Navigation – Plan du site
Espace public vs espaces publics

Espaces à conquérir. Le conflit comme nécessité démocratique dans un quartier touristique de Malte

Spaces to Be Conquered. Conflict as a Democratic Necessity in a Tourist Urban Area in Malta
Élise Billiard

Résumés

Les espaces publics sont essentiels à la formation d’une sphère publique et d’une cohésion sociale effective. Cependant, l’aménagement du territoire qui prévoit parcs arborés et places publiques ne donne pas nécessairement lieu (au sens littéral du terme) à une société démocratique. En m’appuyant sur l’étude de cas d’un quartier appelé Paceville, de la petite ville balnéaire de St-Julians, à Malte, je rappellerai que les espaces publics sont toujours des espaces conflictuels que chacun cherche à s’approprier, ce qui les distingue des espaces privés. Pointant l’absence d’espace réellement public sur le site de larges projets immobiliers et hôteliers privés à Paceville, je souhaite réitérer la nécessité de repenser les espaces publics en termes politiques et non plus seulement en termes architecturaux ou urbanistiques. Au cœur de cette recherche effectuée en 2012 et 2013 est l’idée que si l’espace est produit par les forces sociales en place (Lefebvre, 1974) il est aussi l’une des conditions de possibilité de la société.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À Malte, il est courant de mettre un terme à toute conversation en expliquant que « Malte est petite ». C’est un fait indéniable que l’île principale de l’archipel maltais, qui ne mesure que 28 km de long peut parfois sembler étouffante. Pour échapper à toute claustrophobie, je me rends, comme d’autres, sur le site de grands projets immobiliers comme Smart City, Tigné Point, Pendergardens ou encore Portomaso. Une fois à l’intérieur, l’impression de voyage est surprenante. Tout respire la grandeur et la propreté. On se croirait dans un des modèles que les architectes présentent lors d’appels à projets. Un urbanisme épuré, des aménagements aux lignes modernes. Ici tout s’oppose à l’expérience quotidienne des espaces urbains maltais dont la circulation est malaisée, les rues peu entretenues et où le faible engagement de l’État et l’étroitesse du territoire se font sentir. Car, à Malte, l’État intervient peu en comparaison d’autres pays européens comme la France. Ici l’entretien est largement laissé aux particuliers, aux habitants. Dans les petites municipalités maltaises, chaque seuil est nettoyé avec soin par les propriétaires, offrant un contraste saisissant avec le peu d’entretien accordé aux rares espaces publics. Ainsi chaque ruelle, chaque carré de terre appartient à quelqu’un. Pour moi, cela a pu dans les premiers temps, provoquer un sentiment de claustrophobie, et j’ai fortement ressenti l’absence de lieux publics plus impersonnels, où l’appartenance du lieu aux habitants est moins marquée. Cette appartenance est rendue visible par la distribution des corps et les échanges de regards dans l’espace public : les hommes discutant à l’ombre, les femmes nettoyant le palier de leur maison, les regards posés sur l’étrangère que j’étais. Ainsi, c’est sur le site des récents projets immobiliers mentionnés plus haut, pourtant espaces privés, que je trouvais enfin un peu de l’anonymat si cher aux grandes villes. Je découvrais que, paradoxalement, c’était dans les enclaves privées que je me sentais la plus libre ; là où l’espace ne semble plus appartenir à personne. Là où je pouvais échapper au regard des voisins, témoins assidus de ma vie quotidienne.

  • 1 Smart City est un projet immobilier qui dépend à 90 % d’investisseurs de Dubaï et à 10 % de l’État (...)

2Pour autant, ces grands projets immobiliers ne sont pas complètements nouveaux, ils ont tous un air de déjà-vu. En effet, il y a toujours une fontaine plus ou moins grandiose ou même une marina, parfois artificielle (Portomaso). Et la vue dégagée sur la mer offre à la contemplation la ligne d’horizon qui pourrait être celle du Golfe persique comme de la Mer Méditerranée1. Je songe à la Ville Générique décrite par R. Koolhaas : « La sensation dominante dans la Ville Générique est un calme inquiétant : plus elle est calme, plus elle s’approche de l’état pur » (Koolhaas, 2011). Je m’assois au bord de la fontaine et je regarde autour de moi. Il n’y a pas de voiture, une brise marine me caresse la peau, il y a même des arbres, une denrée rare dans le paysage aride de Malte. Les terrasses des cafés et des restaurants exotiques (qui répondent essentiellement au triptyque cuisine italienne, cuisine gastronomique et fusion food auxquelles s’ajoute parfois un restaurant argentin de viande bovine) sont impeccables, sur les terrasses des plantes en pots saturées de nitrates sont alignées au cordeau, les palmiers importés se balancent au gré du vent, et les trottoirs immaculés sont encadrés de pelouses d’un vert tendre, un petit miracle sous ces latitudes. Les parents y amènent leurs enfants, les amoureux viennent s’y prélasser, les amis s’y retrouvent autour d’un verre, tandis que les entrepreneurs trouvent l’endroit idéal pour sceller une relation commerciale. Ces nouveaux espaces urbains offrent une planification de l’espace extérieur qui manque cruellement à Malte. Ils réinventent une urbanité qui a les habits d’une cité démocratique, mais sans la structure politique.

3Car tous ces grands projets immobiliers sont des propriétés privées. Cet état de fait me conduit à demander en quoi un espace ouvert dans un établissement privé diffère-t-il d’un espace appartenant à l’État ? Pour répondre j’observerai les espaces publics et ouverts du quartier le plus touristique de Malte : Paceville, dans lequel un nouveau type de larges complexes immobiliers et hôteliers a pris naissance. Je poserai ensuite les cadres de ma réflexion sur les espaces publics en tant que lieux du politique, c’est-à-dire en tant qu’objets et lieux des débats de la cité.

Fig. 1. Paceville, la rue comme théâtre.

Fig. 1. Paceville, la rue comme théâtre.

Cliché : É. Billiard, 2013.

4La Grèce antique est reconnue comme le berceau de la démocratie, un régime où des citoyens égaux débattaient des lois au cœur de la cité. Comme l’écrit F. Tomas (2001), « Il est vrai que la ville n’a pas d’abord été un regroupement de maisons mais un creux (agora, forum) où l’on discute de la chose publique et autour duquel elle se structure. »

5Dès le commencement, les espaces publics physiques et l’espace public politique étaient liés et dès l’origine ils étaient ce qui faisait la cité. Pourtant dans l’acceptation moderne, les espaces publics ne sont plus nécessairement des espaces civiques, mais de simples espaces ouverts. Garantir l’accès à l’espace est le principal souci de l’État qui installe des rampes de passage pour fauteuils roulants par exemple. Mais une fois que l’accès est assuré, le parc botanique ou la place du centre-ville sont-ils nécessairement devenus publics ?

