Navigation – Plan du site

Digressions sur l’« Algérois »

L’habiter des classes moyennes algéroises ou l’introuvable référent citadin
Madani Safar Zitoun
p. 21-28

Texte intégral

Introduction

  • 1 La notion de communauté s’est prêtée dès le départ dans la littérature sociologique, comme le disen (...)

1Si le titre de cette communication est un clin d’œil que nous faisons au célèbre article de G. Simmel Digressions sur l’étranger (G. Simmel, 1908), ce n’est pas par amour des jeux de mots et d’esprit. C’est qu’il nous a semblé qu’à travers la figure emblématique de « l’étranger » développée dans ses travaux, cet auteur nous proposait une entrée d’analyse féconde, car elle mettait au centre de la réflexion sur la construction des urbanités un ensemble de notions tournant autour du concept moderne d’individu (N. Elias, 1991), mais dans son épaisseur spatiale, en tant que personnage particulier pouvant « distribuer son attention et vivre en même temps dans plusieurs mondes » (I. Joseph, 1998, p. 83), c’est-à-dire dans plusieurs espaces ou territoires où il a à chaque fois à négocier ses « multiples appartenances et engagements » (idem). À cet égard, la « figure » ou « formule » de l’étranger constituerait la métaphore permettant de saisir l’essence même du « citadin » comme « passant et être de passage », qui se déploierait dans un espace « structuré comme un journal, un espace fait de “plusieurs mondes différents, certes contigus, mais malgré tout bien distincts”, un espace qui n’a plus rien d’organique » (I. Joseph, 1998, p. 84), celui des grandes métropoles. Dans ces contextes urbains particuliers, notamment ceux des grandes villes américaines, qui étaient, comme le définissait R.E. Park en 1916 « des villes de nouveaux venus » (Y. Grafmeyer et I. Joseph, 1991), et comme des milieux qui « déstabilisent » ces fameux « liens organiques » ou primaires construits sur l’appartenance communautaire, produisant ce que Joseph appelle « des liens faibles entre étrangers, des liens faits d’intimité et de distance, où les petites répulsions sont des interactions consistantes » (I. Joseph, 1998, p. 87), la notion de citadinité a toujours été une déclinaison « territorialisée » de la notion de société qui s’est opposée depuis M. Weber, et avant lui F. Tönnies, à la notion de communauté1. La ville serait, dans cette acception classique un dépassement de la communauté, une sorte de configuration particulière de liens sociaux reposant essentiellement sur les modalités de gestion par leurs habitants de cette « tension entre proximité sociale et distance spatiale » (I. Joseph, 1998, p. 87) tout entière porté par des logiques de l’évitement si chères à Goffman.

  • 2 On se reportera plus particulièrement à l’ouvrage de Y. Grafmeyer et I. Joseph, 1981.
  • 3 Comme nous l’avons expliqué dans un article antérieur ; cf. M. Safar Zitoun, 2007, pp. 30-34.

2Sans entrer dans des débats érudits sur la question, tels qu’ils nous sont proposés dans une littérature sociologique récente redécouvrant les grands classiques2, il semble pour le moins, en tout cas pour ce qui concerne le Maghreb, que l’approche de la question de la construction des urbanités s’est située globalement à l’entrecroisement de deux traditions sociologiques qui continuent à s’entremêler et à se déployer dans beaucoup d’écrits ultérieurs, sans qu’il soit d’ailleurs possible de toujours démêler ce qui procède de l’une ou de l’autre. Tantôt sont convoqués les travaux de l’école de sociologie urbaine française qui, sur les traces de P.-H. Chombart de Lauwe (1959-1960 et 1982) et de P. Bourdieu (1978 ; en collaboration avec A. Sayad, 1964), se sont évertués à analyser les effets de la modernisation économique et spatiale sur les comportements spatiaux des urbains ; et tantôt sont convoqués les travaux des anthropologues et historiens pour souligner les « résistances » et autres « pesanteurs » culturelles dans les manières de s’approprier et de vivre la ville des citadins maghrébins ordinaires (M. Naciri, 1997). Et si, d’un côté, les processus d’individuation sociale et d’individualisation des comporte-ments portés par le mouvement global de pénétration du marché et de déstructuration des liens primaires sont soulignés comme procédant de l’accès à une sorte d’urbanité bien pensée et bien ordonnée, de l’autre côté ce sont les faits d’ordre communautaire ou communautariste, dans leur inscription dans l’espace, qui furent et sont toujours convoqués pour expliquer ce que d’aucuns appelèrent la « ruralisation » quand ce n’est pas la « rurbanisation » des cités (F. Benatia, 1983). À aucun moment cependant, en ce qui concerne particulièrement les écrits sur l’Algérie, on n’observe de constance ni de cohérence dans le choix des paradigmes explicatifs, pour la simple raison que les uns et les autres procèdent de l’influence pernicieuse de « vulgates » sociologiques développées dans les années 19603, lesquelles tiraient leur force de conviction des fausses évidences sur lesquelles elles étaient construites.

