Skip to navigation – Site map

Full text

1Certains numéros de revues sont élaborés à partir des réponses parvenues à la suite d’appels à contributions relatifs à des thématiques ciblées et à des questionnements précis. Le présent numéro des Cahiers d’EMAM, consacré aux Villes nouvelles au Maghreb, n’appartient pas à ce genre. Les auteur(e)s ont en effet été directement sollicité(e)s par les responsables de la revue, et ils (elles) ont été invité(e)s à se situer dans un cadre chronologique bien précis. Il ne s’agissait pas, en effet, de revenir sur la ville nouvelle coloniale, sur les conditions de sa mise en place, les principes urbanistiques et/ou politiques qu’elle exprime, sa signification, son évolution pendant la période coloniale elle-même et après les indépendances. Le sujet a déjà fait l’objet de multiples travaux de spécialistes de diverses disciplines, depuis Jacques Berque avec sa trilogie de la ville maghrébine (1958) ou Daniel Rivet se confrontant à l’œuvre de Lyautey (1988). Par ailleurs, des travaux universitaires plus récents se sont attachés aux questions terminologiques ou aux caractéristiques que leurs promoteurs voulaient donner à ces créations-expérimentations (Gillot, 2004), tandis que d’autres privilégiaient la « fabrique » de ces villes « européennes », les enjeux qu’elles représentaient et les conflits d’acteurs qu’elles suscitaient (Guidice, 2006 ; Jelidi, 2012). D’autres, enfin, ont entrepris une analyse comparée à partir d’un large panorama prenant en considération plusieurs pays du Maghreb (voire au-delà) et les mettant en perspective (Vacher, 2005). Quand bien même aucun sujet n’est jamais épuisé, ne serait-ce que parce que les problématiques s’infléchissent, voire se modifient, par exemple sous l’influence des études post-coloniales, notre intention n’était pas de nous engager dans cette voie.

  • 1 IAURIF : Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France.

2Notre projet était donc d’apporter des éclairages sur les politiques (ou des programmes) de villes nouvelles, donc sur des politiques volontaristes planifiant des créations de nouvelles entités urbaines. Il ne s’agit donc ni de la construction de nouveaux quartiers dans des villes préexistantes, ni de la création de villes « isolées » accompagnant des investissements miniers, industriels ou touristiques, toutes opérations qui ne participent pas d’une politique pré-établie d’aménagement du territoire ou d’aménagement métropolitain. Ces créations ex nihilo, du moins en principe, se font en des sites (apparemment) vierges et/ou vides. Dans le monde arabe, c’est l’Égypte qui a été pionnière en ce domaine, en initiant dans les années 1970 ses premières opérations (le chantier de la ville nouvelle de Dix-de-Ramadan démarre en 1977), lesquelles s’inscrivent dans les objectifs définis par le premier Schéma directeur d’aménagement du Grand Caire (élaboré avec la collaboration de l’IAURIF1).

3Si l’expérience égyptienne n’est pas directement évoquée dans le présent numéro des Cahiers d’EMAM, c’est parce que ses villes nouvelles n’ont cessé de mobiliser l’intérêt des chercheurs. Les travaux récents qui leur ont été consacrés sont si nombreux, y compris en langue française, que le risque de redondance était réel. Ils traitent avec finesse et pertinence des réorientations en cours de la politique égyptienne des villes nouvelles (Florin, 2005 ; Barthel, 2011) ou esquissent une synthèse de ses effets sociaux, pointant entre autres leur responsabilité dans le passage de la ségrégation à la fragmentation urbaine (Florin, 2015 ; Braud, 2015).

