Skip to navigation – Site map

La ville nouvelle d’Ali Mendjeli

Un espace façonné par les pratiques et les représentations des citadins ordinaires
The New Town of Ali Mendjeli. A space shaped by the practices and representations of ordinary townspeople
Ahcène Lakehal

Abstracts

The ambition of this article is to explain the “manufacture” of a new city emerged in the last twenty years on the outskirts of the Algerian city of Constantine. From the example of the new city Mendjeli Ali, this work tries to put the focus on the contribution of private actors, ordinary citizens and tradespeople, the production of space trying to overcome the previous simplistic approaches leading to realize more or less faithfully and obediently official objectives of the administration responsible for urban policy. It pays special attention to microbial practices spaces, to games of inhabitants representations and to modes of living by focusing on the fine scale of the neighborhood and the temporality of everyday.

Top of page

Full text

  • 1 Ces projets ont des finalités variées, que rappelle R. Cattedra (2010, 60-62) : « Les espaces récré (...)

1À l’instar de leurs homologues du Maghreb, les villes algériennes ont assisté, au cours des deux dernières décennies, à la multiplication étonnante de grands projets1 (Cattedra, 2010), dont la mise en place participe de manière assez paradoxale à la fois à la culture, de plus en plus dominante du « projet urbain » et d’un « retour à la planification », initié par l’État (Safar Zitoun, 2010). C’est dans ce contexte que l’aménagement de plusieurs villes nouvelles a été décidé, les principaux projets et les plus avancés concernant Sidi Abdallah, Bouinan et Boughezoul autour d’Alger, Hassi Messaoud au sud-est du pays, Imedghassen près de Batna et Ali Mendjeli à Constantine. Les attentes liées à la création de ces villes nouvelles, dont le principe a été retenu par le Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) élaboré en 1987 par le ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, oscillent, dans le discours officiel de légitimation, entre le « rééquilibrage du territoire national » et la création de nouveaux centres urbains devant servir de « réceptacles aux activités et populations desserrées des zones centrales des agglomérations » (Cattedra, 2010, 60-62). Les premières sont créées par décrets exécutifs pris entre 2004 et 2007. Puis la dernière version du SNAT, établie en 2008 pour l’horizon 2025, tente une remise en cohérence du dispositif des villes nouvelles et, dans ce but, distingue les « villes nouvelles d’excellence » devant servir à maîtriser l’expansion urbaine, les « villes nouvelles de rééquilibrage du territoire » et les « villes nouvelles d’appui au développement durable » (Safar Zitoun, in Signoles, 2014, 84).

  • 2 L’appellation de « citadins ordinaires » renvoie, au sens large, à des individus ou groupes d’indiv (...)

2La diffusion de ces expériences urbaines en Algérie réengage le débat sur le rôle des acteurs, publics et privés, institutionnels ou individuels ordinaires, qui concourent à leur fabrique (Signoles, 1999). En effet, la démarche qui a présidé à la création des villes nouvelles et qui relève d’un volontarisme étatique affiché, conjuguée à une phraséologie officielle fréquemment tatillonne, excluant d’entrée de jeu les subreptices interventions des acteurs privés, cherche à donner à croire que la puissance publique serait l’unique responsable des productions matérielles qui s’y situent, ainsi que des configurations territoriales qui s’y forment. Or, l’appréhension de la réalité vécue de ces espaces oblige à relativiser ce parti pris pour rendre compte de manière plus satisfaisante de la complexité et la pluralité de leur système d’acteurs. Force est en effet faite de considérer le rôle important joué, concomitamment, par les acteurs privés, agents économiques et « citadins ordinaires »2. Ces derniers contribuent de manière déterminante, par leurs initiatives et par la diversité des compétences qu’ils mobilisent, « à façonner, à modeler et (re)qualifier l’espace urbain » (Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2000, 11). Par l’exercice de leurs pratiques et par le jeu de leurs représentations, ils prennent le relais des pouvoir publics pour « refaire » la ville à leur manière, donnant ainsi corps à son urbanité et, plus généralement, en permettant à « la ville réelle de se révéler derrière, dessous ou en creux de la ville formelle » (Agier, 1999). Ils sont donc les premiers responsables non seulement de l’organisation matérielle de cette ville nouvelle, mais surtout de sa morphologie sociale.

  • 3 Des aspects complémentaires des analyses présentées dans cet article peuvent être trouvés dans Lake (...)
  • 4 Sur la genèse d’Ali Mendjeli et les conditions originales de sa création, voir Ballout, in Signoles (...)

3Partant de l’importance de ce rôle, le présent article tente d’expliquer quelques « modes de faire » des habitants grâce auxquels ils participent – en qualité de coproducteurs et pas seulement en celle de récepteurs – à la fabrication et la transformation urbaines à Ali Mendjeli, l’une des plus importantes villes nouvelles créées ex nihilo en Algérie, à 15 km au sud de Constantine3. Le projet a été lancé à la fin des années 1980 et les premières constructions datent de 19914. Notre propos vise à mettre en balance les projets et discours officiels et ce à quoi ressemble cette ville, un peu plus de vingt ans après le démarrage de ses chantiers, soit un délai suffisant pour observer quels usages en ont fait les populations qui s’y sont installées et tenter d’en comprendre les significations. Notre étude s’appuie sur les nombreuses enquêtes que nous avons menées entre 2006 et 2012, dans le cadre de la préparation d’un doctorat (Lakehal, 2013), et qui combinent entretiens semi-directifs (récits de vie) et observations, flottantes et participantes, en se plaçant, à la manière de Michel De Certeau (1990, 145), « au plus près des pratiques microbiennes, singulières et plurielles des citadins ».

La ville nouvelle d’Ali Mendjeli : un projet ambitieux engagé dans des conditions difficiles

4La création de la ville nouvelle Ali Mendjeli a été envisagée lors de la préparation du Plan d’urbanisme directeur de Constantine (PUD) de 1982 (achevé en 1988), comme une réponse visant à alléger la pression qui s’exerçait sur Constantine, une métropole alors en pleine expansion démographique. Exercée par le nombre rapidement croissant des nouveaux habitants (solde naturel élevé et solde migratoire très positif), cette pression s’accompagnait alors d’une densification et paupérisation accélérées des quartiers historiques (médina et faubourgs) d’une part, et d’une prolifération des bidonvilles, d’autre part (Meskaldji, 1979). Le projet de création de la ville nouvelle visait ainsi à permettre à Constantine d’atteindre un meilleur équilibre spatial et démographique. Il était prévu qu’elle accueille le trop-plein de la population de la ville-mère, voire celui des centres urbains de la périphérie constantinoise (El Khroub, Aïn Smara, Didouche Mourad). Elle était également censée contribuer à la restructuration de la périphérie et à la création d’un axe préférentiel de développement urbain.

  • 5 RO : Rapport d’orientation. Il s’agit de l’un des rares documents de référence (pour ne pas dire le (...)

5La volonté des aménageurs de réguler la croissance urbaine de l’agglomération de Constantine s’est par ailleurs doublée, au début des années 1990, d’une vision urbanistique relativement ambitieuse, visant à faire de la ville nouvelle « un pôle urbain doté d’un centre fort, structuré, attractif et créateur d’emplois » (Pachaud, 2005), dans le but qu’elle puisse « échapper à l’emprise de la ville-mère » (RO, 1994, 32)5. Selon ses initiateurs, cette ville nouvelle, à la finalité double, ne pourra advenir que comme le résultat d’un urbanisme volontariste, se voulant innovant et se situant donc, pour cela, en rupture avec le modèle des ZHUN.

  • 6 D’après Merlin et Choay (1996, 810-811), le concept d’unité de voisinage (Neighbourhood Unit) est n (...)

6D’ailleurs, la Plan d’urbanisme d’Ali Mendjeli, élaboré par le bureau d’études URBACO, reflète bien cette volonté. Il propose un ensemble de voies hiérarchisées (boulevards, avenues, rues, passages, impasses) et structurées en mailles découpées orthogonalement, à l’intérieur desquelles les unités d’habitation et les équipements prennent place. Ce réseau de voies assure une organisation de la ville selon « un ordonnancement hiérarchisé » (Côte, 2006, 49) – ville/quartiers/unités de voisinage/îlots résidentiels/immeubles. Au total, la ville nouvelle est subdivisée en cinq grands quartiers, chacun se composant de quatre Unités de voisinage, soit un ensemble de vingt Unités de voisinage6. À leur tour, les unités de voisinage se divisent en îlots résidentiels, ceux-ci étant constitués d’immeubles d’habitation (ou de pavillons dans les zones d’habitat individuel) qui forment les plus petites entités constitutives de la structure urbaine de la ville nouvelle.

  • 7 Initialement désignés sous les noms de boulevard Principal et boulevard Secondaire, le premier s’ap (...)

7En ce qui concerne sa centralité, les concepteurs ont fait le choix d’organiser la ville nouvelle selon un système de « centralité hiérarchisée », ordonnée en une succession de centres de tailles différentes. Au niveau inférieur, on trouve « les centres de proximité » ; ils sont conçus comme des espaces de quotidienneté destinés à susciter les rapports sociaux et économiques à l’échelle du « voisinage immédiat » du logement. Les « centres secondaires » constituent l’échelle intermédiaire ; ils doivent permettre à chacun des cinq « quartiers » prévus par le Plan directeur de disposer de son propre centre. Ils accueillent pour ce faire des équipements « qui ne sauraient apparaître dans chaque centre de proximité, mais qui ne justifient pas le recours au centre principal » (RO, 1994, 83). Conçus comme « une reproduction, à une échelle plus réduite, du centre principal », ils doivent assurer une certaine autonomie de vie aux unités de voisinage (RO, 87). Au sommet de ce système de centralité hiérarchisée se trouve le « centre principal », voulu par les concepteurs comme « le lieu privilégié de la vie urbaine, […] le cœur même de la ville » (RO, 56). Organisé linéairement au long d’une esplanade rectangulaire de 1 500 m de long et de 85 m de large, délimitée par des contre-allées ouvertes à la circulation automobile, il est conçu comme un espace dense et polyfonctionnel, « rassemblant dans un périmètre très restreint l’ensemble des activités tertiaires, commerciales, sociales, administratives, économiques et de loisirs » (RO, 78). Du fait de sa localisation au croisement des deux principaux boulevards d’Ali Mendjeli7, il en est la partie la plus accessible. (cf. Fig. 1).

  • 8 Actuellement, tout au long de son boulevard principal, se localise une série d’immeubles d’habitati (...)

8Les concepteurs de la ville nouvelle ont voulu bâtir une ville essentiellement « horizontale ». Hormis son axe médian, le long duquel devront être érigés des édifices d’une hauteur relativement élevée8, le reste du tissu urbain devait être composé essentiellement d’immeubles d’une hauteur à peu près constante, de l’ordre, en moyenne, de six à sept étages. Les périphéries est (UV 5) et sud-ouest (UV 18, 19 et 20) de la ville nouvelle étaient exclusivement réservées à des maisons individuelles, proposant ainsi un paysage urbain nettement plus bas que celui des autres quartiers.

Fig. 1. Plan directeur de la ville nouvelle d’Ali Mendjeli, élaboré en 1994.

Fig. 1. Plan directeur de la ville nouvelle d’Ali Mendjeli, élaboré en 1994.

Carte d’origine : A. Lakehal, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2016.

Une ville sortie de terre avec difficultés et dans le conflit avec l’autorité centrale

  • 9 Cette situation conflictuelle entre le wali et les autorités centrales d’Alger explique pourquoi la (...)

9Après la phase de conception de la ville nouvelle s’enclenche celle de son édification. C’est en 1993 que la décision de lancer le chantier est prise par le wali de Constantine (El-Hachemi Djiar, à l’époque), dans un contexte local et national qui n’étaient point favorables à sa mise en œuvre. En effet, le contexte local était marqué par une très forte demande sociale en logements, par la multiplication des baraques de bidonvilles et par une prolifération foisonnante des quartiers informels en périphérie. Si, donc, il y avait urgence au plan local, ce que le wali mesurait bien, son projet s’inscrivait mal dans les priorités nationales. Car l’Algérie du début des années 1990 est fragilisée par une crise économique liée notamment à la baisse des prix du pétrole et au passage du pays d’une économie socialiste à celle d’une plus grande libéralisation marché. Cette crise s’accompagne d’une crise financière, qui limite considérablement les moyens d’action de l’État. Pour les autorités centrales et le ministère de tutelle, le projet de ville nouvelle est donc considéré comme inopportun. Mais il est probable que la raison fondamentale des réticences d’Alger soit d’une autre nature. En effet, le wali de Constantine a fait de ce projet une affaire quasiment personnelle, manifestant à ce propos un volontarisme étonnant dans une Algérie où il était rarissime que les décisions de l’État central soient contestées au niveau local, qui plus est par un wali. Dans les faits, le lancement des opérations s’est effectué sans l’accord des responsables ministériels et des plus hautes autorités de l’État, ce qui était non seulement risqué au plan politique, mais aussi au plan économique parce que les ressources locales ne pouvaient pas être en adéquation avec les ambitions affichées9.

