Skip to navigation – Site map
Carnets de terrain

Damiette, une ville prospère d’Égypte au péril de la mondialisation

Ruine des activités productives traditionnelles et déstructuration sociale sur fond de modernisation technologique, de logiques globales et de retrait de l’État
Damietta, an affluent egyptian city under the threat of globalization. The collapse of traditional producing activities and social disruption as a result of technological modernization, global logics and State’s withdrawal
Marc Lavergne

Abstracts

Damietta, a medium-sized city at the edge of the Nile delta, one of Egypt’s windows on the sea, enjoys a personality asserted since Ancient times. It developed varied economic ventures, such as the furniture making, which granted it well being and opening to the outside world. It is in that sense an exception in the Egyptian context; but it went since the 1952 Revolution through the fate of those provincial centers, faced with successive and contradictory country planning policies. The city has now become a pawn on the Egyptian and Mediterranean exchequers of global integration, at the expense of its locally rooted activities, which structure its economic and social fabric. Its new, from outside and even abroad impulsed vocations, induce the settling in its surroundings of disconnected industries, infrastructures and urban models. As a result, an unseen before mobilization has emerged against the negative effects on environment and social cohesion, pointing the State’s collusion with foreign interests. That neglect of the State regarding regional and local interests ends up in frustration and inefficiency of development policies. Those will only be solved through a free expression of the population through representative local powers.

Top of page

Editor’s note

Une version préliminaire de cet article a été publiée dans Égypte/Monde arabe, Troisième Série, no 14/2016.

Full text

Introduction

1Cet article a pour objectif d’éclairer l’évolution économique et sociale actuelle d’une ville moyenne d’Égypte, à travers les mutations récentes de son système de production. Il vise ainsi à montrer l’impact des politiques de libéralisation et d’ancrage à la mondialisation menées par les gouvernements égyptiens successifs sur le sort d’une ville d’Égypte à la personnalité et au dynamisme affirmés depuis des siècles. Il s’inscrit ainsi dans le fil des travaux menés depuis le début des années 2000 sur le devenir des villes du delta et du canal de Suez, qui ont permis de dessiner les contours d’une « mésopolis » (Pagès-El Karoui, 2000, 2007) et de montrer le caractère désagrégateur des « mégaprojets » sur les formations sociales et économiques existantes (Bruyas, 2000, 2002, 2007).

2Cette approche de la gestion politique et économique de l’Égypte, à partir de l’étude des processus d’« urbanisation des provinces égyptiennes » (Denis, 2007), paraît en effet pertinente pour comprendre les conflits qui traversent la société égyptienne et défient le fonctionnement de l’État, avec la rupture croissante entre un modèle autoritaire et centralisé, et la revendication par les citoyens d’un droit de regard sur les affaires publiques, au niveau local comme central.

  • 1 Même si certains auteurs mettent l’accent sur les dynamismes sociaux à l’œuvre dans les villes arab (...)

3Les incohérences ou les insuffisances de l’aménagement du territoire sont le résultat, voire même la condition de la mise en œuvre de la mondialisation économique et ne sont en rien propres à l’Égypte ; mais celle-ci souffre en outre, de manière apparemment paradoxale, d’une sous-administration criante, qui amplifie les erreurs d’une gestion verticale, cantonnée à un cercle étroit et opaque de décideurs politiques et administratifs, représentants d’intérêts économiques nationaux ou locaux, en phase avec une doxa édictée par les institutions financières et les investisseurs internationaux. En dépit de l’importance des ressources dévolue à la fonction publique dans le budget de l’État, et du nombre considérable de fonctionnaires, l’hypertrophie des services centraux se fait au détriment des échelons intermédiaires qui permettraient une gestion efficace de la société et du territoire (Lavergne, 2015). Les intentions récurrentes de décentraliser l’aménagement du territoire et la gestion des affaires publiques restent lettre morte, face à une conception caporaliste et patrimoniale du rôle de l’État (Ministère du développement local, 2011). En réalité, ces velléités elles-mêmes visent en fait seulement à une déconcentration qui permettrait une mise en œuvre plus efficace des directives venues d’en haut. Cette conception fait l’impasse sur l’expression des virtualités et des dynamiques régionales et locales1.

4L’Égypte se singularise donc par l’absence totale de participation de la population à la gestion des affaires de la Cité : malgré des annonces répétées, les gouvernements égyptiens successifs ont toujours résisté à associer la population à la prise de décision et à la mise en œuvre des affaires collectives de proximité, à travers des représentants désignés ou élus. Seul le gouvernement élu des Frères musulmans, sous la présidence de Mohamed Morsi, avait prévu dans la nouvelle Constitution adoptée en 2012 de doter les Conseils populaires locaux d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière (Tadamun, 2015). Mais le régime militaire instauré en juillet 2014 est revenu sur ces dispositions libérales.

5Il résulte de cette situation un sous-aménagement urbain, évident pour quiconque traverse une ville égyptienne, en ce qui concerne les fonctions édilitaires courantes aussi bien que les décisions touchant à l’urbanisme. Quant à l’échelon régional, il est également ignoré, les gouvernorats n’ayant pas de fonction d’intégration ou de coordination de l’espace, mais simplement de maintien de l’ordre. Les campagnes sont ainsi abandonnées à leur sort, avec une absence totale de services publics de base comme l’éducation ou la santé, et un isolement des villes de leur environnement rural. La complémentarité économique, sociale et culturelle entre monde urbain et monde rural est ainsi négligée et stérilisée (Yousfi, Denis, 2007).

6Cette situation semble être pour une large part à l’origine de la stagnation économique, sociale et culturelle de l’Égypte et du gaspillage des talents et des énergies que recèle la société égyptienne. Il y a en effet, à l’échelle locale et régionale – comme le montre le cas de Damiette –, des atouts considérables, en termes de savoir-faire et de volontés, parfois issus d’héritages anciens, parfois d’ouvertures plus récentes qui mériteraient d’être valorisés, à la place ou au côté de ceux, plus contingents, qui sont liés à l’exploitation de matières premières ou d’une localisation à l’échelle globale.

  • 2 Environ la vingtième par la taille (206 000 habitants estimés en mars 2016, contre 215 000 recensés (...)

7Le cas de Damiette nous a paru propre à illustrer cette hypothèse. La ville est certes, par sa localisation et son histoire, une exception : elle est en effet, depuis l’Antiquité une ville ouverte sur le monde ; elle a en outre bénéficié de ressources locales variées, tirées de l’agriculture et de la pêche. La combinaison de ces facteurs a engendré une citadinité affirmée, autour de producteurs et de commerçants qui ont pu jouir d’une autonomie relative, mais exceptionnelle en Égypte, dans leurs rapports avec l’État. Mais elle est aujourd’hui, comme toutes les villes égyptiennes de son rang2, bridée dans son développement, ou plus exactement privée de toute initiative, et de toute expression de sa volonté propre, au profit d’instances supérieures qui décident souverainement de l’orientation économique et sociale de l’ensemble du pays et ne considèrent l’échelon local que dans sa contribution au plan d’ensemble.

8Depuis la seconde moitié du XXe siècle, la ville a connu, comme toute l’Égypte, une succession de mutations et se présente donc comme un palimpseste dont les écritures successives se lisent dans le tissu économique, le paysage urbain, les mentalités et les enjeux des acteurs et des agents économiques et politiques.

Damiette, une cité égyptienne tournée vers la Méditerranée

  • 3 Les horaires des chemins de fer indiquent un temps de trajet de 4 h 50, soit une vitesse moyenne th (...)

9Damiette est située à l’une des extrémités du delta, à l’embouchure de la branche orientale du Nil, soit à environ 200 km au nord du Caire à vol d’oiseau. Mais elle est difficile d’accès3.

Fig. 1. Vue d’ensemble du nord du Delta, d’Alexandrie au canal de Suez, avec Damiette à l’embouchure de la branche orientale du Nil.

Fig. 1. Vue d’ensemble du nord du Delta, d’Alexandrie au canal de Suez, avec Damiette à l’embouchure de la branche orientale du Nil.

Source : Google Earth, 2016 ; mentions ajoutées par Fl. Troin • CITERES 2017.

10Damiette offre donc un double visage, terrien et aquatique, entre le fleuve, les lagunes et la mer. Les chalutiers ancrés sur le fleuve, à l’abri des tempêtes et des courants marins, illustrent la valorisation de cet atout maritime, tandis que la campagne alentour, nourrie des limons apportés par les crues du fleuve, exprime son antique tradition agricole. Damiette apparaît donc comme une véritable capitale d’une micro-région, qui correspond à son gouvernorat, qui lui a fourni les ressources premières de son développement : l’agriculture et la pêche. Mais c’est son ouverture maritime qui l’a inscrite dans l’histoire et au monde et qui conditionne son destin aujourd’hui, alors que cette ouverture au monde extérieur manque à la plupart des villes égyptiennes de sa taille.

  • 4 Qui fut longtemps son homologue à l’embouchure de l’autre branche du Nil, avec une activité portuai (...)

11Pourtant, comme le montre l’exiguïté de son gouvernorat, sa zone est limitée au sud par Mansourah, métropole industrielle, avec ses 500 000 habitants, de la grande province de Daqahliya (Pagès-El Karoui, 2007), et à l’est par celle, plus récente, de Port-Saïd (600 000 habitants) et de ses développements industriels le long du littoral. À l’ouest, elle est isolée par la vaste bande amphibie, déserte, de l’extrême nord du delta, qui la sépare de Rosette (El Kadi et al., 1999)4.

Fig. 2. Damiette : naissance d’une conurbation provinciale entre ancrage terrestre et ouverture au large.

Fig. 2. Damiette : naissance d’une conurbation provinciale entre ancrage terrestre et ouverture au large.

Sources : M. Lavergne & Google Maps. Cartographie : Fl. Troin • CITERES, 2017.

  • 5 Avant l’essor d’Alexandrie et l’ouverture du canal de Suez, Damiette servait toutefois de fenêtre d (...)

12Comparée à Alexandrie ou aux villes du canal, Damiette paraît donc occuper un angle mort des grands axes de communication qui relient Le Caire au monde extérieur. De ce fait, c’est une ville beaucoup plus « égyptienne » que ses voisines de la Méditerranée ou du canal de Suez, créations étrangères longtemps peuplées de communautés allogènes5.

Une cité prospère grâce à son ouverture sur l’extérieur

13Le voyageur qui arrive par le train, ou par la route « agricole » de Mansourah, qui longe le Nil, découvre le côté terrien, agreste et paysan, de la campagne de Damiette. Un terroir prospère où les palmeraies et les arbres fruitiers se mêlent aux champs verdoyants qui portent trèfle, fèves ou blé en hiver, coton, maïs ou riz en été. Cette campagne a été très tôt intimement liée à la ville : si la question de la propriété foncière et des modes d’exploitation du sol nécessiterait une enquête plus approfondie, il ne fait pas de doute que la richesse première de la ville a été la transformation et la commercialisation des produits agricoles, à une vaste échelle. Ces produits, dont on peut citer le fromage domiati – confectionné à partir du lait de bufflonne –, ou les confiseries, ont fait la renommée de Damiette à travers toute l’Égypte. Mais avant la prospérité engendrée, ces produits signalent par leur existence même une citadinité ancienne, avec une bourgeoisie consommatrice dans sa vie quotidienne de produits élaborés et dotée d’une capacité créatrice et expansive, indépendante des goûts et des modes de la capitale, et lui exportant au contraire les siens. Au-delà (et peut-être à partir) de ces exemples qui peuvent paraître anecdotiques, Damiette a développé une industrie textile puissante de tissage du coton, la quatrième d’Égypte en 1931 après Mehallat el Koubra, Le Caire et Qalyoub (Lozach, 1935, 210, cité par Denis, 2007, 229). Celle-ci repose certes sur la production de fibres de l’est du delta, mais fait peut-être suite à une industrie textile préexistante, sur un mode artisanal.

14Mais c’est l’industrie du meuble qui fait depuis plus d’un siècle la renommée de Damiette, lui conférant l’image d’une ville raffinée, entreprenante et autonome. Cette activité est omniprésente à Damiette, des vastes hangars alignés à l’entrée de la ville et des empilements de bois d’œuvre en plein air, au bord de la chaussée, aux magasins imposants étalant leurs salons d’exposition (Fig. 3) dans le péricentre moderne, en passant par les ateliers souvent confinés dans les ruelles étroites du centre ancien, où les artisans, les livreurs, s’affairent à l’extérieur comme à l’intérieur des anciennes demeures bourgeoises déclassées. Et cette activité entraîne une circulation incessante d’un endroit à l’autre, pour transporter les pièces de meubles en fonction de leur stade de façonnage, et des spécialités dispersées dans la ville : un ballet de mobylettes, de carrioles (Fig. 4) et de camionnettes surchargées.

Fig. 3. Salon d’apparat, style « Louis XV ».

