Navigation – Plan du site

Populations stigmatisées à la périphérie algéroise, entre citadinité problématique et recherche d’identités

Le cas de la Cité des 617 logements à Draria
Leïla Msilta
p. 107-118

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans le cadre de notre Mémoire de Magister sur la même commune, intitulé « Les stratégies de promot (...)

1Le présent article se situe dans la continuité d’un premier travail1 que nous avions mené sur une petite bourgade de la banlieue Ouest d’Alger, la commune de Draria. Notre analyse du mouvement vigoureux d’urbanisation qu’elle avait vécu en l’espace de quelques années seulement, caractérisé par l’installation dans des lotissements d’habitat individuel de populations plus ou moins aisées provenant dans leur majorité des quartiers centraux d’Alger, nous avait permis de constater un certain nombre de phénomènes particuliers. Parmi ces derniers, le développement de processus de construction d’identités d’appartenance à la commune elle-même et aux différents lotissements résidentiels, devenus, au gré de leur peuplement et de leur consolidation sociale, des quartiers pourvus de fortes identités symboliques positives. Entre autres choses qui avaient attiré notre attention, figurait le constat de l’existence d’une représentation partagée par tous les nouveaux résidents, quelle que soit la qualité du fragment urbain dans lequel ils résidaient : ils étaient convaincus d’appartenir à une catégorie d’urbains « supérieure », celle ayant eu la chance à la fois de sortir de la promiscuité populaire du centre-ville (d’Alger) et d’occuper un espace urbain privilégié. Nous avions remarqué aussi que cette conscience, ce sentiment de supériorité sociale, était abondamment alimentée par un fait particulier : l’installation de populations relogées issues de différents bidonvilles algérois dans une cité d’habitat collectif érigée à l’entrée de Draria, qui avait été vécue comme une véritable agression symbolique.

2C’est dans ce contexte que nous avons cherché à comprendre la manière dont ces nouvelles populations bidonvilloises, objet de mépris et de stigmatisation, ont négocié leur intégration sociale et symbolique à cet environnement particulier éminemment hostile.

3Sur la base de l’exploitation d’une enquête qualitative conduite auprès des habitants de ce grand ensemble d’habitat collectif (la Cité des 617 logements) ayant regroupé des populations relogées issues de diverses opérations de recasement de bidonvilles, « cités de transit » et autres immeubles menaçant ruine, nous avons essayé de déconstruire et reconstruire le discours des enquêtés, par le repérage des mots qu’ils utilisent le plus souvent pour exprimer leur stigmatisation, mais également les significations qu’ils donnent à l’urbanité et à la citadinité en relation avec leur vécu actuel et leur passé résidentiel. Notre hypothèse de travail s’est articulée autour de l’idée qu’il fallait rechercher le principe de la construction de ces discours à l’intersection de deux logiques : la première résultant de la nécessité de construire un entre-soi protecteur par le renforcement des critères de reconnaissance et d’appartenance à des groupes homogènes et forts par le partage d’une même histoire et mémoire urbaine, la seconde découlant de la nécessité ressentie par les populations stigmatisées de produire un discours de retournement de la stigmatisation collective dont elles font l’objet.

Photo 1. Le quartier « Cité des 617 logements » à Draria, Alger.

Photo 1. Le quartier « Cité des 617 logements » à Draria, Alger.

Source : Google Earth, 2008.

Méthodologie utilisée

4La commune périphérique sur laquelle nous avons mené nos recherches se caractérise par une nette fragmentation socio-spatiale selon la typologie d’habitat, mais aussi selon la composition sociale des quartiers. Ainsi donc, pour comprendre la dynamique de construction des identités à l’intérieur de chaque fragment résidentiel et les dynamiques d’interaction entre les différentes constructions symboliques en concurrence dans la globalité de l’agglomération, il nous a fallu mettre en œuvre des méthodes privilégiant le qualitatif sur le quantitatif. Nous avons donc prioritairement entrepris des entretiens individuels et collectifs. Cependant, nous ne présenterons dans cet article que les résultats des enquêtes réalisées dans un seul fragment résidentiel très particulier, celui de l’habitat collectif, à savoir la « Cité des 617 logements ».

  • 2 PRUD : Programme de Recherche pour le Développement Urbain. Dans le cadre de l’équipe EMAM de l’UMR (...)

5Ces résultats sont issus de données que nous avons collectées lors de deux enquêtes distinctes : une première, de type quantitatif et qualitatif, réalisée en 2003 et à laquelle nous avons personnellement contribué à l’occasion d’une recherche menée dans le cadre du programme PRUD2 (passation des questionnaires et réalisation des entretiens). La seconde enquête, exclusivement qualitative, sous forme de récits de vie et d’entretiens individuels et collectifs, a été menée dans le cadre de notre projet de recherche personnel (Thèse de Doctorat en Sociologie).

6En ce qui concerne le déroulement de la seconde enquête, limitée à la Cité des 617 logements, nous avons réalisé pour l’instant une dizaine d’entretiens et de récits de vie. Certains de ces entretiens ont été menés en groupe, notamment quand il s’est agi de jeunes de la Cité. Cette méthode a été adoptée en toute connaissance de cause dans la mesure où elle nous permettait de faire la distinction entre les représentations individuelles et les constructions symboliques collectives. Nous nous sommes appuyée dans cette démarche sur les travaux de S. Duchesne et de F. Haegel, qui justifient dans leur ouvrage l’usage de l’entretien collectif : « En choisissant de recueillir du discours dans le cadre d’un groupe, qui plus est dans le cadre d’un groupe partageant une expérience ou une identité communes, on peut, en toute logique, privilégier l’analyse de ce qui est partagé (ou de ce que ne peut pas l’être) dans le groupe. L’entretien collectif permet d’accéder au sens commun, aux modèles culturels et aux normes » (S. Duchesne et F. Haegel, 2008, pp. 35-36). Dans cette optique, l’entretien individuel permet quant à lui de cerner les divergences d’opinions qui existent entre les individus dans le groupe. Ainsi donc, la combinaison des deux méthodes s’est avérée éminemment utile dans notre situation dans la mesure où : « Le cumul dans une même enquête d’entretiens individuels et d’entretiens collectifs se justifie aisément, du fait de la complémentarité des deux types d’entretien. Certes, si l’on cherche à recueillir le plus d’informations ou des éléments très approfondis à l’échelle individuelle, mieux vaut procéder à des entretiens individuels ; tandis que si l’on vise la dimension sociale et collective des systèmes de significations, mieux vaut avoir recours à des entretiens collectifs. Mais idéalement, n’est-ce pas vers ce double horizon que la recherche devrait tendre ? » (S. Duchesne et F. Haegel, 2008, pp. 40-41).

