Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mutations de l’Algérie rurale, 1987-2010. Les évolutions dans le Constantinois, de Salah Eddine Cherrad

Pierre Signoles
Référence(s) :

Aïn M’lila (Algérie), Éditions Dar El Houda, 2012, 302 pages.

Texte intégral

1La grande heure des études rurales consacrées aux différents pays du Maghreb est manifestement passée depuis plusieurs années, qu’elles s’inscrivent dans le champ de la géographie ou de la sociologie. La concentration ininterrompue des populations dans les villes, la crise multiforme qui y sévit, les effets de la métropolisation et l’ampleur des grands projets d’urbanisme qui se localisent dans les principales concentrations urbaines, les enjeux de leur aménagement (foncier, transports publics, réseaux techniques, logement, etc.) et ceux que représentent quelques politiques particulières (résorption des bidonvilles, création de villes nouvelles, villes durables et éco-quartiers, mise à niveau des équipements collectifs, etc.), expliquent sans aucun doute le relatif désintérêt que la recherche universitaire accorde aux régions rurales et aux populations qui y vivent. On ne peut donc que saluer la parution de l’ouvrage de Salah Eddine Cherrad, professeur de géographie à l’Université Mentouri de Constantine et spécialiste reconnu de géographie rurale.

2Son petit livre comporte sept chapitres, organisés en trois parties bien distinctes. La première se situe sur un plan général, en ce qu’elle accorde son attention principale à l’étude de la population rurale à l’échelle de l’Algérie tout entière, à sa distribution, à son évolution et au type d’habitat qu’elle occupe. Changeant de registre, la deuxième partie cible les discours et programmes politiques, économiques et sociaux ayant pour objet l’espace rural, en analyse les contenus et essaie d’en évaluer les effets sur les sociétés rurales. La troisième partie opère un changement d’échelle et adopte une autre démarche, puisqu’elle est constituée de sept études de cas, tous pris dans le Constantinois (au sens large), qui dessinent un spectre assez large de situations concrètes dont l’analyse s’effectue préférentiellement à micro-échelle.

3La première partie est une présentation systématique, entreprise à différentes échelles (celle nationale et celle des wilayas), des résultats des recensements de 1987, 1998 et 2008 réalisés par l’Office national des statistiques (ONS) relatifs à la population rurale, aux densités correspondantes et aux modes d’habitat. Il y est distingué entre la population des « agglomérations secondaires » – à savoir les centres autres que les chefs-lieux des communes – et celle classée éparse. À l’échelle des wilayas, les données sont présentées en valeur absolue, puis en valeur relative et leur analyse est effectuée par rapport à ces deux indicateurs. Les tendances fondamentales qui ressortent de la comparaison de ces données sur une période de vingt ans confirment une accélération des processus classiques de la répartition de la population dans les pays du Sud : rapidité et généralisation de l’urbanisation, diminution modérée en valeur absolue, mais forte en valeur relative, de la population rurale, qui affecte bien plus la population dispersée que celle regroupée dans de petits centres. Les évolutions différentielles par wilayas donnent lieu à des typologies et à des séries de jeux de cartes. La mise à disposition de toutes ces informations et leur traitement est d’un réel intérêt, mais l’on regrette que l’auteur s’en tienne à la définition statistique officielle de l’urbain et du rural – même s’il se « couvre » en écrivant que « le chantier se rapportant à ces questions méthodologiques n’est pas ouvert en Algérie ». Du coup, des phénomènes tels que la périurbanisation ou, plus encore, la constitution d’aires métropolitaines ne sont évoqués que « par la bande », alors pourtant que, à maintes reprises, S.E. Cherrad manifeste qu’il s’agit là de processus décisifs pour rendre compte de la réalité des dynamiques « rurales » en Algérie.

4La deuxième partie, relativement brève (p. 127-170), présente l’originalité de privilégier l’analyse des discours qui, pour toute la période 1962-1985, traitent, d’une manière ou d’une autre, de l’espace rural, de ses structures de production et de la paysannerie. Cette analyse distingue les dimensions politique, économique et sociale, avant que de se préoccuper des effets que ces discours ont pu avoir sur les sociétés rurales. La démarche adoptée a des avantages, mais elle présente aussi des inconvénients. Parmi les premiers, le survol opéré par l’auteur des différentes politiques suivies en Algérie depuis l’indépendance jusqu’à la liquidation de la Révolution agraire, fait bien saisir la rapidité des réorientations successives, la dimension idéologique de nombreux choix et les oppositions violentes que chacun de ceux-ci a pu provoquer dans les sphères centrales du pouvoir. Le rapprochement, dans le temps bref d’un chapitre de livre, de cette succession de politiques a un effet saisissant, d’autant plus que force est de constater que certaines périodes, pourtant « stratégiques », si elles s’avèrent « riche[s] en discours, [sont] pauvre[s] en débat[s] (p. 139). Le hiatus que cette partie introduit avec la précédente n’en est pas moins gênant, d’autant plus que les discours analysés sont antérieurs au milieu de la décennie 1980, soit la date à laquelle commence justement l’analyse de l’évolution démographique des campagnes, qui constitue l’objet de la première partie.