  • 2 En vérité, l’idée de créer des « pôles urbains secondaires » dans le bassin d’Alger préexiste large (...)
  • 3 À Tamansourt, les opérations d’aménagement sont lancées bien avant cette date, les premières études (...)
  • 4 Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, 1997, Schéma directeur national d’a (...)
  • 5 La citation est extraite (p. 3) du rapport final de 1re phase, daté de 1996, dont l’achèvement (200 (...)
  • 6 Le site de Fejja se trouve à l’ouest de Tunis, peu après La Mornaguia et à proximité de la petite v (...)
  • 7 Le CATUC devrait remplacer le CATU (Code de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme) promulgu (...)
  • 8 L’AFH agit pour son propre compte (de promotion immobilière) ou, de plus en plus, comme « producteu (...)
  • 9 Information donnée sous réserve de confirmation auprès des responsables de l’AFH. Il semblerait éga (...)

4En conséquence, les articles réunis dans ce numéro se concentrent sur les deux seuls pays du Maghreb – l’Algérie et le Maroc – qui ont élaboré, puis mis en œuvre, des politiques nationales de création de villes nouvelles, certaines de ces dernières étant d’ores et déjà sorties de terre, habitées ou en cours de peuplement, mais aussi inégalement fonctionnelles. Ils portent donc sur une période postérieure à l’expérience égyptienne – dont on est légitimement en droit de se demander si ses leçons ont été de quelque utilité aux responsables des deux pays maghrébins concernés par les politiques de villes nouvelles. En Algérie, c’est le SNAT (Schéma national d’aménagement du territoire) de 1987 qui programme pour la première fois la création de villes nouvelles2 ; au Maroc, c’est en 2004 que les projets de Tamansourt et de Tamesna sont lancés ou érigés en villes nouvelles3. L’absence de la Tunisie dans ce tableau maghrébin ne témoigne d’aucun ostracisme de notre part. Elle est la conséquence logique de ce que, en ce pays, l’option « villes nouvelles » n’a jamais figuré parmi les moyens d’action préconisés par les documents d’aménagement territorial ou urbain et validés par leurs autorités de tutelle et le gouvernement. Si le sujet a été débattu, par exemple lors de la préparation du Schéma directeur national d’aménagement du territoire (SDNAT), les bureaux d’étude en charge de son élaboration n’en ont pas retenu le principe4. De même, les auteurs du Schéma directeur d’aménagement du Grand Tunis se sont volontairement inscrits en conformité avec les préconisations du SDNAT et ont privilégié l’option d’une organisation de l’espace métropolitain sous la forme d’un « réseau polynucléaire »5. Les choses ont cependant commencé à changer. On n’en veut pas pour preuve la soutenance de certaines thèses universitaires annonçant le lancement de tel ou tel projet de villes nouvelles, l’appellation étant dans le cas d’espèce manifestement usurpée (Sioud, 2011)6, mais bien plus le fait, autrement plus sérieux, que le nouveau Code de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de la construction (CATUC) comporte un titre entier (le titre IX), composé de deux chapitres et dix sections, dont l’intitulé est : « De la ville et de la ville nouvelle »7. Cet affichage marque une rupture dans les conceptions tunisiennes de l’aménagement urbain et de l’urbanisme – mais plus particulièrement de ce dernier, car, en ce cas des villes nouvelles, leur rôle en matière d’« aménagement du territoire » semble abandonné –, ce qui les rapproche de celles qui prévalent en Algérie et au Maroc. Car les villes nouvelles désormais envisagées le sont, semble-t-il, à l’initiative de l’Agence foncière de l’habitat (AFH), l’opérateur public en charge des plus importantes opérations foncières et de construction8, puisqu’elle aurait été, dès 2013, à l’initiative d’études pour la réalisation d’une ville nouvelle à Utique (au nord de Tunis, près de la Mejerda, et à mi-chemin entre la capitale et Bizerte), sur 1000 ha environ d’un très vaste domaine public d’une superficie de 5 000 ha9. Il ne fait donc pour nous aucun doute que, pour la Tunisie, le dossier des villes nouvelles soit désormais « à suivre »…