10L’urgence imposée par ce double contexte, combinée aux hésitations des autorités nationales, « feront que, dans une première étape, la ville sera produite et gérée à la manière des ZHUN, des cités et espaces périphériques » (Cherrad, Sahraoui, 2006, 214). La stratégie des autorités locales consistera en effet à engager le financement du projet sur des fonds strictement sectoriels (budget de la wilaya) et en détournant les attributions de logements que les programmes nationaux de logement social attribuaient à l’ensemble de la wilaya – un système de répartition par quotas – au profit exclusif du seul site de la ville nouvelle. Bénéficiant de cette stratégie, la ville nouvelle a reçu, entre février 1993 et mars 1999, une dotation de près de 8 480 logements sociaux. Mais, confrontées au volume considérable des détournements ainsi réalisés, les autorités locales (wilayales) ont éprouvé beaucoup de difficultés pour mener de pair les chantiers de construction et l’aménagement de l’espace. Elles ont été confrontées à l’absence d’entreprises de construction, qu’elles soient publiques ou privées, disposant des compétences humaines et des moyens techniques et financiers suffisants pour leur permettre de répondre de manière satisfaisante à des programmes d’habitat d’une telle ampleur. Elles n’ont de ce fait réussi à livrer les 1 500 logements dont la construction avait commencé en 1993 qu’à la fin de 1999 ! En outre, la pénurie fréquente de matériaux de construction qui a affecté le pays au cours de la décennie 1990, « a poussé les entrepreneurs à des arnaques qui se [sont soldées] par des malfaçons. Beaucoup d’entreprises ont utilisé un dosage défectueux du béton armé et un ciment frelaté » (Foura [M.], Foura [Y.], 2005, 125). Ces entreprises trop faibles, inadaptées et peu efficaces – et dont l’activité, en outre, n’a jamais pu faire l’objet d’un contrôle technique et d’un suivi sérieux de la part des services de la planification – sont responsables de la production d’un cadre bâti (logements, équipements et espace public) qui comporte des défauts en tout genre, favorisant par exemple un vieillissement prématuré. En outre, ni les services de la wilaya ni ceux de la municipalité n’étaient préparés à suivre de tels chantiers et à les gérer, de sorte que l’environnement des immeubles n’a jamais été achevé : les parkings n’ont pas été aménagés, pas plus que les espaces verts ou les cheminements piétonniers. Les espaces entre les immeubles demeurent pendant des années à l’état de terrains vagues, de chantiers inachevés ou de dépotoirs. Pour les premiers installés, les conditions de vie étaient quasiment insupportables. C’est de là qu’est née la représentation dominante que les Constantinois se sont fait de la ville nouvelle, celle d’une ville dégradée.

11Après ces difficultés initiales, il a fallu attendre encore longtemps pour que le processus de fabrication de la ville nouvelle s’accélère et que la qualité de son cadre bâti s’améliore relativement. Cette évolution positive a commencé à se produire au début des années 2000, et elle s’est accélérée après 2005, cette fois sous l’impulsion déterminée de l’État central. Celui-ci utilise désormais tous les moyens à sa disposition pour marquer solennellement son engagement dans la production matérielle d’Ali Mendjeli. Il y injecte un nombre considérable de projets et d’équipements d’envergure nationale, les uns et les autres étant décidés, financés et directement suivis par Alger : c’est entre autres le cas de l’Hôpital militaire et du Campus universitaire. Il y multiplie également les tentatives d’« esthétisation » de l’espace public, soit en y faisant installer des objets artistiques emblématiques (ronds-points, porches d’entrée des grands établissements publics), soit en y faisant aménager des espaces verts.

Fig. 2. Exemples d’objets artistiques aménagés à Ali Mendjeli.

Fig. 2. Exemples d’objets artistiques aménagés à Ali Mendjeli.

Clichés : A. Lakehal, 2012.

12Cette intervention de l’État, bien qu’elle ait été tardive, n’a pourtant pas suffi pour réhabiliter l’image d’Ali Mendjeli. La ville nouvelle continue, aujourd’hui encore, à être considérée, par probablement une majorité de ses habitants et par la plupart des Constantinois – particulièrement ceux qui habitent la médina, ses faubourgs, les quartiers de la ville coloniale –, comme une ville d’une piètre qualité architecturale et où les conditions de vie demeurent déplorables. Mais la « mauvaise réputation » de la ville nouvelle tient essentiellement aux populations qui y vivent et qui pâtissent d’une ancienne stigmatisation.

Un peuplement réalisé par transfert de populations pauvres, et dont la diversification sociale est récente et limitée

  • 10 La population d’Ali Mendjeli est passée de 15 000 habitants en 2001 à 75 000 en 2005, pour atteindr (...)

13Le contexte dans lequel Ali Mendjeli a été créée n’a pas été préjudiciable uniquement à la qualité de son cadre matériel, mais aussi à son contenu social. La pression sociale des populations les plus défavorisés pour accéder à un logement était à l’époque extrêmement forte, d’autant que les promesses sans cesse repoussées commençaient à lasser les attentes. Dès lors, Ali Mendjeli était susceptible de constituer le site sur lequel les autorités wilayales pouvaient opérer un transfert rapide et massif des populations pauvres et mal logées (immeubles menaçant ruines ou dégradés, bidonvilles, etc.) – et exclusivement de celles-ci10.

  • 11 Ces données chiffrées, qui se rapportent à l’année 2003, proviennent d’un bilan établi par la DUC ( (...)
  • 12 La répartition de ces logements se trouve dans Les Cahiers techniques de la ville nouvelle, Directi (...)
  • 13 Il convient de préciser que le quartier Saint-Jean est un quartier de Constantine dont le tissu soc (...)

14Les premières opérations, engagées dès la fin de l’année 1999, ont consisté à reloger les familles de la vieille ville, avant que l’on ne s’attaque, à partir de 2001, au transfert des familles qui vivaient dans les gros bidonvilles de Constantine tels que New York, Carrière Ganze et Rahmani Achour (Bardo). En conséquence, le parc de logements de la ville nouvelle est resté occupé, jusqu'à la fin de 2003, par des populations socialement très homogènes. Il est ainsi, à cette date, exclusivement composé de 7 618 logements « socio-locatifs » principalement destinés aux familles défavorisées11, qui se répartissent entre 3 500 aux familles en provenance des bidonvilles, 2 997 à celles originaires de la médina et du secteur de la Casbah et 1121 à des familles relogées du quartier Saint-Jean12 – un quartier où les constructions avaient été détruites ou étaient sérieusement menacées par des glissements de terrain13.

15À partir des années 2003, le processus de peuplement de la ville nouvelle est entré dans une nouvelle phase, phase qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Les pouvoirs publics se sont en effet efforcés de corriger le tir et de redresser « la dérive du contenu [social] » (Côte, 2006, 73), c’est-à-dire de redonner à la ville nouvelle une certaine diversité sociale. Dans ce but, ils ont fléché au profit du site deux programmes d’habitat destinés plutôt aux catégories sociales moyennes : l’un est le programme de Logements socio-participatifs (LSP), l’autre celui de Logements en location-vente (AADL). Partiellement réalisés, ces programmes ont livré respectivement 621 et 964 logements, les travaux ayant été lancés au cours de l’année 2001. Ces réalisations, impulsées par l’État, correspondent à un moment précis de la politique algérienne de l’Habitat (2000-2005), celui où les autorités mettent en place des formules juridiques plus différenciées qu’antérieurement et où, surtout, elles proposent des modes de financement extrêmement ciblés, avec des montants et des taux de crédit attractifs, offrant ainsi aux couches moyennes et supérieures la possibilité d’accéder à un logement autre que « social ».

  • 14 Au sens où les propriétaires de lots s’occupent eux-mêmes de la construction de leur habitation, so (...)

16Un peu plus tard, en 2005, le parc de logements d’Ali Mendjeli est complété par la livraison de 94 appartements de haut standing, réalisés par deux promoteurs privés, Dembri et Talbi. Ils inaugurent la production d’un nouveau type de logement, à savoir l’habitat promotionnel privé. Au cours de la même année (2005), a été également lancé un programme d’habitat individuel – qui, in fine, devrait représenter 6 % des logements disponibles. Deux premiers lotissements pour logements de ce type ont été aménagés et viabilisés à l’UV 5 et l’UV 7, pour un total de 955 lots de terrain qui engagent ainsi le cycle de l’auto-construction14.

17De 2005 jusqu’à nos jours, bien qu’il soit demeuré très majoritairement (aux trois quarts) constitué de logements socio-locatifs destinés essentiellement aux catégories sociales inferieures et moyennes inférieures, le parc de logements d’Ali Mendjeli ne s’en est pas moins progressivement transformé, un quart du total étant destiné, en 2010, à des populations de revenus moyens (cf. Fig. 2). Cette évolution du parc s’est logiquement répercutée sur la structure sociale de la ville nouvelle. Le nombre des résidents appartenant aux classes moyennes s’est sensiblement accru, tandis que quelques familles de classes supérieures commencent à s’installer. La tendance devrait se confirmer, du fait des programmes en cours de lancement ou de réalisation : en effet, en décembre 2010, on enregistrait un total de 16 178 logements mis en chantier, pour une livraison prévue en 2014, parmi lesquels 10 500 (65 %) étaient plutôt destinés aux ménages à revenus moyens ou élevés. Les logements de ce type se ventilent entre 7 667 logements LSP, 2 264 en location-vente (AADL) et 567 réalisés par des promoteurs privés. Il est donc, à partir de ces chiffres, aisé de calculer que, dans les programmes lancés en décembre 2010, le logement social ne compte plus que pour 5 680 unités, soit à peine plus qu’un tiers du total (35,11 %).

Fig. 3. Évolution du parc immobilier de la ville nouvelle selon le type de logements (1999-2010).

Fig. 3. Évolution du parc immobilier de la ville nouvelle selon le type de logements (1999-2010).

Graphique : A. Lakehal, 2013 ; repris par Fl. Troin • CITERES 2016.

18Les conditions dans lesquelles Ali Mendjeli a vu le jour expliquent sans nul doute les très grandes difficultés rencontrées par les autorités wilayales pour mettre en œuvre un projet de cette envergure. Elles ont livré aux premiers installés un cadre bâti qui manquait absolument de tout ce qui permet la vie quotidienne et la vie sociale : ni aménagements des espaces extérieurs, ni commerces, ni services, ni équipements à caractère socioculturel ou de loisirs. La situation a été particulièrement catastrophique les trois années qui ont fait suite aux premières attributions de logements, mais si la situation s’est améliorée par la suite, ce ne fut que très lentement et toujours partiellement. En fait, la préoccupation principale de la wilaya a été de bâtir des logements pour y transférer les populations dont la présence était jugée insupportable aux portes de la ville ; elles ont de ce fait abouti à un « peuplement [relativement] homogène [qui] a oblitéré la diversité des populations, indispensable à toute vie et à toute ville », comme l’affirme avec raison M. Côte (2006, 74). Ce peuplement a rendu la cohabitation très difficile entre les différentes composantes relogées dans la ville nouvelle. Leurs récits et témoignages, généralement négatifs, rendent bien compte de ces difficultés, par exemple quand ils font état des nombreux conflits de voisinage, de la fréquence et la violence des affrontements entre jeunes relogés en provenance de différents bidonvilles – et dont chacun avait son histoire et son identité –, ainsi que de la multiplication des actes d’agression sur les biens et les personnes. Toutes ces tensions ont généré un fort sentiment d’insécurité parmi les résidents, mais, plus encore, elles ont terni l’« image sociale » de la ville nouvelle et favorisé la constitution, puis la diffusion, auprès des Constantinois, de représentations faisant d’elle une cité peuplée d’individus sans aucune urbanité, quasiment des sauvages ! Et, pour ne rien arranger, elles ont fait de la ville nouvelle un repoussoir pour les acteurs économiques et les couches sociales aisées.

19Pourtant, et malgré ces commencements difficiles – reflets d’une ville incapable, à ses débuts, de se hausser au rang de laboratoire d’une refondation de la vie en société –, Ali Mendjeli ne peut être aujourd’hui condamnée comme si elle témoignait d’un échec total. En effet, depuis sa livraison aux habitants en 1999, son urbanité n’a cessé et ne cesse de s’affirmer, certes progressivement et certes aussi sous l’effet des interventions de plus en plus manifestes et de plus en plus massives de l’Etat, lequel entraîne avec lui ministères, offices publics et organismes parapublics. Mais cette action de l’État et de ses agents n’aurait pas les effets relativement positifs que l’on peut observer à Ali Mendjeli, si elle n’était pas relayée par celle d’un certain nombre d’agents économiques (commerçants et prestataires de services privés, entre autres) d’une part, et surtout par les initiatives des citadins ordinaires, lesquelles contribuent à faire, peu à peu, de ce conglomérat d’habitants une communauté dont les membres tissent entre eux des liens et créent l’esquisse d’une vie sociale. Ces habitants, y compris les moins fortunés, les moins éduqués, ceux ayant la moins longue expérience de la vie urbaine, agissent par le biais de leurs pratiques urbaines, de leur mobilité spatiale, de l’ébauche de nouvelles relations sociales qu’ils génèrent, par l’usage qu’ils font des espaces publics (aménagement, détournement, appropriation, évitement, etc.), par la relation sensible qu’ils établissent avec leur environnement, c’est-à-dire par la valorisation, dévalorisation, méconnaissance, identification, des formes urbaines et modes d’organisation de la ville nouvelle auxquelles ils procèdent.