3Retenons parmi ces dernières deux « vérités » principales qui continuent à alimenter les discours et les analyses prétendument savantes. La première se rapporte au mythe, plus ou moins répandu depuis l’indépendance du pays, que la responsabilité dans la dégradation et la détérioration du bâti en particulier et des villes en général, dans leurs dimensions urbaine et urbanistique, devrait être attribuée à une sorte de déficit d’urbanité et de citadinité qui serait dû, quant à lui, non pas tant à l’impéritie des autorités chargées de la production et de l’entretien des villes dans leurs dimensions physiques et sociales, qu’à des problèmes résultant de l’inadéquation entre les modèles d’habiter « traditionnels » véhiculés par les usagers et une ville européenne « héritée » construite selon d’autres normes et valeurs exogènes. La deuxième, qui décline cette thèse sur un autre registre, se rapporterait à la vigueur formidable et à la rapidité extrême des mouvements de population, que d’aucuns qualifient d’« envahissement », qui auraient contribué à « casser » les structures communautaires traditionnelles et leurs modes de contrôle social, aboutissant ainsi à faire disparaître ce qui serait resté de bon et de positif en terme de rapport à l’espace chez ces néo-urbains individualisés et « désenchâssés » de leurs appartenances culturelles. En d’autres termes, et peut-être plus simplement, ce qui transparaît de ces deux explications, c’est le procès qui est fait en quelque sorte à une urbanisation qui serait porteuse non pas du progrès dans la construction des formes d’urbanité modernes constatées sous d’autres cieux, comme nous le présentions plus haut à propos de G. Simmel, mais d’une régression de cette dernière, et encore plus que cela, d’un recul de la citadinité, dans son acception traditionnaliste, à travers la figure symbolique de l’Algérois, cet urbain pas tout à fait ordinaire.

4Derrière ce vocable, en effet, se concentrent les deux dimensions qui font problème : celle concernant le développement de cette conception moderne « métropolitaine » de l’urbanité construite autour de la figure de l’« étranger » d’une part et cette quête identitaire de ressourcement dans une certaine conception de la « citadinité algéroise » construite autour de certaines images fortes de distinction sociale et de partage d’un modèle de référence traditionnel d’autre part. On se serait donc attendu, au détour de nos enquêtes et recherches de terrain, à trouver à l’œuvre dans les différents types de quartiers appropriés et consommés par les populations résidentes algéroises, notamment celles qui se prévalent d’une sorte de « noblesse », sinon de « distinction » de naissance algéroise, une synthèse accomplie entre ces deux forces, entre ces deux tensions nées des trajectoires résidentielles chahutées que la majorité d’entre elles ont connues, ayant eu à vivre en l’espace de quelques décennies de profondes transformations. Or, ce que nous avons découvert, c’est bien plutôt le paradoxe de comportements sans modèle de référence citadins chez les uns, c’est-à-dire les Algérois de naissance, et la force de ce même référent chez les populations néo-urbaines, toutes origines et conditions confondues. Ce constat, qui n’est pas très nouveau parce déjà établi dans d’autres contextes sociologiques, apporte cependant des éléments de réponses inédits à la problématique de l’incivilité des comportements urbains en Algérie, notamment en ce qui a trait à la question de savoir quelles sont les logiques et les modèles qui nourrissent, alimentent les pratiques de production et de transformation du cadre bâti, entendus comme indicateurs de degrés d’inculcation et de mise en œuvre de valeurs d’urbanité.

  • 4 Enquête réalisée par deux groupes d’étudiants de fin de licence dans une cité d’habitat collectif ( (...)
  • 5 Programme de Recherche Urbaine pour le Développement, commandité et financé par le Ministère (franç (...)

