Navigation – Plan du site
Espace public vs espaces publics

Les pratiques juvéniles et féminines dans les malls de Rabat : usages et représentations d’un lieu « commun » inédit

The practices of the young and women in the malls of Rabat: social uses and representations of new «common» places
Tarik Harroud

Résumés

À l’instar de la majorité des pays du monde arabe, le Maroc a connu l’implantation de centres commerciaux géants importés d’Europe qui ne cessent de marquer le paysage urbain de ses grandes villes. Avec une offre hétérogène et inédite, ces équipements sont de plus en plus prisés par un public considérable au point de figurer parmi les polarités urbaines les plus attractives. Au-delà de l’offre commerciale diversifiée, ils mettent en scène des espaces favorables aux pratiques de flânerie et de rencontre qui rappellent les ambiances des lieux publics. L’observation des profils sociaux qui les fréquentent et des usages qui y sont effectués révèle l’importance qu’occupent désormais ces malls en tant que lieux de rencontre et déambulation urbaine. C’est particulièrement auprès des profils juvéniles qu’il faut repérer ces pratiques sociales révélatrices d’un rapport renouvelé à la ville et à ses espaces publics. À partir d’une série d’investigations conduites dans plusieurs centres commerciaux de Rabat, mêlant observations des usages sociaux et entretiens qualitatifs réalisés avec un échantillon de leurs usagers, la contribution met en lumière les pratiques sociales qu’ont les jeunes Rbatis de ces lieux ainsi que les images et les sens qu’ils leur associent par rapport aux autres espaces publics de la ville. Elle montre que, au sein de ces malls privés et marchands, se déploient de nouvelles formes de pratiquer et de représenter les lieux publics à l’échelle de Rabat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : de nouvelles arènes publiques en émergence à Rabat ?

  • 1 Les malls sont des appellations anglophones issues de l’expression américaine Shopping Mall qui qua (...)

1Apparus au cours des années 1990 dans les grandes villes du Maroc, les centres commerciaux ou, plus couramment, les malls1 ne cessent d’attirer des foules nombreuses et hétérogènes qui s’y rendent pour des usages sociaux diversifiés. Hommes et femmes, jeunes et adultes manifestent, en effet, un engouement grandissant pour ce type d’espaces mis en scène pour être contemplés et explorés. On s’y approvisionne comme dans les commerces traditionnels, mais surtout on y déambule, on y observe et on s’observe comme dans les rues publiques (Sabatier, 2005). La fin de la semaine et les périodes des soldes et des promotions sont alors des occasions idéales pour observer l’ampleur de ces pratiques de flânerie et de lèche-vitrines qui rappellent les usages sociaux caractéristiques des boulevards du centre-ville de Rabat.

  • 2 Cette contribution s’inscrit dans le sillage d’un ensemble de travaux de recherche ayant abordé la (...)
  • 3 Traduites sur le plan spatial par une accessibilité réduite en matière de transports en commun et p (...)
  • 4 Sur un plan purement juridique.
  • 5 Investi et conceptualisé déjà, depuis le début du siècle dernier par les sociologues et anthropolog (...)

2Par l’ampleur de leur fréquentation et des pratiques sociales qui s’y déploient, ces espaces tendent de plus en plus à concurrencer les espaces publics traditionnels au point d’être qualifiés souvent de nouveaux lieux publics2 (Navez-Bouchanine, 2005). Les aménagements et les configurations déambulatoires qu’ils proposent ainsi que les mises en scène spatiales et architecturales qui y sont présentes (des bancs, des fontaines, des arcades, des lampadaires, etc.), sans oublier les manifestations culturelles ouvertes au public qu’ils organisent occasionnellement participent à recréer un environnement propice à la promenade et à la rencontre sociale. Toutefois, et au regard de leur vocation marchande centrée sur des logiques sélectives de ciblage de la clientèle3, il y a lieu d’interroger la « publicité » (Habermas, 1962) de ces malls privés4 renvoyant ici à la volonté de leurs promoteurs de valoriser et d’autoriser des formes de mixité et de sociabilité propres aux lieux publics5. En d’autres termes, dans quelle mesure leurs promoteurs cherchent-ils réellement à créer des lieux communs ouverts et accessibles au public en tolérant des pratiques non marchandes, de non consommation ou, plus précisément, non rentables sur le plan financier ? Quels usages sociaux ont les Rbatis de ces lieux privés et marchands et quelles significations leur accordent-ils par rapport aux autres lieux publics de Rabat ? Telles sont les interrogations principales abordées dans cette contribution qui se fonde sur nos investigations sur l’usage social de ces équipements à l’échelle de Rabat et, plus particulièrement ici, celles qui émanent des franges juvéniles et féminines qui les fréquentent.

  • 6 Ces investigations ont été conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat en géographe intitulée É (...)
  • 7 Devant le refus « catégorique » des promoteurs de fournir des données sur leurs magasins et leurs c (...)
  • 8 Ces entretiens ont été réalisés, d’une part avec les promoteurs et les architectes de ces équipemen (...)

3À partir de notre travail de terrain6, combinant des observations7 et des entretiens qualitatifs8 auprès des promoteurs de ces malls et d’un échantillon de leurs usagers, la présente contribution tente de mettre en lumière les formes d’investissement social et symbolique de ces espaces par les jeunes Rbatis. Elle explore les usages que ces profils font de ces lieux mais aussi les significations et les images qui leur sont associées en relation avec les autres lieux publics de Rabat.

La fabrication marchande de lieux « communs » : mise en scène autour de la consommation

4Avant d’explorer les pratiques sociales à l’œuvre dans les centres commerciaux de Rabat, il convient d’apprécier la construction matérielle et symbolique de ces espaces telle qu’elle est prônée par leurs promoteurs et concepteurs. Il s’agit ici d’analyser les images et les sens qu’accordent ces derniers à ces équipements comme lieux communs de rencontre et de sociabilité.

De la kissaria9 au Méga Mall : l’avènement de nouveaux univers marchands à Rabat

  • 9 Il s’agit d’une galerie commerciale traditionnelle qui a marqué les pratiques d’achat et de déambul (...)

