Navigation – Plan du site

Réformes institutionnelles récentes, refontes politico-administratives des territoires et nouvelles formes de gouvernance urbaine

Aziz Iraki et Mohamed Tamim
p. 85-114

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la périphérie Sud de casablanca, un terrain de choix pour l’étude des territorialités des populations résidentes

  • 1 Ces stages ont été coordonnés par Aziz Iraki et ils ont été encadrés par lui-même et ses collègues (...)

1Durant les années 2004-2006, la périphérie Sud de Casablanca a servi de terrain d’expérimentation privilégié pour les promotions successives d’étudiants de l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat qui, sous la conduite d’une petite équipe de chercheurs de cet établissement, y ont effectué des stages visant à appréhender les pratiques et les représentations des populations qui y vivaient, ainsi qu’à cerner leurs territorialités1.

2Avant d’aborder ce qui fait l’objet particulier de cet article, à savoir les modalités sociales d’organisation collective et la constitution d’élites de proximité, il nous a semblé nécessaire de rappeler quelques-unes des principales caractéristiques des quartiers concernés.

  • 2 Les pourcentages fournis ici sont issus des rapports de stage des étudiants. Ils sont calculés à pa (...)

3En premier lieu, ils rendent compte, dans leur ensemble, d’un phénomène largement partagé par les grandes métropoles du monde arabe (Le Caire, Alger, Tunis, etc.), à savoir l’ampleur du processus de mobilité résidentielle qui porte une partie des populations urbaines de la métropole vers ses périphéries, un processus alimenté par le très fort désir d’accès à la propriété et qui trouve, au moins pour les habitants les moins solvables, les conditions de sa réalisation dans les quartiers non réglementaires. À titre d’exemple, entre 60 et 75 % des habitants des périphéries casablancaises étudiées (Lahraouyine, Lamkansa, Bguiryine, Hmar) résidaient antérieurement dans les Préfectures de Moulay Rachid/Sidi Othman et Aïn Chock, tandis que moins de 30 % sont des migrants originaires de zones rurales (principalement celles les plus proches de Casablanca, appartenant donc aux Provinces de Settat ou d’El Jadida)2.

  • 3 À Lahraouyine, ces catégories représentent ensemble 32 % des actifs enquêtés.
  • 4 Toujours à Lahraouyine, ces catégories représentent 27 % des actifs enquêtés.

4Deuxième constat : la majeure partie des habitants enquêtés voit dans son installation dans ces quartiers « illégaux » une certaine promotion sociale, du fait de son accès à la propriété. Il convient bien sûr de rappeler que la plupart de ces personnes se situent dans les catégories des bas revenus, et travaillent comme ouvriers, manœuvres ou dans l’informel (petits métiers) quand ils ne sont pas au chômage3 ; néanmoins, une fraction non négligeable d’entre elles appartient ou peut être rattachée aux couches moyennes — du moins à leur strate inférieure —, comme c’est le cas des chauffeurs, retraités, petits commerçants, etc.4. Seule donc une mince frange de la populations de ces quartiers, celle qui correspond à la partie supérieure d’une couche moyenne en difficulté et qui a, en outre, un long passé urbain, considère son installation dans ces quartiers comme traduisant un reclassement social par le bas et refuse la « mise à niveau » du quartier.

5Dans des quartiers de ce type — c’est-à-dire construits par les populations elles-mêmes, qui partagent des conditions de vie difficiles liées en partie au faible équipement —, les populations résidentes s’impliquent fortement pour améliorer leur équipement et elles se distinguent nettement, sur ce point, de celles qui habitent, après transfert plus ou moins contraint, dans des cités de recasement, telles que la cité Massira étudiée en 2004 par A. Rachik (2004). Celui-ci y avait en effet recensé 56 % de chefs de ménage originaires des bidonvilles, en même temps qu’il avait constaté que 66 % se disaient insatisfaits de leur logement et projetaient en conséquence un futur départ.

6En troisième lieu, au plan politique, le désir d’intégration à la ville des habitants, allié à la conscience accrue de leur droit aux services publics, fait de ces populations un enjeu politique majeur. En suivant les analyses de P. Haenni (2001), on peut alors considérer que l’approche duale de la pratique politique, qui balance entre les deux pôles que sont, d’un côté, la culture de régulation de type clientéliste et, de l’autre, l’émeute — niant ainsi la possibilité de tout espace de citoyenneté, comme l’envisageait A. Rachik (1995, pp. 98-121) dans ses premiers travaux —, exige une sérieuse révision. Or la participation politique des « citoyens ordinaires » aux fins d’amélioration de leurs conditions de vie ouvre de fait un champ politique local. À Lahraouyine et à Lamkansa, cela s’est vérifié tout au long d’un processus qui a conduit, d’abord, à l’électrification du quartier avant que ne s’engagent les négociations autour de sa restructuration.

  • 5 Voir sur ce sujet les travaux de A. El Bouaaichi, 2000 (sur le quartier Oued Fès), de A. Hafiane, 1 (...)

7Quatrième remarque : dans des processus de ce type, il est généralement admis que les mouvements islamistes jouent un rôle essentiel5, l’idée sous-jacente étant que, d’une manière ou d’une autre, les jeunes islamistes prendraient leur revanche. Or, dans tous les cas que nous avons étudiés, nous avons constaté que lorsqu’émergeait une élite de proximité (issue du quartier), elle le faisait en dehors de toute mouvance islamiste. Le mouvement islamiste se situe dans un rapport d’extériorité : les associations islamistes et leurs membres ne sont pas anciennement ancrés dans le quartier. Ils se territorialisent dans ces milieux en y créant des relais, en recrutant parmi les jeunes. Mais le champ politique local est loin de se limiter à leur seule présence !

8Ces quelques remarques préliminaires sur les quartiers d’habitat non réglementaire de la périphérie Sud de Casablanca nous invitent à développer des approches plurielles tant pour interroger les imaginaires, les référentiels d’appartenance, les sociabilités de leurs populations que pour comprendre la manière dont s’effectue le passage à l’action politique. Il s’agit de ramener les expressions politiques au territoire, de porter l’attention sur les modalités sociales d’organisation collective, sur l’émergence de leaderships locaux et leurs articulations à ce que l’on peut appeler le système politique formel (municipalités, députés, conseil local de développement humain, etc.).

  • 6 Le SOFA (Schéma d’Organisation Fonctionnelle et d’Aménagement de l’aire métropolitaine centrale Cas (...)
  • 7 Nos enquêtes ont été réalisées en 2007. Depuis cette date, le Roi a annoncé (premier trimestre 2008 (...)

9L’étude que nous présentons ici a pour cadre des périphéries fabriquées par les acteurs de l’habitat non réglementaire. Elles se situent sur le territoire des communes rurales de la périphérie de Casablanca qui ont localisé l’essentiel de l’urbanisation métropolitaine depuis 19946. C’est ainsi que la population des communes de Lahraouyine, Bouskoura et Dar Bouazza est passée, entre 1994 et 2004, respectivement de 16 135 à 52 862 habitants, de 22 818 à 92 259 habitants et de 47 620 à 155 367 habitants. Elle a donc été multipliée par trois ou quatre (selon les cas) en une décennie. L’attention portée à ces périphéries permet ainsi de mettre l’accent sur des espaces qui, bien que très dynamiques sur les plans démographique et spatial (étalement urbain), n’ont fait l’objet que de très peu d’interventions de la part des acteurs publics que ce soit pour leur équipement ou leur régularisation7.

10Nous avons privilégié deux entrées pour analyser ces terrains :
• en premier lieu, nous avons cherché à repérer et à décrire les actions menées par les populations pour l’équipement de leur quartier, en focalisant notre attention sur leurs modes de faire, sur les processus qui conduisent à l’organisation collective, les modalités de négociations internes et externes (avec les acteurs publics) et les logiques qui les sous-tendent ;
• en second lieu, nous avons tenté d’identifier les compétences mobilisées par les habitants et leurs élites, les profils de l’élite de proximité, les itinéraires politiques de ceux qui la composent ainsi que la place qu’ils occupent dans le système politique local — quelles relations ces élites ont-elles avec le conseil communal, avec les députés, avec les partis politiques ? Il s’est agi pour nous de privilégier ici la description de ce qui se construit par le bas, parce que nous présupposons que cela renseigne aussi — et tout autant — sur les caractéristiques politiques des acteurs centraux (dans leur façon de gérer le local).

11Nos recherches, en général, cherchent à appréhender dans un même mouvement les processus de territorialisation par le haut et par le bas. Toutefois, celles par le bas sont les moins étudiées et les plus difficiles à cerner. C’est pourquoi, dans cette contribution, nous avons accordé la priorité aux expressions politiques qui émanent des périphéries elles-mêmes et à la formation des élites de proximité. Nous faisons en effet l’hypothèse que leur place dans le système politique local informe grandement sur le degré d’ouverture politique et le mode de gouvernance. Elle renseigne aussi sur la manière dont l’État central gère le local, car elle permet d’expliciter les logiques qui le traversent. Et comme, par ailleurs, les politiques de reterritorialisation des quartiers d’habitat non réglementaire par l’État à travers l’INDH (cf. Encadré 1) sont autant d’opportunités ouvertes aux acteurs locaux, il nous est apparu indispensable d’accorder notre attention à ces phénomènes.

Figure 1. Découpage administratif du Grand Casablanca.

Figure 1. Découpage administratif du Grand Casablanca.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Figure 2. Les douars et quartiers urbains de la commune rurale de Dar Bouazza.

Figure 2. Les douars et quartiers urbains de la commune rurale de Dar Bouazza.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Encadré 1. L’Initiative Nationale de Développement Humain

Elle a été lancée en mai 2005. Elle comporte trois objectifs majeurs :
1. Une volonté de réduire à court terme les situations d’inégalités sociales les plus marquées (territoires ciblés et programmes d’action budgétisés) ;
2. Une volonté d’insuffler un changement dans les méthodes utilisées dans la conduite des politiques publiques (convergence des initiatives ascendantes avec les programmes sectoriels au niveau d’un territoire ciblé, partenariat, association du secteur privé et des associations) et d’introduire des modalités de financement innovantes (autonomie des ressources des programmes INDH gérées directement par le Wali) ;
3. Une volonté d’impliquer plus largement la société civile et le secteur privé à travers des appels à projets réservés aux associations et par la systématisation de nouveaux organes de gouvernance à toutes les échelles (Communes et Arrondissements/Provinces et Préfectures/Régions). Chaque Comité (Comité Local de Développement Humain, Comité Provincial de Développement Humain et Comité Régional de Développement Humain) est composé d’un tiers d’élus, un tiers de fonctionnaires et un tiers de membres de la société civile.

L’INDH se décline par ailleurs en quatre programmes, dont deux sont territorialement ciblés et deux transversaux :
• Les programmes ciblés territorialement visent la réduction des déficits sociaux (infrastructures et services de base, activités génératrices de revenus, renforcement du capital humain, etc.).
— Le premier est un « Programme de lutte contre l’exclusion en milieu urbain » qui touche 264 quartiers de 30 villes différentes [chaque quartier bénéficie d’une enveloppe budgétaire annuelle de l’ordre de 2 millions de DH (180 000 €)].
— Le second est un « Programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural » qui concerne 360 communes rurales (celles dans lesquelles le taux de pauvreté était supérieur à 30 % en 1994). Chacune de ces communes bénéficie d’une enveloppe budgétaire annuelle de l’ordre d’un million de DH (90 000 €). Ces programmes sont gérés conjointement par le Comité Local de Développement Humain présidé par le Président de la Commune ou de l’Arrondissement et la Cellule provinciale INDH du Ministère de l’Intérieur (DAS).
• Le second type de programme s’applique à l’ensemble des Préfectures et des Provinces. Il s’agit des programmes suivants :
— Le « Programme transversal » : il favorise des projets et des actions visant à pérenniser la démarche INDH. Il fonctionne par appels à projet aux ONG locales. Sa gestion reste entre les mains de la DAS et du Gouverneur ou du Wali qui préside le Conseil provincial INDH.
— Le « Programme de lutte contre la précarité » vise à soutenir les personnes en grande vulnérabilité ou à besoins spécifiques (mendiants, handicapés, etc.). Il peut servir à financer de grands équipements de niveau régional : centres pour handicapés, maisons de vieillesse, etc. Sa gestion relève du Wali. Les grandes associations régionales dont les buts spécifiques concernent les personnes vulnérables y sont fortement impliquées.

Mobilisations habitantes et actions locales en vue de l’équipement des quartiers d’habitat non réglementaire

Le contexte politique local de l’action

  • 8 Lahraouyine est une commune rurale située dans la province de Médiouna. Au Recensement Général de l (...)
  • 9 La notion de « douar » est généralement utilisée au Maroc pour désigner des unités territoriales de (...)
  • 10 La commune rurale de Dar Bouazza a elle aussi enregistré un très fort accroissement démographique e (...)

12Avant de décrire et d’analyser toute action des populations, il est nécessaire de la situer dans son contexte politique local. D’une part, en effet, chaque quartier d’habitat non réglementaire de la périphérie de Casablanca possède sa propre histoire, ne serait-ce qu’en ce qui concerne la façon dont il s’est « affirmé » vis-à-vis des autorités locales — autrement dit, comment les habitants ont évité d’« être déguerpis ». Et, d’autre part, chacun aussi représente un enjeu particulier pour le pouvoir central. Par exemple, des quartiers comme Lahraouyine ou Lamkansa, fortement peuplés (47 261 habitants en 2004 pour le premier et 33 940 habitants à la même date pour le second, selon le RGPH8) et qui se sont édifiés soit, pour le premier, dans la confrontation des nouveaux habitants avec les pouvoirs publics, soit, pour le second, à l’initiative de réseaux mafieux qui ont offert les terrains et attiré la demande, sont toujours situés sous le feu des projecteurs des médias nationaux et demeurent des enjeux de première importance en matière de gestion urbaine et territoriale. Les agents d’autorité y ont donc toujours un comportement frileux tout en restant à l’affût de tout signe de l’administration centrale. Un tel climat conditionne fortement la mobilisation et l’action des populations pour l’équipement de leur quartier. Rien de tel, par contre, dans les petits douars9 d’habitat non réglementaire, réunissant à peine entre 1 000 et 2 000 habitants, qui se dispersent sur le territoire de la commune rurale de Dar Bouazza10. Ici, les quartiers s’étant construits peu à peu, sans heurts avec les autorités locales et sur des terrains appartenant à de petits propriétaires fonciers, ils ne représentent pour le pouvoir central qu’un faible enjeu. Ils n’en sont pas moins des lieux particulièrement intéressants à étudier pour ce qui est de l’expression du local et des choix et logiques qui animent les acteurs locaux. C’est dans ce but que nous avons entrepris d’étudier les douars Bguiryine, Hmar et Serghini dans la commune rurale de Dar Bouazza.

Les actions des populations des douars Bguiryine et Hmar11

  • 11 Outre les douars sur lesquels nous avons entrepris des investigations approfondies (notamment Hmar, (...)

13Nos investigations dans les douars Bguiryine et Hmar, ainsi que dans ceux du Sahel (littoral) de la commune de Dar Bouazza, montrent que les modalités d’action de la population revêtent plusieurs traits communs. Tout d’abord — mais le constat pourrait être généralisé à un très grand nombre de quartiers du même type —, c’est pour l’accès à l’eau potable qu’ont émergé les premières formes de mobilisation. Rien que de très normal, finalement, puisque dans tous ces douars le problème de l’eau se pose en des termes extrêmement aigus tant pour les populations résidentes que pour leurs leaders locaux.

14Ainsi, à Hmar, un leader local originaire du Souss (Sud du Maroc) et ayant résidé antérieurement à Lahraouyine avant de se marier avec une femme d’une famille originaire de Hmar — où il est finalement venu habiter —, nous déclare :

« Au début, on envoyait, nos enfants à Douar Lagloucha pour chercher l’eau et, une fois, ils en ont été chassés ! C’est à partir de ce moment-là qu’on s’est mobilisés [avec une autre personne, Boujem’a] en prenant la décision de faire quelque chose après la prière du soir [la’cha] à la mosquée. On a dit aux gens de ne rien faire et de garder le calme. Mousta’in [l’élu communal de la circonscription] nous a aidés aussi ; pour l’AEP [Adduction d’Eau Potable], il était d’accord pour nous aider à installer des bornes-fontaines, mais il ne l’était pas pour les branchements individuels. Les autres élus ne voulaient pas entendre nos doléances, car ils avaient peur que les autres douars fassent des demandes similaires. On leur a expliqué que le cas de Hmar était particulier, qu’il s’agissait d’une agglomération d’habitat groupé […] ».

  • 12 Derb Ghallef est situé dans l’arrondissement urbain du Maarif à Casablanca. Pour une anthologie du (...)

15Au douar Bguiryine, un autre leader — membre fondateur de l’association du douar —, né dans le quartier de Derb Ghallef à Casablanca12, mais dont la famille est installée dans ce douar depuis les années 1940, avance :

« La question de l’adduction d’eau potable se posait pour nous : nous avions un puits, mais le nombre de maisons nouvellement construites s’est très rapidement accru. Avec deux puits en tout, des femmes non voilées qui accourent pour chercher l’eau, des files d’attente, etc., c’était une situation qui ne me plaisait pas. Depuis la pose de la conduite principale d’eau potable longeant la route côtière qui traverse la commune de Dar Bouazza [et la relie aux villes de Casablanca et d’El Jadida] en passant par le quartier Rahma, on a fait savoir à Hannache, alors élu communal, qu’il y a un problème d’eau chez nous […]. L’association du douar n’était pas encore constituée à ce moment-là […] ».