5Plusieurs travaux que nous avons réalisés ces dernières années permettent d’apporter les réponses à cette question. Parmi eux, nous utiliserons principalement ici les résultats d’une enquête conduite en 20004 dans une cité d’habitat collectif hébergeant de façon majoritaire des cadres supérieurs et autres familles appartenant à cette fameuse couche moyenne sensée afficher et mettre en œuvre, dans ses pratiques d’habiter, des comportements plus « urbains » que les couches démunies. L’exploitation des questionnaires de cette enquête nous a ainsi permis de mesurer, entre autres variables discriminantes dans les pratiques d’habiter, le rôle de celle qui a trait à la naissance algéroise. Dans d’autres études et enquêtes réalisées selon d’autres objectifs, notamment celles entreprises dans le cadre du programme PRUD5 (M. Safar Zitoun et A. Hafiane, 2006), la question de l’identité citadine comme argument mobilisé dans des logiques de confrontation et de négociation avec les pouvoirs publics « relogeurs » et comme élément de discrimination et de distinction avec d’autres groupes en concurrence, s’est imposée avec force, et, paradoxalement, plus particulièrement à l’intérieur de groupes sociaux en position inférieure ou stigmatisée. Ceci nous a conduit à tenter de présenter, à travers quelques exemples, la manière dont les Algérois, qu’ils soient de naissance ou non, se sont emparés de cette catégorie symbolique, lui conférant un contenu particulier quand ils l’utilisent comme ressource dans leurs stratégies d’ancrage résidentiel d’une part, et comment cette même catégorie, en tant que dimension objective, a joué ou non un rôle discriminant des comportements résidentiels.

L’habiter des classes moyennes algéroises : un embourgeoisement sans objet ?

6La première dimension à élucider est sans conteste la dimension objective de la qualité d’Algérois, celle que confère la naissance dans cette ville. À travers l’enquête que nous avons réalisée, qui avait délibérément choisi un site d’habitat collectif réalisé entre 1985 et 1990 situé sur les hauteurs d’Alger qui, à la différence des grands ensembles d’habitat collectif de l’Est algérois, avait dès le départ été réservé à une clientèle de cadres de sociétés nationales et des administrations centrales de la capitale, la naissance comme facteur objectif discriminant ne semble pas avoir été un élément d’inflexion de plus d’urbanité dans les comportements résidentiels.

  • 6 Les ZHUN, ou Zones d’Habitat Urbain Nouvelles, développaient un concept d’habitation collective « s (...)

7Dans cette cité, majoritairement occupée par des ménages appartenant à la couche moyenne, les résultats de nos investigations ont été assez inattendus. Notre hypothèse de départ s’est forgée en rebondissant sur les propos de A. Sayad. Ce dernier, dans un article de 1980 sur « Les effets naturels du relogement », mettait en exergue, dans sa conclusion, le malaise vécu par les populations démunies quant à la conduite à tenir vis-à-vis du nouveau cadre bâti, c’est-à-dire les nouveaux grands ensembles construits dans le cadre de la politique des ZHUN par les autorités publiques à partir de 19746. Ce malaise consistait en le franchissement ou non du « seuil de la modernité », que A. Sayad considérait comme un « seuil de classe ». Nous sommes pour notre part parvenu à des conclusions qui n’abondaient pas du tout dans son sens, pour ne pas dire à des conclusions opposées.

8Reprenons tout d’abord, pour fixer les idées, ce que Sayad écrivait à propos des transformations apportées au logement : « En effet, les transformations de tous ordres, sociales, économiques, culturelles, que l’on constate dans les cas les plus réussis, c’est-à-dire chez les familles les plus favorisées (relativement), constituent à la fois les conditions de l’embourgeoisement et le produit de cet embourgeoisement ». Explicitant son propos, il continuait : « À travers tout d’abord les conditions qui y donnent accès et, ensuite, à travers les transformations de comportements qu’il suscite, le logement moderne pourrait avoir pour effet d’assurer l’épanouissement d’une bourgeoisie (qui est une “petite bourgeoisie”, c’est-à-dire “petitement” bourgeoise) que tout dans son style de vie, ses valeurs, ses aspirations, tend à se séparer encore plus du prolétariat et du sous-prolétariat […] » (A. Sayad, 1980).

