Navigation – Plan du site
Espace public vs espaces publics

Espace (s) public(s) en Tunisie. De l’évolution des politiques aux mutations des pratiques

Public(s) Space(s) in Tunisia. From Policy Development to New Practices
Chiara Sebastiani et Sami Yassine Turki

Résumés

Les mutations de l’espace public, dans le double sens de l’espace physique et de l’espace discursif, sont au cœur de la Révolution tunisienne : on les observe dans les nouvelles pratiques spatiales et les nouvelles significations symboliques des lieux. Des mobilisations politiques sont à l’origine des transformations tant des espaces publics urbains que de l’espace public discursif. Cette recherche s’interroge sur les impacts de ces mobilisations et les mécanismes de changement des modes de production de l’espace public et étudie comment s’inscrivent ces mutations dans le passage d’un système dictatorial à celui de transition démocratique. Notre réponse se développe à partir des théories qui affirment l’existence d’une relation incontournable entre espaces publics physiques et espace public discursif. Elle se base sur une observation des modes de production de l’espace public sous l’ancien régime et de l’évolution des pratiques sociales pour aboutir aux transformations déclenchées par la Révolution. Nos conclusions, si elles confirment d’un côté l’importance de la dimension spatiale du fait politique, mettent en évidence d’un autre côté les contradictions qui émergent lors du passage d’une production autoritaire d’espaces publics à la production d’espace public en régime de liberté.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Un des moments forts de la révolution tunisienne fut le sit-in tenu sur le mail central de l’avenue Habib Bourguiba au centre de Tunis le 14 janvier 2011, exigeant la chute du régime de Ben Ali (1987-2011), ce qui fut le cas à la fin de cette journée. Venus de la place Mohamed Ali – lieu de rassemblement des protestations syndicales faisant face au siège de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) – en brisant les cordons policiers ou en accédant directement à l’avenue par les nombreuses voies perpendiculaires du quartier européen, des milliers de personnes ont investi ce lieu qui venait d’être réaménagé par le pouvoir en place.

2Les mutations de l’espace public – dans le double sens de l’espace physique ouvert conçu par les aménageurs et de l’espace interactif pratiqué par les citoyens où se forme le discours public politique – sont au cœur de la Révolution tunisienne. Du jour au lendemain, c’est à la fois l’impact visuel et les pratiques collectives des espaces publics des villes tunisiennes qui ont changé, témoignant de la naissance d’un nouvel « espace public » discursif et critique. Nous avons donc étudié ces transformations dans le contexte tunisien avec les notions et concepts à la fois de l’urbanisme et de la sociologie politique, en combinant analyse de documents (documents d’urbanisme et produits des médias traditionnels et nouveaux), observations de terrain et observation participante, celle-ci ayant pris la forme d’interviews d’acteurs et de témoins privilégiés à l’occasion de discussions informelles dans les cafés, débats organisés, meetings politiques, sit-in ou autres manifestations s’étant tenues durant les trois années ayant fait suite au déclenchement de la révolution en décembre 2010.

3L’idée qu’il existe une relation incontournable entre espaces publics physiques et espace public politique, avancée entre autres par Sennett (1994) et reprise récemment par Parkinson (2012), quoiqu’elle ne fasse pas consensus, intéresse de plus en plus chercheurs et professionnels à l’intersection des champs de l’architecture, de l’urbanisme, de la sociologie et de la politologie. Elle se base sur une relecture de Habermas (1988, 1992) qui éclaire le rôle que les espaces matériels occupent dans sa théorie de l’opinion publique et soutient que l’aménagement des espaces influence ou même impose les pratiques (Bauman 2000, Sennett 1994) et qu’à leur tour les pratiques produisent l’espace (Arendt, 1958 ; De Certeau 1990). Un exemple du premier cas est la critique que Bauman fait de l’aménagement de l’esplanade de La Défense à Paris ; un exemple du deuxième est l’interprétation qu’Arendt propose quant à l’origine de l’agora. C’est de cet ensemble de théories et de recherches que nous nous sommes inspirés pour étudier l’impact de la Révolution sur l’espace public tunisien. Ce choix nous met, certes, en décalage, voire en opposition, avec le courant de spécialistes qui convergent pour considérer que les deux dimensions – physique-matérielle et discursive-interactive – de la notion d’espace public relèvent de registres radicalement différents (Lévy, Lussault, 2003). Il nous distingue aussi de positions telles que celles de Paquot (2009) – lesquelles, pourtant, font largement consensus. Pour autant, nous pensons que ce dernier ouvrage serait plutôt en mesure de donner des arguments à notre plaidoyer en faveur d’un concept qui intègre les deux dimensions – dès lors que son auteur effectue le choix qui, sinon, serait incompréhensible, de les traiter dans un même ouvrage.

4Dans les paragraphes qui suivent, nous développons, à partir de ces considérations, une analyse critique de la notion d’espace public pour arriver à une définition qui prenne en compte à la fois la dimension physique – le lieu matériel et son aménagement – et la dimension discursive – la pratique sociale de l’argumentation critique – de cet espace. Nous esquissons par la suite une typologie des espaces publics des villes tunisiennes, et une lecture des modes de production et de transformation urbaine des espaces publics par l’action publique avant la Révolution. Suit l’analyse des mutations déclenchées par la Révolution, laquelle ouvre de nouvelles perspectives sur les relations entre le fait spatial et le fait politique.

Espace public, espaces publics

5Les espaces publics – entendus ici comme les espaces physiques aménagés – ont été un « problème central des planificateurs urbains pendant des siècles ; plus récemment, ils ont également capturé l’attention des sociologues, des géographes, des sciences politiques et des économistes » (Neal, 2010). Ils nous intéressent ici dans la mesure où ils soutiennent ou limitent des pratiques sociales et politiques susceptibles de donner naissance à un « espace public », c’est-à-dire ouvert à la discussion libre entre individus qui conviennent de se traiter comme des pairs, portant sur des enjeux d’intérêt général, moyennant une argumentation rationnelle et dans le but d’arriver à des prises de position consensuelles (Habermas, 1962, 1992).

6Le terme français « espace public », choisi par le traducteur de Habermas pour la traduction de la notion allemande d’Öffentlichkeit, désigne à la fois l’espace aménagé et l’espace pratiqué (d’autres langues, notamment l’italien et l’anglais, lui ont préféré « sphère publique »). Nous prenons le risque d’adopter ce terme, car il nous paraît le plus apte à rendre la nature complexe d’un phénomène social moyennant « un terme polysémique qui désigne un espace à la fois métaphorique et matériel » (Fleury, 2004). La relation entre l’espace public discursif produit par des individus se réunissant pour former « un public » et les espaces publics concrets produits par les architectes et les urbanistes est une relation de dépendance réciproque qui a fait l’objet de réflexions et de recherches, notamment de la part de sociologues et de géographes (Joseph, 1990 ; Korosec-Serfaty, 1990 ; Ripoll, 2008 ; Tonnelat, 2010).

