Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Territorialisation par « ville nouvelle » au Maghreb

Regard croisé sur les projets d’Ali Mendjeli (Constantine) et de Tamansourt (Marrakech)
Jean-Marie Ballout

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie et Aménagement de l’espace, sous la direction de Jean-Marie Miossec et Aziz Iraki (INAU, Rabat), soutenue le 27 février 2014 à Montpellier.

1C’est depuis peu, selon une échelle de temps urbanistique, que les pouvoirs publics algériens et marocains ont engagé la réalisation de projets d’aménagement dits de « villes nouvelles », dans les périphéries de grandes villes maghrébines. C’est notamment le cas en Algérie, près de Constantine, avec le projet d’Ali Mendjeli lancé en 1993, et au Maroc avec celui de Tamansourt, amorcé en 2004 à proximité de Marrakech.

2Un bilan détaillé des publications scientifiques portant sur les divers essais d’application de ce type de politique menés ailleurs et antérieurement (Brésil, France, Grande Bretagne, Égypte, Finlande, Japon, ex-URSS, etc.), montre que la ville nouvelle, en tant qu’outil d’aménagement du territoire et d’urbanisme, est un objet polémique qui attise à la fois la critique et la fascination, une pratique urbanistique qui a ses tenants et ses opposants. Partant de cette observation notre thèse cherche à éclairer les motifs qui sous-tendent la mise en œuvre de telles politiques dans des territoires jusqu’alors non-concernés par la doxa ville nouvelle. À ce premier questionnement s’en ajoutent deux autres : selon quelles modalités sont menées ces politiques et quels sont leurs aboutissements territoriaux actuels ? Notre recherche doctorale permet de vérifier les hypothèses suivantes :

1. Un usage éminemment performatif de la terminologie « ville nouvelle »

3Les projets d’aménagement d’Ali Mendjeli et de Tamansourt ont été officiellement labellisés « villes nouvelles » en vue de la charge symbolique et émotionnelle véhiculée par cette appellation et non pour le réalisme opérationnel afférant à un tel énoncé. Il est démontré que ces projets sont incompatibles avec l’idée communément admise, par les chercheurs et praticiens en urbanisme ou en aménagement du territoire, de ce qu’est une ville nouvelle – ce que, pour notre part, nous dénommons le concept de ville nouvelle. Si, toutefois, les actions spatiales étudiées peuvent correspondre à ce concept, c’est essentiellement à travers les discours de mise en valeur et de légitimation, autrement dit à travers la communication et le marketing de projet. La faiblesse des moyens financiers, institutionnels, économiques, législatifs et politiques développés par les gouvernements au regard de telles ambitions socio-spatiales, témoigne de cette inadéquation. Il ressort que ces « villes nouvelles » sont davantage guidées par des opportunismes fonciers et immobiliers.

4L’hypothèse d’un usage de ce terme plus pour sa forme que son contenu est validée par le vide théorique des options d’aménagement qui ont présidé à leur création. Il n’y a pas eu de capitalisation des expériences étrangères, ni dans la perspective d’actualiser un modèle opératoire ayant connu ses principaux développements entre les années 1950 et 1970, ni en vue d’une prise en compte des spécificités territoriales algériennes et marocaines quant à l’implémentation de tels projets. Il est mis en évidence l’insuffisance, tant quantitative que qualitative, des représentations conceptualisées consignées dans les documents spécifiquement consacrés aux projets (rapports, études de faisabilité).

2. Des villes nouvelles en tant qu’aménagement hybride

5Les modalités décisionnelles de ces projets, qu’elles concernent leur mise en œuvre ou leur maîtrise d’ouvrage, révèlent des permanences mais aussi des ruptures dans les logiques de l’action publique urbaine algérienne et marocaine. Bien qu’ils possèdent chacun leur singularité, les projets d’Ali Mendjeli et de Tamansourt s’inscrivent tous les deux dans une logique de projet. Ils ne relèvent pleinement ni de la planification urbaine, au sens d’un « urbanisme de plan-masse » (Lacaze, 1995), ni du projet urbain tel qu’on peut le connaître au nord de la Méditerranée. Toutefois, certaines composantes relatives à ces deux logiques sont employées par les porteurs des projets. C’est pourquoi nous qualifions les modalités d’agir qu’ils expriment d’« aménagement de l’entre-deux » ou encore d’aménagement hybride, au sens d’un aménagement qui « n’appartient à aucun type, genre, style particulier, [mais] est bizarrement composé d’éléments divers » (CNRTL, CNRS, 2014).