9Ce constat conduit d’emblée à considérer l’existence d’une sorte de référent culturel « bourgeois » cristallisé dans le logement moderne, qui dicterait l’adoption de conduites de recherche de mise à la norme culturelle de la part de ses occupants. Dans cette optique, la mise en conformité des comportements et des pratiques avec cette norme cristallisée constituerait le but ultime recherché par les habitants : toute transformation s’inscrirait dans cette logique comme procédant de la négation de soi et de l’essai de ressembler au portrait que l’on se fait de l’occupant « moderne » idéal. Les « ratés » du processus que A. Sayad nous relate s’expliqueraient alors essentiellement par le fossé énorme qui sépare la situation culturelle de départ de celle d’arrivée, postulée par le logement. Si on utilise le logement autrement que par rapport à la norme que sa conception sous-entend, si on y campe seulement, parce qu’on n’a pas les ressources et les dispositions requises pour faire autrement, on aboutit inéluctablement à le transformer en une autre « espèce d’espace » en complète opposition par rapport à la symbolique et au mode de consommation qu’il propose.

10À l’inverse, quand le fossé, le gap, social et culturel est théoriquement très ténu, voire inexistant, quand il s’agit par exemple de ménages qui, de par leur condition de classe et par la représentation qu’ils se font de leur position de classe, se situent dans les catégories favorisées, on devrait en principe avoir un rapport au logement plus serein, moins dissonant. On devrait dans ce cas n’observer, comme le dit A. Sayad, que des « processus réussis d’adaptation » qui ne feraient qu’abonder dans le sens des usages modernes dictés par le logement et conforter de ce fait ce dernier dans ce qu’il propose comme symboles d’embourgeoisement. Dans un tel cas de figure, on ne devrait donc trouver que des logements pas du tout ou alors très peu transformés par ceux qui s’y sont installés.

11Or les situations que nous avons constatées sur le terrain montrent l’existence d’autant, sinon plus, de transformations et de modifications de l’espace domestique dans les logements des cités peuplés par des classes aisées ou moyennes supérieures que dans les « cités de pauvres ». Cela signifie-t-il que la variable « gap culturel », comme condition du dialogue entre le logement et son occupant à travers l’utilisation d’une même « langue » symbolique — ce gap que nous avons essayé de neutraliser en choisissant délibérément des couches sociales « favorisées » installées dans des logements « modernes » — ne serait pas pertinent pour expliquer les faits de transformation de l’espace domestique ?

Les transformations de l’habitat comme révélateurs de la relation « à la norme »

12Le processus de démonstration que nous avions mis en œuvre était construit autour de la recherche de l’élucidation des « causes » objectives permettant d’expliquer l’origine des transformations apportées à l’espace domestique.

13Quatre types principaux de transformation ont été retenus pour notre analyse ; ils concernent respectivement :
1. la décoration interne : il s’agit de travaux ayant visé la modification des revêtements internes (peinture, carrelage) et la réalisation de petits aménagements (changement de la robinetterie, des huisseries, des toilettes, des prises de courant et autres équipements livrés) ;
2. des changements fonctionnels : ceux-ci recouvrent toutes les actions ayant eu pour objet la réaffectation des espaces internes : déplacement de la cuisine ou de la salle d’eau dans la loggia par exemple, transformation des pièces avec déplacement des cloisons, etc. ;
3. la fermeture des loggias, qui peut s’effectuer par la pose de fenêtres ou de cloisons en briques ou les deux à la fois ;
4. la pose de barreaux aux fenêtres et autres ouvertures (y compris, par exemple, les loggias quand elles n’ont pas été fermées).

14Le premier examen révèle un constat stupéfiant : 82,4 % des résidents avaient transformé la décoration interne, 84,2 % fermé leurs loggias, 81,7 % posé des barreaux à leurs fenêtres et seulement, si on peut le dire ainsi, 58,2 % d’entre eux avaient opéré des changements fonctionnels internes. Les transformations du cadre de vie semblent donc avoir été la règle générale dans cette population de copropriétaires dont une moitié était composée d’une première strate de propriétaires, ceux arrivés à l’issue des procédures de distribution administrée, et l’autre moitié de nouveaux résidents ayant acheté leurs appartements auprès de particuliers. Comment expliquer alors cette boulimie transformatrice ? Résulte-t-elle de l’effet de variables « objectives » que nous considérions a priori comme déterminantes de comportements incitant à la transformation de l’habitat, telles que par exemple la taille des ménages ou leur structure (le fait qu’il soient composés de un ou plusieurs noyaux conjugaux par le mariage d’un des fils ou autres situations) ? Ou bien faut-il en rechercher la cause dans d’autres variables, plus subjectives, comme par exemple la perception que les gens se font du respect de la norme urbanistique en général, en tant que forme d’accord ou de désaccord vis-à-vis du modèle d’habiter proposé par le logement « moderne » ?