7Toutefois, pour les finalités de notre recherche, il s’agit surtout d’extraire de l’abondante littérature qui, depuis plus de vingt ans, traite du thème de l’espace public, les contributions d’auteurs qui prennent en compte, outre la dimension spatiale et la dimension sociale, la dimension politique. C’est notamment le cas d’H. Arendt (1958), laquelle illustre efficacement la relation qui s’établit entre l’espace public politique engendré par une pratique sociale (le cercle des citoyens-guerriers) et l’espace public urbanistique dessiné et bâti par des architectes-politiques (l’agora). Cette idée se retrouve aujourd’hui également chez des architectes contemporains comme L. Quaroni qui, quelques années après l’Indépendance de la Tunisie et dans le cadre d’un concours lancé par le nouveau pouvoir – lequel cherchait à imprégner le territoire de sa vision moderniste –, dessina la place de la Kasbah de Tunis avec la volonté de favoriser la « contamination » entre les palais du pouvoir et les rues populaires (Dardi, 1992). Est-ce un hasard si cette place est devenue un des lieux-symboles de la révolution de 2011 ?

8Cependant, l’idée que, dans la forma urbis – la « forme de la ville » des anciens plans urbains –, s’inscrive la vie démocratique d’une cité faite de citoyens libres et égaux, a du mal à trouver d’autres exemples que ceux fournis, en Occident, par les villes de l’Antiquité et les communes du Moyen-Âge, avec leurs espaces – l’agora, le forum, la piazza – explicitement construits pour la vie politique (Vernant, 1965 ; Sennett, 1994). À l’époque moderne, les révolutions sociales ont plutôt alimenté la méfiance du pouvoir envers les espaces publics qu’on dessine, à partir d’Haussmann, avec des finalités de contrôle, voire de militarisation (Davis, 1990) et, dans les systèmes totalitaires, d’exaltation du régime, comme cela fut le cas des politiques urbaines de Mussolini à Rome, qui ont produit des espaces pour les parades du régime tout en démolissant, du même coup, les espaces discursifs où pouvait s’enraciner la critique du régime (Atkinson, 1998). Mais les régimes démocratiques de l’après Seconde Guerre mondiale ont également manifesté une réelle capacité à promouvoir la destruction d’espaces publics, soit à la suite des nouvelles orientations de la planification rationnelle basées sur le zoning (Jacobs, 1960), soit à la suite de la marchandisation croissante des espaces urbains (Bauman, 2000), soit en réservant de plus en plus les rues à la circulation des voitures : au bout du compte, fonctionnalisme et modernisme – en architecture et en urbanisme – ont ajouté leurs effets de telle sorte que, « en abolissant la rue, les planificateurs [qui s’en réclament] ont efficacement détruit ces espaces publics où les gens peuvent se rencontrer pour exprimer et débattre leurs croyances politiques, conditions moyennant lesquelles la sphère publique de la vie civique à la fois se représente et se constitue » (Fyfe, 1998).

9La théorie habermassienne a inspiré la critique de ces modes de planification urbaine tant chez les urbanistes que chez les politologues. Les nombreux exemples qu’Habermas (1992) propose comme espaces publics concrets susceptibles de se constituer en espace public discursif – rues et Biergarten, mais aussi concerts de rock ou réunions de partis politiques ou d’associations – ont donné une base empirique à l’idée qu’une opinion publique démocratique ne peut se former et s’exprimer que si elle dispose d’espaces publics concrets. L’évolution de la littérature plus récente montre comment, aujourd’hui, les concepts d’« espace public » et d’« espaces publics » tendent à se superposer. C’est pourquoi nous avons préférentiellement utilisé le terme avec une signification qui renvoie à « la présence du politique et plus particulièrement de la société civile dans ces espaces » (Ghorra-Gobin, 2001).

Les espaces publics dans les villes tunisiennes

10L’examen de la notion d’espace public dans les villes du sud de la Méditerranée permet de souligner le caractère normatif que la littérature occidentale attribue à la notion au risque d’en exclure tout ce qui n’est pas européen (Navez-Bouchanine, 1993). L’émergence d’un modèle d’urbanisation fondé sur des principes de composition européens et impulsé par la colonisation – et qui a continué à être une référence dans les extensions urbaines postérieures aux Indépendances – a également contribué à occulter les formes et le fonctionnement de l’espace public de la ville arabo-musulmane.

11Les recherches récentes appellent à dépasser les idées reçues de rareté des espaces publics produits par la ville arabo-musulmane, reflet d'une « lecture incomplète de ces villes, fondée sur la mise en œuvre de critères trop universels et intemporels » (David, 2002, 220). La dichotomie du public et du privé dans les villes arabo-musulmanes est elle-même très complexe et ne permet point d’appréhender correctement les espaces publics au travers des approches classiques. Le caractère « public » des espaces urbains y est relativement faible, ce qui a conduit à des processus de privatisation et, en même temps, à une appropriation différenciée de ces espaces selon la localisation ; « C’est en son centre que la ville arabe signifie le public » (Dris, 2002). On assiste aussi à l’émergence du « public » dans des lieux complexes non nécessairement conçus selon la nomenclature des espaces publics occidentaux (Barakat, Chamussy, 2002). Il s’agit d’espaces bâtis ayant des fonctions de culte ou occupés par des activités de services qui supportent également la fonction d’espace public, à l’instar de la mosquée, du hammam, du coiffeur ou du café.

12Le développement d’autres formes d’urbanisation en dehors de l’enceinte des vieilles villes n’a pas favorisé d’une manière systématique l’apparition de nouveaux modèles d’appropriation de l’espace. On constate ainsi « des décalages et des ajustements entre les logiques ‘ formelles’ de l’urbanisme et de l’aménagement d’une part et la ‘production’ sociale du territoire de l’autre » (Cattedra, 2002, 255). Ces lieux publics subissent en outre les effets conjoints de plusieurs processus : privatisation et orientation vers la fonction de distraction (Gillot, 2006) – comme si la ville n’acceptait pas les espaces ouverts sans fonction économique – et dégradation de l’aménagement contribuant à leur faible appropriation par la population. Ces différents processus s’enchevêtrent et se nourrissent l’un l’autre dans la mesure où la faible appropriation et le niveau sommaire d’aménagement encouragent les privatisations qui contribuent, ne l’oublions pas, à renforcer le contrôle de ces espaces en produisant des « responsables » des lieux qui en assurent la gestion et sont en mesure de rendre compte de ce qui s’y passe.

13Notre questionnement s’intéresse alors aux caractéristiques de ces espaces selon le processus qui leur a donné forme, ainsi qu’en fonction de leur aptitude à constituer un espace social et politique. En présentant le processus historique de formation des tissus urbains et des mécanismes qui ont donné naissance aux espaces urbains, nous nous interrogeons aussi sur les pratiques qui les ont marqués.

L’héritage urbain arabo-musulman et l’espace public

14L’héritage urbain arabo-musulman est constitué par l’ensemble des médinas, modèle de forme urbaine typique du sud de la méditerranée et véritable « substrat traditionnel de la ville maghrébine » (Lazhar 2012), caractérisé par la division entre zones d’activités et zones vouées à la résidence (Raymond 1985) et la manière avec laquelle espaces privés et espaces publics sont agencés et articulés. Les processus historiques de création des médinas ont donné certaines caractéristiques aux espaces publics qui prennent forme dans des lieux particuliers en termes de morphologie et de fonctionnalité. C’est le cas notamment des souks, réseaux de rues artisanales et commerçantes spécialisées aux usages multiples. Les commerçants étalent leur marchandise sur la portion de la voie limitrophe à leurs échoppes et boutiques. Les cafés sont eux aussi très souvent situés au niveau de ces voies commerçantes avec usage des espaces extérieurs comme lieu d’implantation des tables et chaises.

  • 1 Après le départ de Ben Ali le 14 janvier 2011, le Premier ministre en exercice, Mohamed Ghannouchi, (...)

