Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée, de Pascaline Gaborit (dir.)

Pierre Signoles
Bibliographical reference

Bruxelles, PIE Peter Lang, 2013, 202 pages.

Full text

1Établi sous la direction de Pascaline Gaborit, cet ouvrage collectif se propose de rendre compte des résultats du projet intitulé New Medina. Il s’agit d’un projet européen financé par le programme CIUDAD d’appui au développement urbain et territorial (Cooperation in Urban Development and Dialogue), financé par le mécanisme IEVP (Instrument européen de voisinage et de partenariat). Son objectif était double : permettre aux villes partenaires, du nord et du sud de la Méditerranée, de « revenir sur l’expérience pionnière des villes nouvelles, afin d’identifier bonnes pratiques et erreurs commises, notamment en termes d’intégration de principes environnementaux » ; favoriser la « création de partenariats et d’espaces de coopération interrégionaux afin d’aider les villes […] qui peinent à devenir des cités à part entière […] et celles qui rencontrent des problèmes d’environnement, de réputation, de cohésion sociale et de vieillissement des infrastructures, à résoudre ces difficultés ». Vaste et ambitieux programme, assurément !

2Dans son Introduction (p. 13-17), la responsable éditoriale expose la triple ambition de l’ouvrage : proposer une vision croisée sur les villes nouvelles ; apporter des éléments de contexte ; proposer des solutions pour la construction de villes de plus en plus durables. Pour ce faire, il s’agissait de mobiliser les résultats de différentes expériences menées depuis plus ou moins longtemps en Égypte, Algérie et Maroc, de s’appuyer sur les analyses des opérateurs de ces projets et sur celles de différents experts, afin de rendre compte des « bonnes pratiques et erreurs, notamment en termes d’intégration de principes environnementaux, mais aussi en termes d’image, d’identité, de création de lieux de vie, de densité urbaine, d’accessibilité, d’aménagement ou encore d’association de la population » (p. 14). Vaste programme, dont l’intérêt principal résidait a priori dans les contributions réflexives que devaient fournir les auteurs-acteurs les plus directement engagés dans les projets de villes nouvelles, ainsi que dans la restitution du contenu des échanges (entre ces acteurs eux-mêmes ; avec des représentants de villes ou agglomérations de pays du Nord ; avec des experts internationaux) qui constituaient justement l’une des grandes originalités du programme CIUDAD.

  • 1 P.-A. Barthel, « Optimiser la démarche d’urbanisme durable dans les projets de villes nouvelles. Re (...)
  • 2 L. Lahery, « Entre injonctions et approximations, retour sur le concept de développement urbain dur (...)

3L’ouvrage réunit sept contributions réparties selon deux thèmes, l’un consacré aux villes nouvelles, l’autre aux principes du développement durable. À dire vrai, cette structuration nous a semblé assez étrange pour un ouvrage qui s’affiche d’abord comme consacré aux villes nouvelles (New Medinas). Les deux notions relèvent de problématiques différentes, ne s’inscrivent pas dans les mêmes temporalités et leur mise en œuvre ne répond pas aux mêmes objectifs. Si l’on est bien convaincu qu’elles sont susceptibles de se recouper, mais cela ne vaut que dans des situations très particulières, telles celles que présente P.-A. Barthel en partant de cas très concrets au Maroc et en Égypte1, l’impression prévaut trop souvent que le thème du développement durable ne vient qu’en raccroc de celui des villes nouvelles – à moins que ce ne soit l’inverse –, malgré les efforts de plusieurs auteurs pour justifier de les traiter ensemble sans que cela ne laisse trop l’impression d’un artifice. Cela ne remet pas en cause l’intérêt de certaines analyses critiques, par exemple celle de L. Lahery2 prenant ses distances avec le « concept » de développement durable, dont elle estime qu’il participe d’une rhétorique – un « jargon du développement », écrit-elle – qui s’impose à tous les acteurs à la recherche de financements internationaux.

  • 3 P. Gaborit, « Les contradictions des nouvelles médinas. Projets-pilotes, territoires complexes et a (...)

4De fait, l’ensemble apparaît plutôt hétérogène, alors pourtant que le premier texte, signé de P. Gaborit, est suffisamment explicite pour définir des objectifs clairs et constituer la véritable introduction (scientifique) de l’ouvrage3. Outre le croisement que l’auteure opère entre considérations générales (par exemple sur l’historique des villes nouvelles) et informations plus localisées (sur l’historique de ce même type de villes en Égypte ou en Algérie), le texte vaut plus encore pour les interrogations qu’elle soulève et les doutes que les expériences engagées dans les pays du Sud de la Méditerranée suscitent. On ne peut que suivre l’auteure lorsqu’elle regrette la très grande difficulté éprouvée par les autorités et responsables de l’aménagement des villes nouvelles en ces pays pour mobiliser les résultats des expériences conduites en d’autres pays, ce qui ne manque pas, selon elle, de conduire à la (trop) fréquente reproduction d’erreurs pourtant déjà identifiées et analysées. Nous la suivons toujours lorsqu’elle considère que « les villes nouvelles constituent une aventure risquée », car elles sont confrontées à l’écueil de devenir des villes vides (d’habitants). Le rappel – un constat plutôt pertinent – des principales difficultés surgies en Égypte pour la réalisation des villes nouvelles permet à P. Gaborit de proposer un certain nombre de recommandations visant à en faire « des villes matures et durables ». Toutefois, le glissement opéré dans la suite de l’article vers les « villes vertes » nous paraît assez artificiel, sans qu’il soit question pour nous de nier l’importance de la question de l’environnement dans les villes nouvelles réalisées ou en cours de réalisation en Égypte, Algérie ou Maroc, pas plus qu’il ne s’agit de faire l’impasse sur les projets d’« éco-cités », telle Benguérir au Maroc.