5Le Maroc a connu un développement considérable des centres commerciaux durant les trois dernières décennies. C’est particulièrement au cours de la dernière décade que leur essor est remarquable grâce à la concomitance de conjonctures économique, sociale et politique favorisant leur implantation. Rabat, pour ne citer que cette ville, a été le théâtre d’une rude concurrence entre de puissants promoteurs, cherchant à étoffer leur réseau commercial à l’échelle de la capitale. À côté de ses divers espaces marchands traditionnels (kissariat, galeries et passages commerciaux, souks, etc.), Rabat a vu fleurir, en une décennie, de nombreuses structures marchandes importées qui contribuent à diversifier son paysage commercial. C’est dans ses quartiers huppés tels que Souissi et Hay Ryad que se concentrent la plupart de ces malls qui s’érigent comme véritables vitrines de la mondialisation. Méga Mall, Marjane, Rabat Center : autant d’enseignes qui structurent actuellement le paysage urbain. L’analyse de leurs modes d’implantation et des offres qu’elles proposent montre à quel point leurs promoteurs cherchent à en faire de véritables pôles à l’échelle de l’agglomération Rabat-Salé. Conçus selon le modèle des dernières générations de centres commerciaux, ils représentent de concentrations marchandes et ludiques importantes qui réunissent aussi d’autres fonctions liées au loisir et au divertissement. Mais, au-delà de ces différentes activités récréatives proposées, il faut surtout mentionner la fonction d’animation culturelle qu’ils assument de plus en plus en abritant des manifestations culturelles et sportives. Des concerts, des tournois de bowling et de patinage, des défilés de mode, des expositions d’art sont autant de manifestations qui permettent d’attirer des foules hétérogènes. Bref, ces lieux offrent tout un ensemble de fonctions à la fois commerciales et récréatives qui sont favorables aux pratiques de shopping, de déambulation et de rencontre sociale.

Mettre en scène des « pseudo-espaces publics » ouverts et sélectifs

  • 10 C’est d’ailleurs la conception initiale qui a été prônée par l’inventeur même de cette formule de c (...)
  • 11 On peut faire référence ici aux galeries couvertes et aux magasins de l’avenue Mohammed V à Rabat.

6Il est intéressant de soulever que, au-delà de leur offre marchande diversifiée, ces malls sont souvent conçus suivant des configurations déambulatoires qui rappellent la morphologie des rues publiques10. Leurs architectes proposent en effet des aménagements qui se déclinent généralement en des espaces piétonniers et des placettes agrémentées par du mobilier urbain. Il s’agit de tout un ensemble de dispositifs par lesquels on cherche à placer le chaland dans l’univers emblématique des lieux publics de Rabat11. Au centre commercial Asswak Assalam, par exemple, on retrouve des aménagements (arcades, ruelles, fontaines) et traitements architecturaux et décoratifs qui font référence aux ambiances des kissariats de la médina. Tandis qu’au Méga Mall, la galerie marchande a été ponctuée par un ensemble de bancs qui longent des parcours conçus pour la déambulation des chalands.

Fig. 1. L’axe principal du Marjane Ryad ponctué par des bancs.

Fig. 1. L’axe principal du Marjane Ryad ponctué par des bancs.

Ciché : T. Harroud, 2013.

  • 12 Le directeur du Méga Mall a mis en exergue le caractère ouvert et hospitalier de son mall, en insis (...)

7Or, tout en cherchant à reproduire les ambiances des lieux publics, les concepteurs de ces équipements s’efforcent paradoxalement d’établir avec elles une distance, voire une rupture symbolique. En effet, il ne s’agit pas de recopier ces espaces tels qu’ils se présentent dans la réalité, mais plutôt de reproduire l’idéal de l’espace public à travers les atouts qui font son charme dans l’imaginaire individuel et collectif (rencontre, mixité, divertissement, sociabilité, etc.). Les nuisances urbaines telles que le bruit, la pollution, le trafic automobile, les conditions climatiques rudes (la pluie, le froid, la chaleur), la mixité sociale et les effets sociaux qui en résultent (promiscuité, bousculade, désordre et incivilité) sont des conditions totalement écartées et filtrées. Ces mises en scène « retravaillées » nous renvoient, ici, aux notions de copie et de simulacre conceptualisées par Baudrillard. En fait, cette reproduction des ambiances de lieux publics repose sur un dosage subtil de l’ouverture/fermeture de ces centres commerciaux. Bien que leurs promoteurs insistent sur le caractère public de leurs équipements qui restent ouverts et accessibles à toute personne12, l’observation minutieuse de leurs configurations spatiales et sécuritaires révèle, toutefois, la présence de dispositifs « implicites » et « dissuasifs » qui limitent l’accès de certains usagers dont le profil ne correspond pas à la clientèle recherchée. Ces dispositifs peuvent être appréciés à plusieurs niveaux. Tout d’abord, au niveau de l’accessibilité de ces malls, centrée sur la voiture qui exclut une partie importante des usagers Rbatis non motorisés ; ensuite, au niveau de la nature de leur offre marchande qui reste dominée par des produits de luxe difficilement accessibles aux différentes bourses. Enfin, au niveau de leur configuration sécuritaire et normative qui impose des modes d’utilisation et d’occupation de ces espaces qui ne sont pas souvent favorables aux pratiques libres de rencontre et de flânerie. C’est par rapport à ce dernier volet qu’il faut pointer le statut ambigu de ces malls. La présence physique et visible des vigiles (de par leur costume et leur talkie-walkie) dès l’entrée du centre commercial, en plus de véhiculer l’image de sécurité et de l’assurance recherchée par les clients, symbolise l’idée qu’on n’est plus dans un espace public. On est bel et bien dans un espace privé appartenant à un promoteur privé qui cherche à en assurer le contrôle et la gestion. Ce statut ambigu de l’accessibilité des malls peut être apprécié au niveau du changement de la configuration de leur dispositif sécuritaire en fonction des temporalités de la journée et de la semaine.

8En effet, le nombre et l’emplacement de ces vigiles et même la réaction de ces derniers varient en fonction des moments de fréquentation. Dans les périodes de faible fréquentation où la visibilité des visiteurs devient plus importante, l’accès aux malls semble difficile pour certaines catégories sociales à faible pouvoir d’achat. Ces personnes, ou plus exactement ces « indésirables », font l’objet de regards stigmatisants véhiculant l’idée qu’ils ne sont pas les bienvenus. Tandis que lors des périodes de grande affluence (les soldes et les fêtes), le dispositif sécuritaire devient moins contraignant (en termes de contrôle d’accès et de pratiques sociales) et la gamme des personnes « indésirables » se rétrécit pour permettre la fréquentation « sans gêne » d’une plus grande diversité de catégories sociales.

