Navigation – Plan du site

Accompagnement social, microcrédit logement et résorption des bidonvilles au Maroc

Une étude de cas : l’opération de recasement Karyan El Oued à Salé
Julien Le Tellier
p. 55-70

Texte intégral

Introduction

1Depuis 2004, la politique marocaine de lutte contre l’habitat insalubre est essentiellement focalisée sur le Programme Villes Sans Bidonvilles (PVSB), réplique nationale de la stratégie Cities Without Slums des Nations Unies.

2En amont du lancement de ce programme ambitieux, un important bilan des interventions publiques en bidonville conduit à l’expérimentation de nouveaux dispositifs d’ingénierie sociale : l’accompagnement social, supposé favoriser la « participation active » des habitants aux projets proposés par l’administration, ainsi que des mécanismes de financement tels que le microcrédit logement, censé faciliter l’accession à la propriété des populations défavorisées.

  • 1 Le recasement est un mode opératoire de résorption des bidonvilles. Il consiste à aménager des loti (...)

3Dans ce texte, la réflexion portera sur la « maîtrise d’ouvrage social » déléguée — accompagnement social — du projet de recasement1 Karyan El Oued, nom d’un bidonville situé à Salé, en focalisant sur la dimension financière du côté des habitants (achat de la parcelle subventionnée et construction du nouveau logement).

4En quoi les dispositifs d’ingénierie sociale urbaine expérimentés dans les opérations de résorption des bidonvilles facilitent-ils l’accès au logement décent des populations défavorisées ? Autrement dit, la « participation » dans un contexte partenarial innovant, l’accompagnement social et le microcrédit logement sont-ils à même de répondre aux objectifs de sécurisation foncière et d’intégration des bidonvillois dans les nouveaux lieux de vie ? Quelles sont les avancées et les limites de ces nouvelles approches ?

  • 2 L’étude post-doctorale « Ingénierie sociale urbaine et résorption des bidonvilles au Maroc : l’acco (...)
  • 3 L’association marocaine Al Amana est classée parmi les vingt premières institutions de microfinance (...)

5Totalement inédite, l’implication des organismes marocains de microcrédit dans le domaine de l’habitat méritait une attention particulière. Dès le début de cette recherche2, il a été décidé d’observer l’association Al Amana qui terminait avec succès une phase expérimentale des prêts individuels au logement3. La question centrale de cette expertise scientifique portait sur la capacité de l’organisation à évoluer vers une cible plus pauvre que sa clientèle habituelle et moins connue de ses agents. Dans la mesure où Al Amana préparait son intervention en bidonville, une évaluation ex ante de cette implication aurait été évidemment hasardeuse. Il a donc été décidé de travailler sur les perspectives de positionnement de l’association dans un projet du PVSB : l’opération de recasement Karyan El Oued à Salé. Ainsi, si la question du financement est centrale dans cette réflexion, une étape préalable consiste d’abord à suivre l’accompagnement social en pratique et auprès des acteurs impliqués sur un site pilote, puis à étudier les possibles articulations entre le microcrédit logement et l’opération de recasement dans son ensemble.

6Issu d’une étude conduite au Maroc en 2006 et 2007, cet article est basé sur une analyse empirique à deux niveaux. D’une part, au niveau macro, l’objectif a consisté à suivre l’évolution des politiques urbaines via des interactions régulières avec les acteurs institutionnels publics et associatifs impliqués dans les projets de résorption des bidonvilles (entretiens, observation participante de réunions et de séminaires, analyse de documents). D’autre part, au niveau micro et à travers une immersion de six semaines sur le terrain d’une opération de recasement, l’accès aux données a permis une analyse quantitative de sa mise en œuvre, tandis que l’analyse qualitative s’est appuyée sur l’observation du déroulement des activités et du positionnement des diverses parties prenantes, une recherche documentaire (comptes-rendus de réunions, courriers, etc.), et enfin des entretiens qualitatifs approfondis avec une vingtaine de familles. Les enquêtes de terrain ont été effectuées quotidiennement, au bidonville Karyan El Oued à Salé, du 6 février au 16 mars 2007 et, de manière plus aléatoire, avant et après cette période, en 2006 et 2007.

Recasement et accompagnement sociel des bidonvillois : le cas de Karyan El Oued à Salé

7Le bidonville Karyan El Oued est situé à Salé, une grande ville (environ 900 000 habitants) considérée aujourd’hui comme une banlieue populaire de la capitale du Maroc, Rabat ; l’agglomération Rabat-Salé regroupe plus de deux millions d’habitants.

8De taille moyenne (8 hectares, environ 1 200 familles) en comparaison de certaines zones bidonvilloises de Casablanca, Karyan El Oued est inséré dans des tissus urbains bâtis en dur et non pas situé dans un vaste secteur de baraques. L’ONG Environnement Développement et Action au Maghreb (ENDA-Maghreb), dont le siège est situé à Rabat, intervient sur ce site depuis 1993 : amélioration de l’accès aux services urbains (ouverture de deux bornes fontaines, réseau d’évacuation des eaux usées), activités économiques (création d’une coopérative féminine de production de tapis artisanaux…) et sociales (cours d’alphabétisation, colonies de vacances…). Menacés d’expulsion depuis le milieu des années 1990, les habitants du bidonville Karyan El Oued sont parvenus, avec l’appui d’ENDA-Maghreb, à négocier une procédure de recasement in situ pour 75 % des ménages. Ce projet phare du PSVB est largement médiatisé : plusieurs visites royales, inauguration par le Ministre de l’Habitat, etc. L’ensemble de ces facteurs rend l’opération de recasement a priori plus facile qu’ailleurs.

Délégation de la « Maîtrise d’Ouvrage Social » (MOS) à de nouveaux intermédiaires4

  • 4 Nous reprendrons ici une partie de la réflexion développée dans le texte cosigné avec I. Guérin « “ (...)

9Habituellement, les établissements publics placés sous la tutelle du Ministère marocain de l’Habitat assurent la maîtrise d’ouvrage des opérations de recasement et de relogement, mais ils sont réputés ne pas avoir de compétences pour faire du « social » : malgré les moyens techniques et financiers mobilisés, les questions sociales qui surgissent dans les projets de résorption des bidonvilles dépassent manifestement les compétences des opérateurs de l’habitat. Face à ces déficits d’intermédiation sociale, l’évaluation des interventions publiques en bidonville, pilotée par la sociologue F. Navez-Bouchanine pendant le gouvernement dit « d’alternance » (1998-2002), débouche sur la notion de « Maîtrise d’Ouvrage Social » (MOS) dont l’objectif est d’articuler intervention sur le logement et intervention sur le tissu social. En cela, la MOS est un avatar des « Maîtrises d’Œuvres Urbaines et Sociales » (MOUS) initiées en France dans les projets de réhabilitation des cités HLM au début des années 1980. La règle essentielle est le dialogue permanent à travers le recours à des tiers dont la compétence supposée se fonde d’une part sur leur capacité à tenir la position d’intermédiaire entre les habitants et les opérateurs techniques de l’habitat, d’autre part sur leur connaissance des groupes sociaux (M. Anselme, 2000, p. 99), ce qui revient de la part des opérateurs techniques à « une demande d’intervention constituée à partir d’un aveu d’incapacité à faire évoluer une situation » (ibidem, p. 102).

10Au Maroc, la MOS peut être déléguée à des tiers — dits opérateurs sociaux — à travers des missions d’assistance à maîtrise d’ouvrage et d’accompagnement social. Cela consiste en principe à intégrer une dimension sociale dans les projets de résorption des bidonvilles : informer les bidonvillois, les associer aux prises de décision via (si ce n’est la négociation au moins) la consultation, les assister dans toutes les étapes du transfert des baraques vers les nouveaux lieux de vie (démarches administratives, accompagnement économique et social, développement humain).