  • 4 Il s’agit des articles de C. Horn : « Construire des villes durables dans le désert pour les citoye (...)
  • 5 D. Ruggeri, « Un concept voyageur. L’idéal de la ville nouvelle depuis les cités jardins d’Howard j (...)

5Trois textes relèvent ensuite de la catégorie de ceux qui « apportent des éléments de contexte », selon la qualification qu’en donne la coordinatrice de l’ouvrage. En fait, si celle-ci en classe seulement deux dans cette catégorie4, nous pensons cependant qu’un troisième5 peut en relever aussi, au moins pour une large partie de son contenu. Les réflexions qui sont exposées dans ces papiers méritent une réelle attention, particulièrement lorsque, sous la plume de D. Ruggeri, on peut y lire une mise en garde sur le fait que « les solutions technologiques pour atteindre la durabilité [ont] pris le devant […], dominant les préoccupations d’équité, de démocratie et de capacité de réaction des paysages urbains ». Mais on regrettera néanmoins que les contenus de ces articles soient excessivement généraux et que les références aux villes nouvelles du sud de la Méditerranée, quand elles adviennent, soient trop allusives.

  • 6 H. Farouh, « Rendre les villes égyptiennes durables. Le rêve et la réalité », p. 179-197.
  • 7 P.-A. Barthel, art. cit. ; R. Sidi Boumedine, « Une ville nouvelle ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Une (...)

6Finalement, les textes susceptibles d’éclairer concrètement les conceptions qui ont présidé au lancement des villes nouvelles dans les pays sud-méditerranéens ainsi que les conditions de leur réalisation, ou qui fourniraient les éléments d’une évaluation indépendante, sont rares. L’un nous est apparu excessivement normatif6, qui établit une longue liste de ce qu’il conviendrait de faire pour parvenir à des villes durables – au point que, en multipliant les verbes d’imposition, son auteure donne parfois l’impression d’établir une série de ces « conditionnalités » auxquelles la Banque mondiale et le FMI sont si attachés ! Il ne reste finalement que deux articles qui exposent des démarches concrètes, s’appuyant sur des expériences personnelles de terrain – pour l’un, expérience de professionnel de l’urbanisme et de gestionnaire de ville nouvelle ; pour l’autre pratique d’expert-évaluateur –, et s’essayent à la comparaison entre différentes expériences nationales7. Au bout du compte, les débats, conflits, négociations, dérives de tous ordres (en particulier financières) qui accompagnent la réalisation des villes nouvelles en Égypte, en Algérie et au Maroc – celles de ce dernier pays ne faisant d’ailleurs l’objet d’aucun article spécifique – ne sont qu’exceptionnellement signalés ; de même que la parole des élus comme celle des habitants est gommée. Si l’on comprend bien qu’un ouvrage tiré d’une coopération internationale « officielle » ne constitue pas le cadre idéal pour restituer dans toutes leurs dimensions les difficultés et contradictions que les responsables des pays concernés rencontrent pour mener à bien des politiques aussi ambitieuses que celle des villes nouvelles, on n’en regrette pas moins que l’objectif qui consistait, entre autres, à « rendre compte des bonnes pratiques et erreurs » ne soit pas réellement tenu.

Top of page

Notes

1 P.-A. Barthel, « Optimiser la démarche d’urbanisme durable dans les projets de villes nouvelles. Retours d’expériences et propositions (Maroc et Égypte) », p. 135-155.

2 L. Lahery, « Entre injonctions et approximations, retour sur le concept de développement urbain durable au sud de la Méditerranée », p. 157-177.

3 P. Gaborit, « Les contradictions des nouvelles médinas. Projets-pilotes, territoires complexes et autres problèmes de durabilité », p. 21-58.

4 Il s’agit des articles de C. Horn : « Construire des villes durables dans le désert pour les citoyens », p. 115-132, et de L. Lahery, art. cit.

5 D. Ruggeri, « Un concept voyageur. L’idéal de la ville nouvelle depuis les cités jardins d’Howard jusqu’aux éco-cités d’aujourd’hui », p. 81-113.

6 H. Farouh, « Rendre les villes égyptiennes durables. Le rêve et la réalité », p. 179-197.

7 P.-A. Barthel, art. cit. ; R. Sidi Boumedine, « Une ville nouvelle ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Une approche critique et comparative des projets de villes nouvelles au Maghreb », p. 59-80.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Signoles, « New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée, de Pascaline Gaborit (dir.) », Les Cahiers d’EMAM [Online], 29 | 2017, Online since 09 February 2017, connection on 20 November 2017. URL : http://emam.revues.org/1358 ; DOI : 10.4000/emam.1358

Top of page

About the author

Pierre Signoles

Géographe, Professeur honoraire, Université François-Rabelais, Tours & UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

psignoles@wanadoo.fr

By this author

Top of page