Navigation – Plan du site

Note de l’auteur

Avec la collaboration de Maud Moussi

Texte intégral

  • 1 UMR 6173 du CNRS et de l’Université de Tours.
  • 2 L’Atelier-débat a été organisé par Maud Moussi, Elsa Coslado et Mélanie Guillermo (Doctorantes, Géo (...)

1Le recueil d’articles qui vous est présenté, à l’initiative de l’Équipe EMAM de l’UMR CITERES1, fait suite à l’« Atelier-débat » du 21 mai 20072 qui s’est déroulé à la MSH de Tours sur le thème désigné, dans une acception générale, des modèles urbains et leurs déplacements (Nord-Sud, Sud-Nord, Sud-Sud). Cette thématique, volontairement large, a été choisie pour sa portée pluri et trans disciplinaire afin de mobiliser et de faire se rencontrer les diverses sensibilités de l’Équipe Monde arabe et Méditerranée et de la MSH « Ville et Territoire » de Tours. En effet, au-delà des aspects scientifiques, l’Atelier avait l’objectif, pragmatique, d’œuvrer dans le sens du décloisonnement entre disciplines et générations de chercheurs. Cette journée s’est ensuite élargie et enrichie jusqu’à proposer une publication où de nouveaux auteurs, délibérément choisis à des stades de réflexions variés sur le sujet, interrogent les transactions et trajectoires des modèles urbains dans le(s) monde(s) arabe(s) et méditerranéen(s).

  • 3 Cf. Heidegger, 1927.
  • 4 «Il faut en venir, pour éclairer philosophiquement le problème de l’image poétique, à une phénoméno (...)
  • 5 Cf. Secchi, 2004, 2006 et 2009 (dernier ouvrage en date).

2Nous aurions pu saisir l’objet « modèles urbains » par ce qu’il revêt d’images poétiques et d’expériences vécues de la ville et de l’urbain (Bachelard, 1957 ; Sansot, 1999) et nous nourrir des multiples disciplines des sciences sociales pour explorer le langage des écrivains, des poètes, des marcheurs, des vagabonds, des habitants qui donne une image/des images et une forme/des formes à la ville. Partant du concept heideggérien3 que l’espace naît des lieux élaborés et pratiqués par les hommes, nous aurions alors privilégié, en observateur « qui aime la fausse banalité du quotidien » (Mongin, 2007, p. 26), les matrices du vécu, du sensible, de l’affectivité, de la mémoire et de l’imaginaire4 qu’expriment les créateurs, le poète, l’artiste mais aussi, l’habitant à propos de la ville. Des représentations de la ville aux modèles associés, nous aurions soupesé comment l’œil des personnes qui vivent (dans) la ville émane d’une synthèse intériorisée des expériences urbaines ordinaires, comment la narration et le mouvement des corps « donnent corps » à la ville, comment ceux-ci la « mettent en forme » et en somme, la « modèlent » (Gracq, 1985). Mais, la diversité des recherches de notre équipe de recherche, nous ont montré à maintes reprises que la ville ne s’accorde pas, pour reprendre l’expression de Secchi, à un « récit unique »5. Le langage sensitif de l’écrivain ou du citadin apparaît comme un contraste avec un autre discours majeur, beaucoup plus distancié, qui lui aussi modèle la ville, celui de l’architecte et de l’urbaniste. Nous nous sommes concentrés sur cet autre versant des récits et de la perception de la ville et de l’urbain, celui des savoirs et de la technique. L’hypothèse centrale qui organise ce numéro des Cahiers d’EMAM est que les modèles urbains sont des structures discursives qui engendrent des pratiques qui concernent autant l’expérience quotidienne qu’une compétence spécifique. Cette hypothèse invite à relever les interférences et les articulations entre l’aspect poétique, sensible, affectif… personnel et social de la ville et les modèles d’urbanisme et d’architecture. Les réflexions mettent la lumière sur une relation plutôt qu’une opposition entre, d’une part, la théorie — la vision énoncée — et la pratique urbaine des professionnels et, d’autre part, l’expérience et le discours des profanes. La dialectique inhérente aux articles présentés dans ces Cahiers témoigne d’un permanent — mais souvent complexe — va-et-vient entre la ville disciplinaire et la ville ordinaire (Frey, 2004), entre la vision savante et l’appropriation/la réception sociale. Du contraste entre le discours de l’ingénieur-urbaniste et le langage de l’homme de la ville résulte une interrogation qui sera en arrière-plan des propos développés : « Est-ce que l’architecture et l’urbanisme, en charge de l’organisation des lieux en s’appuyant ou non sur des modèles “circulants” peut favoriser une expérience pratique de la ville et de l’habitat, la rendre possible, la déployer, l’intensifier ? ». Autrement dit, les modèles ne sont-ils pas réappropriés localement dans une interaction avec l’expérience sociale et individuelle de la ville et de l’habitat ?