16Une situation assez semblable prévaut dans les douars du Sahel de la commune de Dar Bouazza. Ainsi, au douar Aïn Gueddid, un membre qui compte parmi les fondateurs de l’association du douar pour l’AEP, par ailleurs actuel conseiller communal, nous a déclaré :

  • 13 La LYDEC est une société privée, filiale à 51 % de Suez. Elle s’est vue confier, par une délibérati (...)

« L’eau était loin et le réseau de la LYDEC13 n’existait pas sur place, mais il y avait la conduite d’eau principale qui passait par Rahma et dont l’eau provenait du barrage Sidi M’achou sur l’Oum er Rbia. On s’est réunis et on a fait un effort pour s’organiser : on a mis en place les statuts d’une association ; nous avons établi un devis pour les travaux de canalisation et d’amenée de l’eau à partir de la route de Rahma sur une distance de 2 760 mètres linéaires. L’objectif était d’avoir une borne-fontaine par douar. On a réuni plusieurs douars et l’association comprend, parmi ses 11 membres, ceux provenant de ces douars. Nous sommes allés nous-mêmes chez le grossiste pour voir les matériaux et les prix. Nous seuls, avant la LYDEC. C’était en 1995-1996. Le travail nous a pris environ quatre mois : après avoir établi les devis, on a imposé que chacun creuse sa tranchée [quel que soit le métrage]. Au démarrage, l’association a ramassé l’argent des contributions [moussahama] contre reçu ; cet argent devait servir pour l’achat des matériaux. Par la suite, on a établi un devis pour le branchement avec le canal de la LYDEC […] ».

  • 14 En effet, les populations disposent gratuitement de l’eau délivrée par les bornes-fontaines. Mais c (...)
  • 15 Dans un document présenté par les élus de Dar Bouazza en janvier 2005 et intitulé : « Douar Hmar, O (...)

17Les dires de ces leaders locaux rendent compte d’une véritable mobilisation des populations résidentes elles-mêmes. Or, cette mobilisation a également correspondu à une démarche de légitimation des élus vis-à-vis de leurs mandants, une démarche qui se traduit par des pressions au sein du Conseil communal, émanant tant de la population que de certains élus eux-mêmes, pour qu’il aide à la mise en place d’associations de quartier dédiées à la gestion de l’eau. Ces pressions ont rencontré un écho très favorable auprès de l’ensemble du Conseil communal, dans la mesure où celui-ci voyait d’un bon œil de ne plus avoir à supporter la prise en charge gratuite de l’eau des bornes-fontaines installées par ses soins dans les douars14. Il ne pouvait donc qu’encourager toute démarche qui impliquerait des associations susceptibles de faire supporter à la population la prise en charge du coût des installations de branchement au réseau, puis la gestion de la distribution de l’eau par borne-fontaine avec gardien gérant et le recouvrement des frais de consommation y afférant, sans passer par le branchement individuel15 — lequel exige l’installation très coûteuse d’un système d’assainissement.

  • 16 Le Président de la commune rurale de Dar Bouazza insiste sur le fait qu’il « faut un droit qui régi (...)

18Dans tous les cas présentés ci-dessus, les élus des circonscriptions électorales — celles définies pour les élections communales — du ressort desquelles relève chaque douar concerné, jouent un rôle central dans la constitution des associations et la mise en œuvre des premières démarches auprès de la LYDEC. Toutefois, les relations entre les distributeurs d’eau et la commune ne sont pas toujours apaisées : à certains moments, ces relations ont pu être tendues ; surtout, elles ont changé de nature à partir de 1997, date à laquelle le réseau de distribution de l’eau potable a été confié au secteur privé, la LYDEC en l’occurrence16 : avec l’arrivée de celle-ci, on relève toutefois plus de facilités ou de souplesse pour le développement et l’extension du réseau de distribution de l’eau grâce au « piquage » sur les conduites régionales — celles qui passent à travers le quartier Rahma —, à l’acceptation du paiement par la population au travers d’une association et à l’établissement de modalités de paiement relativement souples (contrats signés avec une personne et non avec l’association, traites des crédits payables mensuellement mais étalées sur 5 ans, etc.). Sur le même sujet, voici ce que nous a déclaré un élu de la circonscription comprenant douar Hmar (élu de 1992 à 2007) :

  • 17 La RAD est la Régie Autonome de Distribution de l’eau et de l’électricité. C’est elle qui assurait (...)

« Là où je suis [notre zone], on a un problème de manque d’eau et le raccordement avec la conduite principale qui vient de l’Oum er Rbia et allant vers Casablanca s’impose. Le budget de la commune rurale ne bénéficie qu’à un tiers de la population de la commune, c’est-à-dire celle qui habite sur la zone de front de mer ! [C’est là que se trouvent le centre urbain chef-lieu de la commune, les résidences d’été, les villas des citadins riches, etc.]. J’ai essayé de mobiliser un groupe d’élus au sein du Conseil en disant : “Qu’on boive tous ou qu’on crève tous !”. Une partie des membres du Conseil en 1997 m’a suivi et n’a pas voulu voter le budget ! On a dit : “Amenez-nous l’eau et on la paie”. Mais la RAD17 ne voulait rien savoir. Avec l’arrivée de la LYDEC, on a enfin pu discuter et nous avons signé avec elle une convention en 1998-1999 ; et en 2000 on a réalisé une borne-fontaine gérée par un gardien payé par l’association […] ».

La constitution d’associations de résidents et leur place dans les AEP et la gestion de l’eau

19C’est à travers les associations ainsi créées qu’a fonctionné et que fonctionne le système de gestion de l’eau potable. Que ces associations aient été impulsées par des élus, par des instances communales ou par la LYDEC elle-même, peu importe finalement. L’essentiel, en effet, est que la pérennité de leur fonctionnement témoigne bien que les populations se sont organisées autour de résidents en mesure de mobiliser certaines compétences.

20Il en est ainsi à Briguyine, où le Vice-Président de l’association nous rappelle que :

  • 18 Environ 18 € ; 1 DH (dirham marocain) = 0,09 € en mars 2009.
  • 19 Bien que le centime ne soit pas une subdivision officielle du dirham marocain, son usage est encore (...)

« L’initiative a été prise un samedi, lors de la dernière prière quotidienne à la mosquée. J’ai proposé alors le versement d’une cotisation de 200 DH18 par maison pour commencer ; j’ai acheté un cahier et pendant un mois et demi j’enregistrai les recettes qui ont atteint 12 000 DH. À ce moment-là, j’ai fait une demande à la LYDEC qui nous a demandé environ 3 000 DH pour la niche servant à la protection du compteur, puis on a commencé à creuser 970 mètres linéaires de tranchées jusqu’au château d’eau et acheté les matériaux nécessaires, dont le tuyau. Ce n’était pas utile de continuer à ramasser l’argent au-delà de 12 000 DH, car il y avait des gens pauvres. On a employé alors une personne [gérant] pour s’occuper de la borne-fontaine avec une rémunération de 1 000 DH par mois ; l’eau était achetée 1,5 centime le litre à la LYDEC et revendue 2 centimes aux bénéficiaires19. C’est le tarif de la LYDEC. Il y a eu des recettes et des bénéfices et on a décidé de construire un premier château d’eau [pour 30 000 DH], puis un deuxième. On payait chaque trois mois, puis, depuis une année, on paie par mois. Cette borne [a’ouina] contenait de la baraka ! Elle enregistrait 5 000 à 6 000 DH de consommation par mois et nous dégageait des bénéfices relativement importants […] ».

21Bien que la présentation de ce qui s’est passé dans les douars du Sahel de Dar Bouazza soit plus détaillée que la précédente, les modalités décrites ne diffèrent pas sensiblement, du moins si l’on en croit le Vice-Président de l’association, par ailleurs élu communal. Après avoir rappelé que l’eau était loin, qu’il fallait construire un canal d’amenée de 2 760 m jusqu’aux douars, cet élu poursuit :

« Le bureau de l’association comprend onze membres, représentant les différents douars. Le Président de l’association ne travaille pas ; c’est un licencié [titulaire d’une licence] auquel l’association verse un salaire de 30 DH par membre du bureau et par semaine ; mais certains membres de l’association, les mieux dotés économiquement, lui donnent plus. Parmi les autres membres de l’association, il y a un entrepreneur ; un étudiant en deuxième année de faculté ; un artisan en mobilier domestique traditionnel [vannerie] qui est notre trésorier ; un cordonnier qui résidait ici, mais dont le local de travail se trouve à la qissarya Hay Hassani et qui a déménagé pour s’en rapprocher ; un maçon qui est employé comme distributeur d’eau entre les gens [gérant de la borne-fontaine] avec un salaire payé à partir des sommes tirées de la vente de l’eau, etc. […] ».

22L’élu interviewé rappelle alors que ce sont les membres de l’association qui ont acheté les matériaux après les avoir sélectionnés selon leurs prix, fait établir les devis, demandé à chacun de creuser sa tranchée, ramassé l’argent des contributions. Et il poursuit :

  • 20 Cette organisation était rendue nécessaire par la relative dispersion des différents groupements de (...)

« Par la suite on a établi un devis pour le branchement sur le canal de la LYDEC. On a fait une demande pour le compteur principal et on a attendu. Les 2 760 mètres de distance par où devait passer le tuyau traversaient plusieurs propriétés, mais la distance effective était double car il nous a fallu réaliser deux bornes-fontaines, chacune avec son local technique et chacune desservie par une conduite d’eau20. On a convaincu les propriétaires que nous faisions un travail d’intérêt social et on leur a demandé qu’ils nous montrent les limites de leurs propriétés et les lieux de passage de la conduite pour amener l’eau dans différents points menant aux habitats agglomérés. On a alors réalisé plusieurs bornes-fontaines avec dalle et local technique pour le gardien. Pour le piquage sur la conduite principale, le devis de la LYDEC est de 4 500 DH pour le compteur de ce point de livraison de l’eau, plus 400 DH pour le compteur de distribution au niveau de la borne-fontaine. Le prix d’achat de l’eau par l’association auprès de la LYDEC est de 1,5 centime le litre, et le prix de vente par l’association aux clients est de 2 centimes le litre. Pour le gardien, on lui verse 300 DH par semaine (et comme on a deux gardiens, un pour chaque borne-fontaine, la dépense est de 600 DH). Après environ huit mois de fonctionnement, les gardiens gérants ont constaté que la situation ne les arrangeait pas, c’est alors qu’on leur a accordé deux tonnes d’eau par semaine (pour compenser les pertes qui se produisent chaque fois qu’ils doivent remplir un bidon ou un tonneau) et 400 DH de rémunération par semaine. L’association était financièrement juste en équilibre avec seulement 3 250 DH dans la caisse à la fin de l’année ! Et c’est suite aux problèmes avec les gardiens, générés par l’impossibilité de gérer correctement les files d’attente (car des tonneaux de 66 ou 120 l nécessitent beaucoup de temps pour être remplis…) qu’on a décidé de construire un château d’eau. C’est alors qu’une femme, qui dispose de biens fonciers ici — et qui bénéficie donc de l’eau — bien qu’elle réside à Casablanca, nous a fait don d’un terrain de 40 m2. Après l’avoir contactée, elle nous a mesuré la parcelle. On a rassemblé les gens, on a exposé les bénéfices de l’association et on a décidé de faire venir un entrepreneur pour construire un château d’eau pouvant contenir 17 tonnes d’eau pour un montant de 20 800 DH. Cela ferait 200 DH par bénéficiaire. En fin de compte, on a installé cinq bornes-fontaines, les gens se servent eux-mêmes et le gardien gérant inscrit sur son carnet […] ».

23Et ce responsable poursuit ainsi :

« Une deuxième conduite de la LYDEC a été réalisée en 2002. On a fait de nouveau des demandes, délaissant l’ancien piquage provenant de Rhama (les 2 760 mètres) et établi un compteur propre pour les nouveaux douars desservis : Oulad Hriz, Douar Chjar, Haj Khiati et Douar Biadi […] ».

24Ce discours révèle assez bien les compétences mobilisées dans le cadre de l’association par les membres de celle-ci. Si l’on compare avec ce qui se passe dans les autres douars de la périphérie casablancaise, on peut considérer ces compétences comme peu communes : elles sont aussi bien techniques (réalisation du tracé, choix des matériaux, etc.) que relationnelles (sélection des fournisseurs, contacts avec la LYDEC, les autorités, les propriétaires fonciers). De même, les ajustements réalisés pour le paiement des gardiens gérants ou la réalisation d’un second château d’eau confirment de réelles capacités de gestion. Il est possible que l’explication réside dans le fait que les douars du Sahel ont connu une scolarisation assez ancienne d’une partie de leurs jeunes. Ajoutons à ce propos que, à partir de la gestion de l’eau, de multiples objets ont nécessité la mise en œuvre de compétences et ont constitué des enjeux de taille pour les leaders locaux : mobilisation des moyens financiers auprès des habitants, transparence dans leur gestion, réaffectation des ressources dans les équipements et services collectifs, mobilisation des fonds auprès des bienfaiteurs, etc. Tout ceci constitue, in fine, autant d’objets qui servent au processus de légitimation des leaders locaux.

Les associations et l’action collective

25À partir des moyens financiers collectés pour amener l’eau potable à la population et la lui vendre, bien d’autres actions ont été entreprises et d’autres services lui ont été rendus. Autrement dit, la plupart des associations ont occupé le terrain social et religieux.

La mosquée et la vie religieuse

  • 21 Le taleb est une sorte de clerc de la mosquée.
  • 22 La j’maa est l’assemblée représentant la collectivité (rurale), traditionnellement composée des anc (...)

26Ainsi, à Bguiryine, le paiement du taleb21 n’est plus assuré par la j’maa22 du douar, mais par l’association pour un salaire mensuel de 1 500 DH, alors que 250 DH par mois sont donnés pour le nettoyage de la mosquée et l’appel à la prière (muezzin). Par ailleurs, l’association assure aussi la prise en charge des ménages les plus démunis, et ce sous plusieurs formes : dons de moutons pour la fête de l’Aïd el Kebir, participation de l’association aux frais médicaux et à la prise en charge des funérailles (soit par une participation directe, soit par une contribution). Cette dernière prestation des associations les a toutes incitées à acheter des tentes caïdales (7 x 14 m), étant bien entendu que celles-ci servent aussi à d’autres occasions. Par exemple, à Hmar, le leader local nous signale que :

  • 23 Pluriel de taleb.

« On a acheté une khzana [tente] pour 19 000 DH pour l’utiliser pour les funérailles [gnaïz], car il y a le mort et il y a tous les problèmes d’organisation qui s’en suivent ; on utilise aussi cette khaïma [autre terme pour une tente] pour accueillir des talb-s23 et, en ce qui concerne Hmar, on la prête à d’autres utilisateurs qui nous paraissent sérieux […] ».

  • 24 Le territoire des Ouled Ahmed correspond à l’ensemble des douars constitutifs de cette zone septent (...)

27À Bguiryine, la tente caïdale sert aussi lors des cérémonies de circoncision, lesquelles peuvent impliquer simultanément une soixantaine d’enfants des Oulad Ahmed24.

28Il convient de ne pas analyser ces actions comme une compétition entre des groupes différents engagés dans l’action collective, voire comme un changement de tendance dans les modalités de la mobilisation locale ; autrement dit, les associations comme cadre moderne et formel d’organisation et d’action collective n’occupent pas aujourd’hui un terrain jadis réservé aux personnes du douar qui, au sein d’une j’maa, avaient la charge d’assurer le fonctionnement de la mosquée. Dans presque tous les cas, en effet, ce sont « les gens de la mosquée » — ou du moins une partie d’entre eux — qui ont été les premiers à organiser les associations. Toute organisation de la population, tout appel à et toute décision de la population passe par la mosquée. Car — et il convient de le préciser —, dans tous les cas étudiés ici, c’est à l’occasion de la fondation et de la construction de la mosquée que se sont dessinées les premières formes d’organisation des populations, parce qu’il convenait de mobiliser de larges réseaux de bienfaiteurs casablancais — les capacités financières endogènes ne suffisant évidemment pas à financer de telles constructions.

29Par exemple, à Bguiryine, un des premiers leaders du douar et membre du groupe fondateur de l’association du douar nous explique : 

  • 25 Soit 290 000 DH.

« Pour construire la mosquée, une personne nous a donné un terrain de 130 m2 dont 100 m2 gratuitement et 30 m2 à lui payer. Après avoir posé la première dalle, on a arrêté le chantier par manque d’argent et on s’est mis à tourner dans la ville de Casablanca pour collecter ce qui nous manquait ! Le Président de la commune nous a aidés : il nous a donné des chargements de camions de sable ; c’est comme cela qu’on a affronté la construction des 30 m2 restants de la mosquée. Puis, une dame étrangère au douar et à la commune est venue chez une personne qui habite ici, mais qui travaillait autrefois chez cette dame comme domestique : elle a fait sa prière à la mosquée et a décidé d’apporter son aide à cet ouvrage qui lui a plu ; le soir même, une personne est venue de sa part m’informer de cette décision, et m’apporter 800 DH pour établir le contrat d’électricité au siège de la commune. Cette personne m’a rejoint le lendemain à la commune, munie d’un chèque de 40 000 DH que la dame lui avait remis. On a eu par la suite des problèmes avec les propriétaires de la terre, mais on a quand même fait ériger le minaret et la dame nous a dit de garder les factures. On a payé en gros la main-d’œuvre, le minaret est érigé et le Caïd de passage l’a vu. La dame a encore donné 30 000 DH et lorsqu’elle a voulu voyager à La Mecque, nous sommes allés la voir en lui apportant du sucre. Elle a alors ordonné à son fils de nous établir des chèques au fur et à mesure de l’avancement du chantier. Au total, elle nous a donné 29 millions de centimes25 ! Au retour de son pèlerinage à La Mecque, on l’a amenée pour voir la mosquée, on a préparé un déjeuner, et on lui a présenté les factures ; elle a dit que “c’est à Dieu que j’ai fait le don et non à vous ; en demandant les factures, je voulais simplement voir s’il y avait ici des gens de confiance [oumana’]”. Il nous restait un reliquat de 1 500 DH qu’on lui a présentés ; elle nous a conseillé d’acheter avec cette somme un ventilateur […] ».