9Ces attitudes, qui semblent paradoxales, montrent, par ailleurs, la subtile porosité de ces lieux marchands. Leurs promoteurs régulent de façon contrôlée et dosée le niveau d’ouverture de leurs magasins en fonction de la nature de la clientèle et des temporalités de fréquentation. L’intervention de leurs agents de sécurité est révélatrice du traitement paradoxal de la dichotomie privé/public. Ces agents régulent le statut de ces espaces en fonction des incidents rencontrés et des profils sociaux. Ainsi, les axes de circulation (censés représenter des lieux communs et ouverts) deviennent aussitôt des espaces privés dès que l’on constate des comportements jugés inappropriés par une personne indésirable. Leur usage est fortement normé et policé afin de dissuader leur appropriation, comme l’occupation prolongée des bancs, le rassemblement, la prise de photos, etc. Et, inversement, les boutiques et les lieux « branchés » de restauration, qui présentent un niveau élevé de sélectivité, deviennent des lieux communs mettant en scène pour « leurs clients » des ambiances favorables à des pratiques libres de rencontre et de sociabilité.

10Enfin, si les deux types d’espaces (la rue commerciale du mall et la rue publique) ont pratiquement les mêmes fonctions (circulation, distribution, déambulation, récréation, lèche-vitrines, etc.) et les mêmes configurations spatiales (axe de circulation bordé par des vitrines et des mobiliers de récréation), ils répondent toutefois à deux objectifs différents. Contrairement à la fonction sociale, politique et culturelle de la rue publique (lieu de mixité, d’expression et de contestation), la rue intérieure des centres commerciaux repose essentiellement sur une logique de mise en scène et de simulation qui fait de la dimension marchande et imaginaire (renvoyant à l’idéal imaginaire collectif) l’élément clé de sa raison d’être. Dans le développement suivant, il serait opportun de s’interroger sur les pratiques sociales des usagers Rbatis et leur inscription dans cette logique marchande et consommatoire mise en scène dans ces centres commerciaux.

Les centres commerciaux à Rabat : pratiques et formes d’appropriation d’un espace « ressource »

11À la suite de l’analyse des modalités de fabrication matérielle et symbolique des principaux malls de Rabat en tant que lieux communs, nous proposons cette fois-ci l’étude des formes de leur utilisation et appropriation sociale par les différents usagers qui les fréquentent. Il s’agit d’examiner les usages sociaux dans ces lieux marchands ainsi que leurs significations en tant que lieux publics.

Un public hétérogène et des temporalités de fréquentation diversifiées

  • 13 Selon des données fournies par la société gestionnaire de l’enseigne Marjane, plus de « 50 % des cl (...)

12Si les résultats, issus des sondages de fréquentation de la clientèle publiés périodiquement par quelques centres commerciaux de Rabat, montrent bel bien la prédominance quasi nette d’une clientèle « aisée » à fort pouvoir d’achat13, il n’en demeure pas moins vrai qu’il existe une proportion (même si marginale) de profils sociaux à faible pouvoir d’achat (constituée notamment de retraités, d’étudiants, de femmes au foyer, d’ouvriers, etc.) qui parvient à se rendre dans ces lieux marchands. En fait, la proportion prédominante de la clientèle « aisée » ciblée par ces malls doit être relativisée et nuancée en fonction des temporalités de fréquentation telles que la fin de la semaine, la fin du mois, les périodes des soldes où la présence d’une foule hétérogène et diversifiée est plus perceptible.

  • 14 Résultats publiés dans le magazine périodique du Méga Mall, en ligne : www.megamall.ma [consulté le (...)

13Contrairement à l’idée répandue selon laquelle ces équipements sont fréquentés majoritairement par une catégorie spécifique à pouvoir d’achat moyen et supérieur, ces observations montrent la présence, selon des temporalités spécifiques, d’autres catégories sociales « non ciblées ». Une observation de leur fréquentation faite sur des moments distincts et sur une durée plus ou moins prolongée (trois mois) montre, en effet, comment différents profils sociaux investissent ces équipements selon des temporalités (moments de visite) et des spatialités (espaces visités) hétérogènes donnant lieu à des formes de mixité sociale désynchronisées (Allain, 2007). Parmi la foule hétérogène qui les fréquente, il est impressionnant d’observer la présence remarquable des jeunes et des femmes en particulier. Qu’elle soit jeune ou âgée, mariée ou célibataire, seule ou accompagnée, la femme constitue, en effet, la figure principale du paysage social de ces univers marchands dont l’offre commerciale s’adapte parfaitement à ses attentes (espaces de shopping et salles de remise en forme dédiées aux femmes, salles de jeux pour leurs enfants, etc.). C’est ce que confirme l’enquête de fréquentation de la clientèle réalisée par l’enseigne du Méga Mall en 200514 qui révèle que plus de 60 % des visiteurs sont essentiellement des femmes jeunes, âgées de 15 à 40 ans. Sur ce sujet, la directrice marketing du Méga Mall souligne que « les femmes sont la cible principale du mall. Elles ont une capacité de consommation très importante : en plus d’acheter des biens pour leur propre compte, elles le font également pour les membres de leur famille. C’est pourquoi notre stratégie commerciale a été conçue dès le départ autour de cette clientèle » (Iraki, directrice marketing du Méga Mall, 2010).

  • 15 Les images et affiches publicitaires ciblant les jeunes affichées dans ces malls en attestent.

14Mais, au-delà de la présence de cette clientèle féminine, il faut noter surtout la fréquentation importante des jeunes (des deux sexes). Ces malls aux offres ludiques et récréatives attirent ainsi un nombre considérable de jeunes et des adolescents qui s’y rendent le plus souvent en groupe ou en couple pour déambuler collectivement dans la galerie marchande, jouer une partie de bowling ou consommer des rafraichissements dans les fast-foods. Si ces profils sont souvent considérés comme composant la clientèle principale de ces malls15, il n’en demeure pas moins vrai qu’ils sont considérés comme « profils à problème », notamment en ce qui concerne les adolescents flâneurs qui viennent juste déambuler et scruter la foule. Cela entraîne parfois un rapport tendu et méfiant entre les vigiles et ces jeunes adolescents.