6Dans cet article, je propose que la négociation des usages permis de l’espace urbain soit au creux de la place urbaine. Je maintiens qu’un espace « ouvert à tous » si tant est que cela soit possible, n’est pas un espace public. Les espaces de passage, ou non-lieux (Augé, 1992), tout comme les centres commerciaux ne sont pas des espaces publics contrairement à ce que suggèrent certains géographes (Tomas, 2001 ; Houssay-Holzschuch, Teppo, 2009). Il ne suffit pas de permettre à tous les groupes sociaux de venir s’y observer pour qu’une réelle co-existence s’établisse, bien que cela soit un progrès essentiel sur la voie de la démocratisation comme dans le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid que décrivent Houssay-Holzschuch et Teppo en 2009. Certes, pouvoir boire un café n’importe où est déjà en soi un début d’appropriation de l’espace, apprécié quand on est par exemple un homme noir à Cape Town (Houssay-Holzschuch, 2012), mais ceci ne suffit pas à constituer un espace public en tant que lieu et objet du débat civique.

  • 2 S. Sassen (2005, 38-39) écrit par exemple : “The centrality of place in a context of global process (...)

7L’hypothèse de cette étude est que seul l’engagement des citoyens pour et dans leurs espaces publics fournit un objet commun sur lequel les citoyens peuvent se rencontrer, reprenant ici les thèses d’Henri Lefebvre et de David Harvey. Comme dans la Grèce démocratique, ce sont l’agora et le forum qui sont les lieux et les objets communs dans lesquels et sur lesquels débattre. Cet engagement est rendu de plus en plus difficile. De nombreux auteurs parmi lesquels E. Swyngedouw (2011) et C. Crouch (2004) décrivent une société post-démocratique ou apolitique. Particulièrement, le débat sur la privatisation des espaces publics met en lumière une érosion de la démocratie (Purcell, 2008 ; Staeheli, Mitchell, 2008) mais montre également la possibilité de se réapproprier l’espace (Springer, 2010 ; Houssay-Holzschuch, Teppo, 2009). Les raisons sont multiples. Dans la « ville globale » qu’a définie S. Sassen, les habitants, parfois très mobiles, sont pris dans des réseaux et des enjeux internationaux qui laissent peu de place à l’engagement local. Néanmoins, S. Sassen note que ce nouveau système politique et économique donne ironiquement aux droits envers le lieu de vie, une place centrale. Ainsi S. Sassen envisage la revendication d’une nouvelle « citoyenneté » enracinée dans l’espace2. Le droit à la ville, pour reprendre H. Lefebvre, ou les « droits au lieu » [Rights to place] selon l’expression de S. Sassen (2005, 39), seraient au cœur des revendications alter mondialistes. C’est en tout cas ce que des mouvements, même limités, comme Occupy Wall Street ou Indignados démontrent en occupant des espaces publics. L’objet de cet article est de démontrer – à travers l’étude de grands projets urbains et des conséquences qu’ils imposent sur les rues avoisinantes – la nécessité de repenser les espaces publics comme des espaces politiques non pas en les occupant de manière temporaire, mais en rappelant que leur gestion même se doit d’être collective et non pas privatisée.

Paceville : un quartier fragmenté

Fig. 2. Paceville. Au premier plan, l’unique accès à la mer qui demeure ouvert au public, au second plan l’hôtel Westin Dragonara et le casino qui privatisent l’accès à la côte.

Fig. 2. Paceville. Au premier plan, l’unique accès à la mer qui demeure ouvert au public, au second plan l’hôtel Westin Dragonara et le casino qui privatisent l’accès à la côte.

Cliché : É. Billiard, 2013.

  • 3 Pour plus de détails sur l’évolution de Paceville, voir Billiard, 2014d.

8Paceville est aujourd’hui un quartier de la petite ville balnéaire de St-Julians. Les premières habitations furent construites par Guzeppe Pace pour loger les familles des fonctionnaires britanniques dans les années 1930, dans une région restée jusque-là agricole. Les premiers habitants sont donc des Britanniques au service de l’État colonial. Au lendemain de l’Indépendance, de jeunes familles maltaises viennent remplacer la population coloniale. Une église est construite. Dans les années 1980, les premiers établissements touristiques s’implantent et, dans les années 1990, le quartier devient le centre des loisirs nocturnes du pays3. Des hôtels se construisent, des appartements bon marché jouxtent les petites maisons de style colonial. Les écoles d’anglais sont nombreuses et leur clientèle peuple les discothèques qui ne cessent de s’agrandir. Les résidents venus dans les années 1960 se voient enserrés dans un quartier qui ne leur appartient plus. Ils observent la dégradation des lieux publics. Aujourd’hui, Paceville est devenu synonyme de libération des mœurs pour les uns et de décadence morale pour les autres (Billiard, 2014b).

  • 4 Pour voir le produit de cette collaboration avec le photographe David Pisani, voir Billiard, 2014b.

9Pour échapper à ces jugements moraux, l’on ne peut faire l’impasse d’une étude du terrain approfondie. Un simple coup d’œil sur le cadastre révèle un espace fragmenté par de gros ensembles hôteliers clos ou semi-clos qui encerclent et étouffent le bourg originel, monopolisant la côte et donc l’accès à la mer. J’ai donc conduit une enquête avec le photographe David Pisani et le disc jockey Antoine Coignard, dans le but de comprendre le type de relations existant entre les différents praticiens (selon l’expression de M. de Certeau) de ce quartier si méconnu à Malte bien qu’au centre des conversations quotidiennes. Nous avons arpenté les rues de Paceville de manière discontinue pendant un an (2013-2014), de jour et de nuit, et j’ai interviewé une vingtaine de personnes, dont de nombreux anciens résidents, les deux prêtres de la paroisse, des entrepreneurs, un patron de bar, un Disc Jockey, des employés d’école d’anglais. J’ai également discuté avec une vingtaine de clients des discothèques4. J’ai comparé différentes cartes, celle de l’autorité de l’Aménagement du territoire, celles des dépliants touristiques, celles datant de la colonisation. Enfin, la collecte d’anciennes photographies a pu apporter une perspective historique nécessaire pour mettre en valeur les grands changements qu’a vécus ce quartier.

Fig. 3. Paceville.

Fig. 3. Paceville.

Différentes époques de construction entre les habitations délaissées par les travaux d’embellissement et les appartements récents loués aux touristes.

