Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Self-défense féminine dans Le Caire en révolution. Techniques du genre et jeux de violence

Perrine Lachenal

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Anthropologie, sous la direction de Laurence Hérault (Université d’Aix-Marseille), soutenue le 26 janvier 2015, à la MMSH d’Aix-en-Provence.

1Depuis 2011, la révolution égyptienne et ses contrecoups ont suscité au Caire l’émergence d’un véritable marché de la sécurité. Cette thèse est le fruit d'une enquête ethnographique, menée en observation participante, relative à différentes pratiques de défense ayant émergé dans ce cadre. Les cours de self-défense, dont le succès ne cesse de se confirmer dans les quartiers socialement favorisés de la ville du Caire, se trouvent au cœur de cette recherche. Ils y sont envisagés non seulement comme révélateurs, mais aussi comme producteurs d’une culture matérielle et motrice « révolutionnaire », où les bouleversements politiques du moment s’incarnent dans leur dimension émotionnelle, sexuée, sociale et morale. Ces cours réunissent des femmes – mais aussi parfois des hommes – venant faire l’acquisition de techniques de combat, apprenant à donner coups de pied et coups de poing afin de se préparer à affronter une agression. La pratique étudiée – associée à des objets et des techniques du corps spécifiques – permet d’appréhender à la fois les évolutions des formes de sociabilité, les transformations des représentations et des pratiques sociales liées à la violence, ainsi que les recompositions des rapports sociaux de classe et de sexe dans la société égyptienne contemporaine. En rendant apparentes la dimension technique du rapport au pouvoir des individus ainsi que les modalités – socialement et sexuellement situées – de production des catégories « légitime » et « illégitime » dans l’énonciation de la violence, la pratique de la self- défense s’impose comme un objet d’étude privilégié pour participer à une anthropologie de la révolution égyptienne.

2L’originalité de ma recherche repose sur l’analyse en termes de genre que je fais de la culture matérielle et motrice produite à travers les pratiques de défense observées. Cette approche permet de mettre en lumière que le genre, considéré comme rapport social, est à la fois le producteur et le produit des techniques des corps et des processus de subjectivation. Ce constat invite à penser l’articulation entre l’ordre sexué et l’ordre social, et à envisager de façon nouvelle la place de la violence dans le processus révolutionnaire, et plus généralement dans la société égyptienne. La violence y est en effet communément décrite en termes binaires – « hommes violents » versus « femmes victimes » – que ce soit à propos des premières semaines des mobilisations de 2011 pour faire le constat de son absence, ou pour s’alarmer, ces dernières années, de son augmentation. Ce travail fait plutôt porter l’analyse sur les transactions qui gouvernent les partages, d’ordres non seulement sexués mais sociaux, des techniques de violence et des légitimités à en faire usage. Une révolution peut-elle laisser intacts ces partages ?

3Le premier chapitre de cette thèse s’attache à présenter mon parcours de recherche et la façon dont il a été affecté, épistémologiquement et méthodologiquement, par un évènement de taille, communément appelé « évolution égyptienne ». Les trois chapitres qui lui succèdent ont en commun de proposer des cadrages, à la fois théoriques et historiques, indispensables à la compréhension de mon terrain et de mon objet d’étude. Les deux premiers montrent que la pratique de la self-défense se trouve au carrefour de deux trajectoires impliquant des requalifications stratégiques des usages « légitimes » et « illégitimes » de la violence.

4La première trajectoire est liée au contexte émotionnel de la période révolutionnaire, caractérisé par un sentiment d’anxiété, qui a donné naissance à un marché de la sécurité dans lequel des cours de self-défense fleurissent ainsi qu’à des expérimentations inédites relatives à la violence et à sa légitimité. L’autre trajectoire, esquissée dans mon troisième chapitre, est propre au harcèlement sexuel en Égypte, devenu le problème public à travers lequel est rendu intelligible le succès de la pratique étudiée. Les énoncés produits à travers les mobilisations anti-harcèlement, dont l’importance s’est accrue avec le processus révolutionnaire, reposent sur la désignation de comportements « déviants » face auxquels il est légitime d’avoir recours à la violence. Ils autorisent, du moins dans le domaine des représentations, des passages à l’acte – et à l’arme – féminins. Le quatrième chapitre se concentre sur mon objet d’étude, à travers une exploration socio-historique des pratiques de défense en contexte égyptien, mais pas seulement, en le situant notamment vis-à-vis des arts martiaux et des sports de combat. Au Caire, l’expression « self-défense » se diffuse aujourd’hui dans une diversité de lieux, qu’il s’agira de décrire, et recouvre une multiplicité d’expériences et de cours.

5Les trois derniers chapitres de ma thèse sont liés les uns aux autres en ce qu’ils traitent de l’articulation entre l’ordre de violence – qui peut faire usage de la violence et contre qui – et celui du genre. Le cinquième chapitre se concentre sur les corps-à-corps qui ont lieu en cours de self-défense et sur la manière dont ces derniers mettent en « jeu » l’ordre sexué, notamment à travers un travail de répartition stratégique des vulnérabilités anatomiques et des légitimités techniques relatives à la violence. Le sixième chapitre est consacré aux représentations de la violence telles qu’elles sont organisées et mises en scène en cours de self-défense, autour de deux personnages – l’agresseur et l’agressée – opposés de par leur sexe et interprétés, parfois simultanément, par les pratiquantes. Le septième chapitre de ma thèse traite pour finir du rapport que mes interlocutrices et interlocuteurs – pratiquantes et professeurs de self-défense – entretiennent aux normes, notamment de genre, et des enjeux de pouvoir qui sous-tendent l’énonciation et la mise en discours, dans le Caire révolutionnaire, d’une violence féminine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Perrine Lachenal, « Self-défense féminine dans Le Caire en révolution. Techniques du genre et jeux de violence », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://emam.revues.org/1296 ; DOI : 10.4000/emam.1296

Haut de page

Auteur

Perrine Lachenal

Doctorante en Anthropologie, Université d’Aix-Marseille, UMR 7307 IDEMEC ; thèse menée avec le soutien du CEDEJ (Le Caire)

plachenal@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page