L’usage social des malls de Rabat : une diversité de pratiques dominées par les activités de déambulation

15Une simple visite dans ces centres commerciaux en fin de semaine et en périodes de fête, montre à quel point ces lieux sont le support de pratiques sociales qui ne sont pas exclusivement marchandes. Aux pratiques d’achat, de shopping et de restauration s’ajoutent des usages non marchands de rencontre, et de déambulation qui leur confèrent une ambiance toute particulière. Ce sont les pratiques de flânerie sans achat qui attirent l’attention par l’ampleur qu’elles prennent dans ces structures commerciales centrées sur la consommation. Il est en effet impressionnant d’observer comment certaines familles profitent de leurs achats hebdomadaires pour se promener dans la galerie marchande, ou parfois des groupes de jeunes, se contentant de quelques rafraichissements, effectuent des tournées déambulatoires dans le centre commercial. S’agissant d’une forme commerciale nouvelle qui propose des offres constamment renouvelées dans une configuration sécurisée et climatisée, le mall attise les convoitises et les curiosités et s’adapte parfaitement aux pratiques de contemplation et d’exploration. Il devient, pour certains usagers un lieu bien indiqué pour la promenade. Il est l’un des rares endroits de Rabat où l’on vient se confronter, se mesurer, se retrouver, se jauger et considérer les innovations en matière d’achat et de comportements. L’usage déambulatoire « que font [particulièrement] les couches populaires des grandes surfaces commerciales [et des malls] n’est pas sans parenté avec l’usage fait du souk intra-médinal : on n’y va pas nécessairement pour faire des achats précis, mais pour se promener, voir et éventuellement, selon opportunités, acquérir l’un ou l’autre objet » (Navez-Bouchanine, 2005, 113). Déambuler dans ces espaces marchands en compagnie des membres de sa famille ou avec des amis, en soignant son apparence, n’est pas sans rappeler, ici, l’une des formes d’urbanité caractéristiques autrefois des boulevards prestigieux de la ville et de son centre-ville : voir et se donner à voir, observer le spectacle des objets, des promeneurs, des commerçants, etc. La déambulation, au sein du centre commercial, prolonge, ainsi, celle de la rue publique mais selon de nouvelles modalités de coprésence sociale.

Fig. 2. La galerie commerciale du Méga Mall comme espace de déambulation.

Fig. 2. La galerie commerciale du Méga Mall comme espace de déambulation.

Cliché : T. Harroud, 2013.

16Ces pratiques de déambulation sont principalement effectuées par des bandes de jeunes (particulièrement les adolescents) qui font de ces malls des lieux appréciés de rencontre, de découverte et de détente « gratuite ». Nous les avons observés, à maintes reprises, faire des allers et retours dans la galerie marchande en se contentant parfois de consommer quelques glaces et rafraîchissements. Ces cheminements déambulatoires sont l’occasion de repérer, de façon assez visible, des formes plus ou moins intenses d’appropriation des espaces non marchands du centre commercial. Même si les interventions verbales et « visuelles » des vigiles sont dissuasives, des formes manifestes d’occupation de l’espace sont observées notamment dans les couloirs et dans certains espaces interstitiels situés dans les recoins discrets du centre commercial. Les marches, les bancs, les bacs à plantes, les couloirs secondaires, les abords des galeries, les escalators et les ascenseurs servent, d’espaces de repos, d’attroupement, de rencontre et d’exploration des lieux. Bien que temporaire (réduite dans le temps) et ponctuelle (limitée à des micro-lieux), l’occupation de ces interstices est le reflet d’une appropriation spécifique d’un espace conçu initialement pour être traversé et consommé sans laisser de trace.

Des espaces privilégiés pour la rencontre et la sociabilité juvénile

17Au-delà des pratiques de flânerie et de déambulation, il est frappant d’observer comment ces lieux sont souvent investis par ces jeunes en tant qu’espaces de rencontre et de sociabilité. C’est surtout auprès des adolescents et les jeunes filles célibataires qu’il convient de mesurer la place centrale des malls dans les pratiques de rencontre et de sociabilité à l’échelle de la ville. Perçus le plus souvent comme des lieux de modernité importés de l’occident où se concentrent les marques et les enseignes internationales à l’échelle de Rabat, les centres commerciaux restent des destinations très prisées par les jeunes « chalandes ». Les images, les valeurs et les codes qu’ils affichent correspondent parfaitement aux attentes et aspirations de cette clientèle. Le caractère fermé et occidentalisé de ces équipements permet une plus grande liberté en société et une socialisation plus aisée. Leurs tenues vestimentaires, leurs postures plus ou moins décontractées et, parfois, les comportements sociaux de certaines d’entre elles (fumer une cigarette, sortir tard le soir, être avec son copain) en sont les principales manifestations. Ces malls s’érigent ainsi en véritables espaces « enceintes » ou « parenthèses dans la ville » (Gillot, 2007) qui permettent aux jeunes filles de se libérer, voire de « transgresser », les codes socialement reconnus dans l’espace public et domestique (Hannah, 1995 ; Le Renard, 2010).

Fig. 3. L’espace bowling, lieu de prédilection pour la rencontre des jeunes.

Fig. 3. L’espace bowling, lieu de prédilection pour la rencontre des jeunes.

Cliché : www.iihem.ac.ma [consulté le 05/07/2016].

18Outre ces coprésences strictement féminines, des côtoiements mixtes, réunissant des jeunes usagers de sexe distinct, sont également présents et fréquents dans ces lieux marchands. Des jeunes couples célibataires se rencontrent librement dans les divers espaces de récréation et de loisirs. Leur côtoiement devient plus visible aux heures tardives de la journée où les ambiances sociales des cafés et des restaurants « branchés » se limitent à quelques profils sociaux (jeunes couples, femmes célibataires, etc.). Si les côtoiements mixtes entre les adolescents et les jeunes filles célibataires sont de plus en plus fréquents dans les lieux publics de Rabat, ils prennent à l’intérieur de ces malls fermés et anonymes (en raison de leur ambiance occidentalisée et leur configuration sélective), une ampleur toute particulière surtout dans leurs lieux branchés (cafés, fast-foods, bowling, etc.). Dans un café « branché » du Méga Mall, nous avons pu observer, à l’occasion d’une soirée musicale, comment des garçons et des filles (épaules dénudées, pantalons serrés ou minijupes) s’amusent et dansent aisément sur une piste qui leur a été aménagée. Une telle scène, qui peut être jugée choquante à l’extérieur du mall, devient possible dans une ambiance de fête. Ce qui semble alors mal perçu dans d’autres lieux de la ville est alors paradoxalement autorisé, voire apprécié, dans ces espaces privés et fermés. « À l’abri de la critique et du harcèlement masculins, ici [au McDo et par extension le Mall], une femme marocaine peut être vue, sans être mal vue » (Hannah, 1995, 19).

