Navigation – Plan du site

Entre-soi et repliement social ou les nouvelles formes de sociabilité

Le cas d’Ennasr II à Tunis
Hend Ben Othman
p. 89-105

Texte intégral

Introduction

1Durant les années 1970, une réorientation des politiques urbaines a été engagée en Tunisie, qui a consisté, entre autres, à redéfinir les modalités de la promotion foncière et immobilière (J.-M. Miossec et P. Signoles, 1984). Elle s’est accompagnée de la préparation de nouveaux documents d’aménagement du territoire, à savoir les Schémas Nationaux d’Aménagement du Territoires (SNAT) de 1971-1973 et de 1984 (J.-M. Miossec, 1999) qui ont, entre autres préconisations, prévu l’aménagement de vastes zones d’habitat en périphérie de la capitale, tant au nord qu’au sud et à l’ouest du Grand Tunis. À la même époque, un document de planification régionale a été préparé par le District de Tunis (1977), à savoir le Plan Régional d’Aménagement (PRA) qui réglemente le développement urbain à long terme du Grand Tunis et détermine également les zones à urbaniser de façon prioritaire. Pour entreprendre ces exten-sions urbaines, un opérateur public spécifique, l’Agence Foncière de l’Habitat (AFH), a été créé en 1973.

  • 1 Les quartiers d’El Menzah, de IV à IX, ont été produits par l’AFH dans les années 1975-1985. Ils se (...)
  • 2 Chabbi M., 1997, p. 262.

2Certains des nouveaux quartiers produits dans ces cadres ont été investis par des couches sociales aisées : c’est principalement le cas des zones d’habitat lancées au nord du Grand Tunis, qui ont donné naissance, successivement, aux quartiers d’El Manar 1, 2 et 3 puis à ceux d’El Menzah, numérotés de IV à IX1. Ils ont rapidement rempli une fonction essentielle, en ce qu’ils ont permis « d’amorcer au sein du Grand Tunis l’intégration d’une petite bourgeoisie citadine ou villageoise, dans une zone d’agglomération devenue socialement valorisée »2. En effet, favorisée par la politique de scolarisation menée par l’État depuis 1959, la petite bourgeoisie, ainsi que certains éléments issus des couches populaires, ont été intégrées au sein de l’Administration et ont ainsi connu une mobilité sociale ascendante. Outre l’emploi, accéder à un logement dans ces nouveaux quartiers a été l’une des manifestations de cette mobilité sociale et a contribué à l’intégration de ces catégories sociales aux classes moyennes.

3C’est dans ce contexte que, à la fin des années 1980, un nouveau lotissement, baptisé « Ennasr II », fut créé : situé au nord du Grand Tunis, il se trouve dans la continuité spatiale des Menzah et des Manar. Nous formulons l’hypothèse que les catégories sociales concernées par cette opération d’habitat ont, du fait de leurs revenus élevés, de leur niveau d’éducation, de leurs réseaux sociaux, de leur désir de distinction, etc., des habitus et des pratiques spécifiques, susceptibles de générer des territorialités propres.

4Pour l’usage que nous voulons en faire, nous entendons la territorialité au sens que lui donne P. Tizon, lequel se situe d’ailleurs dans la continuité de C. Raffestin. Elle serait ainsi « un processus d’échange et de communication » qui « […] ne se confond pas avec un lien spatial, mais tisse toujours le rapport de chacun avec les autres acteurs, avec le système institutionnel » (P. Tizon, 1996, p. 26). Il convient alors d’envisager le territoire selon la définition qu’en donne G. Di Méo, à savoir « un écheveau complexe de relations socio-spatiales dynamiques, multidimensionnelles et multiscalaires ; relations volontaires, délibérées et intentionnelles ; relations tant sociales que culturelles […] » (G. Di Méo, 1998, p. 12). Nous considérons par ailleurs, à la suite de M. Lussault, que la citadinité est « cette structure de représentations de la ville que chacun porte en soi […], le récit, les pratiques, jouant justement une fonction de média et permettant que cette structure se convertisse en langage et en usages » (M. Lussault, 1997, p. 37).

5C’est en nous inscrivant dans ce cadre conceptuel que nous nous intéressons ici aux territorialités des habitants d’Ennasr II : nous nous proposons en effet d’analyser leur citadinité en actes dans ce nouveau lotissement en privilégiant la détermination et la signification de leurs pratiques spatiales et sociales. Nous voudrions en effet vérifier si le processus de territorialisation engagé par ces habitants reflète un positionnement social par le logement dans un quartier socialement valorisé, qui traduit une volonté d’appartenance à une population privilégiée.

6La citadinité de ces habitants se caractériserait ainsi par la recherche d’un entre-soi sélectif et par des pratiques de distinction. Nous nous appuierons notamment, pour ce faire, sur les travaux de M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot (1989) sur les beaux quartiers, sur l’ouvrage collectif coordonné par J.-Y. Authier (2001) sur la vie au quartier et sur les travaux de Y. Chalas (2007, pp. 41-49).

7Les éléments dont nous disposons pour vérifier cette hypothèse peuvent être organisés selon trois plans. En premier lieu, nous analyserons les raisons qui ont conduit ces habitants à s’installer à Ennasr II, en accordant une place importante aux représentations liées à ce choix, particulièrement pour ce qui est de la recherche d’un entre-soi. Nous décrirons ensuite leurs pratiques des lieux publics de consommation et de loisirs, afin de cerner leur rapport au quartier et à la ville. Nous privilégierons enfin les sociabilités générées par les habitants du quartier en analysant les relations de voisinage qu’ils entretiennent.

  • 3 Les fichiers-clients renseignent sur les acquéreurs de lots individuels, ils renferment des informa (...)
  • 4 Le dépouillement de la totalité des fichiers des acquéreurs de lots individuels à Ennasr II, des di (...)

8Si la détermination des caractéristiques sociales des habitants d’Ennasr II a été effectuée à partir du dépouillement de divers documents mis à notre disposition par l’AFH, en particulier ses fichiers-clients et les listings de vente des différents lots3, les informations relatives aux représentations, aux pratiques et aux sociabilités ont été collectées dans le cadre d’entretiens semi-directifs que nous avons effectués auprès de 25 ménages d’Ennasr II, parmi lesquels des propriétaires de villas, de duplex dans des résidences gardées ou d’appartements dans des immeubles collectifs, ainsi qu’auprès de locataires d’appartements4.

Stratégies d’installation à Ennasr II et distinction sociale

9Afin de cerner les pratiques qu’inscrivent les résidents dans ce lieu socialement valorisé, et qui pourraient, en partie, nous renseigner sur leurs territorialités, il s’agit de comprendre les raisons ayant guidé le choix de leur installation à Ennasr II, leurs stratégies d’accès à cette résidence et la manière dont ils se positionnent dans l’espace socio-spatial.

Ennasr II : la nouvelle adresse des classes moyennes et aisées

10Le quartier d’Ennasr II est un lotissement de 216 ha, conçu par l’Agence Foncière de l’Habitat, situé au nord du Grand Tunis, à proximité des quartiers d’El Menzah et d’El Manar, lieux de résidence des couches moyennes aisées.

Figure 1. Ennasr dans le Grand Tunis.

Figure 1. Ennasr dans le Grand Tunis.

Source : Uram-Urbaconsult 1997, actualisé par H. Ben Othman, 2009.

Cartographie : Florence Troin • CITERES|EMAM • 2009.

  • 5 Voir Ben Othman H., 2009, pp. 43-54.

11Le processus de production de ce quartier ainsi que son organisation d’ensemble ayant déjà fait l’objet d’une publication, nous n’en reprendrons pas les éléments ici5. Nous fournirons par contre un certain nombre d’informations concernant la composition sociale du quartier.

  • 6 Ce type de résidence prend souvent la forme de résidence gardée comportant des appartements, des du (...)

12Ce lotissement, viabilisé par l’AFH, réserve 102 ha pour l’habitat, le reste étant destiné aux équipements et services, à la voirie et aux espaces verts. Les surfaces destinées aux logements se partagent entre 36,5 ha vendus sous forme de lots à des promoteurs immobiliers en vue de la construction de résidences d’habitat semi-collectif6 et d’immeubles d’habitat collectif de standing, et 65,5 ha vendus également sous forme de lots, mais réservés aux ménages pour la construction d’habitat individuel (villas).