5La troisième partie (p. 171-278) est la plus étoffée et elle opère à la fois un changement d’angle et un changement de focale par rapport à ce qui précède. S’appuyant sur des monographies fines réalisées par des étudiants dont il a dirigé les mémoires de Magister et sur des articles qu’il a lui-même rédigés, l’auteur cible ici des terrains bien localisés. Il s’agit donc de décrire les évolutions qui s’y sont produites pendant la période que S.E. Cherrad a pris pour référence (1987-2010) en privilégiant « l’examen du réel et des actions concrètes des hommes » (p. 172). Les terrains retenus sont au nombre de cinq, choisis pour rendre compte le mieux possible tant de l’extrême diversité des milieux géographiques du Constantinois que de leurs situations socio-économiques. Ils portent donc sur une plaine littorale aux environs de Jijel (plaine de Taher) ; une vallée intramontagnarde (vallée de la moyenne Seybouse dans la wilaya de Guelma) où un important barrage a été réalisé pour accélérer l’intensification de l’agriculture ; les versants arides de la chaîne numidique (wilaya de Mila) où les tentatives de développement demeurent assez vaines ; le piémont nord des Aurès (wilaya de Kenchela), sec et majoritairement pastoral, et où les populations souffrent du sous-équipement des communes qui se partagent le territoire ; et, enfin, la vallée de l’oued El Abiod, dans les Aurès, qui ouvre sur le Sahara et ses immensités désertiques, où, en quelque sorte, une véritable « révolution » agricole a été opérée en quelques années avec l’essor de l’arboriculture (pommiers et abricotiers). La juxtaposition des cas rend bien compte de l’extraordinaire diversité des campagnes algériennes, dont l’hétérogénéité tendrait même à s’accroître du fait des évolutions contradictoires que l’on discerne, des très inégales capacités innovatrices des paysanneries, du rôle variable des structures foncières ou sociales héritées. La plus ou moins grande proximité des villes contribue à accentuer ces disparités, tandis que, malgré la présentation toute en nuances qu’en fait S.E. Cherrad, l’impression prévaut que les effets des politiques de développement, qu’elles soient de soutien à la production agricole (p. 243-259) ou d’habitat en milieu rural (p. 262-276), ne contribuent guère à réduire les déséquilibres entre petites régions et entre milieux. Le contraste tend donc à s’exacerber entre « espaces ruraux en perte de vitesse, marqués par l’atonie » et « caractérisés par la marginalisation, la dévitalisation et le délaissement », qui correspondent principalement aux zones de montagne, aux steppes et aux régions frontalières, et des espaces ruraux plus dynamiques, essentiellement « espaces périurbains ayant encore conservé des caractéristiques rurales, mais qui bénéficient de la dynamique des villes » à proximité desquelles ils se situent.

6Au terme de cette troisième partie, le lecteur n’en ressent pas moins une certaine frustration alors, pourtant, que c’est celle qui bénéficie du plus grand nombre de pages. Au-delà, en effet, du fait que certaines données sont présentées de manière trop stéréotypée, en particulier celles concernant la distribution de l’habitat et son évolution – quand bien même il est indéniable que les tendances ainsi mises en évidence sont fondamentales – ou les structures de production, force est de constater que l’auteur procède plus par « tableaux » successifs, période après période, que par une analyse des processus à l’œuvre ; les « stratégies » des acteurs, en particulier ceux qui sont les producteurs agricoles ou les éleveurs, peuvent parfois être « sous-entendues », mais elles ne sont guère explicitées ; la manière dont, à la base des sociétés rurales, s’établissent et se négocient les rapports avec les pouvoirs publics, de quelque niveau qu’ils soient, est occultée. En fait, pour chaque cas étudié, la complexité du « système » qui s’y organise et s’y déploie n’est pas véritablement décrite ou restituée, de telle sorte que la genèse précise et les caractéristiques principales de ces « nouvelles ruralités » que l’auteur évoque dans sa conclusion (p. 279) demeurent encore insuffisamment précises.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Signoles, « Mutations de l’Algérie rurale, 1987-2010. Les évolutions dans le Constantinois, de Salah Eddine Cherrad », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 12 juillet 2016, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://emam.revues.org/1280 ; DOI : 10.4000/emam.1280

Haut de page

Auteur

Pierre Signoles

Géographe, Professeur honoraire, Université de Tours & UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

psignoles@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page