19Par ailleurs, il est impressionnant d’observer, surtout dans les galeries marchandes des malls huppés de Rabat, la manière avec laquelle des groupes de jeunes se livrent à des interactions visuelles et corporelles centrées sur le paraître. En arborant des looks insolites, ces jeunes adolescents font de ces équipements des espaces privilégiés d’exhibition de leurs singularités. Le paraître devient pour eux un élément capital afin de s’intégrer et se faire accepter dans ces lieux.

La représentation des malls en tant que lieux publics16 : des images et des significations contrastées

  • 16 À l’instar d’un ensemble de travaux sur le sujet, nous dissocions totalement cette notion de son ac (...)
  • 17 Il s’agit d’un projet en discussion depuis 2009, qui a été initié par le ministère de la Modernisat (...)

20Cela paraît étonnant d’interroger le statut public des centres commerciaux dont on connaît pertinemment la vocation privée (sur un plan strictement juridique) et la fonction marchande (favorisant les consommateurs). Toutefois lorsqu’on observe la façon avec laquelle ils sont fabriqués et mis en scène par leurs promoteurs et la manière avec laquelle ils sont investis socialement par les usagers, il nous semble tout à fait légitime de poser une telle question. Une interrogation qui trouve toute sa raison d’être si l’on note, pour le cas du Maroc, l’existence d’un projet en cours de discussion initié par les instances publiques17 qui consisterait à implanter des kiosques administratifs (sortes d’antennes administratives pour l’octroi des pièces administratives au-delà des horaires du travail) dans l’ensemble des centres commerciaux et grandes surfaces du royaume. À travers un tel projet, on contribue, ainsi, au moins aux yeux de ceux qui les fréquentent, de remettre en question davantage la vocation strictement privée de ces structures commerciales.

21Ne faut-il pas, par ailleurs, se demander, ici, à l’instar d’un ensemble de chercheurs, si l’appréciation du statut public d’un espace (quel que soit son statut juridique), ne se rapporte pas essentiellement aux pratiques sociales et aux représentations symboliques qui lui sont associées ? (De la Pradelle, 2001). Un ensemble de travaux et de recherches mené en ce sens a bien montré que la définition de l’espace public a évolué au fil du temps en se détachant progressivement d’une appréhension strictement juridique. D’autres critères ont été identifiés en accordant une attention particulière aux sens et aux pratiques sociales qui s’y déploient (Capron, 1998 ; Sabatier, 2005). C’est à travers ce prisme des représentations qu’il convient alors d’apprécier le statut proprement dit de ces espaces.

Le statut du centre commercial d’après ses jeunes visiteurs : un lieu « public » propre et sécurisé

  • 18 À ce propos F. Navez-Bouchanine souligne qu’il existe « un énorme problème linguistique […] pour dé (...)
  • 19 Les espaces publics tels qu’on les définit aujourd’hui en Europe renvoient à un espace idéal caract (...)

22À la suite d’une enquête qualitative portant sur le statut des centres commerciaux tel qu’il est perçu par un échantillon exploratoire de leurs visiteurs (une quarantaine d’interviewés), il est remarquable de constater la difficulté rencontrée par un nombre non négligeable d’entre eux, à classifier et à catégoriser ces espaces. Certains ont même été surpris lorsque cette question leur a été posée, en soulignant qu’une telle interrogation ne leur était jamais venue à l’esprit. Cela paraît tout à fait normal compte tenu des stratégies de brouillage orchestrées par leurs promoteurs qui manipulent de façon très subtile les caractéristiques des espaces publics et des espaces privés selon les événements et les temporalités de fréquentation. « La confusion dans laquelle se trouvent les consommateurs pour identifier le centre commercial comme une place publique ou privée pourrait s’interpréter comme le résultat de ce subtil jeu de masque voulu et orchestré par les promoteurs » confirme dans ce sens S. Lestrade (2003, 171) dans son analyse des images associées aux centres commerciaux parisiens. Il faut reconnaître l’autre difficulté rencontrée par bon nombre des usagers interviewés, à saisir cette notion d’espace public. En fait, il n’est pas aisé de trouver une traduction partagée de cette notion en arabe dialectal18 à part le fait de la lier systématiquement à des espaces physiques (rue, boulevards, place, etc.). C’est pour cette raison qu’il était nécessaire de reformuler la question autrement en interrogeant les fondements des espaces publics à l’échelle de ces centres commerciaux (accessibilité, mixité, liberté, côtoiement, déambulation). C’est à partir de ce moment-là que les réponses deviennent plus significatives et pertinentes. Par ailleurs, à la question initiale et directe « Est-ce que vous classez les centres commerciaux que vous fréquentez parmi des lieux publics de Rabat ? », plus de deux tiers de l’échantillon interrogé a répondu par l’affirmative. Ces réponses affirmatives ont été apportées surtout par les jeunes qui ont reconnu, sans exception, cette vocation publique. En fait, ce qui émane des propos des jeunes, ce ne sont pas les fondements classiques19 des espaces publics (propriété juridique, présence des symboles du pouvoir politique, etc.) mais surtout des critères d’une autre nature.

23En effet, les profils juvéniles et féminins interrogés considèrent ces malls comme des lieux publics d’un type « spécial ». « Spécial » dans la mesure où ils les perçoivent souvent comme une alternative aux autres espaces publics « traditionnels » de la ville. Lesquels sont presque toujours connotés négativement : peu sûrs, délaissés voire abandonnés et mal entretenus. De manière générale, les critères renvoyant à la classification juridique privé/public, se sont substitués à d’autres critères liés aux registres sociaux et culturels (propre/non propre, animé/non animé, civilité/incivilité, sécurisé/non sécurisé). L’un des critères qui revient de façon très récurrente dans leurs réponses est celui de l’entretien et la propreté de ces centres commerciaux. Ce critère est souvent mis en relation avec l’état actuel des espaces publics traditionnels comme on peut le comprendre de l’entretien réalisé avec Aziz :

« À Marjane Ryad au moins tout est propre, on fait toujours de l’entretien. On peut circuler à l’aise sans gêne, voilà des espaces dignes d’être qualifiés de lieux publics, ce n’est pas le cas malheureusement dans nos rues publiques où l’on est obligé de marcher entre les poubelles ». | Aziz, informaticien, 30 ans

  • 20 Une expression dialectale utilisée couramment pour véhiculer une connotation négative sur la rue pu (...)

