Kamal Al-Ammari était un militant d’AWI à Safi. Il est décédé le 2 juin 2011 des suites de blessure (...)

41Par contre, la barbe et le hijab reflètent une appartenance idéologique d’obédience islamiste. L’index levé vers le ciel en signe d’Unicité de Dieu, la séparation entre hommes et femmes, la lecture de la sourate Al-Fatiha en signe de recueillement pour un défunt, le commencement de toute action par « Au Nom de Dieu » sont autant de signes observés chez les islamistes d’AWI. Ceux-ci incarnent la composante la plus homogène dans les cortèges du M20F. Leurs effectifs sont les plus importants et les plus visibles. Ils défilent toujours d’une manière bien ordonnée, faisant ainsi preuve d’une discipline et d’une cohésion sans égales chez les militants des autres fractions. À part l’harmonisation des corps en rangées bien ordonnées et la séparation entre hommes et femmes, aucun slogan ou banderole spécifiques ne sont observés dans les rangs des militant(e)s d’AWI lors des manifestations du M20F, à l’exception des portraits du chahid (i.e. martyr) Kamal Al-Ammari12 brandis massivement sous forme d’affiches cartonnées lors des marches protestataires, notamment celle du 5 juin 2011 à Rabat.

42Concernant les slogans du M20F, ils reflètent la diversité thématique de la contestation sociale et politique au Maroc, avec des slogans hérités des luttes antérieures et d’autres nouvellement formulés et marquant la spécificité du mouvement. La formation des coordinations locales a en effet conduit à les doter de « comités de slogans » chargés d’en formuler de nouveaux, tandis qu’un comité situé à la tête du mouvement a pour tâche de les centraliser, de les unifier et surtout d’en organiser la scansion au moment de leur expression publique. Le but en est d’homogénéiser la parole du collectif et de contrôler les débordements oraux. En règle générale, les forces de l’ordre savent distinguer les slogans revendicatifs des slogans s’attaquant directement à la personne du Roi, ce à quoi elles sont très attentives. Il faut d’ailleurs noter l’absence, dans le « catalogue » des slogans, du célèbre : « Le peuple veut la chute du régime », qui a prospéré partout ailleurs dans les pays arabes en révolte. Ici, les cris les plus fréquents sont : « Le peuple veut la fin du despotisme », ou bien : « Le peuple veut la fin de la corruption », formulations moins radicales quant au sort à réserver au régime.

Incidence du M20F sur la sphère de la politique institutionnelle

  • 13 Discours du roi le 22 février 2011 annonçant la création d’un Conseil économique, social et environ (...)

43Parmi les réponses apportées au M20F, la Constitution adoptée par référendum en juillet 2011 est sans doute la principale. Au lendemain de la première manifestation, la réaction du Roi fut d’installer le Conseil économique, social et environnemental (CESE). En visant sans le nommer le M20F, le Roi a indiqué dans le discours consacré à ce sujet qu'il ne cèderait pas à la démagogie et l'improvisation : « Nous nous sommes constamment refusés à céder à la démagogie et à l'improvisation dans notre action visant à consolider notre modèle singulier de démocratie et de développement »13. Dans ce contexte de tensions fortes entre le M20F et le Makhzen, le facteur temps constituait un élément essentiel. Du côté de l’État, il paraissait important de ne pas se laisser dépasser par les revendications, d’éviter de montrer que le pouvoir fléchissait sous le poids de demandes trop nombreuses ou très radicales. Du côté du M20F, il fallait veiller à ce que le mouvement ne s’essouffle pas sur la longue durée (Saaf, 2011). La réponse constitutionnelle annoncée par le discours royal du 9 mars 2011, tout en dépassant les attentes des partis politiques, restait cependant en-deçà des revendications du M20F. Le Roi avait décidé en effet de constituer une Commission consultative de révision de la Constitution (CCRC), chargée d’élaborer un projet de réforme constitutionnelle. Mais le M20F rejeta tout de suite cette initiative et poursuivit ses appels à la mobilisation pour protester contre la nature non démocratique de la procédure de nomination des membres de cette Commission par le Roi. La CCRC prit néanmoins contact avec le M20F et fit part à ses responsables de son souhait de les recevoir, pour écouter leurs revendications quant à la révision de la Constitution. Mais, au nom du mouvement, et bien qu’elle fût la première composante non-politique à être invitée, ses responsables déclinèrent l’offre qui leur était faite.