7Les catégories d’interlocuteurs que nous avons choisi d’interviewer dans un premier temps sont très différenciées : des hommes jeunes ou vieux, des femmes jeunes ou plus âgées, des enfants, etc. Ils appartiennent à des profils sociaux variés : chômeurs, salarié(e)s des secteurs public ou privé. Les uns sont célibataires, les autres marié(e)s. Nous avons également interrogé des enfants scolarisés et des étudiants, ainsi que des femmes au foyer, etc. Nous envisageons dans l’avenir d’intégrer d’autres catégories, comme les commerçants travaillant dans le quartier, les usagers de l’espace public ou encore les clients qui n’habitent pas dans les lieux, mais qui les fréquentent.

La Cité des 617 logements. Un quartier composé essentiellement de populations relogées

Le concept de quartier

8Nous avons adopté la définition du quartier qui nous a semblé la mieux correspondre à la complexité des phénomènes que nous analysons, dans la mesure où elle combine les caractéristiques d’ordre spatial et celles d’ordre plus immatériel. Selon B. Moulin (2001, p. 51), « le quartier n’est donc pas seulement un espace géographique aux limites précises mais un espace sociogéographique, voire historico-sociogéographique. Pour autant, c’est un espace identifié, mais comment et par qui ? Le quartier est défini autant par des formes et des structures que par des représentations, des pratiques, une histoire. Ces composantes en interrelation définissent l’ensemble continu appelé quartier ».

9En ce qui concerne la dimension matérielle, morphologique en quelque sorte, du quartier, c’est-à-dire la délimitation de ses frontières physiques, la situation assez nette. La Cité des 617 logements est en effet un grand ensemble d’habitat collectif qui tranche nettement du point de vue de son aspect par rapport aux quartiers avoisinants composés d’habitat de type pavillonnaire. Cette situation se retrouve fréquemment en France, pays dans lequel les frontières urbaines les plus marquées sont celles séparant les grands ensembles des pavillons. En Algérie, et particulièrement dans la commune de Draria, la situation n’est pas très différente. Cependant, alors que, dans le cas français, les facteurs d’hostilité et de stigmatisation (B. Moulin, 2001, p. 67) sont plutôt liés à des phénomènes d’« ethnicisation des différences », ce sont, dans le cas algérois, d’autres facteurs plus fins de différenciation et de substantivisation des différences qui se sont développés, adossés principalement à des référents de citadinité et de classement social.

10Comme son nom l’indique, le quartier sur lequel nous travaillons est un ensemble d’habitat collectif comprenant 617 logements répartis sur 40 blocs d’habitat (cf. Photo 1). Cette « Cité » est équipée d’une aire de jeux, d’un stade, d’une placette et d’une école primaire. Sur le plan des équipements urbains (administratifs, commerciaux et de services), le quartier est relativement bien pourvu. Il se trouve en effet à l’entrée même de Draria, sur l’un des côtés du grand axe routier qui traverse la commune de part en part. Il dispose en outre d’une grande visibilité architecturale, puisqu’il a été implanté à l’entrée d’une commune dans laquelle prédomine nettement un habitat individuel destiné à des couches moyennes et aisées de propriétaires. Précisons que ces quartiers pavillonnaires ont été produits dans le respect des règles d’urbanisation.

11Du point de vue de sa composition sociale, cette Cité abrite presque exclusivement une population composée de relogés. Ceux-ci proviennent de quartiers d’habitat dégradé et insalubre, localisés le plus souvent à des dizaines de kilomètres de Draria (centres de transit, bidonvilles, cités HLM de quartiers centraux, zones sinistrées). Ils ont été déplacés à la suite de différentes opérations d’intervention menées au début des années 2000 par les autorités publiques de la Wilaya d’Alger, dans le cadre de l’amélioration des conditions du logement et de la résorption de l’habitat précaire et insalubre. On peut distinguer trois cas de figure.
• Dans le premier cas, les opérations de relogement ont concerné des groupes entiers de familles. Il en est ainsi des ménages provenant de Diar El Kaf, une cité située sur la commune de Oued Koriche, à Alger, qui a été l’objet d’un vaste projet de requalification urbaine ; de ceux issus de centres de transit, qui vivaient en chalet dans l’attente de leur relogement définitif ; ou encore d’habitants de bidonvilles éradiqués par les autorités publiques. Dans ce cas de figure, le remplissage des logements collectifs se fait d’un seul coup, en fonction d’un listing arrêté au préalable par les autorités, et le relogement a consisté à rassembler les familles appartenant aux mêmes unités de voisinage dans les mêmes blocs et bâtiments des sites d’accueil. Tel fut le cas aussi bien des relogés de Diar El Kaf que de ceux venant du bidonville de Boumaati ou du centre de transit de Dar El Beida.
• La deuxième démarche consista à attribuer des logements sociaux à des familles vivant dans des poches urbaines insalubres, ou souffrant d’un problème d’exiguïté de leur logement, comme ce fut le cas des relogés de la Cité Pérez (ancienne cité HLM, située sur la commune de Bab El Oued) ou bien ceux provenant de la vieille Casbah. Pour cette deuxième catégorie, le relogement fut effectué de manière individuelle ; il n’y a donc pas eu de regroupement dans la Cité, et, par ailleurs, toutes les unités de voisinage n’ont pas accueilli de relogés de ce type.
• Un troisième mode de relogement a été utilisé dans les situations d’urgence, de gestion de crise en quelque sorte, le plus souvent à la suite de catastrophes naturelles de grande ampleur : inondations à Bab El Oued en 2001 ou séisme de 2003, par exemple. Ce type d’opération d’urgence a concerné des familles sinistrées qui sont passées généralement par des centres de transit, desquels elles furent transférées dans leur nouveau lieu d’habitat, mais de manière séparée par rapport au reste du voisinage. Ces familles furent traitées au cas par cas vu qu’elles n’avaient pas le même statut juridique d’occupation de leur ancien logement affecté par le sinistre : la quasi-totalité d’entre elles étaient propriétaires et, à ce titre, elles furent indemnisés par les autorités. Cette dernière catégorie de relogés, composée de propriétaires n’ayant pas eu à souffrir de précarité résidentielle et sociale avant le relogement, tranche nettement par rapport aux autres catégories de relogés, que le relogement a transformés du jour au lendemain en locataires des biens de l’État.