L’école

30La mosquée construite, les besoins prioritaires exprimés par les populations locales concernent en général l’école et la piste. La mobilisation pour l’école est particulièrement forte au sein des populations qui ont déjà un certain passé urbain, de telle sorte que leurs enfants sont soit déjà scolarisés, soit doivent l’être incessamment. Comme pour la mosquée, la difficulté principale pour installer une école tient à la cherté du foncier dans des zones qui constituent des fronts d’urbanisation. Car, dans les zones considérées comme rurales par le Ministère de l’Éducation Nationale (MEN), le terrain où il est envisagé de construire l’école doit être mis gratuitement à disposition par la collectivité concernée. Il va de soi que des collectivités pauvrement dotées, mais situées dans des zones périurbaines où le prix du foncier a connu une augmentation très rapide et atteint des niveaux très élevés, éprouvent les pires difficultés à satisfaire les exigences de ce Ministère. À Hmar, on nous explique ainsi que :

  • 26 Lissasfa est une zone du territoire de la commune de Casablanca, située au Nord-Est de Dar Bouazza, (...)

« Pour l’école, on a obtenu un don d’une parcelle de terrain de 2 000 m2 de la part d’une personne originaire de Taroudant, dans le Souss ; la construction elle-même a été prise en charge par une autre personne de Lissasfa26, qui est député. Tous les contacts nécessaires ont été pris avec le MEN. L’association a ajouté 17 000 DH pour la finition des travaux, notamment pour payer à la LYDEC ce que nécessitait le branchement au réseau d’eau potable. Il y a de cela quatre ans que les élèves sont rentrés (depuis septembre 2003) […] ».

31Mais c’est à Bguiryine que, assurément, la mobilisation autour de l’école a été la plus grande et l’effort consenti par l’association le plus élevé. Un leader local nous déclare :

  • 27 DEN : Département du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Reche (...)
  • 28 Grand propriétaire foncier local. Un douar voisin porte son nom.
  • 29 Soit 200 000 DH pour le coût total et 100 000 DH au comptant et l’équivalent sous forme de traites.

« Il y a un surnombre d’élèves à l’école-mère des Oulad Ahmed et, en plus, cette école est très éloignée pour les enfants de notre douar. Le Président de la commune nous a dit de trouver un terrain [2 000 m2 au minimum pour respecter les normes du DEN27] et de l’acheter. Après une première tentative d’achat qui a échoué, on est allé voir Haj Driss Serghini28. Pour nous rendre chez le Haj, on a constitué une délégation en prenant une personne par ruelle. Il nous a invités à dîner, on a discuté et négocié un prix de cession de la terre : on a arrêté le prix à 100 DH le m2. Devant l’école, on lui a avancé 40 000 DH pour qu’il ne change pas d’avis. Le tout pour 20 millions de centimes dont 10 millions à payer au comptant et 10 millions à payer par traites29 [sous forme de don (hiba) écrit et de contrat sous seing privé entre nous dont nous avons légalisé les signatures]. On a donc le lieu pour installer une école satellite proche du douar. Le Haj a écrit que nous avions payé au comptant, puis il nous a délimité la parcelle. On est allé avec Hannache [le Président de l’association] et un autre membre de l’association chez le délégué du MEN qui nous a reçus. On lui a remis le dossier de notre demande et il nous a dit : “Vous nous avez résolu un grand problème !” Après trois mois, une commission du MEN est venue nous contacter et se rendre sur les lieux ; il s’agissait d’entreprendre la procédure d’immatriculation de la parcelle pour le compte du MEN, et c’est moi qui me suis occupé de tout cela. Je suis allé chez un topographe à Lissasfa et lui ai dit qu’il s’agissait d’une parcelle qu’on a achetée pour construire une école ; il a demandé alors 2 000 DH d’honoraires et a fait son travail. On a eu le quitus de la Conservation foncière et le plan, puis, à la fin de l’année scolaire, le MEN a commencé à déposer les matériaux de construction sur place. Nous avons alors envisagé l’avenir avec espoir, enfin, istabcharna khaïran ! ».

La piste et le désenclavement des douars

  • 30 En réalité, cette action a été conduite à peu près simultanément avec celle pour l’accès à l’eau po (...)
  • 31 Oulfa se situe sur le territoire de Casablanca.

32Les actions visant le désenclavement des douars constituent aussi des champs privilégiés d’intervention des associations, du moins lorsque le problème de leur accessibilité se pose de façon aiguë. Ainsi, à Hmar, la première30 action de l’association a concerné l’aménagement de la piste principale reliant le douar au réseau routier du quartier voisin d’Oulfa31, l’objectif étant qu’elle puisse être empruntée par le camion de la commune chargé de dégager les ordures ménagères. Une collecte par foyer a été organisée. Toutefois, l’association n’a jamais eu les moyens suffisants pour goudronner cette piste, alors que le douar était pourtant retenu par la commune pour une opération de désenclavement. À Bguiryine, lorsque l’association a pu dégager un bénéfice de 10 à 12 millions de centimes (une situation unique dans la commune de Dar Bouazza !), certains membres du bureau ont proposé de réserver cet argent à l’aménagement de la piste (afin de la goudronner), mais la décision finale est allée à l’achat du terrain pour la construction de l’école. La piste va finalement être goudronnée grâce à un financement extérieur à la collectivité.

Le ramassage des ordures ménagères

33À toutes ces actions, on peut ajouter celles relatives aux ordures ménagères. Ici, cependant, les associations n’interviennent que pour faciliter le dégagement des ordures et, donc, le passage des camions. Pour le reste, on peut noter, certes, l’engagement de personnel (charretier en l’occurrence) par l’association, mais celui-ci dépend pour sa rémunération du bon vouloir des résidents qui lui assurent tant bien que mal la rétribution convenue (un dirham par foyer et par semaine à Hmar, douar de plus de 500 foyers ; 5 DH à Bguiryine). Dans tous les cas étudiés, on constate des interruptions fréquentes de ce service dues au non-respect des engagements pris par les habitants envers le charretier. L’association l’engage, mais il a affaire à la population pour sa rémunération. La Commune rurale exige que les ordures soient regroupées en un seul endroit avant que de les transporter ailleurs. Le non-respect de cette obligation par la population finit par provoquer des arrêts du service communal et l’association est alors obligée de recourir deux à trois fois par an à des engins mécaniques pour évacuer les ordures (pour un coût de 900 DH).

  • 32 Les premiers migrants qui se sont installés ont acheté une parcelle auprès des anciens et ont génér (...)

34Plusieurs conclusions et pistes de réflexion peuvent être tirées de ces actions associatives. On retiendra tout d’abord les compétences indéniables de leurs leaders, lesquels partent avec un capital-confiance acquis à l’occasion de la construction de la mosquée et de la légitimité gagnée auprès des premiers arrivés en leur fournissant de l’eau potable32. Ils finissent par gérer des sommes non négligeables et par constituer un réseau capable aussi de mobiliser des fonds de bienfaiteurs. Ces leaders apprennent aussi à effectuer des choix (par exemple entre les équipements à privilégier) et à les justifier — ou les imposer — auprès de (à) des populations résidentes qui ne les partagent pas nécessairement. Souvent, d’ailleurs, une compétition s’établit — et des tensions se créent — à propos de cette gestion entre leaders traditionnels et plus jeunes. C’est ce qui ressort de tous les cas étudiés. Concernant le rapport de ces leaders aux populations — et bien que le sujet n’ait pas été abordée frontalement dans nos enquêtes —, nous pouvons nous interroger sur deux points.

  • 33 Le chart est la rémunération négociée du taleb.
  • 34 Dans la production des biens collectifs par un groupe ou une organisation, certains membres s’absti (...)

35• Tout d’abord, dans quelle mesure la constitution d’une sorte de capital financier aux mains de l’association (lorsque celle-ci réalise des bénéfices réguliers) ne favorise-t-elle pas un recul de l’action collective (arrêt des collectes, arrêt du paiement collectif du chart33 du taleb, arrêt du travail collectif et engagement de tâcherons) ? Certes, les compétences des uns et des autres demeurent mobilisées par l’association, mais de façon plus ponctuelle et pour des tâches très précises, de même qu’un effort de représentativité est mis en avant pour certaines actions, par exemple par la désignation d’une personne par ruelle du quartier pour aller demander et négocier l’acquisition d’une parcelle de terrain pour l’école auprès d’un grand propriétaire foncier. Quoi qu’il en soit, dans ces cas d’associations disposant de ressources, divers indices tendent à montrer que la population est progressivement mise à l’écart de la décision. Une telle situation entraîne presque inéluctablement une certaine indifférence de sa part une fois rendus les principaux services désirés (électricité, eau potable, école). Ce « détachement » doit cependant être relativisé, car il s’apparente assez au « ticket gratuit »34 et ne remet pas en cause la place des leaders de proximité, puisque leur ancrage local reste bien réel, comme le prouvent la plupart des résultats des élections (communales et législatives).

36• Une seconde conclusion peut être formulée à propos de la mobilisation des populations et de ses mobiles. Nous constatons ainsi qu’après l’arrêt du paiement du taleb par l’association, des volontaires de la mosquée (moutataoui’ine dial jama’) se sont chargés de ramasser le chart mensuel. On nous rapporte à ce propos que :

« [Ces volontaires] sont des gens qui ont seulement acheté ici. Il y en a deux ou trois par ruelle qui font la tournée, frappent aux portes, et à chacun de réagir comme il l’entend. Ils arrivent toujours à ramasser 1 500 à 2 000 DH pour le chart et pour le paiement de la facture d’électricité de la mosquée ».

37Des formes de mobilisation similaires se retrouvent par exemple à l’occasion des funérailles des personnes les plus démunies ; par contre, ce n’est jamais le cas pour le ramassage des ordures ménagères !

La compétition entre les leaders traditionnels et les jeunes autour des associations locales de gestion de l’eau potable

38C’est avec l’arrivée de la LYDEC et le dégagement de moyens financiers substantiels à travers la gestion des bornes-fontaines et de l’eau par les associations que des jeunes se sont manifestés pour remettre en question la gestion antérieure et exiger la mise à l’écart des leaders traditionnels et leur remplacement par des plus jeunes. Quand ils ont agi, ils l’ont toujours fait d’une part en essayant de mobiliser des acteurs externes (autorités, LYDEC, médias), et, d’autre part, en critiquant la qualité de l’eau (eau souillée par la présence d’animaux morts dans le château d’eau, mélange avec de l’eau saumâtre) et les choix opérés par les associations (pertinence de la construction d’un château d’eau), alors que la population était plutôt surtout sensible à un discours de dénigrement remettant en question la probité des leaders traditionnels dans la gestion (comptes non tenus, absence de transparence, concussion avec le gardien gérant, etc.).

  • 35 La LYDEC avait proposé dans un premier temps aux populations le paiement de la quote-part de chaque (...)
  • 36 PAGER : Programme rural d’alimentation en eau potable.
  • 37 Cette idée sera reprise et développée en Conclusion.

39Depuis 2002, ce sont surtout des jeunes qui occupent les devants de la scène. Mais, dans cette compétition, la plus grande partie de la population n’est pas réellement impliquée. L’arrivée massive de jeunes dans de nouvelles associations ou dans le bureau des anciennes a plusieurs causes. À Hmar, par exemple, avec l’arrivée de la LYDEC, il s’agit aussi bien de la revendication de jeunes voulant une place dans la gestion des affaires du quartier que de la mise à l’écart des anciens dont les positions conduisaient à bloquer le premier processus de branchement individuel proposé par le concessionnaire35. Les intérêts des jeunes — qui bénéficiaient sur ce point de l’appui des autorités locales — rencontraient en la circonstance ceux de la LYDEC, à la recherche de nouveaux intermédiaires plus conciliants que ceux en place. Dans de nombreux autres douars (que Hmar), on constate aussi la recherche de nouvelles compétences, inexistantes parmi les anciens leaders. Il en est ainsi de l’association du Sahel qui a mis à sa tête un jeune diplômé. Plus les exigences techniques sont élevées (recours au topographe, au comptable, respect d’un cahier des charges, etc.), plus les compétences demandées se retrouvent surtout parmi les jeunes, écartant de fait les aînés. Cette évolution est accentuée par la présence (sur place) de diplômés chômeurs, d’autant que ceux-ci sont de plus en plus sollicités par les nouveaux organes de gouvernance impliquant le mouvement associatif (INDH, PAGER36, Agenda 21…). Le contrôle de ces associations par le ministère de l’Intérieur invite à se demander dans quelle mesure ces jeunes, qui les investissent, maintiendront leur crédibilité (légitimité) dans leur quartier et comment évoluera leur rôle dans la société locale37.

Le profil des élites de proximité et leurs relations avec les instances politiques (collectivités locales, parlementaires, structures partisanes)

40Lorsque, dans un douar comme celui de Bguiryine, on pose la question de savoir « Quelles sont les personnes qui comptent ? », les réponses énoncent quelques profils-types. D’un côté, les chefs des anciennes familles qui possédaient la terre — étant entendu que nombre d’entre eux se sont convertis à d’autres fonctions : promoteurs immobiliers, gérants de stations-service, commerçants de produits agricoles, éleveurs spécialisés dans l’embouche, etc., dont la plupart se sont engagés par ailleurs dans la représentation politique et dans le mouvement associatif. Et, d’un autre côté, des résidents de plus ou moins fraîche date (installés depuis au moins une douzaine d’années), arrivés dans le flux de migrants provenant des quartiers de Sbata, Oulfa ou Derb Ghaleff à Casablanca, où ils occupent diverses fonctions (artisans marbriers, commerçants en produits alimentaires, propriétaires de hammam, etc.), et qui se retrouvent aujourd’hui dans l’association locale du douar ou dans le groupe assurant le fonctionnement de la mosquée ou encore qui apparaissent comme des personnes dotées d’un certain nombre de ressources (respect de la population, clientèle, etc.) qu’ils peuvent mobiliser.

Caractéristiques et compétences des élites de proximité

41Selon J.-P. Bras (1991), la notion d’élite renvoie à un rôle d’intermédiation entre la population d’un territoire donné et les centres de pouvoir. Ce rôle ne peut être joué que par des personnes bénéficiant de ressources internes (légitimité auprès des personnes qu’elle est censée représenter) et externes (légitimité reconnue par différents centres du pouvoir — État central, ONG internationales, organes centraux des partis politiques — qui procurent l’accès aux services administratifs et à des ressources financières ou matérielles à redistribuer aux populations représentées). Quand nous parlons, ici, des « élites de proximité », nous insistons principalement sur la légitimité interne, c’est-à-dire sur l’ensemble des valeurs, compétences, savoir-faire de personnes qui représentent au mieux un lieu donné et ses populations. Les ressources externes renforcent certes le pouvoir de ces élites, mais la notion d’élite de proximité voudrait justement en minimiser la portée pour bien la distinguer de la notion de notable. Au Maroc en particulier, où la notion de notable a été bien appréhendée par R. Leveau (1985) ou par A. Hammoudi (2001), celle-ci désigne un agent se caractérisant d’abord par ses capacités de soumission au centre, mais qui s’appuie aussi sur un groupe ethnique, bénéficie d’une manne d’argent, a exercé (par exemple durant la période coloniale) un pouvoir administratif ou judiciaire : tous éléments qui renvoient aux ressources externes de la légitimité.

Appartenance à la tribu d’origine et stigmatisation de l’étranger

  • 38 Sur les Ouled Ahmed, se reporter à la note 24.
  • 39 Le douar « Serghini » est établi en totalité sur les terres de M. Serghini. Son installation s’est (...)

42L’appartenance aux Oulad Ahmed38 est une caractéristique qui ne s’applique qu’aux plus anciens, c’est-à-dire à ceux qui, installés sur leurs terres ancestrales — qui étaient alors des terres de cultures ou de pâtures —, ont commencé à les vendre en les morcelant et à permettre ainsi l’installation de nouveaux venus. Ces propriétaires ont également autorisé les immigrants à se fournir en eau à partir de leurs puits personnels. Ceci étant, il conviendrait de distinguer au moins deux cas de figures. D’un côté, les groupements d’habitants (douars) installés en totalité sur les terres d’un notable, grand propriétaire foncier, comme c’est le cas du douar Serghini39 ; et, d’un autre côté, ceux dont les constructions se dispersent entre les terres de plusieurs petits propriétaires non organisés, comme les douars de Hmar, Bguiryine, Oulad Ahmed ou Lmadrassa. Dans ce dernier cas, les premiers installés gardent une certaine reconnaissance envers ceux qui leur ont vendu la parcelle. Il n’en reste pas moins que, rapidement, le gonflement démographique du quartier et les mobilités intenses (grand nombre d’arrivées et de départs) qui l’accompagnent ont fini par faire perdre à ces petits propriétaires cet atout que constitue l’appartenance à la tribu (des Oulad Ahmed).