Fig. 3. Salon d’apparat, style « Louis XV ».

Source : Catalogue d’El Labban Furniture, décembre 2015.

Fig. 4. Transport de meubles après finition, route de Port-Saïd.

Fig. 4. Transport de meubles après finition, route de Port-Saïd.

Cliché : M. Lavergne, été 2011.

ENCADRÉ 1.
L’ameublement, quintessence de l’identité damiettaine

  • 6 C’est Mohamed Fahim El Guindy, né en 1872 à Damiette, qui fut le fondateur de l’industrie contempor (...)
  • 7 On peut trouver des exemples de produits et de la localisation des ateliers au centre de Damiette s (...)

Damiette a acquis une réputation inégalée au-delà de l’Égypte, dans tout l’Orient arabe, pour son industrie du meuble. À l’origine de cette spécialisation, on peut suggérer la disponibilité aux alentours de bois de qualité, fourni par les nombreux arbres fruitiers, favorisés par le climat méditerranéen sec, et non pas désertique comme dans le reste de l’Égypte : ici, l’hiver assure quelques pluies, et surtout un temps plus frais durant quelques mois, tandis que la proximité de Damiette du Levant lui assure un approvisionnement à partir des forêts du Mont Liban ou des vergers, aux essences recherchées, de la ghouta de Damas, à l’origine elles aussi d’une marqueterie réputée.
Cette industrie, qui paraît si étroitement associée à l’image de Damiette, ne remonte pourtant pas sous sa forme actuelle au-delà du début du XXe siècle, c’est-à-dire au père ou au grand-père des patriarches encore en vie6. Et c’est à l’initiative de peintres, de décorateurs ou de dessinateurs qu’ont été fondées les maisons aujourd’hui en vue, c’est dire que la mise de fond initiale a toujours été modeste. Mais là encore, on peut supposer que l’activité, si elle a été permise par les ressources en bois d’œuvre, a été initiée par une demande d’une bourgeoisie naissante à l’échelle du pays ou du Moyen-Orient et réalisée grâce à la présence d’une main-d’œuvre qualifiée, apte à des tâches de précision, exigeant une certaine conception esthétique, et capable d’appréhender les goûts d’une clientèle orientale inspirée par les modes occidentales.
Malgré les changements politiques survenus durant la seconde moitié du XXe siècle, le goût pour ces meubles est demeuré comme un symbole d’ascension sociale dans les classes moyennes et entretient la nostalgie d’une époque révolue. C’est ainsi que les magasins de Damiette exposent les modèles classiques de style « Louis XIV », « Louis XV », « Louis XVI », aux côtés des modèles « Art déco », « Chippendale », « italien », « américain », « romain »… Et l’obligation pour tout prétendant au mariage d’assurer au préalable à l’élue de son cœur un logement entièrement équipé, et le plus fastueusement possible, a assuré à cette industrie un succès longtemps enviable.
Cette industrie, qui fait vivre directement ou indirectement entre la moitié et les trois quarts de la population a, par sa technicité et son organisation, gardé la forme d’un artisanat ou d’un ensemble de métiers. Les ateliers implantés dans les vieux quartiers du centre y façonnent ces majestueux ensembles, déclinant à volonté salons d’apparat, chambres à coucher, bureaux et bibliothèques, qui meublent les foyers bourgeois égyptiens7. Du sciage des pièces de bois au vernissage des chaises, des tables, armoires, guéridons, coiffeuses, commodes et autres bergères, c’est toute une chaîne verticale de métiers qui s’est développée, recelant un savoir-faire et une inventivité surprenants, le cœur et l’orgueil de cette société étant les dessinateurs, graveurs, sculpteurs sur bois, suivis par les peintres et les vernisseurs.
Ce mobilier est souvent qualifié aujourd’hui de « kitsch » par les Occidentaux. C’est oublier qu’il a signalé l’introduction dans la société égyptienne de nouvelles habitudes, de nouvelles positions du corps, d’un nouvel art de vivre, avec tables, chaises, bureaux, boudoirs et napperons, et qu’il a réussi à marier le goût des classes dominantes pour les dorures et les moulures de la tradition avec les lignes droites et les angles aigus importés avec la « modernité » occidentale. Mais aussi que le style « Empire napoléonien » avait déjà emprunté largement au mobilier découvert dans les tombeaux de la vallée des Rois...

Un site privilégié : un port de mer à l’abri du dernier coude du fleuve

15C’est le site de Damiette qui explique son essor précoce, qui remonte à l’Antiquité. En effet, la ville est née sur la rive droite de la branche orientale du Nil, à quelques kilomètres de l’embouchure (Fig. 5) : elle a donc été un point de passage précieux d’une rive à l’autre, sur la voie des caravanes longeant le rivage, entre Machrek et Maghreb, tout autant qu’un port de commerce méditerranéen, mais aussi de pêche en mer. La pêche s’est en effet développée très tôt, dans cet environnement amphibie entre le Nil, le lac Menzaleh et la Méditerranée. C’est une ressource qui s’est ajoutée à celles tirées de la terre et du commerce par voie de terre ou de mer.

Fig. 5. Damiette : croissance d’une ville moyenne aux fonctions multiples.

Fig. 5. Damiette : croissance d’une ville moyenne aux fonctions multiples.

Sources : M. Lavergne & Google Maps. Cartographie : Fl. Troin • CITERES, 2017.

16Ces atouts ont évidemment attiré les convoitises et exposé la ville, mais elles ont aussi permis le développement d’une bourgeoisie industrieuse et ouverte aux idées venues d’ailleurs.

Fig. 6. Une ruelle commerçante du vieux centre de Damiette.

Fig. 6. Une ruelle commerçante du vieux centre de Damiette.

Source : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Market_street_in_Damietta.JPG [consulté le 28/02/2017].

  • 8 Damiette évoque le débarquement de Saint-Louis en 1249, et l’épisode de la 7e croisade, qui s’achev (...)
  • 9 Comme la mosquée Amr Ibn el As (Al-Fateh), du nom du conquérant arabe et musulman de l’Égypte en 64 (...)
  • 10 La ville est, depuis l’Antiquité, le siège d’un évêché copte.

17C’est l’ouverture de la cité vers le large, vers la Grèce et l’Asie mineure dans l’Antiquité, puis vers les cités marchandes d’Italie dès le Moyen-Âge européen, qui l’a enrichie et a fait prospérer sa bourgeoisie8. En témoignent les nombreux bâtiments historiques, musulmans9 mais aussi chrétiens10, du centre ancien. Celui-ci s’est développé autour de l’ancien souk el hisba qui remonte à l’époque abbasside. Il s’étend sur la rive droite du Nil, le long du dernier coude du fleuve majestueux et calme aujourd’hui, mais qui pouvait être dévastateur lors de la crue d’été. Il s’est donc développé en retrait du fleuve, protégé par des levées. Aujourd’hui, c’est un lacis de ruelles sombres, bordées d’immeubles qui furent bourgeois, voire cossus, édifiés dans la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’aux années 1920. Ceux qui restent ont été transformés en ateliers de fabrication de meubles, qui débordent sur les rues et leur confèrent une animation incessante. C’est aussi le refuge de petits commerces de détail, et d’une sociabilité intense, avec une population dense native des lieux et qui continue d’habiter les immeubles vétustes ou rénovés.

  • 11 Tel-Kamal al-Din Muhammad ibn Musa al-Damiri (1344-1405), spécialiste du droit canon musulman et na (...)

18Mais son identité collective affirmée a fourni le socle à une conscience citoyenne aiguë, et elle est la terre natale de philosophes et de savants11, de journalistes, d’artistes et de politiciens de renom, devenues des personnalités reconnues au Caire. L’éloignement relatif du Caire et d’autres foyers de rayonnement plus récents comme Alexandrie ou le canal de Suez a sans doute joué un rôle dans le développement d’une identité damiettaine. Aujourd’hui, la jeunesse estudiantine rêve certes du Caire, et de la liberté que laisse entrevoir la capitale, au lieu de l’atmosphère confinée de leur ville natale, mais une majorité de la population demeure fière de sa capacité à se mobiliser et à construire son avenir sans attendre les subsides de l’État ou la manne des touristes.

La ville post-1952, ou la réaffirmation de l’État face à l’attraction du grand large

19Au XIXe siècle, lors du percement de l’isthme de Suez, la ville a été éventrée pour laisser le passage à la nouvelle route venant de Port-Saïd en direction de Mansourah et d’Alexandrie. L’avenue de Port-Saïd débouche aujourd’hui sur la corniche aménagée le long du Nil et sur le grand pont qui enjambe le Nil depuis les ouvrages de contrôle du cours du fleuve entrepris depuis le milieu du XIXe siècle.

20Le long des grandes artères bordées par de larges trottoirs non pavés qui servent de parkings s’alignent les immeubles modernes abritant les agences bancaires, les sièges des maisons de commerce de meubles, avec leurs luxueux halls d’exposition, et de grands magasins spécialisés en articles de la vie courante. Le centre de la vie économique s’est donc développé en arc de cercle autour de la vieille ville, avec laquelle il a maintenu une symbiose et une complémentarité, celle-ci demeurant largement le lieu de la production artisanale et gardant également une fonction résidentielle pour les citadins de souche.

21La révolution nassérienne s’est ensuite traduite par une politique d’aménagement urbain qui a consisté à affirmer une nouvelle modernité qui est allée de pair avec la prééminence de l’État sur la ville. Un nouveau cœur administratif a été édifié en amont, le long de la courbe du Nil, autour du siège du gouvernorat : un immeuble moderne entouré des services techniques, des chambres de métier, d’agences bancaires, d’établissements publics et, en arrière, la vaste usine Misr de filature et tissage, nationalisée en 1958. Cet immeuble se prolonge aussi le long de la corniche aménagée vers le nord, avec le siège de la Sécurité d’État et le bâtiment de la Faculté des Arts appliqués, ainsi que par des parcs d’attraction et de détente avec leurs balançoires, leurs guinguettes et leurs cafés en plein air au bord du Nil. L’ensemble affirme de manière ostentatoire et efficace une volonté de se dégager des dynamiques locales, en reproduisant un modèle mis en œuvre dans tous les chefs-lieux de gouvernorat du pays qui s’y prêtent, en profitant de la perspective majestueuse de la corniche.

22L’État nassérien, centralisateur et réformateur, avait donc implanté des infrastructures et des services publics, mais aussi une industrie moderne, avant de laisser la place à l’ouverture économique et au retour libéral des années Sadate ; bien que très courte (1970-1981), cette phase de retour à la paix et de réintégration dans le dispositif stratégique occidental avait posé les jalons d’une ville nouvelle et d’un port artificiel. Cette orientation de retour vers la mer a été poursuivie sous l’ère Moubarak (1981-2011) par des projets dits « de développement », qui signent la soumission des acteurs locaux, mais aussi nationaux, à des forces et des logiques transnationales, dans un système économique globalisé.

Damiette hors les murs : les extensions littorales

23Damiette s’est de longue date dotée d’extensions destinées à des activités particulières : Ezbet el Borg fut, pendant des siècles, un avant-port maritime, mais plutôt spécialisé dans la pêche en mer ; Ras el Barr, de l’autre côté du fleuve, est une station balnéaire créée de toutes pièces au début du XXe siècle ; enfin, Shata, plus en retrait du rivage, est un faubourg étroitement lié à l’activité piscicole, qui se développe rapidement sur l’autoroute côtière qui mène à Port-Saïd, et qui l’emporte désormais en flux de trafic et surtout de marchandises sur la route de Mansourah. Ces trois extensions urbaines sont en relation étroite avec Damiette dont elles constituent des satellites, la ville-centre abritant les fonctions administratives et commerçantes. Mais elles contribuent de façon importante à l’activité économique de l’ensemble, chacune des mono-activités qui le composent rayonnant bien au-delà de la région, et jusqu’à la capitale, voire sur toute l’Égypte.

Le faubourg de Shata [le rivage] : de l’extension administrée à la déréliction sociale

24Des deux côtés de l’autoroute pompeusement appelée « côtière internationale », car censée relier l’Orient à l’Occident du monde arabe, s’étendent à perte de vue des fermes piscicoles dont les bassins rectilignes ont été découpés dans les eaux du lac Menzaleh. Les canaux qui desservent les parcs sont sillonnés de barques à moteur (Fig. 7), tandis que des pêcheurs tentent de faire arrêter les voitures en brandissant des poissons de taille impressionnante.

Fig. 7. Canal de desserte des fermes piscicoles à Shata.

Fig. 7. Canal de desserte des fermes piscicoles à Shata.

Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.

25Mais les abords du lac accueillent aussi les dépôts d’ordures de la ville, montagnes de déchets et de sacs plastiques qui s’y consument, escaladées par des vaches placides qui y trouvent leur pitance (Fig. 8). Ces montagnes d’ordures à ciel ouvert polluent à la fois les eaux et l’atmosphère, couvrant la route d’une fumée irrespirable. L’incinérateur bâti à proximité ne semble pas en état de fonctionnement.