15L’avènement de la Révolution a donné naissance à de nouvelles pratiques dans les espaces publics de la Médina de Tunis. La place de la Kasbah – place du Gouvernement, hyper-contrôlée par la police – devient ainsi le principal espace d’expression politique et le lieu notamment des premiers sit-in ayant conduit à la chute des gouvernements Ghannouchi 1 et 2 en janvier-février 20111. Bien que notre présence sur les lieux dans cette période ne fût pas motivée par des considérations de recherche, il nous a été possible d’observer l’évolution des pratiques de cette place. Lors des sit-in de janvier 2011, appelés Kasbah 1, l’occupation de l’espace était faiblement structurée, comme si chacun faisait comme il voulait, même s’il était possible de repérer une distribution géographique des lieux selon la région d’origine des manifestants (Hmed, 2016). Les sit-in de février – appelés Kasbah 2 – ont donné par contre lieu à une organisation plus nette de l’espace, avec mutualisation des ressources disponibles (à l’instar des tentes) et des formes de partage de l’espace entre lieux d’expression et de débat et lieux de vie. Il est à remarquer ici que l’expression politique a également évolué entre les deux mouvements : de demandes disparates sur fond de refus du gouvernement dans le premier cas aux revendications plus structurées, comme la convocation d’une Assemblée constituante dans le second cas.

16Les rues/souks en tant que lieux de passage entre la Kasbah et le centre européen (lui-même lieu de manifestations) se sont également transformé(e)s en lieux d’expression publique, dont la forme a été imposée par leur configuration spatiale marquée par l’exigüité des ruelles : ainsi s’explique la fréquence des marches en petits groupes de dix-quinze personnes entre la Kasbah et l’avenue Bourguiba. D’autres manifestations, dont les objectifs n’étaient pas directement politiques, ont utilisé les mêmes espaces et emprunté les mêmes itinéraires : ainsi a-t-on pu observer des groupes d’une quinzaine de personnes faisant le va-et-vient à travers les souks en scandant des slogans pour réclamer la libération de personnes emprisonnées pour consommation et trafic de drogue ou pour prostitution. Ces petits groupes préféraient procéder ainsi pour être sûrs que « leur voix serait entendue », mieux en tout cas que s’ils se mêlaient à de grands rassemblements en des lieux plus vastes où les foules réunies, le type de leurs revendications et la puissance de leurs cris ne leur laisseraient aucune chance de se faire entendre.

La ville européenne et ses espaces

17Au lendemain du Protectorat en 1881, Tunis est devenue une ville duale composée d’une ville ancienne et d’une ville moderne vers laquelle les principales fonctions urbaines se sont déplacées et qui s’y sont rapidement concentrées (Abdelkafi, 1989). L’héritage de la ville coloniale a profondément marqué la dimension physique et le rôle social des espaces publics. Un certain décalage s’est établi entre les espaces publics créés au temps du Protectorat et même aux premières années de l’Indépendance, conçus selon des modèles occidentaux, et les pratiques sociales de leur usage. Ces espaces, « ainsi transposés d’un côté à l’autre de la Méditerranée sans une réelle réflexion sur la mise en adéquation de la forme de la ville avec les attentes sociales spécifiques du monde maghrébin » (Toumi, Vidal, 2011), étaient surtout destinés aux besoins des Européens. Les voies, jardins et places de la ville européenne ont été depuis leur création des lieux de promenade. Si, à l’origine, la promenade a été surtout une pratique des étrangers installés à Tunis (Sebag, 1998), elle n’en a pas moins été pratiquée ultérieurement par les citadins tunisois, quand l’engouement pour la promenade et les loisirs a cessé d’être une aspiration élitiste pour devenir un besoin concernant de plus amples secteurs de la population. Dans les autres villes du pays, du moins celles où des quartiers européens ont également été créés, les espaces publics, sous forme de boulevards ou de jardins publics, ont fait leur apparition. Ainsi à Sousse, boulevards et espaces verts ont entouré la médina et un jardin public fut créé (Zhioua, 2002). Ces espaces servaient à la mise en scène des pouvoirs civils et militaires de la nouvelle puissance, mais ils assuraient aussi la séparation physique des deux tissus, traditionnel et médinal d’un côté, ville neuve d’un autre côté (Ghannouchi, 2012). Des boulevards furent également aménagés à Sfax, en particulier au long des remparts.

18Mais, conséquence du décalage entre modèle prévalant pour la conception de ces espaces publics et les pratiques sociales « indigènes », ceux de la ville européenne ont connu des modalités d’usage et d’appropriation, collective et individuelle, « issues d’un métissage complexe entre culture traditionnelle et modernité » (Toumi, Vidal, 2011). Nos observations menées sur l’avenue Bourguiba confirment qu’y coexistent des pratiques renvoyant à des modèles différents : d’un côté, les cafés dont les terrasses qui se déploient sur les larges trottoirs sont occupées par des personnes des deux sexes et de tous âges, tandis que l’on peut aussi constater la programmation périodique de concerts de musique gratuits sur le mail central, et, d’un autre côté, des tentatives de groupes de vendeurs ambulants pour transformer les trottoirs en souks en multipliant les étalages, autour desquels les passants se groupent quasi instinctivement.

19La colonisation a ainsi laissé une ville européenne dont les espaces publics sont typiques de l’urbanisme français du XIXe siècle. Ils ont en conséquence été l’objet de négations successives, d’abandons, de réappropriation et de transformations, avant que de remplir, comme nous le montrerons plus loin, un rôle spécial dans la Révolution tunisienne.

Au-delà du dualisme médina/ville européenne, quels espaces publics dans les extensions urbaines contemporaines ?

  • 2 Ettadhamen est initialement un quartier d’habitat spontané qui s’est développé dans les années 1970 (...)

20Le rapide étalement de l’agglomération tunisoise, manifeste à partir du milieu des années 1970, a donné naissance à tout un ensemble de quartiers périphériques aux caractéristiques très diverses, cette diversité étant liée principalement aux modes de production des tissus. On trouve d’un côté les quartiers planifiés, souvent réalisés par des opérateurs publics, où les espaces publics sont définis par une programmation urbaine dont la logique est très normative ; mais ils n’en demeurent pas moins marginaux, sommairement aménagés et faiblement pratiqués (Zaafrane, Turki, 2009). D’un autre côté, les quartiers non réglementaires se sont développés selon les logiques foncières des lotisseurs clandestins, qui cherchent à maximiser la valeur des terrains à vendre et laissant dans ce but peu de place aux lieux publics et aux voies de circulation. La rareté de tels lieux matériellement aménagés pour qu’ils puissent servir d’espaces publics fait que ce sont, in fine, les pratiques des habitants qui génèrent les espaces publics. Ainsi, dans ces quartiers, dès qu’une rue présente une certaine largeur – ce qui est rare –, elle est systématiquement transformée par la succession des étals de commerçants entre lesquels les passants déambulent. Les vendeurs ambulants, tout comme les magasins, y installent leurs marchandises. Tables et chaises des cafés et gargotes s’étalent jusque sur la chaussée. Le découpage longitudinal de l’espace, qui distingue entre lieux privés, trottoirs pour piétons et chaussées cède la place à un entremêlement des espaces et des fonctions. On peut ainsi trouver des traits communs entre les pratiques qui se déploient dans certaines des rues des quartiers non réglementaires et celles des souks de la médina. Le cas du quartier Ettadhamen2 montre une diversité des pratiques de la rue, mais où le genre demeure un élément important : si tous les cafés sont occupés par les hommes qui s’y installent longuement, les femmes optent pour des logiques de mobilité dans l’espace public, en se déplaçant d’une échoppe à une autre le matin ou en faisant des va-et-vient les soirs d’été en petits groupes, généralement accompagnées de leurs enfants.