La composition sociale de la Cité

12Comme il a été indiqué plus haut, les habitants de la Cité des 617 logements proviennent majoritairement de quartiers populaires situés soit au centre soit à l’est d’Alger. Selon l’étude du PRUD menée en 2003, ce sont à 70 % des urbains. La même étude montre aussi que, à plus de 70 %, les ménages sont de type nucléaire et composés en moyenne de six personnes. Quant aux actifs, la plupart relèvent des catégories intermédiaires ou inférieures (petits métiers de services) ou bien sont au chômage. La Cité est donc occupée par des populations à faibles revenus, plutôt démunies, et qui partagent surtout le même sentiment de frustration : celui d’un déficit de promotion socio-résidentielle.

13L’enquête qualitative que nous avons menée ultérieurement à l’étude précédemment citée établit le constat que la situation économique des ménages a empiré après le relogement, notamment du fait de la lourdeur des loyers et charges locatives. Mais leur insatisfaction s’est accrue aussi parce que les logements paraissent inadaptés à leurs besoins, surtout à cause de leur superficie très insuffisante. Certains se sont donc décidés à vendre et sont partis se réinstaller dans des quartiers irréguliers, parfois pas très éloignés de la Cité. L’un des enquêtés, jeune marié, relogé de Diar El Kaf, nous déclare ainsi :

« Si c’était à moi, j’aurais changé carrément de monde, parce que les choses sont comme avant […] ; et puis même pour le logement […], dans un ou deux ans, ça va revenir au même […]. Parce que, avant, on avait un problème avec l’étroitesse du logement, mais maintenant, on vit la même situation. On a un F3, et nous, on est 8 personnes dans la famille […]. Or, aucun des garçons n’est encore marié, moi je suis l’aîné des garçons et je viens de me marier […]. Et oui, je vais habiter ici avec ma famille, il n’y a aucune autre possibilité […]. Il n’y a pas d’autre solution, c’est l’unique solution, à moins que l’on ne construise quelque chose dans l’anarchique (“el fawdaoui”) [un quartier non réglementaire] […]. Des voisins d’ici ont fait du fawdaoui à El Achour, et si j’avais la même mentalité qu’eux, je l’aurais fait aussi […]. Mais moi, je ne peux pas faire çà, car je ne supporte pas la misère […]. La misère, non ! J’attends de l’État qu’il nous donne du logement […] » | Ex-habitant de Diar El Kaf (commune Oued Koriche, Alger) ; entretien réalisé le 12/02/2008, à la Cité des 617 logements

Les toponymes

14Le quartier, appelé officiellement « Cité des 617 logements », est cependant désigné selon toute une panoplie de toponymes différents, selon que l’on est ou non habitant du quartier.
• Une des appellations utilisées par les habitants de la commune est Cité Boumaati, par référence à l’un des bidonvilles dont est issue une grande partie des résidents du quartier. Ce bidonville, situé à près de 20 km de la Cité, vers l’Est d’Alger, a connu vers la fin des années 1990 des massacres terroristes et nombre d’habitants ont dû le quitter.
• Une autre appellation est Cité Taa El Hamla ou Cité de l’inondation. Elle est fréquemment utilisée par les gens extérieurs au quartier. Elle fait référence à ce grand événement tragique que furent les inondations de Bab El Oued, quartier central d’Alger. Les premiers sinistrés évacués de là furent, dans une logique d’urgence, transférés dans la Cité des 617 logements.
• La troisième désignation utilisée est celle de Cité Taa El Chouwayine ou Cité des Rôtisseurs parce que le quartier se situe juste en face de toute une série de petits restaurants où l’on grille la viande et où l’on fait rôtir des volailles. C’est un lieu très réputé dans l’Algérois. Les propriétaires de ces restaurants sont originaires de Ferdjiwa, une des localités rurales de la Wilaya de Jijel très réputée pour cette activité ; ils sont venus s’installer à Draria vers le début des années 1990. Ces petits restaurants attirent actuellement une clientèle très majoritairement algéroise, plutôt aisée, ce qui contribue à accentuer le sentiment de marginalisation et de rejet chez les habitants de la Cité.

15De tous points de vue donc, l’ensemble des 617 logements affirme sa forte singularité spatiale et symbolique. Situé à l’entrée de la bourgade de Draria, juste en face de rôtisseries parées de mille lumières qui attirent chaque soir des familles venant de tous les coins de la ville, il détonne par ses façades anonymes et mal éclairées avec son environnement clinquant et animé. Mais il est surtout l’objet de représentations stigmatisantes et négatives qui découlent de sa qualification comme réceptacle de populations « dangereuses » parce que provenant de bidonvilles et de quartiers qui traînent derrière eux une très mauvaise réputation. Le contraste architectural très fort entre la Cité et son environnement pavillonnaire a contribué en quelque sorte à ancrer le stigmate, à lui donner une épaisseur quasi matérielle.

La stigmatisation et son rejet : les représentations sociales des habitants de la cité envers leur nouvel espace résidentiel

  • 3 A. Bailly, C. Baumont, J.-M. Huriot, A. Sallez, 1999, p. 5.