11En réalité, sur le terrain, il s’agit surtout de faire accepter aux bidonvillois le fait qu’ils doivent à la fois quitter le bidonville et démolir leur baraque, mais aussi participer au financement du transfert et du nouveau logement. In fine, l’adhésion aux projets de recasement et de relogement se matérialise avant tout par une participation financière des bénéficiaires aux coûts de l’opération. En pratique, la volonté de faire « participer » les habitants renvoie essentiellement à une composante strictement économique : l’accompagnement social est surtout mobilisé pour faciliter le montage des dossiers d’attribution des lots de recasement/relogement et le recouvrement des contributions financières des ménages.

12Ainsi, des conventions et des contrats entre opérateurs techniques de l’habitat et accompagnateurs sociaux scellent des formes de MOS déléguées à de nouveaux intermédiaires.

  • 5 Le holding d’aménagement Al Omrane est une entreprise nationale née de la fusion en 2004 de trois o (...)

13Le principal opérateur de l’habitat délégant des missions d’accompagnement social est le holding d’aménagement Al Omrane5 et il existe trois types d’opérateurs sociaux : l’Agence de Développement Social (ADS, établissement public placé sous la tutelle du Ministère des Affaires sociales), des associations et des ONG nationales et internationales, et enfin des bureaux d’études qui investissent conjoncturellement ce nouveau « marché » dont ils tirent profit (rémunération). En février 2008, ce dispositif touche 58 000 ménages répartis entre 23 projets, sur un total de 250 actions lancées dans le cadre du PVSB, et plus de 1 000 bidonvilles au Maroc.

14Pour le cas étudié ici, ENDA-Maghreb est rémunéré par Al Omrane, opérateur de l’habitat ayant la maîtrise d’ouvrage — technique et sociale — du projet de recasement Karyan El Oued, afin de mettre en œuvre le plan d’accompagnement social qu’elle a préparé. La maîtrise d’ouvrage social déléguée par l’opérateur technique (par convention de partenariat) est assurée par une équipe locale d’ENDA-Maghreb : deux animatrices et un animateur supervisés par un chef de projet. Le projet de recasement, annoncé dès 2002, ne démarre effectivement qu’au cours de l’année 2005 : en juillet, Al Omrane livre à ENDA-Maghreb un local de 105 m2 pour l’accueil des bénéficiaires.

« Les interventions dans le bidonville incluront outre les aspects financiers, techniques et urbanistiques, l’accompagnement et l’intégration sociale des populations à travers une meilleure connaissance et prise en considération de leur diversité socio-économique. Cet accompagnement devrait se traduire par la mise en place d’un dispositif d’encadrement des ménages bénéficiaires à toutes les étapes du projet, visant l’intégration sociale et économique des populations par le développement d’activités génératrices de revenus, la promotion de l’auto-emploi et le soutien des ménages les plus vulnérables du quartier. »
Préambule, Convention Al Omrane/ENDA-Maghreb, mars 2005.

15Officiellement, d’après les cahiers des charges établis par les opérateurs, outre les outils de définition et de planification des missions (diagnostics socio-économiques, enquêtes sociales, expertises thématiques, plans d’action), l’accompagnement social inclut les actions suivantes :
• promotion du projet (monté à l’avance par le maître d’ouvrage) à travers la sensibilisation, l’information et la communication auprès des populations et des acteurs locaux (organisation d’ateliers publics réunissant les bénéficiaires, les autorités locales et les associations de quartier) ;
• accompagnement administratif des ménages dans toutes les étapes du transfert, en particulier pour le montage et le suivi des dossiers d’attribution des lots de recasement et de relogement ;
• propositions de solutions financières pour le recouvrement des contributions des familles bénéficiaires et pour financer leur accès au nouveau logement ;
• intermédiation sociale pour résoudre les conflits entre les habitants et les porteurs de projet, contribution à la mobilisation et à l’animation du réseau de partenaires locaux ;
• accompagnement économique et social (dimension développement humain) à travers la promotion des dites activités génératrices de revenu et la mobilisation au profit d’actions collectives et socioculturelles.

  • 6 D’une part, le CMP, dont les réunions sont semestrielles, regroupe le Gouverneur de la Préfecture d (...)

16Le projet de recasement Karyan El Oued implique des représentants de l’État (Ministère de l’Intérieur, Ministère de l’Habitat, Agence Urbaine), des élus locaux (Arrondissement de Laâyayda et Commune de Salé), l’opérateur technique Al Omrane et l’opérateur social ENDA-Maghreb. La gestion locale du projet s’appuie sur deux comités locaux : le Comité Mixte de Pilotage (CMP) chargé de coordonner et de superviser l’opération, et le Comité Opérationnel de Suivi (COS) pour le suivi hebdomadaire des dossiers individuels6.

17Cette organisation innovante — et transparente par rapport aux opérations antérieures — permet de rompre avec des pratiques clientélistes, en particulier lors de l’attribution des parcelles de recasement par tirage au sort : les séances de tirage au sort des numéros de lots étaient auparavant effectuées à huis clos, alors qu’ici le COS met un point d’honneur à les réaliser de manière collective et devant témoins.

18Néanmoins, cette dynamique partenariale est délicate à mettre en œuvre, notamment en raison de la résistance des représentants élus qui se sentent dépossédés par l’opérateur social — et plus largement par le COS — d’une partie de leurs fonctions habituelles de régulation et de règlement des problèmes locaux. Les élus estiment ne pas être suffisamment impliqués dans les projets alors qu’ils auront à en gérer les « dégâts » quand les opérateurs techniques et sociaux se seront retirés (le temps post-opération).

19De telles résistances conduisent à des tensions entre les différents acteurs et, dans ces conditions, il est difficile de créer ex nihilo un consensus sur certains points. Par exemple, il arrive que les élus locaux tentent de bloquer la mécanique du recasement en refusant d’attribuer les autorisations de construire. Ils usent ainsi du pouvoir dont ils disposent en vertu de la Charte communale et dont ils n’ont pas été dépossédés. Toutefois, même si les élus du Conseil d’Arrondissement ne participent pas au COS en signe de protestation, ils signent les procès-verbaux des réunions de ce comité parce qu’elles sont présidées par le Chef de cercle sous la tutelle duquel ils sont placés (Ministère de l’Intérieur). En tout état de cause, les représentants élus demeurent des acteurs de terrain, au contact des populations, et il s’agit d’un pouvoir en soi : ils peuvent manipuler les ménages à travers des promesses aux plus nécessiteux, en faisant courir des rumeurs, en apportant leur soutien aux personnes récalcitrantes et en « soufflant sur les braises » pour que les habitants s’opposent au projet.

20In fine, l’accompagnement social est supposé favoriser une « participation active » des habitants, pour reprendre une expression communément employée, mais les termes d’accompagnement et de participation sont suffisamment flous pour ouvrir la voie à des interprétations multiples. La divergence de points de vue sur la MOS est donc source de tensions entre les différents partenaires locaux impliqués dans les projets de recasement et de relogement. De manière schématique, le débat tourne autour de la question centrale suivante : « S’agit-il de convaincre les populations de quitter le bidonville, quel qu’en soit le prix, ou bien d’accompagner des populations dans un nouveau projet de vie ? ».

21D’une part, la conception que l’on qualifiera de minimaliste, portée par les institutions délégantes et par l’administration, envisage l’accompagnement social comme un acte de sensibilisation et d’information des bidonvillois, d’assistance au maître d’ouvrage (montage des dossiers d’attribution des lots, recouvrement des contributions financières des ménages), et, enfin, tout simplement de persuasion. La participation est alors conçue, même si c’est de manière implicite, comme une participation passive, limitée au simple fait d’être informé des événements (soit une avancée par rapport à des opérations d’expulsion manu militari), et comme une participation marchande aux coûts du projet et à l’accession à la propriété.