Cliché : É. Billiard, 2013.

10Dans ce quartier, dont les rues sont les derniers espaces publics (au sens légal et social du terme), les résidents cohabitent difficilement avec les établissements de l’industrie des plaisirs (discothèques, clubs de strip-tease, bars). Les habitants se plaignent en effet de la privatisation des trottoirs par les terrasses des bars et des restaurants, qui ne laissent que peu d’espace aux piétons, et nombreux sont ceux qui critiquent la manière dont sont attribués ces permis. D’autre part, la consommation élevée d’alcool dans les établissements et dans la rue est considérée par ses habitants comme étant à l’origine de comportements répressibles, notamment de cris, de violences physiques ou d’actes de vandalisme sur la propriété des habitants. D’un point de vue franchement moral et même esthétique, de nombreux habitants se sont plaints au cours des entretiens de ce qu’ils perçoivent comme l’indécence vestimentaire des touristes qui, l’été, se promènent en maillot de bain dans les rues. La jeunesse maltaise est aussi critiquée pour son goût des tenues courtes lors de ses sorties nocturnes et festives à Paceville.

  • 5 “If I were your husband I would slap you in the face. You should be ashame to look at a woman in th (...)

11Comme pour la réglementation de l’occupation des trottoirs, c’est aussi le comportement des représentants de l’ordre qui choque les habitants avec qui j’ai pu discuter. Une résidente me raconte par exemple, que lorsqu’elle était venue informer un policier qu’une femme bronzait seins nus, celui-ci lui aurait répondu avec une grande fermeté : « Si j’étais votre mari, je vous giflerais. Vous devriez avoir honte de regarder une femme de la sorte. »5

12C’est donc la frustration de ne plus pouvoir faire valoir les lois qui sont généralement appliquées sur le territoire maltais (comme l’interdiction pour les femmes de se découvrir la poitrine, ou l’interdiction des mineurs de consommer de l’alcool ou d’entrer en discothèque) qui contrarie de nombreux résidents, mais aussi certains parents.

13Il est important de remarquer que les activités nocturnes ne sont pas les seuls objets de plaintes. La nuisance sonore des nuits de Paceville (musique s’échappant des discothèques et des bars, et surtout perturbations sonores de leurs clients une fois dans la rue), ne diminue pas au lever du soleil. Le jour, ce sont les incessants travaux de restauration des bâtiments liés à l’industrie du tourisme (hôtels, écoles de langue anglaise, cafés et restaurants etc.), qui prennent le relais. Le manque croissant de places de parking et la circulation routière labyrinthique rendent également l’environnement de Paceville malaisé, si ce n’est dans les enclaves des grands complexes hôteliers et des Gated Communities déjà citées qui prennent ici toute leur valeur.

14Enfin, et de manière générale, ce que les résidents, mais aussi une partie de la population maltaise pointent à chaque article dans les journaux ou à chaque entretien, c’est leur difficulté à observer, impuissants, un environnement urbain qui se délite d’année en année. Lors des entretiens menés en 2013, les résidents mentionnent tous la saleté des espaces publics, le peu de fonds accordés à la maintenance des trottoirs, le nettoyage insuffisant des rues et des plages, la collecte des poubelles qui devrait être plus fréquente pour tenir compte de la concentration de restaurants et bars, etc.

  • 6 Voir par exemple l’article titré “Paceville is a product to be sold”, MaltaToday, 18/10/2011.

15Les entrepreneurs comme Hugo Chetcuti (qui possède une grande part des discothèques de Paceville et d’autres établissements à Malte) ou Philip Fenech président député de la GRTU (General Retailers and Traders Union), ne nient pas la plupart de ces observations, mais répondent en demandant à l’État de policer l’espace en accordant des fonds pour l’aménagement des rues et pour la collecte des ordures. Les membres de la GRTU font aussi état du fait qu’il serait préférable d’abolir la fermeture des bars à deux heures du matin et des discothèques à quatre heures, afin que les clients demeurent dans ces établissements plutôt que dans les rues. Ils arguent du fait que le comportement de leurs clients, une fois dehors, ne peut plus être contrôlé par leur personnel de sécurité6. Niant être la seule source de nuisance, la GRTU s’en prend également souvent aux écoles de langue anglaise dont les jeunes étudiants forment pourtant la majeure partie de la clientèle des discothèques et qui sont souvent accusés de causer le plus de nuisances publiques. Cette clientèle très jeune semble en effet être petit à petit remplacée par une clientèle plus âgée, plus aisée et plus masculine, sans doute des clients des hôtels de luxe voisins, attirés par les clubs de strip-tease qui fleurissent à Paceville depuis 2010. Ce nouveau type de divertissement échappe encore une fois à la réglementation en vigueur dans un pays où la prostitution est illégale.

  • 7 GASP : Group Acting for a Safe Paceville, dont Anthony P. Farrugia est le président. Il semble qu’a (...)

16Enfin, d’après la vingtaine d’entretiens questionnant la perception de l’espace des usagers nocturnes, touristes et locaux semblent satisfaits de pouvoir festoyer dans un tel havre libertaire. Dans un petit pays comme Malte qui ne compte que 425 324 habitants (Census, 2014, VII), Paceville offre l’un des seuls espaces où l’anonymat et une certaine transgression sont possibles. Une association de parents a néanmoins été créée (la GASP7) pour demander plus de sécurité, craignant pour leur progéniture, bien que les incidents graves demeurent rares.

  • 8 MHRA : Malta Hotels & Restaurants Association.
  • 9 Pour plus d’information sur les négociations pour une meilleure gestion de la collecte des déchets (...)
  • 10 Voir Planning Authority, 1992, Paceville Study, Executive Summary, Interim Report, La Valette, mini (...)

17C’est donc à ce titre que les premières rues historiques de Paceville forment un espace laboratoire bien plus dynamique que les grandes enclaves privées des hôtels (Westin Dragunara, Hilton) et appartements de luxe (Pendergardens, Portomaso), parce qu’elles sont l’objet de conflits territoriaux entre résidents, entrepreneurs et usagers qui veulent chacun imposer leurs normes comportementales. Plusieurs rencontres entre la municipalité, les résidents et les entrepreneurs (MHRA8 ou GRTU) ont été organisées pour mettre en place un meilleur aménagement du territoire, une collecte des déchets plus appropriée à un centre de loisirs comme Paceville, cependant ces discussions demeurent souvent sans suite, la municipalité de St-Julians n’ayant pas les moyens de mettre en place de telles régulations9. C’est donc le ministère du Tourisme, dont le but est de promouvoir l’industrie des loisirs, qui entreprend des mesures pour améliorer la collecte des ordures. C’est aussi ce qui explique que ce seront uniquement les rues commerçantes qui seront « embellies » en 2012, répondant là aux demandes répétées des commerçants et non aux besoins des résidents qui de plus en plus quittent le quartier. Il faut insister sur le fait que le départ des résidents de Paceville est une conséquence directe de l’expansion de l’industrie du tourisme dans le quartier. Une réalité qui était en 1992 au cœur du rapport sur l’aménagement du territoire, mais qui aujourd’hui ne l’est visiblement plus10. La lutte entre résidents et entrepreneurs est inégale, les premiers n’ayant pas les moyens légaux et politiques de leurs revendications.