  • 40 Il s’agit de l’une des 25 circonscriptions électorales définies pour les élections communales sur l (...)
  • 41 Les sigles des partis sont explicités dans l’Encadré 2 : « Les principaux partis politiques marocai (...)
  • 42 On se reportera à l’Encadré 3 : « Modes de scrutin et système électoral au Maroc ».

43Parmi les élus rencontrés, la question de l’appartenance et son instrumentalisation politique nous a été posée par un instituteur, résident depuis 30 ans dans la zone. H. est âgé de 55 ans. Il est originaire de L’Aounat à El Jadida où ses parents vivent encore, mais il est né dans l’un des bidonvilles [zraba] des Carrières Centrales à Casablanca (et il se dit Casablancais). C’est en 1977 qu’il est nommé instituteur à l’école des Oulad Ahmed et qu’il y élit domicile. H. se marie en 1986 avec une femme originaire de la tribu des Fokra, voisine des Oulad Ahmed. Avec l’aide de l’élu de la circonscription40 où se trouve son douar de résidence, cet élu étant par ailleurs rapporteur du budget de la commune, il commence à mobiliser la population à propos de malversations ayant entraîné la non-réalisation de certains équipements prévus par la commune. Puis, une fois que la conduite d’eau potable est arrivée à proximité du douar, il monte, en 1996-1997, avec l’aide de propriétaires fonciers locaux, une association pour la gestion de l’eau. Il se présente enfin aux élections locales de 1997 avec le RNI41. Il est élu au scrutin uninominal à un tour dans sa petite circonscription. Aux élections de 2003, l’application du scrutin de liste change la donne42. M. H. nous explique alors :

  • 43 En réalité, comme on l’a déjà vu, H. n’est pas marié à une femme de sa tribu, mais à une femme des (...)

« Les gens [du RNI] n’ont pas voulu que je sois avec eux sur la liste. Les partis ont occupé la zone. C’est E. [jeune fils d’un agriculteur originaire de la zone] qui a été mis en avant car les gens ne voulaient pas de quelqu’un qui vient de Hay Mohammadi [quartier populaire de Casablanca], comme c’est mon cas ; et en plus, je suis originaire des Doukkala ! L’esprit de la tribu [qabalya] pèse fort ; chacun dit quelque chose même si je me suis marié chez eux43 […] ».

44Malgré cela, H. jouit — et il le sait — d’une très forte légitimité due à son travail d’instituteur et au fait qu’il a eu comme élèves la plupart des jeunes de la zone. Il nous dit :

« J’ai vidé ma tête pour laisser la place aux autres. Les membres de la Commune rurale ont peur de moi maintenant. J’ai enseigné ici ; mes élèves se sont mariés et j’enseigne aujourd’hui à leurs enfants ! Je suis comme le fqih [le clerc] de la mosquée : hommes et femmes d’aujourd’hui ont étudié chez moi et, cela, les gens s’en rappellent aujourd’hui ! ».

  • 44 Sans oublier toutefois que, dans ces campagnes casablancaises, la propriété est souvent citadine (g (...)

45En définitive, ici comme dans la plupart de ces douars périphériques, la question de l’identité et de l’appartenance se pose sous plusieurs aspects qui incluent aussi bien l’origine tribale, la propriété foncière que la durée de résidence dans un espace ayant enregistré de considérables et rapides mutations. On est passé de douars ruraux dont les habitants exerçaient essentiellement des activités agricoles44 à des lieux de résidence de migrants ayant un passé urbain et un travail en liaison avec la métropole. Ainsi, les douars de Bguiryine ou de Hmar n’ont commencé à fixer la population rurale que dans les années 1930-1940, période où les familles ont pu acheter un lopin de terre.

  • 45 Ould Lblad : l’enfant (ou le fils) du bled, du terroir, du quartier…

46Une fois installées, elles sont considérées comme des Ould Lblad45, et, surtout, elles se considèrent comme telles par comparaison aux nouveaux arrivants portés par le flux migratoire des années 1990. Si les derniers arrivés revendiquent une appartenance qui s’est construite autour de conditions de vie communes ainsi qu’à l’occasion des luttes menées pour obtenir services et équipements de base, la référence à la tribu d’origine, à l’ancêtre commun ou aux liens du sang reste aussi largement instrumentalisée par les Ould Lblad.

47Toutefois, l’usage fait de la référence à la tribu d’origine auprès des électeurs n’avait qu’un effet limité tant que les circonscriptions électorales correspondaient à des quartiers de 1 000 à 5 000 électeurs. Mais, depuis 2002 et le nouveau mode de scrutin qui institue une circonscription électorale unique pour l’ensemble de la commune de Dar Bouazza, l’appartenance à la tribu — celle des Oulad Ahmed — a été davantage mobilisée parce que les élections locales se déroulent dorénavant dans le cadre d’une large circonscription, où l’interconnaissance est plus limitée, ce qui désavantage les élites qui ont construit leur légitimité sur leur travail de proximité. Lorsque les circonscriptions étaient plus petites (jusqu’en 1997), le qualificatif d’Ould Lblad que l’on pouvait opposer à l’étranger avait moins de prise sur les électeurs.

Encadré 2. Les principaux partis politiques marocains

On doit distinguer deux grands types de partis, ceux issus du Mouvement national marocain et ceux nés après l’Indépendance.

A. Organisations politiques du Mouvement national marocain
• Istiqlal. Parti créé en 1994, issu du Parti National fondé en 1937. Il subira une très importante scission en 1959 avec la création de l’UNFP. Droite nationaliste populiste.
• PDC, Parti Démocratique et Constitutionnel. Nouvelle appellation (à partir de 1959) du Parti de la Démocratie et de l’Indépendance (PDI), issu du mouvement Qaouimia (1937) de Hassan El Ouazzani. Son fondateur a joué un rôle important dans la construction de la pensée nationaliste entre 1944 et 1956.
• USFP, Union Socialiste des Forces Populaires. Né de la scission, en 1971, de l’Union Nationale des Forces Populaires (UNFP), elle-même créée en 1959 à partir d’une scission du parti de l’Istiqlal. À l’origine, de tendance socialiste. Actuellement, d’idéologie social-démocrate.
• PPS, Parti du Progrès et du Socialisme. Né en 1975 de la transformation du Parti Communiste Marocain. Il évolue dans la mouvance social-démocrate.

B. Autres organisations politiques
• MP, Mouvement Populaire. Parti berbériste modéré, crée en 1959 par Mahjoubi Ahardane et le Dr Abdelkrim El Khattib. Multiples scissions. À l’heure actuelle (2008), cette mouvance berbériste regroupe les composantes suivantes :
1. MNP, Mouvement National Populaire. Parti berbériste radical, issu de la scission du MP impulsée par Mahjoubi Ahardane.
2. MP, Mouvement Populaire, dirigé par Mhand Laensar. Berbériste modéré, tendance libérale.
3. MDS, Mouvement Démocratique et Social. Parti berbériste modéré, centriste (né en 1997 d’une scission du MNP).
• PJD, Parti de la Justice et du Développement. Tendance islamiste modéré. Parti issu du Mouvement Populaire Constitutionnel et Démocratique, lui-même né de la première scission du MP. Le PJD quitte la mouvance berbériste et intègre en 1996 d’autres composantes de la mouvance islamiste. Devenu PJD en 1999.
• RNI, Rassemblement National des Indépendants. Parti créé au milieu des années 1970. À l’origine, droite libérale. Il évolue aujourd’hui en tant que parti du Centre. Participe au gouvernement d’alternance de mars 1998.
• UC, Union Constitutionnelle. Parti né d’une scission du RNI à la veille des élections de 1983. Droite libérale.
• PND, Parti National Démocratique. Scission du RNI au début des années 1980. Droite libérale.
• FFD, Front des Forces Démocratiques. Scission au sein du PPS en 1997.

C. « Petits » partis
Depuis 2000, les petits partis ont vu leur nombre se multiplier, à la suite d’une succession de scissions et de regroupements plus ou moins temporaires. Ainsi,
• de tendance de gauche : Parti Socialiste Unifié (2002), Parti Albadil Hadari, islamiste de gauche (2002), Parti travailliste (2005), Parti Socialiste (2006), Congrès National Ittihadi (2001) ;
• de tendance islamiste : Parti de la Renaissance et de la Vertu (2005) ;
• de tendance libérale : Alliance des Libertés (2002) ; Parti Al Ahd (2002), Parti des Forces Citoyennes (2001), Parti Initiative Citoyenne pour le Développement Al Moubadara (2003), Parti de l’Environnement et du Développement (2002), Parti du Renouveau et de l’Équité (2002), Parti de la Réforme et du Développement (2001), Union Marocaine pour la Démocratie (2006). En 2008, un grand mouvement de regroupement de partis de tendance libérale s’est opéré autour d’un proche du Roi.

Encadré 3. Modes de scrutin et système électoral au Maroc

• Pour les élections à la Chambre des Réprésentants (élections législatives)
Le système en vigueur jusqu’aux élections de 2002 était le mode de scrutin uninominal à un tour. Il y avait alors autant de circonscriptions électorales que de sièges à pourvoir. Dans chacune d’elles, un seul candidat était élu (député), celui qui avait obtenu la majorité relative des voix dans la circonscription.
En 2002, le scrutin de liste a été introduit, en même temps que le nombre de circonscriptions était fortement réduit : 91 circonscriptions (chiffre porté à 95 en 2007) pour 295 députés à élire (la Chambre des Représentants compte en réalité 325 députés, mais 30 sièges sont réservés aux femmes élues sur des listes nationales). Chaque circonscription élit donc de 2 à 5 députés.
À titre d’exemple, la circonscription de Nouaceur couvre l’ensemble de la Province de Nouaceur avec ses trois communes (Nouaceur, Dar Bouazza : 155 367 habitants et Bouskoura : 92 259 habitants). Le total des inscrits de la circonscription atteint 93 122 pour 3 sièges à pourvoir, ce qui signifie qu’il y a un député pour 30 753 électeurs inscrits. Par contre, dans la circonscription d’Aïn Sebaa-Hay Mohammedi, un député est à élire pour 83 257 inscrits. Les candidats se présentent sur des listes constituées sous l’égide d’un parti politique (des candidatures indépendantes sont possibles, mais elles ne peuvent être déposées qu’après avoir recueilli les signatures d’un certain nombre d’élus).
Ces listes sont soumises au vote de tous les électeurs de la circonscription. Les candidats sont élus à la proportionnelle depuis 2002, à condition que leur liste ait obtenu au moins 6 % des suffrages exprimés dans la circonscription.

• Pour les élections communales
Jusqu’en 2002, le mode de scrutin était le scrutin uninominal à un tour. Chaque commune était divisée en autant de circonscriptions électorales qu’il y avait de siège de conseillers communaux à pourvoir. Les circonscriptions étaient donc généralement de taille réduite — en milieu urbain, c’était fréquemment une fraction de quartier — et le nombre d’électeurs était limité (en moyenne, entre 600 et 1 400). Les candidats choisissaient leur circonscription et celui qui obtenait une majorité relative était déclaré élu et siégeait au Conseil communal. À titre d’exemple, une petite ville comme Tiflet (50 000 habitants en 1997) était partagée entre 25 circonscriptions, son Conseil comptant 25 conseillers.
À partir de 2003, ce système n’a été maintenu que pour les communes de moins de 25 000 habitants. Pour celles dont la population est comprise entre 25 000 et 500 000 habitants, le système adopté est celui de la circonscription unique qui couvre la totalité du territoire de la commune. Dans cette circonscription, on pratique le scrutin de liste : chaque liste doit comporter autant de noms qu’il y a de conseillers à élire.
En règle générale, le nombre de conseillers n’a pas bougé entre les élections de 1997 et celles de 2003 : par exemple, Tiflet a toujours 25 conseillers, de même que Dar Bouazza dont la population a pourtant doublé entre les deux dates. Le système adopté pour désigner les élus est la proportionnelle au plus fort reste, lequel est calculé en se basant sur le quotient électoral, qui est le rapport entre le nombre de suffrages exprimés et le nombre de sièges à pourvoir. Seules les listes ayant obtenu au moins 3 % des suffrages exprimés sont prises en considération. Les premiers sièges sont attribués aux candidats placés en tête de liste dont le nombre de voix obtenues dépasse le quotient électoral ; les sièges restants sont répartis entre les candidats ayant obtenu le nombre de voix le plus proche du quotient, jusqu’à attribution de l’ensemble des sièges. Compte tenu du nombre très élevé de listes qui se présentent (souvent plus de 14) et de la dispersion des voix qui en résulte, la place qu’occupe le candidat sur la liste est déterminante quant à la probabilité qu’il peut avoir d’être élu.
Ce système électoral est complexe et il est très mal compris localement. Les populations continuent à raisonner en fonction de l’ancien système. L’électeur vote pour son candidat favori — celui qu’il connaît dans son quartier — en mettant dans l’urne la liste sur laquelle le nom de ce dernier figure. Mais il ignore souvent que son favori est en queue de liste, qu’il ne pourra jamais être élu et que le vote émis a surtout servi à faire élire des têtes de liste que le votant ne connaît souvent pas. De ce fait, nombre d’enquêtes que nous avons réalisées montrent que de nombreux électeurs des quartiers d’habitat non réglementaire sont persuadés que « leur » candidat siège au Conseil communal, alors qu’il n’y a jamais été élu !
Dans les communes de plus de 500 000 habitants, le vote se déroule au niveau des arrondissements. Chaque arrondissement constitue donc une circonscription électorale, où doivent être élus un certain nombre de conseillers qui siègeront ensuite au Conseil d’arrondissement. Les candidats se présentent sur des listes et les modalités de désignation des élus sont les mêmes que ci-dessus. Le nombre de sièges à pourvoir (tant dans les Conseils d’arrondissement que dans les Conseils communaux de ces grandes communes) est établi sur la base des résultats du Recensement Général de la Population et des Ménages de 1994. Chaque arrondissement, suivant son importance démographique, fournit un nombre prédéterminé de conseillers de la Ville, mais ce nombre ne doit jamais être supérieur à 50 % des conseillers d’arrondissement. Selon le quota réservé à chaque arrondissement, ce sont les conseillers d’arrondissement figurant en tête de liste sur celles ayant obtenu le plus de voix qui sont désignés pour siéger au Conseil communal (ou Conseil de la Ville).

Les compétences des élites de proximité en matière d’organisation, de négociation et de construction de rapports d’intermédiation

48Les douars des marges urbaines de Casablanca, dont le caractère rural est encore prononcé, ne recèlent pas nécessairement toutes les compétences de négociation que peuvent devoir mobiliser les élites de proximité. Outre les compétences techniques que nous avons signalées un peu plus haut, il s’agit de la capacité à établir des rapports d’intermédiation entre, par exemple, la population et la LYDEC, ou entre les résidents et la Commune, ou encore entre ces derniers et les autorités locales… Le montage même des AEP, par exemple, ne se réalise que dans le cadre de négociations directes entre ces leaders locaux et la LYDEC, des négociations qui, généralement, s’engagent avant même la constitution de l’association chargée ultérieurement de la gestion de l’eau. Et ces négociations ne peuvent se dérouler que si l’intermédiaire en question bénéficie de la confiance des populations, dispose de temps, d’un savoir-faire et d’un moyen de transport personnel.

49On analysera ci-dessous deux cas assez différents. D’une part, celui de Bguiryine, où le leader local bénéficie d’une double légitimité, d’abord en tant que fils d’une famille anciennement établie et que propriétaire d’une partie du foncier sur lequel s’est construit le douar, et ensuite du fait de son long passé urbain à Casablanca. D’autre part, celui du douar Hmar, où, parce que ces différentes caractéristiques ne peuvent pas être réunies dans une même et seule personne, c’est une sorte de binôme qui fonctionne pour assurer le leadership dans le douar.

50• Ba., le leader local de Bguiryine

  • 46 Berrani : étranger (au lieu d’installation), venu d’ailleurs.

Ba. est âgé de 67 ans, il est né à Casablanca, à Derb Ghallef exactement. Son père avait acquis des terres à Bguiryine depuis le début des années 1940. Il ne se sent pas berrani46. Il se souvient que, dans les années 1980, la région était rurale et verte, avec de nombreuses cultures maraîchères (pommes de terre, etc.) et que s’y trouvaient de très grosses fermes dont les propriétaires comptaient parmi les plus grands de Dar Bouazza. Selon lui, c’est dans les années 1990, à la suite de plusieurs années de sécheresse, que la situation s’est dégradée et que, sous la pression des migrants, les fellahs ont commencé à morceler pour vendre. Ba. a obtenu son certificat d’études primaires sous la colonisation. Il est passé par plusieurs entreprises avant de finir comme salarié dans une usine de textile de Casablanca ; il la quitte en 1999 quand, après avoir fait le pèlerinage à La Mecque en 1998, il prend sa retraite. Son père avait vendu cinq hectares pour acheter une maison à Hay Hassani, au sud-ouest de Casablanca, dans les années 1970. À la mort de ce dernier en 1982, Ba. est resté avec sa mère et sa famille encore pendant une dizaine d’années avant que chacun ne prenne sa part. Les morcellements et la revente ont correspondu alors avec l’arrivée massive de migrants. Actuellement, du patrimoine familial, il ne reste que quelques hectares.