Photo 1. Habitat collectif.

Photo 1. Habitat collectif.

Cliché : Hend Ben Othman, 2008.

Photo 2. Habitat semi-collectif gardé.

Photo 2. Habitat semi-collectif gardé.

Cliché : Hend Ben Othman, 2008.

Tableau n° 1. Répartition des lots à usage d’habitat vendus par l’AFH.

Affectation

Superficie (en ha)

Soit en %

Lots individuels

65,5

65,0

dont habitat individuel isolé

55,5

dont habitat individuel en bandes (ITSB)

10,0

Lots pour les promoteurs immobiliers

36,5

35,0

dont habitat semi-collectif

20,0

dont habitat collectif

6,5

dont lots mixtes (CUD + HCD + EHC)*

10,0

TOTAL

102,0

100,0

* CUD = Collectif Urbain Dense (immeubles de 6 à 8 étages situés sur l’avenue principale et vendus aux enchères publiques) ; HCD = Habitat Collectif Dense ; EHC = Équipement Habitat Commerces.

Source : AFH. Données établies à partir du dépouillement de l’ensemble des listings de vente de l’AFH pour les différentes typologies.

13Selon le dernier Recensement de la Population et des Ménages de 2004, on compterait 29 136 habitants et 10 857 ménages à Ennasr II. Les premiers résidents ont commencé à s’installer au début des années 1990, à la suite de la vente des premiers lots individuels ; une deuxième tranche, correspondant à l’extension de l’habitat individuel, a été ouverte en 1995. Les lots d’habitat collectif ont été commercialisés par vagues successives entre 1990 et 2000. En 2008, la construction de la majorité des lots est achevée, à l’exception de quelques lots d’habitat collectif.

  • 7 Nous avons pris pour base de sondage ce listing contenant 1 422 noms. Ensuite, le choix des unités (...)

14Une étude approfondie du statut social des clients ayant acheté des terrains à Ennasr II a permis de déterminer les catégories socioprofessionnelles des acquéreurs des lots individuels. L’analyse a porté sur un échantillon7 constitué à partir du listing des différents acquéreurs des lots individuels numérotés, listing que nous avons complété par le recueil des données des fiches-clients fournissant la profession de l’acquéreur et son origine géographique, l’année de l’achat du lot ainsi que le prix final d’acquisition.

Tableau n° 2. Catégories socioprofessionnelles des bénéficiaires du lotissement d’Ennasr II pour les lots individuels en 2005.

  • 8 Il s’agit des propriétaires de terrains à Ennasr II avant son acquisition par l’AFH, qui ont conven (...)

Catégories socioprofessionnelles

En %

Patrons de l’industrie et du commerce

4

Cadres supérieurs, professions libérales

57

Cadres moyens

25

Employés du commerce et de l’artisanat

2

Autres (propriétaires terriens expropriés8, travailleurs à l’étranger)

4

Inactifs

1

Pas de données

7

TOTAL

100

Source : AFH & élaboration personnelle (Hend Ben Othman).

  • 9 1 DT (dinar tunisien) = 0,53 € en mai 2009.

15Il ressort de ce tableau que 61 % (au moins) des acquéreurs des lots individuels sont des cadres supérieurs et 25 % des cadres moyens. Ainsi, 76 % (au moins) des bénéficiaires de ce lotissement appartiennent aux classes moyennes et aisées. Compte tenu d’une surface minimale des lots de 400 m2 et d’un prix au m2 de terrain qui a évolué de 33 DT le m2 en 1987 à 110 DT en 2004, la charge foncière minimale était en 1987 de 13 200 DT pour atteindre, dix ans plus tard en 1997, 26 000 DT, c’est-à-dire le double9. En outre, l’AFH vend les lots aux acquéreurs au comptant et leur fait supporter une part importante du préfinancement des coûts d’aménagement. Les cahiers des charges des lotissements de l’AFH stipulent aussi que la construction du logement doit être engagée dans un délai de deux ans après l’acquisition du terrain sous peine de forclusion. Cette injonction s’ajoute aux contraintes techniques et architecturales propres au lotissement d’Ennasr II. En effet, la nature argileuse du terrain nécessite de lourds travaux de fondations et de soutènement, qui renchérissent les coûts de construction pour l’acquéreur. Il en résulte que seuls les ménages appartenant aux strates supérieures des classes moyennes et aux classes aisées sont en mesure de faire face à de telles exigences financières.

  • 10 Après avoir acquis les terrains destinés à l’habitat semi-collectif et collectif de l’AFH sous form (...)
  • 11 À titre d’exemple, et d’après le suivi des annonces de location d’appartements et les indications d (...)

16Par ailleurs, et pour les appartements vendus par les promoteurs immobiliers dans les résidences d’habitat semi-collectif et dans les immeubles10, le prix du m2 bâti est très élevé, de l’ordre de 900 à 1 200 DT, pour une moyenne à El Menzah ou La Soukra de 750 DT le m2. Ces prix limitent le marché à Ennasr II à des catégories sociales aisées. C’est le cas aussi des locataires de ces appartements, qui doivent s’acquitter de loyers élevés tous les mois11. Ces conditions ont favorisé une sélection des catégories socioprofessionnelles pouvant s’installer à Ennasr II.

Stratégies d’installation des habitants à Ennasr II et recherche d’un entre-soi basé sur la distinction sociale

  • 12 Nous avons en effet essayé d’avoir un minimum de 5 entretiens avec chaque catégorie identifiée, sau (...)

17Les habitants d’Ennasr II peuvent être classés en différentes catégories selon le type de logement qu’ils occupent et leur statut d’occupation. Nous distinguons en effet les propriétaires de villas qui ont acquis un lot de l’AFH et ont ensuite construit leur logement ; les propriétaires d’appartements ou de duplex dans des résidences d’habitat semi-collectif ou collectif ; les locataires d’étages de villas ou d’appartements. Cette classification a nécessité des entretiens variés avec les différentes catégories identifiées12.

Les propriétaires de villas

18Bien que les prix demandés par l’AFH aux acheteurs individuels de lots ne représentent environ que le tiers de ceux exigés par les promoteurs fonciers privés, ce qui rend l’accès à ces lots moins sélectif que l’accès aux appartements, il n’en reste pas moins nécessaire de s’interroger sur les stratégies résidentielles mises en œuvre par les habitants des villas.

19En ce qui concerne ces derniers, en analysant leur parcours résidentiel ainsi que les caractéristiques des logements précédemment occupés et les statuts d’occupation (J.-Y. Authier et J.-P. Lévy, 2002, pp. 329-354), il apparaît que la majorité des ménages interviewés sont engagés dans un parcours résidentiel depuis les années 1970 et sont inscrits dans une trajectoire promotionnelle. Ils proviennent des lotissements d’El Menzah et d’El Manar, lieux de résidence des classes moyennes aisées, où ils étaient précédemment locataires ou propriétaires d’appartements. Leurs quartiers d’origine servaient de parc de transit en attendant l’accès à un terrain de l’AFH. La raison du déménagement à Ennasr II est donc l’amélioration de leurs conditions de logement ou l’accès à la propriété.

Photo 3. Villa.

Photo 3. Villa.

Cliché : Hend Ben Othman, 2008.

Photo 4. Villa.

Photo 4. Villa.

Cliché : Hend Ben Othman, 2008.

  • 13 Les candidats déposent des demandes de lot à l’AFH en indiquant leurs préférences (villes et quarti (...)

« Nous avons habité dans un appartement en location à L’Ariana pendant un an en 1975. Ensuite, en attendant que l’appartement qu’on devait acheter soit prêt, on a habité dans un studio qu’on a construit à Hammamet, au-dessus de la maison de mes beaux-parents, pendant 6 mois [courant 1976]. En décembre 1976, nous avons emménagé dans notre appartement à El Menzah VI. C’étaient des appartements vendus par l’Immobilière de l’Avenue. En 1996, nous avons changé pour Ennasr car l’appartement était devenu trop petit pour nous et l’AFH nous a contactés pour notre lot13 » | Samira

  • 14 CNRPS : Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale, un organisme qui finance des logemen (...)