Les politiques urbaines et la production d’espaces publics

21Dans les processus récents de production urbaine en Tunisie – planifiée ou informelle – dont les effets se greffent sur différents héritages, la question des espaces publics n’a pas souvent fait l’objet de réflexions particulières. Rares sont ceux qui, en charge de la fabrique urbaine, lui ont consacré une attention spécifique. Assez limitée pour ce qui concerne la médina, l’action sur les espaces publics a surtout ciblé la ville européenne, tant ses éléments précurseurs d’avant l’instauration du Protectorat que les entités créées après, ainsi que les quartiers produits dans le cadre d’opérations d’urbanisme réglementaire dans les banlieues et les espaces périurbains.

La place des espaces publics dans les politiques de planification urbaine

22À Tunis, bien que les premières constructions en dehors de la médina et la dynamique urbaine qu’elles ont déclenchée datent d’avant le Protectorat, on associe à ce dernier, pour l’essentiel, le développement de la ville européenne. Un quartier au plan orthogonal est apparu, contigu à la médina, qui va concentrer, petit à petit, les services et les équipements modernes. L’axe structurant de ce nouveau centre-ville, constitué par l’avenue de la Marine (dénommée ultérieurement Jules-Ferry, puis Habib-Bourguiba), traduit un parti d’organisation de l’espace urbain inconnu en médina. L’activité de promenade se développa très tôt sur cette avenue qui reliait l’entrée de la médina (Bab el Bahr) au lac et au port de Tunis.

23L’émergence de ce nouveau type d’espace public a été d’abord le fruit d’une action politique volontariste, mais celle-ci n’a nécessité la production d’aucun document d’urbanisme. Ce n’est qu’à partir des années 1920 que plusieurs plans d’urbanisme ont été élaborés pour la ville de Tunis, mais soit ils ont mis au second plan la question des espaces publics, soit ils ont formulé des propositions qui ont eu peu de suites, à l’instar du plan de Victor Valensi (1920) qui envisageait (Abdelkafi, 1989 ; Oueslati, 2010) l’aménagement de grandes avenues, de carrefours ponctués par des monuments et des fontaines, d’esplanades et jardins publics, mais dont l’unique grande concrétisation a concerné l’aménagement de la promenade Gambetta – actuelle avenue Mohammed V – longeant le Lac. Rien de comparable, ici, avec ce qui s’est passé à Casablanca où le plan de Prost a donné naissance à plusieurs vastes et plutôt remarquables espaces publics.

24La politique urbaine, tant au moment du Protectorat que pendant les premières années de l’Indépendance, a traité de manière différenciée la médina et la ville européenne. Les premières années de l’Indépendance ont été caractérisées par « une série de grands travaux entrepris avec une volonté de marquer la capitale d’une empreinte nouvelle [...]. Les remparts ont été démolis et remplacés par de grands boulevards et deux anciens cimetières qui étaient accolés à la médina ont été transformés en jardins » (Zhioua, 2002) ; par ailleurs, l’ancienne Kasbah, située au haut de la médina, a été détruite et a fait place à une cité administrative et à la place du Gouvernement (Sebag, 1998).

25À partir des années 1970, et à la suite du changement de politique économique – marqué par de nouvelles orientations adoptées après l’échec de la collectivisation des années 1960 et favorisant le développement de l’économie de marché –, l’État tunisien a mis en place un ensemble de mesures visant à une meilleure prise en compte de la question urbaine (Chabbi, 2012) afin de mieux attirer les investissements. Dans cette optique, l’Agence foncière d’habitation (AFH) a été créée en 1973 et chargée d’aménager de grands lotissements d’habitat. L’action d’aménagement fut accompagnée par la production systématique d’espaces publics, même si le processus de leur programmation a souvent privilégié les espaces en marge, et donc peu attractifs, ce qui a eu tendance à réduire leur appropriation par la population (Zaafrane et al., 2012). Quant aux quartiers spontanés, les opérations de réhabilitation réalisées par l’Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU), créée en 1981, n’ont que très rarement accordé de l’intérêt aux espaces publics ; sa préoccupation principale se focalisant sur la rénovation des logements, l’établissement des infrastructures de base et la réalisation d’équipements socio-culturels de proximité.

Des innovations importantes dans les politiques urbaines

26Les années 1990 ont connu l’émergence des projets urbains comme nouvelle forme de production urbaine ; leur réalisation s’est accompagnée de la création d’espaces destinés à la promenade, à la rencontre ou aux loisirs, comme c’est le cas du projet d’aménagement des Berges du Lac Nord de Tunis (Barthel, 2006). Cependant, ces réalisations sont difficilement accessibles à toutes les catégories sociales. Elles ont donc eu pour effet d’augmenter la ségrégation socio-spatiale. Par conséquent, elles n’étaient pas aptes à favoriser l’émergence d’un espace public discursif politique, laquelle nécessite des espaces accessibles à tous et mixtes et ce indépendamment du fait que, dans la Tunisie de Ben Ali, le pouvoir et ses agents de sûreté exerçaient un contrôle serré sur ce type de lieux.

  • 3 Selon l’expression d’une personne interviewée sur l’avenue en mars 2011.

27Une autre action publique de grande ampleur, en particulier au plan symbolique, fut le réaménagement de l’avenue Bourguiba à la fin des années 1990. Ce projet a notamment comporté l’élargissement des trottoirs pour permettre l’installation des terrasses des cafés, ainsi que l’évacuation de tout ce qui encombrait l’espace du mail central (kiosques à journaux, étals de fleuristes). Cet aménagement a sans doute amélioré la qualité paysagère et environnementale de l’avenue, mais, en contrepartie, il en a nettement favorisé les usages commerciaux, en même temps qu’il en a réduit les sociabilités populaires, celles, en particulier, des vieux habitués des kiosques à journaux et des consommateurs de cafés à bon marché. Il a néanmoins permis au centre-ville de Tunis de retrouver une partie de son attraction passée, liée à la présence d’espaces publics utilisés pour les loisirs, la promenade et la fréquentation des cafés. L’avenue Bourguiba réaménagée, plus attractive pour les habitants et lieu d’implantation de nombreux cafés, est devenue un lieu central de la période de la Révolution – un rôle qui s’est poursuivi par la suite. En dehors des périodes de manifestations, les gens s’installent dans les cafés et observent ce qui se passe, discutent ou font le va-et-vient pour « mesurer la température »3. À l’issue de chaque fait politique majeur, comme le limogeage du ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi en mars 2011 ou l’assassinat du leader de gauche Chokri Belaid en février 2013, les gens se ruent spontanément sur cette avenue.

  • 4 Kobba veut dire coupole en arabe. La Kobba est la grande salle de sport, ayant la forme d’une vaste (...)

