Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Étalement urbain et opérations immobilières périurbaines pour classes moyennes à Marrakech

Production, peuplement, modes d’habiter
Elsa Coslado

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de Pierre Signoles (Université François-Rabelais de Tours), soutenue le 30 novembre 2015 à la MSH Val de Loire, Tours.

1Depuis la fin des années 1990, la périphérie de Marrakech connaît un développement sans précédent. Cet étalement urbain trouve principalement son origine dans la multiplication des complexes touristiques qui, du fait de la présence d'équipements de loisirs (golfs, piscines, etc.), nécessitent de vastes emprises foncières. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il résulte aussi du grand nombre d’opérations immobilières péri-urbaines et, en particulier, de celles qui sont destinées, plus ou moins explicitement, à un segment de clientèle spécifique : les « classes moyennes ». Ces opérations sont généralement réalisées dans le cadre de la production de masse de logements et leur conception est, plus ou moins, inspirée de deux formes architecturales opposées, mais qui peuvent néanmoins être combinées dans la même construction : la première, très rectiligne et répétitive, se réfère au modèle architectural occidental et évoque la modernité et la fonctionnalité tout en essayant de proposer un prix accessible ; la seconde s’inspire du vocabulaire architectural vernaculaire, qui suggère le prestige social, car il renvoie, implicitement, à la maison traditionnelle bourgeoise de la médina – le ryad – dont la mode a été orchestrée par des médias européens et marocains, des revues de décoration et de voyage et, plus largement, l’industrie touristique.

2Notre thèse privilégie une démarche qualitative. Nos résultats sont développés sur plusieurs plans. D’abord une analyse du contexte local, de type historico-géographique ; puis une analyse de type institutionnel, qui porte l'attention sur les politiques publiques urbaines et de l’habitat ; enfin une analyse des pratiques des acteurs directement impliqués dans la fabrication matérielle et symbolique de trois zones résidentielles périphériques que nous avons retenues comme exemples.

3Nous commençons donc par étudier les raisons historiques et politiques de l’attractivité nationale et internationale de Marrakech. C’est en effet cette attractivité, devenue extrêmement repérable au début des années 2000, qui se trouve à l’origine de la très forte augmentation de la demande pour accéder à un bien immobilier à Marrakech. Celle-ci, à son tour, a généré un véritable appel d’air pour l’activité de promotion immobilière publique et privée, laquelle a d’autant mieux pu en profiter que, au même moment, les politiques nationales ont commencé à engager une dérégulation de l’urbanisme réglementaire. Dans ce contexte d’effervescence du secteur de l’immobilier à Marrakech, notre thèse examine ensuite les pratiques et les discours des promoteurs immobiliers, en particulier de ceux qui réalisent les opérations immobilières en périphérie. Ces pratiques se révèlent être le résultat d’une lente construction sociale, conséquence – entre autres – de la succession des politiques de l’Habitat mises en œuvre depuis l’Indépendance du Maroc. Le travail se poursuit en identifiant les populations qui peuplent les ensembles résidentiels étudiés et en mettant en évidence certaines de leurs principales caractéristiques démographiques ou sociales. S’y côtoient en effet des Marrakchis, des Marocains provenant d’autres villes du Maroc, des Marocains résidents à l’étranger ainsi que, dans une moindre mesure, des Européens. Cette diversité n’en recouvre pas moins d’assez fréquentes ressemblances entre ces populations que tout oppose en apparence : ainsi, leurs trajectoires résidentielles sont souvent géographiquement mouvementées, même si elles témoignent pour la plupart d'un souci commun de réussite sociale ; de plus, leurs aspirations résidentielles présentent nombre de caractères communs. Cette homogénéité est toutefois atténuée par le fait que les finalités qui poussent à l’achat ou à la location d’un logement à Marrakech peuvent sensiblement différer. En outre, en portant l’effort d’analyse sur les modes d’habiter de ces populations socialement mixtes, il ressort qu’elles sont pratiquement toutes fortement placées sous le signe de la mobilité, même s’il faut noter des nuances – et parfois plus – en termes de fréquence de déplacements et de distances géographiques parcourues, selon que les habitants se révèlent être des résidents « permanents » ou des résidents « temporaires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Coslado, « Étalement urbain et opérations immobilières périurbaines pour classes moyennes à Marrakech », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://emam.revues.org/1346 ; DOI : 10.4000/emam.1346

Haut de page

Auteur

Elsa Coslado

Doctorante en Géographie, Université François-Rabelais de Tours, École doctorale « Sciences de l’Homme et de la Société », UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

elsa@coslado.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page