Navigation – Plan du site

Note de l’auteur

Avec la collaboration de Pierre Signoles

Texte intégral

  • * À quelques modifications de détails près, le texte de cette Introduction reprend celui de l’appel à (...)
  • 1 C’est le cas de la contribution intéressante de M. Naciri : « Le rôle de la citadinité dans l’évolu (...)

1L’étalement urbain, ainsi que le renouvellement, au cours de ces dernières années, des acteurs, des normes et des pratiques de l’aménagement urbain ont considérablement modifié les formes et les processus de l’urbanisation dans les grandes métropoles maghrébines. À des degrés divers, et en fonction de caractéristiques particulières héritées d’histoires contrastées, les grandes métropoles du Maghreb ont développé des dynamiques puissantes de reconstruction de leurs sociétés urbaines selon des modalités nouvelles. Ces dynamiques résultent de la manière dont ces sociétés ont eu à résoudre les tensions nées du processus de fragmentation urbaine qui s’est traduit notamment, du moins selon certains chercheurs, par la marginalisation des espaces non centraux ou péricentraux. La conséquence en serait que les villes du Maghreb se déferaient plutôt qu’elles ne se fabriquent et l’éclatement de la centralité spatiale, qui serait l’une des manifestations de cette « involution », serait alors l’expression d’une multiplication des formes d’urbanité qui se seraient construites autour de fortes identités citadines — selon un processus que certains chercheurs, à l’instar de Mohamed Naciri, ont tenté de modéliser et de substantifier1.

2Sans dénier la validité heuristique de cette thèse, dans la mesure où, somme toute, elle permet de penser les recompositions identitaires en cours dans les grandes villes maghrébines comme s’articulant autour de « noyaux de référents symboliques », nous formulons quant à nous une autre hypothèse, selon laquelle les habitants de ces villes, les « urbains ordinaires », qu’ils se réfèrent ou non à des modèles de citadinité, continuent de fabriquer la ville en périphérie(s), et ce dans toutes ses dimensions — spatiale, culturelle, symbolique.

3En même temps que la ville se « fabriquerait » dans sa dimension matérielle et territoriale, elle serait surtout le théâtre de processus complexes d’émergence de nouvelles identités d’appartenance et de nouvelles figures urbaines métropolitaines. Dans ces villes, les individus et les groupes sociaux négocieraient autrement leur ancrage social et urbain, et ce à toutes les échelles — locales (quartiers, villes), nationales, transnationales. C’est du moins ce qu’ont suggéré les débats qui ont eu lieu et les conclusions qui se sont dégagées à l’occasion de la tenue des séminaires thématiques régionaux de Sousse (Axe 1, avril 2007) et de Rabat (Axe 3, octobre 2007).

4Le cadre (ou, si l’on préfère, le champ d’hypothèses) dans lequel s’inscrivent donc nos réflexions est le suivant. Les processus de construction/reconfiguration territoriales à l’œuvre dans les périphéries des grandes villes maghrébines procèderaient de l’interaction entre deux types de situations : celle, d’une part, des tensions entre les dynamiques locales/nationales et les dynamiques « globales » ; et celle, d’autre part, des tensions qui se manifestent entre facteurs d’agrégation « communautaire » et facteurs d’intégration individuelle. En conséquence, nous postulons que les périphéries en gestation constituent les lieux par excellence de formation des urbanités de demain, jouant en fait le rôle de véritables « laboratoires urbains » — pour reprendre l’expression de l’École de Chicago à propos de cette ville — où se concentrent à la fois les disparités sociales et culturelles les plus visibles, mais où se condensent et prennent corps aussi les nouveaux modes de rapports à la ville qu’induisent les nouvelles formes de territorialisation.

5Les villes maghrébines contemporaines seraient, dans ces conditions, des lieux où se télescoperaient et s’affronteraient des modèles d’urbanité portés par des citadins d’un nouveau type, qui négocieraient continuellement, à travers les différents rôles qu’ils jouent dans la ville et les opportunités que celle-ci leur offre, à la fois sur leurs lieux de travail et dans les espaces privés et publics, leurs appartenances identitaires multiples.

6Le séminaire thématique régional, qui s’est tenu à Alger les 23 et 24 février 2008, voulait ainsi se consacrer à l’identification et à l’analyse de ces nouvelles façons de vivre et de se représenter la ville. Dans ce but, il était attendu des contributeurs qu’ils se situent d’une part dans l’une ou l’autre des deux catégories ci-dessous et, d’autre part, qu’il traitent de l’un ou l’autre des trois thèmes qui seront présentés ultérieurement.