22D’autre part, la vision maximaliste de l’accompagnement, davantage portée par les opérateurs sociaux délégataires de type public (l’ADS) ou militants (ONG) et par une partie des élus locaux, envisage l’accompagnement social comme une activité de médiation mais aussi de développement socio-économique, de renforcement des capacités individuelles et collectives, de promotion et de soutien d’activités génératrices de revenus, de construction de lieux de sociabilité tels que les maisons de jeunes et les foyers féminins, et enfin de défense des droits des habitants à travers leur implication dans des instances de pouvoir et de prise de décision. Cette conception de la MOS renvoie à une idée sous-jacente de la participation plus ambitieuse, voire militante, même si elle n’est pas sans ambiguïté dans les périphéries des grandes villes marocaines où, en pratique, tant les accompagnateurs sociaux que les autorités locales (élues et nommées) exercent un contrôle sur les populations, contrôle difficilement compatible avec une réelle prise de parole.

23Finalement, qu’on en convienne, le recommande ou que l’on s’en insurge, les accompagnateurs sociaux sont assimilés à de simples facilitateurs, des intermédiaires entre les habitants et les pouvoirs publics. Cela suscite l’exaspération des opérateurs sociaux qui n’ont pas les moyens de développer la dimension maximaliste de l’accompagnement social pour laquelle ils militent. « Nous n’accompagnons pas la population, nous accompagnons un projet » (Responsable du Département Urbain de l’ADS). Pour un représentant d’ENDA-Maghreb, le rôle d’un accompagnateur social ne saurait se limiter à une simple prestation de services, ni à celui d’un agent commercial : « Nous ne sommes pas là pour déplacer des pions et reconstituer des ghettos ».

24Un ton que l’on retrouve chez le Maire de Témara (banlieue de Rabat) : « Il faut des programmes intégrés. […] Il ne s’agit pas de déplacer les gens, puis les abandonner, les délaisser, les mettre à l’écart. […] Il faut éviter la reproduction des bidonvilles par la prévention. […] Il ne faut pas transférer les bidonvilles vers des villes bidons car ce sont des bombes à retardement ».

Résultats mitigés du projet de recasement Karyan El Oued (mars 2007)

25Entre le 10 octobre 2005 et le 14 mars 2007 (17 mois), 435 numéros de lots ont été attribués par tirage au sort (après encaissement par Al Omrane de la contribution financière des bénéficiaires concernés), mais seulement 177 parcelles ont été valorisées par la construction d’un logement, sur un total de 1 096 lots dont 737 sont disponibles (Tab. 1).

Tableau 1. Recasement Karyan El Oued : taux de réussite en % au 14 mars 2007.

Sites

Recasement

in situ :

Site 1

Tranche 1

(S1T1)

Transferts

vers Site 3

(S3)

Ensemble

des lots

disponibles

(S1T1 + S3)

Ensemble

du projet

(S1T1 + S3)

+ S1T2

Nombre

en %

Nombre

en %

Nombre

en %

Nombre

en %

Lots prévus

469

100

268

100

737

100

1 096

100

Lots disponibles

469

100

268

100

737

100

737

67

Lots tirés au sort

317

68

118

44

435

59

435

40

Lots payés

en totalité

276

59

78

29

354

48

354

32

Baraques démolies

283

60

71

26

354

48

354

32

Maisons bâties

136

29

41

15

177

24

177

16

Source : Données mises à disposition par l’ONG ENDA-Maghreb.

26On distingue plusieurs catégories de ménages :
• les ménages qui n’ont entrepris aucune démarche (parcelles de terrain non disponibles, personnes insolvables, individus récalcitrants).
Les ménages qui ont uniquement commencé le montage du dossier d’attribution, ce qui témoigne d’un premier signe d’adhésion ;
• les ménages qui ont participé aux séances de tirage au sort, après avoir payé une avance de 7 000 DH (environ 635 €), mais qui n’ont pas encore payé le reliquat ni démoli la baraque, ce qui signifie à la fois l’adhésion au projet mais aussi diverses réserves (notamment pour des raisons économiques) ;
• les ménages qui ont démoli la baraque mais qui n’ont pas encore construit la maison et qui louent un logement transitoire (en principe temporaire).
Les ménages qui ont achevé la construction de la maison et qui habitent leur nouveau logement ;
• les cas de « glissements » : les familles qui revendent la maison après sa construction (cas assez rares) et les familles qui revendent la parcelle subventionnée au prix du marché (cas plus fréquents).

27Cette typologie peut être simplifiée à travers deux catégories de ménages : celle qui a les moyens de construire le nouveau logement, avec ou sans microcrédit, et celle qui n’a pas les moyens, soit parce qu’elle n’est pas éligible au crédit logement en raison de son insolvabilité, soit parce qu’elle est en attente d’un prêt pour financer la construction.

Les ménages solvables : autofinancement complet ou partiel, avec possible recours au microcrédit mais en complément systématique d’autres ressources

  • 7 Vente des parts de l’héritage sur des terrains familiaux dans les communes rurales d’origine.

28D’après nos études de cas — qui tentent de décrire la diversité des situations sans viser la représentativité —, l’accès au microcrédit logement concerne une clientèle solvable et comporte des risques de surendettement. Les familles solvables sont celles qui sont capables d’autofinancer une partie de la construction (épargne préalable, décapitalisation7), d’assurer des charges mensuelles de remboursement (revenus réguliers) et/ou d’emprunter à des conditions avantageuses auprès d’un réseau social. Plusieurs facteurs souvent complémentaires contribuent à cette solvabilité : revenus du travail, revenus réguliers des retraités de la fonction publique et des militaires, solidarité familiale (familles nombreuses et solidaires), accès à un réseau social de soutien et de prêts informels sans intérêt et dont les modalités de remboursement sont flexibles (patrons, fournisseurs de matériaux de construction, personnes pieuses et bienfaitrices).

29Les sources de financement de la construction du logement sont donc multiples et combinent épargne personnelle, prêts informels auprès de l’entourage, achats à crédit auprès des fournisseurs de matériaux de construction, décapitalisation (vente de terres) et, dans certains cas, microcrédit. Le montant des microcrédits ne dépassant pas 50 000 DH (en vertu de la législation) et le coût total d’accès à la propriété n’étant jamais inférieur à 60 000 DH, le microcrédit ne peut être qu’une source de financement parmi d’autres, une ressource d’appoint qui permet soit de limiter l’endettement auprès d’autres créanciers, soit d’améliorer le logement (toit en dur, étage supplémentaire, revêtement de la façade). Dans certains cas, le microcrédit joue néanmoins un rôle déterminant : couvrant entre un à deux tiers du coût global, il décide l’adhésion au projet de recasement et le passage à l’acte. En revanche, son coût alourdit considérablement le prix total de l’accession à la propriété, avec des risques non négligeables de surendettement, compte tenu des charges mensuelles de remboursement auxquelles il faut ajouter celles de l’eau et de l’électricité que les ménages ne payaient pas en bidonville.

  • 8 Revenus mensuels atteignant 5 600 DH pour les ménages les mieux lotis, soit 2,8 € en moyenne par jo (...)

30Pour les ménages enquêtés à Karyan El Oued, l’endettement (microcrédit et autres) représente 20 à 70 % des revenus, avec des durées de remboursement comprises entre deux et dix ans. Alors que des familles disposaient de revenus relativement « confortables »8, certaines se retrouvent avec des ressources disponibles considérablement diminuées, souvent inférieures à un euro par jour et par personne. Le financement à crédit implique donc des sacrifices importants en termes de bien-être des familles, dont certaines basculent dans la pauvreté et sont susceptibles d’y rester pendant la durée de remboursement des dettes.