24Pour cet interwievé, les espaces publics « traditionnels » (la rue, la place publique) sont souvent perçus comme des lieux mal entretenus et pollués où les instances publiques chargées de leur gestion sont souvent jugées défaillantes. Tandis que le centre commercial offre les atouts d’un espace propre, bien entretenu, où il fait toujours bon de circuler et déambuler. Le second critère mis en exergue dans les entretiens est lié à la sécurité dans ces malls. Le caractère « public » du centre commercial est associé, pour certains profils sociaux comme les femmes, à sa capacité à assurer plus de sécurité en comparaison avec les espaces publics de la ville. Qu’il s’agisse de la sécurité physique et corporelle liée au vol, à l’agression, à la bousculade des foules, ou de la sécurité dite symbolique qui renvoie essentiellement aux regards et aux harcèlements de l’autre sexe dans la rue publique ou plus couramment dans la zanka (Dris, 2001)20. En fait, ils apprécient l’ambiance « pacifiée » qui permet une plus grande visibilité dans l’espace et une grande marge de liberté pour la socialisation et la rencontre avec les pairs. C’est pour cette raison que les normes d’usage (de contrôle et de surveillance) imposées par les promoteurs commerciaux sont paradoxalement appréciées par une bonne partie de ces usagers. Un autre élément qui est apparu lors des observations et des entretiens réalisés, c’est que certains profils valorisent des aspects qui semblent en contradiction avec les principes fondamentaux de l’espace public à savoir : l’accessibilité à tous et la mixité des différentes couches sociales. En effet, la sélectivité observée dans certains malls tels que Méga Mall et Marjane Ryad (de par leur accessibilité spatiale centrée sur la voiture) est appréciée par quelques-unes des personnes interrogées. Cette accessibilité « filtrée » permet certaines formes de coprésence, celles de et l’entre-soi homogène en cohérence avec certaines attentes de socialisation et d’affichage social. En ce sens, la présence des vigiles et des dispositifs de vidéosurveillance ne constituent pas en soi ni une gêne particulière ni une limite à la vocation publique de ces espaces, au contraire, ce sont des dispositifs très bien appréciés qui permettent d’assurer un entre-soi jugées valorisant.

25Au critère de sécurité déjà mentionné, s’ajoute un autre paramètre considéré comme primordial dans l’appréciation de ces malls comme lieux publics. Il renvoie à la notion de civilité qui comporte les codes du respect mutuel et du vivre ensemble. En imposant un ensemble de normes d’utilisation sociale à l’intérieur de leurs enceintes, les centres commerciaux sont appréciés par leur capacité à assurer pour leur clientèle une sorte de civilité qui fait défaut dans les rues publiques :

« Dans ce centre commercial, il y a toujours un respect réciproque entre les gens. On se respecte, on garde une certaine distance. Bref, on ressent une certaine aisance que je ne retrouve pas malheureusement dans les rues publiques ». | Rachid, infirmier, 30 ans

26En fait cette notion de civilité doit être mise en relation avec une autre notion qui est celle de la mixité ou de khalouta qui signifie, dans le langage commun, la mauvaise fréquentation (Dris, 2001). Dans les récits mobilisés, cette khalouta est souvent synonyme du manque de civilité et du non-respect des codes de savoir-vivre en société. Ainsi, si le centre commercial est perçu comme un espace de civilité, c’est parce qu’il est représenté comme espace nadif [« propre » au sens symbolique et matériel] permettant une sorte de mixité sociale plus filtrée et régulée. Dans ce lieu marchand, où les fréquentations restent désynchronisées selon les profils sociaux, les possibilités de rencontrer son « semblable » (partageant les mêmes normes et valeurs) sont importantes et les probabilités d’être en contact avec les étrangers demeurent très minimes, donnant lieu, ainsi, à des entre-soi homogènes. Bien qu’elles représentent des fondements de la vie en public, les règles du vivre-ensemble qui pourraient s’établir de la rencontre de différentes catégories sociales (jeu des parades, des offenses et des échanges réparateurs) relèvent, pour certaines personnes rencontrées, de l’incivilité.

27En cherchant à susciter les réactions de l’échantillon interrogé sur une dimension importante dans la définition de l’espace public et qui semble absente dans ces malls, à savoir la liberté d’expression et la possibilité d’engager un débat politique ou même à organiser des manifestations et des contestations d’ordre politique (Habermas, 1978), les réponses apportées en ce sens étaient également surprenantes :

« Vous savez que parler politique est interdit partout. On n’a pas le droit d’en parler que ce soit dans les centres commerciaux ou ailleurs. D’ailleurs, même les principales rues et places de la ville où les gens sont censés s’exprimer librement sont bourrées de flics et d’agents d’autorité qui sont là pour dissuader toute tentative de contestation. Vous voyez que même dans certains axes emblématiques de la ville, la liberté d’expression n’est pas vraiment acquise ». | Said, agent comptable, 28 ans, célibataire, fidèle client du Marjane Ryad

28Aux yeux de Said, le centre commercial représente au contraire un espace d’évasion par rapport à tout ce qui se rapporte au politique. En effet, l’espace marchand à travers l’imaginaire de la consommation qu’il met en scène, lui offre le modèle d’une cité idéale « pacifiée » où sont justement bannis les conflits et les tensions du monde réel. En réaction à la réponse de Said, nous l’avons informé que même les espaces situés à l’intérieur de ces malls sont sous l’autorité de leurs promoteurs. Ces derniers, par l’intermédiaire de leurs vigiles, veillent comme les agents de l’autorité à garantir l’ordre. Il nous répond alors de la sorte : « Les vigiles ne sont là que pour protéger les intérêts mercantiles de leurs promoteurs, alors tu peux faire ce que tu veux du moment que tu es un bon consommateur ». Cette réponse interroge la place « centrale » qu’occupe désormais la consommation dans la définition de nouvelles formes de citoyenneté à l’échelle de la ville. Bref, à l’issue de ces différents propos sur la dimension publique des centres commerciaux, les avis des personnes interrogées restent divergents sur la classification de ces espaces et les critères qu’elles mobilisent pour justifier leurs appréciations. Ils convergent, toutefois, autour de l’idée que la classification juridique classique (privé/public) n’est plus opérationnelle et que de nouveaux critères émergent pour donner lieu à d’autres formes de catégorisation des espaces urbains.

Conclusion : de nouvelles manières de pratiquer et de représenter l’espace public à Rabat ?