Fig. 8. L’entassement des déchets ménagers à Shata.

Fig. 8. L’entassement des déchets ménagers à Shata.

Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.

26Face aux fermes piscicoles et tout à côté des dépôts d’ordures s’étend la « cité » de Shata : un alignement d’immeubles ternes, le long de la route. Ceux-ci sembleraient abandonnés sans les draps et les vêtements bariolés qui pendent des fenêtres et des balcons. Ces immeubles délabrés sont séparés par des allées de terre défoncées, tantôt boueuses, tantôt poussiéreuses, domaine des chiens errants et des mécaniciens improvisés. Les habitants sont des employés et des ouvriers des fabriques et des administrations avoisinantes. Ce quartier dépourvu d’espaces de jeux pour les enfants, de commerces de proximité, d’espaces verts, est en effet entouré par des institutions officielles : le tribunal du gouvernorat, le collège technique, le parc des expositions… et surtout les hangars de stockage du bois qui sert de matière première à l’industrie du meuble.

Fig. 9. La « cité » de Shata, au bord de l’avenue de Port-Saïd.

Fig. 9. La « cité » de Shata, au bord de l’avenue de Port-Saïd.

Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.

27En approchant de Damiette proprement dite, en contrebas de l’assise surélevée de la route, s’étendent de vastes étendues en voie de submersion par la mer : des carcasses de bâtiments inachevés ponctuent cette étendue, témoins de tentatives avortées de construire sur ces terrains de toute évidence inconstructibles : mystère de la construction immobilière et de sa réglementation en Égypte... (Fig. 10). Puis apparaissent, en approchant du centre de Damiette, le long de l’avenue de Port-Saïd, les bâtiments imposants des maisons de commerce de meubles (Fig. 11), qui exposent leurs plus belles pièces derrière des vitrines propres qui font contraste avec le dénuement poussiéreux ou boueux de l’espace public. L’avenue et les rues adjacentes sont sillonnées par les camions, camionnettes, charrettes et vélomoteurs qui transportent pièces de bois ou meubles à différents stades de finition.

Fig. 10. Construction d’immeubles en zone inondable.

Fig. 10. Construction d’immeubles en zone inondable.

Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.

Fig. 11. L’entrée de Damiette par la route de Port-Saïd : piles de bois importé en bord de route, immeubles d’exposition de meubles en arrière-plan.

Fig. 11. L’entrée de Damiette par la route de Port-Saïd : piles de bois importé en bord de route, immeubles d’exposition de meubles en arrière-plan.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.

Deux avant-postes de Damiette à l’embouchure du fleuve

28Ezbet el Borg et Ras el Barr sont deux extensions urbaines qui se font face de part et d’autre de l’embouchure du Nil ; mais elles constituent deux univers aux antipodes l’un de l’autre.

Fig. 12. Vue sur l’embouchure du Nil depuis la corniche de Ras el Barr.

Fig. 12. Vue sur l’embouchure du Nil depuis la corniche de Ras el Barr.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.

29• Ezbet el Borg [le hameau de la tour], à 15 km en aval, dont le nom évoque le phare qui signale l’embouchure du Nil, est le premier port de pêche d’Égypte, avec 60 % des prises : sur 70 000 habitants, elle compterait 10 000 pêcheurs12 ! C’est là que jettent l’ancre les chalutiers de pêche au large, dont les mouvements sont rythmés par les levers et les couchers du soleil, mais aussi des barques plus modestes qui s’aventurent en mer en vue des plages, ou parfois restent dans les eaux boueuses de l’embouchure. Cette activité alimente Le Caire en poissons frais, mais aussi l’usine locale Edfina de conditionnement de sardines, la plus importante d’Égypte. La pêche n’est pas qu’une profession, c’est aussi un « art de vivre » et une vision du monde, opposés à ceux des paysans aux horizons limités à leur terroir : aventureuse, incertaine, mais aussi libératrice. Aussi évoque-t-on à mots couverts les activités qui viendraient compléter les revenus de la pêche : on parle de trafics de drogue, d’antiquités, qui se noueraient au large, et feraient le lien entre demande mondiale et offre en provenance de toute l’Égypte..., et singulièrement de l’Armée et des services de Sécurité.

  • 13 « Faire face à la marée : comment protéger le littoral du delta du Nil ? », par Mohammed Yahia : ht (...)

30Mais la survie même de la ville est menacée par la montée des eaux engendrée par le réchauffement climatique global. Les blocs de béton alignés le long du littoral contre l’érosion des courants marins n’offrent qu’une protection illusoire. Quant à la pêche, elle est d’ores et déjà perturbée par les courants marins et l’intrusion des poissons originaires de la mer Rouge et le sera demain, probablement plus encore, du fait de l’exploitation en off shore des hydrocarbures13.

Fig. 13. Bateaux de pêche à l’ancre à Ezbet el Borg.

Fig. 13. Bateaux de pêche à l’ancre à Ezbet el Borg.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.

31La pêche en mer est donc relayée par l’essor de la pisciculture dans les parcs à poissons exploités entre Shata et la mer. Cette activité-relais alimente massivement les marchés urbains ; mais, bien qu’elle joue un rôle notable dans l’économie régionale, par l’emploi qu’elle procure, elle semble très capitalistique, donc sans doute entre les mains d’entrepreneurs extérieurs, qui obtiennent par faveur et entregent des permis de s’approprier une partie du lac Menzaleh. Elle est donc peu régulée ou valorisée sur place, et il semble impossible d’obtenir des données chiffrées sur la quantité produite. D’autre part, elle ne semble pas faire l’objet de contrôles sanitaires, alors que les facteurs de pollution de ces eaux sont légion : elles sont en effet le réceptacle de tous les effluents d’amont dans le Nil, et de déversements directs des usines chimiques de Port Saïd.

32• Ras el Barr [pointe du continent ou « finistère »] symbolise le renouveau d’une station balnéaire déchue (12 000 habitants en 2006, 8 000 en 1996). Face au monde voué au labeur d’Ezbet el Borg, se dressent les villas cossues et les immeubles « rococo », aux façades d’un blanc immaculé (Fig. 14). Cette station balnéaire a été fondée ex nihilo vers 1900 par un promoteur désireux d’offrir à la clientèle bourgeoise du Caire un lieu de villégiature rafraîchi par la brise de mer. Il ne s’agissait donc pas tant de se baigner que d’échapper à la touffeur du Caire en été et d’y mener la vie sociale et mondaine de la saison : une sorte de « Cabourg égyptien », loin des pressions religieuses et des conventions sociales de la société égyptienne, mais aussi des fastes tapageurs d’Alexandrie la cosmopolite.

Fig. 14. Immeubles de villégiature à Ras el Barr.

Fig. 14. Immeubles de villégiature à Ras el Barr.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.

33Aujourd’hui, ce sont surtout les classes moyennes de Mansourah et de l’ouest du delta qui s’y retrouvent : une population rétive au dévoilement des corps, surtout féminins, qu’imposent les bains de mer et les activités associées, qui sont de règle sur la côte nord de la Méditerranée, à l’ouest d’Alexandrie, ou sur la mer Rouge. Ici l’eau est boueuse, elle charrie le limon et les pollutions chimiques et bactériennes de tout le pays en amont. Les estivants, issus de la petite bourgeoisie musulmane de province, adepte d’une sociabilité islamique stricte, passent les vacances ou les fins de semaine en famille. Ils se pressent sur la plage, à l’ombre des parasols, et autour des tables en plastique rouge vif, à manger des grillades en regardant s’ébattre les enfants dans les rouleaux des vagues.

34Pour accéder à la station, l’automobiliste doit acquitter un modeste péage, censé être dissuasif pour la clientèle populaire, et dont l’affectation n’est pas claire. La population est uniquement constituée de vacanciers, qui résident soit dans de modestes pensions de famille, soit dans des appartements privés. Les immeubles blancs de quatre étages, entourés de gazon, sont desservis par des allées sablonneuses ; ils s’alignent le long d’une avenue majestueuse, ombragée de palmiers, respectant le plan en damier initial.

35La ville s’étend en triangle entre le Nil et la mer. Elle offre, le long de la corniche, restaurants, cafés et attractions, ainsi que promenades en bateau. Le quartier du Lisan [la Langue] qui va s’amincissant jusqu’à la pointe où se dresse le phare, évoque ce triangle : face au grand large, des investisseurs saoudiens ont entrepris d’édifier un hôtel de luxe, mais le chantier est interrompu : est-ce parce que la ville est éloignée d’un aéroport international, ou bien parce que son charme ne correspond pas aux attentes de célibataires en goguette, ou de familles venues de la péninsule avec leurs cortèges de serviteurs ? Ou bien parce que la plage de limon noir ne saurait attirer les estivants fortunés ? En tous cas, Ras el Barr reste un lieu exceptionnel en Égypte, alors que toutes les côtes ont été bétonnées depuis une vingtaine d’années avec les ghettos luxueux de la côte nord et les « spots » touristiques de la mer Rouge.

36La station, qui vit au ralenti en dehors de la saison estivale, est pourtant de plus en plus fréquentée tout au long de l’année par une population nouvelle : Damiette est devenue une ville universitaire, avec quatre Facultés, et sa jeunesse estudiantine y trouve, en dehors de la saison touristique, un havre de détente et de convivialité, loin du regard des adultes, dans les cafés qui restent ouverts. D’autre part, elle héberge de plus en plus une clientèle professionnelle de passage, attirée par les nouvelles activités qui se développent à proximité : marins en escale, techniciens et commerciaux des nouvelles usines du port et de la zone franche.

37Les 11 km qui la séparent de Damiette sont encore une campagne agricole : sous les palmiers poussent blé, légumineuses et trèfle. Mais elle est en voie d’urbanisation disparate et anarchique : des panneaux signalent dans chaque champ, le long du Nil, « Terrain à vendre ». Des projets de lotissements privés à différents niveaux de prix, des villas individuelles ou accouplées aux lotissements collectifs, poussent en bord de mer et le long des nouvelles artères en direction de la zone franche et de la Nouvelle Damiette (Fig. 15). À terme, ces extensions devraient donner naissance à une conurbation aux fonctions complémentaires, entre Damiette et ces développements de la rive occidentale.

Fig. 15. Nouveaux lotissements à l’entrée de Ras el Barr.

Fig. 15. Nouveaux lotissements à l’entrée de Ras el Barr.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.

Damiette émiettée : la dépossession au profit d’un projet d’insertion dominée au système-monde

Damiette, une cité en résistance

38La mondialisation, à travers le changement d’échelle imposé par le développement d’activités nouvelles, avec de nouveaux acteurs, de nouveaux modes de fonctionnement, de nouvelles logiques, entraîne d’abord le démantèlement des activités « traditionnelles », artisanales et industrielles, avec la destruction de la formation sociale qu’elle sous-tend. L’ouverture économique, leitmotiv du gouvernement égyptien depuis les années 1970 (Lavergne, 2016a), s’est d’abord traduite par l’invasion de produits importés, bon marché mais de piètre qualité, et par des changements des goûts et des exigences des consommateurs. Pour l’industrie damiettaine, la levée des protections douanières et le désintérêt de l’État pour le secteur productif local ont entraîné une grave crise économique et sociale, comme le montrent les exemples développés en infra de l’industrie du meuble, qui relève du secteur privé local et de l’industrie textile, appartenant au secteur public. Les résistances locales, comme les défis relevés avec des succès divers, ainsi que les exemples de PME performantes conduisent à nuancer le tableau, mais servent plus à prouver le dynamisme et les capacités des entrepreneurs locaux, que l’engagement de l’État en faveur de l’industrie nationale.

39L’État n’est pour autant ni absent, ni dépourvu de projet ; depuis les années 1980, il a entrepris de développer une nouvelle économie, fondée non plus sur les ressources et la satisfaction des besoins locaux, mais plutôt sur la situation de l’Égypte à l’échelle régionale et internationale : il s’agit désormais de développer l’exportation de ressources naturelles ou la transformation industrielle pour des marchés extérieurs.

40Grâce à des financements internationaux, il met en place des infrastructures aptes à répondre aux besoins de la nouvelle économie. Ces instruments sont le port artificiel, la ville nouvelle, la zone franche industrielle, le réseau de communication, des services comme une capacité d’accueil touristique, des établissements supérieurs d’éducation...