« À notre mariage, en 1982, nous avons habité à El Menzah VI, dans un appartement en location situé dans un immeuble construit par la CNRPS14. En 1996, nous avons acheté le terrain à Ennasr et en 1999, nous nous sommes installés ici » | Béhija, 49 ans

20L’installation à Ennasr II correspond donc à une ascension sociale pour cette catégorie d’habitants. Elle est généralement le fruit d’une évolution dans le parcours professionnel et donc dans le statut social et les aspirations.

21Les propriétaires des villas ont formulé des demandes depuis la fin des années 1970 et le début des années 1980, auprès de l’AFH, pour l’acquisition d’un lot. Ces demandes ne spécifiaient pas que la résidence demandée se trouvait à Ennasr II, ne serait-ce que parce que le lotissement n’était même pas programmé à ce moment-là. Mais comme les opérations entreprises à l’époque par l’AFH, par exemple à El Manar, n’ont pas permis de satisfaire toutes les demandes, l’opérateur public a proposé ultérieurement à certains demandeurs un lot à Ennasr II, qui était le dernier lotissement que l’Agence avait réalisé et qu’elle commença à commercialiser à la fin des années 1980.

« À notre mariage, en 1979, nous avons habité à L’Ariana, dans un appartement en location, pendant un an et 9 mois. En 1981, nous avons acheté un appartement à El Menzah VI [à la Cité Ennour plus exactement]. C’était une opportunité et nous y sommes restés 19 ans. Nous avons déposé notre demande à l’AFH en 1978 ; le terrain à Ennasr nous a été donné en 1998, on nous a retardé de 20 ans ! Nous nous sommes installés ici en 2000. On pensait obtenir un terrain à El Manar, comme nos amis, mais finalement, l’AFH à lancé Ennasr ! » | Hamida, 56 ans.

  • 15 Makkia est une mère de famille, ancien cadre dans une banque et retraitée. Son mari est un entraîne (...)

22Dans ce cas, les résidents de cette catégorie n’ont pas véritablement « choisi » le quartier, mais ils ont juste opté pour la garantie offerte par l’aménageur public d’un haut niveau d’équipements et d’infrastructures et l’assurance, du fait des prix élevés, que les futurs acquéreurs seraient de la même catégorie sociale qu’eux. Makkia15, âgée de 53 ans, correspond à ce profil :

  • 16 Le Bardo est une banlieue de classes moyennes, située à l’ouest de Tunis, dans la première couronne (...)

« On ne voulait pas spécialement Ennasr, on a choisi un terrain AFH. Je n’aime pas Le Bardo car c’est humide, et pas plus la banlieue Sud, car elle me paraît loin. El Mourouj, c’est surpeuplé, et on ne connaît personne là-bas. Je ne me voyais pas y habiter. On croyait que ce quartier [Ennasr] allait s’appeler Menzah X ou XI. Le nom Ennasr existe malheureusement aussi à la cité Ettadhamen [...]. Finalement, l’AFH a appelé le quartier Riadh Ennasr [Les Jardins d’Ennasr], ça sonne mieux ! »16.

23La première raison avancée pour le choix d’Ennasr II ou d’un lot de l’AFH est le bon niveau d’équipement des lotissements, ainsi que le prix au m2, car celui-ci demeure moins élevé que les prix du marché :

« Mon mari, en déposant une demande à l’AFH, a entendu dire que ce quartier serait bien, avec un bon voisinage et toutes les commodités. Ils [les commerciaux de l’AFH] avaient dit qu’il y aurait un centre commercial, des écoles, des lycées, tout ! » | Emna, 42 ans

24L’autre raison avancée est la recherche de sécurité et d’un bon voisinage. Ainsi, les ménages choisissent de s’installer à Ennasr II afin, selon eux, d’être entourés de gens « bien », c’est-à-dire appartenant à leur milieu social, et d’être assurés d’un cadre résidentiel sécurisant et calme, sans problèmes de voisinage. Une résidente a évoqué les sacrifices financiers consentis rien que pour jouir d’un cadre de vie sécurisant :

  • 17 Ici, prend le sens de « respectable ».

« Je préfère avoir juste [de quoi vivre] et vivre à Ennasr. Pas pour frimer, mais pour habiter un lieu ndhif [propre, au sens littéral du terme17] : quand tu sors le matin, tu vois des gens ndhaf [respectables], personne ne t’embête. Pour moi qui ai habité La Marsa étant jeune fille, avec un bon voisinage, c’est important. Il faut vivre dans un quartier résidentiel pour ses enfants, en prévision de leurs fréquentations futures » | Emna, 42 ans

25L’accès à la maison individuelle dans un lotissement socialement valorisé représente, pour la plupart des personnes interrogées, un idéal à atteindre, car c’est lui qui exprime le mieux l’appartenance à un groupe social privilégié :

« C’est un quartier agréable et chic, car il faut avoir une bonne fonction pour pouvoir faire le remboursement des crédits. Les catégories socioprofessionnelles sont assez élevées, c’est cher ici ! Il y a des gens très aisés, et le reste ce sont des gens normaux, comme nous tous. Mais ce sont des gens respectables, on n’a pas de problèmes » | Makkia, 53 ans

26Bien que reprochant le manque d’espaces verts, de parkings et d’équipements, et se plaignant de la circulation et des pentes, ces habitants tiennent un discours en opposition avec leurs doléances. En effet, quand ils parlent de leur quartier, ils tendent à renvoyer une image de résidents épanouis et heureux de leur situation :

« C’est un quartier que j’aime bien, je suis à l’aise. Dommage pour les autres qui n’ont pas l’occasion d’acheter un terrain ici. C’est ma bouffée d’oxygène. Mais les immeubles, c’est khoudha [cacophonie]. Mais nous, on est au point le plus haut. Les pentes, c’est ce qu’il y a de plus désagréable à Ennasr. Sinon, c’est un quartier bien fréquenté » | Béhija, 49 ans

27Cette valorisation des lieux de résidence s’effectue cependant en marquant l’opposition avec l’avenue Hédi Nouira, le grand axe commercial du quartier, bordé d’immeubles R + 8 sur plus de 2 km :

« L’avenue Hédi Nouira ne fait pas partie de ma vie, j’y passe par nécessité. Mon quartier, pour moi, c’est là où il n’y a pas d’immeubles, c’est des arbres, des maisons, beaucoup de verdure […] » | Béhija, 49 ans

28Pourtant, aucun arbre n’a été planté dans le quartier et la seule verdure repérable est celle qui agrémente les jardins privés des villas !

29Ce hiatus existant entre la réalité et les représentations montre à quel point certains habitants, issus des classes moyennes, magnifient leur lieu de vie afin qu’il soit en correspondance avec une image idéalisée d’un quartier valorisé et moderne. Par ailleurs, ce positionnement par rapport à une altérité, qui se concrétise par l’utilisation d’un vocabulaire spécifique (« l’autre Ennasr », « Hédi Nouira », « l’autre côté », etc.) mobilisant des adjectifs péjoratifs (« bruyant », « grouillant », « mal foutu », « mal fait », « mal fichu », « surpeuplé », « entassé », « encombré », etc.) est une manière de se démarquer de l’image finalement assez négative que renvoie le quartier, lequel fait l’objet de maintes critiques de Tunisois et dans la presse écrite.

Les propriétaires d’appartements ou de duplex dans des résidences ou immeubles d’habitat semi-collectif ou collectif

30Pour les habitants des résidences d’habitat semi-collectif et des immeubles, le haut standing des projets immobiliers, la sécurité qu’ils offrent et le voisinage socialement valorisé qu’ils proposent sont des facteurs déterminants pour l’installation dans ce quartier.

  • 18 Le beldi est un citadin de souche, à l’urbanité (traditionnelle) bien affirmée.