20La question nous semble essentielle, car le processus dont nous venons d’énoncer les grandes lignes est généralement nié en Algérie. La stigmatisation dont les villes nouvelles, telle Ali Mendjeli, ont fait l’objet dès leur création serait, si l’on en croit certains responsables de tout rang et nombre de citadins de souche, une caractéristique pérenne de celles-ci. Nous souhaitons donc, dans les développements qui suivent, aborder quelques manières dont « se font » des citadins, en analysant certains « marqueurs » ou certaines pratiques qui nous semblent essentiels pour comprendre comment se construit cette urbanité d’Ali Mendjeli.

Démultiplication des modes et formes d’inscription des sociabilités dans l’espace public d’Ali Mendjeli

21Depuis que la ville nouvelle a commencé à être habitée, elle a vu apparaître différents lieux où pouvait s’effectuer le côtoiement des individus, leur rencontre, et, éventuellement, permettre que commence à s’établir une certaine vie sociale. S’expriment ou se révèlent en ces lieux, évidemment, aussi bien des solidarités que des conflits, récurrents ou occasionnels. Si certains de ces espaces ou de ces lieux ont été aménagés par les pouvoirs publics, bon nombre d’entre eux l’ont été par les citadins eux-mêmes, qui les ont produits, équipés, éventuellement adaptés à leurs besoins et qui se les sont finalement appropriés – plus ou moins, et pas par tous les citadins. Les habitants de la ville nouvelle manifestent ainsi leur capacité à prendre en charge leur espace de vie et à produire la ville à leur manière.

Passer son temps libre au café

22Les 53 cafés ouverts à Ali Mendjeli en 2012 sont une preuve de la compétence des habitants à fabriquer leurs propres espaces de rencontre, y compris lorsque l’environnement urbain et social n’est pas très stimulant et que les ressources financières sont réduites. Dans une ville où les lieux de distraction sont très rares, les cafés, créés par des entrepreneurs privés, s’imposent comme le principal lieu d’accueil des sociabilités habitantes et des pratiques de loisirs qui se déploient hors de l’espace domestique. Essentiellement localisés à l’UV 6, ils sont fréquentés par une clientèle exclusivement masculine, mais où l’on retrouve des éléments provenant de différents milieux et classes sociales ; certains peuvent même, parfois, accueillir des clients qui, avant d’être installés dans la ville nouvelle, résidaient dans différents quartiers de Constantine. Ce sont des lieux de relative mixité géographique et sociale. Néanmoins, c’est la population inactive (retraités et personnes âgées de manière plus générale, jeunes chômeurs) – une catégorie relativement fort nombreuse à Ali Mendjeli – qui constitue l’essentiel de leurs habitués.

  • 15 Nous faisons allusion aux jeunes qui vendent à l’intérieur des cafés de petits objets, des bijoux, (...)

23La fréquentation régulière de ces lieux est, selon la plupart de ceux que nous avons enquêtés, fortement inscrite dans une tradition commune à tous – celle de la fréquentation des cafés –, une tradition qui permet aux hommes d’entretenir des relations sociales avec leurs semblables, non seulement en se distrayant ensemble, mais aussi en échangeant avec eux. Cette fréquentation aide aussi, selon d’autres habitants, à combler l’absence de distractions dans la ville nouvelle. Parce que le café n’est pas qu’un lieu où l’on sirote un café ou un thé, ou bien où l’on se désaltère d’un verre d’eau – puisque la vente d’alcool y est prohibée. C’est ainsi que les clients s’y rendent pour jouer à des jeux tels que les dominos ou aux cartes, pour suivre les programmes de la télévision, mais aussi pour y négocier leurs affaires commerciales ou pour tenir une réunion avec les membres de telle ou telle association de quartier, tandis que les plus âgés s’y installent en attendant l’heure de la prière. Quant aux plus jeunes, qui souvent accaparent les terrasses, ils passent leur temps à se « rincer les yeux » au moment où passent les lycéennes et les collégiennes, etc. Enfin, ces cafés constituent également, pour d’autres jeunes chômeurs de la ville nouvelle, un lieu, parmi d’autres (boutiques, souk, rues, places, etc.), propice à la combine, au montage de petites « affaires » et à la réalisation de petits coups, toutes manières leur permettant de « gagner leur vie »15.

24L’arbitrage qu’opèrent les habitants entre les différents cafés témoigne en effet de leur grande mobilité au sein de la ville nouvelle – alors pourtant que les moyens de transport collectifs ont pendant longtemps été déficients et que la possession d’une voiture particulière était très rare ; elle témoigne plus encore de leur bonne connaissance de ses nombreuses composantes (îlots, unités de voisinage) et des groupes sociaux qui y habitent, ainsi que de la conscience du rapport, souvent équivoque, qu’ils entretiennent avec leur quartier.

  • 16 C’est tout particulièrement le cas de ceux qui se rendent dans l’un des quatorze cafés implantés le (...)

25Ainsi, si certains habitants préfèrent manifestement les cafés luxueux, confortables et dont la localisation autorise les clients à profiter du spectacle urbain16, beaucoup d’autres se dirigent avant tout vers les cafés situés à une certaine distance de leur quartier. Par ce comportement, ils manifestent leur désir de tisser des relations sociales d’un type différent de celles qu’ils peuvent nouer à proximité de leur domicile. Bien sûr, ce choix est aussi motivé par le souci de s’affranchir des contraintes du voisinage et d’échapper au sévère contrôle social qui s’exerce au sein du quartier où ils vivent. Ce souci, à vrai dire, peut même constituer la raison principale de leur déplacement loin de chez eux. Pour ces habitants, la mixité sociale n’est jamais recherchée à proximité de leur résidence ; ils en parlent comme d’un phénomène qui ne peut exister qu’à distance du quartier. Mais, à l’antipode de tels comportements, on peut observer que d’autres résidents fréquentent assidûment les « cafés du coin ». Peu importe pour eux qu’un tel café puisse leur offrir tout le confort envisageable, car, pour ces habitants-là, c’est le quartier qui compte, avec tout ce qu’il représente, à savoir la proximité et, donc, l’accès aisé et rapide, la présence de voisins parmi les consommateurs ou les partenaires de jeu, une sociabilité moins convenue puisqu’entre personnes de connaissance, un entre-soi d’autant plus apprécié qu’il est gage de sécurité.

26La fréquentation des différents cafés de la ville nouvelle témoigne aussi de l’attention qu’accordent les habitants à l’« univers social » du café, c’est-à-dire au type de clientèle qui s’y rend. À cet égard, beaucoup d’individus affirment qu’ils sont attachés avant tout aux cafés où ils peuvent retrouver les hommes originaires de la même région qu’eux, ou encore les voisins du quartier de Constantine dont ils proviennent. Le désir de se retrouver entre originaires du précédent quartier de résidence est particulièrement fort au sein de la population provenant des bidonvilles ; il l’est plus que dans tout autre groupe social. Pour ces différents groupes d’habitants, le café est en effet un lieu où se forgent les identités sociales et les expressions d’appartenance communautaire.

27Les cafés de la ville nouvelle ont ainsi joué (et jouent encore) un rôle important dans l’accueil, la socialisation et l’intégration des nouveaux arrivants. Ils constituent des lieux propices à la mise en place de réseaux sociaux construits généralement sur l’origine géographique ou la dernière résidence des individus. Ces réseaux permettent aux personnes fraîchement « débarquées » en ville d’établir les premiers contacts et les premières fréquentations avec la société locale. Grâce à eux, les nouveaux arrivants découvrent la ville nouvelle et l’appréhendent avec beaucoup moins de difficultés que ceux qui n’en bénéficient pas ; ils s’y meuvent, ils y circulent avec plus d’assurance, car ils apprennent, grâce à leurs amis, cousins ou parents plus ou moins éloignés, anciens voisins du quartier de provenance, les codes sociaux qu’il convient d’utiliser, ainsi que les manières de faire pour s’inscrire dans l’espace de la ville nouvelle. Or, c’est en fonction de ces codes et de ces manières de faire qu’ils ajustent leurs comportements et attitudes.

28Toutefois, selon les témoignages que nous avons recueillis, il semble bien que l’attachement au réseau social constitué d’anciennes connaissances s’atténue au fil du temps (de résidence) et que les relations plus ou moins fortes qui liaient ses membres entre eux s’effilochent. Elles cèdent progressivement la place à de nouveaux liens, par exemple ceux qui naissent dans les lieux de travail, les lieux d’achat et les moyens de transport, ou à ceux qui s’établissent avec des voisins que l’on ne connaissait pas avant ou avec des amis découverts au café. La construction de liens de ce type témoigne de la capacité des individus à prendre de la distance par rapport aux membres de leur propre communauté pour aller se confronter à l’altérité, une altérité qui est susceptible de se rencontrer aussi bien dans les cafés que dans les espaces marchands.

Souk et autres espaces commerciaux : des lieux d’intense brassage social

29La fréquentation des espaces commerciaux participe aussi, de manière particulièrement efficace, à façonner l’urbanité d’Ali Mendjeli en favorisant la rencontre de populations qui, avant de venir y habiter, vivaient séparées – pour de multiples raisons que nous ne pouvons exposer dans cet article. Elle constitue pour les citadins, les nouveaux arrivants tout particulièrement, l’occasion d’appréhender le plan, les paysages, en un mot la morphologie de la ville nouvelle, d’en reconnaître signes et symboles, en même temps qu’elle constitue l’occasion ou qu’elle impose l’obligation de se confronter aux autres. Qu’elle soit perçue comme une obligation ou comme un plaisir, la pratique des lieux marchands participe en tous les cas de la création du « lien social », à savoir, selon A. Metton (1997, 9), « l’ensemble des éléments qui permettent la mise en relation des individus et la formation d’une véritable société ». Plus que d’autres, les épiceries, les boutiques de téléphonie et le souk – lequel a récemment dû faire place à un grand centre commercial, El-Ritaj – sont, parmi ces lieux, ceux qui apparaissent comme les plus propices à la mise en relation des citadins d’Ali Mendjeli et, donc, à l’établissement et au développement de ce lien social.

Les épiceries de quartier et les boutiques de téléphonie : des lieux privilégiés des sociabilités de proximité

  • 17 Le nombre d’épiceries à Ali Mendjeli est passé de 65 en 2006 à 189 en 2012, dont 11 supérettes. Qua (...)

30Parmi les 1096 établissements fixes qui constituent l’appareil commercial de la ville nouvelle en 2010, les épiceries se caractérisent non seulement par leur nombre élevé (près de 200)17, mais surtout par leur fréquentation répétée tout au long de la journée par tous les résidents, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, actifs ou inactifs, etc. Cette fréquentation favorise les échanges entre un grand nombre d’habitants du même immeuble, du même îlot résidentiel, de la même unité de voisinage ou du même quartier. C’est dans l’« épicerie du coin » et à ses alentours immédiats que les familles se côtoient et font connaissance ; c’est là qu’elles se tiennent au courant de ce qui se passe dans le voisinage, qu’elles évoquent leurs régions d’origine ou qu’elles se remémorent, avec nostalgie, leur ancien quartier de résidence. De ce fait, l’épicerie s’impose comme une véritable « plaque tournante » où arrive et d’où repart une masse d’informations sur les voisins, le quartier, la ville nouvelle, Constantine, etc.

31L’épicier, pour sa part, joue le rôle du « colporteur des nouvelles locales », pour reprendre l’expression d’A. Metton (1980, 81). Pour la majorité des habitants que nous avons enquêtés, le commerçant du quartier fournit une évaluation implicite et sans cesse renouvelée du rôle et du comportement de chacun ; c’est un bon observateur de la vie du quartier.

  • 18 Dans une aire culturelle différente de celle arabo-musulmane, Fournet-Guérin souligne également que (...)

32Les boutiques de téléphonie qui se sont ouvertes un peu partout constituent aussi des lieux, très fréquentés, de la rencontre entre les habitants d’un même quartier, et tout particulièrement entre les jeunes (garçons et filles). Si elles servent avant tout à passer des appels téléphoniques, elles n’en proposent pas moins une grande panoplie de services et de produits (vente de gâteaux traditionnels, de tapas, de thé, de produits cosmétiques, d’accessoires pour téléphones portables, d’articles scolaires, de papier, photocopie de documents administratifs, etc.) qui augmentent leur attractivité auprès des habitants de tout âge. Elles exercent un grand pouvoir d’attraction sur les jeunes, les jeunes filles en particulier, offrant la possibilité de se rencontrer entre ami(e)s, de discuter, de boire du thé, de draguer aussi. Elles s’imposent ainsi comme des lieux rares de mixité et de sociabilité, très utilisés dans les différents quartiers d’Ali Mendjeli18.

33Dans la plupart des cas, les épiceries et les boutiques de téléphonie servent de cadre aux rencontres et fréquentations des habitants vivant à proximité de ces établissements et étant donc, entre eux, plus ou moins voisins – les uns des voisins proches, les autres des voisins plus lointains. En tout cas, des personnes qui peuvent se connaître de vue, avoir leurs enfants dans la même école, attendre le bus à la même station, etc. Il existe cependant, à Ali Mendjeli, d’autres établissements, tels que les cafés situés sur les grandes avenues, d’autres structures commerciales, tels que, autrefois, le souk et, aujourd’hui, le centre commercial, ou d’autres lieux, tels que les places publiques, les jardins publics, où s’élaborent des sociabilités entre habitants de la ville relativement éloignés les uns des autres, que ce soit géographiquement, socialement ou culturellement. C’est à cette échelle de la construction sociale que nous allons maintenant accorder notre attention.