3En préambule, il est important de souligner que la question de la propagation des savoirs urbains se pose dans un moment d’intensification des processus d'interrelation et de dépendance à l'échelle planétaire liée à la mondialisation des milieux économiques, professionnels et socioculturels. Dans ce contexte, il était assez séduisant d’interpréter les visions et techniques de l’urbain en les plaçant sur une voie d’homogénéisation, à travers le prisme — devenu classique — de la globalisation économique. Mais si la financiarisation des économies est manifeste et opère parfois sur l’espace urbain de façon quasiment absolue (c’est le cas, par exemple, pour les Central Business District et certains centres touristiques), « les délocalisations de lieux de production ou les situations des grandes firmes ne suffisent pas à expliquer toutes les similarités et les différences observées dans les conceptions et les réalisations contemporaines de et dans la ville » (Souami, 2003, p. 263). En effet, le constat réitéré (Appadurai, 1996 ; Arizpe, 1996 ; Castells, 1998) que l’on assiste à la construction, dans le sillon de la volonté de globalisation des entreprises, de référents culturels communs à l’échelle planétaire, invite à considérer d’autres facteurs que celui de l’économique. Tout en mesurant les limites de la notion et sa portée polémique, les dimensions culturelles, comme l’a proposé Verdeil lors de son intervention à l’Atelier, permet d’approfondir les processus de transferts, de réadaptation et de détournement à l’œuvre. En effet, nous constatons que se détache un champ, celui des « cultures urbanistiques », distinct de celui de l’économie ou de la politique, même s’il est lié, où se construisent au sein de milieux spécifiques, aujourd’hui de plus en plus en interaction, des réalités urbanistiques et des références socioprofessionnelles et culturelles partagées. Ainsi, les modèles urbains, leur emploi, leur déploiement ou leur repli, nous sont apparus comme la résultante d’un phénomène de circulation plus ou moins abouti des cultures urbanistiques. Cependant, les modèles, aussi précis et circulants soient-ils, semblent confrontés à des variations et des mises en œuvre différentes qui contredisent l’idée d’une mondialisation uniformisante. La mise en perspective des modèles urbains par l’étude de leur déplacement géographique pour laquelle nous avons optée — soit l’analyse de leurs trajectoires et de leurs transactions —, permet, plus qu’une analyse frontale, de mettre en évidence la dynamique féconde que drainent — et qui draine — les modèles urbains.

  • 6 La géographie pour Bénédicte Florin, l’histoire de l’art pour Lucy Hofbauer et l’architecture pour (...)
  • 7 L’architecture et la sociologie pour Daniel Pinson et Jean-Pierre Frey.
  • 8 En référence, par exemple, à la conceptualisation de la Cité radieuse de Le Corbusier. Cette métony (...)

4Lors de la table ronde, la diversité des angles de vue pour aborder la notion des modèles urbains par les intervenants, donnait à voir un bouquet composé de multiples thématiques connexes : Éric Verdeil ouvrait vers une sociologie des professions ; Jean-Baptiste Minnaert posait la question sous l’angle de l’historiographie ; Bénédicte Florin confrontait les idéologies dans l’habitat et leur réception sociale ; Sébastien Larribe quant à lui, rebondissait sur les modèles pour interroger la légitimité de l’aménagement en tant que discipline… Ces multiples ouvertures tranchent avec la tonalité architecturale de la présente publication. Mais, si les auteurs des articles des Cahiers parlent tous d’architecture et des architectes, ils le font bien à travers le prisme de disciplines distinctes6 ou à l’aide de leur double casquette7. Ceci étant, l’intérêt porté par les chercheurs en sciences sociales pour l’architecture quand il est question de modèles urbains semble tout à fait légitime. Même si Souami et Verdeil (2006) insistent sur la dimension collective de la création urbaine dont l’expression « cultures urbanistiques » témoigne, leurs travaux illustrent à quel point les architectes font figures de proue dans « les milieux locaux de l’urbanisme » des pays de la rive Sud de la Méditerranée. Comment ne pas alors considérer que la pensée architecturale — ou la pensée non architecturale qui pense l’architecture — serait assez spontanément portée, en tout cas au vu des termes posés au départ de cette publication, à décoder les structures imbriquées des discours et des pratiques urbanistiques et architecturales. En outre, à la lecture de ce numéro des Cahiers d’EMAM, le geste architectural — et sa Geste — sembleront moins libres qu’il n’y paraît, et illustreront à quel point « penser l’objet architectural contamine la conception de la ville »8, il n’en reste pas moins qu’on peut se réjouir de cet examen critique de la profession pour son intérêt didactique et heuristique… à terme, peut-être, pour sa portée sur la pratique.