51• Au douar Hmar, le binôme B./Haj B. B. nous dit :

  • 47 Dans la région des Doukkala. Il s’agit du douar Hmar Chemaia.
  • 48 Autrement dit, ce douar est connu, on sait où il est, on peut prévoir d’y faire quelque chose…

« Je suis né au douar Rhamna en 1959 et je réside au douar Hmar Oulad Ahmed, mais je me sens du douar Chemaia47 où j’ai vécu plusieurs années. J’ai fait des études coraniques et suis le cinquième enfant d’une famille qui, avant moi, avait déjà quatre filles. Mon père est venu ici en 1936. Au douar Hmar, je réside depuis 38 ans. Quand je suis arrivé, il y avait seulement trois ménages qui vivaient ici, dont le mari de ma tante, lui aussi de Hmar. C’est lui qui nous a fait venir. Il avait un hectare de terre. C’est cette famille qui a acheté en premier ici, et le douar a continué à grandir petit à petit. Avant 1999, les gens ne se connaissaient pas […]. Depuis 1999, Hmar figure sur les listes [des douars, établies par les autorités locales]48. Mon métier est celui d’acheteur de lait chez les producteurs ayant des bovins ; je revends le lait, c’est ce que je fais pour vivre ; j’ai aussi des ovins et je loue la terre à labourer et je suis tout le temps ici, au douar. Haj. B. est actif, il travaille dans une ferme et possède ses propres vaches laitières. Ici, il n’y a plus que trois personnes âgées pour vivre encore de l’agriculture. Les autres, non ».

52Haj B., quant à lui, est originaire du Sous (région d’Agadir). Il a 75 ans et a effectué un long passage par Casablanca, où il s’est installé pendant la période coloniale. Il a exercé plusieurs métiers avant de s’installer dans une ferme près de Hmar. Il explique :

« C’est moi qui ai poussé B. Je connais Hmar où je suis installé depuis 1962. Mais, moi, je ne veux pas être élu ; je préfère aider les autres. »
B. : « Les gens parlent de nous deux à chaque fois que Hmar est en cause, que ce soit à la Commune rurale ou à la Province ».

53Haj B. sait que sa position sociale dans la région — étranger, sans terre, employé — ne peut pas lui permettre de représenter les populations, mais c’est bien lui qui mène toutes les négociations avec la LYDEC et les autorités locales.

  • 49 Le Chef de cercle est une autorité locale, dépendant du Ministère de l’Intérieur, qui coiffe plusie (...)

B. : « Il fallait constituer une association. Le Chef du cercle49 nous a fourni la liste de toutes les choses à faire. Après la prière de fin de la journée, on a appelé les gens et on leur a expliqué l’intérêt pour nous de créer une association. On a inscrit les intéressés qui m’ont poussé à être Président. On est allé à la LYDEC, où l’on nous a dit : “5 800 DH pour un petit compteur”. Pour le grand compteur, il faut ajouter 900 DH, sans parler des frais relatifs au creusement de la tranchée de 1 800 mètres linéaires et des tuyaux pour amener l’eau. On a commencé à ramasser l’argent (96 chefs de ménage ont donné les 200 DH exigés à l’origine). On a fait le versement avec Haj B. et le crédit personnel qu’on a fait, on l’a pris sur les recettes de la vente de l’eau. On a encore changé le tuyau avec un crédit […] ».

  • 50 Travaux de A. Iraki conduits dans le cadre de la préparation de sa Thèse de doctorat d’État. A. Ira (...)

54Ba. de Bguiryine et Haj B. de Hmar possèdent tous deux une qualité particulière, celle de savoir organiser les populations et de mener une négociation. Cette qualité provient certainement de leur passé militant au sein du mouvement nationaliste pendant la colonisation. De ce passé militant, ils n’ont toutefois pas gardé de relations particulières avec les partis actuels (spécialement l’Istiqlal) qui disent incarner la lutte anticoloniale. Il faut souligner, ici, la présence de ces militants nationalistes dans toutes les petites villes que nous avons étudiées dans un autre cadre (Tiflet, Souk Larbaa, Chefchaouen, Ouezzane)50. Mais l’âge avancé de ces anciens risque fort de faire en sorte qu’ils seront à l’avenir de moins en moins impliqués dans l’action collective dans ces quartiers. Ceci pourrait laisser craindre que — du moins si l’on prend comme « modèle » un quartier tel que Lahraouyine, où les populations se sont installées par l’occupation violente et dans un défi permanent aux autorités, sans intermédiation aucune d’anciens — la disparition des anciens ne favorise le développement de réseaux clandestins, la généralisation de formes de mobilisation (sit-in, marches de femmes et de personnes âgées) méconnaissant les possibilités de négociation préalable. Car la constitution d’amicales ou d’associations ne va pas de soi, leur pérennité encore moins, tant il est vrai que les populations ont vite fait de juger suspectes toutes formes de rapprochement avec le Makhzen. L’émergence d’une élite de proximité ne peut se réaliser que dans certaines conditions.

De quelques autres qualités et compétences demandées à l’élite de proximité dans des quartiers marqués par l’illégalité

  • 51 Les mokadmines (pluriel de mokadem) sont des auxiliaires de l’Administration au contact immédiat de (...)
  • 52 La fin des années 1990 a correspondu à une période d’ouverture, dans un contexte particulier (malad (...)

55L’une des qualités principales dont doit faire montre l’élite de proximité dans ces quartiers et douars non réglementaires des périphéries urbaines concerne le rapport particulier qu’elle est en mesure d’établir avec le Makhzen. Dans le monde rural comme dans ce type de périphéries, en effet, l’encadrement des populations assuré par les mokadmines, chioukhs ou autres caïds51 fut, pendant des décennies, extrêmement sévère, et son poids était d’autant plus lourd que la situation d’illégalité favorise l’expression de menaces, de chantage et, plus largement, d’un climat de peur. Jusqu’aux années 199052, le simple fait de parler publiquement en présence d’un agent d’autorité et d’exprimer les demandes des populations résidentes demandait un certain — pour ne pas dire un réel — courage.

56Bénéficiant de la confiance des résidents, les élites de proximité ont non seulement à négocier, mais aussi, parfois, à s’opposer aux autorités. Il en a été ainsi lorsqu’une nouvelle association a été créée avec l’aide de l’autorité pour casser celle des anciens. Haj B. (membre fondateur et principal animateur de cette dernière) décrit ce conflit — qui s’est tenu sur la scène publique — en ces termes :

  • 53 La création d’une nouvelle association était justifiée par le manque de transparence dans les compt (...)

« Je me suis battu lors d’une réunion avec le caïd au sujet de nos opposants : je lui ai dit que ces derniers font coudre des bâts sur nos dos [ikhytou labrada’ ‘la dharna]53 ! Le caïd m’a ordonné de sortir de la salle où on était et je lui ai répondu que : “C’est au chien qu’on dit dehors” et que “la salle où on tenait la réunion est à l’État” ; on en est même arrivés aux mains, et à la fin il a regretté ! ».

La formation d’une clientèle à travers les services rendus (personnalisés)

57Parmi les compétences qui sont demandées aux élites de proximité figure aussi celle de pouvoir intercéder auprès des administrations pour rendre des services personnels à ceux qui les sollicitent. Le service a d’autant plus de chances d’être rendu que le sollicité est proche du solliciteur d’un côté, et, d’un autre côté, que le leader local dispose d’un réseau étoffé de relations au sein de l’appareil administratif : c’est en effet en mobilisant ce réseau qu’il peut obtenir des passe-droits, des autorisations, une aide, un recrutement, etc.

58Toujours est-il que ce système participe de la formation d’une clientèle. Dans le cas de Ba., les premiers résidents ont bénéficié de sa protection. Il leur a fourni l’eau potable à partir de son propre puits et les a protégés contre les injonctions des chioukhs et des mokadmines. Pour ce qui est de H. ou de M., deux instituteurs de la première heure, leurs anciens élèves forment aujourd’hui une grande partie de la population des douars où ils résident, à savoir les douars Oulad Ahmed Medrassa et Iraki ; ils leur conservent un grand respect, les considèrent toujours comme une référence et vont les consulter comme le « pasteur » du village. Quant à H., dans le Sahel, il est l’exemple d’un homme qui a constitué sa clientèle par le biais de la formation qu’il a donnée à des enfants et à l’apprentissage d’un métier qu’il leur a permis d’acquérir :

« J’ai mon atelier de tissage et j’ai mon métier. Je fais de la sous-traitance pour des sociétés installées à Casablanca [Beauséjour] et à El Jadida. Je fais des modèles ou bien on s’entend sur des modèles et je les exécute. Les gens m’envoient leurs enfants pour apprentissage. J’ai vu passer plus de 200 enfants par mon atelier. Ils apprennent pendant un certain temps puis partent ailleurs. Je les éduque en même temps afin qu’ils se comportent comme il faut en société. J’emploie dix machines manuelles de tissage et j’occupe dix personnes encadrées par un contremaître […] ».

Élites de proximité et itinéraires politiques

Du militantisme dans une association de quartier à la candidature à une élection locale

59Très fréquemment, c’est par la constitution d’une association de quartier, puis en militant dans celle-ci que les futures élites de proximité se sont ancrées dans le quartier et se sont inscrites dans le paysage politique local. C’est de cette manière-là en effet que leurs compétences sont le plus aisément lisibles par les habitants.

60• Tel est le cas de H., du douar Bguiryine. H. est né aux Carrières Centrales en 1952. Il réside à Bguiryine depuis 1977 et s’est marié en 1986 à Oulad Ahmed. Il a commencé à « bouger » et à mobiliser la population de son douar sur les conseils et à partir des informations communiquées par un élu (informations concernant, entre autres, les malversations de membres du Conseil communal ayant débouché sur la non réalisation d’une piste menant au douar). Il a été le porte-parole de son douar jusqu’à la Commune, en demandant audience à son Président. Il s’est ensuite présenté aux élections communales de 1992, mais sans succès. Enfin, en 1996, il a monté l’association du douar pour la réalisation de l’adduction en eau potable. Cette association s’est par la suite engagée dans plusieurs autres réalisations (école, mosquée, ordures ménagères, etc.). En 1997, H. s’est à nouveau présenté aux élections locales et, cette fois, il a été élu très largement.

61• Le deuxième cas est celui de H., d’un douar du Sahel. Il est âgé de 42 ans ; né en 1965 à Aïn Gueddid, dans la commune de Dar Bouazza. Son père est originaire de Safi. H. a arrêté ses études au CM2 et a commencé à travailler dès 1976 comme apprenti dans un atelier de tricotage. Il s’est autonomisé en 1988 et possède, depuis lors, son propre atelier de fabrication de mailles (il s’est équipé d’une machine manuelle). Depuis 1996, il travaille comme sous-traitant pour des sociétés textiles. H. a été parmi les initiateurs de la constitution de l’association locale qui a mené une action d’envergure pour l’équipement en eau potable de plusieurs douars du Sahel. Il nous dit :

  • 54 Aherdane était à l’époque le premier secrétaire du MP (Mouvement Populaire).

« J’étais le vice-trésorier de cette association. J’étais actif : je bougeais, j’allais à la LYDEC, je ne demandais pas de mazout ou le remboursement de mes frais de transport de ciment, de sable, etc. Les gens du douar et de l’association m’ont dit “que la Commune rurale ne nous faisait pas comme cela”. Quand on a commencé le creusement des tranchées, j’étais sur les lieux avec ma voiture ; les gens venaient me voir ; je séparais ceux qui, parfois, se disputaient ; je faisais l’arbitre, etc. C’est à la suite de cela qu’ils m’ont poussé pour me présenter aux élections. Mais je n’ai pas accepté sur le champ. Quand quelqu’un est malade ou en crise, de nuit comme de jour, je suis présent. Ils m’ont alors poussé pour les élections. Je ne savais rien des partis politiques et je ne suis membre d’aucun d’eux. C. devait se présenter aux élections législatives, on lui a dit que j’avais la capacité de mobilisation [ta’bi’at] et il est venu me dire qu’il allait m’amener la tazkya [investiture] de Aherdane54. C’est moi qui ai établi la liste des 25 candidats [présentés par le MP] de Dar Bouazza, où j’étais tête de liste et j’ai été élu (2003) ».

62• M., du douar Louimi, constitue notre troisième cas. Originaire de Oulad Ahmed, âgé de 50 ans, il exerce actuellement comme professeur au collège Abulqassim Azzayani, dans le quartier voisin de l’Oulfa (Casablanca). M. a fait ses études primaires à Oulad Ahmed ; il a poursuivi au collège, puis au lycée et à la faculté à Casablanca. Il a fréquenté très tôt des Maisons de Jeunes. Son père était istiqlalien, et la politique faisait partie de son quotidien (la distribution des cartes d’adhésion, l’élection de son oncle aux élections locales en 1977, etc.). Il nous explique :

  • 55 Association culturelle dont les activités principales se limitaient à l’organisation de tournois de (...)
  • 56 Le moussem désigne à l’origine une fête organisée en l’honneur d’un saint.
  • 57 L’association en question s’appelle Jam’yat al asdiqa’, douar Oulad Ahmed (Association de la Frater (...)

« Depuis 1984, j’étais dans le travail associatif. J’ai eu plusieurs activités avec les Maisons de Jeunes ; il fallait faire un tournoi de foot à Dar Bouazza ; j’ai créé l’association “Ghandouri littaqafa”55 à l’époque, et c’était difficile car l’analphabétisme dominait et les gens avaient peur de l’enquête qui accompagnait la formation de l’association. Il y avait le moussem56 des chevaux, on l’a amélioré, on a fait des tournois de foot… On rassemblait tout l’entourage des jeunes de Dar Bouazza. Nos ambitions ont grandi et on s’est tourné vers la politique. L’association a été arrêtée après 1990-1991 car elle était devenue obsolète [moutadabdiba] : il fallait dépasser ce cadre du foot ! À douar Louimi, un mouhcine [bienfaiteur] a creusé un puits et construit un château d’eau, et ses enfants l’ont équipé. Ils ont fait 90 % du travail nécessaire, mais le puits ne fonctionnait pas ! J’ai réuni les gens concernés et leur ai dit de réaliser les 10 % du travail restant. À cette époque, il n’y avait pas encore d’association. On a reçu un peu d’argent pour faire démarrer le générateur et refouler l’eau dans le château ! Puis on a continué un certain temps en percevant l’argent des consommations. C’est alors que j’ai proposé de créer une association pour la gestion ; on a alors présenté les documents nécessaires. Lorsque les gendarmes sont venus pour faire l’enquête, les kbars [les aînés, les anciens] se sont retournés contre moi pour avoir introduit ces gens-là ! J’étais Président de l’association57 et le suis toujours. On fait des actions pour améliorer l’hygiène : ramassage des ordures ménagères dans des sachets à déposer dans un lieu déterminé pour ramassage ultérieur par camion ; on organise le chart du fqih et sa collecte ; on donne une contribution de 1 000 DH pour les familles en cas de décès ; on organise des activités sportives pour les enfants ; on a fait l’éclairage public ; on a fait quatre à cinq campagnes de circoncisions ; et on a monté la Fédération des Associations de Oulad Ahmed qui a goudronné la piste qui remonte de la voie Rahma vers Bguiryine, même si le travail a été mal fait, etc. […] ».

63Monsieur M. poursuit ainsi :

« Mon père, que Dieu ait son âme, est décédé le 5 mai 1983. Il était un homme “social” et les gens se demandaient si ses enfants allaient être comme lui ! Effectivement, ce “vice” est resté en nous ! Dans le douar, en famille, lors d’une discussion, les gens présents ont proposé que je me présente aux élections locales. J’ai réfléchi pendant deux mois et me suis dit que si on se met ensemble, qu’on s’entraide, je suis partant. Je me suis donc présenté pour la première fois en 1992, mais l’affaire était mal préparée. On voulait faire passer avant moi une autre personne, qui travaille à la Bourse de Casablanca et dont le douar a pris le nom. Moi, je n’étais là que pour “remplir le terrain” […] ».

64Monsieur M. précise alors que son principal investissement au sein de l’association créée dans le douar s’est effectué durant les années 1996-1997, soit à la veille des élections locales de 1997. Alors, ajoute-t-il :

  • 58 Les militants de l’USFP, Union Socialiste des Forces Populaires.

« Cette année-là, les Ittihadi58 [USFP] m’ont appelé. J’avais travaillé avec eux auparavant. Je me suis présenté comme candidat avec eux, moi le simple fonctionnaire [bassit], avec des gens grands, ayant de l’argent. Je faisais la campagne avec des amis et des jeunes sans ambition [tma’]. On était 14 Ittihadi sur la liste, mais j’ai été le seul à passer ! ».

65Parmi les membres des associations de quartiers, il convient de mettre en exergue les figures ayant des réseaux dont les tentacules dépassent les limites du quartier. Ce sont en effet ces personnes qui disposent du plus de chances pour être élues dans les Conseils communaux, du moins avant 2003.

66Les leaders dont nous avons présenté les parcours au paragraphe précédent relèvent de ce cas de figure. Par contre, certaines personnes ne sont pas parvenues à se faire élire, généralement des gens qui ne bénéficiaient que d’un ancrage local — dans le quartier même — et qui ont été confrontées à des candidats qui avaient les mêmes atouts locaux, mais qui, en plus, disposaient d’un réseau de clientèle élargi à d’autres douars de la même circonscription : par exemple, Monsieur B., du douar Hmar, élu contre Monsieur M., du douar Iraki auquel il fut confronté lors des élections de 1997.