44À la différence des mouvements qui se sont développés dans les autres pays de la région, le M20F n’était pas nourri par une contestation radicale du régime en place, mais plutôt par des revendications à caractère réformiste dominées par une exigence de moralisation de la gestion publique ainsi que par une aspiration à une plus grande justice sociale. C’est dans ce cadre que la question de la démocratie participative se pose en étroite relation avec celle des revendications sociales. Les politiques publiques étant interpellées par des revendications de plus en plus grandissantes et urgentes, elles ne sont plus formulées et mises en œuvre selon des agendas préétablis indépendamment des attentes de leurs destinataires, mais en fonction des mobilisations protestataires (El Maslouhi, 2011). Les politiques publiques ont en quelque sorte été progressivement contraintes à prendre en compte la voice du mécontentement (Montserrat, 2009, 46).

45En insérant dans la nouvelle Constitution des dispositions ouvrant l’espace public à la participation citoyenne, le pouvoir envisageait de privilégier un nouveau mode de régulation politique. Il s’agissait pour lui, entre autres objectifs, de contrôler les mobilisations contestataires et de les canaliser pour ne pas les subir et maintenir, en conséquence, les équilibres sociaux nécessaires pour légitimer les actions de l’État. Il est ainsi envisagé, dans le préambule de la Constitution, ainsi que, dans différents articles, une participation des associations et des ONG dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des décisions à prendre ou prises par les institutions élues et les pouvoirs publics (art. 12) ou encore la création d’instances de concertation concernant les politiques publiques (art. 13). En outre, la Constitution engage une évolution vers l’implication directe des citoyens dans l’exercice du pouvoir législatif en leur octroyant le droit de présenter des motions en matière législative (art. 14), ainsi que celui de présenter des pétitions aux pouvoirs publics (art. 15).

46La nouvelle Constitution, en faisant référence explicitement à la démocratie participative, aurait dû, en principe, favoriser un élargissement de la « société civile ». Dans les faits, cependant, si, par les dispositifs de participation qu’elle énonce, elle reconnaît un rôle notable aux associations et aux ONG, elle tend à marginaliser les mouvements sociaux et, donc, tous ceux qui agissent au sein d’une société civile non instituée. La société civile se trouve alors réduite, par le texte constitutionnel, à ses seules composantes dont la conduite est jugée « acceptable » par le pouvoir et selon les normes dominantes (Dagnino, 2007, 358).

  • 14 Le « Mouvement Anfass démocratique » est une association politique marocaine créée en 2013 par d’ex (...)
  • 15 Créé en 2013 par d’anciens militants du M20F, l’« Institut Prometheus pour la démocratie et les dro (...)

47Par ailleurs, ces dispositifs participatifs ont pour objectif implicite de canaliser toute action contestataire en l’encadrant et en la contrôlant. Cela passe par exemple par la cooptation de plusieurs jeunes du M20F par des partis proches du pouvoir, tel le Parti Authenticité et Modernité (PAM), ou par des associations qui gravitent dans l’orbite de ces mêmes partis, comme c’est le cas de l’association Damir, une émanation du PAM apparue à la fin de 2013. Mais cela peut aussi prendre la forme d’une « reconversion » de l’action collective, privilégiant la participation active dans une association qu’elle soit de nature politique – dont le « Mouvement Anfass démocratique »14 peut être pris comme exemple – ou d’une autre nature – telle une association à finalité pédagogique comme l’« Institut Prometheus pour la démocratie et les droits de l’Homme »15.

Conclusion

48Les situations que nous avons analysées voudraient montrer que, au Maroc, l’action collective menée par des mouvements sociaux rivalise aujourd’hui avec l’action politique institutionnelle. En effet, les partis politiques et les syndicats étant désormais largement domestiqués, c’est la société civile qui prend le relais pour proposer un renouveau politique ; et elle le fait notamment à travers la formation et l’action de mouvements sociaux à connotation politique comme le M20F. Notre étude montre par ailleurs que les dispositifs participatifs proposés par la Constitution de 2011, tout en essayant de pallier les défaillances de la démocratie représentative, ont pour objectif implicite de canaliser toute action collective et, partant, son encadrement et son contrôle.