« Le quartier m’a plu, il est calme, on a tout ce qu’il faut, épicier, légumes, courses diverses […]. Je passe la commande à l’épicerie par téléphone, et on me livre. Tout le quartier est gardé, je n’ai pas peur ici […]. Le standing est très haut et tout le monde est connu ici [dans la résidence]. La résidence est très agréable, il y a de la convivialité. Pour moi, c’est sécurisant. […]. Je suis contente d’être ici. Franchement, je suis bien entourée, il y a des médecins, des gens d’un certain niveau social et intellectuel. Il y a des beldis18 tunisois et des beldis d’autres régions. Les gens sont polis. Ce n’est pas forcément une catégorie très aisée, ce sont des fonctionnaires, des cadres supérieurs vivant avec des crédits » | Zakia, 70 ans

31Les promoteurs immobiliers mettent en avant dans leurs brochures publicitaires, outre le haut standing des logements, le fait que leurs résidences et immeubles soit gardés jour et nuit et que l’accès soit exclusivement réservé aux seuls résidents. Cet entre-soi créé et publicisé par les promoteurs, au travers de leur offre sélectivement orientée vers les classes aisées, a permis d’attirer cette clientèle en quête d’un lieu de vie à haute visibilité sociale et investi par des couches sociales aisées ou s’efforçant de le paraître.

32Par ailleurs, l’acquisition d’un appartement ou d’un duplex correspond à des stratégies et à des logiques d’investissement différentes. Nous avons rencontré trois cas distincts.
• D’abord, comme pour l’habitat individuel, il y a les ménages qui sont inscrits dans une trajectoire de promotion sociale, pour qui l’acquisition d’un appartement correspond à un accès à la propriété dans un lotissement socialement valorisé. Ce sont généralement des ménages en milieu de parcours résidentiel, qui étaient locataires dans des immeubles à Tunis.
• Une deuxième catégorie se compose des ménages en fin de carrière ou à la retraite, dont les enfants sont partis de la maison, et qui étaient auparavant installés dans des quartiers aisés tels qu’El Manar. Ils ont procédé à la vente de leur villa et ont opté pour l’acquisition d’un appartement de standing dans un projet immobilier moderne et offrant toutes les commodités :

  • 19 Le Belvédère est un quartier chic du nord de Tunis, près du parc du même nom. Mutuelleville est un (...)

« À mon mariage, en 1960, on s’est installé au quartier du Belvédère, dans un appartement en location. Ensuite, en 1969, nous avons changé pour une villa en location à la rue Barthou. En 1980, nous nous sommes installés dans une très belle villa à Mutuelleville, rue du docteur Burnet. C’était le meilleur quartier à l’époque, Bourguiba y avait sa maison avant le Palais de Carthage, tous les ministres de l’époque y habitaient […] ; c’était le quartier le plus huppé de la ville. En 1989, nous avons changé pour une villa à El Manar, une très grande villa avec une cave et deux niveaux. J’y suis restée jusqu’à la mort de mon conjoint. Là, j’ai commencé à chercher à déménager, car mes deux filles allaient se marier et j’allais me retrouver toute seule dans une grande maison. Et en 2000, j’ai donc changé avec elles pour m’installer dans ce duplex à Ennasr »19 | Jalila, 73 ans, veuve

  • 20 C’est le cas d’étudiants poursuivant leurs études à Tunis et originaires d’autres villes du pays.

33• La dernière catégorie est formée de jeunes ménages ou d’étudiants20 qui occupent l’appartement ou le duplex acheté par leurs parents. L’acquisition correspond ici à une logique de placement familial dans un quartier socialement valorisé. Les enfants, bien que n’ayant pas choisi Ennasr II, jouissent d’appartements luxueux et sont conscients de la chance qui leur est ainsi offerte :

  • 21 Il y a à la fois moins d’embouteillages pour y accéder et c’est plus facile pour stationner.

« Ce sont mes parents qui ont acheté cet appartement. Pour ma sœur et moi, qui avons fait des études de médecine, c’est un bon investissement. Pour le moment, on en profite pendant nos études. Plus tard, ou bien l’un de nous va vivre dans l’appartement, ou bien on va le transformer en cabinet médical. C’est un excellent emplacement pour un cabinet. D’abord, c’est entouré de médecins, spécialistes, généralistes et il y a une grosse clientèle potentielle. Ensuite, c’est un endroit accessible, le patient devient fidèle. C’est plus accessible que le centre-ville21 » | Nizar, 32 ans, médecin

34Pour les jeunes couples, cette aide des parents constitue un bon départ dans la vie pour pouvoir acquérir à leur tour un terrain plus tard et construire leur propre villa :

« Nous habitons un duplex que mon beau-père a acheté pour nous juste avant notre mariage. En 1999, c’est l’endroit où il y avait des appartements de standing et des résidences disponibles. C’est un bon quartier, un bon voisinage. Ça nous dispense d’un loyer et nous épargnons actuellement pour acheter un terrain dans un bon emplacement et construire à notre tour » | Olfa, 32 ans

35L’installation de ces jeunes couples à Ennasr II constitue donc une étape dans leur trajectoire résidentielle, l’acquisition correspond souvent à un investissement fait par les parents ou auquel ils ont largement contribué.

Les locataires d’appartements

36Cette troisième catégorie est la plus hétérogène d’un point de vue social et économique. L’offre d’appartements à Ennasr II inclut aussi bien des studios (40 m2) que des appartements de 80 à 170 m2 et des duplex (pouvant atteindre 200 m2) avec des loyers mensuels variant de 300 à 1 000 DT. Ce niveau de prix rend le marché locatif relativement accessible à différentes catégories sociales.

37Sans prétendre présenter de manière exhaustive les profils des habitants qui ont choisi de s’installer en location (dans un appartement) à Ennasr II, nous pouvons néanmoins en retenir quatre que nous considérons comme les principaux.
• La première catégorie correspond à celle de ménages en début de parcours résidentiel. Ils sont généralement nouvellement installés en couple et sont des cadres supérieurs actifs. Leur installation à Ennasr II a été motivée par la recherche d’un appartement neuf et de standing ou par la proximité des lieux de résidence de leurs parents :

« À notre mariage, nous avons cherché un appartement de 3 pièces avec salon à Ennasr. C’était important pour nous d’habiter un appartement neuf, qui ne nécessite aucune réparation, et de standing, et qui soit proche d’El Manar où habitent mes parents. C’est plus pratique pour les repas dans un premier temps et ensuite pour la garde de notre bébé quand il est né » | Yadh, 35 ans, avocat installé à son compte et Rim, 32 ans, juriste, mariés depuis 5 ans, 1 enfant

  • 22 « Le Lac », ce sont « Les Berges du Lac », quartier de haut standing récemment aménagé sur des terr (...)

« Pour nous, le plus important, c’était le standing ! Nous voulions mener le même niveau de vie qu’avant le mariage, même en étant locataires, et les meilleurs appartements, c’est à Ennasr qu’ils se trouvaient, l’offre était plus importante qu’au Lac22 en 2001. Les cuisines sont équipées, le revêtement de sol est en marbre blanc pour les espaces communs et les matériaux sont de premier choix. En plus, le quartier est sélect, enfin était car avec l’offre des studios, c’est devenu mkhalit [hétérogène] et on a des problèmes de prostitution et de tapage nocturne. Nous pensons d’ailleurs déménager, c’est devenu insupportable dans l’immeuble ! » | Nedra, 35 ans, médecin et son mari Slim, 37 ans, propriétaire d’une société d’informatique, installés dans un appartement depuis 7 ans

38• La deuxième catégorie est celle de familles en milieu de parcours résidentiel, qui n’ont pas encore accédé à la propriété, et qui ont choisi de s’installer dans un quartier socialement valorisé correspondant à leurs aspirations.
• La troisième catégorie est représentée par des étudiants qui louent à l’année pendant leurs études.
• La quatrième catégorie, plus rare (un cas seulement), est celle d’une décohabitation, à la suite d’un divorce, et la personne interviewée, qui vit avec ses deux enfants adolescents, a cherché à s’installer à proximité de son ancien lieu de résidence (El Manar), où elle avait ses habitudes, et dans un quartier où la sécurité était assurée.

39L’installation dans ce type de quartier est ainsi liée à toute une série de motifs, qui véhiculent des représentations accompagnant la mobilité sociale ascendante des habitants. Ainsi, le désir d’habiter à Ennasr II, qui représente pour certains comme une sorte d’accomplissement de leur parcours résidentiel, a été motivé, pour la majorité des habitants interviewés, par la quête d’un entre-soi et d’un désir de distinction sociale. Néanmoins, ce choix d’Ennasr II correspond à des stratégies résidentielles fines et distinctes, selon l’âge, le type d’habitat et le parcours résidentiel.