16L’enquête a révélé que les habitants de la Cité ont mobilisé une panoplie diversifiée d’attributs symboliques positifs pour contrer l’impression générale qu’ils se font de leur situation sociale, plutôt médiocre ou dégradée, et de ce que celle-ci engendre comme sentiments de rejet et de stigmatisation chez les « autres ». Comme l’écrit A. Bailly : « Nous voyons la ville à travers ce que nous sommes, mais aussi à travers notre façon de penser, à travers ce que nous voulons ». Dans ce contexte, les habitants de la Cité des 617 logements n’hésitent pas à produire des représentations « déformées », au sens que donne A. Bailly à ce qualificatif : « Les représentations de la ville sont donc multiples […]. Si nous sommes habitants de la ville, petits éléments de ce corps complexe, notre pratique de la ville nous amène, consciemment ou non, à forger une représentation mentale plus ou moins déformée et plus ou moins chargée de symbolisme […]. Si nous avons la volonté d’infléchir le devenir de la ville, nous devons mesurer nos désirs à l’aune d’un modèle teinté d’imaginaire et d’idéologie sociale et politique »3. La première et la plus importante de ces représentations concerne la notion de citadinité.

Les significations données par les relogés à la citadinité

17Pour comprendre comment les relogés vivent leur stigmatisation dans la ville, nous avons essayé d’approcher la citadinité et l’urbanité des résidents de la Cité à partir des discours qu’ils tiennent en tant que relogés dans un espace urbain périphérique, et de ce qu’ils attribuent comme sens à ces deux notions.

18Une majorité d’entre eux considèrent que ce qui fait le citadin, lui assure légitimité et droit à la ville, c’est l’ancienneté de résidence en ville, ou, mieux encore, dans le centre-ville. Pour certains, en effet, la naissance dans le « centre-ville » serait discriminante. La citadinité est également référée, dans ce discours, à la « bonne éducation », à l’acquisition de « bonnes manières de vivre », c’est-à-dire qu’elle est pensée comme procédant de la possession d’une « culture urbaine », en opposition avec les manières frustes des gens provenant des campagnes.

19Dans certains cas, la citadinité apparaît comme étant aussi liée au statut économique, mais dans une relation quasiment inversée par rapport à ce que l’on pourrait attendre. En effet, être citadin n’est pas assimilé au fait d’être riche, mais plutôt à une certaine pauvreté. Ainsi, un ancien résident de la Cité Pérez nous dit :

« Les non-Algérois ont des biens à la campagne [au bled] » | Ex-habitant de la Cité Pérez (commune Oued Koriche), relogé dans le cadre de l’attribution de logements sociaux ; Enquête PRUD, 2003

20En cela, cet habitant veut en quelque sorte signifier que ce n’est pas le clinquant, les apparences, les attributs de richesse — toutes choses qui abondent à Draria — qui font le citadin. Être citadin se situe beaucoup plus dans l’ordre du caché que de l’apparent.

Stigmatisation spatiale et mémoire collective

21De manière générale, la stigmatisation est profondément intériorisée par tous les relogés sur les plans économique, social et symbolique. La plupart des habitants, même si c’est à des degrés différents, constatent avec amertume qu’ils n’ont pas engrangé en quelque sorte les bénéfices symboliques de leur promotion résidentielle. Ils sont conscients que l’image négative qui collait à leur ancien quartier de provenance les poursuit encore et toujours dans leur nouveau quartier. Ils pensaient y trouver une certaine invisibilité sociale, un certain anonymat, car ils croyaient que « personne ne les connaissait et que personne ne savait d’où ils venaient », et ils se retrouvent en quelque sorte surexposés aux regards d’autrui dans cette banlieue de riches :

« Je ne m’attendais pas à ce que les gens de Draria aient peur de nous à ce point […]. Moi, je me suis mis en tête avant que je vienne ici qu’une fois relogé, je vivrai bien ma vie, je changerai ma mentalité et je changerai de gens et que je ferai de nouvelles connaissances […]. Mais, apparemment, ce n’est pas du tout le cas […], c’est trop […]. Leur comportement est insupportable, à part quelques fils de famille qui me traitent très bien […], mais le reste, je ne veux même pas les fréquenter, je ne veux plus connaître personne, ils m’ont rejeté au début, alors maintenant c’est moi qui ne veux plus d’eux […]. Çà y est, ils m’ont bloqué […] » | Ex-habitant de Diar El Kaf

22Dans leur perception, ils attribuent cet excès de visibilité sociale au fait qu’ils ont été relogés sous la forme de groupes distincts et compacts, aisément identifiables, et non pas séparément. Ils regrettent en quelque sorte de ne pas pouvoir se fondre dans « l’anonymat des grands ensembles ». Ils imputent en effet leur refus et leur rejet par les autres habitants de la commune à cette stigmate collective qu’ils portent par devers eux :

« Quand le Maire de Draria a parlé de nous, il a dit que nous sommes un point noir ici, à Draria […] » | Ex-habitant de Diar El Kaf

23Il apparaît donc que ces populations relogées sentent qu’elles ont apporté avec elles une mémoire collective qui les poursuit, qui « colle à leur peau », qui ne veut pas s’effacer ; une image qui tient à leur ancienne résidence dans des quartiers portant des étiquettes négatives. Elles n’arrivent décidément pas à se débarrasser de la mauvaise réputation qui s’était déjà constituée dans leurs lieux de provenance, connus comme des quartiers populaires, démunis, dangereux, même quand elles essaient de se convaincre et de convaincre les autres qu’elles portent en elles une mémoire commune, un patrimoine historique en référence à leur vécu de la centralité urbaine algéroise.