29De l’analyse des critères et des motifs mobilisés par les jeunes dans leur appréciation de la dimension publique des malls, il ressort que leurs promoteurs et leurs concepteurs ont réussi à rendre, en quelque sorte, appréciable une conception idéalisée et pacifiée de l’espace public, notamment auprès des jeunes et des femmes. La mise en scène spatiale et architecturale de ces espaces agencés autour des symboles de la consommation, l’animation, la sécurité et l’occidentalisation, semble séduire et attirer une frange considérable des jeunes et des femmes qui trouvent dans ces lieux « sélectifs » des réponses appropriées à leurs attentes d’anonymat, de sociabilité et d’affichage corporel. À travers ces conceptions marchandes et consommatoires, il y a lieu de se demander s’il s’agit là d’une crise sociétale touchant la fabrication des espaces publics dans la ville contemporaine ou, au contraire, les signes d’une recomposition en profondeur affectant ces espaces. En fait, le centre commercial, vu sous le prisme de « la ville d’hier » (Chalas, 1997) où priment les fondements de l’accessibilité, de la mixité et du débat politique, est loin de constituer un véritable espace public. Or, si on l’appréhende sous le prisme de nouvelles attentes sociales et hédonistes des jeunes, le centre commercial répond parfaitement à leurs besoins d’être ensemble et semble supplanter quelques-unes des fonctions assumées par les espaces publics traditionnels. Ceci nous invite en dernier lieu à nous demander, à l’instar d’A. Gasnier, s’il ne faut pas voir dans ces malls de nouvelles manières de pratiquer et de représenter la ville et ses espaces publics. Ces espaces « illustrent les nouveaux lieux de consommation urbaine pour lesquels les notions d’espace public et privé s’imbriquent, deviennent floues et emmêlent dans un grand tourbillon [à la fois] la vraie ville et le pastiche… Peut-être est-ce d’ailleurs le vécu de ces contrastes que les citadins et péri-citadins recherchent aujourd’hui dans leur manière de pratiquer la ville ? » (Gasnier, 2006, 71).

Haut de page

Bibliographie

Allain J.-M., 2007, « La mixité sociale à l’épreuve des nouvelles temporalités », Espace populations sociétés, n° 2 et 3, p. 299-304.

Baudrillard J., 1981, Simulacres et Simulation, Paris, Galilée.

Capron G., 1998, « Les centres commerciaux à Buenos Aires. Les nouveaux espaces publics de la ville de la fin du XXe siècle », Les Annales de La Recherche Urbaine, n° 78, p. 55-69.

Chalas Y., Dubois-Taine G., 1997, La Ville émergente, Paris, L’Aube.

Choay F., Merlin P. (dir.), 1988, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF.

Davis M., 1992, “Fortress Los Angeles: The Militarization of Urban Space”, p. 154-180, in Sorkin M. (dir.), Variations on a Theme Park. The New American City and the End Public Space, New York, Hill and Wang.

De la Pradelle M., 2001, « Espaces publics, espaces marchands : du marché forain au centre commercial », p. 181-191, in Ghorra-Gobin C. (dir.), Réinventer le sens de la ville, Paris, L’Harmattan.

Dris N., 2001, La Ville mouvementée. Espace public, centralité et mémoire urbaine à Alger, Paris, L’Harmattan.

Gasnier A., 2006, « De nouveaux espaces publics urbains ? Entre privatisation des lieux publics et publicisation des lieux privés », Revue d’urbanisme, n° 346, p. 70-73.

Ghorra-Gobin C. (dir.), 2001, Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

Gillot G., 2007, Espaces populaires, pratiques intimes, les jardins publics au Caire, à Rabat et à Damas, Thèse de doctorat en géographie, sous la dir. de J.-F. Troin, Université François-Rabelais, Tours.

Goffman E., 1974, Les Rites d’interaction, Paris, Minuit.

Gravari-Barbas M., 2001, « Les enclaves ludiques : le cas du Navy Pier à Chicago », p. 159-168, in Ghorra-Gobin C. (dir.), Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

Gruen V., 1973, Centres for the Urban Environment, Survival of the Cities, New York, Reinhold.

Habermas J., 1978 [1re éd. 1962], L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

Hannah D.-T., 1995, « “Là où vont les femmes”. Notes sur les femmes, les cafés, et les fast-foods au Maroc », GREMMO, Cahiers de recherche, n° 4, p. 11-18.

Joseph I., 1999, La Ville sans qualités, Paris, L’Aube.

Le Renard A., 2010, « Pratiques du shopping mall par les jeunes Saoudiennes, sociabilité et consumérisme à Ryad », p. 187-214, in Mermier F., Peraldi M. (dir.), Les Mondes et places du marché en Méditerranée. Formes sociales et spatiales de l’échange, Paris, Karthala.

Lestrade S., 2002, « Les centres commerciaux dans la recomposition économique et culturelle des territoires urbains », Flux, n° 50, p. 59-62.

Navez-Bouchanine F., 2002, « De l’espace public occidental aux espaces publics non occidentaux. Quelques réflexions sur les rapports privé/public à partir de travaux sur la ville maghrébine », Villes en parallèle, n° 32-33-34, p. 120-234.

Navez-Bouchanine F., 2005, « Les espaces publics des villes maghrébines, enjeu et partie prenante de l’urbanisation », p. 101-119, in Arnaud J.-L. (dir.), L’Urbain dans le monde musulman de la Méditerranée, Paris, Maisonneuve & Larose.

Sabatier B., 2006, La Publicisation des espaces de consommation privés. Les complexes commerciaux récréatifs en France et au Mexique, Thèse de doctorat en géographie, Université de Toulouse 2-Le Mirail.

Sabatier B., 2007, « De l’impossible espace public à la publicisation des espaces privés », p. 175-19, in Capron G., Haschar-Noe N., L’espace public urbain : de l’objet au processus de construction, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Sennett R., 1979, Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil.

Sorkin M. (dir.), 1992, Variations on a Theme Park : the New American City and the End of Space Public, New York, Hill and Wang.

Haut de page

Notes

1 Les malls sont des appellations anglophones issues de l’expression américaine Shopping Mall qui qualifie des centres commerciaux articulés autour d’un mail (axe piétonnier) dédié à la déambulation et au lèche-vitrines.

2 Cette contribution s’inscrit dans le sillage d’un ensemble de travaux de recherche ayant abordé la représentation et l’usage des espaces marchands en tant que lieux publics. Le débat sur ce sujet demeure fortement partagé entre ceux qui perçoivent ces espaces en tant que lieux privés qui seraient des emblèmes de marchandisation (Gravari-Barbas, 2001), de militarisation (Davis, 1999), voire de la disparition des espaces publics (Sorkin, 1992, Sennett, 1979). D’autres chercheurs les représentent en tant que nouveaux lieux publics qui instaurent un processus de publicisation des lieux marchands (Capron, 1998 ; Sabatier, 2007) et mettent en avant de nouveaux fondements et critères par lesquels est appréhendé le rapport public-privé (Gasnier, 2006).