5La coloration marocaine que dégage le faisceau des articles (quatre articles sur cinq ont le Maroc pour terrain d’analyse) peut également surprendre. Pour rester totalement neutre, nous pourrions nous contenter de dire que les chercheurs travaillant sur le Maroc ont été plus nombreux à répondre à la demande de contribution. D’un autre côté, on peut penser que cette récurrence géographique tient à un recoupement entre la thématique initiale — les modèles urbains — et les temporalités privilégiées par les auteurs — la période coloniale et postcoloniale ; ce qui confirmerait la thèse du Maroc en tant que terrain d’expérimentation privilégié de l’urbanisme colonial. Nuançons cependant, car dans le reste du Monde arabe et singulièrement en Algérie, des auteurs comme Deluz (1988), Almi (2002) et Cohen et al. (2003) ont montré qu’aux mêmes époques la colonisation de peuplement a aussi produit une urbanisation de « banc d’essai » signée par de très nombreux architectes venus de France (par exemple Chassériau, Le Corbusier, Pouillon, Simounet, Hanning et Perret…) dans l’intention de réaliser leurs idéaux et de révéler leur liberté créative.

  • 9 Comité de relecture composé de Bénédicte Florin, Olivier Legros, Anna Madœuf et Nora Semmoud (ensei (...)

6Une fois ces propos liminaires exprimés, nous souhaitons remercier tous les participants à l’Atelier-débat, la MSH et le Département d’Aménagement de Polytech’Tours pour les facilités qu’ils nous ont accordées pour l’organisation de la journée. Nous souhaitons également remercier la très appréciable implication des auteurs et des relecteurs9 de ce numéro des Cahiers d’EMAM.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie commune avec celle de l’Introduction.

Haut de page

Notes

1 UMR 6173 du CNRS et de l’Université de Tours.

2 L’Atelier-débat a été organisé par Maud Moussi, Elsa Coslado et Mélanie Guillermo (Doctorantes, Géographie, Université de Tours, Laboratoire CITERES). Servane Daniel (Aménagement), Lucy Hofbauer (Histoire de l’Art) et Esmahen Ben Moussa (Histoire de l’Art) ont présenté leurs travaux en tant que jeunes chercheuses de l’Université de Tours. Éric Verdeil (Géographie, Universités de Lyon II, III et INSA), Bénédicte Florin (Géographie, Université de Tours), Jean-Baptiste Minnaert (Histoire de l’Art, Université de Tours) et Sébastien Larribe (Aménagement, Polytech’Aménagement Tours) intervenaient en tant que chercheurs confirmés.

3 Cf. Heidegger, 1927.

4 «Il faut en venir, pour éclairer philosophiquement le problème de l’image poétique, à une phénoménologie de l’imagination. Entendons par là une étude du phénomène de l’image poétique quand l’image émerge dans la conscience comme un produit direct du cœur, de l’âme, de l’être de l’homme saisi dans son actualité » (Bachelard, 1957).

5 Cf. Secchi, 2004, 2006 et 2009 (dernier ouvrage en date).

6 La géographie pour Bénédicte Florin, l’histoire de l’art pour Lucy Hofbauer et l’architecture pour Hakim Cherkaoui.

7 L’architecture et la sociologie pour Daniel Pinson et Jean-Pierre Frey.

8 En référence, par exemple, à la conceptualisation de la Cité radieuse de Le Corbusier. Cette métonymie opérante et quelque peu tyrannique ou encore pourrait-on dire « ce mot qui fait la chose » (Sennett, 1997), était à la fois immeuble et ville, à la fois cité et Cité. La « mise en forme littéraire des principes modernes » par Le Corbusier (Taut, 1920) résume à quel point « le nouveau statut de l’objet architectural [par le transfert de compétences avalisé par la Charte d’Athènes] contaminait celui de la ville qui, relevant des mêmes principes, passait sous le contrôle de l’architecte » (Choay, 1994, p. 30).

9 Comité de relecture composé de Bénédicte Florin, Olivier Legros, Anna Madœuf et Nora Semmoud (enseignants-chercheurs, CITERES, Équipe EMAM) et Florence Troin (Ingénieur d’Études, CITERES).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Coslado, « Avant-propos », Les Cahiers d’EMAM, 20 | 2010, 5-7.

Référence électronique

Elsa Coslado, « Avant-propos », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 20 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://emam.revues.org/155

Haut de page

Auteur

Elsa Coslado

Doctorante, Géographie, Université de Tours & Laboratoires CITERES|EMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page