24Elles vivent très mal la non-reconnaissance par les autres de cet autre aspect de leur identité urbaine : leur ancrage et leur ancienneté de résidence dans le « vrai centre » urbain de la ville d’Alger. Elles peuvent même en être fortement choquées, comme l’exprime ce relogé très mal à l’aise dans son nouveau logement :

« Il existe un très grand écart entre l’ancien quartier et celui-ci […] ; depuis mon arrivée, je suis déphasé […] ; j’ai des cheveux blancs qui ont poussé à force de réfléchir […]. Là-bas, dans l’ancien quartier, on se sentait tous les mêmes, au même niveau de vie […]. Ici, par contre, il y’a une très grande différence entre les gens […]. Depuis mon arrivée, je ne me considère plus comme un vivant, je me suis aperçu que je ne vivais pas et je ne vis pas. »

25Et, dans cet ordre d’idées, on convoque tout de suite un des référents moralisateurs pour expliquer que, finalement, on est bien à sa place, parce que l’on ne veut pas de cette réussite sociale acquise par des voies troubles et malhonnêtes :

  • 4 100 dinars algériens valent approximativement 1 €.

« Si je sors maintenant, je trouve un petit gamin en train de conduire une belle voiture de dernière génération et si je lui parle, il me répondra avec un accent non-algérois ! […] Nous, on ne s’est éduqué que pour mériter un bien, on sait qu’on devrait bosser et que, pour vivre, il faudrait travailler ! […] Mais, ici, il n’y a rien de tout cela […], mais tu trouves un arriviste qui tombe directement de la campagne et qui possède une villa, une voiture de dernière génération […]. D’où est-ce qu’il se procure tout cela ? […] Et moi, en revanche, j’ai vécu toute ma vie ici à Alger […], car je ne sais pas voler. Si je savais le faire, je serai aujourd’hui comme ces gens-là, avec une belle voiture […]. Un salarié comme moi qui touche 9 000 dinars4, c’est impossible qu’il puisse posséder une voiture s’il ne le fait pas d’une manière malhonnête ! » | Ex-habitant de Diar El Kaf

26Ne percevant pas chez les autres l’image de réussite sociale, de promotion résidentielle qu’ils attendaient du relogement, les relogés vont même jusqu’à dénier au logement de type individuel (les « villas ») tout attribut de distinction sociale. À la limite même, ils estiment qu’il est plus gratifiant symboliquement d’habiter dans un logement de type collectif, dans la mesure où ce dernier fait plus « ville », plus « urbain » que le logement individuel. En ce sens, vivre « plus de 40 ans à Bab El Oued » constitue un élément de distinction beaucoup plus fort que de dire « vivre à Draria ». Un chef de ménage relogé de Diar El Kaf nous rappelle en ce sens :

« Comment voulez-vous que Draria me plaise ? Draria ne nous convient pas, il n’y a que des quartiers résidentiels, la vie ici demande beaucoup de moyens, autrement Draria me plaît comme ville […] » | Ex-habitant de Diar El Kaf

27Néanmoins, le sentiment de rejet est vécu différemment selon le parcours résidentiel des relogés et leurs conditions de relogement. Ainsi, les relogés provenant des quartiers populaires (Cité Diar El Kaf) ou de centres de transit (Boumaati « commune d’El Harrach », Dar El Beida) situés à la périphérie Est d’Alger, se sentent plus touchés et visés par le rejet que les gens provenant des quartiers centraux, qu’ils soient sinistrés ou non, et qui ont été relogés de manière individuelle (par exemple, familles provenant du quartier moins populaire de Bologhine). Chez les relogés d’origine rurale, la question se situe à un niveau beaucoup plus trivial, celui de la cherté des charges locatives et du coût de la vie. Dans ce contexte, l’un des enquêtés nous déclare :

« Ce n’est pas nous [les habitants de la Cité] qui avons honte de dire qu’on habite à Draria, mais c’est plutôt l’inverse, c’est Draria qui a honte de nous ! ». Et il poursuit ainsi : « On n’est pas fait pour habiter dans une périphérie de riches »| Ex-habitant de Diar El Kaf

28Un autre enquêté de la même provenance résidentielle s’interroge en ces termes sur la ségrégation vécue par les enfants de la Cité dans leur scolarisation :

« […] Concernant la scolarisation, selon un lycéen relogé à la Cité 617, il dit qu’ils voulaient séparer les élèves des familles relogées du reste des gens de Draria, ils voulaient leur réserver une classe spéciale […] car, selon eux, il ne faudrait pas les mélanger, je ne sais pas comment est-ce qu’ils nous voient ? ».

29Cette même catégorie insiste beaucoup dans son discours sur le manque d’opportunité économique informelle et sur le contrôle exercé par la police, comme nous l’exprime l’un des enquêtés :

  • 5 Les jeunes interviewés utilisent très souvent le mot « État » pour désigner la police.
  • 6 Immeuble collectif de haut standing abritant des couches de populations aisées, situé en contrebas (...)

« Tout est bloqué ici […]. La police vient tout le temps ici nous vérifier. Moi, par exemple, la dernière fois, j’allais partir pour assister à des obsèques, l’État5 est venu me vérifier, même pendant les funérailles […]. Pourquoi ? Parce que j’habite dans la Cité […]. Par contre, si j’habitais là-bas, dans les F56, ils ne m’auraient jamais contrôlé […] » | Jeune homme de la Cité, entouré de jeunes provenant majoritairement des quartiers centraux d’Alger ; entretien réalisé le 22/01/2008 sur une placette de la Cité des 617 logements

  • 7 Adduction à l’eau potable.

30De toutes les manières, la stigmatisation économique est le point commun entre tous les relogés, d’autant plus que leur grande majorité était dispensée de charges locatives comme le loyer, l’électricité ou l’AEP7, étant donné qu’ils habitaient dans des bidonvilles ou des centres de transit ; ils estiment en conséquence que la cherté de la vie dans ce « quartier de riches » est au dessus de leurs modestes moyens.