– • –

5Dans les limites chronologiques et spatiales ainsi définies (ou imposées), un intérêt particulier pour les villes nouvelles s’est manifesté et s’est traduit par une conjonction plutôt inopinée de travaux scientifiques de différents types ou d’évaluations, par des chercheurs indépendants, des politiques publiques engagées aux fins de production de ces entités urbaines. C’est parce que nous connaissions la plupart des chercheurs concernés par les travaux en question que nous avons pris l’initiative de ce numéro thématique des Cahiers d’EMAM. Ces travaux peuvent être classés en trois catégories :

6 D’abord, trois thèses de doctorat, soutenues en Géographie, Urbanisme ou Aménagement des territoires et préparées, dans l’ordre chronologique, à Tours (Lakehal, 2013), Montpellier (Ballout, 2014b) et Rabat (Serhir, 2014). Ce sont les premières thèses, à notre connaissance, consacrées aux villes nouvelles du Maghreb. S. Serhir rappelle cependant que, à proprement parler, le quartier Hay Ryad à Rabat n’a été ni pensé ni programmé comme une ville nouvelle, mais comme une « simple » opération de construction d’un nouveau quartier de Rabat à destination des catégories sociales aisées de la capitale marocaine, ce qui ne l’empêchait pas d’occuper une vaste superficie et d’afficher de grandes ambitions en termes de programmation des équipements. Ce n’est qu’a posteriori, et afin de favoriser une meilleure commercialisation des « produits » (logements, bureaux) et de justifier des prix relativement élevés, que la désignation de « ville nouvelle » a été adoptée et utilisée comme un argument marketing. A. Lakehal et J.-M. Ballout s’attachent quant à eux, avec la ville nouvelle d’Ali Mendjeli à Constantine, à un autre cas lui aussi paradoxal, puisque sa réalisation fut véritablement imposée par le wali de Constantine dans un « bras de fer » avec son ministère de tutelle et les autorités algériennes au plus haut niveau. De fait, le statut de ville nouvelle ne fut « octroyé » à Ali Mendjeli que bien après l’ouverture des chantiers, alors que les logements construits étaient déjà nombreux et les premiers aménagements réalisés. Le troisième exemple est celui de Tamansourt, à proximité de Marrakech, étudié lui aussi par J.-M. Ballout dans une démarche comparative avec Ali Mendjeli. Or, si Tamansourt a été plus rapidement « intégré » dans le programme national des villes nouvelles que les autres exemples étudiés, et si sa gestion – ce que les autorités et les responsables de projets éprouvent le besoin d’appeler sa « gouvernance » – procède bien du « modèle » marocain, on ne peut manquer, ici encore, de noter que, à son démarrage, il ne s’agissait nullement d’une opération de ville nouvelle, mais seulement de l’aménagement d’une zone industrielle. Sans doute parce qu’elles sont les premières, ces trois thèses traitent de projets qui n’ont pas démarré en tant que villes nouvelles – du moins officiellement dans le cas d’Ali Mendjeli –, mais ont bénéficié, après un délai variable, de ce « label ». Pour autant, il n’est pas du tout certain que les difficultés qui ont accompagné leur gestation aient permis aux responsables politiques, administratifs et techniques des programmes nationaux respectifs de tirer beaucoup de leçons de ces expériences.

  • 10 Gaborit P. (dir.), 2013, New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au (...)
  • 11 Un compte-rendu de cet ouvrage figure dans la rubrique correspondante du présent numéro thématique.
  • 12 On pourrait certes comprendre cette attitude dans des régimes autoritaires et fortement répressifs, (...)
  • 13 R. Sidi Boumedine a, entre autres, dirigé le bureau d’études URBANIS de la wilaya du Grand Alger (d (...)