49Si le M20F a pu s’approprier certains espaces publics et gérer leur occupation d’une manière pacifique, c’est sans doute qu’il n’y a pas eu au Maroc d’occupation permanente de places, à la différence de ce qui s’est passé, par exemple, en Égypte avec l’occupation de la place Tahrir entre le 25 janvier et le 11 février 2011, date de la démission du président Hosni Moubarak et de son départ du pouvoir. Il s’est agi plutôt, comme nous l’avons décrit, d’un processus récurrent de retour en un même lieu, sur une même place, celle de Bab El Had, en plein cœur de Rabat, avec, de temps en temps, des manifestations et défilés dont le point de départ était situé dans des quartiers populaires de la capitale (Takaddoum, Akkari, Yacoub El Mansour). Nous avons ainsi pu mettre en évidence l’existence de différences entre ces deux types de manifestations. En général, les mobilisations qui se déroulent ou prennent leur origine dans les quartiers populaires inquiètent particulièrement les pouvoirs publics et les forces de l’ordre parce qu’elles se situent dans des quartiers de forte densité, où les tensions sociales sont particulièrement grandes et où, par conséquent, les risques de débordement des organisateurs sont les plus élevés. Une autre spécificité des manifestations inscrites dans les quartiers populaires réside en ce que les slogans scandés à leur occasion revêtent un caractère plus social que politique (cherté de la vie, habitat, santé, éducation, emploi, etc.).

50Au total, le M20F et les pratiques de l’espace public/espaces publics qui ont accompagné son action nécessiteraient davantage d’intérêt de la part des chercheurs, tout comme la manière dont le régime les a traités. La protestation dans l’espace public acquiert, à force de répétition et tant qu’elle ne dépasse pas le seuil de tolérance défini (officieusement) par le régime, un caractère habituel, de relative normalité, qui facilite l’établissement d’un compromis bien compris entre les exigences de l’appareil répressif étatique et la nécessité d’une visibilité forte pour les responsables des mobilisations. Cet équilibre est entre autres garanti par l’autodiscipline qui est la règle dans les défilés et les sit-in ; ainsi se « normalise » une pratique pacifique qui incite les forces de l’ordre à reconsidérer ses modes d’intervention classiques. Pour les organisations qui appellent aux manifestations et pour les militants qui y participent, l’exercice de la violence physique est quasiment impensable, du seul fait qu’il pourrait provoquer des victimes. Mais l’exercice est également presque impossible du côté du régime, du fait des effets très négatifs qu’une répression trop violente aurait sur sa façade démocratique. La protestation dans les espaces publics n’est dès lors plus perçue par les autorités comme un comportement subversif, mais comme une action tolérable et une forme de participation.

51En confirmant sa place dans la société civile marocaine contemporaine en tant qu’acteur politique majeur, le M20F a contribué à la construction d’un nouvel espace public, un résultat que d’aucuns considèrent comme marquant une nouvelle étape dans l’histoire contemporaine du Maroc. Ainsi se justifierait le point de vue de nombre d’historiens, de politistes, de chercheurs de différentes disciplines, sans oublier les acteurs eux-mêmes du mouvement, qui distinguent entre un avant et un après 20 février 2011.

Haut de page

Bibliographie

Benmessaoud Trédano A., 2011, « Transition et autopsie d’une opposition agonisante ou la recherche d’une opposition perdue », Revue marocaine de sciences politiques et sociales, n° 1.

Bennafla K., Montserrat E., 2010, « Le Maroc inutile redécouvert par l’action publique : le cas de Sidi Ifni et de Bouarfa », Politique africaine, n° 120.

Boudarham M., 2009, « Les Tansikiyates de la colère », Tel Quel Magazine, Maroc.

Bozzo A., Luizard P.-J. (dir.), 2011, Les Sociétés civiles dans le monde musulman, Paris, La Découverte.