Une industrie du meuble sacrifiée, en quête d’un second souffle

41La première activité menacée est celle du meuble : elle subit d’un côté la concurrence de pays comme la Turquie et la Chine, qui proposent du bas de gamme à bas prix, et d’un autre côté le changement de goût des clients, ceci renforçant cela. Les nouvelles générations ont moins de moyens, habitent des appartements plus exigus, et leurs goûts se sont modifiés avec l’émigration et avec l’ouverture au monde, accélérée par Internet. On peut aussi se demander si cette activité n’a pas correspondu à un certain âge de l’histoire de l’Égypte, où une classe moyenne ouverte sur l’Occident et en même temps fidèle à une tradition ottomane était au cœur de l’État et donnait le ton. Elle copiait en partie la grande bourgeoisie cosmopolite qu’elle avait évincée mais elle assurait, par la pérennité de ses valeurs d’accumulation et d’ostentation, ainsi que par sa fidélité à l’institution du mariage comme rite social et sociétal majeur, une clientèle stable à l’activité du meuble. Cette activité serait donc condamnée par la disparition de cette classe et de son rôle pivot, non seulement en Égypte mais dans l’ensemble du Moyen-Orient.

42Les fabricants locaux font des efforts pour s’adapter, avec de nouveaux modèles plus sobres, qui intègrent de nouveaux matériaux comme l’aluminium, l’acier ou le verre, et répondent aux besoins nés des nouveaux codes vestimentaires et de nouveaux modes de vie. Mais l’État privilégie les importations, dont les circuits sont aux mains de ses soutiens, et la concentration de la production entre les mains de quelques investisseurs.

ENCADRÉ 2.
La désespérance des producteurs de meubles de Damiette

C’est à la Nouvelle Damiette que se trouve l’un des ateliers qui a tenté de relever le défi de la modernisation : le jeune héritier de la fabrique paternelle a regroupé les différents stades de la production sur un même site, dans des locaux neufs, plus éclairés et raccordés aux réseaux, donnant sur une large avenue du centre. Il a recruté de jeunes diplômé(e)s de la Faculté des Arts appliqués et acheté des machines qui remplacent la main-d’œuvre pour les tâches standardisées comme le sciage et le découpage des pièces de bois. Sa production est élégante, originale, adaptée au goût moderne, et d’une finition irréprochable. Peine perdue, même si ces nouveaux modèles allient élégance et sophistication du décor avec une fonctionnalité moderne des éclairages, des tiroirs à glissière et des porte-cravates, le secteur souffre du manque d’intérêt des autorités, qui ne lui offrent aucun soutien financier ou institutionnel. Ainsi nous rapporte-t-on l’exemple du grand Salon du meuble organisé chaque année à la Foire internationale de Medinet Nasr, près du Caire : les maisons de Damiette engagent de grands frais pour y présenter leurs modèles, mais les organisateurs réserveraient leurs efforts de promotion à quelques maisons liées au pouvoir et aux importateurs, allant jusqu’à dissuader les acheteurs venus du Golfe de s’intéresser aux exposants locaux. C’est ainsi que, chaque jour, de petits artisans criblés de dettes fermeraient boutique, tandis que des petits patrons perdraient de l’argent pour ne pas licencier leur personnel, concluant amèrement qu’il vaut mieux, aujourd’hui en Égypte, placer ses économies dans l’immobilier que dans le mobilier.

Fig. 16. La modernisation de l’artisanat du meuble : un salon d’exposition à la Nouvelle Damiette.

Fig. 16. La modernisation de l’artisanat du meuble : un salon d’exposition à la Nouvelle Damiette.

Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.

L’usine Misr de filature et tissage du coton, un fleuron industriel en cours de démantèlement

43L’industrie du coton, qui fut au cœur du développement industriel de l’Égypte durant plus d’un siècle, est elle aussi la cible de la volonté de « réforme » de l’État post-nassérien14. Plusieurs raisons à cela : la concurrence des fibres synthétiques, l’apparition de nouveaux producteurs, de coton et aussi de textile, la volonté de désengagement de l’État du secteur productif. En réalité, les éléments déterminants sont la cherté (toute relative) de la main-d’œuvre égyptienne, qui a réussi à conquérir quelques modestes droits sociaux sous Nasser. Mais l’administration se heurte à une forte résistance de la part des ouvriers contre les tentatives de démantèlement reprises par le pouvoir militaire instauré en juillet 2013 par le « maréchal » Al-Sissi15.

44Depuis sa fondation il y a un siècle par un magnat local, Ahmed Faouzi, elle a pris son extension actuelle après sa nationalisation en 1958. Elle fut longtemps la deuxième usine textile d’Égypte, venant dans l’ordre de taille après le complexe de Mehallat el Koubra. L’usine occupe un vaste quadrilatère ceint de hauts murs, en retrait du fleuve, au-delà du siège du gouvernorat en venant du centre. Elle se compose de longs bâtiments de briques alignés côte-à-côte. Le nombre d’ouvriers est déjà passé de 6 000 à 2 500 et l’usine ne fonctionne visiblement pas, en ce mois de décembre 2015 : les ouvriers vaquent par petits groupes, dans les allées entre les longs bâtiments de briques, d’où ne parvient aucun bruit.

45La production était pourtant de grande qualité, grâce à la fois à la longueur des fibres du coton égyptien et à la maîtrise technique acquise par le personnel, mais aussi aux efforts entrepris pour adapter les machines à la matière travaillée et aux demandes de la clientèle. On peut en juger au vu de la lingerie fine destinée aux grands hôtels, et des coupons de tissus exportés en Italie, où le label « Damiette » était très recherché.

  • 16 Sur l’histoire économique et sociale de l’usine de Mehallat El Koubra, mais aussi du secteur textil (...)
  • 17 Mais la ville ne dispose pas d’aéroport et dépend donc du Caire pour les vols intérieurs ou interna (...)

46L’État a entrepris son désengagement et ne détient plus que 50 % du capital de la société ; mais la gestion en est toujours supervisée par un organisme central dépendant du ministère de l’Industrie. Le directeur n’a été nommé que depuis un an et demi, après dix ans passés à Mehallat el Koubra, siège d’une lutte ouvrière obstinée (Dubosc, 2014)16, avec pour mission de « faire le ménage ». En l’absence de toute représentation élue de la population, ou de dialogue avec une représentation syndicale, la prise en compte de l’intérêt local et toute option de développer de nouvelles techniques ou de nouveaux produits pour de nouveaux créneaux est écartée. Aujourd’hui, la montée en puissance de la zone du canal de Suez (Lavergne, 2016b) et la saturation du port d’Alexandrie, imposent d’ouvrir de nouvelles facilités portuaires sur le littoral méditerranéen, et la découverte d’importants gisements gaziers au large et jusqu’à proximité des eaux territoriales chypriotes incite à l’implantation de nouveaux complexes industriels17. Ces développements sont plus subis que choisis et l’État n’y apparaît plus comme l’acteur d’un développement destiné à améliorer le sort de la population, mais comme l’agent de la mondialisation néolibérale qui tend à assigner à des territoires particuliers des fonctions en rapport avec une logique supérieure qui leur échappe. C’est à ce titre que Damiette est susceptible d’acquérir une visibilité nouvelle sur la carte du monde, et se voit assigner des fonctions nouvelles. Celles-ci semblent promettre une croissance économique rapide, mais au péril de sa formation sociale, et la jettent dans des évolutions que le gouvernement égyptien lui-même ne semble pas en mesure de maîtriser. La ville est ainsi l’objet d’attentions « modernisatrices » et en même temps fortement contraignantes, en ce qu’elles mettent en péril l’environnement, les équilibres humains, l’économie locale soudain déclassée, et l’identité qui se trouve faire place à un sentiment de dépossession et de soumission à des mécanismes globaux.

La Nouvelle Damiette : ferment de progrès ou source de clivage ?

  • 18 Pour un bilan provisoire des villes nouvelles en Égypte, à partir de l’exemple de celles qui ceintu (...)

47Les villes nouvelles imaginées par Anouar el Sadate durant les années 1970 pour décongestionner Le Caire et Alexandrie ont vu leur nombre multiplié à partir des années 1980. Conçues initialement comme des villes modèles, intégrant et rapprochant logements et activités, elles concentrent aujourd’hui tous les efforts des autorités en matière d’aménagement urbain, au détriment du tissu originel totalement délaissé. Ce choix repose sur un constat : celui que les villes « anciennes » de la vallée et du delta seraient « irrécupérables » (tout effort de rénovation urbaine et de renforcement des infrastructures et des services y serait du gaspillage), et sur une orientation sociale : ces villes nouvelles doivent être le creuset d’une nouvelle société, plus « productive », acquise à de nouvelles valeurs, individualistes et consommatrices. Il s’agit donc d’y remplacer le mode de vie et les valeurs sociales égyptiennes, fondés sur les liens de la famille élargie, par ceux de la famille nucléaire focalisée sur le travail, la consommation et la civilisation des loisirs18. Il s’agit également de faire correspondre à cette nouvelle société les emplois qualifiés qu’elle est apte à occuper, à proximité de ses lieux de vie.

  • 19 Voir le site officiel de la New Urban Communities Authority, dont les données contredisent les résu (...)

48Ainsi, la Nouvelle Damiette, née au début des années 198019, se développe entre la mer et les terres agricoles récemment bonifiées, comme en témoigne le plan de canaux en damier sur lequel elle s’aligne. L’urbanisation encore très lâche, le long de larges avenues, s’étend toutefois déjà sur le triple de la superficie de la ville de Damiette, dont elle est séparée par une étendue de plusieurs kilomètres de champs promis à l’urbanisation. La ville ne comptait pourtant encore que 27 000 habitants en 2006, contre 6 500 en 1996. Ce projet est en somme d’inspiration « corbusienne », à l’opposé de la vision d’un Hassan Fathy (1996), qui cherchait à adapter les matériaux et les lignes du passé aux besoins de demain, en se référant aux conditions et à la culture locales. L’urbanisme des villes nouvelles égyptiennes fait ainsi fi de tout souci esthétique et de toute référence culturelle ou historique, tout en contrevenant à la législation protégeant les terres agricoles.

49Les premiers ensembles, aujourd’hui très dégradés en façade, ont été construits dans l’urgence : mais il n’existe pas en Égypte de logement social locatif, et toute politique de logement vise l’accession à la propriété.

  • 20 Un euro = environ 8,50 £E au moment de l’enquête (décembre 2015).

50Jusqu’en 2009, selon nos informations, un logement de 80 m2 pouvait être acquis par un ménage aux revenus réguliers, même modestes : un premier droit d’entrée de 2 000 £E20, suivi d’un premier versement de 18 000 £E, et ensuite des versements mensuels de 350 £E, ce qui les mettait à la portée de salaires de 2 000 £E, que l’on peut considérer comme un salaire médian pour un fonctionnaire ou un employé en Égypte.

  • 21 Peut-être en relation avec les effets de la crise des subprimes qui a frappé l’Égypte en 2008.

51Depuis cette date21, les nouveaux chantiers prévoient au contraire des appartements de 100 à 150 m2, d’un coût total de 380 à 570 000 £E, avec le versement d’un acompte de 40 000 £E à la réservation. Puis les appartements sont attribués par un système de loterie (!) : en cas de succès, le candidat doit s’acquitter d’un second versement de 38 à 76 000 £E et d’un « dépôt de maintenance » de 19 à 28 000 £E, et ensuite d’une prime trimestrielle de 7 500 à 10 000 £E. Il est stipulé que le candidat doit justifier d’un revenu minimum de 4 000 £E/mois, ce qui exclut les catégories modestes pour lesquelles ces programmes sont théoriquement conçus et financés par l’État.

52Ce sont finalement des investisseurs et des spéculateurs en quête de placements sûrs qui achètent ces appartements à des conditions très avantageuses pour eux : compte tenu de la méfiance des Égyptiens à l’égard des banques, l’immobilier est le placement préféré des épargnants. Mais cette épargne est stérile pour l’économie, puisque, en raison d’une législation très protectrice pour le locataire, ils sont maintenus vides en attendant leur dévolution à un descendant ou leur revente avec bénéfice futur.

53La ville nouvelle prend cependant vie autour d’îlots commerciaux et de lieux de détente : terrains de jeux pour les enfants et cafés ou restaurants, qui paraissent néanmoins très dispersés dans ce tissu urbain très lâche, où la circulation automobile prime sur les déplacements piétons. Le zonage ne cloisonne cependant pas de façon étanche espaces résidentiels et professionnels, et de nombreux immeubles de deux ou trois étages en bordure des avenues abritent des bureaux, des magasins et des ateliers, voire de petites entreprises. On a déjà mentionné plus haut une fabrique de meubles ; mais le spectre des activités représentées par les PME installées s’est considérablement élargi, comme en témoigne l’exemple ci-dessous.

ENCADRÉ 3.
Une
success story : l’usine Shoman d’extrusion de films
et d’emballages plastiques

  • 22 D. Pagès-El Karoui (2007) défend l’idée d’une « mésopolis » des villes secondaires de Mansourah, Ta (...)
  • 23 Ce qui confirme que les statistiques économiques et financières égyptiennes ne permettent pas aux a (...)