7 Ensuite, est paru un ouvrage10 issu d’un séminaire associant chercheurs et professionnels de l’aménagement, qui ambitionnait de réaliser une comparaison entre les projets de villes nouvelles conduits dans différents pays du nord et du sud de la Méditerranée – Algérie, Maroc et Égypte pour ces derniers. L’objectif principal était bien, en l’occurrence, de favoriser un dialogue devant permettre que les leçons des expériences les plus anciennes soient tirées et servent aux nouvelles afin que certaines erreurs identifiées ne soient pas répétées. Le séminaire en question s’inscrivait dans un programme initié par Europ-Aid, qui est le nom de la direction générale de la Commission européenne pour la coopération au développement. Ce programme CIUDAD, lancé à la fin de la première décennie des années 2000 pour favoriser la coopération décentralisée dans les pays du sud de la Méditerranée, avait sélectionné pour financement un projet intitulé New Medina. Malgré la qualité du travail éditorial dont témoigne cet ouvrage11, on ne peut manquer d’être frappé – sans en être vraiment étonné – par le hiatus qui sépare les réflexions des chercheurs, dont certains sont d’ailleurs aussi des praticiens, s’efforçant de prendre quelque distance par rapport aux cas étudiés, de s’inscrire dans le temps long et de mener la comparaison, et celles des acteurs « opérationnels », professionnels en charge des projets, qui éprouvent à l’évidence de grandes difficultés à ravaler la langue de bois et à prendre quelque distance critique par rapport aux politiques publiques dans lesquelles leur action s’inscrit. On ne peut alors manquer de s’interroger sur la capacité d’« autonomie » dont peuvent faire preuve, dans leurs activités professionnelles, ces acteurs-intervenants (de séminaires), qui sont souvent des décideurs ou des responsables de haut niveau, s’ils se trouvent « obligés » de ne formuler publiquement aucune critique envers une politique « nationale »12. C’est cette occultation de la dimension politique (au sens strict) de ces programmes, dont une des conséquences est la survalorisation des aspects techniques et financiers, qui nous a conduit à solliciter l’un des auteurs de l’ouvrage collectif ci-dessus signalé (Sidi Boumedine, 2013) pour lui demander, en tant que sociologue, mais aussi en tant qu’il avait exercé différentes responsabilités dans le domaine de l’urbanisme13, de rédiger un papier qui se situerait en surplomb des analyses de cas. Ayant accepté notre proposition, l’auteur en question montre comment, localement, celui (ou celle) qui est chargé(e) de donner corps au projet (en l’occurrence, de ville nouvelle), de l’inscrire dans la matérialité (dans l’espace et dans l’environnement social où il est prévu de le localiser), se trouve pris, en quelque sorte, entre le marteau (du pouvoir) et l’enclume (de la réalisation matérielle et de la gestion humaine), et s’avère donc, de fait, dans l’impossibilité de tenir les objectifs qui lui ont été fixés.

  • 14 Le rapport de synthèse s’intitule : Étude relative aux pratiques professionnelles et aux processus (...)

8 Enfin, le ministère marocain de l’Habitat a engagé la réalisation d’une ambitieuse étude qui, au-delà de son intitulé général et, apparemment, technique14, vise principalement à évaluer son Programme national de villes nouvelles et à décrypter les modalités de sa mise en œuvre en les comparant avec celles mobilisées pour la réalisation de grandes opérations d’urbanisme, que celles-ci aient été le fait du secteur public ou du secteur privé. Tarik Harroud, le coordinateur de ce rapport (signé du seul nom de l’institution dans le cadre duquel il a été réalisé) et auteur par ailleurs d’une sorte de manuel méthodologique inspiré de ses conclusions (Harroud, 2011), nous a proposé de livrer une analyse critique des réalisations des villes nouvelles marocaines et de la « gouvernance » qui, en principe, accompagne tant la conception du programme en amont que la réalisation des différents projets ou encore la gestion des entités finalement produites. Si cet auteur mobilise plus particulièrement les investigations qu’il a personnellement conduites sur la ville nouvelle de Tamesna, située à quelques kilomètres au sud de Rabat, et nous permet ainsi de mesurer combien les remarques – pour ne pas dire les critiques – qu’il formule à propos de ce projet s’appuient sur sa connaissance intime du terrain, la possibilité qu’il nous offre de replacer le cas d’espèce dans un ensemble plus large, à savoir celui d’une politique publique qui s’affichait dès son lancement comme revêtant une importance nationale, fournit aussi une large matière à réflexion quant à la signification politique d’entreprises « urbanistiques » (ou d’aménagement du territoire ?) de ce genre. Les conclusions de l’auteur – conclusions en ce sens qu’elles ne revêtent pas toujours la forme interrogative, souvent plus prudente, qui caractérise souvent des analyses du même type – trouvent ample confirmation dans l’essai que Jean-Marie Ballout entreprend du même Programme marocain de villes nouvelles, pour lequel il esquisse un « bilan intermédiaire ». Dépassant le cadre de la ville nouvelle de Tamansourt, à laquelle il a consacré sa thèse universitaire, l’auteur en question présente, entre autres, les dispositifs ad hoc (juridiques et institutionnels) qui ont été mis à disposititon des responsables des projets pour les réaliser et les gérer, avant que de montrer dans quelle mesure les objectifs ambitieux affichés sont très loin d’être remplis. Plus encore, il confirme, à partir de la présentation et de l’analyse de certains conflits apparus lors de la conduite des projets, l’existence d’importants dysfonctionnements dans leur « gouvernance », rejoignant ainsi, par cette conclusion, le constat plutôt désenchanté établi par T. Harroud.