Fig. 4. À gauche, construction de la tour de la FIM Bank et de la Mercury House au cœur de Paceville.

Fig. 4. À gauche, construction de la tour de la FIM Bank et de la Mercury House au cœur de Paceville.

Cliché : É. Billiard, 2013.

18Mais Paceville connaît ces-dernières années un nouveau changement de cap. Pour l’observateur avéré, la construction de la FIM Bank, de l’enclave résidentielle de Pendergardens et bientôt de la Mercury House (un centre d’affaires et un centre commercial) s’ajoutent à la tour de Portomaso qui avait initié l’implantation de la finance internationale dans ce petit quartier balnéaire dès 1996. Les grands hôtels de Paceville (Westin Dragunara, Hilton, Radisson, La Valette, St-George) accueillent désormais et de manière croissante des hommes d’affaires et non plus seulement des touristes en vacances. Les espaces qui forment ce nouveau centre des affaires, Pendergardens, Portomaso, Mercury House et FIM Bank sont des espaces privés, dont le terrain a été vendu par l’État maltais. Ils sont bien entretenus, contrastant avec l’insalubrité du hameau qu’ils enserrent. Les ronds-points luxuriants, les plates bandes verdoyantes et la marina remplie de yachts font rêver les résidents des arrivés dans les années 1960 qui doivent se contenter de voies cabossées et de poubelles éventrées en l’absence totale de verdure.

  • 11 Un complexe de 120 000 m2, comprenant l’hôtel 5 étoiles Hilton (410 chambres), 445 appartements de (...)

19Il semble que dans ce contexte, seule la privatisation de l’espace public peut remédier à l’absence de fonds publics pour l’entretien urbain. Ainsi le dernier espace vert public (Spinola Garden) a été réaménagé en 2007 pour un coût de 300 000 euros par le groupe Tumas qui possède le complexe adjacent de Portomaso11. En conséquence, le jardin est certes propre et fleuri, mais il est fermé la nuit. Le terrain de football et les structures de jeux pour enfants ont été remplacés par des bancs solitaires. Il est interdit d’y jouer au ballon et d’y amener sa trottinette ou son skate-board.

L’espace public comme espace à conquérir

  • 12 J. Boissevain utilise ici un ancien concept défini précédemment par E.C. Banfield (1955).

20L’anthropologue J. Boissevain (2001) définit la société maltaise comme une société centrée sur la famille et dans laquelle la notion de bien commun est absente12. Selon lui, chaque individu défend les intérêts familiaux sans prendre en compte l’intérêt supérieur du pays. Il explique ainsi, par exemple, le manque d’engagement pour les questions écologiques. Dans cette perspective, tout ce qui appartient à tous (les espaces publics par exemple), n’appartient de fait à personne, c’est-à-dire qu’il se trouve en attente d’appropriation. On peut illustrer cet état de fait par de nombreux exemples. Il en est ainsi de la privatisation des plages par les bailleurs de chaises longues et de parasols qui accaparent en toute illégalité un espace ouvert à tous. Le cas du Spinola Garden, cité plus haut, confirme l’idée que le bien commun est délaissé par l’État qui fait appel aux fonds privés pour son aménagement (le terrain demeurant une propriété publique). L’appel aux patrons n’est pas nouveau à Malte où le clientélisme et le patronage structurent la société maltaise (Bernardie, 1999, 168). Les espaces publics qui n’ont pas encore été privatisés (voir Fig. 5) sont complètement abandonnés et parfois fermés au public. L’unique morceau de côte rocheuse ouverte à tous est difficilement praticable, sale et ne bénéficie d’aucun éclairage nocturne, pour le plus grand plaisir des usagers noctambules qui aiment s’y retrouver dans l’obscurité.

Fig. 5. Paceville, occupation de l’espace.

Fig. 5. Paceville, occupation de l’espace.

Carte d’origine É. Billiard, d’après fond MEPA, reprise par Fl. Troin • CITERES 2016.

  • 13 “To romanticize public space as an emptiness which enables free and equal speech does not take on b (...)

21Cependant, considérer les espaces publics comme des biens communs que les citoyens partageraient calmement sans chercher à se les approprier, serait illusoire, à Malte comme ailleurs. D. Massey (2005, 152) insiste sur ce point et critique une « romantisation de l’espace public comme un vide qui permettrait la prise de parole libre et égale ». Pour elle (ibid.), il y a « un besoin de théoriser l’espace et le lieu comme produits des relations sociales qui sont plutôt susceptibles d’être conflictuelles et inégales »13. On l’a vu dans le cas de Paceville, les rues sont le lieu et l’objet de conflits et de négociations par lesquels chaque groupe cherche à imposer son territoire. Il y existe plusieurs manières de s’approprier un espace. Les restaurants posent des tables sur les trottoirs, réduisant ainsi le passage des piétons. Les résidents réclament la fermeture des établissements à deux heures du matin pour limiter les nuisances sonores. L’appropriation peut aussi être involontaire, comme lorsque les usagers nocturnes laissent des débris de verre sur les plages, rendant celles-ci dangereuses pour les baigneurs. Dans d’autres contextes urbains, on peut aussi citer les graffitis comme moyens de rendre visible sa présence (Cresswell, 1996, 164), ou encore la mise en place de clous pointus dans les zones susceptibles d’accueillir des sans-abris (Davis, 1990). Dans cette perspective, la lutte pour conquérir les espaces publics serait une tendance générale. La privatisation des espaces publics pour ses intérêts propres ne serait pas l’apanage de certaines sociétés, mais serait bien plutôt une donnée essentielle définissant tout espace public. Les espaces publics sont le résultat des forces sociales divergentes et coexistantes qui tendent à les privatiser.

Fig. 6. Paceville, cohabitation de plusieurs acteurs dans un même espace réduit.

Fig. 6. Paceville, cohabitation de plusieurs acteurs dans un même espace réduit.