40De fait, le quartier Ennasr II est devenu aujourd’hui un symbole de réussite sociale ; y habiter constitue un « privilège » et vérifie ainsi plutôt bien le constat de Y. Grafmeyer selon lequel « les positions résidentielles sont des marqueurs des destinées sociales » (Y. Grafmeyer, 1995).

41Le souci de l’« adresse » se manifeste à Ennasr II par les pétitions signées par les acquéreurs de lots de l’AFH, sollicitant le changement de l’appellation Ennasr II en El Menzah X et XI, en référence aux quartiers d’El Menzah VI à IX, lieux de résidence des classes moyennes et supérieures aisées. Le compromis trouvé par la municipalité de L’Ariana a été de rajouter le terme « Les Jardins » [Riadh] à Ennasr pour conférer au quartier un nom plus attrayant et plus valorisant, susceptible par conséquent d’assurer aux résidents un meilleur affichage de leur réussite sociale. Les habitants mobilisent ainsi « les connotations sociales qui sont rattachées à ces espaces à des fins de différenciation et de distinction sociale » (A. Lévy, 1998, p. 388), tant il est vrai que le positionnement dans l’espace urbain — ne serait-ce que par le biais du nom du quartier — renforce le positionnement dans l’espace « social ».

42Comment alors ces représentations, liées à la distinction et à la sélectivité sociale, se manifestent-elles dans les pratiques des habitants ? Quelles sont les pratiques spatiales qu’ils développent une fois qu’ils y sont installés ? Quelles sont les sociabilités spécifiques à ces groupes sociaux ?

Les pratiques des habitants : des territorialités multiples et des sociabilités réduites

43Nous privilégierons dans ce qui suit deux orientations pour répondre à ces interrogations, qui sont de nature à nous éclairer sur la citadinité des résidents à Ennasr II. La première consistera à analyser les pratiques spatiales des habitants à partir de leur fréquentation des lieux publics de loisir et de consommation ; la seconde s’intéressera aux relations de voisinage développées par les habitants, ainsi qu’à la manière dont ils qualifient et gèrent ces relations.

Pratiques des lieux publics

44Ennasr II, en tant que quartier moderne, équipé et offrant toutes les commodités, est différemment investi par les habitants à travers des pratiques variées, que celles-ci soient liées à leur mode de vie, à leur niveau de motorisation ou à leur parcours résidentiel.

Les lieux de consommation : des territorialités multiples liées au mode de vie

45Les individus ou ménages qui ont effectué un changement de résidence développent bien sûr des pratiques spatiales dans leur nouveau quartier, mais en maintiennent aussi — du moins généralement — en rapport avec leur ancienne résidence. Par ailleurs, on observe que, dans leur nouveau quartier, ils sont relativement autonomes, contrairement à ce qui est d’usage en centre-ville. C’est le cas à Ennasr II où, malgré l’existence de tous les équipements et services, la majorité des personnes interviewées expriment un attachement à leurs lieux de résidence antérieurs, les raisons avancées étant principalement économiques ou faisant état des habitudes acquises. Pour autant, ces personnes insistent très fréquemment sur leur capacité à choisir les lieux où elles se rendent pour effectuer des courses, recourir à des services ou pratiquer tel ou tel loisir. Cette affirmation de leur capacité de choix et de leur autonomie est une marque de leur volonté de s’affirmer comme des individus et de se distinguer des autres.

46Environ 75 % des personnes interrogées font leurs courses hors du quartier. La majorité d’entre elles avance comme argument la cherté des prix pratiqués à Ennasr II, et insistent sur leur capacité d’avoir « le choix » de faire leurs courses ailleurs, là où ils ont leurs habitudes, dans leur ancien quartier, ou là où ils estiment trouver une bonne qualité de produits à un meilleur marché.

  • 23 La Fayette est un marché urbain, au centre-ville de Tunis, qui était très fréquenté par les Europée (...)

« Je fais mes courses au Monoprix d’Ennasr, mais pour les légumes, je vais au marché de L’Ariana ou à celui de La Fayette23. Et le reste, le complément, je m’approvisionne chez l’épicier du coin. Je ne suis pas cliente ici, c’est beaucoup plus à El Menzah VI. Je n’aime pas Ennasr pour les services, je suis cliente ailleurs. Avec la voiture, on va où on est satisfait et à l’aise. Ici, je vais au kiosque à essence seulement » | Hamida, 56 ans, médecin, épouse d’un directeur de banque, qui habitait précédemment à El Menzah VI

47La seule personne âgée de plus de 55 ans à avoir déclaré faire ses courses exclusivement à Ennasr II est une dame qui n’est pas motorisée. Ceci permet de relier directement les pratiques des lieux des habitants du quartier à leur niveau de motorisation (un ou deux véhicules particuliers, voire plus quand il y a des enfants en âge de conduire). La disposition d’un véhicule est évidemment un facteur qui favorise les mobilités et qui ouvre les choix des lieux pratiqués, facilitant en particulier l’accès à l’ancien quartier de résidence, à ses équipements commerciaux et à ses services. Le parcours résidentiel de ces habitants et leur installation durant souvent plus de 10 ans dans leur quartier antérieur permet donc d’expliquer en partie leur attachement aux lieux de consommation antérieurs.

48Les jeunes couples ou ménages de moins de 40 ans recourent par contre de façon beaucoup plus régulière aux commerces et services d’Ennasr II : épiceries, marchands de légumes, coiffeur, salle de sport, shopping, etc., tous les besoins étant selon eux immédiatement satisfaits dans le quartier. Ennasr II, en tant que zone de commerces et de services, leur offre, du fait de sa proximité et des facilités de stationnement, un gain de temps considérable, qui pallie ses inconvénients tels que les prix excessivement élevés des produits, à en croire nos interlocuteurs :

« C’est vrai que tout est plus cher qu’ailleurs, mais si je vais ailleurs, la distance et le temps de déplacement augmentent, donc pour moi, tout est concentré à Ennasr. J’ai ici mon coiffeur, ma salle de sport, je fais mon shopping... Ça me libère du temps pour m’occuper de mes petites filles » | Olfa, 32 ans, architecte, épouse d’un expert-comptable, habite depuis son mariage un duplex offert par les parents.

49Et ils insistent surtout sur leur manque de disponibilité :

« Je fais tous mes achats au Monoprix d’Ennasr, même pour les légumes en cas de besoin. C’est très pratique, ça reste ouvert tard et c’est proche de chez moi. Et on a la liberté de choisir les produits. Il y a aussi les produits préemballés, les légumes je veux dire nettoyés, cela permet de gagner du temps, car le facteur temps est très important ! » | Emna, 42 ans, cadre dans une banque et épouse d’un tapissier, installée à son mariage dans une villa que son mari a construite

50Temps, distance, liberté de choix : autant de raisons avancées par les jeunes ménages qui mènent un mode de vie rythmé par le travail et les exigences de la modernité, et qui ont le plus souvent des enfants en âge de scolarisation, pour concentrer leurs achats dans le quartier d’habitation. Ils investissent ainsi leur quartier par leur forte consommation des services offerts. Par ailleurs, le fait que ces jeunes ménages soient nouvellement engagés dans un parcours résidentiel permet d’expliquer leur manque de pratiques d’autres lieux de consommation, et leur attachement à leur quartier.

Des pratiques des lieux de loisir sélectives et hors du quartier

51Concernant la fréquentation des lieux publics, les pratiques sont là aussi différenciées entre les jeunes couples installés et les ménages de plus de 50 ans : la moitié de ces derniers avoue ne pas fréquenter les salons de thé, cafés ou restaurants d’Ennasr II, concentrés sur l’avenue principale, préférant recevoir chez eux ou aller chez des amis. Ils fréquentent plus les restaurants et les salons de thé de la banlieue Nord de Tunis ou des Berges du Lac, les principaux « beaux quartiers » de Tunis.

52Ce sont plutôt leurs enfants, souvent âgés de moins de 25 ans, qui investissent les salons de thé et les restaurants branchés de l’avenue commerciale qui est devenue le repère des adolescents du quartier et des jeunes Tunisois aisés.

  • 24 Ce sont des pratiques du même type qu’a mises en lumière Nabil Smida. Voir Smida N., 2002.