Top of page

Bibliography

Ballout J.-M., 2014a, « La difficile genèse d’un projet. Tamansourt, de la zone industrielle à la ville nouvelle », p. 86-87, in Signoles P. et al. (dir.), Territoires et politiques dans les grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala.

Ballout J.-M., 2014b, Territorialisation par « ville nouvelle » au Maghreb. Regard croisé sur les projets d’Ali Mendjeli (Constantine) et de Tamansourt (Marrakech), Thèse de doctorat, Géographie et Aménagement, sous la dir. de J.-M. Miossec et A. Iraki, Université Paul-Valéry, Montpellier.

Barthel P.-A., 2011, « Repenser les “villes nouvelles” du Caire : défis pour mettre fin à un dévelopement non durable », Égypte/Monde arabe, no 8, p. 181-207.

Ben Jelloul M., 2017 (à paraître), « L’aménagement du territoire national et les contraintes de la nouvelle gouvernance territoriale dans la Tunisie post-révolutionnaire », L’Année du Maghreb.

Ben Othman Bacha H., 2011, « Les promoteurs immobiliers privés en Tunisie. Enjeux d’un groupe professionnel en mutation », p. 227-253, in Zaki L. (dir.), L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques, Paris, Karthala.

Berque J., 1958, « Médinas, villeneuves et bidonvilles », Les Cahiers de Tunisie, no 21-22, p. 5-42.

Boughedir S., Gérard Y., 2012, Revue générale des politiques foncières urbaines en Tunisie. Rapport final, Paris, ADEF.

Braud E., 2015, « Derrière les murs, l’écho de Tahrir : Le Caire et ses compounds, une fragmentation à nuancer », p. 89-102, in Stadnicki R. (dir.), Villes arabes, cités rebelles, Paris, Le Cygne.

CERAU (INAU), 2009, Étude relative aux pratiques professionnelles et aux processus de production des villes novelles et grands ensembles urbains, Rabat.

Florin B., 2005, « Vivre en parallèle ou à l’écart ? L’évolution des villes nouvelles du Grand Caire », Les Annales de la Recherche Urbaine, no 98, p. 97-105.

Florin B., 2015, « Du public au privé, de la ségrégation à la fragmentation. Quarante ans de villes nouvelles au Caire », p. 146-168, in Bennafla K. (dir.), Acteurs et pouvoirs dans les villes du Maghreb et du Moyen-Orient, Paris, Karthala.

Gaborit P. (dir.), 2013, New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée, Bruxelles, PIE Peter Lang.

Gillot G., 2014, « La ville nouvelle coloniale au Maroc : moderne, salubre, verte, vaste », p. 71-96, in Leimdorfer F. (dir.), Dire les villes nouvelles, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Les mots de la ville ».