Taxi garé en dehors de la zone réservée ; déchets recyclables abandonnés sur la voie publique par les commerçants ; cabine téléphonique servant de support aux posters d’événements musicaux ; murs temporaires pour la construction de Mercury House empiétant sur le trottoir ; une tour de la FIM Bank ; et enfin une plaque en céramique peinte indiquant le nom de la rue.

Cliché : É. Billiard, 2013.

22Les espaces publics sont bien ouverts à tous mais de façon inéquitable comme nous l’avons vu dans le cas de Paceville où ce sont largement les bénéficiaires de l’industrie du tourisme qui sont favorisés par l’État maltais. L’utilité des espaces publics se révèle ici non pas dans l’harmonie qui y règnerait mais au contraire parce qu’ils révèlent les inégalités politiques et sociales. Le conflit d’intérêts ne marque donc pas la défaite des espaces publics mais est la condition première de leur possibilité. Ici l’on voit bien la difficulté de conserver la distinction entre espaces publics physiques (rues, places) et espace public politique.

23Il devient alors évident qu’au lieu de vouloir à tout prix effacer les traces du pouvoir et des exclusions, les politiques démocratiques doivent avant tout les rendre visibles, les exposer au public, pour qu’elles puissent être discutées et contestées par chacun. Les espaces publics sont les produits et les cadres de la démocratie définie comme régime de l’incertitude, où toute loi peut être changée après discussion (Lefort, 1981). Les espaces publics rendent possible la démocratie non pas parce qu’ils sont harmonieux mais parce qu’ils font place (au sens littéral) au conflit inhérent à toute société.

24Les espaces publics ne sont pas seulement le lieu de conflit mais ils relient également les citoyens par cela même qui les oppose : les règles d’utilisation de l’espace. Les rues, les parcs, les services publics sont concrètement ce qui permet le contact entre citoyens. Non pas seulement par la visibilité, non pas seulement en tant que théâtre urbain (Joseph, 1984) mais en tant qu’objet à défendre pour soi. C’est la matérialité de ces espaces qui, parce qu’elle nécessite le partage, oblige les acteurs à se rencontrer sur ce point. Les espaces publics sont le lieu et l’objet du politique. Toute action sur l’architecture d’un lieu public, l’implantation de mobilier urbain facilitant son usage, la collecte des ordures, les services publics (toilettes publiques, guichet de poste, école, clinique locale, etc.) et privé (banques, épiceries, magasins, bars, etc.), est un point de rencontre pour les acteurs. La métaphore de la table à laquelle H. Arendt (1983, 92) se réfère illustre parfaitement cette observation : « Vivre ensemble dans ce monde, c’est dire essentiellement qu’un monde d’objets se tient entre ceux qui l’ont en commun, comme une table est située entre ceux qui s’assoient autour d’elle ; le monde, comme tout entre-deux, relie et sépare en même temps les hommes. »

25H. Arendt nous rappelle que l’espace commun nous tient ensemble. Elle explique ensuite la difficulté du vivre ensemble lorsque ce bien commun (sur lequel on se déchire parfois) disparaît : « Le domaine public, monde commun, nous rassemble mais aussi nous empêche, pour ainsi dire, de tomber les uns sur les autres. Ce qui rend la société de masse si difficile à supporter, ce n’est pas, principalement du moins, le nombre des gens ; c’est que le monde qui est entre eux n’a plus le pouvoir de les rassembler, de les relier, ni de les séparer. » (Arendt, 1983, 92-93). Ici Arendt pointe l’impossibilité de vivre ensemble sans bien commun à partager. Sans espaces publics (civiques), la foule qui arpente les rues n’est plus qu’une somme d’individus distincts, elle ne fait plus société. Dans les projets urbains décrits dans les lignes qui suivent, la gestion de l’espace commun est laissée aux soins d’entreprises privées, privant ainsi les résidents et les usagers de tout espace et objet de conflit sur lesquels s’accorder.

La vie dans les enclaves : le désengagement politique

26On voit ici que la distinction entre espaces publics et espaces privés se précise. Les espaces publics sont des espaces évolutifs, produits du conflit des forces en place. Par opposition, l’espace privé est un bien acquis, dont la propriété est fixe, et dont les règles de vie sont imposées par le propriétaire. L’espace privé n’est pas démocratique, il est l’espace de l’intime, de la famille, du refuge dirait G. Bachelard (1954). Je voudrais proposer à présent l’hypothèse qu’un des attraits des enclaves urbaines (Gated Communities) est justement son statut de propriété privée (et non pas le sentiment communautaire ou la recherche de sécurité en contexte de violence urbaine).

Fig. 7. Marina de Portomaso, les appartements et la tour.

Fig. 7. Marina de Portomaso, les appartements et la tour.

Cliché : É. Billiard, 2013.

  • 14 G. Fenech dans The Times of Malta du 19/05/2002 : “I believe that you do not buy property but a lif (...)

27George Fenech, le PDG du Tumas Group et l’initiateur de ces développements à Malte, résume ainsi la demande immobilière actuelle : « Je crois que l’on n’achète plus une propriété mais un style de vie. Peu de gens veulent vivre dans un appartement en soi aujourd’hui. Ils veulent la sécurité, les facilités et une adresse dont ils sont fiers. »14

28Cette déclaration résume en peu de mots les nouvelles priorités des individus qui désirent vivre dans un complexe d’appartements de luxe qui ne garantit plus seulement l’aménagement de l’appartement, mais également l’aménagement et l’entretien des espaces communs : couloirs, escaliers, ascenseurs mais aussi rues privées, parking. Le Tumas Group garantit même la sécurité et l’entretien des espaces semi-publics autour de la marina, ouverts au public, peuplés de magasins de luxe et de restaurants, en employant des gardiens nuit et jour mais aussi des jardiniers et électriciens.

  • 15 Demicoli & Associates, Bencini & Associates notamment qui a participé à Portomaso et à Pendergarden (...)