3. Des projets vecteurs de reterritorialisation de périphéries de grandes villes maghrébines

6Les effets territoriaux de ces projets sont multiples. En premier lieu, ils participent d’une redistribution spatiale de la population à l’échelle des agglomérations qui n’est pas anodine. Par ailleurs, ces politiques d’aménagement génèrent autant de nouvelles centralités que la relocalisation et la recomposition de nouvelles marges urbaines : des urbanités peinent à s’y développer.

7L’entrée par l’analyse de la reterritorialisation, en confrontant les villes nouvelles idéelles – pour ne pas dire « idéales » –, c’est-à-dire celles des porteurs de projets, et celles vécues, c’est-à-dire représentées, pratiquées et appropriées par certains de leurs habitants, met en évidence de fortes distorsions entre les deux. L’étude des espaces vécus de villes nouvelles réelles permet d’apprécier le passage de la performativité potentielle à la performance avérée ou la performativité réalisée effective (Lussault, 1997). Ces projets bouleversent de ce fait les territoires péri-urbains selon une acception politico-administrative. Ils mettent en question les modalités de gouvernance territoriale des espaces dans lesquels ils s’inscrivent à travers son caractère conflictuel.

4. Des projets singuliers malgré un label commun

8Les projets d’Ali Mendjeli et de Tamansourt, l’un algérien et l’autre marocain, concordent avec les trois propositions précédentes du fait de caractéristiques convergentes : dimension conflictuelle du projet durant toutes ses temporalités, conception évolutive, introduction dans les systèmes d’action d’acteurs privés, influence forte du pouvoir central et déconcentré, etc. Néanmoins, en dépit d’une appellation identique et de certaines composantes relativement similaires, ces projets présentent aussi des différences structurelles fondamentales. L’une des caractéristiques de cette thèse tient dans le fait de ne pas lisser ces contrastes, d’autant que ceux-ci ne vont pas à l’encontre des trois affirmations ci-dessus, mais permettent au contraire de les affiner.

9Ainsi, la thèse de l’aménagement hybride doit être pondérée dans la mesure où le cas marocain indique une plus grande inclination vers l’urbanisme de projet que l’algérien. Le contexte d’autorisation des projets indique que s’il est fait recours à l’urbanisme réglementaire, c’est pour l’essentiel à des fins de justification et/ou de légitimation du projet. L’utilisation des plans est révélatrice d’un usage de la logique d’urbanisme de projet loin d’être consommé. Le rôle toujours prédominant des acteurs déconcentrés et non décentralisés, plus précisément des walis, l’atteste aussi. Toutefois, le canal d’autorisation du projet de Tamansourt, qui dénote un caractère essentiellement commercial et d’investissement, s’approche d’une certaine définition du projet urbain. La « ville nouvelle » de Tamansourt peut être considérée comme un ensemble résidentiel à vendre qui s’insère dans une démarche économique libérale. En outre, l’ouverture significative de la maîtrise d’ouvrage de la ville nouvelle marocaine, via des partenariats public-privé, à des promoteurs immobiliers d’envergure nationale voire internationale, est un indicateur supplémentaire d’une démarche s’inscrivant dans une logique de projet. De plus, toujours pour ce cas, la mise en image très soutenue de l’action, dans des visées de valorisation et de communication, l’asseoit d’avantage dans cette logique. Ainsi, et toujours plus particulièrement pour le cas de Tamansourt, nos analyses confirment l’une des propositions du programme de recherche « Faire la ville en périphérie(s) ? au Maghreb » (Signoles [dir.], 2006-2009), selon laquelle : « Si on prend en considération l’importance attribuée à la médiatisation des mégaprojets maghrébins, leur mise en image peut se substituer carrément au projet lui-même. […] Peut se créer ainsi une sorte d’effet mirage des grands projets des métropoles maghrébines du XXIe siècle, lesquelles semblent s’engouffrer dans une voie où la confusion risque de s’établir entre les possibilités réelles et concrètes d’aménagement et le rêve virtuel des images en 3D ». À défaut de ville-mirage, la ville nouvelle de Tamansourt est dénommée ville-fantôme par une partie de ses habitants…