Cette PME a été fondée en 1983 par un homme d’affaires de Mansourah, où elle conserve son siège22, malgré le transfert des sites de production à la Nouvelle Damiette, en 2000. L’usine a démarré avec la production de films plastiques pour l’agriculture, et elle a depuis lors beaucoup diversifié sa production.
Elle dispose aujourd’hui de quatre unités industrielles, dont la plus récente est consacrée à la fabrication des machines d’extrusion des films plastiques d’emballage, naguère achetées en Inde. Singulière aventure que cette croissance horizontale, avec la diversification des produits, et verticale, avec le souci de remonter la filière en fabriquant ses propres machines. L’usine garde un partenariat ancien avec ses fournisseurs allemands (Siemens), ce qui lui assure un service après-vente et un transfert de technologie ; au-delà du marché égyptien, sa brochure indique qu’elle a exporté dans vingt-quatre pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique au cours des vingt-cinq dernières années.
Le choix du site de Damiette est dû initialement à l’attrait de terrains viabilisés et desservis par les réseaux d’eau et d’électricité, et par la présence d’une main-d’œuvre venue s’établir à la Nouvelle Damiette depuis tout le nord du delta, ou qui fait des navettes quotidiennes par car depuis toute la zone qui s’étend de Port-Saïd à Kafr el Cheikh. Il ne s’agit pas ici d’une zone franche, puisque la production est principalement destinée au marché local, et la société s’acquitte des mêmes loyers, taxes et impôts que partout ailleurs. Mais il est impossible d’obtenir des précisions sur le nombre d’employés et d’ouvriers, ou la moindre indication financière23.

54D’autres entreprises, y compris dans le secteur du meuble, ont rejoint la vaste zone industrielle qui jouxte la ville nouvelle pour y développer des ateliers industriels produisant pour l’exportation24.

La zone franche, un modèle de développement extraverti

55Entre la ville nouvelle et Ras el Barr, jouxtant le port, s’étend la zone franche, censée être le nouveau moteur économique de la ville.

56Une brochure officielle datant de l’an 2000, très « soviétique » d’aspect, nous apprend que la zone franche s’étend sur 1700 feddans (900 ha), qu’elle offre l’avantage d’être mitoyenne du port, et qu’elle est bordée par le canal maritime qui relie celui-ci au Nil. La zone franche abrite actuellement quatre entreprises, dont une usine turque de denim, le tissu destiné aux jeans. Il est importé brut et façonné sur place avant d’être réexporté, profitant ainsi du bas coût de la main-d’œuvre locale. Son attraction n’a donc pas été à la hauteur des espérances, en termes d’installation d’entreprises étrangères et d’emploi.

57Mais la pièce maîtresse de la zone, quoique non évoquée par le « service de communication », est l’usine d’engrais azotés, dont l’énorme complexe de structures et de tubulures d’aluminium domine l’ensemble. Ma visite de cette zone sous haute surveillance coïncide, par un heureux malentendu, avec celle du ministre de l’Industrie, venu inaugurer une unité de production d’ammoniaque. Il s’agit, dans l’esprit des autorités, de l’épilogue discret du dossier de l’usine d’Agrium, qui a provoqué une mobilisation populaire inédite depuis une dizaine d’années, et soulevé une opposition nationale et internationale sans précédent.

58L’usine d’engrais ammoniaqués MOPCO (ex-Agrium) et l’usine de gaz naturel liquéfié de la SEGAS présentent des exemples frappants des difficultés de l’articulation entre les besoins nationaux et locaux, tels que ressentis par la majorité de la population, mais également en termes de développement durable, voire de santé publique, et les exigences de la mondialisation économique, dans un cadre juridique international peu régulé, et sous une contrainte financière impérieuse.

ENCADRÉ 4.
La saga de l’usine Agrium

Le choix du site de l’usine, et les modifications qui l’ont affecté par la suite, témoignent de manière remarquable des aléas des localisations industrielles, en situation dominée, dans le cadre de la mondialisation. Le trust canadien Agrium, un des leaders mondiaux de la production d’engrais, avait en effet signé en 2006 un accord avec le gouvernement égyptien pour l’installation à proximité de Damiette d’une usine d’engrais azotés. L’investissement prévu était de 1,2 milliard de $-US pour une capacité annuelle de 675 000 tonnes d’urée et 80 000 tonnes d’ammoniaque.
La construction de l’usine commence en 2008, malgré l’opposition de la population : en effet, pour les agriculteurs, pêcheurs, militants écologistes, l’usine présente un danger sanitaire, par les rejets atmosphériques et aquatiques qu’elle entraînera. Ces opposants sont rejoints par les propriétaires fonciers et les promoteurs intéressés au développement touristique de Ras el Barr. Ce renfort attire l’attention des médias et des militants de la capitale, d’autant plus que la contestation reçoit le soutien des autorités locales : le gouverneur prend fait et cause pour la population, sans être démis sur le champ de ses fonctions comme on pourrait s’y attendre. Au contraire, l’affaire est portée devant le Parlement, un comité est formé qui décide de déplacer l’usine à Suez25. Mais cette solution ne convient pas à Agrium : certes, Suez est située à l’écart du delta, dans une région désertique, qui accueille déjà des industries polluantes ; mais l’emplacement sur la mer Rouge gênerait l’approvisionnement en gaz et les débouchés commerciaux envisagés en Europe.
Finalement, le gouvernement annonce l’abandon du projet et l’attribution à Agrium, en dédommagement, de 26 % du capital de l’entreprise publique égyptienne MOPCO (Misr Oil Processing Company), spécialisée dans la fabrication d’engrais chimiques26 : une façon habile de faire disparaître le sigle Agrium, tout en privatisant en partie une entreprise étatique, comme le souhaitent les créanciers de l’Égypte et les institutions financières internationales. Et la construction redémarre en novembre 2011, sous la bannière de MOPCO, à la suite de la reprise en mains du pays par le Conseil suprême des Forces armées. L’entreprise annonce qu’elle va tripler la production initialement prévue, à 1,95 million de tonnes d’ammoniaque et 150 000 de tonnes d’urée. Les manifestations reprennent, soutenues par des activistes venus du reste du pays ; elles sont brutalement réprimées, faisant au moins un mort27. Un comité nommé par le syndicat des professions scientifiques, soumis au pouvoir, émet rapidement l’avis que l’usine ne présente aucun danger, tout en rappelant […] son intérêt économique crucial pour l’Égypte.
À la suite du coup d’État du « maréchal » Al-Sissi en juillet 2013, l’extension de l’usine a repris, et l’inauguration en catimini de la phase 3 montre à la fois la détermination du régime militaire, et son incapacité à résister aux demandes des industriels étrangers qui jettent leur dévolu sur l’Égypte. La nécessité d’attirer des capitaux étrangers28 répond à celle des pays du Nord d’exporter leurs émissions de CO2, et leurs nuisances d’une manière plus générale, vers les pays les plus vulnérables du Sud, pour se conformer aux nouvelles normes internationales en termes de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique29. Les émissions de polluants dans l’atmosphère et dans les eaux de surface, de même que les odeurs pestilentielles portées par les vents, ne sont d’ailleurs pas tout : cette industrie est dangereuse, comme l’ont prouvé plusieurs accidents récents aux États-Unis et au Canada ; ceux-ci ont provoqué la chute du titre Agrium et rendent indispensable le déplacement de la production dans des pays du Sud, même lorsque celle-ci ne leur est pas destinée, comme c’est le cas ici.
Agrium a disparu des titres de la presse égyptienne, muselée par la dictature militaire ; il n’en reste pas moins que les affections pulmonaires, les allergies et les dermatoses, ainsi que, dit-on, les fausses couches, se seraient multipliées ; par ailleurs, les besoins en eau douce de l’usine, satisfaits à partir du canal qui la relie au Nil, provoquent une pénurie d’eau pour la population et les agriculteurs. Des études scientifiques prouvent l’impact de l’usine sur son environnement, et sur l’image de la cité balnéaire de Ras el Barr. Le sujet est encore sensible auprès de la population, aucune mesure n’ayant été prise pour réduire les nuisances engendrées par cette usine, comme par l’ensemble des industries polluantes accueillies par la zone industrielle de la nouvelle Damiette ou aux alentours du nouveau port artificiel.
L’affaire Agrium est un cas emblématique de l’effet délétère de la mondialisation conçue comme un moyen d’externaliser des coûts environnementaux au détriment d’une population vulnérable, soumise à la férule d’un État corseté par les intérêts étrangers. Mais c’est aussi l’exemple de la réintégration possible du niveau local, par la résonance de la crise au niveau national et international, grâce à une mobilisation élargie par les médias et les réseaux sociaux.

  • 30 Pour une présentation générale de ce projet « stratégique » et portant à l’époque le nom du préside (...)

ENCADRÉ 5.
L’usine de GNL de la SEGAS (Spanish-Egyptian Gas Company)30,
un pari industriel à hauts risques

L’Égypte est devenue au fil des ans un producteur non négligeable d’hydrocarbures. Ceux-ci constituent l’une de ses principales ressources, mais nécessitent un arbitrage constant entre satisfaction des besoins internes et quête de devises sur les marchés extérieurs. Les aléas de l’usine de gaz liquéfié édifiée dans le port de Damiette illustrent ce dilemme, mais aussi l’incapacité des responsables gouvernementaux à anticiper les tensions et à y répondre, mettant ainsi en péril la réputation de l’État sur la scène internationale. Cette usine montre aussi comment le développement industriel de l’Égypte est aujourd’hui conçu « hors sol », la ville et la population de Damiette n’y ayant là encore, comme pour Agrium, aucune part et n’en tirant aucun bénéfice, tout en ayant à en supporter les nuisances.
Sa localisation n’est en effet pas liée à la ville de Damiette31, mais à la proximité de gisements de gaz off shore situés dans le domaine maritime égyptien32 et exploités par EGAS, ainsi qu’à l’existence d’un port artificiel capable d’accueillir les plus grands méthaniers.
Il s’agit d’une activité de haute technologie, dont la gestion est assurée à travers des contrats à long terme. La décision de construire cette usine avait été prise en 2000 et le premier chargement fut expédié début 2005. Le gaz liquéfié était initialement destiné au marché espagnol, qui devait recevoir 3,2 millions de tonnes/an, le reste étant vendu par EGAS sur le marché égyptien, le tout avec un engagement de 25 ans, signé en 2003. Avec une capacité de 5 millions de tonnes/an, c’était à l’époque la plus grande unité au monde à train unique, pour un investissement d’environ 1,3 milliard $-US. En 2006, les associés décidèrent de faire passer la capacité de production à 10 millions de tonnes/an. Mais le plan de développement fut remis en question par l’épuisement du gisement off shore de Satis33, fortement sollicité par la hausse de la demande domestique en Égypte.
Puis, à la mi-2013, l’usine dut être fermée, faute de gaz et suite à la décision des autorités égyptiennes de privilégier la satisfaction du marché intérieur, en contravention avec les accords passés34. Le gouvernement du Président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, avait pris cette décision à la suite de difficultés d’approvisionnement en fioul et de la multiplication des coupures de courant. La SEGAS porta alors plainte le 12 avril 2013 contre l’Égypte auprès du tribunal d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale, sise à Paris. L’Égypte faisait par ailleurs face à de graves difficultés financières à la suite de la révolution de janvier 2011, et avait retardé les paiements dus aux exploitants étrangers de ses gisements de pétrole et de gaz35. Ce défaut de respect d’un engagement à long terme a trouvé une solution formelle sur le plan financier après le coup d’État militaire de juillet 2013. Le nouveau régime a toutefois confirmé la priorité accordée à la satisfaction des besoins égyptiens, et l’usine n’a toujours pas repris sa production.
Ces avatars posent donc certaines questions : certes, ils manifestent ce que l’on peut considérer comme une preuve d’amateurisme du premier gouvernement démocratiquement élu d’Égypte, vis-à-vis de ses obligations internationales, mais également son souci de donner la priorité aux besoins essentiels de la population. Mais l’on peut s’interroger aussi sur les termes du contrat passé par l’État égyptien avec ses partenaires étrangers sous l’ère Moubarak et, plus fondamentalement encore, sur les intérêts privés ou corporatistes (militaires) masqués derrière le statut étatique des entreprises égyptiennes concernées. On peut aussi s’interroger sur la fragilité d’une économie égyptienne reposant sur des rentes soumises aux aléas extérieurs (fuite des capitaux, arrêt des aides et des investissements étrangers, de la manne touristique, baisse des envois des émigrés, éventuellement ralentissement de la production d’hydrocarbures...).
Il est vrai que la demande d’électricité augmente en Égypte de 7 % par an. Le nouveau régime a donc été contraint de satisfaire en priorité cette demande intérieure au détriment des exportations, en achetant pour la première fois en 2015 des cargaisons de GNL aux compagnies étrangères. EGAS a ainsi décidé que la production du gisement géant de Zohr-Satis (Fig. 17), concession de Shorouk, découvert par ENI (Ente Nazionale Idrocarburi), reviendrait à 65 % à l’Égypte. La mise en exploitation de ce nouveau gisement, en 2018 ou 2019, devrait permettre de couvrir les besoins égyptiens durant au moins dix ans, et de permettre au pays d’économiser 2 milliards $-US par an, avec une reprise des exportations en 2020. C’est alors seulement que l’usine de Damiette pourrait être remise en marche. Il est d’ailleurs possible que l’usine ne soit utilisée que pour la liquéfaction du gaz en provenance du gisement israélien de Léviathan.
L’Égypte a donc toujours l’intention de devenir un hub régional du gaz naturel, grâce à ses usines de GNL et à ses gazoducs qui la relient déjà à ses voisins que sont Israël et la Jordanie36 (Fig. 17). Mais, mises à part l’arrivée temporaire de centaines d’ouvriers venus de l’extérieur pour le montage de l’usine et l’installation à demeure de techniciens pour assurer les rotations des méthaniers, la ville et la région de Damiette ne bénéficient en rien d’une industrialisation avortée, et à laquelle ils n’ont pas été associés37.