67Tout change avec le scrutin de liste ! Ce même personnel politique — c’est-à-dire ces leaders à fort ancrage local et positionnés dans un réseau plus large — ne peuvent plus envisager d’être élus s’ils ne sont pas présentés par un parti politique estampillé qui, non seulement l’aura choisi, mais l’aura en outre placé en début de liste. Du coup, une rude compétition se développe entre les partis pour coopter en leur faveur ces personnes-clefs. Mais, alors, qui mettre en queue de liste ? Comment obtenir de candidats ayant tout de même des atouts et un bon ancrage local qu’ils acceptent une position de non-éligible ? Monsieur B. nous a raconté son expérience malheureuse de 2003 : sur la liste qui l’a présenté, il a été placé en cinquième position. Il a obtenu un maximum de voix dans les bureaux de vote de son quartier (stricto sensu) et son score y a même été tellement bon qu’il a permis à sa tête de liste de passer. Mais, en ce qui le concerne, le score final de sa liste n’a pas pu le faire élire.

68Cet exemple nous conduit à nous demander jusqu’où (et jusqu’à quand) le système pourra continuer à mobiliser ces élites sans qu’elles en reçoivent la moindre contrepartie, étant bien entendu qu’elles savent qu’elles ne pourront jamais atteindre la tête de liste sans disposer d’un réseau de relations élargi.

L’associatif comme palliatif à des échecs électoraux et comme moyen d’élargir le réseau de relations de l’élite de proximité

  • 59 C’est son occupation actuelle.

69Le cas de Monsieur Ez., du douar Oulad Ahmed Almadrassa, illustre bien comment l’investissement dans une association permet justement d’élargir son réseau relationnel. Monsieur Ez. est né à côté de l’école des Oulad Ahmed. Il y a fait ses études primaires, puis a poursuivi dans le secondaire, à Aïn Chock, Beauséjour et Anfa, dans des établissements où il était interne. Enfin, après avoir suivi des cours pendant deux ans dans un institut d’électronique, il a passé l’examen de sous-officier à Aïn Borja. Il a ensuite tout quitté pour faire du commerce, avant de tenir une station-service59, de pratiquer la vente/achat de terrains, d’avoir une activité agricole, etc. Son père étant un grand fellah dans la zone même, où il pratiquait l’agriculture et l’élevage.

  • 60 Association sportive des jeunes de Oulad Ahmed.
  • 61 Cette Fédération regroupe 6 associations et elle a été reconnue le 17 octobre 2004.
  • 62 Association couvrant la fraction des Haddaouiynes, laquelle est dominée par une grande famille de n (...)

70Après une défaite aux élections de 2003, Monsieur Ez. a créé, avec d’autres jeunes du douar, une association (jamyat arrida lichabab Oulad Ahmed60) pour améliorer la gestion de l’eau potable dans le douar, car l’ancienne borne-fontaine avait un débit trop faible et que, surtout, la population ne cessait d’augmenter pour atteindre 1 500 à 1 600 ménages. Cette association a par la suite développé plusieurs activités sportives, ce qui a d’ailleurs incité la Commune rurale à aménager un terrain de football. Puis, Ez. s’est investi dans la constitution de la Fédération des Associations de Oulad Ahmed61, qu’il préside. À travers elle, il a pu collecter des ressources auprès de bienfaiteurs et de l’association haddaouya littanmya62 pour faire goudronner 1,5 km de piste (une mauvaise opération, puisque l’association est en procès avec le tâcheron qui a réalisé les travaux à la suite de contestations des populations sur la qualité de l’aménagement réalisé).

  • 63 Se reporter à l’Encadré 1.

71À travers la même Fédération, Monsieur Ez. a intégré le Comité Local de Développement Humain63. Là, il a proposé de parachever l’aménagement de la piste, de construire un dispensaire (moustaousaf) pour l’installation duquel son frère a fait don d’un terrain de 600 m2, de mettre en place un centre d’apprentissage informatique, etc. Pour le collège, il a demandé à son père de faire un don (ihssan) d’un demi-hectare.

  • 64 Les programmes transversaux de l’INDH sont gérés par la Province. Ils visent à promouvoir une nouve (...)
  • 65 Ce taux très élevé a été exigé lors de l’année de lancement de l’INDH, durant laquelle, effectiveme (...)

72Mais, s’agissant des appels à projets de l’INDH64, il juge la procédure trop rapide, peu adaptée pour établir les dossiers de demandes pour toutes ces propositions (deux jours !), ce qui a découragé les associations, d’autant plus que les autorités provinciales exigeaient de leur part une contribution (fonds propres) à hauteur de 40 % de l’investissement envisagé65 !

73Le cas de Monsieur Ez. montre l’investissement du milieu associatif après une défaite électorale aux élections communales. Ez. a élargi son territoire d’action — davantage de douars touchés. Il a investi le milieu associatif car il avait besoin de disposer d’un réseau suffisamment large pour son action politique, l’aide de sa famille et de sa parentèle proche ne suffisant pas. Ceci devrait lui permettre de se positionner différemment lors des prochaines élections locales.

Du militantisme dans le mouvement national à l’association de quartier

74Il n’est pas rare de retrouver, parmi l’élite de proximité, d’anciens militants du mouvement national. Nettement plus âgés que la moyenne et en voie de disparition, ils témoignent souvent qu’un divorce s’est établi avec le(s) parti(s) actuel(s) sensé(s) représenter la continuité des valeurs portées par le mouvement national.

75Monsieur B., 67 ans, du douar Bguiryine, nous rappelle son histoire :

« J’étais dans l’Istiqlal dans ma jeunesse. Aujourd’hui, le parti n’a plus le même sens qu’à cette époque. Avant, on tenait au parti, qu’il soit perdant ou gagnant. Aujourd’hui, avec un peu d’argent, on peut acheter les soi-disant militants ; les mounafiqin-s [hypocrites] changent de visage. Aujourd’hui, c’est le règne du népotisme et du nifaq [trahison] ».

  • 66 Une telle situation a déjà été décrite pour le quartier de Hay Salam de la ville de Souk Larbaa (du (...)

76La vie politique locale lamine certaines valeurs portées jadis par ces partis (engagés dans la lutte nationale). Et lorsque les membres de l’élite qui s’en réclament ont subi plusieurs refus de soutien aux élections, ils finissent par abandonner toute idée de participation directe à la vie politique locale à travers le système électoral. Par conséquent, alors que leur place a souvent été essentielle pour organiser l’action collective au niveau des douars, elle ne l’est plus aujourd’hui que par le soutien (ou le rejet) qu’ils expriment en faveur ou à l’encontre de tel ou tel candidat local. Ce nouveau rôle rempli par ces anciens militants du mouvement national n’en demeure pas moins important, puisqu’il favorise ou gêne l’émergence de nouvelles élites et qu’il contribue parfois à sélectionner ceux qui devraient être élus au Conseil communal66 ; mais il ne peut que diminuer dès lors que les élections se font au scrutin de liste et qu’elles exigent donc des futurs élus qu’ils disposent d’un large réseau relationnel.

Du militantisme dans les associations lycéennes à celui dans les associations nationales et au recrutement par un parti islamiste

  • 67 Rappelons qu’un « licencié » est un titulaire d’une licence (quatre ans d’études supérieures).
  • 68 Parti du Progrès et du Socialisme, issu de l’ancien Parti Communiste, mais désormais de tendance so (...)
  • 69 Tamaris et Ben Abid sont des douars situés au sud-ouest de la commune ; Sidi Rahal est le centre de (...)
  • 70 Parti de la Justice et du Développement, de tendance islamiste modérée.

77Voici le jeune B. Il est originaire du douar Rekkalate, il est né en 1974 à Tamaris (sur la côte, non loin du siège de la commune de Dar Bouazza) dans une famille modeste, mais connue — son grand-père était goumier. Il a fait ses études primaires puis secondaires à Anfa à Casablanca (au Lycée Moulay Driss), puis il a suivi pendant trois ans des études supérieures à l’Institut Supérieur de Technologie Appliquée (ISTA). Il les a achevées en 2002. Par la suite, B. a été salarié (styliste) pendant trois ans dans un bureau d’études situé dans le quartier de l’Hermitage (Casablanca), puis quatre ans toujours comme salarié d’une association de lutte contre l’analphabétisme, sur un financement du Ministère des Affaires sociales. Il a travaillé encore huit mois en tant que technicien diplômé dans une entreprise de Casablanca. Ce jeune adulte vit toujours chez ses parents. Il a commencé à militer quand il était encore au Collège de Dar Bouazza, à travers les activités qu’il avait à la Maison des Jeunes et grâce à la formation prodiguée par un jeune licencié67 vivant dans son quartier, mais n’ayant pas d’appartenance politique marquée. Mais, déjà à cette époque, B. était sensible au discours que les islamistes répandaient au sein d’associations lycéennes. Un mois après les élections législatives de 1996, B. a créé, avec quatre autres personnes — dont Ali Belhaj, alors membre du PPS68 mais aussi ancien Président (de 1992 à 1994) du Conseil communal de Dar Bouazza, une association — l’association Ben Abid — pour lutter contre l’analphabétisme Cette association s’est fortement appuyée sur le programme de lutte contre l’analphabétisme (lequel, localement, couvre aussi deux communes de la Province voisine de Settat et a pris en charge, entre 2001 et 2004, un total de 1 800 bénéficiaires), mais aussi sur le programme d’éducation non formelle (Tamaris, Ben Abid, puis Sidi Rahhal69) ainsi que sur divers autres programmes dont certains financés par l’US-Aid (financement à 70 % avec emploi de diplômés de l’enseignement supérieur). L’association Ben Abid organise également des séances annuelles pour la circoncision des enfants (un total de 700 enfants), avec l’aide d’un groupe de médecins de Casablanca. C’est en 2000 que B. devient membre du PJD70. En 2003, il est présenté par ce parti comme tête de liste, est élu et intègre donc le Conseil communal. Il présente son action politique ainsi :

  • 71 ‘oqda signifie un complexe difficile à surmonter.
  • 72 Référence faite à la compétition entre les associations influentes localement (qui mobilisent les j (...)

« Je me suis présenté, car c’est aussi une voie pour apporter des choses dans la zone que l’on représente ; et beaucoup de gens ne savent pas que je suis dans le Conseil communal car le côté qui prime dans mes activités est le travail associatif. Le travail politique est plus efficace que le travail associatif, parce que dans une association tu dois toujours quémander! On a introduit le travail associatif dans la commune et il y a des élus qui ont un problème [‘oqda71] avec l’association. Actuellement, le Conseil communal est à 55 ou 60 % contre l’association72 ! »

78L’exemple de B., jeune diplômé local, montre le cas d’un militant qui est passé par une association dont la finalité est la formation de la population, qui a eu l’appui d’un député, et qui, par la suite, a réussi à élargir son champ d’action à tous les jeunes de la zone. C’est cet ancrage qui lui a fait intégrer le Conseil communal à travers un parti nouvellement implanté dans la région (le PJD).

79Quand on suit les évolutions récentes de sa carrière, on constate que B. a poursuivi son action pour renforcer les capacités d’action de son association (construction d’un local, organisation de conférences-débats, sensibilisation/formation, etc.). Et qu’il a progressivement acquis une stature plus large, comme en témoigne le fait qu’il ait été choisi pour être l’un des cinq membres associatifs invités à participer aux travaux du Comité Local de Développement Humain, un choix qui a été favorisé par son action en faveur de la création de la Fédération des Associations de Dar Bouazza. À ce propos, B. nous a déclaré :

  • 73 Ces « papiers » sont principalement le récépissé délivré par les autorités locales les autorisant à (...)

« À Dar Bouazza, dès la déclaration de l’INDH, il nous est apparu opportun de créer une Fédération des Associations pour développer le travail associatif dans la perspective de l’INDH et l’élever par rapport au niveau où il se trouvait jusqu’alors, avec des gens dont certains avaient créé des associations sans toujours savoir ce qu’ils allaient en faire et dont d’autres l’avaient fait uniquement pour exercer des pressions sur le Conseil communal. Nous sommes encore loin d’une professionnalisation des acteurs et d’une légitimité des actions. Cela fait maintenant une année que la Fédération est créée. Pourtant, des associations continuent à présenter des “projets” sans dossier réfléchi. Et certaines ne sont même pas structurées et organisées ; elles ne possèdent même pas leurs papiers73 ! […] ».

80Quant à B., c’est fort de cette histoire et de ces atouts qu’il s’affiche maintenant comme le représentant du PJD dans la zone.

81L’ensemble de ces itinéraires politiques montre deux faits majeurs. En premier lieu, le mouvement associatif (l’association locale de quartier) est un véritable terreau pour la constitution des élites de proximité et pour l’apprentissage de la vie politique. En second lieu, il est aussi un lieu d’interaction politique de réelle importance, mais qui demeure insuffisant. En effet, l’aire de déploiement des élites qui y naissent doit nécessairement s’ouvrir si ses membres veulent s’imposer au plan politique. Et cela est particulièrement vrai depuis que le scrutin de liste a été institué. Aujourd’hui l’élite de proximité commence à négocier sa place dans les élections, en jouant les atouts dont elle dispose et en apprenant à se situer par rapport à la philosophie d’action des partis dans la région. La place des candidats aux élections sur les listes dépend en effet à la fois de leur rapport au parti et de l’ampleur du réseau de relations qu’ils peuvent mobiliser. Ce sont ces deux caractéristiques qui opèrent une forte « sélection » parmi l’élite de proximité.

L’élite de proximité dans ses rapports aux partis politiques

  • 74 Par exemple dans les travaux antérieurs de A. Iraki, 2002, op. cit.

82Les élus sont rarement fidèles aux partis qui les ont présentés une première fois. Cette tendance, déjà relevée ailleurs74, peut être qualifiée de « transhumance » politique. Elle incite certes à s’interroger sur les mobiles des élus et candidats, mais elle témoigne aussi — et pour notre recherche, c’est cela le plus important — de la marge de manœuvre dont jouissent les membres des élites de proximité. Plus le futur candidat dispose de ressources et d’atouts importants, plus il est sollicité par les différents partis politiques pour intégrer leur liste en bonne position. De ses atouts, dépend donc le résultat des négociations qui s’engagent entre lui et ces partis, présents localement.

83Voici le cas de M. Il a été élu au Conseil communal de Dar Bouazza en 1997 avec l’étiquette de l’USFP. Se retrouvant dans une opposition composée de 9 élus de différents partis (UC, SAP, USFP) face à une majorité homogène de 15 élus du RNI, il constate qu’il ne peut satisfaire aucune demande de ses mandants et décide alors de passer au RNI :

« Je suis allé avec eux, mais en posant mes conditions : ne pas changer de couleur et qu’on travaille main dans la main ; être dans le bureau ; satisfaire les demandes de ma circonscription ! ».

84Arrivèrent alors les élections de 2003, et le scrutin de liste favorisa le déploiement de nouvelles logiques. M. explique ainsi :

« J’ai été placé en deuxième position sur la liste de l’Istiqlal, qui a obtenu 3 élus. Les anciens de l’USFP ne se sont pas “assis avec la population” [ils n’ont pas négocié]. En 2003 c’était le scrutin de liste et ils voulaient mettre des gens inconnus : j’ai dit non ; il faut mettre des fils d’ici ; et connus. Je suis alors retourné dans la “maison de mon père” [l’Istiqlal] ! Pour l’élection du Conseil provincial, je me suis présenté et suis passé le quatrième. Pour la Région [Conseil régional], on s’est mis d’accord qu’il n’y a plus de couleur qui compte et on a décidé de faire passer un USFP qui est ingénieur agronome, mais il n’a pas eu la tazkya [l’investiture] de son parti et on a alors fait passer un PJD ».

85Le cas ci-dessus montre ainsi l’importance de l’élite de proximité dans la vie politique locale lorsque ses membres bénéficient d’un réseau élargi et du renforcement de leur légitimité par l’entremise d’un passage remarqué au sein du Conseil communal. Certains partis (l’Istiqlal, le MNP, mais aussi le RNI et l’UC) semblent avoir compris mieux que d’autres (l’USFP) l’importance de l’enracinement et les méfaits du « parachutage » des candidats qu’ils présentent aux élections.

86Voici le cas de Monsieur M. Celui-ci considère que, en tant qu’élu au Conseil provincial, il se doit d’être le porte-parole de sa Commune au niveau provincial, mais il est également conscient que cette élection lui permet d’élargir considérablement son réseau de relations d’un côté et, de l’autre, d’accroître sa légitimité au niveau communal du fait des actions qu’il peut mener et des financements qu’il peut obtenir à cette échelle. Il explique ainsi :

  • 75 Par suite du ralliement d’élus qui, jusqu’alors, soutenaient la majorité du Conseil communal.

« On a résolu plusieurs problèmes en matière d’éducation avec le Délégué provincial [de l’Éducation Nationale] qui assistait avec nous [aux séances du Conseil] en tant que responsable d’un service extérieur de l’État ; parmi les points que j’ai soulevés figure la surcharge des classes [60 élèves par classe], l’encouragement au secteur privé, la question du transport des élèves […]. Je suis le rapporteur du budget du Conseil provincial. En 2003, j’étais dans l’opposition au sein du Conseil communal [10 élus contre 16] ; et puis, on est devenu majoritaires75 et le Président est venu de notre côté. En conséquence, actuellement, si l’on n’est pas dans le bureau, mais on n’en conduit pas moins la Commune dans l’ombre [3 Istiqlal, 3 USFP, 2 PJD, 1 MNP, 1 PND, le Président et le groupe du FFD] ».