10L’état de territorialisation des projets présente aussi des différences. Il ressort que l’espace d’Ali Mendjeli s’est constitué en plusieurs étapes qui ont vu se succéder différents processus : marginalisation-démarginalisation-développement de centralités-émergence d’urbanités. Mais au bout du compte, en 2014, la ville nouvelle d’Ali Mendjeli possède une réalité urbaine certaine, ce qui n’est pas le cas de celle de Tamansourt, laquelle constitue plutôt une nouvelle marge périphérique de Marrakech. Si le facteur temporel, c’est-à-dire le décalage de dix années qui sépare le lancement de chacun des deux projets, peut expliquer en partie cette différence, d’autres facteurs interviennent : l’économie de rente permet à l’État algérien de subventionner la production de logements sociaux en très grand nombre, ainsi que la réalisation d’équipements – dont certains de rayonnement régional, voire national –, ce qui contribue efficacement à l’attractivité de la ville nouvelle d’Ali Mendjeli, au développement de sentiments d’appartenances territoriales ainsi qu’à la cristallisation d’urbanités d’un ordre nouveau, ces deux caractéristiques n’étant pas sans rappeler l’idée de ville émergente (Chalas, 1997).

11D’un point de vue méthodologique, l’une des ambitions de cette thèse réside dans sa manière d’envisager la comparaison. A priori, les projets d’Ali Mendjeli et de Tamansourt disposent de caractéristiques communes : localisation dans la périphérie d’une métropole régionale intérieure maghrébine, qualification homonyme, projections. Toutefois, des différences tant contextuelles et substantielles ont été anticipées : économie de rente fortement centralisée versus économie libérale, concentration du pouvoir politique versus mouvement de décentralisation, etc. Cela nous a conduit à mener une forme de regard croisé, plus qu’une comparaison stricto sensu, c’est-à-dire termes à termes. Notre approche ressort d’une mise en perspective de la déconstruction et des effets territoriaux de ces actions d’aménagement. En fonction d’entrées analytiques communes (genèse, maitrise d’ouvrage urbaines, effets territoriaux), le cas de Tamansourt éclaire d’avantage celui d’Ali Mendjeli et inversement : « Il s’agit de procéder à une réflexion qui va et vient de l’un à l’autre » (Gervais-Lambony, 2003).

12Privilégiant une démarche pragmatique et critique, s’appuyant sur des données qualitatives, ce travail mobilise les outils théoriques du système d’action (Crozier, Friedberg, 1977), de la justification (Boltanski, Thévenot, 1991), de la sociologie de l’émancipation (Boltanski, 2009) et de la géographie sociale (Di Méo, 1991). Les méthodes d’enquêtes employées comprennent de nombreuses observations in situ échelonnées entre 2007 et 2010 ; une centaine entretiens semi-directifs avec des acteurs variés (opérateurs public de l’habitat régionaux, collectivités locales, services déconcentrés, départements ministériels, habitants) ; la collecte de documents de types divers (études d’aménagement et documents de planification, rapports et notes internes, contrats de PPP, plans, cartes schémas, plaquettes promotionnelles, etc.). Enfin nos résultats s’appuient sur des séjours qui m’ont conduit à résider plus d’un mois dans chaque ville nouvelle, afin d’apprécier les centralités et urbanités potentielles de ces espaces de villes nouvelles, en y vivant au quotidien et au plus proche de leurs habitants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Ballout, « Territorialisation par « ville nouvelle » au Maghreb », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 13 décembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://emam.revues.org/1347 ; DOI : 10.4000/emam.1347

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Ballout

Géographe, chercheur associé à l'UMR GRED, IRD & Université de Montpellier

jmballout@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page