53Ces lieux de rencontre et de loisir ont été élevés en véritables endroits à la mode, où la frime et le désir d’affichage et d’ostentation l’emportent sur les prix élevés des services. Bien que la vue offerte aux consommateurs des salons de thé soit obstruée par une longue enfilade d’immeubles en béton de huit étages, et que les terrasses donnent directement sur la chaussée, les clients y affluent tant en provenance d’Ennasr que des quartiers environnants de Tunis24.

54Mais, tout en appréciant la qualité des infrastructures et les nombreux services qu’offre Ennasr II, ses habitants ont tout de même du mal à s’approprier les espaces publics, à leur donner cette valeur symbolique qui leur permettrait de les investir et de s’y ancrer, à l’instar des lieux privés. Ils renvoient cette difficulté d’appropriation aux insuffisantes qualités urbaines du quartier, qui n’offre aucun espace public de rencontre tels que parcs, places et placettes, susceptible de favoriser rencontres et interactions sociales, mais aussi à la topographie accidentée du terrain qui empêche toute promenade et tout investissement des lieux, sauf en voiture :

« […] Il n’y a pas de cinéma, pas de théâtre, pas de galerie d’art, ni de centre commercial. On ne peut pas faire de promenade à Ennasr, car c’est fatigant, à cause des montées et descentes […] » | Olfa, 32 ans

55Les habitants montrent une parfaite maîtrise des ressources que leur procure leur statut social, ce qui leur permet des territorialités multiples et diversifiées dans leur quartier et dans la ville. Ils mobilisent leur capacité de mobilité et leur fort pouvoir d’achat afin de vivre dans et hors de leur quartier, et pratiquer des lieux de loisir sélectifs et distingués à Tunis ou dans les autres villes côtières :

  • 25 Gammarth est une banlieue huppée de la côte Nord de Tunis, très touristique et qui propose de nombr (...)

« Je sors une fois par semaine. Mais on n’aime pas beaucoup Ennasr, car il y a beaucoup de fumée dans les salons de thé et les restaurants […]. Je vais surtout avec mon mari manger quelque chose le soir, mais nos restaurants préférés ne sont pas forcément ici. Ils sont un peu partout à Tunis : au Lac, à Gammarth, à Menzah V […]. On a un seul restaurant à Ennasr, La Tavolata. Et il nous arrive le week-end d’aller dîner à Hammamet25 » | Nedra, 35 ans

56Ces résidents d’Ennasr II développent tout particulièrement des pratiques spatiales en réseau, correspondant à leur statut social et leur mode de vie. Quel type de sociabilités ces habitants vivant la plupart du temps hors de leur quartier sont-ils cependant en mesure de développer ?

Relations de voisinage

57Afin d’analyser les sociabilités propres à ces groupes sociaux, nous avons privilégié l’analyse des relations de voisinage qu’établissent et gèrent les habitants vivant dans les différents types d’habitat d’Ennasr II.

  • 26 La notion de houma caractérise (ou caractérisait) l’organisation spatiale dans la médina, où elle d (...)

58La mise en perspective de ces sociabilités avec celles développées dans les quartiers d’origine nous ont permis de cerner la nature de ces relations et la notion de houma chez ces habitants26.

Entre repli et évitements, des sociabilités réduites

59Les relations de voisinage à Ennasr II procèdent de l’évitement et du repli sur soi ; les plus intenses valorisent les réseaux sociaux établis antérieurement au déménagement, ainsi que les réseaux familiaux. « Mon quartier, c’est chez moi », m’a déclaré une habitante. Les résidents manifestent en effet une parfaite maîtrise de la gestion de leurs relations aux autres et des limites à instaurer avec eux. S’il faut, ne serait-ce que par convenance, avoir des relations avec les voisins, il convient qu’elles n’interfèrent pas sur la sphère privée. Dans certains cas, cette absence de sociabilité est contrainte, non choisie par les personnes qui regrettent l’indifférence et la froideur de leurs voisins :

« Non, je n’entretiens pas de relations avec mes voisins, à part ma voisine sfaxienne. Je n’ai pas le temps. Et puis il y a la froideur, l’indifférence. Les gens n’accourent pas en cas de problème ; et si l’on sonne, c’est que c’est le facteur. Là où j’habitais auparavant, j’avais plus de relations de voisinage, il y avait la notion de joura [voisinage] » | Béhija, 49 ans, infirmière et épouse d’un cadre supérieur, locataire précédemment d’un appartement à El Menzah VI

60Quand d’autres habitants parlent de leurs relations de voisinage, c’est pour évoquer avec nostalgie les pratiques de voisinage dans les sociétés arabo-musulmanes par opposition à la société européenne :

« Si je vois quelqu’un dans la rue, je ne saurais pas te dire si c’est un voisin ou non ! C’est un peu l’anonymat, beaucoup même. Malheureusement, on va vers la vie européenne […]. Je pense que c’est le propre des grandes villes » | Hamida, 56 ans

61Ce repliement est généralement choisi, surtout chez les jeunes couples, qui préfèrent l’anonymat et posent des limites très strictes dans la gestion de leurs rapports de voisinage :

« On n’a pas du tout de relations avec nos voisins, c’est l’anonymat et c’est ce qu’on recherche. Ça nous convient parfaitement. Quand ma femme était enceinte, personne ne s’en est rendu compte. Il est vrai qu’on a été discret le plus possible, on préfère mettre des limites » | Karim, 32 ans

62Quant à Emna, elle fait le même constat, mais elle regrette un peu cette situation :

« Ici tout est trop calme ! Tu ne sens pas la houma, c’est une cité dortoir. C’est quoi, pour moi, la houma ? C’est l’échange entre voisins, des jeux collectifs, les visites, les fréquentations. Donc je ne la sens pas, la houma. Chacun est dans son cocon, la porte fermée. Il n’y a aucun bruit d’enfants qui jouent, rien. Mais, sincèrement, ça ne me manque pas. Je me sens bien chez moi, épanouie » | Emna, 42 ans

63Cet anonymat leur permet d’échapper — c’est du moins ce qu’ils déclarent — à un contrôle social trop strict. En conséquence, quand elles existent, ces relations procèdent surtout de l’évitement, sont souvent formelles et faussement courtoises, pour ne pas dire hypocrites.

64Mais ce repli sur soi n’est pas l’apanage des jeunes. Il caractérise aussi assez souvent les relations établies par les personnes âgées de plus de 50 ans et ayant vécu précédemment dans un autre quartier. La majorité d’entre eux y entretenait des relations de voisinage fortes, surtout lorsque la résidence antérieure était située dans des immeubles d’habitat collectif destinés aux classes moyennes. Ceux que nous avons interrogés à Ennasr II qualifient ces relations de « durables » et regrettent le temps où ils vivaient dans leur ancien quartier. Ils reconnaissent ne pas avoir cherché à reconstituer un réseau de relations du même type dans leur nouveau quartier et disent n’avoir pas non plus été sollicités par les voisins. Ils imputent cela au manque de temps, au rythme de vie citadin, et à l’hétérogénéité des populations, surtout en ce qui concerne l’habitat collectif.

Représentations et nostalgie

65Joura, houma, errahma, ces termes signifient successivement « voisinage », « quartier » et « miséricorde ». Ce sont eux que les résidents emploient pour évoquer la vie sociale dans leur ancien quartier ou ville d’origine.

66Ainsi, pour une femme que nous avons interrogée, la notion de houma renvoie à son Zarzis natal, où tout le monde connaît tout le monde, où il n’y avait pas — du moins selon elle — d’hétérogénéité des groupes sociaux :

« Ici les gens sont mkhaltine [hétérogènes], ce n’est pas la notion de houma, ni celle de la famille qui habite toute une rue. Il n’y a pas la chaleur, la famille, comme dans les petites villes. Je pense que c’est le propre des grandes villes. Mon fils, quand il me dit je suis à la houma, il veut dire par là son ancien quartier de Menzah VI » | Hamida, 56 ans

67Pour un jeune homme du quartier, qui a habité à El Menzah VI toute sa vie et qui l’a quitté pour suivre ses parents, la houma est un territoire approprié et identifié, où il a ses repères et surtout ses amis :

  • 27 Littéralement « les enfants d’Ennasr », termes par lesquels sont désignés, de manière péjorative, l (...)