29Tout d’abord on comprend ici que l’achat ou la location des appartements de Portomaso serait lié à un désir de faire partie d’un club de privilégiés, l’adresse étant un marqueur de statut social important (« an address to be proud of »), c’est en tous les cas ce que la communication commerciale promeut. Il est tout aussi important de noter que G. Fenech fait part de la possibilité nouvelle « d’acheter un style de vie ». Il ne suffit plus de posséder un espace privé luxueux, il est désormais possible de s’assurer d’un espace extérieur tout aussi conforme aux exigences d’une classe supérieure internationale. C’est en effet ce que propose le groupe Tumas mais également le consortium Penderville qui construit Pendergardens. Dans la marina qui constitue le centre autour duquel les appartements de Portomaso ont été bâtis, l’entretien de l’espace est géré par une entreprise privée chargée de garantir l’entretien des communs (ascenseurs, couloirs, portes sécurisées, espaces verts…). Le design des complexes (Portomaso et Pendergardens) a été également délégué à des agences d’architectes15 qui dessinent non seulement les façades et les espaces semi-publics (marina) mais également le plan intérieur des appartements. Plus encore, les propriétaires des appartements font souvent appel à des architectes d’intérieur pour choisir la couleur de leurs murs et leur mobilier, et dont l’expertise professionnelle seule pourrait rapidement créer un espace privé harmonieux. Dehors, les comportements des visiteurs qui s’aventurent sur la promenade qui longe la marina sont réglementés et surveillés par une agence de sécurité (JF Security).

30Une ancienne résidente de Portomaso donne un aperçu de la vie à Portomaso : “My husband was shown [by the real estate agent] a prototype apartment because the apartments are more or less all the same.” Elle explique son départ ainsi : “You don’t know your neighbours and when you meet them occasionally in the corridors they barely smile to you. […] My children could not find friends to play with. […] It is nice and well taken care of, but I felt lonely. I shared nothing with them [the other residents].” Et elle conclut : “It was like living in a hotel”.

  • 16 “You feel like you are part of a large family when you live at Pendergardens », from J., M. and C. (...)

31Ce témoignage révèle l’absence d’engagement des résidents dans la vie communautaire du complexe. Contrairement à un témoignage supposément posté sur le site internet de Pendergardens qui vantait la cohésion familiale des résidents16, les habitants des développements privés comme Portomaso ou Pendergardens ne recherchent pas un engagement dans la cité, mais l’assurance d’un service de haute qualité, ce que George Fenech nomme « the Lifestyle concept ». Comme dans un hôtel, les résidents se retirent de toute négociation autour des services communs. Ils font confiance aux gérants du complexe.

  • 17 “40% of buyers are Maltese, beating the accountants : conservative projections of 18% Maltese owner (...)
  • 18 “Those who bought in 2000 have seen the value of their property rise by over 300%. Rental return, t (...)

32Dans le cas de ces deux complexes, comme dans le cas d’autres complexes précédemment cités dans l’introduction (Tigné Point et Smart City) il faut également noter que la similarité avec les services hôteliers est confirmée par le fait que nombre de résidents sont de passage. En effet, les déclarations de G. Fenech indiquent que 60 % des acheteurs sont étrangers, principalement Européens, et 40 % sont Maltais17, ces derniers considérant l’achat comme un investissement et rarement comme un lieu d’habitation. Dès sa conception, ce type de développement est pensé pour une clientèle étrangère. La communication est entièrement pensée pour une audience étrangère sans attache ou même sans connaissance de Malte. L’État maltais reconnaît cette clientèle considérée comme précieuse pour l’économie nationale et fait donc bénéficier ce type de développements résidentiels d’une exception foncière qui facilite l’achat par des étrangers de plusieurs propriétés (Specially Designated Area) et qui permet aussi la location à d’autres personnes. Bien sûr la réputation de l’archipel comme paradis fiscal favorise encore la vente. Il n’y a, par exemple, pas de taxe sur le capital produit dans ou en dehors du pays. Portomaso est vendu dans les magazines et le site internet comme l’investissement idéal. Dans le Money Magazine de juillet 2012, il est écrit que : « Ceux qui ont acheté en 2000 ont vu la valeur de leur propriété augmenter de plus de 300 %. Le retour locatif, lui aussi, a augmenté de 6 à 10 % »18.

  • 19 “Became home to the well-heeled, international celebrities and footballers”, idem.
  • 20 I. Casolani déclarait en 2014 : “The main impetus is coming from foreigners, mostly EU nationals, i (...)

33Le magazine remarque aussi que Portomaso « est devenu le foyer des bien nantis, des célébrités internationales et des footballers »19 de passage. D’après I. Casolani, le président de la fédération des agents immobiliers à Malte, la demande étrangère de propriétés immobilières dépasse largement l’offre maltaise avec une clientèle de cadres travaillant dans les services financiers et les secteurs de jeux internet (i-gaming)20. Casolani explique que ce sont les travailleurs étrangers de ces secteurs liés aux échanges financiers internationaux, qui sont la motivation de la construction de ces nouvelles enclaves privées de luxe à Malte.

34Une telle clientèle appartient à ce que S. Sassen appelle le « système urbain transnational » qui se définit par un détachement envers le lieu de résidence (Sassen, 2005). Si Paceville n’est certainement pas une ville globale, elle est néanmoins de plus en plus bénéficiaire des nouvelles technologies de l’information, de la liquidité du capital et de la mobilité de ses résidents, trois caractéristiques de la ville globale telle que la définit S. Sassen (2005). Comment une telle clientèle peut-elle s’engager dans l’espace public maltais, c’est ce qu’il faudra étudier dans les années à venir. Pour l’instant on ne peut que constater l’encerclement du bourg originel par des gigantesques développements privés qui attirent une foule multiculturelle de plus en plus importante qui consomme dans les restaurants, les clubs de strip-tease et les discothèques mais qui ne participe pas à la fête paroissiale, ne visite pas l’église du quartier, ne met pas ses enfants dans l’école voisine et ne vote pas aux élections locales. Dans ce contexte, l’attrait principal pour une clientèle mobile et aisée, c’est la possibilité de vivre dans des environnements apolitiques dans lesquels aucun engagement autre que financier n’est requis.

35Portomaso et Pendergardens diffèrent donc du bourg originel non seulement parce que leurs trottoirs sont plus propres mais également parce qu’ils sont des espaces apolitiques au sens où ils ne permettent aucun engagement politique ancré dans le local, aucune discussion autour de la vie ensemble. Ce désengagement des propriétaires est encore augmenté par leur présence limitée dans le temps. Par conséquent, contrairement à des enclaves urbaines aux États-Unis (Low, 2004) par exemple, les appartements de luxe à Paceville ne sont pas recherchés pour la protection qu’ils garantissent contre la criminalité urbaine. Une motivation serait peut-être que ces projets immobiliers garantissent un « style de vie » pour reprendre l’expression déjà citée de G. Fenech, c’est-à-dire des trottoirs propres, des pelouses vertes et des places de parking ; autrement dit tout ce que l’État maltais ne garantit pas à ses concitoyens.