Fig. 4. Lieux de commerce et de brassage des populations.

Fig. 4. Lieux de commerce et de brassage des populations.

Clichés : A. Lakehal, 2010.

Souk et centre commercial : pôles d’attraction et lieux de sociabilité à l’échelle de toute la ville nouvelle

34Les sociabilités qui se tissent à travers la fréquentation des lieux de commerce ne se déploient pas uniquement à l’échelle du voisinage ou à celle du quartier. Si « le commerce fournit le local », comme l’énonce A. Metton (1980), il génère aussi du plus « global ». Autrement dit, la fréquentation de commerces et de services favorise la rencontre et, donc, l’interconnaissance non seulement des habitants du même îlot ou de la même unité de voisinage, mais aussi de ceux qui résident à une plus grande distance les uns des autres et qui, s’ils n’y avaient pas ces lieux de rencontre, ne se croiseraient pratiquement jamais. C’est surtout dans l’UV 6 que les sociabilités sont les plus intenses. C’est dans cette unité de voisinage, en effet, que s’est concentrée, jusqu’en 2006, la quasi-totalité du commerce et des services de la ville nouvelle. C’était donc le pôle d’attraction unique à cette échelle vers lequel convergeaient client(e)s et chalands des quatre coins d’Ali Mendjeli. On pouvait y observer du mouvement tout au long de la journée, avec des pointes d’intensité qui se situaient plutôt en début d’après-midi du fait notamment de la forte attraction qu’exerçait le souk auprès des citadins à ce moment-là de la journée. L’UV 6 est parcourue en masse par les habitant(e)s des quartiers qui la jouxtent, à savoir ceux de l’UV 5 et de l’UV 8, mais elle reçoit aussi client(e)s et badauds qui se déplacent depuis les quartiers les plus éloignés, comme ceux de l’UV 1 ou de l’UV 9. En outre, comme le souk et les différentes rues commerçantes sont physiquement proches, le brassage des clientèles, qui est aussi un brassage social, élargit les horizons de chacun en multipliant les occasions de contact entre habitants qui, « s’ils ne se rencontrent pas [ailleurs], sont au moins sûrs de se croiser autour des commerces de l’UV 6 », comme le note Chérif, un résident de l’UV 9.

  • 19 Outre qu’ils sont surreprésentés au souk, les vendeurs originaires des bidonvilles font appel, pour (...)

35C’est au cœur de l’UV 6, et précisément autour du souk, que les sociabilités et le brassage des populations étaient les plus intenses – du moins tant que ce souk a été autorisé à fonctionner. Bien que stigmatisé par nombre d’habitants pour l’image négative qu’il véhicule (pauvreté, saleté, encombrement, laideur, etc.), le souk de la ville nouvelle n’en constituait pas moins, aux yeux de beaucoup d’autres résidents, l’un des rares espaces publics qui fut accessible aux populations relogées en provenance des bidonvilles. Leur présence y était non seulement tolérée, mais souvent favorablement acceptée. En effet, à l’antipode des conduites d’évitement qui se déroulent dans certains autres lieux publics d’Ali Mendjeli, notamment dans les rues et les cafés, où la population qui provient des bidonvilles est méprisée, voire stigmatisée et, en tout cas, franchement évitée, le souk permettait à cette catégorie de population d’établir des liens avec le reste des habitants pour deux raisons essentielles : d’une part, parce que le souk constituait un lieu à la fois ouvert à tous, mais placé sous le contrôle d’aucun – pour reprendre une idée d’Y. Chalas (2000, 9) – ; en cela, il était propice à l’expression d’une vie publique et sociale appréciée pour son aspect spontané, sans code précis de conduite ; et, d’autre part, parce qu’il comportait un grand nombre de vendeurs eux-mêmes originaires des bidonvilles19 et qui y étaient installés de façon permanente.

36Les jeunes originaires du bidonville – ou dont les familles en proviennent – qui s’installent dans le souk reconnaissent aussi, pour leur part, que l’activité qu’ils y exercent, au-delà des profits économiques qu’elle leur procure, facilite leur insertion dans la cité ; elle leur permet une meilleure valorisation d’eux-mêmes, un apprentissage citadin et elle réduit, parmi les plus jeunes, les tentations qui pourraient les conduire à des pratiques déviantes, voire à la délinquance. Voici, par exemple, ce que nous a déclaré El-Zahi un jeune relogé du bidonville Bardo :

« Les jeunes chômeurs comme moi n’ont d’autre endroit pour gagner leur vie que le souk. Ici, nous ne causons de problèmes à personne. Nous voulons juste travailler pour pouvoir vivre comme tout le monde. Sans travail, on ne peut rien faire, on ne peut même pas prendre une tasse de thé dans un café, comment veux-tu qu’on puisse fréquenter les gens et comment veux-tu que les jeunes ne tombent pas dans la délinquance ? ».

37Les questions posées par El-Zahi témoignent implicitement de sa prise de conscience, à l’instar de la majorité des jeunes chômeurs que nous avons enquêtés et de la population marginale en général, de l’importance du « travail » en tant qu’il est « un grand intégrateur », comme le qualifie Y. Barel (1990), c’est-à-dire un moyen essentiel, voire le seul moyen, qui « donne la capacité habitante nécessaire pour accéder à l’espace public » (Chalas, 2000, 139).

  • 20 La décision prise par la wilaya d’éradiquer le souk a immédiatement provoqué la colère des vendeurs (...)
  • 21 Dès que l’on s’éloigne des cercles officiels, pratiquement personne à Ali Mendjeli ne croit à l’arg (...)

38Malgré le rôle fondamental qu’il jouait, tant sur le plan économique que social, les autorités wilayales ont décidé, en 2007, d’« éradiquer » le souk, passant outre le fait qu’il constituait l’un des lieux majeurs des sociabilités à Ali Mendjeli. Elles ne tinrent aucun compte des oppositions manifestées par les vendeurs, jusqu’à ce que des manifestations violentes les obligent à trouver une solution de compromis20. Des décisions similaires ont été prises, parfois depuis longtemps, dans de très nombreuses autres villes du Maghreb, dont les souks ont été chassés des centres pour être réinstallés loin en périphérie. Les justificatifs en sont toujours les mêmes : hygiène et salubrité, urbanité (pas de manifestations de la ruralité en centre-ville), libération de la circulation, évitement de trop grandes foules, constituées en outre d’une majorité de « pauvres »21.

  • 22 El-Ritaj désigne, en arabe, une « grande porte ». Ce terme est fréquemment utilisé pour désigner la (...)

39Sur son emplacement même, a été érigé, par un riche homme d’affaires, un dénommé Salah Laknouche, un grand centre commercial de 11 000 m2, qu’il a appelé El-Ritaj22. Il a voulu faire de son projet un lieu de vie et non une simple « usine à vendre » et, dans ce but, il y a fait aménager une salle de prières, un restaurant spacieux, un café luxueux et un manège pour les enfants. Emblème de modernité et d’urbanité, chargé de donner à Ali Mendjeli l’image d’une « vraie » ville, ce pôle commercial avait comme ambition, partagée entre son promoteur et les autorités locales, de suppléer – voire de renforcer – les rôles d’animation et d’intégration que jouait le souk.

40Si l’on en juge aujourd’hui (2013) par sa fréquentation, ce pari, ambitieux – pour ne pas dire utopique – semble réussi. El-Ritaj s’est imposé, très peu de temps après son ouverture, comme un lieu « incontournable », susceptible entre autres de générer des formes de sociabilité liées à sa fonction commerciale, mais aussi à sa convivialité, son anonymat, à la liberté de circulation qu’il autorise. Et, de fait, comme dans beaucoup d’autres centres commerciaux ouverts dans les villes du monde arabo-musulman (Harroud, 2009), c’est un espace surinvesti par les femmes.

41Pour la plupart des femmes et jeunes filles qui fréquentent ce centre commercial, il s’agit moins d’un lieu où l’on procède à des achats que d’un endroit où l’on peut faire du lèche-vitrines, se distraire, rencontrer des amies ou des connaissances, voire, parfois, leur donner rendez-vous. Sa fréquentation prend alors la forme d’une promenade, d’une sortie pour le plaisir. D’ailleurs, les femmes qui y viennent seules sont très rares. La plupart du temps, elles s’y rendent en famille, avec leurs enfants et/ou leurs maris. Mais l’on peut observer aussi des ensembles familiaux plus larges, composés des petites filles, de la mère et de la grand-mère. D’autres groupes sont constitués de jeunes gens, plutôt d’ailleurs des jeunes filles, qui circulent par deux ou trois, rarement plus. Les femmes enquêtées, jeunes ou plus âgées, pauvres ou relativement aisées, insistent sur leur usage non-marchand du centre commercial, en le justifiant par les opportunités de rencontre et d’établissement de relations, mais aussi par la qualité ostentatoire que recèle le lieu.

42En outre, la présence permanente des femmes (jeunes) à El-Ritaj et à ses alentours est le motif le plus souvent évoqué par les jeunes enquêtés pour justifier leur fréquentation assidue du centre commercial. Certains s’y rendent pour draguer, d’autres pour profiter de la mixité et de l’anonymat qu’il offre pour rencontrer leur copine loin des regards des parents et des habitants du quartier.

Terrains vagues et friches : des lieux originaux pour construire des sociabilités

43La vigueur des initiatives privées s’affiche tout particulièrement à travers la pratique et l’appropriation des espaces non bâtis, friches, terrains vagues, chantiers en cours ou abandonnés, qui composent, tantôt pour un temps, tantôt de façon quasi permanente, le tissu urbain d’Ali Mendjeli. Ces espaces vacants sont la manifestation de l’inachèvement du processus d’urbanisation de la ville nouvelle : beaucoup correspondent à des terrains prévus pour de futures constructions qui, pour une raison ou pour une autre, ne sortent pas de terre ; d’autres, eux aussi nus, sont réservées par les documents d’urbanisme pour recevoir des équipements socio-éducatifs ou d’une autre nature, ou pour bénéficier d’aménagements sous la forme d’espaces verts ou de jardins publics. Mais comme la programmation des équipements ou des aménagements est de la responsabilité des ministères centraux et/ou des autorités wilayales ou locales, leur calendrier de réalisation n’est jamais en phase avec les étapes de l’urbanisation ; en l’occurrence, à Ali Mendjeli, l’accumulation des retards est telle qu’il peut se faire que, plus d’une décennie après que cela eut été prévu, des parcelles soient toujours en attente de leur remplissage.

44Ces creux de l’urbanisation, ces « vides » ou quasi vides, servent de cadres à diverses formes de « sociabilités organisées, informelles ou d’interaction », pour reprendre une typologie établie par Y. Grafmeyer (cité par Rouquette, 2006, 173).

  • 23 Le kharbga (ou kharbaga) est un jeu de stratégie traditionnel, plutôt rural, du Maghreb, qui s’appa (...)

45Ici et là, dans les parties les plus anciennes de la ville nouvelle (UV 6), mais aussi dans celles plus récemment urbanisées, nous avons pu observer des hommes, essentiellement des résidents des quartiers avoisinants, qui sont rassemblés, les uns assis sur des pierres ou des bancs, les autres allongés directement sur le sol, ou bien protégés de celui-ci par des cartons ou des tapis. Selon leurs dires, ils se réunissent du fait de leurs affinités et selon une sorte de « rituel » que leurs habitudes ont instauré. Leur rencontre leur est l’occasion d’échanger des informations, des points de vue et des savoir-faire, d’évoquer des souvenirs et de jouer aux échecs, aux dominos ou au kharbga23. On peut trouver aussi, bien que ce soit plus rare, des rassemblements de femmes, voisines ou pas, de préférence là où le sol est herbeux et où il est donc plus agréable – mais aussi plus « confortable » – de s’asseoir par terre. Certaines s’y donnent rendez-vous uniquement pour avoir une occasion de sortir de chez elles, tandis que d’autres s’y rendent pour nourrir leur nostalgie de leur jeunesse à la campagne (cf. Fig. 4a).

Fig. 5. Formes d’usage et types d’appropriation des terrains en friche à Ali Mendjeli.

Fig. 5. Formes d’usage et types d’appropriation des terrains en friche à Ali Mendjeli.

Clichés : A. Lakehal, 2007-2010.

46On peut y observer également des groupes de jeunes qui se réunissent de manière impromptue autour d’une guitare ou d’un harmonica pour chanter ; d’autres organisent un barbecue. Ces terrains vagues servent également de refuge pour d’autres jeunes et moins jeunes qui s’y rendent pour consommer de la drogue ou des boissons alcoolisées loin des regards de la société. D’autres encore préfèrent s’y isoler pour éviter la foule, comme c’est le cas de certains couples qui profitent de ces zones assez désertes pour « s’émanciper du contrôle social, car la ville nouvelle ne propose aucun lieu où les couples peuvent se rencontrer à l’aise », comme nous l’explique Kamel, que nous avons rencontré avec sa « copine » au milieu d’un terrain vague de l’UV 1.