3 Traduites sur le plan spatial par une accessibilité réduite en matière de transports en commun et par la mise en vente des biens de consommation dépassant souvent les bourses des ménages à faible pouvoir d’achat.

4 Sur un plan purement juridique.

5 Investi et conceptualisé déjà, depuis le début du siècle dernier par les sociologues et anthropologues de l’École de Chicago (Simmel, Park, Goffman, etc.) et un peu plus tard par le philosophe allemand Habermas, le concept d’espace public a été largement abordé par les différentes disciplines des sciences sociales selon des approches hétérogènes, au point qu’il ne fait pas aujourd’hui l’objet d’une définition commune et rigoureuse (Merlin, Choay, 1988). Trois dimensions sont par ailleurs récurrentes dans les différentes acceptions disciplinaires qui lui sont accordées : dimension spatiale (espace physique ouvert et accessible), sociale (espace de mixité et d’échange social) et politique (espace de communication et la liberté d’expression). Ce sont ces trois dimensions qui vont former le cadre analytique par lequel seront abordés les usages et les représentations des centres commerciaux en tant que nouveaux lieux publics à l’échelle de Rabat.

6 Ces investigations ont été conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat en géographe intitulée Émergence de nouvelles centralités commerciales à Rabat, soutenue en 2013.

7 Devant le refus « catégorique » des promoteurs de fournir des données sur leurs magasins et leurs clientèles, nous avons eu recours à un travail d’observation dense qui consistait à puiser le maximum d’informations « non verbales » sur ces espaces et les usages sociaux qui s’y déclinent.

8 Ces entretiens ont été réalisés, d’une part avec les promoteurs et les architectes de ces équipements et, d’autre part, avec un échantillon réduit de leurs usagers. Il s’agit d’un échantillon exploratoire composé d’une quarantaine d’individus aux profils socio-économiques relativement diversifiés afin de comprendre en profondeur les images et les sens qu’ils associent à ces espaces marchands.

9 Il s’agit d’une galerie commerciale traditionnelle qui a marqué les pratiques d’achat et de déambulation dans les anciennes médinas.

10 C’est d’ailleurs la conception initiale qui a été prônée par l’inventeur même de cette formule de centres commerciaux aux États-Unis. Il s’agit de l’architecte américain Victor Gruen qui voulait créer des lieux publics de déambulation dans les banlieues résidentielles américaines à l’image des centres-villes européens (Gruen, 1973).

11 On peut faire référence ici aux galeries couvertes et aux magasins de l’avenue Mohammed V à Rabat.

12 Le directeur du Méga Mall a mis en exergue le caractère ouvert et hospitalier de son mall, en insistant sur sa vocation publique. Elle est rendue visible, selon lui, par sa fonction déambulatoire : « C’est un lieu public, il est ouvert à tout le monde, il n’y a aucune restriction sur l’accès de la clientèle, du moment qu’elle respecte et adhère au bon fonctionnement de l’espace, qu’elle s’habille correctement qu’il n’y a pas de signes vestimentaires choquants. Bien entendu on ne tolère pas les mendiants. Ils ne sont même pas tolérés dans la rue » (M. Harim, directeur du Méga Mall, 2010).

13 Selon des données fournies par la société gestionnaire de l’enseigne Marjane, plus de « 50 % des clients ont des revenus supérieurs à 9 500 dh par mois » (soit l’équivalent d’environ 900 euros). Cette moyenne, qui varie selon le standing de ses magasins, reste très au-dessus de la moyenne nationale. Voir La grande distribution au Maroc, fiche de synthèse, Missions économiques, 09/03/2004.

14 Résultats publiés dans le magazine périodique du Méga Mall, en ligne : www.megamall.ma [consulté le 21/04/2016].

15 Les images et affiches publicitaires ciblant les jeunes affichées dans ces malls en attestent.

16 À l’instar d’un ensemble de travaux sur le sujet, nous dissocions totalement cette notion de son acception juridique et institutionnelle pour nous intéresser à son contenu social relatif aux pratiques sociales et aux significations qui leur sont associés par les usagers (Joseph, 1999).

17 Il s’agit d’un projet en discussion depuis 2009, qui a été initié par le ministère de la Modernisation des services publics, en partenariat avec le ministère de l’Intérieur.

18 À ce propos F. Navez-Bouchanine souligne qu’il existe « un énorme problème linguistique […] pour désigner en arabe le terme “public” car on est renvoyé en fait à une oscillation entre le collectif ou communautaire mais le terme [arabe] utilisé oumoumi est générique et vague, il peut référer à des échelles tellement variables qu’il ne renseigne pas réellement sur la communauté référée. Là non plus les choses ne sont pas claires car le vocable utilisé renvoie plus à l’ancienne forme de gouvernement, le makhzen, qu’à sa forme moderne [dawla] » (Navez-Bouchanine, 2001, 215).

19 Les espaces publics tels qu’on les définit aujourd’hui en Europe renvoient à un espace idéal caractérisé peu ou prou par les critères suivants : l’accessibilité à tous, la propriété publique et la gestion par les services publics, la mixité des fonctions et des publics, la citoyenneté, des sociabilités entre les citadins, etc. (Sabatier, 2011).

20 Une expression dialectale utilisée couramment pour véhiculer une connotation négative sur la rue publique comme lieu d’anonymat et de mixité élargie des foules hétérogènes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’axe principal du Marjane Ryad ponctué par des bancs.
Crédits Ciché : T. Harroud, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 2. La galerie commerciale du Méga Mall comme espace de déambulation.
Crédits Cliché : T. Harroud, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3. L’espace bowling, lieu de prédilection pour la rencontre des jeunes.
Crédits Cliché : www.iihem.ac.ma [consulté le 05/07/2016].
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1257/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tarik Harroud, « Les pratiques juvéniles et féminines dans les malls de Rabat : usages et représentations d’un lieu « commun » inédit », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://emam.revues.org/1257 ; DOI : 10.4000/emam.1257

Haut de page

Auteur

Tarik Harroud

Architecte & Géographe, Enseignant-chercheur à l'Institut national d'architecture et d'urbanisme (INAU), Rabat (Maroc)

harroud.t@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page