Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies, sous la direction de Caroline De Saint-Pierre

Zara Fournier
Référence(s) :

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Art et société », 2014, 245 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage nous plonge dans les modalités de construction, de mobilisation et de mise en scène et en récit du patrimoine dans les villes contemporaines. Il fait suite à la journée d’études qui s’est tenue à l’EHESS à Paris le 15 juin 2012 intitulée « La mise en jeu du patrimoine dans la configuration de la ville d’aujourd’hui ». À partir de l’analyse des différentes stratégies et enjeux patrimoniaux, les contributions ont visé à mettre en avant les différentes logiques des politiques, des urbanistes, des habitants et leur articulation dans la production des espaces aujourd’hui, soulignant ainsi la dimension performative du patrimoine qui fait advenir de nouvelles formes de localisme et de regroupements de citadins. La réflexion est également de nature interdisciplinaire, plus spécifiquement à la croisée de l’anthropologie et de la sociologie, et décrit des situations géographiquement diversifiées, de l’Europe à l’Amérique latine, en passant par le Monde arabe. On peut dégager deux entrées principales pour penser les rapports entre patrimoine et ville aujourd’hui. La première entrée privilégie une lecture du patrimoine au prisme de la mondialisation et de la reconfiguration des territoires et des frontières physiques et symboliques ; dans ce cadre, le patrimoine est vu comme une tentative de rétablissement de repères et de re-territorialisation. Parallèlement, la deuxième entrée de l’ouvrage s’intéresse aux rapports et aux conflits sociaux, au jeux d’acteurs déployés autour du patrimoine – lequel est ici davantage pensé en actes et en dynamiques –, invitant ainsi le lecteur à utiliser le terme de patrimonialisation pour décrire la capacité des acteurs à produire des marquages symboliques et identitaires dans l’espace urbain (Veschambres, 2007, 361-381). Plutôt que de partir d’une définition préalable du patrimoine, le parti-pris de l’ouvrage est de s’interroger sur les différents sens que lui confèrent les acteurs, en fonction du contexte et des enjeux. À partir de ces deux grilles de lectures principales, l’ouvrage décline les contributions en trois grandes parties.

2La première partie intitulée « Mises en forme symboliques du passé dans les centres-villes » regroupe quatre contributions portant sur les villes de Berlin, Beyrouth, Casablanca et Paris. À travers les différentes situations décrites, les quatre articles mettent en avant la réécriture sélective de l’Histoire opérée par la mise en scène et en vitrine d’un certain type de patrimoine. Via des réhabilitations, des reconstructions mais également des destructions, on assiste à une « re-sémentisation de l’urbain » (Hocquet, p. 23) et à la « refonte d’un imaginaire national de l’espace » (Idem). Toutefois les remaniements des traces urbaines et les destructions observées à Berlin ou à Beyrouth aboutissent à une « dévaluation symbolique » (Veschambre, 2008) des populations associées aux ensembles détruits et à une mise sous silence des « mémoires blessées » héritées des conflits qu’ont connu les villes.

3La deuxième partie de l’ouvrage « Mises en scène architecturales, artistiques et culturelles » met davantage l’accent sur la dialectique entre patrimoine et territoire et sur les stratégies de valorisation et de promotion du territoire et d’un certain « local » dans un contexte mondialisé, via la mise en scène et l’invention de patrimoines destinés à servir avant tout des intérêts touristico-économiques et un public extérieur. Dans ce cadre, « la patrimonialisation tend à se concevoir davantage comme un élément de distinction et de singularisation exclusif [...]. Sa définition se fait en référence au rôle de sémiophore vis-à-vis d’un public extérieur et pas forcément en référence au territoire qui le porte. [C’est] un élément permettant aux territoires de se différencier au sein d’un espace global auxquels ils participent pleinement » (Gravari-Barbas, 2012, 380). Cette fabrique du patrimoine pour des intérêts de promotion et de distinction du territoire aboutit donc à un patrimoine protéiforme, dont la pérennité de sa valeur peut être questionnée. Les articles mettent aussi en avant le processus de création de marques patrimoniales, qu’elles soient territoires (à Abu Dhabi), ou objets architecturaux (l’architecture de Le Corbusier à Firminy-Vert et à Rezé). Mais ces processus cristallisent les tensions entre les différents groupes d’acteurs, usagers et politiques, qui se divisent sur l’appropriation et l’usage des objets patrimonialisés. « Le patrimoine urbain devient alors un spectacle » (Lauras, p. 128) au détriment des usagers locaux qui se sentent dépossédés des lieux.