47D’autres pratiques, capables elles aussi de produire des formes de sociabilité, sont observables au sein de ce type d’espace. En témoigne la présence de nombre de « mécaniciens », informels pour la plupart, lesquels, ne possédant pas d’ateliers, exercent leur activité en plein air. Au total, nous en avons repéré huit, presque tous installés aux alentours des quartiers peuplés majoritairement par des relogés des bidonvilles – la population parmi laquelle se recrutent ces « mécaniciens ». Leur travail s’effectue au vu et au su de tout le monde ; des micro-sociabilités se constituent ainsi, du fait de la proximité des espaces densément peuplés occupés par les anciens bidonvillois, lesquels y viennent par désœuvrement, pour voir le mécanicien en action ou pour discuter avec les clients propriétaires des véhicules qui viennent pour une réparation (cf. Fig. 5d).

  • 24 Selon L. Cailly, la sociabilité participante est celle qui se fonde sur « le partage de la même act (...)
  • 25 En effet, la ville nouvelle ne peut offrir, en 2006, qu’un seul grand terrain situé à l’îlot 4 de l (...)

48Lorsque ces terrains vagues sont suffisamment vastes, ils peuvent être utilisés comme terrains de football, propices à l’établissement de ce que L. Cailly qualifie de « sociabilité participante » (2004, 321)24. Cette pratique est certes l’expression de l’attraction extrême que ce sport exerce sur les Algériens, jeunes et moins jeunes, mais le lieu de son déroulement, impropre à une pratique satisfaisante, témoigne du grand déficit – pour ne pas dire de la carence totale – en matière d’infrastructures sportives dont souffre la ville nouvelle depuis sa création jusqu’à aujourd’hui25. Mais peu importent les raisons de ces initiatives populaires, le nombre de terrains aménagés par les habitants, ici et là, dans tous les creux d’urbanisation, témoigne de leur capacité à créer les espaces dont ils ont besoin pour occuper leurs loisirs et mettre en place de nouvelles solidarités qui peuvent se nourrir d’un véritable vivre ensemble.

  • 26 Les habitants font référence ici aux grossièretés que les enfants profèrent très fréquemment et qui (...)

49En dehors des terrains aménagés par les autorités locales ou par les habitants eux-mêmes, les jeunes gens – notamment les enfants – pratiquent intensément ce que P. Sansot appelle « le football des trottoirs » (1992, 141). Partout dans les quartiers d’Ali Mendjeli, du moins là où les trottoirs sont assez larges ou bien là où les parkings sont vides, les enfants d’un même immeuble ou d’un même quartier jouent entre eux (cf. Fig. 5d). Ils animent le quartier, tout comme ils permettent aux parents et aux voisins de se rencontrer autour des parties que disputent leurs enfants, du moins quand ils les surveillent. Par leurs jeux, les enfants occupent de ce fait « une position de médiateurs dans les rapports sociaux » (Althabe, 1993, 62), et nombreux sont les hommes et les femmes à indiquer qu’ils ont fait la connaissance de leurs voisin(e)s par l'intermédiaire de leurs enfants quand ceux-ci jouaient ensemble. Il serait toutefois illusoire de penser que ces pratiques de jeux contribuent systématiquement au renforcement des liens entre voisins. Car la présence des enfants sur les trottoirs ou dans les espaces limitrophes des logements peut être perçue négativement par certains résidents qui y voient un désagrément affectant leur tranquillité au point d’en pousser certains à bouder les lieux de rencontre possible avec les voisins pour aller chercher ailleurs des contextes de sociabilité, plus calmes mais aussi souvent plus éloignés de leurs lieux de résidence26.

Fig. 6. Des terrains de football d’une extrême variété.

Fig. 6. Des terrains de football d’une extrême variété.

Clichés : A. Lakehal, 2006-2010.

S’approprier des aménagements officiels ou les détourner de leur finalité

50Si les espaces que nous venons d’évoquer sont le plus souvent aménagés par les citadins eux-mêmes, étant entendu que ceux-ci peuvent se satisfaire de les adapter a minima à leurs besoins, il est tout de même quelques lieux publics (rues, places, jardins) qui sont le produit de l’action des autorités wilayales ou municipales. Mais, créés par le haut et d’en haut, c’est-à-dire sans que jamais l’avis des résidents ou des usagers n’ait été sollicité, ils sont différemment « reçus » par les citadins. En conséquence, s’ils rencontrent la faveur des habitants, ils seront intensément fréquentés et pourront faire l’objet de certaines formes d’appropriation ; dans le cas contraire, ils seront généralement détournés de l’usage que les urbanistes leur avait assigné, à moins qu’ils ne soient purement et simplement boudés au profit d’autres lieux de sociabilité situés à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville nouvelle.

51Quant aux rues, ces espaces « qui n’appartiennent en principe à personne », pour paraphraser G. Perec (2000, 94), elles sont intensément investies par les habitants d’Ali Mendjeli. Elles constituent des lieux de passage, certes obligés, pour tous, mais aussi, à l’occasion, des espaces publics, supports de multiples pratiques et interactions entre individus et groupes sociaux. Qu’elles soient situées dans les unités de voisinage les plus anciennes (les UV 6 et 8) ou dans le tissu urbain récemment urbanisé (les UV 1, 9, 3), les rues sont fréquentées par tout le monde à des rythmes variés, selon des temporalités propres à chacun et, surtout, pour des raisons d’une extrême diversité. Les trottoirs sont encombrés par de nombreuses personnes, les unes debout, les autres assises, les unes se tenant isolées, les autres réunies en groupes de taille variable. Et cela aussi bien le matin que l’après-midi.

52Certains déclarent qu’ils arpentent les rues ou y s’y « plantent » sans trop bouger parce qu’ils n’ont « rien à faire », pour « tuer le temps », pour « changer d’air », pour « se sentir dehors » ou pour « attendre le temps de la prière », etc. D’autres le font pour « contempler le mouvement », pour « se rincer les yeux », pour « observer les commerçants qui descendent leurs marchandises des camionnettes ou des camions de livraison », ou « les chalands, les passants, les véhicules et les bus qui font des allers et venues » ; d’autres encore se satisfont de « regarder les voitures se faufiler entre les piétons » ou, à l’inverse, pour observer « les gens envahir la chaussée » ; en bref, tous scrutent le spectacle de la rue, dans l’attente d’un événement imprévu, ou, plus souvent encore, dans l’attente de rien… !

  • 27 Les termes beznassas, beznesses, beznassi, bzenssi sont dérivés du mot anglais business. Ils sont u (...)
  • 28 L’occupation de la rue par ces jeunes se fait généralement de manière très discrète afin d’éviter l (...)
  • 29 Dans ces formes d’investissement de la rue, les jeunes possédant des tablas sont généralement autor (...)

53Les rues sont d’autant plus appréciées qu’elles offrent « un spectacle qui ne coûte rien » ; il est donc accessible à tous. Ce sont les jeunes chômeurs qui sont les plus sensibles à cet avantage. Pour eux, les rues, en particulier celles situées au cœur de l’UV 6, constituent un « territoire des Beznassas »27, pour reprendre les termes de Z. Boumaza (2002, 34) qui utilise cette expression pour qualifier certaines rues du centre-ville de Constantine. À Ali Mendjeli également, beaucoup de jeunes inoccupés investissent assidûment les rues pour des raisons « bassement » économiques. Il ne s’agit pas ici des commerçants ambulants, qui sont sévèrement chassés par les autorités locales, mais plutôt de jeunes gens, de sexe masculin et pour la plupart chômeurs, qui passent leur temps à se déplacer d’un coin de rue à un autre pour réaliser de petites « affaires » lucratives ou monter des « coups » rémunérateurs, comme la vente de téléphones portables (volés ou pas), de bijoux en or ou en bronze (vrais ou faux), convertir des euros, etc.28 Pour ces jeunes, être dans la rue participe donc principalement d’une « sociabilité de survie » (Bozon, 1984, 264) s’inscrivant dans un « système de la débrouille »29 (Navez-Bouchanine, 2005, 116) qui leur permet de gagner leur vie et, par voie de conséquence, de s’intégrer plus facilement dans la ville nouvelle.

54Aux deux extrémités de l’avenue Boussouf, l’une des plus fréquentées de la ville nouvelle, ont été aménagés par les autorités locales deux petits espaces qui servent de lieux de réunions informelles. L’un est une « placette » qui occupe un angle de l’îlot 13 de l’UV 6 ; elle donne directement sur le terminus d’autobus. L’autre est un jardin public aménagé à l’extrémité sud de l’avenue Boussouf, plus précisément en face de la Cité dite des « 400 Logements » ; il est clôturé, ses allées intérieures sont pavées et on y trouve aussi deux cafétérias, un kiosque, des bancs publics et des aménagements de verdure (cf. Fig. 6d). Ces deux lieux publics, les deux seuls de la ville nouvelle à avoir été véritablement conçus comme tels et à avoir été achevés, autorisent que s’y réalise une certaine « sociabilité diffuse ». Ceci dit, ils ne sont pas fréquentés avec des intensités comparables.

Fig. 7. Usages des deux seuls lieux publics aménagés par les autorités locales à Ali Mendjeli.

Fig. 7. Usages des deux seuls lieux publics aménagés par les autorités locales à Ali Mendjeli.

Clichés : A. Lakehal, 2010.

  • 30 Les étudiantes qui viennent de l’extérieur de la ville nouvelle transitent par le terminus de l’UV  (...)

55La placette attire un public essentiellement de proximité et exclusivement masculin. Les jeunes et les moins jeunes s’y rendent, s’assoient sur les bancs publics ou sur les murets. Ils y viennent certes pour se détendre, mais surtout pour profiter du spectacle et de l’animation que provoque le terminus des autobus où les étudiantes sont omniprésentes30. Par ailleurs, les bancs sont propices à l’arrêt de simples passants et, surtout, à l’attente des autobus par les passagers qui surveillent leur arrivée.

56D’autres pratiques sont observables sur cette placette, témoignant de la capacité des jeunes gens à détourner l’usage d’un espace public en fonction de leurs intérêts propres. Voici à ce propos le cas de deux jeunes copropriétaires d’une salle de jeux, ouverte à l’îlot 16 de l’UV 6, à 50 m environ de la placette. Ce local est très isolé, ce qui ne favorise pas le recrutement d’une clientèle nombreuse. Pour contourner la difficulté, les patrons ont décidé, ni une ni deux, d’installer une partie de leur matériel de la salle de jeux (baby-foot, billards) sur la placette même. « De cette façon, les jeunes peuvent profiter de l’animation du terminus des bus en jouant au baby-foot », nous explique Toufik , l’un des copropriétaires. Cette stratégie de quasi-appropriation de l’espace public est plutôt une réussite, du moins si nous en jugeons au nombre élevé d’utilisateurs des tables de jeu.

57À la différence de la placette, le jardin public est boudé par la plupart des habitants d’Ali Mendjeli, y compris par ceux qui vivent à sa proximité immédiate, alors pourtant qu’il a été aménagé au cœur d’un tissu résidentiel et commercial relativement dense. En parcourant le terrain entre 2006 et 2012, nous avons constaté que ce jardin était toujours désert. Son état témoigne d’ailleurs amplement de son abandon. Ses bancs sont en mauvais état, sales, et ils n’invitent pas à s’asseoir, les herbes folles l’ont envahi, les deux cafétérias qui y avaient été aménagées sont fermées et les zones un peu à l’écart sont devenues des substituts de toilettes publiques aux odeurs nauséabondes.

58Si la plupart des habitants et commerçants situés au voisinage de ce jardin public avancent l’insécurité comme principale cause de son évitement, d’autres insistent plutôt sur l’inéquation entre son aménagement et leurs aspirations en matière de détente et de loisir. Quand nous rencontrons un groupe d’hommes âgés installés sur un terrain vague (un terrain en attente du démarrage des constructions prévues) situé à une dizaine de mètres du jardin public et qui jouent au kharbga (cf. Fig. 4c) – ce qu’ils y font régulièrement –, ils avancent unanimement un argument de ce type. Ils affirment que s’ils préfèrent s’installer sur le terrain vague plutôt que dans le jardin public, c’est que celui-ci, à cause de sa surface bétonnée, ne leur permet pas de pratiquer commodément leur jeu préféré dont la bonne exécution est conditionnée par une surface argileuse. Le comportement de ce groupe d’hommes, et, plus généralement, l’état du jardin public, sont révélateurs de l’inadéquation de certains aménagements publics aux besoins des habitants.

59Les sociabilités des habitants d’Ali Mendjeli se déploient essentiellement dans les lieux publics que nous venons de présenter et dont nous avons essayé de préciser le rôle. Mais elles s’inscrivent aussi dans d’autres lieux à l’intérieur ou à proximité desquels la communauté se rassemble, si ce n’est dans son entier, du moins dans certaines de ses composantes (hommes/femmes, jeunes/vieux, etc.). C’est le cas des mosquées, des équipements socio-culturels, tout particulièrement des écoles primaires, des locaux associatifs. Il convient d’ajouter tous les lieux ou sites en rapport avec les déplacements et les mobilités : terminus ou stations d’autobus, arrêts de taxis, etc. Ici, l’animation est particulièrement grande, surtout à certaines heures ; la diversité des usagers ressort dès la première observation, mêlant les âges, les sexes, les origines géographiques et, même, sociales, quand bien même la plupart des membres des classes moyennes n’utilisent pas les transports en commun ou les petits taxis. Les modes d’appropriation et d’usage de ces lieux créent une « ambiance » particulière et les inscrivent de manière forte dans le paysage, les pratiques et les sociabilités de la ville nouvelle ; en ce sens, ils participent pleinement à la construction de celle-ci comme un territoire, une construction qui passe autant par l’appropriation des lieux publics que par les représentations que les citadins s’en forgent.