31Enfin, le mélange social qui est recherché, appelé de tous leurs vœux par les populations qui se sentent rejetées et stigmatisées, constitue pour les familles provenant des quartiers plus « citadins » comme la Casbah ou Bologhine un véritable repoussoir. Autant les gens trop « visibilisés » essaient de se fondre dans le mélange, dans la cohue et le nombre pour passer inaperçus, autant les gens qui excipent des qualités de citadinité supérieure, pas trop visibles à leur gré, dénoncent ce « mélange » qui les fait ressembler aux « autres », qui gomme leur spécificité. Cette ancienne habitante de la Casbah abonde dans ce sens :

« Le jour où on était en route pour ici, mon mari m’a dit “Attention, notre relogement à Draria ne veut pas dire qu’on va habiter dans les villas mais dans une cité” […]. C’est à ce moment-là que notre crainte d’être mélangés avec des relogés de toute provenance a commencé […]. On souhaitait trouver des gens comme nous, bien éduqués, qui ont la même mentalité que nous […]. On avait déjà peur pour la fréquentation de nos enfants […]. Sinon, on était très content d’aller habiter à Draria […]. Normalement, le relogement devait se faire selon l’ancienneté dans le lieu d’origine, mais cela n’a pas été le cas […]. Quand ils mélangent le tout ensemble, ça provoque des conflits pour des raisons futiles et cela parce que certains manquent d’éducation [...]. On ne comprend pas des fois pourquoi ils se disputent ! Eux [les relogés de Diar El Kaf] sont adaptés à ce type de comportements, mais nous, on ne l’est pas [...]. Pour cela, on les évite, on s’est renfermé sur nous-mêmes [...]. Mon mari ne sort pas la nuit et ne fréquente personne [...]. Il se sent d’ailleurs seul ici et il ne discute qu’avec quelques rares voisins, ceux qu’il connaissait avant dans l’ancien quartier […] » | Femme mariée, ancienne habitante de la Casbah ; Enquête PRUD, 2003

Le contournement de la stigmatisation : entre référents symboliques et pratiques spatiales

Les référents symboliques d’urbanité et de citadinité mobilisés à l’intérieur et à l’extérieur de la Cité

  • 8 P. Mannoni, 1998, p. 115.

32Chaque groupe d’habitants essaie de mobiliser des référents symboliques pour désigner ce qu’il pense être l’altérité, la différence sociale. S’enclenche alors tout un processus de « formation des images sociales », images découlant des représentations sociales dans le sens proposé par P. Mannoni : « Comme les représentations sociales cependant, les images sociales seraient attachées à un objet, et fonderaient, pour une bonne part, le jugement porté sur cet objet (attitudes d’attraction ou de rejet, ou bien évaluation normative) »8.

33Nous avons pu identifier à ce propos deux types de « producteurs d’images » : un premier constitué d’habitants vivant dans des maisons individuelles et qui ont choisi de leur propre gré — du moins pour la plupart d’entre eux — de venir s’installer en périphérie pour y rester, contribuant de ce fait à développer un fort sentiment d’ancrage résidentiel ; un second groupe est composé de populations qui se sont installées en périphérie, dans un habitat collectif, mais sans l’avoir vraiment choisi.

34Les premiers utilisent beaucoup plus que les seconds les modes d’habiter comme référent symbolique central, faisant de l’habitat individuel un attribut fort de distinction et de distanciation sociale, tandis que les seconds, ne disposant ni des moyens ni des opportunités de créer et de réaliser leur propre projet résidentiel, se contentent de mobiliser par défaut le référent spatial collectif, la Cité, comme élément de distinction. Ainsi, chaque groupe social, selon sa provenance, essaie de faire jouer les attributs urbains lui permettant de se démarquer des « autres ».

35À cet égard, le statut d’occupation du logement (locataire ou propriétaire) est considéré comme un facteur fortement discriminant. On observe de ce point de vue un phénomène de superposition entre la symbolique de l’habitat individuel et la symbolique de la richesse, de l’aisance sociale dont la signature est le statut de propriétaire. Quoi que l’on fasse — et même si cela est faux pour beaucoup de ménages —, habiter en collectif signifie que l’on est locataire, donc pauvre, donc n’appartenant pas à la communauté des propriétaires qui constituent la majorité des habitants de la commune.

  • 9 Sur l’origine du Mouloudia (créé en 1921), « qui se place [d’emblée] sous le signe de l’identité co (...)

36En ce qui concerne les habitants en collectif, qui ressentent très fortement la stigmatisation dont ils sont l’objet, on observe de manière très nette la façon dont ils essaient de gommer leur visibilité sociale, matérialisée par le logement collectif, en mobilisant un ensemble de référents culturels, immatériels, qu’ils puisent dans la spécificité de leur histoire urbaine. Des référents symboliques puissants comme l’ancienneté d’établissement dans la ville, l’appartenance revendiquée à l’ancien noyau central de la ville d’Alger (la vieille médina ou Casbah), même si leur passage dans cet espace fortement symbolique fut très court, leur permettent de compenser leur déficit objectif en termes de moyens matériels par rapport aux habitants des villas. D’autres parmi eux, notamment les plus jeunes, mobilisent aussi des attributs symboliques considérés comme des signes de citadinité, tel le fait d’être supporter d’un club de football ancien comme le célèbre Mouloudia Club d’Alger9. Un jeune homme de la Cité rappelle ainsi :

« […] En plus, les gens de la Cité [Ouled la Cité] ont porté le drapeau de Draria [voulant dire par là que ce sont eux qui ont promu le football à Draria] […]. Va demander aux gens de Draria qui les a aidés à promouvoir le football à Draria ? Ils te répondront que ce sont les gens de la Cité […] . Dans le football et dans tout…, on est tous Mouloudia, nous on est tous Chnawa [Nom donné aux supporters du club de football de La Mouloudia d’Alger] » | Jeune homme de la Cité, entretien de groupe, 22/01/2008

37Cet « emprunt d’identité forte » par la revendication de l’affiliation à une équipe prestigieuse et citadine, n’existe toutefois pas chez les relogés originaires de Bab El Oued qui donnent de leur ancien quartier une image quasiment idyllique, notamment sur le plan économique :

« Ici, il n’y a rien […]. Vive Bab El Oued ! Les gens là-bas bougent […], travaillent, il y a du commerce […]. Ici, à part les chantiers de construction, il n’y a rien d’autre […]. Même ces bricoles que j’arrive à décrocher de temps à autre, je ne peux y accéder que grâce aux gens que je connais […] » | Ex-habitant de Diar El Kaf

38D’autres enfin, comme les plus âgés, mobilisent un autre registre de distinction : celui de l’appartenance au parti révolutionnaire (FLN) « qui a libéré le pays ».