4La dernière partie du livre intitulée « Mises en récit de séquences urbaines » se concentre sur les logiques de mobilisations patrimoniales au quotidien et sur les discours issus de la société civile (associations de quartier, d’habitants…) qui développent une rhétorique autour du patrimoine et de l’authenticité, « du vrai », pour revaloriser un cadre de vie mis en danger ou menacé. Ces mobilisations aboutissent souvent à une reconfiguration des frontières symboliques au sein de l’espace public urbain. Le patrimoine est tantôt analysé comme un alibi pour maintenir un ordre social vécu comme menacé, tantôt comme compensateur symbolique pour revaloriser un espace ou un groupe social. Ces discours mettent en avant la puissance rhétorique que peuvent générer les registres patrimoniaux et leur capacité à produire des espaces. À Buenos Aires et en banlieue parisienne, le développement d’images et de récits autour de secteurs « ordinaires » et de villes nouvelles et la mise en avant des mémoires habitantes pour acquérir des images de quartier mettent en évidence la dimension performative du patrimoine dans un contexte de mondialisation « où un certain nombre de références politiques ou de grands récits qui jouaient ce rôle ont disparu » (p. 235). C’est finalement l’idée transversale de cet ouvrage : le patrimoine est mobilisé, construit, mis en scène et en récit, pour faire face à des formes de dé-territorialisation et invitant ainsi à repenser l’articulation entre local et global.

5Les apports de cet ouvrage sur la réflexion entre patrimoine et villes au prisme de la mondialisation sont intéressants à plusieurs titres. Premièrement, le patrimoine est pensé avant tout comme objet dynamique, – un outil, un instrument –, nommé et approprié par des groupes sociaux à des fins de « captation de ressources » (Veschambre, 2007), qu’elles soient symboliques, politiques ou économiques. À ce titre, La ville patrimoine contribue à mettre en avant la dimension performative du patrimoine, comme « actant » sur la redéfinition et la recomposition permanente des groupes sociaux et de leur territoire. Dans le même ordre d’idées, l’appropriation cognitive du patrimoine en nommant, en désignant, et la capacité de « fabriquer du patrimoine » par la parole, sont aussi remarquablement mises en avant dans plusieurs contributions. Plus que jamais, l’image stéréotypée et sclérosée du patrimoine comme « temps solidifié » (Lepetit, 1993, 29) et objet stable, s’atténue pour le considérer comme processus social dynamique et révélateur des enjeux sociaux, politiques et symboliques à l’œuvre au quotidien. Par ailleurs, l’approche comparative de l’ouvrage met en avant la similitude des processus sociaux et symboliques au sein de contextes géographiquement diversifiés. Elle valorise également l’articulation et la reconfiguration des différentes échelles spatiales que permet le patrimoine. Il est toujours envisagé comme une « rhétorique spatiale identitaire » (Lussault, 2007, 115) mais la circulation des objets patrimoniaux, la diffusion de modèles et les stratégies de singularisation territoriale mises en exergue dans l’ouvrage invitent à envisager le patrimoine comme producteur « d’espaces transactionnels » (Gravari-Barbas, 2012, 378) multiples et permettent de complexifier la distinction local/global. Dans la continuation de ces apports, la réflexion méthodologique autour des acteurs du champ patrimonial constitue une contribution enrichissante. Si plusieurs des articles de l’ouvrage s’intéressent à des dynamiques d’acteurs déjà étudiés depuis les années 1980 dans le champ patrimonial (associations de quartier, acteurs institutionnels locaux et régionaux, acteurs immobiliers…), certains mettent en évidence l’émergence de nouveaux groupes d’acteurs susceptibles de re-qualifier le rapport du patrimoine au territoire, notamment les résidents secondaires et les professionnels du marketing et de la communication.