Braud P., 2006, Sociologie politique, 8e édition, Paris, LGDJ.

Catusse M., Vairel F., 2010, « Question sociale et développement : les territoires de l’action publique et de la contestation au Maroc », Politique africaine, n° 120, p. 5-23.

Champagne P., 1990, Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit.

Claisse A., 2013, « Le Makhzen aujourd’hui », p. 285-310, in Santucci J.-C., Le Maroc actuel. Une modernisation au miroir de la tradition ?, Paris, CNRS Éditions, 432 p.

Cohen J.-L., Arato A., 1994, Civil Society and Political Theory, Cambridge MA, MIT Press.

Dagnino E., 2007, « Participation, Citizenship and Democracy. Perverse Confluence and Displacement of Meanings », p. 353-370, in Neveu C. (dir.), Cultures et pratiques participatives, Paris, L’Harmattan.

El Maslouhi A., 2011, Sécurité, questions sociales et mouvements sociaux au Maroc, Rabat, CERSS.

Filleule O., 1997, Stratégies de la rue, Paris, Presses de Sciences Po.

Fillieule O., Tartakowsky D., 2008, La Manifestation, Paris, Presses de Sciences Po.

Gandolfi P., 2003, La Société civile au Maroc, Venise, Università Ca’Foscari, CESD.

Habermas J., 1978, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Leterre T., 2014, Citoyenneté et démocratie, 2010. Serveur des cours en ligne de l’Université juridique numérique francophone. En ligne : http://www.ac-limoges.fr [consulté le 22/04/2016].

Mathieu L., 2007, « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, p. 131-151. DOI : 10.3917/pox.077.0131

Montserrat E., 2009, « Les manifestations des diplômés chômeurs au Maroc », Genèses, 2009/4, n° 77.

Neveu E., 2011, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte.

Paquot T., 2009, L’Espace public, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Planche J., 2007, Société civile. Un acteur historique de la gouvernance, Paris, C.-L. Mayer.

Rachik A., 2014, « Les mouvements de protestation au Maroc, de l’émeute à la manifestation », Forum des Alternatives Maroc.

Ricœur P., 1986, Du texte à l’action. Essai d’herméneutique II, Paris, Le Seuil.

Royaume du Maroc, Haut-Commissariat au Plan, 2012, Enquête nationale sur les jeunes, Rabat.

Ripoll F., 2005, « S’approprier l’espace… ou contester son appropriation ? », Norois, 195|2005/2. En ligne : https://norois.revues.org/489 [06/08/2008 ; consulté le 22/04/2016].

Roque M.-A. (dir.), 2004, La Société civile au Maroc, Paris, Publisud.

Saaf A., 2011, La Science politique et les processus politiques en construction. En ligne : http://www.abdallah-saaf.net [consulté le 22/04/2016].

Vogel M., 2011, « La démocratisation au Maroc », Études et Essais, n° 7.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Plateforme revendicative du M20F.
Mouvement des jeunes du 20 février, coordination de Rabat

Les revendications du mouvement du 20 février telles qu’elles ont été présentées lors de la conférence de presse du 19/02/2011 :

– Adoption d’une constitution démocratique exprimant la volonté réelle du peuple.

– Dissolution du gouvernement et du parlement et formation d’un gouvernement provisoire de transition soumis à la volonté populaire.

– Une justice indépendante et intègre.

– Jugement des personnes impliquées dans la dépravation économique et la dilapidation des biens publics.

– Reconnaissance de l’amazigh comme langue officielle à côté de la langue arabe et prise en compte des spécificités de l’identité marocaine : langue, culture et histoire.

– Libération de tous les détenus politiques et d’opinion.

– Mise en place des conditions d’une vie digne, notamment par :

- l’intégration immédiate et totale des diplômés chômeurs dans la Fonction publique ;

- la garantie d’une vie dans la dignité en mettant un terme à la cherté de la vie et par l’augmentation du salaire minimal ;

- l’accès de l’ensemble des citoyens aux services sociaux tout en améliorant leur efficience.

Source : Journal Attadamoune, Association marocaine des Droits humains. Spécial Fête de l’Humanité, 2011.