Insertion socio-économique négociée et stratégies de contournement de la stigmatisation

39Pour contourner la stigmatisation vécue surtout sur le plan économique, les relogés développent des stratégies tantôt collectives, tantôt individuelles, de négociation de leur place dans la société et dans l’espace.

40Certaines catégories préfèrent ainsi déployer des stratégies individuelles en essayant de se démarquer du groupe, en procédant à des pratiques de limitation de la fréquentation des habitants de leur propre Cité. On évite par exemple de se déplacer et de circuler en groupe dans la ville, à l’extérieur de la Cité. D’autres évitent de préciser le lieu exact de leur résidence, voire le cachent, surtout lorsqu’ils sont à la recherche d’un travail. Dans ce contexte, l’un des ex-habitants des centres de transit d’origine rurale déclare :

« Je me sens beaucoup mieux ici, un bon climat, je me suis au moins débarrassé des problèmes que j’avais dans la cité de transit […]. J’ai cherché du travail et j’en ai trouvé après une année d’installation, donc je suis plus stable, j’ai laissé tomber la table où j’installais les cigarettes dont la vente me dépannait dans la cité de transit […]. Il n’y a pas mieux que le travail salarié, c’est plus stable, maintenant je mène une vie respectable, je pratique du sport […]. En plus, je veux éviter les problèmes qui ne viennent que par la fréquentation du quartier […]. J’ai commencé une nouvelle vie, propre, à moi ; là-bas, dans la cité de transit, j’étais forcé de fréquenter les gens de mon quartier ; du fait que j’y travaillais comme marchand de tabac, je n’avais pas le choix […] » | Jeune homme, ex-habitant du centre de transit de Dar El Beida ; Enquête PRUD, 2003

41Ce témoignage provenant d’un jeune homme d’origine rurale démontre aussi que le nouveau lieu de résidence est un lieu d’intégration sociale et professionnelle.

42Ce constat ne peut cependant être généralisé. Il ne correspond pas, par exemple, à la situation des jeunes provenant des quartiers populaires centraux, qui ne apparemment pas avoir réussi — jusqu’à maintenant — leur intégration au nouvel environnement social. S’estimant être les plus lésés, ils essayent de s’imposer plutôt collectivement que de s’intégrer individuellement, et cela à travers des formes diverses de pression, parfois musclées, sur les commerçants des environs.

  • 10 Anniversaire de la naissance du prophète Mohamed.

43Dans ce contexte, ils valorisent même des activités informelles, considérées comme déviantes chez les habitants des autres quartiers de riches, à l’instar des pratiques de vente des produits pyrotechniques lors de la Fête du Mouloud10 :

  • 11 Cela veut signifier que les catégories aisées ont un mode de vie différent, qui néglige la célébrat (...)

« Les gens des villas, c’est eux qui viennent acheter chez nous les trucs du Mouloud, parce que eux n’ont pas de Mouloud !11. Pourtant, l’État ne nous laisse pas pour longtemps vendre, ils sont tout le temps derrière nous […]. On se met ici [jardin public, placette de la Cité], à l’intérieur de la Cité […], mais ils ne nous laissent pas, et pourtant il y a des tables partout. On nous saisit la marchandise, mais par contre, là-bas, ils ne leur saisissent rien, parce que là-bas n’habitent que des généraux […] » | Jeune homme de la Cité, entretien de groupe, 22/01/2008

44Mais ce jeu de cache-cache avec les policiers n’est pas facile à mener tout le temps. L’interdiction par les autorités de l’usage des espaces publics (rues, placettes, etc.) pour le commerce informel pousse les jeunes à retourner exercer ces activités dans leurs quartiers d’origine. De ce fait, on remarque la recrudescence des déplacements de la Cité vers les anciens quartiers, soit pour des pratiques d’achat, soit à la recherche d’opportunités d’emploi « informel », puisque ceux-ci n’ont pas de place dans cette « commune de riches », comme ils la qualifient.

45Quand les stratégies individuelles manquent de rigueur, il ne reste de choix que les stratégies collectives qui s’adossent sur l’image négative comme moyen de négociation et d’imposition comme, par exemple, le fait que les groupes de jeunes s’imposent par la force pour négocier avec les propriétaires des restaurants situés en face le gardiennage des voitures de leur clientèle. Ceci se fait par le recours à une forme de chantage, à savoir promettre la quiétude et la sécurité aux visiteurs et clients des restaurants contre le droit de tirer des revenus du gardiennage.

46Cette stratégie est menée soit dans, soit à l’extérieur de la Cité. Les résidents qui la déploient n’hésitent donc pas à mobiliser la face négative de leur identité collective (menaces, chantage, etc.) pour garantir leur insertion économique dans le nouveau lieu d’habitat. Le discours des jeunes le montre clairement :

« Oui, même dans le travail […] ; ici, on vit du régionalisme, je te le jure ! Durant le mois de Ramadan, on a mis des tables pour vendre, pour bricoler […] ; moi, personnellement, on m’a saisi mon camion […]. Avant cela, ces rôtisseurs ont chargé des jeunes de leur région [Jijel] pour le gardiennage des voitures, et maintenant ce sont des gens du quartier [Ouled Houma] qui travaillent dans les parkings […]. Au début, quand nous avons gentiment demandé aux restaurateurs de travailler dans les parkings, ils n’ont pas voulu, alors, après, on a dû utiliser la force, on les a menacés, et ils ont cédé […] » | Jeune homme de la Cité, entretien de groupe, 22/01/2008

Conclusion

47En conclusion, nous pouvons considérer que la périphérie Sud-Ouest d’Alger, par l’exemple de Draria, connaît l’émergence et la reconstruction de nouvelles identités urbaines et citadines dichotomiques qui se négocient tantôt dans une logique d’évitement et de repli, tantôt dans une logique d’affrontement.