6Quelques éléments appellent davantage à discussion. Le premier est d’ordre épistémologique et a trait à l’utilisation extensive du terme « patrimoine » pour décrire la diversité des situations présentées dans l’ouvrage. Bien qu’il soit souligné en introduction que les auteurs se sont plutôt « interrogé sur les différents sens que lui confèrent les acteurs » plutôt que de poser une définition préalable, la notion de patrimoine semble mobilisée comme « terme-écran » à plusieurs reprises, masquant parfois la complexité des processus étudiés. On peut regretter le peu de réflexion critique sur la pertinence des concepts de patrimoine et de patrimonialisation pour désigner les processus de singularisation, de mobilisation et d’instrumentalisation d’espaces et d’objets qui sont l’objet de cet ouvrage. Bien que Caroline de Saint-Pierre s’adonne à une analyse très fine en introduction de la diversité de situations, d’actions, de formes, d’initiatives… que peut recouvrir le terme et souligne que « le patrimoine est loin de renvoyer à une vision unifiée de la part des différents acteurs » (p. 9), la question de la pertinence de l’utilisation du concept dans des contextes et des situations très variés, est rarement posée. En effet ce qui est présenté comme patrimoine au sein des articles peut être également qualifié de vitrine (Berlin, Beyrouth), de scène, de marque territoriale et commerciale (Nantes, Abu Dhabi, Firminy-Vert), et d’alibi (Buenos Aires, Sokol). La multitude de processus étudiés renvoie en outre à des re-sémentisations de l’urbain et des réécritures de l’Histoire, à des stratégies de valorisation territoriale ou encore de légitimisation politique et sociale. Pourquoi regrouper ces objets et ces processus sous le concept de patrimoine ? La définition de Daniel Fabre (1997, 59-72) du patrimoine comme « façons fort différentes d’établir collectivement un rapport au passé » est-elle suffisante pour appréhender la complexité des dynamiques à l’œuvre aujourd’hui ? Le régime de temporalité contemporain, ce « présentisme » causé par « l’accélération croissante du temps » et « où tout est expérimenté à l’échelle mondiale » (p. 7) dans lequel s’inscrit la fabrique du patrimoine aujourd’hui peut être aussi pensé comme opportunité de diversifier et d’enrichir les terminologies utilisées pour désigner les relations entre espaces et temporalités. Car au-delà du patrimoine, c’est bien du rapport entre espaces et temporalités dont il est question tout au long de l’ouvrage. Par ailleurs, l’ouvrage entame des réflexions intéressantes autour de la mobilisation de la nostalgie et de l’authenticité – notions profondément spatiales –, mais qui mériteraient d’être approfondies.

  • 1 Le patrimoine comme « repère » temporel, spatial, social… dans un monde de plus en plus accéléré es (...)

7Le second élément tient de l’inscription de l’ouvrage dans la littérature déjà existante dans le champ patrimonial. La plus grande mobilisation des acquis des travaux récents sur le patrimoine aurait permis d’approfondir et de renouveler davantage la réflexion engagée – notamment par Caroline de Saint-Pierre –, sur le patrimoine en ville comme tentative de « rétablir des repères temporels et spatiaux et ainsi de redéfinir un environnement » (p. 7) dans un contexte d’accélération croissante du temps et d’ébranlement des certitudes1. On peut également regretter l’absence relative de positionnement par rapport au champ anglophone des Heritage Studies, qui invite pleinement à penser le patrimoine en actes et en dynamiques (Graham et al., 2000), ainsi que l’absence quasi totale de géographes parmi les auteurs de l’ouvrage, alors que l’espace en est l’une des thématiques centrales. Mais cet ouvrage, dense en diversité de situations et d’acteurs étudiés, a le mérite de synthétiser plusieurs problématiques liées à la fabrique contemporaine du patrimoine et de renouveler le regard sur les relations entre espaces, sociétés et formes du passé.

Haut de page

Bibliographie

Di Méo G., 2005, « Patrimoine et estuaires », Actes du colloque international de Blaye, 5-7 octobre 2005, Blaye, Confluence, p. 101-109.

Fabre D., 1997, « Le patrimoine, l’ethnologie », p. 59-72, in Nora P. (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Graham B., Ashworth G.J., Turnbridge J.E., 2000, A geography of heritage, Londres, Arnold.

Gravari-Barbas M., 2012, « Tourisme et patrimoine, le temps des synergies ? », p. 375-401, in Internationale de l’imaginaire n° 27, Paris, Babel.

Lepetit B., 1993, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? », in Lepetit B., Pumain D. (dir.), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos.

Lussault M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

Veschambre V., 2007, « Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », Annales de Géographie, n° 4, p. 361-381.

Veschambre V., 2008, Traces et mémoires urbaines. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Le patrimoine comme « repère » temporel, spatial, social… dans un monde de plus en plus accéléré est déjà analysé par des auteurs comme Guy Di Méo qui explique cette activité intense de patrimonialisation contemporaine : « ce serait donc à la fois parce qu’il est source […] de repères spatio-temporels solides et tangibles dans un monde mobile, changeant et unificateur, uniformisateur même, que le patrimoine constituerait, de nos jours, un besoin social particulièrement essentiel. À ce compte il devient aussi un enjeu économique, idéologique et politique », Di Méo G., 2005, p. 101-109. Maria Gravari-Barbas le souligne également comme « un mouvement qui se crée pour donner sens au local dans un contexte où les territoires et les appartenances à des territoires se redéfinissent de manière radicale ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zara Fournier, « La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies, sous la direction de Caroline De Saint-Pierre », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 14 juillet 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/1286 ; DOI : 10.4000/emam.1286

Haut de page

Auteur

Zara Fournier

Géographe, Doctorante, UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

zaradfournier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page