Fig. 17. Les concessions gazières égyptiennes au nord du delta, on et off shore.

Fig. 17. Les concessions gazières égyptiennes au nord du delta, on et off shore.

Source : Energy Egypt, juillet 2015.

Fig. 18. L’exportation du gaz naturel off shore égyptien : gazoducs et usines de GNL.

Fig. 18. L’exportation du gaz naturel off shore égyptien : gazoducs et usines de GNL.

Cartographie : gulfoilandgas.com & Fl. Troin • CITERES 2017.

Le port artificiel de Damiette, un futur hub entre la Méditerranée et l’Afrique ?

59Le port moderne, qui abrite l’usine de GNL de la SEGAS, a démarré ses activités en 1986. Il couvre une superficie de 11,8 km2 et comprend un quai pour porte-conteneurs et un autre de fret classique ; il est relié au Nil par un canal pour péniches de 3,5 km de long. Entièrement artificiel, il a été creusé dans les terres à 8,5 km à l’ouest de l’estuaire du Nil. Son chenal d’entrée – 11,4 km de long et 15 m de profondeur – est bordé à l’entrée par deux brise-lames.

Fig. 19. Le port artificiel de Damiette, un projet à vocation internationale déconnecté de son environnement.

Fig. 19. Le port artificiel de Damiette, un projet à vocation internationale déconnecté de son environnement.

Source : Google Earth, 2016.
Interprétation : M. Lavergne, P. Signoles & Fl. Troin • CITERES 2017.

60C’est aujourd’hui la clé de la croissance économique de la ville et de la région, voire de l’Égypte, puisqu’il est destiné à prendre le relais d’Alexandrie et de Port-Saïd, saturés. Les principaux tonnages exportés sont constitués de produits agricoles, d’engrais et de meubles, tandis que, à l’importation, il s’agit surtout de produits pétroliers, de ciment, de céréales et de farine. Le trafic total a atteint 5,6 millions de tonnes/an en 2007. Le port a, depuis lors, fait l’objet d’un important programme de travaux (680 millions $-US, dont 150 millions fournis par la Banque africaine de développement), de manière à lui permettre de recevoir des porte-conteneurs géants : il pourrait ainsi devenir l’un des principaux ports de transit de la Méditerranée ; il suscite l’intérêt des plus grandes compagnies de fret maritime, comme la GGM-CMA38. Selon la même source, les bénéfices pour la région de Damiette sont la création de 1600 emplois sur le site (mais moins de 200 qualifiés), la formation de la main-d’œuvre égyptienne à la gestion d’un port moderne, et des revenus fiscaux de l’ordre de 1 % des revenus du port.

61Mais les autorités égyptiennes souhaitent aller plus loin et faire de Damiette une plate-forme internationale de stockage des céréales. Le magazine Jeune Afrique, dans un dossier de promotion établi en juillet 201539, écrit à ce propos :

« Premier importateur mondial de blé, l’Égypte veut faire de sa dépendance un atout, en jouant de sa position entre les grandes zones de production (Europe, Russie) et de consommation (Asie, Afrique) afin de devenir un pôle d’envergure internationale pour le stockage et le transport des céréales. La construction d’un centre logistique mondial de stockage de céréales en Égypte a été engagée en octobre 2014 et devrait être achevée en 2017, pour un coût total de 2 milliards de dollars (environ 1,6 milliard d’euros). Cette plate-forme céréalière et agroalimentaire s’étendra sur plus de 33 km2 et pourra traiter jusqu’à 65 millions de tonnes de grains par an. Elle comprendra des silos, des quais aménagés pour accueillir de grands cargos vraquiers et cinq zones industrielles spécialisées dans la production de farine, de pâtes, d’huile et de sucre. Depuis la fin 2014, les autorités égyptiennes démarchent en Europe, en Russie, mais aussi dans les pays voisins et auprès des investisseurs arabes afin de constituer une coalition stratégique en matière de logistique et de cotation, avec la création de Bourses spécialisées dans les produits agroalimentaires à Damiette. Ce projet, dont l’objectif est aussi d’assurer la sécurité alimentaire du pays, permettrait à l’Égypte de jouer un rôle régional majeur en tant qu’exportateur. Si certains s’interrogent sur l’intérêt, pour les producteurs, de stocker leurs céréales à Damiette avant de les exporter, évoquant des surcoûts, d’autres, notamment des entreprises russes, sont déjà prêts à y construire des silos ».

62L’utilité d’un tel site de stockage est-elle pour autant démontrée ? Là encore, il est permis de s’interroger sur le bien-fondé des études prospectives et sur le degré de risque encouru, par ce type de développement étroitement tributaire de l’évolution d’un marché mondial, et qui minimise les handicaps du site : par voie de terre, Damiette demeure un cul-de-sac, la route agricole du delta étant engorgée et impraticable aux camions, tandis que la route côtière par Port-Saïd, plus dégagée, est sensiblement plus longue. À l’échelle régionale ou internationale, l’Égypte est elle-même un cul-de-sac terrestre, tant du côté du Soudan que de la Libye ; par voie maritime, le choix d’un emplacement directement situé sur le canal de Suez eut été plus logique, surtout à l’heure où le doublement de la capacité du canal a été réalisé et où les capitaux russes sont appelés à s’investir sur ses rives. D’autre part, le secteur des céréales est un parfait exemple de la corruption qui préside à l’allocation des ressources en Égypte, avec un mélange inextricable des intérêts publics et privés, ce qui ne devrait pas inciter les acteurs économiques internationaux à investir de façon durable dans le pays40.

63À ce moment de notre analyse, la question que l’on doit se poser est celle-ci : sans concertation ni coordination, la gestion de l’économie et de la société n’est-elle pas vouée à l’échec ? Tant il est vrai que les exemples qui viennent d’être présentés, de la gestion par l’État égyptien tant de secteurs délaissés voire condamnés que de secteurs dits d’avenir, montrent a minima un grave déficit aussi bien de compétences que de capacités. Celui-ci se traduit par un manque d’ancrage au réel : l’Égypte, percluse comme elle l’est de carences gravissimes en termes d’éducation, de santé, d’environnement, d’écarts sociaux et culturels, souffre non pas tant de contraintes budgétaires que de manque de cadres techniciens et administratifs compétents et légitimes. Si les décisions d’investissement – ou de désinvestissement – obéissent à une logique politique contestable mais cohérente, elles ne prennent en compte leurs effets à moyen et long terme ni sur la société, ni sur le milieu, et ne s’appuient même pas sur une étude exhaustive des contraintes et des aléas internes et externes.

64Ce mode de gestion, qui correspond à la demande d’efficience des investisseurs étrangers, se heurte de plus en plus à des mobilisations populaires. Ce sont elles qui, depuis le début des années 2000, se sont renforcées pour aboutir au soulèvement de janvier 2011. Après une période de flottement, l’État est revenu à sa réponse traditionnelle aux revendications populaires : la violence exercée compense le manque de légitimité interne et la dépendance envers des soutiens extérieurs. Mais la capacité à mater les mouvements sociaux ne suffit plus : ceux-ci, comme l’a montré l’affaire Agrium, ont désormais tendance à se muer en mouvements sociétaux, dans lesquels se mêlent en s’agrégeant des préoccupations multiples, socio-économiques, identitaires, environnementales, culturelles... La situation de Damiette, avec sa population éduquée et intégrée à la fabrique sociale égyptienne, n’est pas exceptionnelle : les traditions de résistance à l’État et le caractère frondeur sont attestées tant dans les villes du canal (Bruyas, 2007) qu’en Haute Égypte. Elles peuvent même être rapprochées de celles, toujours vivaces, des marges, comme au Sinaï, où l’oppression de l’État à l’égard de la population bédouine, héritage d’une exploitation millénaire (Sanmartin, 1998) a abouti à un mouvement de dissidence et de révolte armée. La popularité d’organisations comme les Frères musulmans ou les diverses obédiences salafistes peut ainsi être comprise comme le réceptacle des frustrations créées par un mode prédateur de gestion des affaires de l’État et par une indifférence assumée à l’égard des aspirations et des besoins de la population.

Conclusion. L’exigence démocratique du développement à l’échelle locale

65L’évolution socio-économique de Damiette présente un cas exceptionnel, car il s’agit d’une ville dont le dynamisme et la prospérité non seulement matériels, mais aussi culturels, sont réputés depuis des siècles. Mais c’est aussi un exemple parmi d’autres des bouleversements entraînés par l’insertion de l’Égypte au système économique mondial, dans une situation à la fois rentière et dominée. Il est d’ailleurs à noter qu’aucune concertation ne semble être en place pour rationaliser les efforts de développement du canal de Suez d’un côté et de Damiette de l’autre, les projets évoqués semblant parfois doubler inutilement les infrastructures et les implantations industrielles du canal (Bruyas, 2007).

66Le développement de la région de Damiette se fait donc sur un fond de destruction des activités, des savoir-faire et des potentialités humaines locales, dans une logique prédatrice et non-renouvelable qui laisse supporter à la population toutes les externalités des projets mis en œuvre. On assiste en effet au remplacement d’une citadinité intégratrice, socialement et professionnellement, comme le montre le fonctionnement des secteurs d’activité sur le modèle ancien de la hisba, par une politique de grands projets, indépendants les uns des autres, et obéissant à des logiques aux échelles globale, comme le marché des engrais ou du GNL, continentale comme la demande en céréales, ou nationale comme le délestage des ports voisins, en négligeant totalement les incidences et les potentialités locales.

67Quant à l’aménagement du territoire au niveau local, s’il a existé dans le passé comme le montre la nationalisation et le développement sous Nasser de l’usine de filature et de tissage, qui fut un facteur de progrès technique et social, il est aujourd’hui remplacé par une gestion au coup par coup, dont la logique ne s’établit qu’en aval, par référence aux normes de conduite imposées aux États par la mondialisation économique. La concomitance d’activités et de projets divers, voire disparates et même antagoniques, nécessiterait pourtant un effort de concertation et de réflexion de la part de l’État, tout comme de la part de pouvoirs locaux et régionaux représentatifs de la population, pour une meilleure intégration, qui pourrait elle-même engendrer des effets bénéfiques de valorisation et de renforcements croisés.

68On a donc, en ce qui concerne l’aménagement de l’espace comme la gestion des activités qui s’y pratiquent, une dichotomie brutale entre zones et activités dépréciées et zones et activités privilégiées, les premières impliquant la grande majorité de la population, et les secondes une faible minorité venue de et tournée vers Le Caire ou l’étranger.

69Le résultat en est une véritable césure entre ces deux ensembles urbains, avec d’un côté la Damiette originelle, ville populeuse, industrieuse, mais dépourvue de toute structure édilitaire, livrée aux potentats locaux épaulés par l’État à travers la figure du gouverneur, et donc en voie de paupérisation et de déstructuration, et, de l’autre, des initiatives modernisatrices comme la Nouvelle Damiette et sa zone industrielle, la zone franche, le port artificiel, obéissant à des logiques nationales voire internationales, elles-mêmes soumises à des aléas politiques et à des logiques de profit qui contreviennent à toute considération de développement durable. On peut ainsi, par exemple, s’interroger sur la nécessité d’implanter une usine d’engrais, hautement toxique et dangereuse, à proximité d’un site touristique, d’une zone urbaine et d’un terroir agricole fertile, alors que 90 % du territoire égyptien est désert et bordé par des mers qui en permettent l’accès.

  • 41 Le « maréchal » Al-Sissi a remplacé sans explication onze gouverneurs de province fin décembre 2015 (...)

70Cette absence d’une gestion cohérente au niveau de l’État relève à la fois d’une volonté délibérée et d’une incompétence. Il manque certes aux militaires au pouvoir le sens de la concertation, du dialogue et de la synthèse, et ils ont plaqué depuis soixante ans sur la société égyptienne le fonctionnement hiérarchique et disciplinaire propre à une armée41.