Guidice C., 2006, La construction de Tunis, « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, Thèse de Doctorat, Histoire, sous la dir. de D. Rivet, Univerité Paris I.

Harroud T. (avec la coll. de S. Nakhli), 2011, Manuel méthodologique sur les pratiques professionnelles et les processus de production des villes nouvelles et grands ensembles urbains au Maroc, Rabat, Publications de l’INAU, CERAU.

Jelidi C., 2012, Fès, la fabrication d’une ville nouvelle, 1912-1956, Lyon, ENS Éditions (édition d’une Thèse de doctorat d’Histoire, soutenue en 2007 à l’Université François-Rabelais de Tours, sous la dir. de B. Heyberger).

Lakehal A., 2013, La fabrication plurielle de centralités dans la périphérie de Constantine (Algérie) : le cas de la Ville nouvelle Ali Mendjeli, Thèse de doctorat, Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais, Tours.

Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, 1997, Schéma directeur d’aménagement du territoire. Résumé, recommandations et conclusions, Dirasset, Groupe Huit, IGIP.

Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, 2010, Étude du Schéma directeur d’Aménagement du Grand Tunis, Rapport final, Urbaconsult, Uram, Brammah.

Miossec J.-M., 2016, « L’actualité du Schéma directeur d’aménagement du territoire national de Tunisie dans un contexte postrévolutionnaire », Territoires d’Afrique, no 7, p. 63-84.

Rivet D., 1988, Lyautey et l’institution du pouvoir français au Maroc (1912-1975), Paris, L’Harmattan, 3 tomes.

Safar Zitoun M., 2014, « Sidi Abdellah et Bouinan, villes nouvelles autour d’Alger », Encadré p. 83, in Signoles P. et al. (dir.), Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes maghrébines, Paris, Karthala.

Serhir S., 2014, Hay Ryad à Rabat : de la ville nouvelle au quartier, Thèse de Doctorat, Géographie, sous la dir. de M. Refass, Université Mohammed-V, Rabat.

Sidi Boumedine R., 2013, « Une ville nouvelle ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Une approche critique et comparative des projets de villes nouvelles au Maghreb », p. 59-80, in Gaborit P. (dir.), New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée, Bruxelles, PIE Peter Lang.

Sidi Boumedine R., 2013, Yaouled ! Parcours d’un indigène, Alger, APIC.

Signoles P., Cattedra R., Legros O., Iraki A., Barthel P.-A. (avec la coll. de Troin F.), 2014, Territoires et politiques dans les grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala.

Sioud S., 2011, Processus d’urbanisation du Grand Tunis : densification, extension et « villes nouvelles » ? Étude de cas du projet de ville nouvelle de Fejja, Thèse de doctorat, Aménagement, Urbanisme, Dynamique des espaces, sous la dir. de M. Carmona, Université de Paris IV.

Vacher H. (dir.), 2005, La ville coloniale aux XIXe-XXe siècles : d’un sujet d’action à un objet d’histoire (Algérie, Maroc, Libye, Iran). Essais et guide bibliographique, Paris, Maisonneuve-et-Larose.

Top of page

Notes

1 IAURIF : Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France.

2 En vérité, l’idée de créer des « pôles urbains secondaires » dans le bassin d’Alger préexiste largement à ce document, puisqu’elle fait partie des propositions formulées par le CNERU (Centre national d’études et de réalisations urbaines) en 1981 lors de la préparation des documents d’aménagement d’Alger (PUD, puis PDAU) ; voir Safar Zitoun, 2014, p. 83.

3 À Tamansourt, les opérations d’aménagement sont lancées bien avant cette date, les premières études datant de 1985. Le projet a connu de nombreuses modifications avant d’être officiellement qualifié de « ville nouvelle » ; voir Ballout, 2014a, p. 86-87.