Annexe 2. Réponses de l’État aux revendications du M20F

Réponses

Contenu de la réponse

Date

Remarques

Politiques

Principale réponse constitutionnelle annoncée par le discours royal.

9 mars 2011

-17 jours après la 1ère manifestation du M20F.

-Dépassant les attentes des partis, les orientations royales restent en-deçà des revendications du M20F.

Mesures prises pour apaiser le climat politique : libération de 148 détenus politiques prisonniers, en majorité des islamistes, y compris le groupe Belliraj des six, comme réponse à un rapport du Conseil national des droits de l’homme.

14 avril 2011

Il s’agit de la plus grande grâce royale accordée aux prisonniers politiques marocains dans toute l’histoire politique du Maroc.

Le Parti Authenticité et Modernité (PAM), accusé d’avoir altéré la vie politique, se fait moins visible et ses symboles disparaissent du devant de la scène notamment Fouad Ali Al-Himma, fondateur du Parti qui annonce sa démission de toutes ses fonctions au sein du parti.

15 mai 2011

Il s’agit là d’une des revendications du M20F.

Institutionnelles

- Création du Conseil économique et social (CES).

- Remplacement du CCDH par le CNDH.

21février 2011

- Un jour après la 1ère mobilisation.

- Renforcer le projet « Droits de l’Homme » du régime.

- Activation des conseils existants (Conseil de prévention et de lutte contre la corruption et Conseil de la concurrence).

Instances de bonne gouvernance.

- Remplacement de « Diwane Al Madhalim » par « le Médiateur ».

18 mars 2011

Instance de bonne gouvernance.

Sociales

Création de plus de 4 000 emplois pour atténuer la forte demande des diplômés chômeurs (tous ceux du troisième cycle ont été recrutés).

Mars 2011

Achat de la paix sociale.

Augmentations salariales décidées (600 DH) pour acheter la paix sociale à travers des négociations directes avec le Palais, pilotées par le conseiller royal Mohamed Moatassim.

Avril 2011

Achat de la paix sociale.

Augmentation du budget de la Caisse de compensation à un niveau inédit (53 Mds DH).

Question qui se pose : « Comment un État non pétrolier comme le Maroc trouve-t-il de l’argent à distribuer ? »

Sécuritaires

Déploiement quasi permanent, de la part de l’État, des forces de l’ordre ; démonstrations de force fréquentes ; étalement des moyens d’intervention et de dissuasion.

Depuis le 20 février 2011

Le déploiement est généralement très visible ; parfois, plus discret.

Répression proportionnée.

Selon le contexte

La répression est « mesurée » pour éviter qu’elle n’engendre en réaction des ripostes trop violentes et que, par solidarité avec les victimes éventuelles, elle ne provoque un regain des mobilisations.

Répression disproportionnée par rapport à l’événement.

Mars à juin 2011 principale-ment

L’exemple-type en est la répression dure qui s’est produite à Casablanca le 13 mars, mais aussi les 15, 22 et 29 mai.

Autres

Les partis politiques adoptent une attitude de silence et d’expectative.

Cependant, les jeunesses partisanes s’insurgent contre leurs chefs.

Profitant de la dynamique créée par le M20F, le mouvement syndical et l’action associative s’activent de plus en plus.

Les intellectuels font l’éloge du M20F.

Voir le manifeste : Le changement que nous voulons.

Annexe 3 : Chronologie du M20F

2011

20 février. Passage à l’action du M20F, manifestations dans 53 villes qui rassemblent plus de 150 000 personnes à travers tout le pays. Les manifestants exigent une plus grande ouverture démocratique. Débordements dans quelques villes comme Al Hoceima, Tanger et Marrakech.

21 février. À l’occasion de l’annonce de la création du CES, Mohamed VI se dit « engagé à mener des réformes structurelles ». Mais, à 18 h, violente répression du sit-in organisé à Bab Lhad par des activistes du M20F à Rabat.

26 février. 1000 personnes manifestent à Casablanca en réponse à l’appel du M20F pour dénoncer le niveau élevé de corruption et exiger une nouvelle constitution.

9 mars. Discours royal dans lequel Mohamed VI annonce une réforme constitutionnelle.