15De fait, les résultats de nos enquêtes sont extrêmement surprenants. Pour un même type de logement (F2, F3, F4 ou F5), ni la taille de la famille, ni sa structure, ni même un indicateur de surpeuplement calculé en fonction de la taille moyenne des ménages (2 personnes par pièce) ne semblent déterminer les changements apportés. Nous avons même constaté, paradoxalement, que plus les logements étaient spacieux (F4 et F5), plus les transformations « lourdes » étaient importantes. Et plus extraordinaire encore, alors que nous nous attendions à trouver une plus grande fréquence de cas de fermeture de loggias et de barreaudage des balcons et fenêtres dans les logements les plus exposés aux intrusions externes, c’est-à-dire dans ceux situés dans les rez-de-chaussée ou, à la rigueur, au premier étage, nous n’avons constaté rien de tel ! Les distributions montraient au contraire une plus grande proportion de loggias et balcons fermés et barreaudés dans les étages supérieurs. Enfin, pas plus la durée d’occupation que le mode d’accès au logement (accès par voie administrative ou par rachat aux particuliers) ne fournissaient de corrélations significatives.

16Force nous était donc faite d’interroger d’autres variables. Comment jouaient alors celles en rapport avec le type d’insertion des individus dans la société comme le statut socio-professionnel ou les niveaux de revenus ? Permettraient-elles de vérifier que la fréquence des changements opérés, du moins les plus significatifs d’entre eux, c’est-à-dire ceux « lourds » des 3e et 4e type, serait prioritairement le fait d’individus appartenant aux catégories sociales les moins « embourgeoisées » au sens sayadien du terme — c’est-à-dire celles qui se situaient, du point de vue de leur capital culturel, le plus en dissonance par rapport à la symbolique de l’habitat « moderne » ? Une nouvelle fois, les résultats ont été pour le moins inattendus : plus les ménages appartenaient à une catégorie sociale favorisée, plus les transformations « lourdes » étaient plus fréquentes, toutes variables de taille, de structure de la famille et de grandeur du logement neutralisées. Par ailleurs, l’exploitation des enquêtes montre que les « acheteurs » de logements, c’est-à-dire les acquéreurs de « deuxième main » comme on dit à Alger, entreprennent plus systématiquement des transformations lourdes que l’autre catégorie de résidents. Enfin — et ceci n’est pas rien en terme d’analyse —, l’ampleur des aménagements semblait être corrélée au niveau d’instruction élevé non seulement du chef de ménage, mais également de celui de leurs épouses, notamment chez les couples de cadres âgés entre 35 et 45 ans, titulaires de hauts diplômes et tous les deux actifs. La cause était entendue ! La transgression de la norme, la « personnalisation » extrême du logement que signifient les transformations étudiées, constituaient des pratiques généralisées qui se faisaient sans égard pour l’image externe renvoyée (dans le cas de la fermeture des loggias et du barreaudage des fenêtres) et sans prise en compte de l’altération de l’harmonie architecturale des façades d’immeubles. Ces pratiques ne pouvaient donc plus être considérées comme spécifiques des milieux sociaux caractérisés par leur pauvreté, leur inculture et leur méconnaissance des règles du bien-vivre en ville. Elles apparaissaient au contraire bien plus répandues dans les couches aisées supérieures, telles celles à laquelle appartenaient les résidents de la cité que nous avions étudiée.

17La question à laquelle il convenait désormais de répondre était : pourquoi donc ces résidents faisaient-ils ces changements, dès lors qu’ils n’étaient dictés ni par la nécessité ni par le besoin ? Il fallait peut-être rechercher l’explication du phénomène ailleurs, dans le « déficit » ou défaut d’urbanité et de citadinité que pourrait conférer l’origine rurale de ces cadres, employeurs [et] ou indépendants résidents dans la cité et grands transformateurs de leurs logements ? Si tel était le cas, la naissance algéroise, voire la trajectoire résidentielle plus urbaine comme expérience d’inculcation de plus d’urbanité moderne, constituerait un facteur discriminant des comportements résidentiels, dans la mesure où elle serait adossée à un référentiel symbolique plus citadin, moins en dissonance avec le modèle d’habiter proposé par le logement collectif moderne.