Les ménages insolvables et/ou en attente d’un prêt au logement

31Plusieurs cas de figure sont identifiés parmi les familles qui n’arrivent pas à payer la construction du nouveau logement.
• Une première catégorie concerne les ménages qui ont payé la parcelle et démoli la baraque, mais qui occupent un logement dit transitoire parce qu’ils n’ont pas les moyens de construire. Des familles sont poussées à partir (pression des responsables du projet, incitation implicite de l’entourage qui déménage) et ne prennent probablement pas le temps de réfléchir sérieusement à un plan de financement. Des ménages espèrent bénéficier d’un microcrédit, mais ils sont évincés faute de solvabilité ou ils sont inscrits sur la liste d’attente des demandeurs de prêts au logement : ils ont peu de capacités d’autofinancement et des revenus insuffisants par rapport aux critères de sélection des banques et des associations de microcrédit.
• Une deuxième catégorie concerne les ménages qui restent dans les baraques, y compris après avoir payé la parcelle. Conscients des difficultés de financement, ils ne franchissent pas le pas de la démolition et sont en attente d’un crédit logement.
• Le troisième cas de figure concerne les ménages qui revendent leur lot pour acheter un logement ailleurs, souvent dans un quartier non-réglementaire. S’ils réalisent une plus-value ou accèdent ainsi à un logement plus grand, c’est pour la majorité d’entre eux le seul moyen de quitter le bidonville tout en accédant à la propriété, aussi informelle soit-elle.

32Comment expliquer l’état d’avancement du projet de recasement Karyan El Oued et quels sont les facteurs de blocage ?

Projet de recasement Karyan El Oued : quelles contraintes ?

  • 9 De nombreuses personnes refusent de quitter un bidonville pour un autre site, surtout quand le site (...)

33Nous distinguerons trois principaux facteurs de blocage qui ralentissent le rythme de l’opération de recasement Karyan El Oued :
— la rigidité et la lourdeur des procédures : les nouvelles procédures visent à pallier les dysfonctionnements des interventions antérieures, mais elles débouchent sur de nouvelles contraintes ;
— la résistance9 au transfert, résistance qui concernait environ un cinquième de la population du bidonville Karyan El Oued en février 2007 ;
— la dimension financière du projet, du côté des bénéficiaires : insolvabilité des populations et inadéquation de l’offre de crédit par rapport aux besoins des ménages.

Problèmes récurrents des opérations de résorption des bidonvilles et « rigidification » des procédures : la genèse de nouvelles contraintes10

  • 10 Nous reprendrons ici une partie de l’analyse développée dans notre article « À la marge des marges (...)

34Nous pointerons ici les dérives récurrentes dans les actions de résorption des bidonvilles, ainsi que les limites des nouvelles procédures. Aujourd’hui, les modalités des opérations de recasement deviennent complexes et rigides, strictes et verrouillées, pour éviter les dysfonctionnements et les détournements constatés, et elles sont finalement porteuses de contraintes difficiles à éviter étant donné le passif en amont des dispositifs actuels (Tab. 2).

Tableau 2. Problèmes récurrents des projets de recasement

et définition de procédures génératrices de nouvelles contraintes.

Problèmes avant le PVSB

Procédures adoptées

dans le cadre du PVSB

Nouvelles

contraintes

Déficit de viabilisation

des terrains et d’équipement

des parcelles

Lotissements systématiquement

viabilisés et équipés

Coût pour

les personnes insolvables (malgré les subventions)

Recouvrement partiel auprès

des ménages bénéficiaires

des montants dus aux opérateurs de l’habitat

Conditionnalité

de l’aquittement

des montants dus

pour obtenir l’attestation d’attribution du lot

Coût pour

les personnes insolvables (malgré les subventions)

Les baraques n’étaient

pas systématiquement détruites après le transfert. D’autres familles s’y installaient et il était difficile ensuite de les déloger

sans les dédommager avec un lot

a) Le fichier

de recensement

est le document de base pour déterminer la liste des ménages bénéficiaires

b) Obligation de détruire la baraque

avant d’obtenir l’attestation d’attribution

a) Le fichier

de recensement

peut être contesté (problèmes familiaux, litiges entre voisins)

b) Logement temporaire

après la démolition de la baraque

(coût du loyer)

Des baraques

étaient construites

sur les lots de recasement

Obligation de valoriser

son lot (construire une maison) avant de l’occuper

Logement transitoire,

coût d’une location temporaire (loyer)

« Glissement » : vente du lot

par le bénéficiaire

Interdiction de revendre

le lot avant 5 à 10 années

Règle contournée

(avec des moyens légaux)

35Le lancement d’une opération de recasement est souvent motivé par des enjeux de reconquête foncière et des préoccupations d’aménagement et d’esthétique urbains sur des sites convoités (F. Navez-Bouchanine, 2002). L’objectif des pouvoirs publics consistait à récupérer le terrain du bidonville sans nécessairement veiller au recouvrement des contributions financières des ménages. Quand les parcelles étaient livrées gratuitement, elles n’étaient ni viabilisées ni équipées : on remplaçait un bidonville par un autre. Quand les lots étaient payants, des spéculateurs se substituaient aux attributaires qui ne pouvaient pas financer l’acquisition de la parcelle et la construction de la maison : les personnes très pauvres vendaient leur lot pour acheter un logement dans un quartier clandestin et certaines retournaient en bidonville. Des ménages favorisés bénéficiaient de plusieurs lots (alors qu’ils n’étaient pas toujours les plus nécessiteux), les baraques n’étaient pas systématiquement démolies et d’autres familles s’y installaient ; enfin, des bidonvillois refusaient de quitter le site où ils étaient habitués à vivre et ils estimaient que le recasement devait être gratuit (pour compenser la démolition de la baraque et le transfert).

36Dans le contexte du PVSB, plusieurs mesures sont prises pour mettre fin aux dérives constatées par le passé, mais elles sont finalement porteuses de nouvelles contraintes :
a) Le document de base pour déterminer la liste des ayants droit est le fichier de recensement des bidonvilles. Il y a théoriquement une parcelle de recasement prévue par baraque dénombrée, or il y a souvent plusieurs ménages par baraque, des baraques sont subdivisées en plusieurs logements, les situations familiales changent entre l’année du recensement et celle du recasement. Finalement, le fichier de recensement demeure un frein à l’adhésion des ménages bidonvillois bénéficiaires d’une opération de recasement.
b) Les bénéficiaires des lots de recasement doivent obligatoirement démolir la baraque avant de pouvoir bâtir sur la parcelle attribuée et d’abord construire la maison avant de l’habiter. Les familles passent donc par un logement transitoire, une location dite temporaire, après le bidonville et avant la maison. Or les personnes pauvres ne peuvent pas à la fois payer un loyer mais aussi supporter le coût de l’accession à la propriété, alors des ménages insolvables vendent leur lot (phénomène de glissement).
c) Pour éviter les impayés, le recouvrement des montants dus aux opérateurs de l’habitat est exigé des attributaires des parcelles avant qu’ils ne puissent commencer à construire leur maison. Or des personnes sont trop pauvres pour épargner : elles sont dans l’incapacité de débourser les sommes exigées malgré les subventions.

Résistance des bidonvillois au transfert décidé par l’administration

37En général, dans les opérations de résorption des bidonvilles, il y a des ménages qui résistent au transfert décidé par l’administration : ils refusent de quitter un site initial pour un lotissement plus enclavé. Cette résistance s’explique par plusieurs facteurs :
— la volonté de construire un logement in situ en raison des habitudes, de l’accessibilité du bidonville et des emplois à proximité, pour ne pas être relégué « dans le désert » (F. Navez-Bouchanine, 2002) ;
— la crainte de ne pas disposer de revenus suffisants pour bâtir une maison ;
— la peur de l’inconnu et la violence psychologique du transfert d’un lieu à un autre ;
— l’ouverture d’une marge de négociation avec les autorités locales pour obtenir des faveurs à travers l’attribution des lots (dans un contexte où les habitudes de clientélisme local sont encore vivaces) ;
— les problèmes familiaux (par exemple, des disputes pour l’héritage d’une parcelle de recasement).