  • 42 Art. 190 : « Les décisions du Conseil local prises dans les limites de sa compétence sont définitiv (...)

71La Constitution de 2012, préparée et adoptée par un gouvernement dominé par les Frères musulmans, avait en revanche mieux pris en compte cette nécessité de décentralisation et de démocratisation de la gestion des affaires locales (Tadamun, 2015). Certes, l’autonomie des Conseils élus était encore soumise au contrôle de l’État « pour empêcher le Conseil de dépasser les limites, ou de causer du tort à l’intérêt public ou à celui d’autres Conseils locaux » (art. 189). Mais l’autonomie administrative et financière des Conseils locaux y était largement reconnue42.

72La nouvelle Constitution édictée à la suite du coup d’État militaire de juillet 2013 et « ratifiée » en janvier 2014 a annulé les dispositions libérales de la loi sur les Conseils populaires locaux et restauré le pouvoir d’intervention et de dissolution des gouverneurs (art. 20, Loi sur l’Administration locale). Ceux-ci, clés de voûte de l’administration au niveau régional, dépendant directement du Président, n’ont toujours pour seule mission que le maintien de l’ordre public et la répression de toute opposition. Mais, de ce fait, l’administration elle-même est défaillante, manquant de cadres, d’efficience et de moyens, les ministres n’ayant dans un tel système qu’une fonction subalterne d’exécutants et de tuteurs de services techniques privés d’initiative. Il en résulte une corruption incontrôlée à tous les niveaux de l’État, comme en témoigne l’état désastreux des routes et des autoroutes dont la construction est adjugée en fonction d’intérêts opaques, ou les multiples trafics cités plus haut, faisant par exemple en sorte que les soutes des chalutiers ou les conteneurs de meubles contiennent souvent armes, antiquités et drogues qui irriguent des réseaux mafieux, impliquant militaires et agents de la Sécurité.

73Parallèlement, l’État ne trouve comme interlocuteurs ou partenaires aucune structure élective au niveau local : l’absence d’une municipalité se fait ainsi particulièrement sentir à Damiette, la population n’étant ni consultée ni impliquée dans le devenir de sa ville ou de son gouvernorat. La planification urbaine, les services édilitaires lui échappent, comme le montrent la construction d’immeubles sur des zones inondables, la carence dans l’enlèvement et le traitement des ordures, ou une politique du logement qui ne répond pas aux besoins. Les compétences de la population ne manquent pourtant pas, ni le sentiment d’appartenance à une cité et à une société qui ont fonctionné avec succès, durant des siècles, de manière (relativement) autonome. Il y a là, de la part de l’État, un gaspillage désastreux de talents et d’expériences, qui condamne par avance les projets grandioses mis en œuvre sans souci d’un développement auto-reproductible et intégré.

74L’absence de municipalité élue est déjà un handicap insurmontable pour un monstre urbain comme Le Caire, écartelé entre trois gouvernorats, mais elle est encore plus surprenante dans le cas d’une capitale provinciale et de son aire d’influence. La question devient d’autant plus cruciale que la ville, étoffée de ses deux avant-postes de Ras el Barr et Ezbet el Borg, entourée de la campagne densément peuplée de son gouvernorat, dupliquée et concurrencée par la Nouvelle Damiette et équipée d’une zone industrielle, d’une zone franche et d’un port moderne, compose progressivement une agglomération importante, mais désarticulée.

75Actuellement, les nouveaux acteurs économiques comme l’Autorité du port, la ville nouvelle, la zone franche, mais aussi privés comme Agrium la canadienne, SEGAS l’espagnole, ou les égyptiennes EGAS et MOPCO n’ont de relations que verticales avec leurs tutelles au Caire ou leurs sièges à l’étranger : aucun mécanisme de coordination n’a été envisagé à ce jour au niveau local.

76Quant aux formes traditionnelles (corporations) de métiers tels que les pêcheurs, les confiseurs, les fabricants de meubles, elles n’ont pas pu se structurer de manière formelle et reconnue officiellement et sont aux mains de personnalités ou de groupes parfois qualifiés, en privé, de mafieux. On comprend dès lors que la structure sociale se délite et que Damiette risque de devenir un havre de trafics illégaux voire criminels, pour pallier la perte de revenus et de normes sociales.

77Le cas de Damiette donne à réfléchir, certes, sur la situation de l’Égypte et ses perspectives de développement, en écartant pour les besoins de l’analyse, les facteurs extérieurs : mais les facteurs internes sont-ils vraiment sans conséquence sur les risques de déstabilisation venus de l’extérieur ? Et ne sont-ils pas eux-mêmes des pistes de réflexion pour d’autres pays et au-delà, partout où des intérêts et des centres de décision globaux ou lointains privent la population de toute prise sur son destin ?

Top of page

Bibliography

Bennafla K. (dir.), 2015, Acteurs et pouvoirs dans les villes du Maghreb et du Moyen-Orient, Paris, Karthala.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), 2000, Les Compétences des citadins ordinaires dans le monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tours/Tunis, Karthala/URBAMA/IRMC.

Bruyas, F., 2000, « Port-Saïd (Égypte), lieu d’articulation du local au mondial. Zone et ville franche », Annales de géographie, no 612, p. 152-171.

Bruyas F., 2002, De la re-construction régionale à l’a formation d’un territoire du canal de Suez : acteurs et enjeux, Thèse de doctorat, Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais, Tours.

Bruyas F., 2007, « “Mégaprojets” nationaux et dynamiques identitaires locales : le cas de Port-Saïd et des autres villes du canal de Suez », p. 291-327, in Denis É. (dir.), Villes et urbanisation des provinces égyptiennes, Paris/Le Caire, CEDEJ/Karthala.

Cox E., 2015, Development and Good governance in Egypt, e-International Relations Students. En ligne : http://www.e-ir.info/2015/06/10/development-and-good-governance-in-egypt/

Denis É. (dir.), 2007, Villes et urbanisation des provinces égyptiennes, Paris/Le Caire, CEDEJ/Karthala.

El Kadi G., El Sadek T., Ismail H., 1999, Rachid, al nacha, al izdihar, al inhissar [Rosette, naissance, prospérité et déclin], Le Caire, Afaq’Arabiya.

Fathy H., 1996, Construire avec le peuple, Paris, Sindbad, coll. « La Bibliothèque arabe ».

Florin B., 2015, « Du public au privé, de la ségrégation à la fragmentation. Quarante ans de villes nouvelles au Caire », p. 147-168, in Bennafla K. (dir.), Acteurs et pouvoirs dans les villes du Maghreb et du Moyen-Orient, Paris, Karthala.

Lavergne M., 2010, « Égypte, le développement au défi du néo-libéralisme économique », Confluences Méditerranée, no 75 (« Égypte : l’éclipse »), p. 49-64.

Lavergne M., 2013, « Révolutions arabes : pas de démocratisation sans décentralisation », Confluences Méditerranée, no 85 (« Villes arabes : conflits et protestations »), p. 17-32.

Lavergne M., 2015, « Égypte, l’aménagement urbain en quête de pilotage », p. 41-60, in Bennafla K. (dir.), Acteurs et pouvoirs dans les villes du Maghreb et du Moyen-Orient, Paris, Karthala.

Lavergne M., 2016a, « Un bilan amer pour l’Égypte : quarante ans de croissance rentière, au prix de la désagrégation sociale et de la dépendance extérieure », Hérodote, no 160-161, p. 97-122.

Lavergne M., 2016b, « Le retour des militaires, un rempart contre Daesh ? », note de la Fondation Jean-Jaurès, no 292 (février).

Ministère du développement local, Decentralization Support Unit, 2011, Vers un nouveau système d’administration locale en Égypte : l’expérience française, séminaire des 24-26 mai 2011, Le Caire.

Pagès-El Karoui D., 2002, Villes du delta du Nil : identités citadines et émergence d’une région urbaine. Tantâ, Mehalla, Mansûra, Thèse de doctorat, Géographie, INALCO.

Pagès-El Karoui D., 2007, « Mansûra ou les recompositions d’une ville secondaire à l’heure de la mondialisation », p. 265-290, in Denis É. (dir.), Villes et urbanisation des provinces égyptiennes, Paris/Le Caire, Karthala/CEDEJ.

Sanmartin O., 1998, Le Sinaï, un espace périphérique en cours d’intégration, Thèse de doctorat, Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais, Tours.

Signoles P., 1999, « Acteurs publics et acteurs privés dans les villes du monde arabe », p. 19-53, in Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), L’Urbain dans le monde arabe, Paris, CNRS-Éditions.

Singerman D. (dir.), 2009, Cairo contested, Governance, Urban Space and Global Modernity, Le Caire, Université américaine du Caire.

Tadamun, 2015, Comparing Two Forms of Local Administration: Can Decentralization in France be a Model for Egypt? En ligne : http://www.tadamun.info/2015/01/21/comparing-two-similar-models-local-administration-can-decentralization-france-inspiration-egypt/?lang=en#.V0wfsr5BbIU [consulté le 18/01/2017].

Top of page

Notes

1 Même si certains auteurs mettent l’accent sur les dynamismes sociaux à l’œuvre dans les villes arabes, ceux-ci ne paraissent pas facilement en mesure de résister à la férule de l’État, comme le montre le retour en force de régimes autoritaires après le sursaut des « Printemps arabes ». Sur ces dynamiques sociales, se reporter à Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2000 et à Singerman, 2009.

2 Environ la vingtième par la taille (206 000 habitants estimés en mars 2016, contre 215 000 recensés pour la ville et 237 000 pour l’ensemble du markaz [canton] en 2006). Son gouvernorat – l’un des plus petits d’Égypte avec ses 1000 km2 et ses quatre cantons ruraux de Fariskour (200 000 hab. en 2006), Kafr Saad (291 000), Kafr el Battikh et Zarqa (123 000) –, rassemble 1,36 million d’habitants en 2016 (1,1 recensé en 2006 et 0,914 en 1996).

3 Les horaires des chemins de fer indiquent un temps de trajet de 4 h 50, soit une vitesse moyenne théorique de 40 km/h, en réalité souvent beaucoup plus lente, étant donné les arrêts impromptus dus à la vétusté du réseau et des équipements... En voiture, le voyageur a le choix entre la route dite « agricole » qui traverse le delta du sud au nord (la plus courte en distance, la plus longue en temps de trajet), et l’autoroute de Port-Saïd, plus longue, mais plus rapide et plus sûre, car plus récente, plus dégagée et mieux entretenue. Dans le premier cas, on rejoint Damiette par le sud, en longeant le Nil, bordé de vergers et de champs ; dans le second, l’entrée se fait en traversant une zone amphibie couverte de roseaux, entre lac Menzaleh et mer Méditerranée, découpée en fermes piscicoles qui s’étendent de part et d’autre jusqu’à l’horizon.

4 Qui fut longtemps son homologue à l’embouchure de l’autre branche du Nil, avec une activité portuaire, commerciale et industrielle importante, mais qui a été marginalisée depuis le XIXe siècle par le développement d’Alexandrie.

5 Avant l’essor d’Alexandrie et l’ouverture du canal de Suez, Damiette servait toutefois de fenêtre de l’Égypte sur l’extérieur, assurant les relations maritimes avec les Échelles du Levant et avec la Méditerranée occidentale. Elle était également une étape sur la route caravanière menant du Maghreb au Machrek en longeant le littoral.

6 C’est Mohamed Fahim El Guindy, né en 1872 à Damiette, qui fut le fondateur de l’industrie contemporaine du meuble en Égypte. Voir sa biographie sur https://en.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Fahim_ElGindy [consultée le 18/01/2017].

7 On peut trouver des exemples de produits et de la localisation des ateliers au centre de Damiette sur : https://www.facebook.com/search/107965249231843/places-in/162845797101278/places/intersect/ ; https://www.facebook.com/pages/Asfour-Gallery-Elmehwar-St/287913031411443 ; http://www.mobilusso.com/mobilusso/style.html [les 3 sites consultés le 18/01/2017] ; etc. Le recours généralisé à Internet pour promouvoir la production est une preuve de l’ouverture de cette industrie aux techniques modernes, tout autant que d’ouverture commerciale au monde.

8 Damiette évoque le débarquement de Saint-Louis en 1249, et l’épisode de la 7e croisade, qui s’acheva par la captivité du roi défait à la bataille de Mansourah, l’année suivante, avec ses deux frères et 12 000 soldats. Elle avait déjà été prise brièvement par les Croisés lors de la 5e croisade en 1219. La cité était pour les Croisés une base de départ pour la reconquête de Jérusalem, et non une tête de pont pour la conquête de l’Égypte...