13 mars. Usage non-proportionné de la violence à Casablanca contre les militants du M20F qui protestent devant le siège central du PSU.

20 mars. Les protestations continuent à se développer pacifiquement. À Rabat, le M20F appelle à une énorme manifestation qui se termine par un sit-in devant le Parlement.

24 mars. Création du « médiateur », institution qui remplace le Diwan Al-Madalim.

31 mars. Publication par 170 intellectuels marocains d’un manifeste appelé Le changement que nous voulons.

14 avril. Mohammed VI gracie 148 prisonniers, en majorité des islamistes, y compris le groupe Belliraj des six.

24 avril. 27 000 personnes répondent à l’appel du M20F et manifestent sans incident dans 100 villes.

28 avril. Attentat à Marrakech.

1er mai. Participation du M20F aux manifestations syndicales.

8 mai. Plus de 5 000 personnes se rassemblent à Marrakech en réponse à un appel du M20F pour réclamer une constitution démocratique, la dissolution du parlement actuel et la libération des prisonniers politiques.

15 mai. Fouad Ali Himma, fondateur du Parti Authenticité et Modernité (PAM) annonce sa démission de toutes ses fonctions au sein du parti.

17 juin. Mohammed VI prononce un discours télévisé dans lequel il présente le projet de la nouvelle Constitution, rédigée par la commission présidée par Abdelatif Mennouni et qui sera soumise à un référendum populaire le 1er juillet.

26 juin. Des milliers de Marocains répondent à l’appel du M20F et descendent dans la rue pour protester contre le nouveau projet de constitution. En parallèle, les anti-fébréristes prônent le « oui » à ce projet.

1er juillet. Référendum sur le projet de la nouvelle Constitution : le « oui » l’emporte avec un score de 98,5 % des voix, avec un taux de participation élevé (72 % des 13 millions de Marocains inscrits sur les listes électorales).

16 août. Le ministre de l’Intérieur Taieb Cherkaoui annonce que les élections législatives prévues pour septembre 2012 se tiendront le 25 novembre 2011.

5 octobre. Huit partis forment à Rabat une coalition pour la démocratie, un bloc à dominance libérale, mais ouvert aussi aux socialistes et écologistes, mais sans aucune adoption de listes communes pour les législatives du 25 novembre 2011 (G8).

10 octobre. Le mouvement islamiste d’AWI annonce dans un communiqué son boycott des élections législatives du 25 novembre.

20 novembre. À cinq jours des élections législatives, le M20F mobilise 6 000 manifestants à Casablanca, appelant à boycotter les élections. D’autres marches similaires ont lieu à Rabat et à Tanger.

25 novembre. Le Maroc organise des élections législatives anticipées. Le Parti Justice et Développement (PJD) arrive 1er avec 107 des 395 sièges. Un total de 135 membres du M20F ont été arrêtés et interrogés sur la campagne pour le boycott des élections. Selon AWI, 60 des détenus appartiennent à cette organisation.

18 décembre. Marche dans le quartier populaire d’Akkari avec une faible participation
d’AWI.

19 décembre. Publication du communiqué d’AWI annonçant la suspension de sa participation au M20F.

2012

22 janvier. 11e journée de contestation nationale (CNAM20F).

19 février. 1er anniversaire du M20F.

Source : Carnet de terrain du chercheur.

Haut de page

Notes

1 La place Bab Lhad est située à l’extérieur de la muraille des Almohades et à proximité de la porte Bab Lhad. Cette porte est partie intégrante du rempart, lequel a été construit vers la fin du XIIe siècle par Yacoub El Mansour.