38L’opération Karyan El Oued est présentée comme un recasement in situ : oui, mais uniquement pour 75 % des ménages. Il s’agit plus précisément d’une opération « tiroir » : l’essentiel du recasement se fait en partie sur le même site (Tab. 3), ce qui exige que les déplacements de populations se fassent par tranches successives (Fig. 1). Le recasement in situ permet de limiter les résistances au transfert (désocialisation, perte d’emploi, etc.), mais il n’a pas pu être réalisé pour l’ensemble des familles du bidonville : le quart d’entre elles sont recasées à plusieurs kilomètres du site initial.

Tableau 3. Karyan El Oued : ménages transférés et ménages recasés in situ.

Sites d’accueil

Sites initiaux

Nombre

de lots

de recasement

Nombre

de lots

sur le Site 1

Nombre

de lots

sur le Site 3 (transferts)

Ménages transférés/ total des ménages

(en %)

Ménages transférés/ total des ménages transférés

(en %)

Site 2 (transfert

au Site 3)

214

0

214

100,0

80,0

Site 1

Tranche 1 (recasement in situ)

533

469

34

6,5

12,5

Site 1

Tranche 2 (recasement in situ)

349

329

20

5,5

7,5

Total

1 096

798

268

24,5

100,0

Source : Données mises à disposition par l’ONG ENDA-Maghreb.

Figure 1. Le recasement de Karyan El Oued : une opération « tiroir ».

Figure 1. Le recasement de Karyan El Oued : une opération « tiroir ».

Conception : J. Le Tellier. Réalisation : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

39La résistance au transfert est nettement plus prononcée pour les familles devant déménager au site d’accueil éloigné dit « Site 3 ». En mars 2007, la proportion de ménages ayant procédé au tirage au sort est de 68 % pour les familles qui restent sur le site initial, tandis qu’il descend à 44 % pour celles devant s’installer au Site 3. Le taux de réussite exprimé par le rapport entre le nombre de logements bâtis et le nombre de parcelles disponibles, 29 % au Site 1 (recasement in situ), descend à 15 % au Site 3 enclavé aux marges de l’agglomération. Les ménages recasés in situ sont donc bien moins réticents au changement, même si le coût des parcelles est plus attractif au Site 3 (environ 30 % meilleur marché).

40La question des ayants droit est un autre sujet brûlant qui explique la résistance des bidonvillois à l’adhésion au projet de recasement. La liste officielle des ayants droit est « gravée dans le marbre » : il y a théoriquement une parcelle de recasement prévue par baraque dénombrée. Or, ce mode d’attribution ne tient pas compte de l’ensemble des modifications socio-démographiques qui ont eu lieu depuis le recensement (regroupement de plusieurs ménages dans une même baraque ou, au contraire, morcellement d’une parcelle et déménagements). Au total, plus d’un lot sur dix est attribué à deux ménages au moins, ce qui est évidemment problématique et génère des tensions difficiles à résoudre.

41In fine, en raison des contraintes liées au transfert (éloignement du site d’accueil, problèmes d’accès aux transports collectifs et aux équipements de proximité, perte d’activités et de lieux de sociabilité à cause du déménagement), mais aussi de revenus insuffisants pour acquérir la parcelle et bâtir, 99 ménages du Site 2 sur un total de 214 n’avaient entrepris aucune démarche au 7 mars 2007 (Tab. 3).

42Enfin, la dimension financière considérée du côté des habitants figure parmi les principaux facteurs de blocage du projet de recasement Karyan El Oued. Si des mécanismes financiers tel que le microcrédit sont prévus pour faciliter l’accès à la propriété, ces nouveaux instruments ne concernent actuellement que la partie la plus solvable de la population bidonvilloise.

Dimension financière du projet du côté des bidonvillois recasés : des besoins de financement importants, mais une solvabilité limitée

43Dans les opérations de recasement, la demande de crédit logement est forte et les attentes sont importantes de la part des bénéficiaires : achat de la parcelle subventionnée (environ 20 000 DH), construction du logement (au moins 40 000 DH pour une « unité de base », c’est-à-dire les fondations et le rez-de-chaussée, et bien souvent plus de 100 000 DH pour une maison bâtie dans les règles de l’art avec le confort minimum), surcoûts (autorisation de construire, branchements eau et électricité, enregistrement du titre foncier). L’autoconstruction permet à certains ménages de limiter les coûts, mais ce cas de figure est plus l’exception que la règle.

44L’équation est d’autant plus difficile à résoudre que les capacités de remboursement sont faibles. Pour les populations bidonvilloises, bien que les appréciations soient variables selon les études monographiques — en fonction des spécificités de chaque site et des méthodes d’enquêtes —, les mensualités de remboursement relatives à un prêt au logement peuvent rarement dépasser 1000 DH : elles sont généralement estimées dans une fourchette comprise entre 300 et 700 DH (le SMIC étant d’environ 1 800 DH par mois).

45Ainsi, la Figure 2 ci-dessous présente l’évolution des différentes étapes du transfert pendant une année (février 2006-février 2007) et son analyse met en lumière des blocages liés à une insuffisance évidente de moyens financiers.

Figure 2. Recasement de Karyan El Oued : données chiffrées.

Figure 2. Recasement de Karyan El Oued : données chiffrées.

Source : ENDA-Maghreb.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

46D’une part, l’écart entre les « tirages au sort-attributions des parcelles » et les « démolitions de baraques » diminue (Fig. 2), ce qui signifie que les familles ont tendance à démolir leur baraque plus rapidement : cette accélération résulte à la fois d’un effet d’entraînement — on voit les autres familles s’installer ailleurs — et d’une pression de plus en plus forte de la part des opérateurs et des autorités.

47D’autre part, l’écart entre les « démolitions de baraques » et les « constructions de logements » ne cesse de croître (Fig. 2) : les familles sont de plus en plus nombreuses à avoir démoli leur baraque sans pour autant avoir construit le nouveau logement, ce qui reflète le problème du financement de la construction, tout en posant la contrainte de charges financières accrues (paiement d’un loyer pour un logement transitoire).

48Finalement, les résultats de l’opération de recasement sont certes meilleurs lorsqu’il n’y a pas transfert de population d’un site initial vers un site plus enclavé, ceci depuis l’adhésion des habitants jusqu’à la phase finale du projet (Tab. 1). Néanmoins, même pour les recasements in situ, on observe des contraintes parmi lesquelles figure l’accès aux mécanismes de financement du logement.

49Dans ces conditions, les bidonvillois représentent une clientèle potentielle pour les associations de microcrédit : le taux de bancarisation des ménages marocains était de 25 % au 31 décembre 2006 (d’après Bank Al Maghrib) et il reste insignifiant dans les bidonvilles.

Potentialités et limites du microcrédit à Karyan El Oued

50L’intervention des associations marocaines de microcrédit dans le domaine du logement est récente : ce n’est qu’en 2004 que la législation leur reconnaît le droit de financer ce type d’activités. La collecte d’épargne étant réservée aux institutions financières stricto sensu, cette intervention est limitée au microcrédit plafonné à 50 000 DH. Et, pour des raisons de pérennité financière imposées là encore par la législation, les associations de microcrédit ont une approche que l’on peut qualifier de commerciale (méthodes sophistiquées de vérification de la solvabilité des ménages et de gestion des risques d’impayés).