87Le rapport aux partis dépend certes des ressources dont les élites de proximité disposent pour exercer le pouvoir, mais il montre aussi quelques logiques locales de certains partis. Ainsi en est-il de B. (de Oulad Abid) avec le PJD ou de H. (de Briguyine) dans ses rapports avec le RNI ou le MNP. Dans le premier cas, on constate un appui franc du parti pour un jeune qui bénéficie de réels atouts, surtout auprès des jeunes, mais qui est politiquement vierge. Dans le second cas, on a affaire à une personne qui est un ancien élu (de 1997), qui contrôle un réseau assez localisé, qui n’est pas originaire du quartier et qui n’a pas trouvé de parti pour le placer en tête de liste. La manière dont les partis apprécient et sélectionnent leurs candidats privilégie la qualité supposée de leur réseau de relations, mais aussi leur origine ethnique, car il leur faut éviter « l’étranger », facilement stigmatisé par ses adversaires. Dès lors que la circonscription correspond à un territoire élargi, ce sont ces deux critères qui deviennent déterminants dans le choix de la tête de liste. H. nous rappelle alors ce qui s’est passé :

« En 1997, je me suis présenté aux élections communales et j’ai été élu sur une liste du RNI. En 2003, je voulais me présenter à nouveau avec eux, mais comme c’était désormais le scrutin de liste, ils ne m’ont pas voulu. Je me suis alors adressé au MNP, en leur demandant de me mettre en deuxième position sur leur liste, mais ils m’ont placé à la quatrième, car les premières places étaient déjà prises ; et moi, je n’avais plus le choix. Les trois premiers ont été élus ; ils sont de la zone, n’ont pas de popularité, et n’ont pas eu autant de voix que moi qui n’ai pas été élu. J’ai obtenu 1 800 voix dans mon bureau de vote ! Actuellement nous sommes les seuls [les gens des douars de Briguyine et d’Oulad Ahmed Madrassa] à être sans représentant au Conseil ! Par contre, les gens des douars Hmar et Louimi ont leur représentant, Monsieur M. Il n’y a donc personne de chez nous pour crier au sujet des problèmes ou des opportunités qui se présentent malgré le fait qu’on nous dise que les autres élus travaillent pour toute la zone ! ».

88Les situations que nous venons de décrire, même si rapidement et imparfaitement, nous interrogent sur le sort réservé par les partis politiques à ces élites locales dont le réseau de relation est peu étendu, même si elles sont bien ancrées dans leur espace micro-local. Cette interrogation renvoie au mode de désignation des candidats par les principaux partis et aux carrières politiques que leurs décisions sont susceptibles d’ouvrir ou de fermer à ces élites. Force est d’ailleurs de constater le comportement très différent des partis en ce domaine : les uns accordent une grande importance au recrutement de ces élites de proximité, tel l’Istiqlal ; d’autres y sont moins sensibles, comme c’est le cas de l’USFP.

89Au-delà du recrutement des élites de proximité, le suivi de leur carrière politique dans des cadres transparents demeure une nécessité pour éviter la « transhumance » et assurer leur pérennité ainsi que la possibilité de conduire une action marquée politiquement. Or, parmi les situations que nous avons rencontrées au cours de notre recherche, nous n’avons jamais trouvé de véritables structures de suivi du local par les organes centraux des partis, hormis le PJD.

Conclusion

90La recherche dont ce texte est issu est loin d’être achevée. Au stade actuel, il nous a semblé pourtant que les résultats obtenus permettaient de répondre à quelques interrogations qui se posent concernant le politique par le bas et son articulation au système politique « formel ».

91Deux points nous semblent particulièrement importants.

92• Le premier a trait à la vie politique locale et au renouvellement de l’élite que pourrait favoriser l’émergence d’une élite de proximité s’inscrivant dans le système politique local (communal), puis provincial et enfin (éventuellement) national. Ce processus a été largement amorcé, selon nous, à l’occasion des élections locales de 1997, lesquelles, encore réalisées au scrutin uninominal à un tour, ont été l’occasion, surtout dans de petites circonscriptions, de l’élection de nombreux représentants des élites de quartier. De ce fait, nombre de « Ould Derb » (fils de la rue, enfants du quartier) ont pu entrer dans les Conseils communaux. Toutefois, les élections de 2003 ont opéré un écrémage de cette élite, du fait que le nouveau mode de scrutin, le scrutin de liste, s’est appliqué à des circonscriptions électorales élargies à tout le territoire communal pour les communes de plus de 25 000 habitants(Cf. Encadré 3). En conséquence, une véritable sélection a été opérée parmi l’élite de proximité. Seuls désormais ont pu continuer à tirer leur épingle du jeu les candidats ayant à la fois un bon ancrage local (à l’échelle du quartier) et un réseau de relations dépassant l’échelle locale, soit par exemple à travers leur participation à des structures élues de niveau plus élevé telles que le Conseil provincial, l’ancienne Communauté Urbaine [de Casablanca] — CUC — ou le Conseil de la Ville [qui a succédé à la CUC], soit encore à travers les organes d’un parti qui les soutient ou ceux d’une ONG d’envergure nationale qui leur permet de rayonner, etc. C’est la surface de ce réseau de relations et sa capacité à « capter » des ressources qui est la condition indispensable à la pérennisation de cette élite de proximité. Peu d’entre ses membres disposent de ces atouts et ce ne sont donc que ceux d’entre eux qui les possèdent qui peuvent être considérés comme les acteurs participant au renouvellement de l’élite locale. Le système politique actuel tend donc plutôt à marginaliser ces élites, alors pourtant que leur rôle en tant qu’intermédiaires « portant » la demande sociale demeure fondamental. La déconnexion qui s’effectue ainsi entre les élus et le territoire risque de créer une situation de plus en plus instable politiquement, en ce sens qu’au lieu de favoriser un apprentissage de la démocratie, elle tend à favoriser le désintérêt des citoyens et le renforcement de la place de l’argent lors des élections pour l’achat des voix

93• Le second point concerne les nouvelles ressources externes que peut mobiliser l’élite de proximité en profitant de la mise en œuvre, à partir de 2005, des nouvelles politiques (publiques) sociales de lutte contre la pauvreté. Il s’agit tout particulièrement de l’INDH, dont les objectifs déclarés comportent une volonté d’impliquer plus largement la société civile et le secteur privé à travers des appels à projets réservés aux associations et la création de nouveaux organes de gouvernance qui prennent place à tous les échelons administratifs (communes et arrondissements/provinces et préfectures/régions) — organes qui se juxtaposent aux assemblées élues — et qui impliquent, entre autres, de nombreux présidents d’associations. Ces comités (Comité Local, Provincial et Régional de Développement Humain), dont les membres sont désignés par le gouverneur avec l’aide des agents d’autorité, sont en effet constitués par tiers d’élus, de fonctionnaires et de membres de la société civile. Le choix de ces derniers demeure cependant arbitraire, car il est largement fonction du jugement porté par chaque gouverneur sur telle ou telle association et sur telle ou telle personnalité qui la dirige.

  • 76 Ces trois associations sont les suivantes : 1. la Fédération des associations, présidée par le resp (...)

94Ainsi, à Dar Bouazza, le Conseil Local de Développement Humain (CLDH) comprend cinq Présidents d’associations. Deux d’entre eux président des associations d’envergure nationale — mais dont aucune ne dispose de relais local institué —, et trois autres, tous résidents dans la commune, des associations plus récentes, actives à l’échelle locale76. Les désignations ainsi effectuées ont, en terme d’itinéraire politique de l’élite de proximité, favorisé un fils de notable en quête de légitimité (Ez.) et renforcé la place d’un jeune (B.) à l’assise déjà solide.

  • 77 On peut citer, parmi les principales : l’association Zakoura pour l’éducation non formelle et le mi (...)
  • 78 Cette aide en faveur des associations a été principalement assurée par les cadres de la Division de (...)
  • 79 Il en est ainsi pour la désignation des représentants des associations. Certains gouverneurs ne veu (...)
  • 80 Difficultés liées à la relative jeunesse de l’INDH et au fait que notre propre recherche demeure in (...)
  • 81 Dans un article intitulé « La panne des élites », M. Tozy (2004) insiste sur l’adaptation du pouvoi (...)

95À examiner de plus près les associations ayant bénéficié des ressources de l’INDH (à travers la réponse à des appels à projets pour des activités génératrices de revenus ou de gestion de services socio-éducatifs), on constate, du moins dans le cas de Dar Bouazza, l’importance des associations « externes », c’est-à-dire dont le siège n’est pas localisé dans la commune elle-même77. La proximité du centre de Casablanca explique certainement la multiplication locale des antennes de grandes associations ou l’implication d’entrepreneurs, architectes et médecins de la métropole qui contribuent activement aux activités de formation, au fonctionnement de certains services ou à la création d’autres, novateurs (création d’une pépinière, d’un centre de formation aux métiers du bâtiment, etc.). Ce mouvement, bien qu’impulsé par des initiatives dont l’origine est extérieure à Dar Bouazza, a permis l’implication de plusieurs jeunes de la commune rurale, qui agissent au sein des antennes locales de ces associations. Il n’en reste pas moins que, dans l’ensemble, les ressources injectées localement par l’INDH n’ont que peu bénéficié aux petites associations de quartier — nombre d’entre elles ne sont pas reconnues légalement — dont nous avons décrit les actions dans les paragraphes précédents. Sans doute cette situation s’explique-t-elle en partie par les difficultés rencontrées par ces associations pour remplir les formalités nécessaires pour répondre aux appels à projets de l’INDH. Mais ceci n’est pas la cause principale : en effet, nous avons pu constater, dans les quartiers d’habitat non réglementaires de Tétouan, comment l’ensemble du programme INDH de lutte contre l’exclusion avait financé des actions concernant la restructuration des quartiers (goudronnage des pistes d’accès, éclairage public, etc.), en négociation directe avec les membres des anciennes associations de quartier désignés comme représentants de la société civile au sein du Conseil Local de Développement Humain (Association Targa-Aide, 2008). Dans ce cas, les ressources de l’INDH ont été mobilisées par les élites de proximité dans leur itinéraire politique, renforçant par là-même leur légitimité locale. Pour ce faire, il a fallu que le gouverneur facilite78 les procédures administratives aux associations. En fait, une fois l’INDH déclinée dans ses grands objectifs et ses mécanismes de fonctionnement (à travers ses manuels de procédures et circulaires ministérielles), sa mise en œuvre a pris plusieurs colorations, dépendant largement de ce qu’en ont « compris » les différents acteurs locaux et particulièrement le plus haut placé d’entre eux, à savoir le gouverneur79. Quoi qu’il en soit, les ressources externes qui peuvent être mobilisées par les élites de proximité sont bel et bien là ! Si leurs effets socio-politiques locaux sont encore contrastés et restent difficiles à évaluer précisément80, force est de constater que de nouvelles compétences sont demandées à cette élite de proximité pour répondre à de nouvelles procédures (préparation des réponses à appels à projet, gestion d’associations qui se professionnalise, etc.). Les jeunes semblent les plus adaptés à ce changement et la génération des aînés se retrouve de plus en plus écartée. Sur un plan plus général, il convient alors de s’interroger, avec M. Tozy, sur l’importance que revêtent ces nouvelles compétences pour le pouvoir central, mais aussi sur les effets des modes de cooptation (sélective) quant à la capacité des élites ainsi captées à conserver leur légitimité locale81.

Haut de page

Notes

1 Ces stages ont été coordonnés par Aziz Iraki et ils ont été encadrés par lui-même et ses collègues Mohamed Tamim et Abdelaziz Adidi. Ils ont eu lieu dans les quartiers de Lahraouyine (47 621 habitants)— ce quartier est situé dans la commune du même nom de la Province de Médiouna —, de Lamkansa ( un peu moins de 35 000 habitants) et de Lamzabyine (14 000 habitants), tous deux situés dans la commune de Bouskoura. Dans ce premier ensemble, un échantillon de 320 ménages a été enquêté. Les autres lieux de stage se sont situés dans la commune de Dar Bouazza : il s’agit du quartier de Hmar, du Douar Serghini et du Douar Bguiryine. Ici, 305 ménages ont été enquêtés. Pour le découpage administratif de la Région du Grand Casablanca, on se reportera à la Fig. 1 et, pour la localisation des douars et quartiers urbains de la commune rurale de Dar Bouazza, à la Fig. 2.

2 Les pourcentages fournis ici sont issus des rapports de stage des étudiants. Ils sont calculés à partir de la dernière résidence des personnes enquêtées. De manière plus précise, on peut estimer que 70 % des habitants de Lahraouyine proviennent de Casablanca, 5 % de Settat, 4 % de Kelaa des Sgharna, 7 % d’un autre centre urbain, tandis que 14 % sont nés sur place. À Lamkansa, 73 % proviennent de Casablanca et, sur les 27 % restants, les deux tiers sont originaires des régions Doukkala-Abda et Chaouïa-Ouardigha, 11 % de celle de Marrakech-Tensift-Al Haouz et 8 % du Grand Casablanca.

3 À Lahraouyine, ces catégories représentent ensemble 32 % des actifs enquêtés.

4 Toujours à Lahraouyine, ces catégories représentent 27 % des actifs enquêtés.

5 Voir sur ce sujet les travaux de A. El Bouaaichi, 2000 (sur le quartier Oued Fès), de A. Hafiane, 1999 (sur les quartiers d’habitat illégal à Guelma et Constantine) et de A. Benveniste et L. Podselver.

6 Le SOFA (Schéma d’Organisation Fonctionnelle et d’Aménagement de l’aire métropolitaine centrale Casablanca-Rabat, 2007) donne une description assez précise de cette dynamique urbaine. Le Grand Casablanca a gagné un demi-million d’habitants au cours de la dernière décennie, soit un taux de croissance de 1,5 % par an, correspondant approximativement à la croissance naturelle de sa propre population. Le solde migratoire est en effet quasi nul, les entrées et les sorties s’équilibrant. Mais la faiblesse de la croissance d’ensemble masque des recompositions très rapides, tant des espaces fonctionnels que des masses démographiques : ainsi, les activités productives ont quitté massivement les quartiers centraux ou la première ceinture de banlieues pour se relocaliser dans des périphéries plus lointaines, tandis que les changements de résidence au sein de l’agglomération concernent des centaines de milliers de personnes — les flux les plus massifs étant orientés depuis les quartiers anciens et denses vers les communes rurales périphériques. Il résulte de ces dynamiques une structure spatiale où se distinguent deux ensembles principaux : la zone urbaine dense et agglomérée qui concentre 2,8 millions d’habitants sur 150 km2, soit une densité moyenne de 19 300 hab./km2 — dix ans plus tôt, cette densité moyenne n’était que 17 900 hab./km2. Toutefois, dans le même temps, un processus de dédensification s’est engagé dans la zone hyperdense, que 350 000 personnes ont quitté pour se diriger soit vers les autres communes de l’agglomération (pour 40 %), soit vers les périphéries et en particulier en zone rurale (pour 60 %, ce qui correspond à plus de 200 000 personnes). La couronne externe (périurbaine) de l’agglomération a gagné 300 000 habitants, passant de 500 000 à 800 000 résidents, soit un taux de croissance de près de 5 % par an. Cette croissance est très composite et surtout illégale. Que ce soit dans les domaines scolaire, de santé ou socio-culturel, on observe à peu de choses près partout la même tendance, celle d’un renforcement du sous-équipement. De fait, l’essentiel des déficits d’équipement et d’infrastructures concerne la couronne externe du Grand Casablanca.

7 Nos enquêtes ont été réalisées en 2007. Depuis cette date, le Roi a annoncé (premier trimestre 2008) le démarrage prochain d’un aménagement global de la commune de Lahraouyine. Ce projet a été intégré dans la dernière mouture du Schéma Directeur d’Aménagement du Grand Casablanca, approuvé par les différentes collectivités locales à l’automne 2008.

8 Lahraouyine est une commune rurale située dans la province de Médiouna. Au Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 1994, elle comptait 3 062 ménages (16 135 hab.) tous classés comme ruraux par la Direction de la Statistique. Au Recensement suivant (2004), le nombre de ménages atteignait 10 806 et la population totale 52 862 habitants ; le taux d’accroissement moyen annuel intercensitaire est de 12,6 %. Toutefois, à cette dernière date, la Direction de la Statistique a identifié une agglomération, qu’elle a qualifiée de « centre urbain », portant le même nom que la commune (Lahraouyine), regroupant 9 698 ménages et 47 261 habitants. Cette agglomération n’est pas une ville administrativement parlant, mais est urbaine statistiquement. Géographiquement, on peut la considérer comme un quartier périphérique du Grand Casablanca, dont l’émergence peut être datée de 1995 et s’est effectuée de façon totalement « illégale ». Toujours en 2004, le reste de la commune compte donc 1 108 ménages et 5 601 habitants statistiquement ruraux. Pour ce qui est de Lamkansa, il s’agit là aussi d’un « centre urbain » au sens de la Direction de la Statistique. Il est situé dans la commune rurale de Bouskoura, laquelle appartient à la Province de Nouaceur. En 1994, cette commune rurale comptait 4 125 ménages et 22 818 habitants, tous ruraux. En 2004, on est passé à 19 709 ménages et à 92 259 habitants, soit un taux moyen d’accroissement annuel de 15% entre les deux recensements. À cette dernière date, la Direction de la Statistique a identifié, au sein de la commune rurale de Bouskoura, deux « centres urbains » : Lamkansa (7 305 ménages et 33 940 habitants) et Bouskoura même (2 885 ménages et 13 453 habitants). La population communale recensée comme rurale en 2004 regroupe donc 9 522 ménages et 44 866 habitants.