4 Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, 1997, Schéma directeur national d’aménagement du territoire. Résumé, recommandations et conclusions. Ce document, daté de 1997, n’a pas été adopté sous cette forme. Il le sera seulement en 2007, dans une nouvelle version dans laquelle les préconisations en faveur d’une métropolisation renforcée de Tunis, que justifieraient les nécessités de la compétitivité internationale, ont été fortement atténuées. Même sous cette forme, le SDNAT ne sera rendu public et diffusé qu’en 2011. Pour plus de précisions, voir Miossec, 2016 et Ben Jelloul, 2017, à paraître.

5 La citation est extraite (p. 3) du rapport final de 1re phase, daté de 1996, dont l’achèvement (2003 pour les 2e et 3e phases) a pris beaucoup de temps, avant une validation et une diffusion encore plus tardives (2010) ; voir Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, 2010.

6 Le site de Fejja se trouve à l’ouest de Tunis, peu après La Mornaguia et à proximité de la petite ville de Borj el Amri.

7 Le CATUC devrait remplacer le CATU (Code de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme) promulgué en novembre 1994, lequel ne comportait aucun développement comparable à celui du titre IX. La rédaction du nouveau Code s’est avérée délicate et la situation postérieure à la Révolution (2011) a encore ralenti sa préparation. Par ailleurs, la première version (pré-finale), datée de décembre 2015, a soulevé de nombreuses critiques, émanant en particulier des professionnels de l’urbanisme. Le président du gouvernement a demandé qu’elle soit retirée ; la révision du texte a donné lieu à une deuxième version, rendue publique en octobre 2016. Concernant le titre IX, il ne semble pas que cette révision ait introduit des modifications d’envergure [nous ne disposons que du texte en arabe de cette seconde version ; les informations utilisées ici nous ont été aimablement communiquées par M. Ben Jelloul, que nous tenons à remercier].

8 L’AFH agit pour son propre compte (de promotion immobilière) ou, de plus en plus, comme « producteur » de lots aménagés vendus à des promoteurs privés par le biais d’enchères (théoriquement) publiques. Voir, par exemple, Boughedir et Gérard, 2012 ; Ben Othman Bacha, 2011.

9 Information donnée sous réserve de confirmation auprès des responsables de l’AFH. Il semblerait également que, plus récemment (2016), la même AFH ait lancé les études de faisabilité pour la réalisation d’une autre ville nouvelle près d’Enfida, ce qui constituerait la réactivation d’un projet qu’on pensait définitivement abandonné.

10 Gaborit P. (dir.), 2013, New Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée.

11 Un compte-rendu de cet ouvrage figure dans la rubrique correspondante du présent numéro thématique.

12 On pourrait certes comprendre cette attitude dans des régimes autoritaires et fortement répressifs, mais ce n’est pas le cas général aujourd’hui au Maghreb, et en particulier cela ne vaut pas pour le Maroc.

13 R. Sidi Boumedine a, entre autres, dirigé le bureau d’études URBANIS de la wilaya du Grand Alger (durant le temps où elle a existé) ; il a ultérieurement été chargé de la mise en place de la ville nouvelle de Boughzoul, sur les Hauts plateaux algériens. Il a rédigé un livre-mémoire d’un réel intérêt : Yaouled ! Parcours d’un indigène.

14 Le rapport de synthèse s’intitule : Étude relative aux pratiques professionnelles et aux processus de production des villes novelles et grands ensembles urbains (2009). Il a été réalisé par le CERAU (Centre d’études et de recherches en Aménagement et Urbanisme) de l’INAU (Instiut national d’aménagement et d’urbanisme) de Rabat. L’équipe en charge de l’étude était coordonnée par T. Harroud, enseignant-chercheur à l’INAU.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Signoles, « Présentation », Les Cahiers d’EMAM [Online], 29 | 2017, Online since 02 March 2017, connection on 01 May 2017. URL : http://emam.revues.org/1413 ; DOI : 10.4000/emam.1413

Top of page

About the author

Pierre Signoles

Géographe, Professeur honoraire, Université de Tours & UMR 7324 CITERES, équipe EMAM

psignoles@wanadoo.fr

By this author

Top of page