Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep)*

Muriel Girard
p. 104

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Sociologie sous la direction de A. Deboulet, soutenue le 23 mars 2010 à Tours. (...)

1La thèse examine, à partir de la question patrimoniale, les dynamiques sociales en cours dans des villes du Maghreb et du Moyen-Orient. Sont ainsi analysés les rapports entre les mises en tourisme et en patrimoine, et les pratiques artisanales et leurs évolutions dans les centres urbains anciens. L’entrée choisie amène à appréhender le patrimoine dans ses dimensions matérielles et immatérielles et leurs interrelations comme révélateur des rapports sociaux entre les divers acteurs en présence des enjeux et dynamiques contemporains dans les villes patrimonialisées.

2Dans les villes du « Sud », malgré le déclin de certains métiers, l’artisanat s’est maintenu, en partie mécanisé, et les petits ateliers ont pu se multiplier. Espaces du monde artisanal, les centres urbains anciens sont aussi perçus, par des acteurs patrimoniaux et touristiques locaux et internationaux, comme une ressource — identitaire, politique, économique en raison des attendus du développement touristique — à valoriser. Dans la relation du local au monde, l’artisanat peut ainsi devenir une figure signifiante de la localité. Dans un même temps, jugé inadapté aux nouvelles normes définissant le centre urbain ancien, sa place dans la ville peut être remise en cause. L’exploration de cette tension éclaire les dynamiques à l’œuvre dans des villes patrimonialisées du Maghreb et du Moyen-Orient dans le contexte de la mondialisation.

3La recherche s’inscrit dans une perspective comparative : sont ainsi croisés les cas de Fès et d’Istanbul et, pour une démarche exploratoire, d’Alep. Nous avons choisi des espaces différents de par leur taille et leur insertion dans le système monde, mais confrontés, bien qu’à des degrés divers, à des logiques de patrimonialisation et à des dynamiques touristiques. Les différentes situations sont analysées à partir du croisement des échelles d’analyse et d’observation, des temporalités et d’un questionnement sur les imaginaires, les pratiques et les actions des acteurs endogènes et exogènes.

4L’analyse comparée tend ainsi à montrer que la production et la consommation du patrimoine, en conduisant à la mise en interaction des mondes artisanal, patrimonial et touristique, génèrent une dynamique sociale originale. Transversale aux différents mondes en présence, celle-ci accompagne ou accélère les mutations urbaines. Elle se caractérise par les effets, intentionnels et non-intentionnels, qu’elle génère et les recompositions (spatiales, sociales et identitaires) qu’elle produit ; dynamique qui apparaît commune aux villes patrimonialisées, au-delà de leurs spécificités locales.

5Les centres urbains anciens sont ainsi le cadre de la « scène patrimoniale », où s’entrecroisent les mondes artisanal, patrimonial et touristique. Les imaginaires des acteurs patrimoniaux et touristiques, non homogènes et mouvants dans le temps, contribuent à catégoriser l’artisanat, érigé en figure patrimoniale, jugé illégitime, parfois réinventé. À travers l’élaboration de taxinomies se dévoilent aussi les ambivalences d’une mise en regard entre « l’Occident » et « l’Orient » et, parfois aussi, les divergences idéologiques entre les acteurs locaux. La mise en acte de ces imaginaires participe d’un processus d’esthétisation, entre évincement et mise en scène des artisans, tandis que les pratiques socio-spatiales de ces derniers sont peu prises en compte. Elle génère aussi des conflits entre les acteurs du monde patrimonial et peut conduire à la réappropriation, par les acteurs locaux, d’objets et de lieux destinés à la consommation touristique. En retour, tandis que les mécanismes d’insertion dans le monde artisanal peuvent, selon les cas, se maintenir ou apparaître en délitement, les positions sociales des artisans peuvent changer. Leur place dans le corps urbain peut se modifier ; les frontières du groupe se redessiner ; les échelles de valeur à l’intérieur de celui-ci se redéfinir. Dans un même temps, les artisans développent leurs propres actions pour composer avec l’action publique patrimoniale, prendre part à la mise en tourisme et, parfois, justifier leur place dans l’espace patrimonialisé.

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Sociologie sous la direction de A. Deboulet, soutenue le 23 mars 2010 à Tours. Université François-Rabelais de Tours, Laboratoire CITERES (UMR 6173)|Équipe EMAM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Girard, « Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep) », Les Cahiers d’EMAM, 20 | 2010, 104.

Référence électronique

Muriel Girard, « Recompositions du monde artisanal et mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme au Maghreb et au Moyen-Orient (Fès, Istanbul, Alep) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 20 | 2010, mis en ligne le 06 janvier 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/172

Haut de page

Auteur

Muriel Girard

girard_muriel@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page