Dénommer l’espace urbain : une manière d’agir sur l’urbanité de la ville nouvelle

60L’investissement symbolique dont les lieux d’Ali Mendjeli sont l’objet réside avant tout dans – et se manifeste au travers de – l’aptitude des citadins à « dénommer » les espaces et les lieux de la ville nouvelle, à y choisir et à y désigner des points de repère communs. Cet acte de dénomination constitue une forme d’« appropriation abstraite » (Gervais-Lambony, 1994, 276), capable en effet d’exercer un pouvoir ou une sorte de force symbolique sur l’espace, sur son identité et son image.

61La ville nouvelle Ali Mendjeli s’est caractérisée jusqu’en 2006 – plutôt négativement, à vrai dire – par la grande uniformité de son paysage urbain. Hormis son boulevard Principal, qui se distinguait par sa monumentalité horizontale du fait de la largeur des voies et la verticalité des immeubles-tours qui le bordaient, le reste des constructions procédait d’une architecture bétonnée, répétitive et banale, n’offrant à la vue que des blocs homogènes d’habitations de cinq à six étages de hauteur. Les équipements, quant à eux, avaient été réalisés à la va-vite et sans grand investissement ; leur architecture était discrète ; par ailleurs, comme ils étaient souvent implantés à l’intérieur des îlots résidentiels, ils étaient peu visibles depuis les axes principaux de la ville nouvelle, ceux qu’empruntaient régulièrement piétons et véhicules.

62Pour autant, malgré l’extrême uniformité de son paysage, la ville nouvelle est restée jusqu’en 2006 « officiellement anonyme », c’est-à-dire qu’aucune de ses rues ou impasses, aucune de ses avenues, aucune de ses places, aucun de ses bâtiments, aucune de ses tours, de ses îlots n’a bénéficié d’un nom qui lui aurait été attribué par les autorités wilayales ou municipales. Les responsables se sont contentés de désigner les différentes parties de la ville nouvelle en reproduisant les appellations « techniques » que les urbanistes avaient données aux composantes de leur projet, comme les unités de voisinages qui sont signalées par l’abréviation « UV » (UV 5, UV 6, etc.), ou les îlots résidentiels désignés sous l’appellation de « Cité », le terme étant accompagné du nombre de logements qu’elles abritent (Cité des 400 logements, etc.). Les équipements demeuraient aussi sans nom et l’impression que pouvaient avoir les habitants de vivre dans un lieu anonyme et « vague » était accrue par l’absence totale de panneaux de signalisation. On pourrait s’interroger sur le fait de savoir si cet état des choses résulte d’une conception purement technocratique de ce qu’est une ville de la part des pouvoirs publics ou s’il est plutôt l’expression du mépris que la ville nouvelle et ses habitants leur inspirent – à moins que les deux ne se combinent ! Toujours est-il que la situation ne s’est améliorée que très lentement.

  • 31 Larbi Ben M’hidi était un des fondateurs du FLN ; d’abord responsable de la wilaya V (Oranie), il f (...)
  • 32 Ne parlons pas des difficultés rencontrées par les nouveaux arrivants ou par les visiteurs occasion (...)

63Entre 2006 et 2012, la toponymie officielle d’Ali Mendjeli n’a pas beaucoup évolué, bien que quelques équipements se soient vus attribuer un nom, de même que les avenues les plus importantes (boulevard de l’Armée de libération nationale, avenue Abane Ramdane, avenue Boussouf Abdel Hafid, avenue Larbi Ben M’hidi, etc.)31. Mais hormis ces quelques initiatives de désignation par des noms propres proposés par les pouvoirs publics, la majorité des quartiers et bâtiments de la ville nouvelle ne sont toujours repérables que par des indications chiffrées, difficiles à mémoriser. Comme l’écrit avec humour A. Moussaoui (2004, 80), dans de tels quartiers, innombrables en Algérie, la toponymie s’apparente toujours à un « foisonnement d’idéogrammes », ce qui, conjugué à un cadre bâti relativement monotone, en fait une ville uniforme, anonyme et où les habitants, en l’absence de tout repère, éprouvent de très grandes difficultés à savoir où ils se trouvent et où ils doivent aller32, à distinguer tel îlot résidentiel de tel autre îlot et, donc, à s’approprier des lieux ou des morceaux de ville particuliers et à les considérer comme leurs territoires propres.

64C’est dans ce contexte et face à ces difficultés d’identification et de reconnaissance des lieux que les citadins ordinaires de la ville nouvelle ont élaboré, avec le temps, « un système de repérage » (Ledrut, 1973, 105) et une toponymie qui procède de leur invention, en mobilisant à la fois leur propre vécu et leur vif imaginaire. Ainsi, ils utilisent deux modes de désignation populaire : le premier consiste à reprendre la dénomination officielle, le second est de leur propre fabrication. Ces deux modes, bien qu’ils « se présentent sous forme de champs discursifs inscrits dans des logiques différentes, voire opposées » (Moussaoui, 2004, 78), sont rarement utilisés séparément par les citadins. La pratique populaire la plus fréquente consiste en effet à mobiliser les deux modes de désignation des lieux.

65La première manière de faire consiste en une réappropriation de la dénomination mise en place par les autorités publiques. Prenons l’exemple du boulevard Principal : appelé officiellement, en 2007, Charii jaych altahrir al watani [boulevard de l’Armée de libération nationale], il a rapidement été rebaptisé par les habitants Charii El’astiqlal [boulevard de l’Indépendance], la déformation étant une approximation sur le mot El’tahrir [Libération] qui est devenu Al Istiqlal [l’Indépendance]. De fait, parmi toutes les personnes que nous avons rencontrées et interrogées durant nos enquêtes, aucune, quel que soit son lieu de résidence, n’a jamais employé la désignation officielle. L’expression générale est : « Je suis d’Alastiqlal », comme nous le dit Ahmed ; ou bien : « J’habite les tours d’Alastiqlal », comme nous l’affirme Amar.

66La déformation des noms officiels ou des sigles est une autre manière de faire. Ainsi, un certain nombre d’habitants, quand ils parlent des UV (unités de voisinage), prononcent El’vi. Ainsi, pour Abdel El Hamid : « Le centre-ville d’Ali Mendjeli est El’vi six », tandis que Nour El Dine précise qu’« il réside dans le lotissement d’El’vi cinq » (les chiffres sont systématiquement prononcés en français). De la même façon, le quartier dénommé officiellement Hay El arbaa myat masken (Cité des 400 logements) est communément désigné Hay El’ quat’ cents.

67La réappropriation des appellations officielles est différemment justifiée par les habitants. Certains adhérents, sans argumentaire précis, à un usage commun, comme cet habitant qui nous dit : « Quand je suis arrivé, j’ai entendu les gens dire Charii Elistiqlal ; j’ai fait comme eux ». D’autres sont conscients qu’il s’agit d’une altération de l’appellation officielle, qu’ils jugent souvent difficile à retenir, comme l’avoue Boukhmis : « Au lieu de dire Charii jaych altahrir al watani, les gens ont pris l’habitude de dire Charii Elistiqlal. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est plus facile à utiliser ». D’autres, comme Lyce, ont des explications nettement plus politiques ; il estime ainsi que « les gouverneurs, comme c’est le cas du wali ou du chef de daïra, sont des militaires ; ils veulent donc imposer leurs choix, même dans la dénomination des rues. Mais les habitants préfèrent dire Charii Eltahrir, car cela nous rappelle les martyrs de la Guerre d’Indépendance et nous évite de nous soumettre aux jeux du pouvoir ».

68Mais c’est surtout la manière dont la désignation des lieux s’effectue par « en bas » qui est intéressante. Elle exprime les degrés et les formes de l’ancrage résidentiel des habitants et des processus d’appropriation et de territorialisation dont ils sont les acteurs. Et cette manière de faire s’avère riche tant dans sa forme que dans ses significations.

69L’utilisation de noms de villes, algériennes ou étrangères, pour désigner des morceaux de la ville nouvelle en fournit un exemple : on trouve ainsi New York, El Qahira [Le Caire], Kandaha ou Tindouf. Ce sont des noms chargés de signification ; ils charrient souvent des sens multiples, parfois contradictoires, qui balancent entre stigmatisation et valorisation, entre dérision critique et reflet de la vie pratique.

70Par exemple New York et El Qahira sont des noms donnés, à l’origine, à deux bidonvilles situés au péricentre de Constantine. Une fois les familles de ces deux bidonvilles transférées à Ali Mendjeli, puis regroupées dans les mêmes îlots résidentiels, elles ont repris les noms de leur quartier de provenance pour désigner leur désormais quartier de résidence. Ces dénominations sont donc un moyen, parmi d’autres, mobilisé par les relogés des bidonvilles pour marquer leur nouvelle territorialité et assumer, avec fierté, l’identité bidonvilloise. En revanche, les gens qui n’en proviennent pas emploient ces noms de quartiers pour stigmatiser les relogés des bidonvilles et pour signifier que le quartier où ils résident désormais est un quartier très dangereux, car peuplé de délinquants de divers ordres.

71Beaucoup de désignations sont également l’expression de l’humour, souvent noir ou grinçant, dont sont capables les habitants de la ville nouvelle, principalement quand il faut montrer du doigt les défaillances des autorités. Ainsi en est-il de l’UV 10 : pour les habitants, c’est Tindouf, en référence à la ville du Sahara algérien qui symbolise pour eux à la fois le désert (avec ses paysages arides) et l’absence désastreuse de services et d’équipements urbains. Dans le même registre, à savoir celui de l’usage métaphorique de certains mots ou expressions, les habitants ont désigné, dès les débuts de la ville nouvelle, du nom de Kandahar, un îlot résidentiel situé au cœur de l’UV 7 où ont été installés les relogés en provenance des bidonvilles Oued El-Had et El-Faubourg. Le nom utilisé, emprunté à la guerre d’Afghanistan, renvoie aux multiples affrontements et disputes, souvent violents, qui se sont produits dans ce quartier et qui ont opposé les jeunes relogés des deux bidonvilles. La désignation éclaire donc sur le vécu socio-spatial tout en renvoyant à un passé dangereux.

72Le nom des promoteurs publics ou privés, ainsi que ceux des entreprises qui ont réalisé les programmes d’habitat, sont également très utilisés par les habitants d’Ali Mendjeli. Ainsi l’appellation de « quartier » ou de « tours de l’AADL » est fréquemment employée pour les immeubles-tours qui ont été financés par l’AADL ; quand certains habitants disent qu’ils résident dans les immeubles de Dembri ou de Talbi », ils font référence au nom du promoteur privé qui a construit et vendu les immeubles. « Les tours de la SONATIBA » ou « les immeubles de GECO » sont eux aussi désignés par les noms des entreprises (publiques) qui les ont érigés. Par contre, l’appellation « les tours ntaa chnaoi » ou « le village ntaa chnaoi » est une altération de l’expression « ceux des Chinois », utilisée pour signaler les immeubles-tours construits par la société chinoise CSCEC.

73Ces différentes appellations, parmi d’autres, utilisées à leur manière par les habitants, constituent, dans leur forme apparente, un moyen pour individualiser les espaces de la ville nouvelle, les rendre identifiables et distinguables, pour pourvoir parler d’eux et communiquer avec les autres habitants à leur propos. Mais ces appellations populaires servent aussi à s’identifier et à revendiquer une place dans la ville ; en ce cas, elles contribuent à la construction des identités et à ce que, en d’autres cultures, on appelle l’« esprit de clocher ». Mais, à l’inverse, elles peuvent être instrumentées, par exemple par des résidents d’autres quartiers, pour stigmatiser, marginaliser ou exclure ceux qui y vivent. Toutefois, quels que soient leurs usages, ces désignations nous semblent, au bout du compte, tout à fait emblématiques des capacités collectives à s'approprier les espaces de la ville nouvelle et à s’inscrire dans un processus de territorialisation. Nous rejoignons sur ce point H. Gumuchian quand il écrit que « nommer l’espace, c'est produire du territoire » et qu’il évoque à ce propos les « actes territorialisants » (1991, 103) ; une conception qu’il partage, entre autres, avec B. Debarbieux (1987, 181).