« C’est quoi pour moi houma ? C’est là où tu as tes amis, ton territoire. L’endroit où tu es reposé, à l’aise et où personne ne t’embête. Ici tu n’es pas connu, tu ne parles à personne. Il y a aussi des rapports conflictuels avec les voisins qui sont Ouled Ennasr27 [...]. Ennasr c’est blaça blech emméli [un endroit sans propriétaires]. Dans n’importe quelle houma, tu trouves des gens que tu connais. Ici, n’importe qui peut faire ce qu’il veut et personne ne lui dit rien. C’est l’anonymat. Je n’ai aucun besoin à satisfaire à Ennasr, je rentre juste dormir » | Anis, 25 ans

68Cet attachement à l’ancien lieu de vie et la charge symbolique plutôt négative attribuée au nouveau quartier revêtent de multiples formes chez les habitants. Elles se manifestent soit par la recherche de l’anonymat par le biais de relations d’évitement et très formelles, soit par le repli sur un chez-soi devenu ainsi le « quartier », le lieu magnifié où on se suffit à soi-même et où on reçoit les amis proches.

69Par ailleurs, la fréquentation des anciens voisins donne l’illusion de faire durer l’ancien lieu dans l’imaginaire, un lieu auquel on est attaché et où l’on a ses repères :

« Ici, personne ne connaît personne ! Les relations sont nulles, on ne connaît personne. Ma voisine est une sale [...]. C’est l’indifférence. Je n’ai pas cherché à me faire des amis à Ennasr, j’ai d’autres amis ailleurs. Sinon, j’ai mes sœurs qui sont à El Manar. Quand il y a eu un enterrement, j’y suis allée ; et une seule de mes voisines me souhaite un bon Aïd lorsque c’est l’occasion » | Mekkia, 53 ans

70Seuls, en définitive, les jeunes et les adolescents identifient Ennasr II comme « leur » quartier, le lieu où ils ont grandi et où ils ont leurs amis et repères. En général, donc, le quartier apparaît plus comme un espace qui sert de cadre de vie physique que le support de sociabilités intenses qui se seraient développées à son échelle. De fait, les relations de voisinage sont quasi inexistantes, mises à part celles qui préexistaient à l’installation.

71Dans un numéro consacré au thème des « Villes et solidarités » dans les pays méditerranéens, K. Chater et R. Escallier constataient que « les sociabilités fondées sur la proximité physique sont atteintes, érodées, […] le voisinage est estompé et […] l’appartenance physique, charnelle au quartier, espace de reconnaissance, n’a plus de signification » (K. Chater et R. Escallier, 2001, « Avant-propos »). Ce constat s’applique parfaitement aux citadins habitants d’Ennasr II.

Conclusion

72Étudier la citadinité des habitants d’Ennasr II, particulièrement de ceux qui habitent les villas et les résidences gardées, par le biais de leurs pratiques et sociabilités, permet de constater que l’installation dans ce quartier est liée à des représentations construites autour d’un désir de distinction sociale, d’une quête d’entre-soi et d’une volonté de rendre visible son appartenance à une population privilégiée. Ce positionnement social par le logement correspond à des stratégies résidentielles fines, correspondant à des parcours résidentiels, des types d’habitat et des statuts d’occupations spécifiques.

73Ces représentations liées à la distinction et à l’affichage de réussite sociale se cristallisent aussi dans les pratiques spatiales des habitants et dans les types de sociabilités qu’ils génèrent. Les pratiques liées à la consommation et aux loisirs révèlent les différences entre, d’un côté, les ménages qui ont parcouru une trajectoire résidentielle accompagnant une mobilité sociale ascendante et, d’un autre côté, les jeunes ménages. Mais, d’une manière plus générale, les habitants ne sont pas attachés à leur quartier, possèdent des territorialités multiples et une mobilité importante qui leur permet la pratique d’autres lieux urbains socialement valorisés. Ces facteurs ont favorisé ce que Y. Chalas appelle « la ville au choix », qui est caractérisée par l’éclatement géographique des activités et des sociabilités et est l’expression des modes de vie que les habitants mènent et entendent mener à travers les différents espaces de cette ville (Y. Chalas, 2007, p. 45).

74Enfin, l’attention portée aux relations de voisinage développées par les habitants confirme le repli sur soi et le désir d’entretenir — plus ou moins — des réseaux sociaux antérieurs au déménagement. Ces pratiques d’évitement social et de sélection des lieux fréquentés correspondent à un style de vie qui privilégie l’introversion des modes d’habiter et l’individuation des pratiques, et génère de nouvelles sociabilités qui ne sont pas liées à la proximité spatiale.

75La citadinité en actes des habitants d’Ennasr II, entre ouverture à d’autres territoires (et à des sociabilités extérieures au quartier) et la volonté de préserver le repli sur la famille et l’entre-soi, génère l’existence d’une multitude de territorialités associées aux différentes populations qui habitent et redéfinissent le quartier.

Haut de page

Bibliographie

Authier J.-Y. (dir.), 2001, Du domicile à la ville : vivre en quartier ancien, Paris, Anthropos, coll. « Villes », 209 p.

Authier J.-Y., Lévy J.-P., 2002, « L’étude des rapports résidentiels des citadins : une approche compréhensive des mobilités en milieu urbain », pp. 329-354, in Lévy J.-P., Dureau F. (dir.), L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, Paris, L’Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 411 p.

Barthel P.-A., 2003, Faire la ville au bord de l’eau : les lacs de Tunis. Des marges urbaines à des sites de très grands projets d’aménagement, Thèse de Doctorat en Géographie sous la dir. de J.-P. Bravard et de P. Signoles, Aménagement et Urbanisme, Université Louis-Lumière, Lyon II.

Barthel P.-A., 2006, « Les berges du lac de Tunis : une nouvelle frontière dans la ville ? », in Cahiers de la Méditerranée, vol. 73 (« Les frontières dans la ville »), Nice, Université de Nice et de Sophia-Antipolis.

Ben Othman H., 2009, « Pratiques et enjeux des acteurs d’une production foncière publique : Ennasr II (Tunis), un territoire négocié ? », Cahiers d’EMAM, n° 17, Tours, CITERES-EMAM, pp. 43-54.

Chabbi M., 1997, « Évolution du Grand Tunis, territorialités et centralité », pp. 257-269, in Naciri M., Raymond A. (dir.), Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Actes du colloque de l’ALMA,1994, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, 299 p.

Chalas Y., 2007, « La vie en deçà et au-delà du quartier. L’exemple de l’Isle d’Abeau », in Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 102 (« Individualisme et production de l’Urbain »), juillet, Paris, pp. 41-49.

Chater K., Escallier R. (dir.), 2001, « Avant- propos », in Cahiers de la Méditerranée, vol. 63 (« Villes et solidarités »), Nice, Université de Nice et de Sophia-Antipolis.

Clavel M., 2004, Sociologie de l’urbain, Paris, Anthropos, 123 p.

Di Méo G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 317 p.

District de Tunis, 1977, Plan régional d’aménagement, 3 vol., Tunis, Imp. Officielle de la République Tunisienne.

Dorier-Apprill E., 2001, « Lexique des villes et de l’urbain », pp. 7-90, in Vocabulaire de la ville : notions et références, Paris, Le Temps, coll. « Questions de Géographie », 192 p.

Genestier P., 2007, « La question du pavillonnaire dans la société des individus», in Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 102 (« Individualisme et production de l’Urbain »), juillet, Paris, pp. 19-30.

Grafmeyer Y., 1994, Sociologie urbaine, Paris, Nathan, coll. « 128 », 128 p.

Grafmeyer Y., 2001, « Les sociabilités liées au logement », pp. 103-131, in Authier J.-Y. (dir.), Du domicile à la ville : vivre en quartier ancien, Paris, Anthropos, coll. « Villes », 209 p.

Lévy A., 1998, « Mutation du système résidentiel parisien : transformations socio-spatiales et évolution sémantique des espaces », pp. 379-388, in Haumont N. (dir.), L’urbain dans tous ses états. Faire, vivre, dire la ville, Paris, L’Harmattan, coll. « Habitat et sociétés », 400 p.

Lussault M., 1997, « La citadinité : pour une approche problématique », pp. 33-48, in Lussault M., Signoles P. (dir.), La citadinité en questions, Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches n °29, et MSV, coll. « Sciences de la ville », n° 13, 158 p.