48À ce titre, deux types de citadinités distinctes peuvent être distinguées : la première renvoie à une logique du bien-être urbain très matérialiste : être bien logé dans la ville et être propriétaire d’un bien immobilier individuel suffisent amplement à se qualifier comme citadin. Dans le deuxième cas de figure, la citadinité se trouve complètement déconnectée de l’urbanité : elle ne peut se légitimer que par des attributs essentiellement immatériels : l’ancienneté d’établissement urbain et son corollaire, l’ancrage dans l’ancien centre-ville. Jusque-là, les populations stigmatisées restaient prisonnières de leur identité problématique en tant que groupe très fortement visible, affichant une visibilité réelle ou fantasmée qui les empêche de s’aligner sur le standard de normalité qui règne dans ces nouveaux territoires périphériques. Beaucoup, cependant, découvrent qu’ils peuvent « en sortir » en usant de diverses ruses et bricolages sinon symboliques, du moins matériels. Mais tout cela révèle néanmoins une tendance très forte : celle d’une urbanité en miettes, en fragments, qui éprouve beaucoup de difficultés à se construire comme référent partagé par tous.

Haut de page

Bibliographie

Bailly A., Baumont C., Huriot J.-M., Sallez A., 1999, Représenter la ville, Paris, Economica, coll. « Géographie-Poche », 112 p.

Carlier O., 2009, « Médina et modernité : l’émergence d’une société civile « musulmane » à Alger à l’entre-deux-guerres », pp. 199-227, in Baduel P.R. (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain, Paris/Tunis, Karthala/IRMC, 600 p.

Di Méo G., 2007, « Identités et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles, 1, Varia, pp. 1-14. http://metropoles.revues.org/document80.html

Duchesne S., Haegel F., 2008, L’enquête et ses méthodes. L’entretien collectif, Paris, Armand Colin, coll. « Sociologie 128 », 128 p.

Fourny M.-C., 1997, « Identité et aménagement urbain », pp. 23-33, in Calenge C., Lussault M., Pagand B. (dir.), Figures de l’urbain. Des villes, des banlieues et de leurs représentations, Tours, Maison des Sciences de la Ville, coll. « Sciences de la Ville », n° 14, 222 p.

Halpern C., Ruano-Borbalan J.-C., 1999, Identité(s). L’individu. Le groupe. La société », Paris, Sciences Humaines, 404 p.

Mannoni P., 1998, Les représentations sociales, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 128 p.

Moulin B. (dir.), 2001, La ville et ses frontières. De la ségrégation sociale à l’ethnicisation des rapports sociaux, Paris, Karthala, 252 p.

Msilta L., 2004, « Les stratégies de promotion sociale à travers l’appropriation de l’habitat individuel dans un espace périphérique fragmenté. Sud-Ouest d’Alger, le cas de la commune de Draria », Mémoire de Magister en Sociologie, Faculté des Sciences Humaines et Sociales d’Alger (en arabe).

Safar Zitoun M., Hafiane A., 2004, « Les effets sociaux des politiques de relogement dans les villes d’Alger et d’Annaba », in Navez-Bouchanine F. (dir.), « L’Entre-Deux » des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales. Liban, Maroc, Algérie, Mauritanie, Rapport de synthèse pour le Programme de Recherche Urbaine pour le Développement (PRUD), Équipe EMAM, Université de Tours et CNRS, sur financement MAE, ronéo, 173 p. (en cours de publication 2009 sous le titre : L’entre-deux dans les opérations de relogement en Algérie : l’émergence problématique d’un tiers acteur urbain).

Wacquant L., 2006, Parias urbains. Ghetto. Banlieues. État, Paris, La Découverte, 332 p.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de notre Mémoire de Magister sur la même commune, intitulé « Les stratégies de promotion sociale à travers l’appropriation de l’habitat individuel dans un espace périphérique fragmenté. Sud-Ouest d’Alger, le cas de la commune de Draria » (2004).

2 PRUD : Programme de Recherche pour le Développement Urbain. Dans le cadre de l’équipe EMAM de l’UMR CITERES (Université de Tours et CNRS) et sous la direction de F. Navez-Bouchanine, une recherche collective a été entreprise sur L’Entre-deux des politiques institutionnelles et des pratiques habitantes (en cours de publication). L’équipe algérienne, coordonnée par Madani Safar Zitoun et Abderrahim Hafiane, a produit un rapport intitulé L’Entre-deux dans les opérations de relogement en Algérie : l’émergence problématique d’un tiers acteur urbain, Alger, 2003, ronéo (pp. 92-125 du rapport général). La Cité des 617 logements est l’un des sites étudiés parmi plusieurs autres ayant servi au relogement dans la capitale ; d’autres sites ont été étudiés à Annaba, dans l’Est du pays.

3 A. Bailly, C. Baumont, J.-M. Huriot, A. Sallez, 1999, p. 5.

4 100 dinars algériens valent approximativement 1 €.

5 Les jeunes interviewés utilisent très souvent le mot « État » pour désigner la police.

6 Immeuble collectif de haut standing abritant des couches de populations aisées, situé en contrebas de la Cité des 617 logements.

7 Adduction à l’eau potable.

8 P. Mannoni, 1998, p. 115.

9 Sur l’origine du Mouloudia (créé en 1921), « qui se place [d’emblée] sous le signe de l’identité communautaire et religieuse] et l’importance que revêt le club dans la société algéroise de l’Entre-deux-guerres, voir O. Carlier, 2009, pp. 204-205.

10 Anniversaire de la naissance du prophète Mohamed.

11 Cela veut signifier que les catégories aisées ont un mode de vie différent, qui néglige la célébration de cette occasion religieuse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Le quartier « Cité des 617 logements » à Draria, Alger.
Crédits Source : Google Earth, 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/217/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leïla Msilta, « Populations stigmatisées à la périphérie algéroise, entre citadinité problématique et recherche d’identités », Les Cahiers d’EMAM, 18 | 2009, 107-118.

Référence électronique

Leïla Msilta, « Populations stigmatisées à la périphérie algéroise, entre citadinité problématique et recherche d’identités », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 13 février 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://emam.revues.org/217 ; DOI : 10.4000/emam.217

Haut de page

Auteur

Leïla Msilta

Doctorante en Sociologie, Université d’Alger

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page