51Quatre organisations marocaines (Al Amana, Zakoura, la Fondep et la Fondation Banque Populaire pour le microcrédit/FBPMC) concentrent 90 % du marché du microcrédit, essentiellement urbain (55 % au 31 décembre 2007 d’après les données de la Fédération Nationale des Associations de Microcrédit du Maroc). Notons que la part du microcrédit logement est encore minoritaire dans le portefeuille de ces organisations : par exemple, en avril 2008, Al Amana compte environ 494 000 clients dont 40 000 seulement pour les microcrédits logement.

52Deux associations de microcrédit interviennent à Karyan El Oued : la FBPMC et Al Amana. C’est sur cette dernière que notre étude se focalise.

Distance entre l’offre de microcrédit logement et les besoins des bidonvillois

  • 11 Types de projets financés par les prêts individuels au logement d’Al Amana : acquisition d’un lot é (...)

53Le prêt individuel au logement Al Amana est expérimenté prudemment auprès d’une frange de la clientèle relativement aisée, notamment des petits fonctionnaires qui, pour être fonctionnaires, n’en sont pas moins exclus du prêt bancaire. Au moment de nos investigations de terrain, l’association cherchait à élargir ses services à la population des bidonvilles, moins aisée et moins connue des agents de terrain, mais nos observations montrent que la solution microcrédit est encore difficile à mettre en œuvre dans les opérations de recasement et pour ce type de clientèle. Au-delà d’un décalage entre les services proposés11 et les besoins des ménages bidonvillois, l’offre et la demande ne se rencontrent pas aussi aisément qu’on l’attendait initialement.

54À la fin février 2007, quasiment 18 mois après le lancement du projet de recasement, Al Amana comptait six clients ayant contracté un prêt individuel au logement à Karyan El Oued ; ces personnes ont obtenu le microcrédit leur logement déjà construit, pour des travaux complémentaires. De plus, 23 prêts ont été accordés en février et mars 2007 par la FBPMC, après une année de concertation avec les acteurs impliqués dans le projet et la signature d’une convention tripartite avec Al Omrane et la Préfecture. Le tiers de ces microcrédits a été accordé à des personnes ayant déjà construit leur maison (pour financer des finitions néanmoins pas superflues : par exemple, un toit en dur assure évidemment une meilleure étanchéité des logements qu’un toit en zinc). Pour le projet Karyan El Oued, le traitement d’une dizaine de dossiers de demande de microcrédit à la FBPMC prend au moins quinze jours : à ce rythme, il faudrait quinze mois pour satisfaire la première liste de 300 demandeurs établie en février 2007 !

  • 12 Les personnes qui n’ont pas de garant personnel ni de fonds de commerce à nantir ou de compte banca (...)

55Quand il est mobilisé, le microcrédit logement est généralement associé à d’autres ressources car les garanties minimum permettent d’obtenir uniquement des petits montants : 5 000 DH pour un premier prêt Al Amana avec la signature personnelle comme garantie12.

56Enfin, la promotion des dites activités génératrices de revenu et le développement du petit entreprenariat à travers le microcrédit est difficilement compatible avec les prêts au logement en raison des risques de surendettement (endettement croisé par cumul de prêts).

Limites actuelles du microcrédit logement dans les opérations de recasement

57L’offre de services des organismes de microcrédit présente des contraintes d’ordre interne et externe par rapport aux besoins des bidonvillois recasés.

58Par rapport à l’absence ou l’insuffisance de garanties matérielles et aux capacités de remboursement limitées (deux problèmes récurrents qui expliquent la réticence des banques à l’égard de ce type de demande), les organismes de microcrédit usent de divers mécanismes incitatifs : remboursements réguliers permettant de construire une relation de confiance, montants progressifs pour tester au cours du temps la solvabilité et la bonne foi de l’emprunteur, groupes de caution solidaires, etc. Ainsi, le microcrédit désigne par définition des prêts de faibles montants qui, dans le domaine du logement, le rendent surtout adapté à l’habitat évolutif (construction progressive, par étapes), ce qui est exclu ici du fait des règlements d’urbanisme et de construction ; l’autoconstruction évolutive qui se contenterait de plusieurs prêts successifs est difficilement compatible avec les règles urbanistiques.

59Généralement, les modalités des microcrédits logement (montants et durées) sont inadéquates par rapport aux besoins. Les personnes ont besoin de beaucoup et d’un seul coup, or les microcrédits portent sur de petits montants et sur des durées relativement courtes. Le plafond est fixé à 50 000 DH par la législation, mais l’association Al Amana est nettement en deçà avec des prêts d’environ 10 000 DH sur 19 mois en moyenne (données d’avril 2007 ; à titre de comparaison, le montant moyen des prêts de la Fondation Zakoura était de 5 000 DH en avril 2007). Dans ces conditions, 85 % des microcrédits logement Al Amana portent sur des projets d’amélioration de logements existants et non sur la construction ou l’acquisition. Compte tenu de la faible capacité d’endettement des ménages et de leur demande conséquente de financement, seul un allongement de la durée des prêts pourrait répondre aux besoins des bidonvillois et rendre éligible les plus pauvres, mais les associations de microcrédit ne s’impliquent pas (encore) sur le moyen terme.

60De plus, les associations de microcrédit sont tenues de respecter la réglementation : l’investissement d’une nouvelle niche ne doit pas remettre en cause leur équilibre comptable. Bien que ce soit le seul moyen de respecter les contraintes de pérennité financière imposées là encore par la législation, le taux d’intérêt du microcrédit est relativement élevé (généralement plus du double de celui des banques : 12,5 % annuel pour Al Amana), grevant d’autant les charges de remboursement des ménages.

61Enfin, la population bidonvilloise présente des risques inédits pour les associations de microcrédit. Intervenir dans des projets de recasement et de relogement soulève la question fondamentale des relations de confiance avec les populations. Or plusieurs facteurs rendent la construction de ces relations de confiance a priori difficile ; nombre d’opérations de résorption des bidonvilles présentent des antécédents fâcheux, avec plusieurs tentatives et échecs successifs, des familles ayant parfois payé sans avoir jamais récupéré leur dû. Sans aller jusqu’au déguerpissement manu militari des années 1960, certaines méthodes musclées sont utilisées par les pouvoirs publics pour accélérer le transfert des populations, ce qui peut nuire à la légitimité des autres intervenants. Inversement, si l’État venait à faire don de logements aux personnes dites insolvables absolues, les ménages endettés risqueraient de rechigner à rembourser leur microcrédit.

Articulation entre microcrédit logement et accompagnement social : des partenariats locaux complexes en raison de la multiplicité des intervenants

62Généralement, la diversité des parties prenantes impliquées dans les projets de recasement (Al Omrane, opérateurs sociaux, élus et agents de l’autorité locale, associations de quartier) a pour effet d’opacifier le déroulement des procédures et de ralentir la transmission d’informations. La multiplicité des intervenants brouille la visibilité des populations qui peuvent éprouver des difficultés à identifier les responsabilités respectives des différents acteurs.

63Pour le cas étudié, rappelons qu’ENDA-Maghreb est un acteur incontournable à Karyan El Oued : cette ONG milite dans ce bidonville depuis 1993 et c’est l’opérateur social mandaté par Al Omrane. L’ONG dispose de facto d’un monopole de l’action associative sur le terrain. Elle jouit d’une légitimité incontestable tant auprès de la majeure partie des habitants que de l’administration, excepté les élus locaux avec qui les tensions sont récurrentes (compétition vis-à-vis de la régulation sociale de proximité et, partant, concurrence sur le pouvoir local).

64Forte de cette légitimité, ENDA-Maghreb souhaite disposer d’un droit de regard sur l’ensemble des actions menées et des acteurs susceptibles d’intervenir sur le site, en avançant plusieurs arguments : assurer la coordination de l’ensemble des opérations, éviter les rumeurs car « une étincelle peut entraîner une traînée de poudre » (responsable de l’équipe locale d’ENDA-Maghreb à Karyan El Oued), préserver la relation de confiance péniblement établie avec les populations.