Merlin P., Choay F. (dir.), 2005, Dictionnaire de l’aménagement et de l’urbanisme, Paris, PUF, 723 p.

Miossec J.-M., 1999, « La mosaïque urbaine tunisienne : entre urbanisme réglementaire, urbanisme opérationnel et pratiques “spontanées”. Entre le local et la Banque Mondiale, via l’État », pp. 87-118, in Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, Paris, Éd. du CNRS, 376 p.

Miossec J.-M., Signoles P., 1984, « Les politiques urbaines en Tunisie », pp. 183-202, in Métral J., Mutin G., Politiques urbaines dans le Monde arabe, Paris, Sindbad, coll. « Études sur le Monde Arabe ».

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 1989, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 254 p.

Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC, 250 p.

Smida N., 2002, Production de territoires dans les nouveaux quartiers aisés de Tunis : cas d’El Menzeh et d’El Manar, Mémoire de DEA en Urbanisme sous la dir. de P. Signoles et de M. Chabbi, ENAU-Département d’Urbanisme.

Tizon P., 1996, « Qu’est-ce que le territoire ? », pp. 17-34, in Di Méo G. (dir.), Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 208 p.

Haut de page

Notes

1 Les quartiers d’El Menzah, de IV à IX, ont été produits par l’AFH dans les années 1975-1985. Ils se situent dans le prolongement d’El Manar 1, 2 et 3 et furent baptisés de la sorte à cause de l’impact positif de l’image des quartiers antérieurs d’El Menzah (de I à III) et de Mutuelleville, produits dans les années 1950-1965.

2 Chabbi M., 1997, p. 262.

3 Les fichiers-clients renseignent sur les acquéreurs de lots individuels, ils renferment des informations relatives à la profession, à l’adresse et à la date de dépôt de la demande ; les listings de vente informent sur la surface du lot acquis et son type (habitat, commerce, équipement, etc.), le montant de la transaction et le nom de l’acquéreur.

4 Le dépouillement de la totalité des fichiers des acquéreurs de lots individuels à Ennasr II, des différents listings de vente de l’AFH, ainsi que les entretiens avec les habitants ont été effectués dans le cadre d’une Thèse de Doctorat entamée en 2007 à l’École Nationale d’Architecture de d’Urbanisme sous la direction de P. Signoles intitulée « Production foncière et immobilière, construction territoriale dans les quartiers résidentiels Nord de Tunis : cas d’Ennasr II ».

5 Voir Ben Othman H., 2009, pp. 43-54.

6 Ce type de résidence prend souvent la forme de résidence gardée comportant des appartements, des duplex et des triplex.

7 Nous avons pris pour base de sondage ce listing contenant 1 422 noms. Ensuite, le choix des unités composant l’échantillon s’est fait à partir d’un tirage avec un taux de sondage de 1/10. Cet échantillon une fois extrait — il comporte 144 unités —, son analyse nous a permis de déterminer le statut socioprofessionnel des acquéreurs.

8 Il s’agit des propriétaires de terrains à Ennasr II avant son acquisition par l’AFH, qui ont convenu d’un remplacement d’une partie de leurs terres cédées à l’AFH par des lots individuels dans l’opération.

9 1 DT (dinar tunisien) = 0,53 € en mai 2009.

10 Après avoir acquis les terrains destinés à l’habitat semi-collectif et collectif de l’AFH sous forme de lots, les promoteurs immobiliers procèdent à la construction de leurs projets immobiliers et revendent ensuite les appartements et duplex à des ménages.

11 À titre d’exemple, et d’après le suivi des annonces de location d’appartements et les indications d’un agent immobilier, un S + 3 à Ennasr se loue 650 DT en moyenne alors que le même à El Menzah se négocie à 450 DT par mois et à El Mourouj (quartier de classes moyennes au sud de Tunis) à 300 DT.

12 Nous avons en effet essayé d’avoir un minimum de 5 entretiens avec chaque catégorie identifiée, sauf la dernière catégorie pour laquelle nous n’avons réalisé que 3 entretiens.

13 Les candidats déposent des demandes de lot à l’AFH en indiquant leurs préférences (villes et quartiers souhaités) et l’AFH les contacte après quelques années quand leur demande peut être satisfaite.

14 CNRPS : Caisse Nationale de Retraite et de Prévoyance Sociale, un organisme qui finance des logements.

15 Makkia est une mère de famille, ancien cadre dans une banque et retraitée. Son mari est un entraîneur de football connu. Ils habitaient précédemment à El Menzah I, et, encore avant, à El Menzah VII.

16 Le Bardo est une banlieue de classes moyennes, située à l’ouest de Tunis, dans la première couronne. La banlieue sud est composée des communes de Mégrine, Ben Arous, Radès, Ez Zahra et Hammam Lif : hormis la seconde, plutôt ouvrière, les autres sont mixtes (populaires et moyennes inférieures, plus rarement moyennes supérieures). El Mourouj est une grande opération de l’AFH située en banlieue Sud et destinée principalement aux catégories sociales populaires et moyennes inférieures. Ettadhamen est un très gros quartier non réglementaire — du moins au moment de sa création, dans les années 1970 — de la banlieue Ouest qui, pour la bourgeoisie citadine tunisoise, demeure le prototype du quartier répulsif. Les opérations El Menzah se sont achevées par les lotissements El Menzah IX et IXbis : beaucoup de Tunisois aisés ont espéré que les lotissements créés ultérieurement dans leur continuité reprendraient le toponyme et se contenteraient de poursuivre la numérotation…

17 Ici, prend le sens de « respectable ».

18 Le beldi est un citadin de souche, à l’urbanité (traditionnelle) bien affirmée.

19 Le Belvédère est un quartier chic du nord de Tunis, près du parc du même nom. Mutuelleville est un quartier de même standing, qui le jouxte. La rue Barthou est dans la ville ex-européenne. Le Palais de Carthage est la résidence du Président de la République.

20 C’est le cas d’étudiants poursuivant leurs études à Tunis et originaires d’autres villes du pays.

21 Il y a à la fois moins d’embouteillages pour y accéder et c’est plus facile pour stationner.

22 « Le Lac », ce sont « Les Berges du Lac », quartier de haut standing récemment aménagé sur des terrains récupérés en bordure du lac de Tunis.

23 La Fayette est un marché urbain, au centre-ville de Tunis, qui était très fréquenté par les Européens au temps de la colonisation et aux premières années de l’Indépendance, et qui est réputé pour la qualité de ses produits.

24 Ce sont des pratiques du même type qu’a mises en lumière Nabil Smida. Voir Smida N., 2002.

25 Gammarth est une banlieue huppée de la côte Nord de Tunis, très touristique et qui propose de nombreux restaurants chic. Hammamet est une ville côtière à 60 km de Tunis. Elle est réputée pour sa station balnéaire qui regroupe restaurants, boîtes de nuit et plages privées.

26 La notion de houma caractérise (ou caractérisait) l’organisation spatiale dans la médina, où elle désignait le quartier, avec ses liens intenses et codifiés entre habitants. Par extension, le terme désigne désormais le quartier dans lequel on habite (dans lequel on a vécu longtemps) et auquel on est attaché.

27 Littéralement « les enfants d’Ennasr », termes par lesquels sont désignés, de manière péjorative, les jeunes habitants d’Ennasr.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Ennasr dans le Grand Tunis.
Légende Source : Uram-Urbaconsult 1997, actualisé par H. Ben Othman, 2009.
Crédits Cartographie : Florence Troin • CITERES|EMAM • 2009.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Photo 1. Habitat collectif.
Crédits Cliché : Hend Ben Othman, 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo 2. Habitat semi-collectif gardé.
Crédits Cliché : Hend Ben Othman, 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 3. Villa.
Crédits Cliché : Hend Ben Othman, 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 4. Villa.
Crédits Cliché : Hend Ben Othman, 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hend Ben Othman, « Entre-soi et repliement social ou les nouvelles formes de sociabilité », Les Cahiers d’EMAM, 18 | 2009, 89-105.

Référence électronique

Hend Ben Othman, « Entre-soi et repliement social ou les nouvelles formes de sociabilité », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 20 janvier 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://emam.revues.org/209

Haut de page

Auteur

Hend Ben Othman

Doctorante en Aménagement et Urbanisme, École Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page