2 Il s’agit principalement du parti d’extrême gauche Annahj Addimocrati (la Voie démocratique) et du Mouvement islamiste Al Adl Wal Ihsane (Justice et Spiritualité). Le premier, créé en 1995 mais légalisé seulement en 2004, se réclame de Ila Al Amam (En avant), un mouvement marxiste-léniniste clandestin des années 1970. Se positionnant dans l’opposition légale non parlementaire, il est très actif dans le domaine de l’action collective et suit toujours une tradition de boycott des élections. Selon son Secrétaire national, « le processus électoral ne fonctionne pas de façon démocratique […] [à cause de] l’autoritarisme qui prévaut toujours au Maroc, autant au niveau national, avec une monarchie qui a toujours tous les pouvoirs, qu’au niveau régional, du côté des collectivités territoriales, où la suprématie du ministère de l’Intérieur est toujours de mise ». Le second est une organisation politique islamiste, non reconnue par les autorités. Elle est la plus importante des organisations islamistes actives au Maroc, dont la gestation a commencé au milieu des années 1970. Elle se distingue par sa non-reconnaissance du statut de Commandeur des croyants qui est attribué au Roi et par l’importance qu’elle accorde à l’éducation spirituelle. Elle suit toujours une tradition de boycott des élections. Bien qu'elle ne soit pas autorisée à former un parti politique, elle est active et visible sur l’espace de l'action collective.

3 Une très grande variété de définitions de ce que recouvre la notion de Makhzen existe. Comme il ne saurait être le lieu d’en débattre ici, nous reprenons dans ce qui suit ce qu’écrit Alain Claisse (2013) dans l’étude fondamentale qu’il lui a consacrée : « Quelles que soient les différentes interprétations, la plupart des auteurs s’accordent sur le fait que le Makhzen était une autorité de superposition invoquant la raison divine pour imposer à des communautés territoriales et religieuses autonomes des relations d’allégeance. Utilisant son armée et sa bureaucratie, le Makhzen a travaillé suivant un long processus historique à convertir l’allégeance en obéissance. Il prélevait l’impôt et exerçait une fonction d’arbitrage, notamment en matière foncière, où il apparaissait comme un régulateur de la propriété [...]. Au long de son histoire, il n’a pas vraiment changé de nature. Il s’est consolidé en utilisant des ressources institutionnelles [...]. En tant qu’autorité centralisée, le Makhzen d’aujourd’hui combine deux types de leaderships visant à consolider les bases sociales de son pouvoir. Un commandement traditionnel le relie à divers réseaux de clientèles. Des jeux d’alliances négociées ou imposées avec des groupes ou des individus assurent à ses bénéficiaires prestige, biens et services. Un commandement de type moderne s’inscrit dans des formes institutionnelles et normatives de pouvoir, régimes réglementaires d’autorisations pour les activités économiques, nomination aux postes prestigieux ou rémunérateurs, mobilisation des soutiens à travers des organisations partisanes ou socio-culturelles ».

4 Le CNAM20F est le Conseil national d’appui au M20F.

5 Le « statut avancé » implique, pour le pays qui en bénéficie, une intégration progressive dans le marché intérieur de l’Union européenne. Cela passe, entre autres, par un renforcement des échanges – qui peut prendre la forme d’un accord de libre-échange « global et approfondi » sur les biens, les services et les capitaux - et une implication accrue des agences européennes dans le pays en question.

6 Le rassemblement des participants aux marches du M20F se situe place Bab Lhad ; les défilés ou marches empruntent ensuite le boulevard Hassan II, puis tournent à droite sur l’avenue Mohammed V pour arriver devant le Parlement où se tient habituellement un sit-in avant la dispersion de la manifestation. Les différentes composantes de cette expression protestataire correspondent en général à une durée d’ensemble de deux à trois heures. Les marches sont souvent organisées le dimanche après-midi, à la différence des autres pays arabes où les protestations et mobilisations, lors des « Printemps arabes », se faisaient le vendredi, notamment après Salate Al-Joumou’a [ou Salah Jumu’ah] (la prière après le prêche du khatib, le prédicateur).