28Dans les quartiers périphériques, par contre, la situation est bien différente (cf. Fig. 1) : tantôt les manifestations se déroulent en des lieux situés en dehors des quartiers, tantôt elles sont organisées dans les rues des quartiers populaires d’où provient la très grande majorité de leurs participants. Dans la première catégorie, nous comptons le sit-in de la Kobba4 : il a été organisé en février 2011 sur le parking de la Cité sportive d’El Menzah, qui se trouve en face de quartiers huppés de la capitale. Il s’agissait d’une manifestation pro-gouvernementale qui exprimait l’opposition des participants au départ du gouvernement Ghanouchi, ce qu’exigeait par contre un autre sit-in qui se tenait à la Kasbah. Les manifestants de la Kobba, parmi lesquels nombre de cadres supérieurs, se rassemblaient régulièrement en fin de journée. Comme nous l’a déclaré l’un des participants : « Nous au moins, on travaille toute la journée et on contribue au bien collectif, puis on manifeste ». Ces propos témoignent de la volonté de distinction des manifestants de la Kobba par rapport à ceux des sit-in, tenus en continu, à la Kasbah ou en d’autres lieux, où les jeunes chômeurs sont nombreux, spécialement ceux venus des villes de l’intérieur. Au-delà de l’opposition entre ceux qui, à ce moment-là, voulaient la poursuite de l’action gouvernementale et ceux qui réclamaient un nouveau gouvernement et une autre orientation politique, cette dualité reflétait les divisions de la société tunisienne entre une classe moyenne et supérieure qui a longtemps légitimé le pouvoir en place et souhaitait garder ses privilèges, et une jeunesse, particulièrement celle des quartiers périphériques et des villes de l’intérieur du pays, frappée par le chômage et prête à tout pour changer les cartes du jeu. Appartenant à la seconde catégorie, les quartiers périphériques d’Ettadhamen et du Kram-Ouest, anciens noyaux d’habitat informels réhabilités, ont vu s’organiser et se dérouler de nombreuses manifestations au cours de ces trois dernières années. Nous avons pu observer à ces occasions que, dans ces quartiers où les espaces publics sont rares, les rassemblements ne pouvaient s’effectuer que sur la rue principale en tant qu’elle constitue l’axe unique de centralité et qu’elle est seule à offrir l’espace ouvert suffisant pour réunir un grand nombre de personnes. Mais il en résulte inéluctablement un blocage total de la circulation automobile, en même temps que la pression de la foule, sur ces rues tout de même étroites, fait courir le risque de troubles sérieux, en conséquence de quoi la participation à ces rassemblements se réduit aux jeunes de sexe masculin. Ce constat montre le décalage qui existe entre l’obtention d’une plus grande liberté d’expression, facilitant en principe l’émergence d’un espace public discursif, et les facteurs qui limitent concrètement l’accès aux espaces publics physiques qui en sont la condition indispensable.

Fig. 1. Les principaux espaces publics et quartiers de protestation à Tunis depuis la Révolution.

Fig. 1. Les principaux espaces publics et quartiers de protestation à Tunis depuis la Révolution.

Carte d’origine C. Sebastiani & Y. Turki, reprise par Fl. Troin • CITERES 2016.

La Révolution, productrice d’un nouveau type d’espaces publics

29Les manifestations populaires liées aux événements de décembre 2010 et janvier 2011 ont investi, au début du processus révolutionnaire, les rues et les quartiers populaires de villes comme Sidi Bouzid, Kasserine, Thala et bien d’autres encore de l’intérieur du pays, ainsi que les banlieues populaires de la capitale. Elles ont culminé avec la démonstration de masse qui s’est déployée sur l’avenue Bourguiba le 14 janvier 2011. C’est à ce moment-là que sont apparus les germes à partir desquels s’est constitué un espace public politique – un type d’espace totalement inédit en Tunisie – qui a pris dans un premier temps la forme de ce que Habermas (1992) appelle « espace public occasionnel » [episodische Öffentlichkeit], à savoir un espace spontané et éphémère qui se constitue toutes les fois qu’au moins deux personnes discutent d’affaires publiques en des lieux publics.

  • 5 Le nom et prénom complets de l’ancien président de la République tunisienne sont : Zine el-Abidine (...)

30C’est autour des comités de protection des quartiers que se sont constitués ces premiers noyaux. Ces comités se sont créés spontanément pour protéger maisons et quartiers tant des violences exercées par des milices constituées par des tenants de l’Ancien régime que des risques de pillage et de vandalisme. Réunissant des personnes appartenant à diverses catégories sociales, qui passaient la nuit sur la voie publique, munis de bâtons et autres instruments rudimentaires, ils sont rapidement devenus des occasions pour engager des discussions et échanger informations et opinions : « Je n’ai connu mes voisins et discuté avec eux que ces jours-ci », nous déclare ainsi un universitaire habitant dans le quartier de Sidi Daoud, au nord de Tunis (sur la route menant de Tunis à La Marsa). Ce sont les lieux de ces rencontres à finalité d’auto-défense qui constituent les germes de cet espace public politique que nous avons précédemment évoqué. Mais d’autres se sont formés soit lors d’actions spontanées de réaménagement symbolique de l’espace : élimination des portraits, affiches, monuments et plaques dont les noms évoquaient trop explicitement l’ancien régime (comme le parc Abidine à Carthage ou les places du 7 Novembre présentes un peu partout dans le pays)5, soit à la suite de l’aménagement de nouveaux lieux à forte portée symbolique : ainsi en est-il de la place rebaptisée « des Martyrs » dans la cité Zouhour à Kasserine, où a été érigé un monument, à la fois émouvant et naïf, entièrement réalisé et financé par la population pour commémorer les victimes tombées en ce lieu (cf. Fig. 2). Un des participants à cette entreprise collective nous précise, quand nous l’interrogeons en février 2011 : « Aujourd’hui, c’est nous qui nous occupons de cet espace, puisque personne ne s’y intéresse ». De même, de nombreuses fresques et graffitis – par exemple sur les piliers en béton du pont qui passe au-dessus de l’avenue Bourguiba, à Tunis – ont transformé certains lieux ou certains éléments du paysage urbain en une galerie d’art à ciel ouvert, où dominent sujets et symboles liés à la Révolution, sans que pour autant les références à la culture nationale ou à d’autres thèmes soient totalement absents. Cette forme de public art (cf. Fig. 3) exprime aussi un désir d’appropriation d’un espace qui était difficilement accessible avant 2011.

Fig. 2. Réaménagement de la place des Martyrs du quartier Zouhour à Kasserine.

Fig. 2. Réaménagement de la place des Martyrs du quartier Zouhour à Kasserine.

Cliché : C. Sebastiani & Y. Turki, février 2011.

Fig. 3. Graffitis sur l’avenue de France (prolongement de l’avenue Bourguiba) appelant à une seconde révolution « Rebelote bis révolution ».

Fig. 3. Graffitis sur l’avenue de France (prolongement de l’avenue Bourguiba) appelant à une seconde révolution « Rebelote bis révolution ».

Cliché : C. Sebastiani & Y. Turki, juin 2013.

31La généralisation, à la fois, de pratiques interactives spontanées en des lieux publics (telles que des discussions portant sur des thèmes politiques) et de transformations symboliques de l’espace lui-même à l’initiative des habitants (dénomination des rues ou avenues, érection de monuments, public art), ainsi que la rapidité avec laquelle elles se sont inscrites dans les habitudes et la vie quotidienne de la population, ont donc produit cet « espace public occasionnel » qui, pour Habermas, représente le niveau de base de l’espace public politique en tant qu’espace de débat critique et de formation d’une opinion publique influente.

