Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Géopolitique de Dubaï et des Émirats arabes unis, de William Guéraiche

Marc Lavergne
Référence(s) :

Nancy, Arbre Bleu, 2014, 321 pages.

Texte intégral

1Une somme bienvenue, en français, sur un sujet dont l’importance n’échappe à personne. Le Golfe, les Émirats Arabes Unis, Dubaï font aujourd’hui partie de notre quotidien d’Occidentaux, à des titres divers. Ils restent pourtant mal connus et revêtus d’une aura de mystère, entre fascination et méfiance.

2Personne ne semble plus qualifié que William Guéraiche pour nous guider dans les arcanes de la géopolitique des Émirats : il réside en effet depuis plus de quinze ans dans le pays, en tant que professeur de Sciences sociales à l’Université américaine de Dubaï, un poste d’observation privilégié.

3À ce titre, l’auteur s’est fixé pour objectif de dépasser le jugement de valeur, tantôt laudatif, tantôt critique, habituel chez les observateurs de cette société hors du commun. Exercice difficile de distanciation, mais aussi de collecte d’informations précises pour étayer son propos : l’absence de vie politique, de débat public, l’opacité des chiffres, le clivage de la population entre nationaux et étrangers sont en effet des obstacles qui alimentent beaucoup de fantasmes. Ils ont pu être contournés par une exploitation minutieuse des documents officiels et de la presse locale. Celle-ci est en effet prolixe en informations sur la politique gouvernementale, sur l’état de la société, sur les projets et les réalisations économiques. Ce travail éclaire d’un jour nouveau la capacité de projection des dirigeants des Émirats dans l’avenir, l’acuité de leur vision, leur intelligence aussi des aléas de la situation économique ou politique internationale et régionale. Derrière les réalisations audacieuses vantées par une politique systématique de communication à l’échelle mondiale, se dessinent les traits d’une psychologie collective, qui est loin de tout devoir à la richesse pétrolière.

4L’auteur montre ainsi comment les Émiriens, minorité de citoyens accueillant une multitude de migrants venus du monde entier, les considèrent comme des hôtes, avec les droits et les devoirs que comporte ce statut, traditionnel dans la société bédouine. Une gradation complexe assigne à chaque nationalité une place particulière, réflétée dans la représentation de chacune sur l’échiquier mondial.

5Il évoque ensuite l’obsession du branding, du « marquage » qui a animé les dirigeants de Dubaï, puis ceux d’Abou Dhabi et de la Fédération, dans une compétition effrénée placée d’emblée sur une dimension planétaire. En contrepoint de cette ouverture, l’auteur explique la fermeture d’une société contrainte de se protéger, de maintenir une barrière étanche avec les étrangers, condition impérative du maintien de ses valeurs et de son mode de vie en situation minoritaire numériquement et inférieure techniquement.

6À partir de cette dualité fondatrice, l’auteur décline l’histoire récente des Émirats, l’évolution de la Fédération vers plus d’institutionnalisation et de centralisation, ses relations avec les États environnants et le reste du monde, sa conception du système économique et les objectifs qui lui sont assignés, dans le cadre d’une relation étroite entre pouvoir politique et milieux d’affaires. Il conclut par une réflexion sur l’avenir de cet État « pas comme les autres », dont l’horizon proche est désormais l’Exposition universelle de 2020 à Dubaï, mais dont les défis concernant l’identité nationale, le devenir des futures générations « issues de l’immigration », l’insertion dans un environnement régional instable et menaçant dépassent de loin cette échéance.

7L’auteur a eu le mérite de dissocier, comme il l’indique dans son titre, le cas de Dubaï pour élargir son propos à l’ensemble des Émirats, mettant ainsi en avant le rôle moteur de la ville dans le destin de ses pairs. Cette ébauche d’assise territoriale aurait pu être poussée pour prendre en compte d’une part l’impact de la croissance de cette ville-émirat à l’intérieur et au-delà de ses frontières, depuis le site initial de la crique jusqu’à la conurbation créée avec ses voisins de Sharjah et d’Ajman, si différents par l’histoire et la culture, et en direction d’Abou Dhabi, de plus en plus proche, en dépit des 150 km qui séparent leurs berceaux historiques : le destin des deux cités rivales, si différentes, n’est-il pas en train de se fondre, sous le signe de la domination financière et politique d’Abou Dhabi, mais de la victoire culturelle de Dubaï en tant que chantre de l’ouverture débridée au monde ?

8On aimerait aussi mieux connaître et voir pris en compte un jour, pour une réflexion géopolitique encore plus ambitieuse, le poids de l’histoire longue dans la construction de ces sociétés et leur rapport au monde actuel et à son économie globalisée : quelle réalité historique et quel héritage recèle la référence fréquente au passé de piraterie, de pêche des perles ou de nomadisme caravanier de ces sociétés, aujourd’hui complaisamment mis en valeur sur les murs des stations du métro de Dubaï ou dans les musées consacrés au patrimoine des différents émirats ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Lavergne, « Géopolitique de Dubaï et des Émirats arabes unis, de William Guéraiche », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 09 février 2017, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://emam.revues.org/1355 ; DOI : 10.4000/emam.1355

Haut de page

Auteur

Marc Lavergne

Géographe, Directeur de recherches CNRS, UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

collongue@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page