7 Akkari est un quartier situé au sud de la médina de Rabat, en bordure de l’Océan atlantique. Quartier populaire, développé aux alentours des années 1920 à proximité des abattoirs, d’installations militaires, d’un lazaret, de cimetières, son peuplement a démarré avec la construction des premiers lotissements indigènes, peuplés par des familles ayant quitté la médina. C’est toujours un quartier populaire, assez dégradé ; il compte 25 000 habitants en 2004 et sa densité dépasse les 200 hab./km². Yacoub el Mansour, quant à lui, situé au-delà d’Akkari en direction du sud, sur la route de Casablanca, est né d’une cité de recasement de bidonvilles érigée dans les années 1950. Il a connu ensuite un développement très rapide, de familles venues se loger dans les logements économiques inscrits dans une « trame Écochard » (8 m x 8 m) et dans quelques immeubles locatifs, de médiocre qualité ; la densité de population est très élevée, les activités informelles foisonnent. C’est aujourd’hui l’un des quartiers les plus peuplés de Rabat avec plus de 200 000 habitants, sur une superficie qui équivaut au 1/6e de celle de la capitale et une densité supérieure à 150 hab./km². Malgré l’installation, à ses marges et dans des zones de villas, de quelques éléments des classes moyennes, il est toujours considéré comme l’un des quartiers les plus défavorisés de Rabat. Takaddoum est lui aussi un gros quartier populaire qui s’étend sur le plateau dominant, sur sa rive gauche, la vallée du Bou Regreg. Au sud, le quartier de Souissi lui est limitrophe. À l’origine se trouve une cité de recasement destinée à reloger les habitants du bidonville de Douar Doum. Cette cité a constitué le noyau de toute une série d’opérations de ce que l’on appelait sous le Protectorat l’« habitat du grand nombre ». Peuplé essentiellement de populations pauvres, avec quelques éléments des classes moyennes (segment inférieur), le quartier de Takaddoum compte un très grand nombre d’établissements commerciaux et d’activités du secteur informel.

8 Baltagia (ou baltaguia ou, comme en Égypte, balataguiya) est un terme d’origine turque qui désigne un homme de main. Pendant la révolution égyptienne de 2011, le terme a servi à qualifier les jeunes gens venus prêter main-forte au pouvoir pour empêcher les manifestations publiques, soit en tabassant les participants, soit en organisant des contre-manifestations, comme lors de la « bataille des chameaux » sur la place Tahrir au Caire.

9 La gare routière d’Al Kamra se trouve dans le quartier populaire de Yacoub Al-Mansour. Située sur la route de Casablanca (à 5 km du centre-ville), c’est de là que partent les lignes de car qui assurent les liaisons avec les grandes villes du Royaume.

10 En la circonstance, les attroupements de ceux qui avaient répondu aux appels du M20F ont été rapidement dispersés par les forces de l’ordre.

11 Les modes de composition des défilés, les tenues vestimentaires, les slogans lancés et symboles affichés par les uns ou les autres seront précisés en infra.

12 Kamal Al-Ammari était un militant d’AWI à Safi. Il est décédé le 2 juin 2011 des suites de blessures infligées par la police, après quoi il est devenu "شهيد حركة 20 فبراير " (martyre du Mouvement du 20 février).

13 Discours du roi le 22 février 2011 annonçant la création d’un Conseil économique, social et environnemental.

14 Le « Mouvement Anfass démocratique » est une association politique marocaine créée en 2013 par d’ex-militants du M20F. Fondé sur les valeurs de démocratie, d’équité sociale et de modernité, le Mouvement se dit « profondément convaincu que le Maroc a besoin, plus que jamais, d’alternatives politiques à même de provoquer une rupture avec le modèle stérile ambiant, de redonner considération à l’action politique capable de provoquer le changement, de défendre durement l’option démocratique ».

15 Créé en 2013 par d’anciens militants du M20F, l’« Institut Prometheus pour la démocratie et les droits de l’Homme » (IPDDH) est une ONG qui se dit « indépendante de l’État, des partis politiques et des syndicats ». Son objectif est « la promotion des principes et des valeurs des droits humains et de la démocratie tels qu’ils sont universellement reconnus, et ce à travers le débat, la sensibilisation, la formation et l’échange ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les lieux de la constestation à Rabat.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1204/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Naimi, « Mouvement du 20 février et appropriation de l’espace public au Maroc », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://emam.revues.org/1204 ; DOI : 10.4000/emam.1204

Haut de page

Auteur

Mohamed Naimi

Sociologue, Doctorant, Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, Université Mohamed-V, Rabat (Maroc), membre du CERSS (Centre d'études et de recherches en sciences sociales), Rabat (Maroc)

naiimi56@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page