32Un autre mode important et efficace de transformation de l’espace public correspond à la tenue et à la diffusion de sit-in. Il s’agit là, pour la population tunisienne, d’une pratique inédite, forme d’expression publique et politique dont l’impact se fait sentir à la fois sur les attitudes interpersonnelles et sur le paysage urbain. Par leur nature, les sit-in relèvent tantôt de l’espace public occasionnel, tantôt d’un stade supérieur d’organisation de l’espace public, celui qu’Habermas désigne de l’expression : « espace public organisé » [veranstalte Öffentlichkeit]. Car, nécessitant une occupation transitoire ou semi-permanente et organisée (tentes, infopoints, etc.) de certains lieux favorables à leur installation, ils donnent naissance à de nouveaux espaces publics dont l’organisation est plus complexe, la durée temporelle plus longue et la portée sur l’opinion publique plus forte. Ce type de sit-in peut ainsi finir par accorder implicitement à certains lieux le statut « d’espaces pour les performances démocratiques » (Parkinson 2012), c’est-à-dire celui d’espaces de formation et d’expression de l’opinion publique : il en a été ainsi de l’avenue Bourguiba – notamment de la partie centrale du mail située en face du ministère de l’Intérieur et, non loin de là, des marches qui permettent d’accéder au Théâtre Municipal – et de la Kasbah au début de 2011. Deux ans plus tard, pendant la crise de l’été 2013, c’est l’esplanade qui s’étend, au Bardo, devant le siège du Parlement – où siégeait alors l’Assemblée nationale constituante –, qui a été occupée pendant tout le mois de Ramadan par une masse de manifestants qui se réclamaient des deux camps opposés séparés par une barrière de barbelés et des chevaux de frise, les uns réclamant la dissolution de l’Assemblée constituante, les autres en défendant la légitimité. Très vite, l’organisation de concerts gratuits et celle de ruptures de jeûne collectives géantes ont attiré au Bardo, au moment de la promenade du soir, un vaste public constitué de jeunes et de familles, ayant donné naissance à un véritable rite social sur fond politique.

33Dans le contexte de la Révolution tunisienne, le cas du Bardo est un exemple emblématique de formation d’un « espace public politique organisé ». Un tel espace, selon Habermas (1992), se caractérise par la densité des contenus communicatifs, la complexité de l’organisation et l’ampleur de leur portée. Or sur l’esplanade du Bardo, les processus communicatifs informels – sous forme d’échanges interpersonnels – et formels – sous forme de débats structurés – ont impliqué un vaste public de non-spécialistes sur des sujets tels que « la démocratie des urnes et la démocratie des rues » ou bien « la présence du fait religieux dans l’espace public ». L’organisation déployée par les forces politiques et la société civile était analogue à celle des grandes manifestations culturelles ou sportives et l’enjeu en était la continuation du processus de transition démocratique. Il s’agit donc là d’un cas tout à fait remarquable de « mise en espace » de l’opinion publique. Normalement, lorsque baisse l’intensité du conflit, l’« espace public organisé » prend la forme de débats, de conférences, de tables rondes : or, ici, il n’a pas été constaté, après l’explosion du nombre d’événements de ce type qui a fait suite à la convocation, en février 2011, de l’Assemblée constituante – événements dont l’organisation revenait à des universités, des organisations non gouvernementales, des associations, des fondations ou encore des clubs culturels –, leur disparition du paysage politique, même s’il est vrai que leur fréquence et leur intensité furent progressivement moindres.

34Ce qui fait défaut, par contre, c’est la présence d’espaces publics physiques offrant un cadre adéquat au débat public. Plus précisément, les villes tunisiennes sont caractérisées en ce domaine par une fracture nette entre centre – quartiers centraux – et marges urbaines. Alors que, dans les centres urbains et les quartiers de résidence des classes aisées – issus de processus d’urbanisation réglementaires – de la capitale comme de quelques grandes villes côtières, l’espace public est aisément repérable et exposé aux médias, il est la plupart du temps largement invisible dans les quartiers populaires et, au-delà, dans les marges de la capitale, ainsi que dans les villes de la Tunisie intérieure. Dans ces zones ou en ces lieux, il n’acquiert de visibilité que lorsque s’y produisent des explosions de violence. Dans les quartiers des classes aisées, l’expression politique et le débat sont souvent pratiqués dans des espaces privés, formellement accessibles à tous mais inévitablement sélectifs par leur coût ou leur emplacement. Dans les quartiers populaires, si les espaces principaux sont le café (pour les hommes) et le marché (pour les femmes), un rôle très important revient aussi à la mosquée. Quand Ben Ali exerçait le pouvoir, les mosquées étaient ouvertes uniquement au moment des prières et les prêches du vendredi étaient préparés par les services de l’État. Après la Révolution, la population se les est réappropriées, ce qui a été souvent source de conflits : dans certains cas, des imams jugés trop proches de l’ancien pouvoir ont été interdits d’accès à la mosquée par la population ; dans d’autres cas, des imams ont été imposés de force par certains groupes, notamment les Salafistes. De fait, après des décennies d’un contrôle fort exercé sur les mosquées par le pouvoir, il faut admettre que, aujourd’hui, les mosquées constituent un espace public politique.

35Ces observations nous portent à conclure que si la Révolution a favorisé une mixité sociale, jusque-là inexistante, dans l’« espace public occasionnel », on n’observe rien de tel dans l’espace public organisé qui reflète un persistant clivage entre centre et périphérie, espaces visibles et invisibles. En apparence, les processus observables dans la période post-révolutionnaire expriment une contradiction entre, d’un côté, la constitution d’espaces publics générée par des modes d’appropriation collective (comme les sit-in, les manifestations, les comités de protection des quartiers) et, d’un autre côté, la disparition des espaces publics créés à l’occasion de l’aménagement planifié de quartiers par suite d’appropriations individuelles – favorisées par l’amoindrissement du contrôle de l’État et des municipalités – aux fins de construction ou d’agrandissement d’une maison ou d’un commerce. Ainsi, dans un quartier populaire de Radès, banlieue socialement mixte du sud de Tunis, un terrain utilisé par les jeunes pour y jouer au football et par ailleurs occupé périodiquement par le marché hebdomadaire, a été loti par les riverains qui ont procédé, quelques jours à peine après la fuite de Ben Ali, à son découpage grossier en lots délimités par des piquets et des cordes. Cette contradiction que nous avons notée découle de la signification double que revêtent les pratiques d’appropriation des espaces publics urbains : d’un côté, des formes d’appropriation qui relèvent du politique, les espaces publics des villes étant conçus pour permettre la formation et l’expression de l’opinion publique ; de l’autre, des formes d’appropriation qui relèvent du social et participent de la distribution ou de la redistribution des ressources – redistribution que les acteurs qui l’opèrent considèrent comme légitime, quand bien même elle serait illégale. Ainsi, si les secondes de ces formes ont pour enjeu le sol (le foncier), les premières ont pour enjeu l’espace (les lieux).

36Une nouvelle importance peut désormais être reconnue aux espaces urbains de proximité, de sociabilité et de civisme. C’est surtout dans les quartiers périphériques que cela se remarque. Si le centre de Tunis continue à être le haut lieu matériel et symbolique de la vie publique et politique, l’on n’en observe pas moins dans les banlieues plus populaires des pratiques à micro-échelle de l’espace public : le square transformé en jardin et entretenu personnellement par les habitants d’un îlot qui le jouxte à la Petite Ariana ; l’ouverture d’un café « pour familles », expression utilisée par les gérants des cafés pour indiquer que leurs cafés sont également ouverts aux femmes, outre les hommes – dans le quartier de Jedaida.