7• En premier lieu, les contributions souhaitées pouvaient être d’ordre général, plutôt théorique et conceptuel, avec pour objectif de proposer la construction d’un cadre de réflexion permettant d’interpréter et d’expliciter la question de la constitution des urbanités dans les périphéries des grandes villes maghrébines. Leurs auteurs pouvaient ainsi, à titre d’exemple, s’interroger pour savoir si et dans quelle mesure les modifications et changements qui s’opèrent dans la morphologie urbaine contribuent à produire du lien social (au sens large) ou à le distendre ; ou bien, à l’inverse, pour savoir si et dans quelle mesure les changements sociaux et culturels participent à la production de configurations territoriales particulières. Sur un autre plan, il va sans dire — mais, selon la formule consacrée, il va mieux en le disant… — que les hypothèses précédemment formulées étaient susceptibles d’être critiquées ou réfutées.

8• En second lieu, les contributions pouvaient préférer la présentation de résultats de travaux empiriques, de résultats d’enquêtes de terrain, illustrant l’une ou l’autre (voire plusieurs) des thématiques ci-dessous exposées. Ces présentations pouvaient être effectuées à différentes échelles (micro et/ou méso) et porter sur des tissus et fragments urbains de divers types (lotissements, quartiers « non réglementaires », habitat collectif, etc.), anciens, récents ou en cours de construction, etc. Et il était alors attendu qu’elles permettent d’appréhender la diversité des urbanités en cours d’élaboration et les modalités de leur constitution.

9Quant aux trois thèmes privilégiés, ils étaient les suivants :

Thème 1. Les périphéries, appartenance à la ville et représentations

  • 2 Voir, à ce propos, I. Berry-Chikhaoui, 1994, Quartiers et sociétés urbaines. Le cas du faubourg sud (...)

10Étudier la territorialisation des citadins et leurs territorialités, c’est tout d’abord s’interroger sur le sens qu’ils donnent à celles-ci, mais c’est aussi se demander quels sont les effets que ces territorialités produisent sur leurs représentations de la ville2. D’une manière plus générale, il convenait surtout d’analyser les significations que les citadins assignent aux nouveaux espaces dans lesquels ils vivent, sans oublier de questionner la manière dont ils se situent (dans leurs discours, leurs représentations) par rapport à d’autres « espèces d’espaces » — les médinas, par exemple — qu’ils ont l’habitude d’identifier, de nommer et de reconnaître. Il importait en effet de s’interroger pour savoir à partir de quel moment et en fonction de quels référents symboliques se décline la notion d’appartenance à et d’inclusion dans la « ville » ? Et de se demander ce que peut signifier, pour les habitants des périphéries, « être en ville », « être de la ville », « aller en ville », « sortir de la ville », etc.

11À travers la diversité des terrains étudiés, il s’agissait en effet (pour les contributeurs) de comparer les différents résultats présentés de site à site, de ville à ville et de pays à pays, afin de relever les récurrences (s’il y en a) et les différences que sont susceptibles d’induire les « contextes ».

Thème 2. Les périphéries, lieux de nouvelles formes (pratiques) de socialisation

  • 3 Au sens que donne à ce terme F. Navez-Bouchanine, par exemple dans Habiter la ville marocaine, Casa (...)

12Les contributeurs étaient appelés à accorder une attention forte à la question des modes de socialisation qui se développent dans ces périphéries, en ce qu’ils éclairent le processus complexe de reconstruction des liens sociaux à l’échelle des quartiers. Se posent-ils en termes de rupture ou de continuité avec les modes de vie « urbains »/« citadins » hérités du passé ? Cela revient à analyser les tensions à l’œuvre entre les différents processus d’appropriation des espaces intermédiaires3 et publics (pratiques et usages de ces espaces, gestion des relations de voisinage et des espaces communs, etc.) et l’accès à l’espace urbain. Les formes d’actions locales et d’organisation des citadins constituent de ce point de vue des entrées d’analyse fécondes, dans la mesure où elles permettent de décrypter et d’éclairer les stratégies de conquête de ces périphéries, visant à en faire des territoires et à y inscrire des territorialités.