65Dans ce contexte, l’ONG propose plusieurs modalités d’intervention qu’Al Amana perçoit comme des contraintes : synergie et collaboration entre les associations de microcrédit pour éviter les risques d’endettement multiple des clients, droit de regard sur la sélection des clients, alignement des taux d’intérêt avec ceux de la FBPMC déjà active à Karyan El Oued, et, enfin, élargissement de l’offre à des prêts destinés à la promotion des activités génératrices de revenu. L’ensemble de ces requêtes, en particulier celles mettant directement en cause le fonctionnement d’Al Amana (sélection des clients, fixation du taux d’intérêt, nature de l’offre), a pour principal effet d’exacerber la frilosité de l’association de microcrédit à l’égard de cette clientèle nouvelle et risquée.

Conclusion

66Le positionnement d’Al Amana dans le domaine du logement se contente pour le moment de « petits microcrédits » auprès d’une clientèle méticuleusement sélectionnée en fonction de ses capacités de remboursement. La grande majorité des prêts portent sur des projets d’amélioration des logements : il s’agit très exceptionnellement de faciliter l’accession à la propriété dans les lotissements de recasement et les complexes de (re)logements sociaux. Cette stratégie relève d’une volonté de maîtrise des risques et de fidélisation progressive d’une nouvelle clientèle.

  • 13 Difficultés pour répondre à des besoins croissants, nouveaux postes de dépenses qui pèsent sur les (...)

67Plus largement, les dispositifs d’ingénierie sociale sont généralement définis en fonction de connaissances souvent approximatives des populations et d’une sous-estimation de certaines réalités locales. La mise en œuvre montre rapidement un décalage entre les objectifs et leur portée, entre l’offre de services préalablement définie en réunion et les besoins formulés sur le terrain. S’en suivent des modifications en cours de route : les instruments destinés aux populations pauvres sont transformés, les objectifs et les critères d’éligibilité sont redéfinis. De ces ajustements successifs, il ressort souvent un report de la cible pauvre vers les catégories sociales intermédiaires — le bas de la classe moyenne néanmoins en situation de vulnérabilité13 — et non pas des tentatives d’adaptation aux besoins et aux capacités des populations pauvres.

  • 14 Évidemment éloignés du structuralisme, peut-être davantage inspirés par l’individualisme méthodolog (...)

68Cette mécanique récurrente démontre, s’il en est besoin, le caractère souvent illusoire des approches par les « capabilités » (A. Sen, 2000) pour lutter contre la pauvreté14. Normatif, le volontarisme marchand (préconisant la mobilisation de ressources locales et le consentement à payer en vertu de la logique néolibérale) et le principe de l’individu entrepreneur de lui-même ne résistent pas à l’épreuve des faits. Ainsi, parce que la culture main stream de la participation (à la fois citoyenne mais aussi marchande) reste à construire ex nihilo au Maroc, il serait intéressant d’observer comment elle va se décliner et s’articuler avec la structure des traditions et son système de protection qui fonctionne encore, au royaume chérifien, sur le mode de l’allégeance aux puissants.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anselme M., 2000, « Situation d’expertise et intervention sociologique : le cas des “maîtrises d’œuvres sociales” », communication à la table ronde du CRESAL, Situations d’expertise et socialisation des savoirs (Saint-Étienne, 14-15 mars 1985), pp. 99-110, in Anselme M. (recueil de textes), Du bruit à la parole. La scène politique des cités, La Tour-d’Aigues, L’Aube, coll. « Essai ».

Destremau B. et al. (sous la dir. de), 2004, Dynamique de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Paris/Tours, Karthala/URBAMA, 520 p.

Durand-Lasserve A., 1986, L’exclusion des pauvres dans les villes du Tiers-monde, Paris, L’Harmattan, 198 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Iraki A., 2006, « L’organisation des solidarités dans des territoires en construction : quartiers restructurés au Maroc », Espaces et sociétés, n° 127 : « Pratiques solidaires en ville », pp. 63-77.
DOI : 10.3917/esp.127.0063

Legros O. (sous la dir. de), 2008, Participations citadines et action publique. Dakar, Rabat, Cotonou, Tunis, Jérusalem, Sanaa, Gap, Y. Michel Éd., coll. « Société civile » et Paris, Adels, avec le soutien de CITERES-EMAM.

Le Tellier J., 2008, « À la marge des marges urbaines : les derniers bidonvilles de Tanger (Maroc). Logique gestionnaire et fonctionnement des bidonvilles à travers les actions de résorption », Autrepart, n° 45 1/2008 (La ville face à ses marges), Paris, IRD/Armand Colin, pp. 157-172.

Miras (de) C. (sous la dir. de), 2005, Intégration à la ville et services urbains au Maroc, Rabat, INAU-IRD.

Navez-Bouchanine F., 2002, Les interventions en bidonville au Maroc. Une évaluation sociale, Rabat, ANHI.

Navez-Bouchanine F., 2003, « Les chemins tortueux de la démocratie dans les interventions en bidonville au Maroc », Espace et Société, n° 112 (Ville et démocratie), pp. 59-81.

Navez-Bouchanine F. (sous la dir. de), 2004, « La maîtrise d’ouvrage sociale au Maroc : un état des lieux », Rabat, Al Maouil, Les Cahiers d’Al Omrane, n° 19-20.

Royaume du Maroc et Banque Mondiale, juin 2006, Programme « Villes Sans Bidonvilles ». Rapport final de l’analyse d’impact social et sur la pauvreté.

Royaume du Maroc, Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, 2004, Programme Villes Sans Bidonvilles 2004-2010. Orientations stratégiques et programmation, Rabat.

Royaume du Maroc, Secrétariat d’État à l’Habitat, 2002, Habitat insalubre au Maroc. 1) Maîtrise d’ouvrage sociale dans les opérations de résorption (Actes de l’atelier du 20 et 21 mars 2001). 2) Travaux préparatoires pour de nouvelles approches, Rabat.

Sen A., 2000, Development as freedom, Oxford, Oxford University Press.

Toutain O. (avec la coll. de Le Tellier J.), 2008, Bilan. Évaluation du dispositif d’accompagnement social dans les opérations de résorption de l’habitat insalubre. Rapport provisoire, Holding d’aménagement Al Omrane-Cities Alliance (Programme Villes Sans Bidonvilles).

Haut de page

Notes

1 Le recasement est un mode opératoire de résorption des bidonvilles. Il consiste à aménager des lotissements destinés à accueillir les familles bidonvilloises transférées sur des parcelles de terrain, en principe viabilisées et équipées. Les attributaires bénéficient des subventions de l’État pour l’acquisition des lots (la parcelle à bâtir leur revient à environ 10 % par rapport au prix du marché).

2 L’étude post-doctorale « Ingénierie sociale urbaine et résorption des bidonvilles au Maroc : l’accompagnement social et le microcrédit logement » (Programme Boursiers Français à l’Étranger du Ministère des Affaires étrangères, 2006-2007) correspond au volet maghrébin d’une approche internationale La démocratisation de la solidarité et des pratiques économiques comme mode de développement durable (Ministère de la Recherche et Caisse des Dépôts et Consignations, 2005-2008).

3 L’association marocaine Al Amana est classée parmi les vingt premières institutions de microfinance dans le monde. En septembre 2007, dix années après sa création, ce « mastodonte » du microcrédit compte environ 453 000 clients, dont 30 000 pour les prêts au logement, et 2 300 agents répartis entre 430 agences. D’après la Fédération Nationale des Associations de Microcrédit du Maroc, au 31 décembre 2007, le microcrédit représente 6 700 emplois et plus de 1 350 000 clients actifs, avec un encours moyen par prêt de 4 138 DH (1 DH marocain = 0,09 € en mars 2009).