18Là encore, nouvelle surprise ! Les Algérois de naissance — ainsi que ceux ayant eu un parcours résidentiel majoritairement algérois avant leur installation (dans la cité étudiée) —, qu’ils aient été analysés à part ou en terme de couples, n’échappaient pas à la règle : ils transformaient autant sinon plus leurs logements que les non Algérois de naissance et d’adoption ; en outre, à la différence de ces derniers, ils justifiaient les changements apportés plus par la recherche d’« une meilleure adaptation au style de vie » que par celle de « plus d’espace » ou « plus de confort ». Par ailleurs, au niveau de la motivation à l’origine de ces transformations, on remarquait chez les Algérois de naissance ou d’adoption une proportion beaucoup plus élevée de réponses à l’item : « en fonction de la disponibilité de ressources financières » qu’aux items : « en fonction des besoins de la famille » ou « pour des raisons esthétiques ». Enfin, et pour donner une idée de la « tonalité » des relations sociales à l’intérieur desquelles se déployaient ces comportements, il faut souligner la forte dose de superficialité et d’impersonnalité que ces ménages de « cadres supérieurs et assimilés » dont les deux époux étaient de naissance algéroise entretiennent avec leurs voisins immédiats.

19Le portrait idéal-typique de l’Algérois que nous pouvons tirer de cet ensemble d’éléments apparemment disparates se dessine ainsi avec plus de précision. Derrière cette catégorie, qui n’est qu’une catégorie de représentations, se profilent des ménages qui ont en commun, outre le fait de résider dans le même espace urbain, la particularité d’avoir pu développer, en l’absence de contraintes extérieures fortes, une liberté de comportement résidentiel que l’on trouve rarement dans d’autres contextes. L’absence de structures de gestion de la copropriété interdit en effet toute forme de régulation des rapports et de dialogue avec les propriétaires — et entre eux ; personne n’est ainsi en mesure de s’opposer aux agressions de divers types qui sont apportées à l’apparence extérieure des immeubles vendus par l’OPGI à leurs occupants. Cette situation favorise la mise à nu des tendances profondes à l’individualisation portées par les processus de modernisation de la société, en même temps qu’elle accuse les effets d’introversion des modes d’habiter « traditionnels » en milieu urbain algérien, lesquels exercent encore une influence subtile, même s’ils procèdent de l’ordre de l’inconscient.

Conclusion

20Le phénomène de rétraction par rapport au voisinage, qui se résout par des pratiques actives de transformation de l’espace que nous constatons dans l’ensemble des familles enquêtées, avec une plus grande prépondérance chez les cadres supérieurs Algérois de naissance ou de résidence antérieure, la faible incidence générale des variables objectives comme la taille de la famille ou sa structure dans ces mêmes pratiques de transformation, suggèrent en dernière analyse l’existence d’une configuration très particulière de l’urbanité, comme ensemble de rapports symboliques à l’environnement urbain dans les grands ensembles algérois du type « supérieur » observé dans le cadre de notre étude.

21Tout se passe en effet comme si les comportements résidentiels des habitants n’étaient régis par aucun effet de prégnance des normes symboliques partagées qui régissent les comportements collectifs en situation de résidence. Les familles semblent complètement enfermées dans leur égoïsme résidentiel et ne semblent se conformer à aucun système de valeurs ou de référence qui leur soit extérieur. Nous sommes devant une figure idéal-typique d’exacerbation de l’individualisme résidentiel qui peut aller jusqu’à ses implications les plus graves en terme de construction de l’urbanité.

22Vingt années après la parution de l’article de A. Sayad qui prophétisait en quelque sorte l’inculcation de valeurs résidentielles « bourgeoises », nous dirions « citadines », par le seul fait de l’occupation de logements « parlant » le langage de la culture bourgeoise cristallisée dans le bâti, il faut sans doute faire le constat aujourd’hui que cette acculturation n’a pas réussi. Il semble bien en effet que la force d’embourgeoisement postulée du simple fait de la résidence ait été plus faible que prévu. Et, à ce sujet, il faut revenir aux analyses faites à propos du Maroc (travaux de F. Navez-Bouchanine, 1990) qui montrent bien que le modèle de comportement résidentiel et les types de pratiques habitantes ne proviennent pas de la simple opération d’occupation et d’appropriation de l’espace, mais de la force de conviction d’un modèle d’urbanité et de citadinité considéré par l’ensemble des couches sociales comme modèle de référence.