  • 6 Les stratégies de développement de villes sont des exercices participatifs de planification urbaine (...)
  • 7 Certaines communes – comme Raoued et La Marsa dans la périphérie nord de Tunis – ont mis en place, (...)

37Des évolutions sont également discernables en matière de participation (ou de désir de participation) à la vie locale, qui traduisent une soif pour intervenir dans le débat public et faire pénétrer celui-ci en de nouveaux lieux publics. Plusieurs entretiens que nous avons menés révèlent l’intérêt que de nombreux citoyens et citoyennes manifestent pour la mise en place, prévue par la Constitution, d’instances élues de démocratie locale. Il est intéressant de noter que cet intérêt est particulièrement net chez les femmes : alors que les hommes paraissent plus désabusés (« Ce sera comme toujours : des instances dépendantes des partis politiques »), plusieurs femmes – de tous les âges – nous ont déclaré spontanément qu’elles envisageaient de déposer leur propre candidature pour des élections de ce type. L’engagement des associations et de la population dans des actions participatives de planification locale, à l’instar des stratégies de développement des villes6 qui se sont multipliées après 2011 (Turki, 2013) ou des programmes annuels d’investissement des communes et budgets participatifs locaux, traduit également cette évolution7.

38Bien que les informations que nous avons jusqu’à présent recueillies soient purement qualitatives et qu’elles ne puissent prétendre à une quelconque représentativité, elles convergent cependant pour indiquer une stabilisation, voire une institutionnalisation, de la relation des Tunisiens à l’espace public dans un contexte de transition démocratique.

Conclusion

39Les mobilisations politiques qui se sont déroulées depuis 2010 dans les villes tunisiennes ont contribué à transformer profondément aussi bien les espaces publics physiques que l’espace public politique. L’on observe une transformation majeure qui concerne les modalités de production d’espace(s) public(s) : aux acteurs institutionnels classiques qui agissent par le biais de leurs structures (ministères, collectivités locales), de leurs cadres administratifs et des élus, et aux acteurs constituant les élites traditionnelles (entrepreneurs privés, gros investisseurs, hauts responsables des secteurs de la finance, etc.), il convient d’adjoindre désormais ces acteurs nouveaux que sont, d’un côté, les associations, les organisations non gouvernementales, les partis ou syndicats, qui agissent comme porteurs d’intérêts collectifs, ainsi que, d’un autre côté, ceux qui agissent dans le cadre de mouvements citoyens, mobilisant de petits groupes d’individus (riverains, habitants d’un même quartier, propriétaires d’un logement ou d’un commerce) pour la défense de leurs intérêts communs ou individuels. L’évolution constatée en matière d’espaces publics procèderait donc d’une coalescence des actions de la société civile et de celles des individus, de telle sorte que la production d’espaces publics par l’action publique (institutionnelle) serait complétée par la production d’espaces de la même catégorie par des pratiques sociales, notamment des pratiques d’appropriation qui révèlent un décalage entre l’enjeu politique des « droits de l’espace public » en termes d’expression et l’enjeu social d’un « droit à la ville » – un droit plus large que le précédent – à travers ces espaces de rencontre que sont les espaces publics. L’avènement de la Révolution, qui procède à la fois d’une exigence d’équité socio-spatiale et d’une revendication en faveur d’un large exercice des libertés civiles, s’est cependant traduit par des effets inégaux en ces deux domaines : ainsi, alors que les libertés civiles, conditions sine qua non de la constitution d’un espace public politique, ont fait l’objet d’une conquête très rapide, l’équité socio-spatiale ne s’est pas encore traduite, quant à elle, par un accès aisé et généralisé de tous les habitants à des espaces publics de qualité.

  • 8 Depuis début 2011, la majorité des communes tunisiennes est gérée par des délégations spéciales sou (...)

40Cette transformation ayant opéré sur les espaces publics du politique confirme ainsi l’importance de la disponibilité de « sites urbains pour les performances démocratiques » dans les grandes villes du monde (Parkinson, 2012). Pourtant, les acteurs et responsables en charge des politiques urbaines en Tunisie, cinq ans après la Révolution, ne semblent pas avoir encore pris conscience de la nécessité de penser autrement les espaces publics, afin qu’ils répondent mieux aux besoins et aux attentes de la population – et pas seulement de celle qui vit dans les quartiers aisés. Le fait qu’il n’y ait toujours pas dans le pays de collectivités locales élues par la population8 ou de représentation des habitants qui procéderait d’une forme ou d’une autre de la démocratie locale explique sans doute que les pouvoirs publics se soient jusqu’à présent beaucoup plus préoccupés de résoudre les problèmes que pose la gestion urbaine au quotidien que de rechercher comment ils pourraient concevoir une planification urbaine et une gouvernance territoriale démocratiques, lesquelles permettraient d’envisager des modifications dans les modalités de production, et donc les usages, des espaces publics. L’on peut toutefois espérer que – les élections municipales étant enfin entrées dans l’agenda politique, puisque annoncées pour mars 2017, tout comme l’opérationnalisation du processus de décentralisation défini par la Constitution de janvier 2014 – cette question, qui apparaît comme un enjeu majeur dans la transition démocratique, ne continuera pas à être systématiquement occultée.

Haut de page

Bibliographie

Abdelkafi J. 1989, La médina de Tunis : espace historique, Paris, Éditions du CNRS.

Arendt H., 1958, The Human Condition, Chicago, The University of Chicago Press.

Atkinson D., 1998, Totalitarianism and the Street in Fascist Rome”, p. 12-31, in Fyfe N.R., Images of the Street: Planning, identity and control in public space, London, Routledge.

Barakat L., Chamussy H., 2002, « Les espaces publics à Beyrouth », Géocarrefour, vol. 77, n° 3, p. 275-281.

Barthel P.-A., 2006, « Urbanités complexes : la fabrique des lieux “publics” aux Berges du Lac de Tunis », Espaces et sociétés, n° 127, p. 129-144.

Bauman Z., 2000, Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press.

Ben Amor R., 2015, « Le rapport au quartier entre attachement et ouverture sur l’espace urbain », p. 21-43, in Lamloum O., Ben Zina M.-A. (eds), Les jeunes de Douar Hicher et d’Ettadhamen, une enquête sociologique, Tunis, Arabesques-International Alert.

Cattedra R., 2002,  « Les métamorphoses de la ville. Urbanités, territorialités et espaces publics au Maroc », Géocarrefour, vol 77, n° 3, p. 255-266.

Chabbi M., 2012, L’Urbain en Tunisie, Tunis, Nirvana.

Dardi C., 1992, “Elogio della piazza”, p. 35-50, in Barbiani L. (ed.), La piazza storica italiana, Venise, Marsilio.

Davis M., 1990, City of Quartz : Los Angeles, capitale du futur, Paris, La Découverte.

David J.-C., 2002,  « Espace public au Moyen-Orient et dans le monde arabe, entre urbanisme et pratiques citadines », Géocarrefour, vol. 77, n° 3, p. 219-224.

De Certeau, M., 1990, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard.

Dris N., 2002, La Ville mouvementée : espace public, centralité, mémoire urbaine à Alger, Paris, L’Harmattan.

Fleury A., 2004, « Espace public », Hypergéo. En ligne : www.hypergeo.eu/spip.php?article482# [consulté le 22/04/2016].

Forester J., 1999, The Deliberatie Practitioner. Encouraging Participatory Planning Processes, Cambridge, The Mit Press.

Fyfe N.R. (ed.), 1998, Images of the Street. Planning, Identity and Control in Public Space, Londres, Routledge.