4 Nous reprendrons ici une partie de la réflexion développée dans le texte cosigné avec I. Guérin « “Participation”, accompagnement social et microcrédit pour la résorption des bidonvilles au Maroc », soumis à évaluation, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, Bordeaux.

5 Le holding d’aménagement Al Omrane est une entreprise nationale née de la fusion en 2004 de trois opérateurs sous tutelle du Ministère de l’Habitat (OST, établissements publics) : l’ANHI (Agence Nationale de Lutte contre l’Habitat Insalubre), la société Attacharouk (Société d’aménagement, de construction et de promotion immobilière pour l’habitat social à Casablanca) et la SNEC (Société Nationale d’Équipement et de Construction). Al Omrane récupère les ÉRAC (Établissements Régionaux d’Aménagement et de Construction) en 2007. Doté d’un Directoire et d’un Conseil de surveillance au niveau central, cette société, mère de sept filiales régionales (Sociétés Anonymes), prépare son entrée en bourse pour 2009. Le groupe Al Omrane est le principal opérateur à qui sont confiés des projets de résorption des bidonvilles par le Ministère de l’Habitat (avec les subventions du Fonds Social de l’Habitat alimenté par les taxes sur les ciments).

6 D’une part, le CMP, dont les réunions sont semestrielles, regroupe le Gouverneur de la Préfecture de Salé (tutelle du Ministère de l’Intérieur), le Délégué du Ministère de l’Habitat (Responsable du PVSB à l’échelle locale), le Directeur de l’Agence Urbaine qui doit veiller à la conformité des plans de lotissement et de construction aux plans d’aménagement urbain homologués, le Chef de projet Al Omrane et le Chef de projet ENDA-Maghreb. D’autre part, le COS regroupe le Chef de cercle (Sous-Préfet), un représentant de l’Arrondissement de Laâyayda (élu), un représentant de la Délégation du Ministère de l’Habitat, les Chefs de projet Al Omrane et ENDA-Maghreb. Le COS se réunit une fois par semaine pour étudier l’état d’avancement du projet, examiner les dossiers administratifs des bénéficiaires et procéder aux séances de tirage au sort des numéros de parcelles. Les problèmes sont discutés à huis clos, puis avec des bénéficiaires convoqués (problèmes familiaux et de voisinage quant à la personne attributaire du lot, problèmes liés aux plans de construction, à l’équipement et à l’avancement des travaux, aux prix des autorisations de construire, etc.).

7 Vente des parts de l’héritage sur des terrains familiaux dans les communes rurales d’origine.

8 Revenus mensuels atteignant 5 600 DH pour les ménages les mieux lotis, soit 2,8 € en moyenne par jour et par personne ou encore trois SMIC pour une famille de six personnes. Néanmoins, parmi les ménages enquêtés, les plus pauvres survivent avec moins de 1 200 DH par mois, soit moins d’un euro par jour et par personne, avant l’endettement relatif à l’accès au logement.

9 De nombreuses personnes refusent de quitter un bidonville pour un autre site, surtout quand le site d’accueil est enclavé : elles ne suivent pas les procédures en signe de protestation. Cette résistance et le dilemme « partir ou rester » s’explique par plusieurs facteurs d’ordre politique, économique, social, culturel et psychologique (F. Navez-Bouchanine, 2002).

10 Nous reprendrons ici une partie de l’analyse développée dans notre article « À la marge des marges urbaines : les derniers bidonvilles de Tanger (Maroc). Logique gestionnaire et fonctionnement des bidonvilles à travers les actions de résorption », Autrepart, n° 45, 1/2008, pp. 157-172.

11 Types de projets financés par les prêts individuels au logement d’Al Amana : acquisition d’un lot équipé (recasement de bidonvilles), construction d’une unité de base (fondations et rez-de-chaussée), extension et amélioration d’un logement existant, achat d’un logement social ; montants nets : de 1 000 à 48 000 DH ; durées de remboursement : de 6 mois à 7 ans ; taux d’intérêt : 12,5 % ; garanties : signature personnelle, garant personnel, nantissement de fonds de commerce, billet à ordre.

12 Les personnes qui n’ont pas de garant personnel ni de fonds de commerce à nantir ou de compte bancaire, ce qui très est souvent le cas dans les bidonvilles, peuvent avoir recours au nantissement de biens, mais le mobilier n’a jamais beaucoup de valeur dans une baraque. Sinon, elles pourront envisager la « signature personnelle » (et celle du conjoint), mais cette garantie limite le montant du premier prêt à 5 000 DH. D’après Al Amana, en 2004, « dans 88 % des cas, la garantie appliquée était la signature du client et/ou celle du conjoint ». Ce n’est qu’à partir du troisième prêt, donc après une phase de fidélisation du client, que la signature personnelle permet d’obtenir 15 000 DH maximum, ce qui reste insuffisant pour couvrir les coûts de construction d’une maison.

13 Difficultés pour répondre à des besoins croissants, nouveaux postes de dépenses qui pèsent sur les budgets des ménages, nouveaux besoins dans un contexte de vie chère : les coûts du foncier, de l’immobilier, des matériaux de construction, des transports, etc., augmentent en même temps que les demandes de services (santé et éducation dans les établissements privés face aux déficiences du secteur public, téléphonie mobile, Internet, etc.).

14 Évidemment éloignés du structuralisme, peut-être davantage inspirés par l’individualisme méthodologique (s’inscrivant dans les théories néoclassiques, les principes néolibéraux et la logique marchande) que par la théorie des conventions (qui tend à nuancer la rationalité des comportements individuels, en resituant l’entreprise individuelle et l’appartenance de l’individu au sein des collectifs, en redonnant de l’importance aux institutions et aux principes de régulation et de réciprocité), l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) lancée en 2005 par le roi du Maroc et le Programme Villes Sans Bidonvilles se démarquent à la fois de l’assistance et de la charité providentielles mais aussi d’interventions directes de l’État, en associant les acteurs locaux et la société civile aux décisions, en leur confiant des responsabilités et en sollicitant leur participation et leur esprit d’initiative. L’heure est à la responsabilisation des individus, la mobilisation des groupes sociaux pour accompagner les populations pauvres à se prendre en charge. Sous l’influence des recommandations du PNUD, elles-mêmes orientées par les théories d’A. Sen, il s’agit de promouvoir l’égalité des chances en élargissant les possibilités offertes à chacun en matière de droits et d’opportunités. Ainsi, l’univers des possibles doit s’ouvrir aux individus grâce à une politique de valorisation du capital humain… L’INDH et le PVSB font référence à un nouveau mode de gouvernance (décentralisation des décisions, mobilisation de ressources à l’échelle locale, allocation des deniers publics en fonction de la pertinence des projets portés par les groupes locaux) et mettent à l’honneur tant le marché (à travers l’entreprenariat et l’empowerment, la promotion des dites activités génératrices de revenu, les principes de recouvrement des coûts et de consentement à payer) que l’implication de la société civile dans les processus de décision via des structures délibératives et des espaces publics de participation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le recasement de Karyan El Oued : une opération « tiroir ».
Crédits Conception : J. Le Tellier. Réalisation : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/248/img-1.png
Fichier image/png, 190k
Titre Figure 2. Recasement de Karyan El Oued : données chiffrées.
Légende Source : ENDA-Maghreb.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/248/img-2.png
Fichier image/png, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Le Tellier, « Accompagnement social, microcrédit logement et résorption des bidonvilles au Maroc », Les Cahiers d’EMAM, 17 | 2009, 55-70.

Référence électronique

Julien Le Tellier, « Accompagnement social, microcrédit logement et résorption des bidonvilles au Maroc », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://emam.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Julien Le Tellier

Géographe, Post-doctorant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page