23Ceci nous conduit à considérer que c’est l’absence d’une « vraie » bourgeoisie influente et puissante, non seulement d’un point de vue économique, mais aussi du point de vue symbolique, qui expliquerait l’absence totale de référentiels urbains de la part de ces « cadres supérieurs » algérois, qui n’ont jamais considéré leurs logements comme attributs significatifs et décisifs d’un paraître, c’est-à-dire d’un affichage positif d’un statut social supérieur. Le paraître, cet élément discriminant qui crée l’effet de distinction sociale cher à Bourdieu dans les couches sociales « supérieures » algéroises, semble ici se décliner autrement, par l’affichage d’autres espèces d’attributs de réussite sociale : la voiture particulière et les effets vestimentaires, c’est-à-dire en fait d’un ensemble d’éléments procédant de référents culturels complètement délocalisés, mais dont l’efficace sociale reste paradoxalement hyper localisée, car leur champ de déploiement spatial et d’ostentation reste le quartier, le village urbain.

24Et, dans ce contexte, l’« excès » de transformation de l’espace domestique, qui peut emprunter ailleurs d’autres formes d’expression — telle l’hyper décoration dans les nouveaux quartiers de maisons individuelles des périphéries urbaines algériennes récentes —, procède ainsi de l’affichage ostentatoire de la matérialité de la réussite sociale. Plus cette dernière est rendue visible et extériorisée, en tant qu’elle exprime une surcharge de « richesse » matérielle, plus elle paraît contenir, pour ses porteurs, une « distinction » suprême. À l’embourgeoisement par acculturation, c’est-à-dire par intériorisation des normes culturelles et symboliques de la « bourgeoisie », s’opposerait plutôt, dans le cas algérois, un effet d’extériorisation sans autre modèle de référence que la contemplation égoïste de ce que l’on pense être.

25C’est dans cette tension entre les pratiques de marquage ostentatoire d’un espace par trop standardisé et uniforme — celui d’un appartement « moderne » —, qui se traduit par la matérialité des changements que l’on y opère d’une part et par l’accumulation et l’affichage des signes ostentatoires de réussite sociale reconnaissables et reconnus à l’échelle de l’ensemble de la société urbaine — qui ne renvoient pas uniquement au logement — d’autre part, que se dessine la nouvelle configuration de l’urbanité algéroise. Et tant pis si ce processus fait de nos cités et de nos périphéries d’habitat collectif des espaces surchargés de signes individuels de réussite sociale.

Haut de page

Bibliographie

Bassand M., Kaufmann V., Joye D. (éd.), 2007, Enjeux de la sociologie urbaine, Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 412 p.

Benatia F., 1983, Alger, agrégat ou cité ? L’intégration citadine à Alger de 1919 à 1979, Alger, SNED, 408 p.

Boudon R., Bourricaud F., 2004, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, PUF, coll. « Quadrige Dicos Poche », 714 p.

Bourdieu P., 1977, Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 124 p.

Bourdieu P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 672 p.

Bourdieu P., Sayad A., 2002, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun » (1re éd. 1964), 224 p.

Chombart de Lauwe P.-H. (et le groupe d’ethnologie sociale), 1959-1960, Famille et habitation, Paris, Éd. du CNRS, 2 volumes, 214 et 360 p.

Chombart de Lauwe P.-H., 1982, La fin des villes. Mythe ou réalité, Paris, Calmann-Lévy, 248 p.

Elias N., 1991, La société des individus, Paris, Fayard, 301 p.

Grafmeyer Y. et Joseph I. (dir.), 1984, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, coll. « Champ urbain » (1re éd. 1979), 378 p.

Joseph I., 1998, La ville sans qualités, Paris, L’Aube, coll. « Sociétés », 216 p.

Naciri M., Raymond A. (éd.), 1997, Sciences sociales et phénomènes urbains dans le Monde Arabe, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 299 p.