9 Comme la mosquée Amr Ibn el As (Al-Fateh), du nom du conquérant arabe et musulman de l’Égypte en 640 ap. J-C.

10 La ville est, depuis l’Antiquité, le siège d’un évêché copte.

11 Tel-Kamal al-Din Muhammad ibn Musa al-Damiri (1344-1405), spécialiste du droit canon musulman et naturaliste à Farag Foda, courageux défenseur de la laïcité, assassiné en 1992 par les Gam’at islamiya.

12 https://en.wikipedia.org/wiki/Ezbet_el-Borg [consulté le 18/01/2017].

13 « Faire face à la marée : comment protéger le littoral du delta du Nil ? », par Mohammed Yahia : http://www.idrc.ca/FR/Resources/Publications/Pages/ArticleDetails.aspx?PublicationID=995 [consulté le 18/01/2017].

14 https://libcom.org/news/strikes-continue-egypt-despite-military-threats-21022011 [consulté le 18/01/2017]. Pour un arrière-plan sur la lutte des ouvriers égyptiens du textile dans la période pré-2011, voir J. Beinin : https://libcom.org/library/militancy-mahalla-al-kubra [consulté le 18/01/2017]. Sur la mobilisation sociale en Égypte face à la politique du régime militaire du président Al-Sissi, voir en ligne : http://www.dailynewsegypt.com/2016/01/20/workers-in-2015-physical-and-economic-threats-continue/ [consulté le 18/01/2017].

15 “The death of a sector: Egypt’s ageing textile industry speaks a tale of how corruption and mismanagement killed the sector, but also of mobilized industrial action”, 24/09/2013. En ligne : http://www.madamasr.com/sections/politics/death-sector [consulté le 24/01/2017].

16 Sur l’histoire économique et sociale de l’usine de Mehallat El Koubra, mais aussi du secteur textile d’État en Égypte, voir : https://en.wikipedia.org/wiki/Misr_Spinning_and_Weaving_Company [consulté le 18/01/2017].

17 Mais la ville ne dispose pas d’aéroport et dépend donc du Caire pour les vols intérieurs ou internationaux.

18 Pour un bilan provisoire des villes nouvelles en Égypte, à partir de l’exemple de celles qui ceinturent Le Caire, voir Florin, 2015. Sur le cas particulier des lotissements pour la classe moyenne, à travers l’initiative d’Orascom, voir Lavergne, 2015, p. 54 et sq.

19 Voir le site officiel de la New Urban Communities Authority, dont les données contredisent les résultats du recensement fournis par le CAPMAS. En ligne : http://www.newcities.gov.eg/english/New_Communities/Damietta/default.aspx [consulté le 18/01/2017].

20 Un euro = environ 8,50 £E au moment de l’enquête (décembre 2015).

21 Peut-être en relation avec les effets de la crise des subprimes qui a frappé l’Égypte en 2008.

22 D. Pagès-El Karoui (2007) défend l’idée d’une « mésopolis » des villes secondaires de Mansourah, Tanta et Mehalla qui pourrait structurer l’armature urbaine du delta, et pose la question de la nature de la relation entre Mansourah et Damiette (p. 284). Au vu des développements intervenus depuis ses enquêtes, il semble que Damiette s’oriente vers un développement autonome, autour de sa vocation portuaire et industrielle, ce qui la rapprocherait du modèle des villes du Canal évoqué par F. Bruyas dans ce même ouvrage (dir. D. Pagès-El Karoui).

23 Ce qui confirme que les statistiques économiques et financières égyptiennes ne permettent pas aux autorités un pilotage informé de l’activité économique et que les instances internationales, comme la Banque mondiale ou l’Organisation internationale du travail (OIT), ne livrent comme données statistiques que celles que les autorités égyptiennes concoctent à leur intention.

24 Voir par exemple le site web d’El Azab Furniture : http://www.elazab.com/main/index.php?PNAME=about [consulté le 18/01/2017].

25 Ce traitement mesuré de l’opposition montre bien l’affaiblissement du régime de Moubarak, bien avant la révolution de janvier 2011. Il est alors aux prises avec une opposition politique symbolisée par le mouvement Kefaya [Ça suffit !] fondé en 2004 pour demander des élections présidentielles ouvertes, et sociale avec la multiplication des conflits ouvriers et des grèves des fonctionnaires et de multiples corps de métiers. Il traite ce mécontentement populaire par un mélange de négociations et d’intimidation, plus que par la répression policière. Il doit en effet tenir compte des médias, qui prennent un rôle nouveau de caisses de résonance des revendications sociales. Il est aussi d’autant plus sensible à son image à l’étranger que le pays accède en juillet 2008 à la coprésidence de l’Union pour la Méditerranée et qu’il est convié aux réunions du G-20. Le régime reçoit enfin un coup de semonce de Barack Obama qui lui enjoint, lors de son discours du Caire de juin 2009, de se démocratiser.

26 http://www.mopco-eg.com/en/mopco.php [consulté le 18/01/2017].

27 http://english.ahram.org.eg/NewsContent/1/0/26595/Egypt/0/Damiettans-escalate-protests-against-environmental.aspx, 15 novembre 2011 [consulté le 18/01/2017] ; http://platformlondon.org/2011/11/15/mass-environmental-justice-uprising-engulfs-damietta-on-egypts-mediterranean-coast/ [consulté [consulté le 24/01/2017].

28 Même si leur apport est sujet à caution, tant en termes d’emploi que d’impôts.

29 Voir les différents incidents récents provoqués par la production ou le transport des produits issus des usines d’Agrium aux États-Unis et au Canada : fuite d’ammoniaque à l’usine de Borger aux États-Unis, en mai 2015 http://www.newschannel10.com/story/29183924/update-multiple-people-injured-in-agrium-plant-accident, ainsi que la liste des incidents dans des usines chimiques aux États-Unis depuis 2013 : http://preventchemicaldisasters.org/resources/158971-2/ [consultés le 18/01/2017].

30 Pour une présentation générale de ce projet « stratégique » et portant à l’époque le nom du président Moubarak, voir le site officiel du ministère du Pétrole et des Mines en 2010. En ligne : http://www.petroleum.gov.eg/en/ProjectsandActivities/StrategicProjects/Pages/MubarakPetrochemicalsandasComplexinDamietta.aspx

31 SEGAS est un consortium international dominé par Union Gas Fenosa (80 %), une joint-venture à égalité entre Union Fenosa (Espagne) et ENI (Italie), le reste étant partagé entre deux entreprises publiques égyptiennes, EGAS (10 %) et Egyptian Petroleum Corporation (EGPC, 10 %). Cf. http://www.hydrocarbons-technology.com/projects/seagashttps://www.eni.com/en_IT/attachments/investorrelations/presentation/2004/Damietta_PDF_pdf [consulté le 18/01/2017].

32 L’Égypte est déjà le deuxième producteur africain de gaz naturel, derrière l’Algérie. Mais l’exportation est tombée à 4,7 millions de tonnes en 2012, alors que la capacité globale des deux usines d’Edkou (près d’Alexandrie) et de Damiette s’élevait à 12,2 millions de tonnes.

33 Le groupe italien ENI (Ente Nazionale Idrocarburi) et le pétrolier BP ont annoncé en 2008 la découverte du gisement de gaz de Satis, à 50 km environ au nord de Damiette (profondeur de 6 500 m).

34 http://www.lngworldnews.com/egypt-stops-damietta-lng-exports-to-eni/ ; http://english.ahram.org.eg/NewsContent/3/12/64321/Business/Economy/Damietta-LNG-plant-idled-as-Egypt-keeps-its-gas-at.aspx [consultés le 18/01/2017]. La même mésaventure est arrivée à l’entreprise britannique BG, qui opère l’autre usine géante de gaz liquéfié à Edkou.

35 http://www.reuters.com/article/egypt-gas-idUSL6N0DB30820130424 [consulté le 18/01/2017].

36 http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-09-01/egypt-plans-to-use-natural-gas-find-for-itself-for-next-10-years [consulté le 18/01/2017].

37 Cette usine n’a qu’un impact minime sur l’économie et la société locales, puisqu’elle n’engendre que 270 emplois et ne verse, sauf erreur, pas de taxes.

38 http://worldmaritimenews.com/archives/131488/port-of-damietta-attracts-more-container-ships/ [consulté le 18/01/2017].

39 En ligne : http://www.jeuneafrique.com/mag/247915/economie/Égypte-quand-damiette-se-reve-en-grenier-geant/ [consulté le 18/01/2017].

40 https://www.yahoo.com/news/special-report-egypt-struggling-end-corruption-wheat-112028586.html [consulté le 18/01/2017].

41 Le « maréchal » Al-Sissi a remplacé sans explication onze gouverneurs de province fin décembre 2015 pour mettre à leur place des officiers supérieurs...

42 Art. 190 : « Les décisions du Conseil local prises dans les limites de sa compétence sont définitives et ne sont pas susceptibles d’interférence de la part des autorités exécutives » ; art. 19 : « Chaque Conseil local sera chargé de son propre budget et de ses comptes finaux » ; art. 19 : « Il est interdit de dissoudre les Conseils locaux ».

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Vue d’ensemble du nord du Delta, d’Alexandrie au canal de Suez, avec Damiette à l’embouchure de la branche orientale du Nil.
Credits Source : Google Earth, 2016 ; mentions ajoutées par Fl. Troin • CITERES 2017.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-1.png
File image/png, 5.2M
Title Fig. 2. Damiette : naissance d’une conurbation provinciale entre ancrage terrestre et ouverture au large.
Credits Sources : M. Lavergne & Google Maps. Cartographie : Fl. Troin • CITERES, 2017.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-2.png
File image/png, 3.2M
Title Fig. 3. Salon d’apparat, style « Louis XV ».
Credits Source : Catalogue d’El Labban Furniture, décembre 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-3.png
File image/png, 1.9M
Title Fig. 4. Transport de meubles après finition, route de Port-Saïd.
Credits Cliché : M. Lavergne, été 2011.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-4.png
File image/png, 919k
Title Fig. 5. Damiette : croissance d’une ville moyenne aux fonctions multiples.
Credits Sources : M. Lavergne & Google Maps. Cartographie : Fl. Troin • CITERES, 2017.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-5.png
File image/png, 1.8M
Title Fig. 6. Une ruelle commerçante du vieux centre de Damiette.
Credits Source : https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Market_street_in_Damietta.JPG [consulté le 28/02/2017].
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-6.png
File image/png, 124k
Title Fig. 7. Canal de desserte des fermes piscicoles à Shata.
Credits Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-7.png
File image/png, 4.1M
Title Fig. 8. L’entassement des déchets ménagers à Shata.
Credits Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-8.png
File image/png, 3.7M
Title Fig. 9. La « cité » de Shata, au bord de l’avenue de Port-Saïd.
Credits Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-9.png
File image/png, 737k
Title Fig. 10. Construction d’immeubles en zone inondable.
Credits Cliché : M. Lavergne, décembre 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-10.png
File image/png, 3.6M
Title Fig. 11. L’entrée de Damiette par la route de Port-Saïd : piles de bois importé en bord de route, immeubles d’exposition de meubles en arrière-plan.
Credits Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-11.png
File image/png, 8.7M
Title Fig. 12. Vue sur l’embouchure du Nil depuis la corniche de Ras el Barr.
Credits Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-12.png
File image/png, 9.3M
Title Fig. 13. Bateaux de pêche à l’ancre à Ezbet el Borg.
Credits Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-13.png
File image/png, 10M
Title Fig. 14. Immeubles de villégiature à Ras el Barr.
Credits Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-14.png
File image/png, 1.1M
Title Fig. 15. Nouveaux lotissements à l’entrée de Ras el Barr.
Credits Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-15.png
File image/png, 2.9M
Title Fig. 16. La modernisation de l’artisanat du meuble : un salon d’exposition à la Nouvelle Damiette.
Credits Cliché : M. Lavergne, janvier 2016.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-16.png
File image/png, 3.8M
Title Fig. 17. Les concessions gazières égyptiennes au nord du delta, on et off shore.
Credits Source : Energy Egypt, juillet 2015.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-17.png
File image/png, 1.3M
Title Fig. 18. L’exportation du gaz naturel off shore égyptien : gazoducs et usines de GNL.
Credits Cartographie : gulfoilandgas.com & Fl. Troin • CITERES 2017.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-18.png
File image/png, 941k
Title Fig. 19. Le port artificiel de Damiette, un projet à vocation internationale déconnecté de son environnement.
Credits Source : Google Earth, 2016.Interprétation : M. Lavergne, P. Signoles & Fl. Troin • CITERES 2017.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/1390/img-19.png
File image/png, 1.9M
Top of page

References

Electronic reference

Marc Lavergne, « Damiette, une ville prospère d’Égypte au péril de la mondialisation », Les Cahiers d’EMAM [Online], 29 | 2017, Online since 01 March 2017, connection on 24 September 2017. URL : http://emam.revues.org/1390 ; DOI : 10.4000/emam.1390

Top of page

About the author

Marc Lavergne

Géographe, Directeur de recherche au CNRS, UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

collongue@gmail.com

By this author

Top of page