13Ils pouvaient donc s’interroger, par exemple, sur l’évolution de la notion de hawma [le quartier, dans la médina] et sur ce que recouvre sa transposition dans les périphéries. S’agit-il, pour ceux qui usent du terme, d’une reproduction à l’identique, ou bien la transposition implique-t-elle de nouvelles pratiques collectives d’appropriation, de nouveaux modes de gestion de portions de territoires (relations de voisinage, espaces communs, etc.) — et de quels modes, alors, s’agit-il ? —, de nouvelles formes d’organisation des relations sociales, etc. Ou bien s’agit-il, comme c’est souvent le cas, de constructions sociales se posant en termes d’antinomie par rapport aux anciennes formes, dans la mesure où elles expriment des situations revendicatives déclinant sous des registres nouveaux la problématique de la « citoyenneté urbaine » ? Il était à cet égard utile de se demander si cette notion ambivalente et ambiguë était susceptible d’exercer une fonction intégrative, dans la mesure où elle aurait permis ou permettrait à des catégories disparates et hétérogènes de se construire comme acteurs collectifs porteurs d’un projet commun face aux autres acteurs institutionnels.

14En effet, au Maghreb comme ailleurs, l’urbanisation n’efface pas les différences sociales, pas plus qu’elle n’empêche les exclusions ou la relégation. Elle offre en revanche des ressources — qu’il convenait d’identifier et dont le rôle était à décrypter — aux citadins qui s’en emparent pour assurer leur intégration à la ville et à la société urbaine. Ceci pouvait être l’occasion de préciser comment se décline la revendication d’appartenance à la ville selon les disparités sociales, les âges, le sexe…

Thème 3. Les périphéries comme lieux de production culturelle et artistique4

  • 4 Bien qu’aucun texte publié dans ce numéro des Cahiers d’EMAM ne s’inscrive dans cette thématique, n (...)

15Ce troisième thème, qui se voulait très ouvert et qui se proposait d’explorer des voies peu empruntées par les chercheurs travaillant sur les périphéries urbaines (au Maghreb, tout au moins), s’intéresse aux formes d’expression culturelle qui se sont développées ces dernières années dans les villes du Maghreb — productions musicales, littéraires, iconographiques (photo, vidéo, cinéma) — et qui traduisent, pour une partie d’entre elles tout au moins, des processus de reconstruction des identités urbaines.

16L’intégration et l’ancrage symbolique à la ville passent en effet aussi par de larges processus de brassages culturels mis en œuvre par des populations et des catégories sociales porteuses d’identités culturelles différentes, mais aussi par une jeunesse en phase de socialisation dans les nouveaux espaces urbains et qui est porteuse d’une intense créativité symbolique. Il était ainsi souhaité, dans le cadre de l’identification et de l’analyse des nouvelles urbanités, d’analyser les contenus et les thématiques véhiculés par ces nouvelles formes d’expression artistique et de vérifier s’ils traduisent à leur façon l’invention de nouvelles images de la ville et de l’urbanité. On pouvait également juger utile, de ce point de vue, de recueillir et d’intégrer dans l’analyse les formes très subtiles d’appropriation des différents parlers urbains (y compris argots, bien entendu), des symboliques locales, des expressions artistiques, etc., utilisés pour différents supports, occasions banales, manifestations culturelles de rue et plus classiques (comme les musiques savantes, par exemple), en tant qu’elles peuvent exprimer l’appartenance ou l’exclusion à (de) la ville et à (de) la citoyenneté.

Haut de page

Notes

* À quelques modifications de détails près, le texte de cette Introduction reprend celui de l’appel à communications qui avait été diffusé pour préparer le séminaire thématique régional d’Alger.

1 C’est le cas de la contribution intéressante de M. Naciri : « Le rôle de la citadinité dans l’évolution des villes arabo-islamiques », pp. 131-149, in Sciences sociales et phénomènes urbains dans le Monde Arabe, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz Al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, Casablanca, 1997, 299 p.

2 Voir, à ce propos, I. Berry-Chikhaoui, 1994, Quartiers et sociétés urbaines. Le cas du faubourg sud de la médina de Tunis, Thèse de Doctorat en Géographie sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais de Tours, 652 p.

3 Au sens que donne à ce terme F. Navez-Bouchanine, par exemple dans Habiter la ville marocaine, Casablanca/Paris, Gaëtan Morin/L’Harmattan, 1997, 315 p.

4 Bien qu’aucun texte publié dans ce numéro des Cahiers d’EMAM ne s’inscrive dans cette thématique, nous en avons maintenu la présentation ici, puisque quelques communications prononcées à Alger l’ont éclairée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madani Safar Zitoun, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM, 18 | 2009, 5-8.

Référence électronique

Madani Safar Zitoun, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 18 | 2009, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://emam.revues.org/222 ; DOI : 10.4000/emam.222

Haut de page

Auteur

Madani Safar Zitoun

Professeur, Sociologie, Université d’Alger

safarmad@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page