Ghannouchi A., 2012, « La ville européenne de Sousse : naissance d’un paysage urbain », Projets de paysage, n° 7.

Gillot G., 2006, « Du paradis à Dream Park , les jardins dans le monde arabe : Damas, Le Caire, Rabat », Annales de géographie, n° 650, p. 409-433.

Ghorra-Gobin C. (ed.), 2001, Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

Habermas J., 1988, Strukturwändel der Öffentlichkeit, Neuwied, Herman Luchterhand Verlag. Trad. française : L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1997.

Habermas J., 1992, Faktizitaet und Geltung, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag. Trad. française: Droit et démocratie : entre faits et normes, Paris, Gallimard, 1997.

Hmed, C., 2016, « “Le peuple veut la chute du régime”. Situations et issues révolutionnaires lors de l’occupation de la place de la Kasbah à Tunis, 2011 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 211-212, p. 73-91

Jacobs J., 1960, Déclin et survie des grandes villes américaines, Liège, Madraga.

Joseph I., 1990, « La gestion des espaces publics (perspectives d’une consultation) », Espaces et sociétés, n° 62-63, p. 65-73.

Korosec-Serfaty P., 1990, « Le public et ses domaines. Contribution de l’histoire des mentalités à l’étude de la sociabilité publique et privée », Espaces et sociétés, n° 62-63, p. 29-64.

Lazhar, M., 2012-2013, « Le Maghreb urbain : paysage culturel entre la tradition et la modernité », Eurostudia, vol. 8, n° 1-2, p. 251-264. En ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1026641ar [consulté le 28/05/2016].

Lévy, J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Neal Z., 2010, Seeking common ground: three perspectives on public space, Urban Design and Planning, n° 163, p. 59-66.

Navez-Bouchanine F., 1993, « Les espaces publics des villes marocaines », Les Annales de la Recherche Urbaine,  57-58, p. 184-190.

Oueslati I., 2010, Les Centralités du Grand-Tunis : acteurs, représentations et pratiques urbaines, Thèse de doctorat, Université Toulouse Le Mirail.

Paquot T., 2009, L’Espace public, Paris, La Découverte.

Parkinson J.R., 2012, Democracy and Public Space. The Physical Sites of Democratic Performance, Oxford, Oxford University Press.

Raymond A., 1985, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad.

Ripoll F., 2008, « Espaces et stratégies de résistance : répertoires d’actions collectives dans la France contemporaine », Espaces et sociétés, n° 134-3, p. 83-97.

Sebag P., 1998, Tunis, histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan.

Sennett R., 1994, Flesh and Stone, Londres-Boston, Mass., Faber & Faber.

Tonnelat S., 2010, The sociology of urban public spaces”, p. 84-92, in Wang H., Savy M., Zhai G. (eds), Territorial Evolution and Planning Solution: Experiences form China and France, Paris, Atlantis Press.

Toumi S., Vidal R., 2011, « Espaces publics et mixité culturelle, pour un renouvellement du tourisme tunisien », Projets de paysage, n° 6.

Turki S.Y., 2013, « Stratégies de développement des villes, quels enseignements des expériences pilotes ? » Archibat, n° 29, p. 92-93.

Vernant J.-P., 1965, « Espace et organisation politique en Grèce ancienne », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 20-3, p. 576-595.

Zaafrane I., Turki S.Y., 2009, « Les espaces verts dans le Grand Tunis, entre programmation et réalisation », p. 63-86, in Turki S.Y. (ed.), Villes et espaces verts, Tunis, Centre de publication universitaire.

Zaafrane I., Turki S.Y., Ksair M., Taib R., 2012 « Logiques de production des espaces verts dans les grands lotissements. Le cas des opérations El Mourouj et Ennasr à Tunis », p. 271-282, in Agoumy T., Refass M., Villes et environnement durable en Afrique et au Moyen-Orient, Rabat, FSSH.

Zhioua I., 2002, « Les jardins publics en Tunisie : conditions ou conséquences de la construction de la ville sur le mode occidental ? », Actes du séminaire Étapes de recherches en paysage, n° 4, Versailles, Éditions de l’École nationale supérieure du paysage.

Haut de page

Notes

1 Après le départ de Ben Ali le 14 janvier 2011, le Premier ministre en exercice, Mohamed Ghannouchi, a composé un gouvernement ouvert à certains des partis de l’opposition. Face aux protestations populaires contestant la composition de ce gouvernement, et malgré un remaniement ministériel qui a quasiment évincé l’ensemble des ministres issus du parti au pouvoir depuis l’Indépendance, M. Ghannouchi, ainsi que certains de ses ministres, durent démissionner fin février.

2 Ettadhamen est initialement un quartier d’habitat spontané qui s’est développé dans les années 1970-1980 dans la périphérie ouest de l’agglomération tunisoise. Ses habitants proviennent, pour une part, de différents quartiers de la capitale où ont été engagées des opérations de rénovation ou de réhabilitation, et, pour une autre part, de la migration au départ des zones rurales (principalement le Nord-Ouest de la Tunisie) (Chabbi 2012).

3 Selon l’expression d’une personne interviewée sur l’avenue en mars 2011.

4 Kobba veut dire coupole en arabe. La Kobba est la grande salle de sport, ayant la forme d’une vaste, située à El Menzah, quartier du nord de Tunis sur la route menant à L’Ariana.

5 Le nom et prénom complets de l’ancien président de la République tunisienne sont : Zine el-Abidine Ben Ali. La date du 7 novembre (1987) est celle de sa prise de pouvoir à la suite d’un « coup d’État constitutionnel ».

6 Les stratégies de développement de villes sont des exercices participatifs de planification urbaine. Des expériences ont été menées en Tunisie après 2011, notamment dans les villes de Sousse, Jendouba et Siliana.

7 Certaines communes – comme Raoued et La Marsa dans la périphérie nord de Tunis – ont mis en place, avec la population, des comités de quartier appelés à contribuer à l’identification de projets à réaliser par la commune en 2016.

8 Depuis début 2011, la majorité des communes tunisiennes est gérée par des délégations spéciales sous la forme d’équipes de fonctionnaires ou de représentants politiques ou associatifs nommés par le pouvoir central.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les principaux espaces publics et quartiers de protestation à Tunis depuis la Révolution.
Crédits Carte d’origine C. Sebastiani & Y. Turki, reprise par Fl. Troin • CITERES 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1247/img-1.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Fig. 2. Réaménagement de la place des Martyrs du quartier Zouhour à Kasserine.
Crédits Cliché : C. Sebastiani & Y. Turki, février 2011.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1247/img-2.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Fig. 3. Graffitis sur l’avenue de France (prolongement de l’avenue Bourguiba) appelant à une seconde révolution « Rebelote bis révolution ».
Crédits Cliché : C. Sebastiani & Y. Turki, juin 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1247/img-3.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chiara Sebastiani et Sami Yassine Turki, « Espace (s) public(s) en Tunisie. De l’évolution des politiques aux mutations des pratiques », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/1247 ; DOI : 10.4000/emam.1247

Haut de page

Auteurs

Chiara Sebastiani

Politiste, Professeure associée, Université de Bologne (Italie)

chiara.sebastiani@unibo.it

Sami Yassine Turki

Ingénieur et Urbaniste, Enseignant-chercheur, ISTEUB (Institut supérieur des technologies de l'environnement, de l'urbanisme et du bâtiment), Université de Carthage (Tunisie)

yassin75@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page