Conclusion

36La foule de touristes ou de résidents temporaires qui dorénavant peuple les rues de Paceville impose une consommation des espaces publics et semi-privés qui ne nécessite plus d’engagement civique avec Autrui, dans et par les espaces publics. Le tourisme de masse et l’immigration d’une population aisée et nomade est ici un agent dépolitisant, puisque ces étrangers ne s’engagent que superficiellement dans la vie locale, n’ayant par exemple pas le droit de vote aux élections municipales. Néanmoins la présence croissante de cette population mobile nécessite des infrastructures qui, elles, perdurent. Ainsi, sans doute involontairement, cette population mobile dénie la potentialité des espaces publics à être des espaces communs.

  • 21 Pour rappel, ce sont, par exemple, les actions transgressives des clients, la nuit, qui salissent l (...)

37Cependant le constat n’est pas tout entier négatif. Les rues du bourg et la petite plage rocailleuse qui seule demeure ouverte au public n’ont pas encore été complètement privatisées. Pour le pire et le meilleur, ces espaces sont encore l’objet de conflits entre les résidents venus dans les années soixante et les patrons de discothèques, de bars et de clubs de strip-tease. La clientèle de ces derniers transgresse, nous l’avons vu, les normes dans l’espace public maltais21. Les résidents ou les parents des clubeurs se plaignent dans les médias, sur les réseaux Internet, mais n’obtiennent que rarement gain de cause. Néanmoins, il demeure que dans ces rares espaces, la vie en commun est encore l’objet de débats démocratiques même si les forces sont largement inégales. Mais pour combien de temps encore ? La privatisation des espaces semble pour beaucoup et notamment pour les résidents, être la seule solution possible. Ainsi, ils réclament la fermeture de la plage rocailleuse, qu’ils considèrent comme « leur » plage, l’érection d’un haut grillage et la présence d’un policier ou d’un gardien pour interdire l’accès à la page aux individus en état d’ébriété.

38Dans ce contexte, il est important de rappeler qu’un espace public n’est pas un espace forcément bien entretenu, mais un espace dont l’usage est au centre des débats locaux entre les différents praticiens qui l’habitent. Cet article visait donc à réitérer après d’autres (comme M. de Certeau, H. Lefebvre ou D. Harvey) que les espaces publics servent de lieu et d’objet de conflits, de débats et de rencontres. Ils sont le lieu où la société se forme et s’affronte. Et que dans cette perspective le bourg de Paceville, mal entretenu et hétéroclite est pourtant un espace plus démocratique que la somptueuse marina de Portomaso gardée nuit et jour. Enfin il me faut remarquer que dans l’espace littoral méditerranéen où les grands projets immobiliers privés se font chaque année plus nombreux (Bocquet, 2004), la sociabilité autour d’espaces publics démocratiques semble mise en danger, une ironie pour une région dans laquelle la démocratie a vu le jour.

Haut de page

Bibliographie

Augé M., 1992, Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Arendt H., 1983, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

Bachelard G., 1954, La Poétique de l’espace, Paris, Presses Universitaires de France.

Banfield E.C., 1958, The Moral Basis of a Backward Society, USA, Free Press.

Bernardie N., 1999, Malte : parfum d’Europe, souffle d’Afrique, Bordeaux, CRET.

Billiard É., 2014a, “When the Dark Night rises, The morality of Public Space”, Work In Progress Seminar Series, communication non-publiée, Université de Malte.

Billiard É., 2014b, Night & Day, Malte, EDE Books.

Billiard É., 2014c, “The Privatisation of Public Spaces and the decline of Urban Connectivity in Paceville”, Omertaa, p. 606-610. En ligne : http://www.omertaa.org/archive/omertaa0069.pdf [consulté le 21/04/2016].

Billiard É., 2014d, « La moralité des espaces publics dans le quartier des plaisirs maltais », Urbanités, #3. En ligne : http://www.revue-urbanites.fr/3-la-moralite-des-espaces-publics-dans-le-quartier-des-plaisirs-maltais [04/04/2014, consulté le 21/04/2016].

Bocquet D., 2004, “Challenges to Urbanity in Contemporary Mediterranean Metropolises. New Urban Forms, Dynamics, Boundaries and Tensions”, New Geographies, Issue 5, p. 235-243.

Boissevain J., 2001, “Contesting Maltese Landscape”, Journal of Mediterranean Studies, vol. 11, n° 2, p. 277-296.

Cresswell T., 1996, In Place/Out of Place. Geography, Ideology, and Transgression, Londres, University of Minesota Press.

Crouch C., 2004, Post-democracy, Cambridge, Polity Press.

Davis M., 1990, City of Quartz, New York, Vintage Books.

De Certeau Michel, 1990, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, Folio.

Harvey D., 2009, Géographie de la domination, Paris, Les Prairies ordinaires.

Houssay-Holzschuch M., Teppo A., 2009, “A Mall for All? Race and Public Space in Post-apartheid Cape Town”, Cultural Geographies, n° 16 (3), p. 351-379.

Houssay-Holzschuch M., 2012, « “Peace is a cup of coffee” : espaces publics dans Le Cap post-apartheid », EchoGéo, n° 21. En ligne : http://echogeo.revues.org/13054 [10/10/2012, consulté le 21/04/2016] ; DOI : 10.4000/echogeo.13054

Joseph I., 1984, Le Passant considérable. Essai sur la dispersion de l’espace public, Paris, Méridiens-Klincksieck.

Koolhaas R., 2011, Junkspace, Paris, Payot.

Lefebvre H., 1974, « La production de l’espace », L’Homme et la société, n° 31-32, p. 15-32.

Lefort C., 1981, L’invention démocratique. Les limites de la domination totalitaire, Paris, Fayard.

Low S., 2004, Behind the Gates. Life, Security and the pursuit of Happiness in America, New York, Routledge.

Massey D., 2005, For Space, Londres, Sage.

National Statistics Office, 2014, Malta in Figures 2014, La Valette, National Statistics Office.

Purcell M., 2008, Recapturing democracy. Neoliberalization and the struggle for alternative urban futures, New York, Routledge.

Sassen S., 2005, “The Global City. Introducing a Concept”, Brown Journal of World Affairs, vol. XI, n° 2, p. 27-43.

Springer S., 2010, “Public Space as Emancipation. Mediations on Anarchism, Radical Democracy, Neoliberalism and Violence”, Antipode, n° 43, p. 525-562.

Staeheli L.A., Mitchell D., 2008, The People’s property. Power, politics and the public, New York, Routledge.

Swyngedouw E., 2011, “Interrogating post-democratization: reclaiming egalitarian political spaces”, Political Geography, n° 30, p. 1-11.