Conclusion

74L’intensité et la diversité des initiatives individuelles par lesquelles les habitants concourent à la fabrication de l’urbanité de la ville nouvelle Ali Mendjeli, nous conduit, au bout de cette analyse, à nous interroger pour savoir dans quelle mesure il y a adéquation entre la ville projetée par les autorités et la ville vécue – sans parler de la ville souhaitée – par les habitants. Autrement dit, existe-t-il des « rapports de réciprocité » entre l’expression des besoins des habitants et les actions de ceux qui ont en charge la fabrique et l’aménagement de la ville nouvelle ? Répondre à cette question s’avère très difficile, du moins quand on veut fournir des preuves de ce que l’on avance ; et ce l’est d’autant plus tant que la ville nouvelle demeure un chantier permanent et que les formes spatiales qui la composent, les populations qui la peuplent et les représentations que l’on peut s’en faire ne cessent de se modifier. Malgré tout, et en usant de toutes les précautions possibles, nous pouvons essayer de formuler un double constat, qui, possiblement, pourrait valoir pour les autres villes nouvelles algériennes. En premier lieu, la plupart des formes matérielles (ou immatérielle) qui ont été instituées par le haut – autrement dit, qui ont été planifiées par les autorités, quelles qu’elles soient – ne trouvent pas d’écho chez les résidents, lesquels tendent donc à les détourner de ce pour quoi elles ont été créées, installées ou aménagées. Et, en second lieu, on ne peut manquer de s’étonner de l’absence de réaction à peu près générale des autorités publiques face à ces détournements. Ces autorités continuent inlassablement à produire la ville nouvelle en perpétuant les mêmes conceptions (idéologico-urbanistiques), en suivant le même sillon, en appliquant les mêmes recettes bureaucratiques et technocratiques, sans jamais (ou presque jamais) se préoccuper, et encore moins prendre en compte, des aspirations des habitants, dont ils ont pourtant connaissance par les innombrables doléances dont ils sont les destinataires directs ou qui leur sont portées par les associations de résidents et leurs représentants. Ces autorités sont sourdes et aveugles. Sourdes, parce qu’elles n’entendent pas ou ne veulent pas entendre les récriminations et les suggestions qui leur sont faites pour améliorer la situation. Aveugles, alors que les pratiques qui se déploient dans la ville nouvelle, tantôt en contradiction avec les règles élémentaires de l’urbanité, tantôt pour les contourner et tantôt pour les détourner, se déroulent pratiquement au vu et au su de tout le monde. Cette situation, qui « campe le décor d’une sorte de face à face opposant deux sujets et deux types d’acteurs dont les contributions à la « fabrication de la ville » (Frey, 2000, 369) sont fondamentalement divergentes, renvoie au bout du compte au spectaculaire décalage qui existe, à Ali Mendjeli, entre l’imaginaire bâtisseur des aménageurs d’un côté et les attentes des citadins ordinaires, de l’autre. Face à ce constat désolant, mais certainement pas inattendu, on souhaiterait que les pouvoirs publics et les hommes de l’art confèrent autant d’importance, sinon plus, aux pratiques socio-spatiales des habitants-citadins qu’aux gestes et actes des architectes et urbanistes. Ne serait-il alors pas nécessaire d’écouter les conseils de M. Lussault (2009), et donc de « repartir des situations concrètes, c’est-à-dire de là où les individus sont à l'épreuve des situations spatiales du quotidien, pour construire un nouveau projet politique à toutes les échelles, de l’intime au global » ? Ce sont-là cependant des questions qui restent aujourd’hui encore, entièrement en suspens.

Top of page

Bibliography

Agier M., 1999, L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Archives contemporaines.

Althabe G., 1993, « La résidence comme enjeu », p. 13-69, in Althabe G. (dir.), Urbanisation et enjeux quotidiens. Terrains ethnologiques dans la France actuelle, Paris, L’Harmattan.

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

Barthel P.-A., 2006, « Urbanités complexes : la fabrique des lieux publics aux berges du Lac de Tunis », Espaces et Sociétés, no 127, p. 129-144.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), 2000, Les Compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tours/Tunis, Karthala/URBAMA/IRMC.

Blanchet-Lecole M., 1993, Le Rapport des habitants de Marne-la-Vallée à l’espace physique et à l’espace social : perceptions et images de la ville, Thèse de doctorat, Psychologie, sous la dir. de C. Lévy-Leboyer, Paris V.

Boumaza Z., 2002, Les Réappropriations sociales des espaces dans la médina de Constantine, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Bozon M., 1984, Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Cailly L., 2004, Pratiques spatiales, identités sociales et processus d’individualisation. Étude sur la constitution des identités spatiales individuelles au sein des classes moyennes salariées du secteur public hospitalier dans une ville intermédiaire : l’exemple de Tours, Thèse de doctorat, Géographie, sous la dir. de M. Lussault, Université François-Rabelais, Tours.

Cattedra R., 2010, « Chapitre I. Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM, no 19, p. 58-72.

Chalas Y., 2000, L’Invention de la ville, Paris, Anthropos/Economica.

Chalas Y., 2005, L’Isle-d’Abeau : de la ville nouvelle à la ville contemporaine, Paris, La Documentation française.

Cherrad S.E., Sahraoui B., 2006, « Une ville nouvelle comme mode d’extension d’une métropole régionale », p. 211-218, in Boumaza N. (dir.), Ville réelle, ville projetée ; villes maghrébines en fabrication, Paris, Maisonneuve et Larose.

Côte M., 2006, Constantine : cité antique et ville nouvelle, Constantine, Saïd Hannachi/Média-Plus.

Coutras J., 1987, Des villes traditionnelles aux nouvelles banlieues, Paris, SEDES.

Debarbieux B., Gumuchian H, 1987, « Représentations spatiales et dénominations des territoires : l’inscription toponymique des aménagements touristiques récents dans les Alpes du Nord (Savoie) », Revue de Géographie Alpine, vol. 75, no 75-2, p. 171-182.

De Certeau M., 1994 [1980], L’Invention du quotidien. Tome 2, Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard.

Di Méo G., 1996, Les Territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan.

Foura M., Foura Y., 2005, « Ville nouvelle ou ZHUN à grande échelle ? L’exemple d’Ali Mendjeli à Constantine », Les Annales de la Recherche Urbaine, no 98, p. 123-126.

Fournet-Guérin C., 2006, « Vivre le quartier à Tananarive. De la remise en cause d’un mythe urbain universel », Espaces et Sociétés, 2006/3, 126, p. 69-86.

Frey J.-P., 2000, « Synthèse III. S’inscrire en contre », p. 329-376, in Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), Les Compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville. Paris/Tours/Tunis, Karthala/URBAMA/IRMC.

Gervais-Lambony P., 1994, De Lomé à Harare, le fait citadin : images et pratiques des villes africaines, Paris, Karthala.

Ghorra-Gobin C. (dir.), 2001, Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan.

Gumuchian H., 1991, Représentations et aménagement du territoire, Paris, Anthropos/Economica.

Harroud T., 2009, « L’aménagement d’une nouvelle centralité à Rabat (Maroc) : entre centralité programmée et centralité émergente, quelles logiques d’action des acteurs publics et des acteurs privés ? Le cas du quartier de Hay Ryad », Les Cahiers d’EMAM, no 18, p. 69-88.

Lakehal A., 2013, La Fabrication plurielle de centralités dans la périphérie de Constantine (Algérie) : le cas de la Ville nouvelle Ali Mendjeli, Thèse de doctorat, Géographie, Université François-Rabelais, Tours.

Lakehal A., 2015, Rôle des habitants dans l’invention de nouvelles formes d’urbanité dans la périphérie de Constantine (Algérie). Le cas de la ville nouvelle Ali Mendjeli », p. 35-53, in Belguidoum S., Cattedra R., Iraki A. (dir.), L’Année du Maghreb, no 12, Paris, Éd. du CNRS.

Lakjaâ A., 2009, « Les périphéries oranaises : urbanité en émergence et refondation du lien social », Les Cahiers d’EMAM, no 18, p. 29-44.

Ledrut R., 1973, Les Images de la ville, Paris, Anthropos.

Lussault M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset.

Madoeuf A., 1995, « Compétence de la rue, apprentissage de la ville. Les espaces centraux, objets de convoitise enfantine », p. 155-164, in Tessier S. (dir.), L’Enfant des rues et son univers. Ville, socialisation et marginalité, Paris, Syros.

Merlin P., Choay F., 1996 [1988], Dictionnaire de l’Urbanisme et de l’Aménagement, Paris, PUF.

Meskaldji G., 1979, « Les quartiers spontanés de Constantine », p. 12-112, in Croissance de l’agglomération constantinoise, Tours, Publications de l’ERA 706, Fascicule de recherches no 4.

Metton A., 1980, Le Commerce et la ville en banlieue parisienne : petits commerces, marchés, grandes surfaces et centres commerciaux, Cergy, Seprint.

Metton A., Vaudour N. (dir.), 1991, L’Évolution du commerce dans les villes françaises de 1975 à 1990, Actes du colloque d’Aix-en-Provence.

Moussaoui A., 2004, « Entre langue administrante et désignations ordinaires : nommer et catégoriser les lieux urbains en Algérie », p. 77-89, in Wald P., Leimdorfer F. (dir.), Parler en ville, parler de la ville. Essais sur les registres urbains, Paris, UNESCO/MSH.

Navez-Bouchanine F., 2002, Les Interventions en bidonville au Maroc. Une évaluation sociale, Rabat, Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, Secrétariat d’État à l’Habitat.

Novarina G., 2005, « Fragments de modernité en Bas-Dauphiné », p. 59-77, in Chalas Y. (dir.), L’Isle-d’Abeau, de la ville nouvelle à la ville contemporaine, Paris, La Documentation française.

Pachaud E., 2005, « Villes nouvelles : du concept à la réalité », EspaceTemps.net. En ligne : http://www.espacestemps.net/document1880.html

Perec G., 2000, Espèces d’espaces, Paris, Galilée.

Rouquette M.-L. (dir.), 2006, Ordres et désordres urbaines, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Safar Zitoun M., 2010, « Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM, no 19, p. 33-53.

Saint-Pierre (de) C., 2002, La Fabrication plurielle de la ville : décideurs et citadins à Cergy-Pontoise, 1990-2000, Paris, Créaphis.

Sansot P., 1992, Les Gens de peu, Paris, PUF.

Semmoud B., 2009, « Appropriations et usages des espaces urbains en Algérie du Nord », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 53, no 148, p. 101-118.

Semmoud N., 2007a, « Habiter et types d’habitat à Alger », Autrepart, no 42, p. 163-180.

Semmoud N., 2007b, La Réception sociale de l’urbanisme, Paris, L’Harmattan.

Semmoud N., 2009, « Nouvelles significations du quartier, nouvelles formes d’urbanité : la périphérie Sud-Est d’Alger », Les Cahiers d’EMAM, no 18, p. 45-54.

Signoles P., 1999, « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe », p. 19-53, in Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), L’Urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments, acteurs, Paris, Éd. du CNRS.

Signoles P., 2010, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM, no 19, p. 9-14.

Stadnicki R., 2009, Nouvelles centralités et recompositions socio-spatiales dans le Grand Sanaa. Yémen, Thèse de doctorat, Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais, Tours.

Top of page

Notes

1 Ces projets ont des finalités variées, que rappelle R. Cattedra (2010, 60-62) : « Les espaces récréatifs et l’urbanisme des fronts d’eau, les grands équipements et les infrastructures de transport, des centres commerciaux, des technopoles et des villes nouvelles ».

2 L’appellation de « citadins ordinaires » renvoie, au sens large, à des individus ou groupes d’individus peu sollicités par l’institution dans le cadre des processus d’urbanisation de la ville. Elle désigne les individus « [non] dotés d’attributions officielles dans le champ de la production de normes et d’artefacts urbains » (Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2000, 12).

3 Des aspects complémentaires des analyses présentées dans cet article peuvent être trouvés dans Lakehal, 2015.

4 Sur la genèse d’Ali Mendjeli et les conditions originales de sa création, voir Ballout, in Signoles, 2014, p. 83-84.

5 RO : Rapport d’orientation. Il s’agit de l’un des rares documents de référence (pour ne pas dire le seul) qui affiche explicitement la vocation, les objectifs et les principes d’aménagement de la ville nouvelle Ali Mendjeli. Il a été élaboré par URBACO en 1981, mais officiellement diffusé seulement en novembre 1984. L’écart entre ces deux textes s’explique par les conditions dans laquelle la ville nouvelle a été décidée et lancée, à savoir une initiative propre du wali de Constantine, sans l’aval du gouvernement algérien et des ministères de tutelle.

6 D’après Merlin et Choay (1996, 810-811), le concept d’unité de voisinage (Neighbourhood Unit) est né aux États-Unis à la fin des années 1920, avant d’être appliqué presque systématiquement dans les villes nouvelles britanniques (New Towns) au cours des années 1930. Novarina (2005, 123) en retrace aussi l’historique et rappelle que le concept a été repris par Le Corbusier, avant d’être largement mis en œuvre lors de la réalisation des villes nouvelles françaises (milieu des années 1960).

7 Initialement désignés sous les noms de boulevard Principal et boulevard Secondaire, le premier s’appelle aujourd’hui boulevard de l’Armée de Libération nationale, tandis que le second n’a toujours pas de dénomination officielle. Sur la question plus générale de l’appellation des rues et boulevards d’Ali Mendjeli, cf. infra, paragraphe « Dénommer l’espace urbain ».

8 Actuellement, tout au long de son boulevard principal, se localise une série d’immeubles d’habitation, qui se présentent sous la forme de tours de 16 à 19 étages. Ces édifices ne figuraient pas dans le programme du Plan directeur d’Ali Mendjeli de 1994. Ils ont été imposés par le pouvoir central, depuis Alger, au début des années 2000, dans le but d’inscrire la ville nouvelle dans le vaste programme national d’habitat (lequel accorde une large place à la formule de location-vente) développé par l’Agence nationale d’amélioration et de développement du logement (AADL).