9 La notion de « douar » est généralement utilisée au Maroc pour désigner des unités territoriales de base d’habitat groupé en milieu rural, mais elle est également utilisée pour désigner certains quartiers en milieu urbain ou périurbain. En ce dernier cas, son usage renvoie au caractère « spontané » et non réglementaire de ce type d’habitat d’une part, et à des caractéristiques morphologiques et socio-économiques qui le rapprocheraient du genre de vie rural (matériaux de construction rudimentaires, présence d’animaux domestiques, etc.), d’autre part. Bien que les quartiers Lahraouyine et Lamkansa soient aujourd’hui fort peuplés et que les caractéristiques morphologiques de l’habitat ne soient guère rurales, l’appellation « douar » se maintient au moins pour certaines parties de ces quartiers.

10 La commune rurale de Dar Bouazza a elle aussi enregistré un très fort accroissement démographique entre 1994 (8 167 ménages, 45 177 habitants) et 2004 (25 507 ménages, 115 367 habitants), soit un taux annuel moyen de 9,8 %. Par ailleurs, cette commune, bien que maintenue dans un statut administratif de « commune rurale », présente une très forte diversité de ses formes d’habitat : si, à l’intérieur de son territoire, certains douars ont conservé des traits ruraux, l’essentiel est désormais constitué par des « douars » d’habitat non réglementaire et, sur la zone côtière le long du littoral atlantique — le Sahel —, par des résidences parfois luxueuses autour du port et des plages.

11 Outre les douars sur lesquels nous avons entrepris des investigations approfondies (notamment Hmar, Bguiryine et Serghini), nous avons enquêté dans d’autres douars de la commune de Dar Bouazza, bien que de façon non systématique. Nous exploiterons les entretiens que nous avons réalisés en ces autres lieux lorsque nous présenterons telle ou telle action ayant mobilisé les élites ou les habitants de ces douars.

12 Derb Ghallef est situé dans l’arrondissement urbain du Maarif à Casablanca. Pour une anthologie du cœur de ce quartier, voir J. Khalil, 2008, pp. 68-104.

13 La LYDEC est une société privée, filiale à 51 % de Suez. Elle s’est vue confier, par une délibération en date du 15 avril 1997 de la Communauté Urbaine de Casablanca, la gestion déléguée de la distribution d’électricité, d’eau potable et du service d’assainissement liquide à Casablanca et Mohammedia. Voir le site : www.lydec.ma

14 En effet, les populations disposent gratuitement de l’eau délivrée par les bornes-fontaines. Mais celles-ci sont propriétés des communes, lesquelles payent l’eau à l’organisme (régie, société privée) qui les approvisionne.

15 Dans un document présenté par les élus de Dar Bouazza en janvier 2005 et intitulé : « Douar Hmar, Opération pilote d’accès aux services », on peut lire au sujet des principes de partenariat à promouvoir pour la desserte en eau potable ce qui suit : « L’association des habitants commande à la LYDEC la réalisation et la gestion de l’alimentation publique et du compteur collectif ; elle est responsable de la mise en place et de la gestion du réseau privé, confie à Zakoura [association de microcrédit] une mission d’assistance financière pour l’accès au crédit des habitants qui le souhaitent, et confie à la LYDEC une mission d’assistance technique pour la mise en place et la gestion du réseau privé. L’association de microcrédit Zakoura mobilise les habitants et aide à la structuration de l’association du douar, prête aux habitants le montant des travaux, recouvre les remboursements, et assiste l’association du douar pour le recouvrement des consommations. La LYDEC fait les études ; réalise et entretient les réseaux publics ; assiste l’association du douar pour la réalisation des travaux privés, la lecture des compteurs et la répartition des consommations et la maintenance du réseau […] ».

16 Le Président de la commune rurale de Dar Bouazza insiste sur le fait qu’il « faut un droit qui régisse les relations entre les communes rurales périphériques de la ville de Casablanca et cette ville ». Il rappelle en effet que si la LYDEC a signé en 1996-1997 la Convention de gestion déléguée du service de l’eau et de l’électricité avec le Conseil de Ville de Casablanca, ce n’est que deux années plus tard, lorsque les communes ont commencé à crier, que l’on s’est enfin intéressé à elles. Et il ajoute : « Ils ne nous intègrent pas dans les discussions et il n’y a pas de cadre de discussion de ces questions avec nous. La balance s’est renversée : on leur a donné [à la LYDEC] la concession et ils considèrent aujourd’hui qu’ils nous donnent le service ; avec la LYDEC, on paie un tarif double [hors convention] de celui pratiqué dans la ville de Casablanca ! Ils nous considèrent comme un simple client et non comme quelqu’un à qui ils doivent la concession […] » (Entretien du 22 janvier 2007).

17 La RAD est la Régie Autonome de Distribution de l’eau et de l’électricité. C’est elle qui assurait la distribution de l’eau potable avant l’arrivée de la LYDEC.

18 Environ 18 € ; 1 DH (dirham marocain) = 0,09 € en mars 2009.

19 Bien que le centime ne soit pas une subdivision officielle du dirham marocain, son usage est encore relativement courant ; 100 centimes = 1 DH.

20 Cette organisation était rendue nécessaire par la relative dispersion des différents groupements de population. Une première ligne devait donc desservir Rhamna (180 foyers) et Douar Negro (36 foyers) ; une seconde Douar Six (116 foyers), Oulad Si Haddou (16 foyers) et Oulad Hriz (450 à 460 foyers).

21 Le taleb est une sorte de clerc de la mosquée.

22 La j’maa est l’assemblée représentant la collectivité (rurale), traditionnellement composée des anciens et des notables. Paul Pascon l’a définie comme « la forme de la vie sociale la plus capable d’initiative à la base de la société paysanne » (cf. Pascon P., 1986). Le terme peut se retrouver aujourd’hui dans les quartiers urbains, où il désigne le groupe de personnes actives au sein de ce quartier, qui initient et portent des actions d’intérêt collectif. Ce groupe s’organise généralement d’abord autour de la mosquée du douar et à propos de questions s’y rapportant.

23 Pluriel de taleb.

24 Le territoire des Ouled Ahmed correspond à l’ensemble des douars constitutifs de cette zone septentrionale de la commune rurale de Dar Bouazza.

25 Soit 290 000 DH.

26 Lissasfa est une zone du territoire de la commune de Casablanca, située au Nord-Est de Dar Bouazza, sur la route principale reliant Casablanca à El Jadida.

27 DEN : Département du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Au niveau régional, ce Ministère est représenté par une Académie Régionale d’Éducation et de Formation, et, au niveau provincial, par une Délégation du MEN.

28 Grand propriétaire foncier local. Un douar voisin porte son nom.

29 Soit 200 000 DH pour le coût total et 100 000 DH au comptant et l’équivalent sous forme de traites.

30 En réalité, cette action a été conduite à peu près simultanément avec celle pour l’accès à l’eau potable.

31 Oulfa se situe sur le territoire de Casablanca.

32 Les premiers migrants qui se sont installés ont acheté une parcelle auprès des anciens et ont généralement bénéficié de leur part d’eau potable gratuite (accès aux puits individuels). Les anciens assuraient aussi leur protection vis-à-vis des autorités locales.

33 Le chart est la rémunération négociée du taleb.

34 Dans la production des biens collectifs par un groupe ou une organisation, certains membres s’abstiennent volontairement de toute contribution dans la mesure où ils savent que ce bien sera malgré tout produit, qu’ils participent ou non à son financement.

35 La LYDEC avait proposé dans un premier temps aux populations le paiement de la quote-part de chaque ménage en impliquant pour ce faire une association de microcrédit (Zakoura). La proposition avait été refusée par le bureau de l’ancienne association de quartier, puis par l’ensemble de la population (aux motifs que les taux d’intérêt proposés par cette association étaient trop élevés, que les ménages indigents étaient exclus du système, etc.). La situation ne s’est débloquée qu’avec l’intervention de l’autorité de tutelle (Ministère de l’Intérieur) qui a mis en place un partenariat entre la LYDEC et la commune permettant de diminuer sensiblement la part à payer par les ménages.

36 PAGER : Programme rural d’alimentation en eau potable.

37 Cette idée sera reprise et développée en Conclusion.

38 Sur les Ouled Ahmed, se reporter à la note 24.

39 Le douar « Serghini » est établi en totalité sur les terres de M. Serghini. Son installation s’est faite selon les modalités devenues classiques du « clandestin » : un morcellement, puis une protection par le propriétaire foncier qui essaie d’assurer les premiers équipements en usant de l’influence qu’il a en tant qu’élu au Conseil communal. Ici, le notable agit à travers son réseau d’influence (ressources externes et proximité du centre — de décision).

40 Il s’agit de l’une des 25 circonscriptions électorales définies pour les élections communales sur le territoire de la commune rurale de Dar Bouazza. Ce mode de découpage a été supprimé pour les élections de 2003.

41 Les sigles des partis sont explicités dans l’Encadré 2 : « Les principaux partis politiques marocains ».

42 On se reportera à l’Encadré 3 : « Modes de scrutin et système électoral au Maroc ».

43 En réalité, comme on l’a déjà vu, H. n’est pas marié à une femme de sa tribu, mais à une femme des Fokra, une tribu située sur la route d’El Jadida à quelques kilomètres du lieu où se situe le douar de H.

44 Sans oublier toutefois que, dans ces campagnes casablancaises, la propriété est souvent citadine (grosses fermes).

45 Ould Lblad : l’enfant (ou le fils) du bled, du terroir, du quartier…

46 Berrani : étranger (au lieu d’installation), venu d’ailleurs.

47 Dans la région des Doukkala. Il s’agit du douar Hmar Chemaia.

48 Autrement dit, ce douar est connu, on sait où il est, on peut prévoir d’y faire quelque chose…

49 Le Chef de cercle est une autorité locale, dépendant du Ministère de l’Intérieur, qui coiffe plusieurs communes rurales.

50 Travaux de A. Iraki conduits dans le cadre de la préparation de sa Thèse de doctorat d’État. A. Iraki, 2002.

51 Les mokadmines (pluriel de mokadem) sont des auxiliaires de l’Administration au contact immédiat de la population (échelle du douar, du quartier) ; les chioukhs (pluriel de cheïkh) appartiennent à l’administration du Ministère de l’Intérieur ; ils coiffent les mokadmines, mais sont les subordonnés des caïds ; les caïds étaient avant l’Indépendance les représentants du Sultan au niveau local (tribu) ; depuis l’Indépendance, ils sont les chefs d’une circonscription administrative, le caïdat, et relèvent à ce titre du Ministère de l’Intérieur.

52 La fin des années 1990 a correspondu à une période d’ouverture, dans un contexte particulier (maladie du Roi Hassan II, préparation d’un gouvernement d’alternance avec la participation de l’USFP, etc.).

53 La création d’une nouvelle association était justifiée par le manque de transparence dans les comptes de celle qui existait déjà, par la rémunération trop élevée du gardien gérant, par le manque d’hygiène, etc. Mais, derrière la nouvelle association, pointait l’ombre d’une structure (parallèle) véhiculant les positions des populations plus sensibles aux exigences du distributeur d’eau et d’électricité, la LYDEC.

54 Aherdane était à l’époque le premier secrétaire du MP (Mouvement Populaire).

55 Association culturelle dont les activités principales se limitaient à l’organisation de tournois de football.

56 Le moussem désigne à l’origine une fête organisée en l’honneur d’un saint.

57 L’association en question s’appelle Jam’yat al asdiqa’, douar Oulad Ahmed (Association de la Fraternité du douar Oulad Ahmed) ; elle a été créée le 27 juillet 1997.

58 Les militants de l’USFP, Union Socialiste des Forces Populaires.

59 C’est son occupation actuelle.

60 Association sportive des jeunes de Oulad Ahmed.

61 Cette Fédération regroupe 6 associations et elle a été reconnue le 17 octobre 2004.

62 Association couvrant la fraction des Haddaouiynes, laquelle est dominée par une grande famille de notables, parmi lesquels un député de la circonscription de Nouaceur et un Président de la commune de Bouskoura.

63 Se reporter à l’Encadré 1.

64 Les programmes transversaux de l’INDH sont gérés par la Province. Ils visent à promouvoir une nouvelle démarche impliquant essentiellement les associations porteuses de petits projets (dont l’enveloppe est comprise entre 200 000 et 400 000 DH). Il s’agit surtout d’activités génératrices de revenus pour lesquelles l’association est disposée à mettre une part de financement. Cette part est variable selon les années et selon les Provinces.

65 Ce taux très élevé a été exigé lors de l’année de lancement de l’INDH, durant laquelle, effectivement, les programmes ont été établis dans l’urgence.

66 Une telle situation a déjà été décrite pour le quartier de Hay Salam de la ville de Souk Larbaa (du Gharb) par A. Iraki, 2002, op. cit.

67 Rappelons qu’un « licencié » est un titulaire d’une licence (quatre ans d’études supérieures).

68 Parti du Progrès et du Socialisme, issu de l’ancien Parti Communiste, mais désormais de tendance social-démocrate.

69 Tamaris et Ben Abid sont des douars situés au sud-ouest de la commune ; Sidi Rahal est le centre de la commune voisine de Dar Bouazza, située dans le prolongement des douars sus-nommés sur le territoire de la Province de Settat.

70 Parti de la Justice et du Développement, de tendance islamiste modérée.

71 ‘oqda signifie un complexe difficile à surmonter.

72 Référence faite à la compétition entre les associations influentes localement (qui mobilisent les jeunes) et les élus du Conseil communal, qui voient en elles des tremplins politiques pour ceux et celles qui les président.

73 Ces « papiers » sont principalement le récépissé délivré par les autorités locales les autorisant à exercer leurs activités en tant qu’associations soumises à la loi de 1958.

74 Par exemple dans les travaux antérieurs de A. Iraki, 2002, op. cit.

75 Par suite du ralliement d’élus qui, jusqu’alors, soutenaient la majorité du Conseil communal.

76 Ces trois associations sont les suivantes : 1. la Fédération des associations, présidée par le responsable du PJD dans la commune, une figure qui s’impose de plus en plus localement / 2. la Fédération des Associations de Ouled Ahmed, initiée par un relais du parlementaire de la Région et présidée par un fils de notable local. N’ayant pas réussi localement dans des associations de quartier très actives dans la zone, ce fils d’un grand propriétaire foncier a pu être coopté. Ainsi, alors qu’il ne parvient toujours pas à rendre son action visible localement, sa désignation grâce à l’INDH est pour lui une occasion de se mettre en avant / 3. l’association L’initiative du Troisième Millénaire, petite association ayant mené très peu d’actions pour la protection de l’environnement, dirigée par un jeune avocat stagiaire. Elle ne compte que peu de membres actifs.

77 On peut citer, parmi les principales : l’association Zakoura pour l’éducation non formelle et le microcrédit, d’envergure nationale ; l’association Attachaour pour le travail social et l’environnement, association de niveau national dont le siège est à Hay Hassani et qui possède une antenne à Nouaceur (c’est la plus dynamique à Dar Bouazza, elle a animé des ateliers de couture et aidé à l’insertion professionnelle des jeunes filles) ; l’association Firqat Arriouaq, de lutte contre l’analphabétisme, son siège est à Casablanca mais elle a une annexe à Dar Bouazza ; l’association des Promoteurs immobiliers qui projette d’ouvrir un espace dans le centre polyvalent de Rhamna pour la formation aux métiers du bâtiment ; l’association Roches Noires, présente une fois par semaine pour organiser une session d’athlétisme.

78 Cette aide en faveur des associations a été principalement assurée par les cadres de la Division de l’Action sociale de la Province, chargés de coordonner les programmes de l’INDH au niveau provincial.

79 Il en est ainsi pour la désignation des représentants des associations. Certains gouverneurs ne veulent traiter qu’avec des associations ayant de bonnes capacités de gestion de projets, alors que, pour d’autres, c’est la légitimité locale de leurs membres et leur enracinement qui prime. De même, les uns considèrent que les actions prioritaires des programmes INDH doivent venir en complément d’actions déjà réalisées par les programmes sectoriels — comme c’est le cas à Tétouan —, tandis que d’autres veulent initier des actions d’envergure (du type création de centres polyvalents) impliquant plusieurs départements sectoriels pour leur gestion (comme c’est le cas à Nouaceur ou à Oujda), afin d’éviter, selon eux, un saupoudrage des financements.

80 Difficultés liées à la relative jeunesse de l’INDH et au fait que notre propre recherche demeure inachevée.

81 Dans un article intitulé « La panne des élites », M. Tozy (2004) insiste sur l’adaptation du pouvoir au changement par l’absorption de la dissidence et sa métabolisation. Il écrit ainsi : « Dans le champ politique central, les ondes de choc du changement sont absorbées par le pouvoir qui protège les élites partisanes et administratives contre leur propre cadet, en gardant l’initiative à son niveau soit pour rénover sa propre élite et s’approvisionner sans concurrence sur le marché, soit pour injecter à doses homéopathiques ses propres protégés au sein des partis ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Découpage administratif du Grand Casablanca.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/265/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2. Les douars et quartiers urbains de la commune rurale de Dar Bouazza.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/265/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aziz Iraki et Mohamed Tamim, « Réformes institutionnelles récentes, refontes politico-administratives des territoires et nouvelles formes de gouvernance urbaine », Les Cahiers d’EMAM, 17 | 2009, 85-114.

Référence électronique

Aziz Iraki et Mohamed Tamim, « Réformes institutionnelles récentes, refontes politico-administratives des territoires et nouvelles formes de gouvernance urbaine », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 29 novembre 2014. URL : http://emam.revues.org/265

Haut de page

Auteurs

Aziz Iraki

Professeur à l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme (INAU) de Rabat

Articles du même auteur

Mohamed Tamim

Professeur à l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme (INAU) de Rabat

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page