Tomas F., 2001, « Du centre civique à l’espace public », Géocarrefour, vol. 76, n° 1, p. 75-84.

Haut de page

Notes

1 Smart City est un projet immobilier qui dépend à 90 % d’investisseurs de Dubaï et à 10 % de l’État maltais.

2 S. Sassen (2005, 38-39) écrit par exemple : “The centrality of place in a context of global processes makes possible a transnational economic and political opening for the formation of new claims and hence for the constitution of entitlements, notably rights to place. At the limit, this could be an opening for new forms of ‘citizenship’. The emphasis on the transational and hypermobile character of capital has contributed to a sense of powerlessness among local actors, a sense of the futility of resistance. But an Analysis that emphasizes that the new global grid of strategic sites is a terrain for politics and engagements.”

3 Pour plus de détails sur l’évolution de Paceville, voir Billiard, 2014d.

4 Pour voir le produit de cette collaboration avec le photographe David Pisani, voir Billiard, 2014b.

5 “If I were your husband I would slap you in the face. You should be ashame to look at a woman in this way.”

6 Voir par exemple l’article titré “Paceville is a product to be sold”, MaltaToday, 18/10/2011.

7 GASP : Group Acting for a Safe Paceville, dont Anthony P. Farrugia est le président. Il semble qu’après un accord à l’amiable avec la GRTU et avec le ministère de l’Intérieur, qui a fait augmenter le nombre de policiers dans les rues de Paceville, cette association soit demeurée inactive jusqu’à aujourd’hui.

8 MHRA : Malta Hotels & Restaurants Association.

9 Pour plus d’information sur les négociations pour une meilleure gestion de la collecte des déchets ménagers voir Billiard, 2013.

10 Voir Planning Authority, 1992, Paceville Study, Executive Summary, Interim Report, La Valette, ministère de l’Environnement.

11 Un complexe de 120 000 m2, comprenant l’hôtel 5 étoiles Hilton (410 chambres), 445 appartements de luxe, une marina artificielle, une tour de 23 étages, la plus grande salle de conférence de l’archipel, un parking souterrain, des restaurants et un centre commercial.

12 J. Boissevain utilise ici un ancien concept défini précédemment par E.C. Banfield (1955).

13 “To romanticize public space as an emptiness which enables free and equal speech does not take on board the need to theorise space and place as the product of social relations which are most likely conflicting and unequal.”

14 G. Fenech dans The Times of Malta du 19/05/2002 : “I believe that you do not buy property but a lifestyle. Few people want to live in an apartment per se today. They want security, facilities and an address to be proud of”.

15 Demicoli & Associates, Bencini & Associates notamment qui a participé à Portomaso et à Pendergardens entre autres.

16 “You feel like you are part of a large family when you live at Pendergardens », from J., M. and C. Turner. En ligne : http://www.pendergardens.com/content.aspx?id=272547

17 “40% of buyers are Maltese, beating the accountants : conservative projections of 18% Maltese ownership. Portomaso boasts residents from 27 countries, mostly the UK and the Netherlands. Other residents include Swiss and Germans. In 2001, Portomaso alone accounted for 17% of total property sales in Malta to foreign buyers and 48% in terms of value. Foreigners acquired property at Portomaso at an average of Lm182,000 each last year, almost four times as much as the usual average spent by foreign buyers, which stands at around Lm46,000.” Extrait de The Times of Malta, 2002. En ligne : http://www.timesofmalta.com/articles/view/20020519/slug/the-midas-touch.175322

18 “Those who bought in 2000 have seen the value of their property rise by over 300%. Rental return, too, have risen by 6% to 10%”, Money Magazine, Issue 13, page 26.

19 “Became home to the well-heeled, international celebrities and footballers”, idem.

20 I. Casolani déclarait en 2014 : “The main impetus is coming from foreigners, mostly EU nationals, in Malta because their business or company has brought them here, with thousands in the financial services and i-gaming sectors”, in « Demand for Rental Properties Outstripping Supply by Far », Business Observer, issue 3, 19/06/2014.

21 Pour rappel, ce sont, par exemple, les actions transgressives des clients, la nuit, qui salissent le seuil des habitations, ne respectent pas le silence de rigueur, et qui, dans les coins sombres de la plage, se retrouvent en couple ; le jour, ce sont d’abord les restes de la nuit qui tardent à être nettoyés, mais c’est aussi la pollution sonore due aux travaux de construction constants et bruyants, la difficulté de garer sa voiture, le code vestimentaire des touristes dénudés se promenant dans les rues en bikinis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Paceville, la rue comme théâtre.
Crédits Cliché : É. Billiard, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-1.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Fig. 2. Paceville. Au premier plan, l’unique accès à la mer qui demeure ouvert au public, au second plan l’hôtel Westin Dragonara et le casino qui privatisent l’accès à la côte.
Crédits Cliché : É. Billiard, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-2.png
Fichier image/png, 9,2M
Titre Fig. 3. Paceville.
Légende Différentes époques de construction entre les habitations délaissées par les travaux d’embellissement et les appartements récents loués aux touristes.
Crédits Cliché : É. Billiard, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-3.png
Fichier image/png, 5,8M
Titre Fig. 4. À gauche, construction de la tour de la FIM Bank et de la Mercury House au cœur de Paceville.
Crédits Cliché : É. Billiard, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-4.png
Fichier image/png, 5,8M
Titre Fig. 5. Paceville, occupation de l’espace.
Crédits Carte d’origine É. Billiard, d’après fond MEPA, reprise par Fl. Troin • CITERES 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-5.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Fig. 6. Paceville, cohabitation de plusieurs acteurs dans un même espace réduit.
Légende Taxi garé en dehors de la zone réservée ; déchets recyclables abandonnés sur la voie publique par les commerçants ; cabine téléphonique servant de support aux posters d’événements musicaux ; murs temporaires pour la construction de Mercury House empiétant sur le trottoir ; une tour de la FIM Bank ; et enfin une plaque en céramique peinte indiquant le nom de la rue.
Crédits Cliché : É. Billiard, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-6.png
Fichier image/png, 10M
Titre Fig. 7. Marina de Portomaso, les appartements et la tour.
Crédits Cliché : É. Billiard, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1215/img-7.png
Fichier image/png, 4,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Billiard, « Espaces à conquérir. Le conflit comme nécessité démocratique dans un quartier touristique de Malte », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/1215 ; DOI : 10.4000/emam.1215

Haut de page

Auteur

Élise Billiard

Docteure en Ethnologie, Université d'Aix-Marseille, Visiting Lecturer à l'Université de Malte (2016)

elisebilliard@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page