9 Cette situation conflictuelle entre le wali et les autorités centrales d’Alger explique pourquoi la ville nouvelle d’Ali Mendjeli ne recevra d’approbation juridique officielle que par un décret présidentiel (DP 2000-217 du 5 août 2000), portant dénomination, soit un décret pris plusieurs années après le démarrage des travaux ; et un décret de simple dénomination – reconnaissant donc la qualité de ville nouvelle –, alors que les projets de villes nouvelles ultérieurs seront approuvés par des décrets exécutifs portant réalisation.

10 La population d’Ali Mendjeli est passée de 15 000 habitants en 2001 à 75 000 en 2005, pour atteindre les 180 000 en 2010.

11 Ces données chiffrées, qui se rapportent à l’année 2003, proviennent d’un bilan établi par la DUC (Direction de l’Urbanisme de Constantine) en 2007.

12 La répartition de ces logements se trouve dans Les Cahiers techniques de la ville nouvelle, Direction de l’Urbanisme de Constantine, 2007.

13 Il convient de préciser que le quartier Saint-Jean est un quartier de Constantine dont le tissu social était assez diversifié ; il comptait ainsi nombre de ménages de catégories moyennes. Ceux, parmi eux, qui ont été relogés dans l’habitat social de la ville nouvelle, y constituent les seuls éléments de diversification sociale dans ce type d’habitat.

14 Au sens où les propriétaires de lots s’occupent eux-mêmes de la construction de leur habitation, soit en passant par un entrepreneur du bâtiment, soit en recourant aux services d’un maâlem qui coordonne les intervenants des différents corps de métiers, soit en assurant eux-mêmes le recrutement et le contrôle des ouvriers ou artisans intervenant sur le chantier. Les propriétaires peuvent se charger d’acheter eux-mêmes les matériaux de construction et éléments nécessaires à l’équipement de la maison. C’est en ce sens que, aujourd’hui, le terme « auto-construction » est principalement utilisé par les services de l’Urbanisme et de l’Habitat des différents pays du Maghreb. Son sens diffère donc sensiblement de celui qui prévaut (prévalait) quand on évoque l’auto-construction des quartiers populaires, où le terme correspond à la réalisation d’une construction effectuée sans l’aide, ou presque, de professionnels (ceux-ci peuvent être requis pour le terrassement ou la fabrication d’une coupole, d’un dôme, par exemple). Par contre, l’auto-construction peut mobiliser la main-d’œuvre familiale, l’aide des voisins ou des amis, en principe non rémunérée. L’auto-construction peut être utilisée pour produire des « maisons familiales » ou ce que Semmoud [N.] (2007a, 170) qualifie d’« immeubles familiaux ».

15 Nous faisons allusion aux jeunes qui vendent à l’intérieur des cafés de petits objets, des bijoux, des téléphones portables, ou encore des vêtements de marque ; ou bien à ceux qui pratiquent le change (illégal) de l’euro. Leur présence est rendue possible par la relation amicale qu’ils ont établie avec le patron du café ; mais, dans bien des cas, la contrepartie de leur présence et de l’installation de leur tabla (petit abri ressemblant à un minuscule kiosque, construit en bois ou en métal, d’une surface moyenne de 2 à 3 m², dédié à la vente de tabac et de menus objets), consiste à servir les clients, à nettoyer le local en fin de journée, ou à rendre d’autres services du même type.

16 C’est tout particulièrement le cas de ceux qui se rendent dans l’un des quatorze cafés implantés le long des artères principales de l’UV 6, que ce soit l’avenue Boussouf ou l’avenue Abane Ramdane.

17 Le nombre d’épiceries à Ali Mendjeli est passé de 65 en 2006 à 189 en 2012, dont 11 supérettes. Quant aux boutiques de téléphonie, leur nombre est resté stable autour de 64 ; malgré cette stabilité, elles constituent la sous-branche la plus fournie de l’appareil commercial de la ville nouvelle après les épiceries et les magasins de vêtements pour femmes.

18 Dans une aire culturelle différente de celle arabo-musulmane, Fournet-Guérin souligne également que les boutiques de téléphonie s’imposent comme lieux de sociabilité ou comme points de rendez-vous de première importance dans les quartiers, en particulier pour les jeunes qui souffrent de vivre dans des logements très exigus et sans aucune possibilité d’intimité. Selon l’auteur, à Tananarive « les taxiphones [les boutiques de téléphonie] sont devenus, en quelques années seulement, un lieu de rencontre et de discussion pour les jeunes : on y vient entre amis, on y discute en attendant son tour » (Fournet-Guérin, 2006, 73).

19 Outre qu’ils sont surreprésentés au souk, les vendeurs originaires des bidonvilles font appel, pour l’exercice de leur activité, à plusieurs membres de leurs réseaux relationnels (famille, voisins ou amis). Ceux-ci les aident dans leur activité, ce qui est susceptible de multiplier les occasions de contact entre les habitants en provenance des bidonvilles et le reste de la population.

20 La décision prise par la wilaya d’éradiquer le souk a immédiatement provoqué la colère des vendeurs sur le marché, et a suscité leur opposition. Après avoir exprimé leur refus de quitter les lieux (le souk), ils s’affrontèrent brutalement avec les forces de l’ordre pendant une quinzaine de jours. La violence de ces affrontements fut telle que les autorités furent contraintes d’ouvrir des négociations avec eux, et particulièrement avec ceux qui étaient installés depuis les débuts de la ville nouvelle, les « pionniers » en quelque sorte. Elles leur promirent des places dans le centre commercial qui devait être construit sur le site même du souk. De fait, aujourd’hui, nombre d’anciens vendeurs du souk sont installés dans des locaux du centre commercial El-Ritaj.

21 Dès que l’on s’éloigne des cercles officiels, pratiquement personne à Ali Mendjeli ne croit à l’argumentaire avancé par les autorités wilayales pour justifier du démantèlement de celui-ci. La plupart des commerçants que nous avons interrogés s’accordent aisnsi pour dire que « le promoteur d’El-Ritaj travaille [en sous-main] pour le compte de Mohamed B. », un général à la retraite, ancien patron de la Sécurité militaire. Et d’ajouter : « C’est à cause de la puissance de cet homme que la wilaya a décidé de supprimer le souk et de “céder” le terrain au promoteur ».

22 El-Ritaj désigne, en arabe, une « grande porte ». Ce terme est fréquemment utilisé pour désigner la porte de la Kaaba, cette grande construction en forme de cube qui se trouve au centre de la cour de la Mosquée sacrée [masjid al-Haram] à La Mecque.

23 Le kharbga (ou kharbaga) est un jeu de stratégie traditionnel, plutôt rural, du Maghreb, qui s’apparente à la fois au jeu de go et au jeu de dames. Il se pratique en principe sur un damier carré de 49 cases, avec 48 pions que se partagent deux joueurs. Toutefois, dans les milieux populaires, il se déroule souvent à même le sol, pourvu que celui-ci soit sableux ou argileux afin que l’on puisse y creuser des trous (en remplacement des cases) pour y déposer les pions.

24 Selon L. Cailly, la sociabilité participante est celle qui se fonde sur « le partage de la même action, des mêmes émotions sensibles et de la même esthétique » (2004, 321).

25 En effet, la ville nouvelle ne peut offrir, en 2006, qu’un seul grand terrain situé à l’îlot 4 de l’UV 6 ; elle ne possède par ailleurs qu’une seule grande salle de sports (UV 7) et un petit terrain multi-usages aménagé dans la même unité de voisinage. Entre 2006 et 2012, la ville nouvelle n’a guère renforcé ses infrastructures sportives, hormis l’aménagement de deux petits terrains, eux aussi à usages multiples.

26 Les habitants font référence ici aux grossièretés que les enfants profèrent très fréquemment et qui peuvent être entendues depuis les logements, ou aux disputes qu’ils provoquent. La présence des enfants dans les espaces limitrophes du logement est donc perçue différemment par les habitants, tantôt négativement, tantôt positivement. Mais, quoi qu’il en soit, les enfants et adolescents « sont omniprésents dans les rapports dont les adultes sont les acteurs ; une grande partie des rapports sont construits autour de leur médiation », comme le remarque aussi G. Althabe (1993, 16) à propos d’une cité HLM de la banlieue nantaise.

27 Les termes beznassas, beznesses, beznassi, bzenssi sont dérivés du mot anglais business. Ils sont utilisés par les habitants – et, plus largement, par tous les Algériens – pour désigner ceux qui achètent à l’étranger toute une série de produits de consommation, qu’ils font rentrer en Algérie en contrebande et aux fins de revente. Parfois, le terme est utilisé pour désigner les vendeurs ambulants.

28 L’occupation de la rue par ces jeunes se fait généralement de manière très discrète afin d’éviter l’attention des forces de l’ordre. Leur comportement peut être comparé à celui des enfants du Caire que A. Madoeuf (1995) qualifie d’« ambulants opacifiés ». Zéno nous dit à ce propos : « Il y a des endroits précis dans les rues où se regroupent les trabendistes, mais si tu ne connais pas bien la ville nouvelle, tu ne t’en rendras pas compte. En passant à leurs côtés, ils te soufflent : “Ici, change euro”, “Ici, or pur” » (les trabendistes sont les personnes qui pratiquent le tradendo : ce terme désigne le marché noir et l’importation clandestine de marchandises).

29 Dans ces formes d’investissement de la rue, les jeunes possédant des tablas sont généralement autorisés (ou tolérés) à exercer leur activité. Ils choisissent de façon très fine les lieux où ils s’installent, témoignant ainsi d’une réelle « compétence de la rue ». Ce sont essentiellement des endroits qui leur permettent de capter les flux de passants. Certains d’entre eux s’installent près des arrêts de bus, là où les gens attendent l’arrivée des véhicules ; d’autres se positionnent devant l’entrée d’un magasin attractif, comme la supérette de Haj Hamlawi, ou encore à côté des terrasses de café, etc. Ces petits marchands de rue sont de bons observateurs de la vie du quartier. D’ailleurs, les passants se dirigent souvent vers eux pour s’informer sur l’adresse d’un équipement, celle d’un commerçant ou sur l’endroit où réside telle ou telle jeune femme, etc. « ici, si quelqu’un cherche une adresse, une personne ou un établissement, il s’adresse à moi. D’autres mes demandent aussi les heures de passage des bus. Il m’arrive encore d’être interrogé sur des femes », raconte Karim, propriétaire d’un tabla qu’il installe à côté d’un arrêt d’autobus, au sein de l’UV 6.

30 Les étudiantes qui viennent de l’extérieur de la ville nouvelle transitent par le terminus de l’UV 6 pour se rendre dans les cités universitaires ou à l’Université, l’une et les autres situées dans l’UV 3.

31 Larbi Ben M’hidi était un des fondateurs du FLN ; d’abord responsable de la wilaya V (Oranie), il fut ensuite celui de la Zone autonome d’Alger. Il fut arrêté, torturé puis exécuté sans jugement par l’Armée française durant la bataille d’Alger en février 1957. Abane Ramdane, autre militant nationaliste, surnommé par certains « l’architecte de la Révolution », est mort assassiné au Maroc en 1957. Abdelhafid Boussouf – que l’on pense avoir commandité l’élimination du précédent – a joué un rôle important dans la création et le développement des services de renseignement algériens.

32 Ne parlons pas des difficultés rencontrées par les nouveaux arrivants ou par les visiteurs occasionnels. Trouver le domicile d’une connaissance ou d’un parent est une épreuve qui nécessite de mobiliser les épiciers et les vendeurs ambulants, ici ou là, d’autant que – mais est-il besoin de le préciser ? – aucun plan de la ville nouvelle n’est disponible.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Plan directeur de la ville nouvelle d’Ali Mendjeli, élaboré en 1994.
Credits Carte d’origine : A. Lakehal, 2013, reprise par Fl. Troin • CITERES 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-1.png
File image/png, 1.4M
Title Fig. 2. Exemples d’objets artistiques aménagés à Ali Mendjeli.
Credits Clichés : A. Lakehal, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-2.png
File image/png, 1.7M
Title Fig. 3. Évolution du parc immobilier de la ville nouvelle selon le type de logements (1999-2010).
Credits Graphique : A. Lakehal, 2013 ; repris par Fl. Troin • CITERES 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-3.png
File image/png, 985k
Title Fig. 4. Lieux de commerce et de brassage des populations.
Credits Clichés : A. Lakehal, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-4.png
File image/png, 3.8M
Title Fig. 5. Formes d’usage et types d’appropriation des terrains en friche à Ali Mendjeli.
Credits Clichés : A. Lakehal, 2007-2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-5.png
File image/png, 4.2M
Title Fig. 6. Des terrains de football d’une extrême variété.
Credits Clichés : A. Lakehal, 2006-2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-6.png
File image/png, 4.3M
Title Fig. 7. Usages des deux seuls lieux publics aménagés par les autorités locales à Ali Mendjeli.
Credits Clichés : A. Lakehal, 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1365/img-7.png
File image/png, 4.6M
Top of page

References

Electronic reference

Ahcène Lakehal, « La ville nouvelle d’Ali Mendjeli », Les Cahiers d’EMAM [Online], 29 | 2017, Online since 01 March 2017, connection on 26 May 2017. URL : http://emam.revues.org/1365 ; DOI : 10.4000/emam.1365

Top of page

About the author

Ahcène Lakehal

Architecte, Docteur en géographie, Maître de conférences à la Faculté d'architecture et d'urbanisme de l'Université de Constantine 3 (Algérie)

lakehal.ahcene@yahoo.com

By this author

Top of page