Naciri M., 1997, « Le rôle de la citadinité dans l’évolution des villes arabo-islamiques », pp. 131-149, in Naciri M., Raymond A. (éd.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le Monde Arabe, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 299 p.

Navez-Bouchanine F., 1997, Habiter la ville marocaine, Casablanca/Paris, Gaëtan Morin/L’Harmattan, 315 p.

Safar Zitoun M., 1997, Stratégies patrimoniales et urbanisation : Alger 1962-1992, Paris, L’Harmattan, 298 p.

Safar Zitoun M., 2003, Les pratiques habitantes dans le logement social collectif ou la problématique de la transgression de la norme : quelques leçons de l’expérience algérienne, 26 p. (en cours de publication).

Safar Zitoun M., 2007, « Le défi des études urbaines en Algérie : une approche plus opérationnelle des problématiques actuelles de l’urbanisation » in Vies de Villes, numéro spécial, février 2007, pp. 30-34.

Safar Zitoun M., Hafiane A., 2004, « Les effets sociaux des politiques de relogement dans les villes d’Alger et d’Annaba », in Navez-Bouchanine F. (dir.), « L’Entre-Deux » des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales. Liban, Maroc, Algérie, Mauritanie, Rapport de synthèse pour le Programme de Recherche Urbaine pour le Développement (PRUD), sur financement MAE, Équipe EMAM, UMR CITERES, Univ. de Tours et CNRS, ronéo, 173 p. (en cours de publication 2009 sous le titre : L’entre-deux dans les opérations de relogement en Algérie : l’émergence problématique d’un tiers acteur urbain).

Sayad A., 1980, « Les effets naturels du relogement », Sciences Sociales Panorama, numéro spécial (déc.), Alger, SNED, pp. 11-27.

Simmel G., 1908, « Digressions sur l’étranger », pp. 53-60, in Grafmeyer Y. et Joseph I. (dir.), « L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine », Paris, Aubier, coll. « Champ urbain », 378 p.

Tönnies F., 1977, Communauté et société, Paris, Retz, coll. « Les Classiques des Sciences Humaines » (1re éd. 1946), 285 p.

Weber M., 1982, La ville, Paris, Aubier, coll. « Champ urbain », 218 p.

Haut de page

Notes

1 La notion de communauté s’est prêtée dès le départ dans la littérature sociologique, comme le disent R. Boudon et F. Bourricaud dans leur Dictionnaire critique de la sociologie, « aux plus fâcheuses confusions ». Pour une mise au point précise, se reporter à leur article « Communauté » dans leur ouvrage cité (pp. 73-78) et aux références classiques comme F. Tönnies, 1977, Communauté et société, et M. Weber, 1982, La ville.

2 On se reportera plus particulièrement à l’ouvrage de Y. Grafmeyer et I. Joseph, 1981.

3 Comme nous l’avons expliqué dans un article antérieur ; cf. M. Safar Zitoun, 2007, pp. 30-34.

4 Enquête réalisée par deux groupes d’étudiants de fin de licence dans une cité d’habitat collectif (la cité Saïd Hamdine) située dans la proche périphérie algéroise sur un échantillon de 300 chefs de ménage. Les données ont été ré-exploitées et traitées par nous-même et ont fait l’objet de la rédaction d’un rapport (en voie de publication) intitulé : « Les pratiques habitantes dans le logement social collectif ou la problématique de la transgression de la norme : quelques leçons de l’expérience algérienne », 26 p.

5 Programme de Recherche Urbaine pour le Développement, commandité et financé par le Ministère (français) des Affaires étrangères.

6 Les ZHUN, ou Zones d’Habitat Urbain Nouvelles, développaient un concept d’habitation collective « socialiste » destiné à promouvoir « l’homme nouveau » qui voulait expressément se démarquer des normes d’habitat collectif utilisées auparavant dans les programmes de logements sociaux d’avant l’Indépendance, notamment ceux réalisés dans le cadre du Plan de Constantine (cf. à ce sujet M. Safar Zitoun, 1997, pp. 165-182).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madani Safar Zitoun, « Digressions sur l’« Algérois » », Les Cahiers d’EMAM, 18 | 2009, 21-28.

Référence électronique

Madani Safar Zitoun, « Digressions sur l’« Algérois » », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/177 ; DOI : 10.4000/emam.177

Haut de page

Auteur

Madani Safar Zitoun

Professeur, Sociologie, Université d’Alger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page