Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

L’espace communautaire des Druzes du sud de la Syrie

Des stratégies de création d’un territoire à celles de la mobilité*
Cyril Roussel
p. 77-82

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de P. Signoles, soutenue le 5 décembre 2007 à To (...)

1Cette thèse est consacrée à l’analyse de l’espace produit par les membres de la communauté druze implantée depuis le XVIIIe siècle en Syrie méridionale, dans un massif montagneux qui a longtemps porté le nom de Djebel Druze. Cette région n’est devenue la « montagne druze » qu’après un long processus de territorialisation qui, en puisant dans l’histoire de la communauté, ses mythes et sa résistance héroïque face aux Ottomans, a favorisé la formation d’une identité communautaire propre aux Druzes du Djebel. Une telle construction identitaire et territoriale n’est pas restée sans conséquence ni dans l’organisation socio-spatiale de la Syrie du Sud, ni dans la gestion par le pouvoir central de cette entité. Que ce soit dans le domaine socio-culturel, dans celui économique ou encore dans celui de la politique, la communauté druze est marginalisée. Le Djebel est ainsi devenu une périphérie délaissée du territoire syrien, dans laquelle le système communautaire tente de pallier les manques liés aux blocages inhérents à cette situation. Ainsi, le lien communautaire apparaît comme une ressource essentielle au service de stratégies d’acteurs divers (migrants de travail, entrepreneurs, hommes de religion, etc.) qui recherchent tous dans l’émigration internationale le moyen de contourner leur isolement à l’échelle nationale. Il en résulte la construction d’un espace communautaire de mobilité dans lequel l’appartenance confessionnelle et familiale est devenue un gage de circulation.

  • 1 J. Lévy, 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Presses d (...)
  • 2 Ibid., p. 60.

2Notre thèse s’organise en trois grandes parties. La première partie est consacrée au processus de construction d’un territoire dans la montagne druze et à la manière dont cet espace, longtemps délaissé, est devenu un « territoire communautaire ». Pour cela, nous n’avons pas fait abstraction des conditions historiques, suivant en cela ce que préconise J. Lévy1, et nous avons intégré le facteur identitaire. Car l’identité druze s’est forgée bien avant que ne se structure le territoire de la communauté druze du Djebel. Nous montrerons ainsi que la « spatialité est [bien] une dimension de la société »2. Nous remarquerons également que la logique identitaire de cette sous-communauté druze ne s’accorde pas toujours avec celle de l’État dans lequel son territoire s’insère, un État qui, de son côté, cherche à l’instrumenter à des fins de domination territoriale.

3La deuxième partie se propose d’analyser les structures spatiales de la province de Sweida, érigée à partir du territoire communautaire. Dans un cadre national, les Druzes du Djebel subissent, comme n’importe quelle autre population de Syrie, des attractions, effectuent des déplacements, produisent, échangent, font du commerce, participent au mode de gestion provincial, aux réseaux de pouvoir, etc. L’organisation spatiale régionale, avec les structures qu’elle révèle, sera ainsi analysée dans une perspective de fonctionnalité. L’analyse tentera de montrer que l’appartenance communautaire conserve un rôle prégnant dans l’organisation sociale de la Syrie méridionale et que la communauté druze représente, dans cette région, un élément central de la production de l’espace. La marginalisation socio-économique et politique de la communauté druze sera présentée comme une cause de la « périphérisation » du Djebel. Nous pourrons ainsi mieux, à la fin de cette partie, qualifier le type de périphérie que représente le « pays druze ». Une explication du mode de contrôle politique par le régime de cette province clôturera notre analyse.

4La troisième partie propose une analyse de l’espace migratoire druze. C’est alors que la notion d’espace communautaire prend toute sa signification. En partant des stratégies individuelles des membres de la communauté (migrants, entrepreneurs de retour au Djebel, hommes de religion), nous essaierons de montrer comment l’espace constitue pour eux une ressource, dès lors que le lien communautaire est conservé. Ce lien sert ainsi de vecteur essentiel à leur circulation, élaborant, au fils des itinéraires des migrants, un champ migratoire propre à la communauté druze de Syrie. En retour, des transformations spatiales se produisent dans la montagne druze. L’espace communautaire semble ainsi se composer de plusieurs échelles qui s’emboîtent : un territoire d’origine, référent du groupe, mais aussi sanctuaire religieux et identitaire ; des espaces divers de la migration mais intimement reliés au territoire identitaire que constitue le Djebel Druze.

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de P. Signoles, soutenue le 5 décembre 2007 à Tours, Université François-Rabelais de Tours, Laboratoire CITERES (UMR 6173)|Équipe EMAM.

1 J. Lévy, 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, Paris, 442 p.

2 Ibid., p. 60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Roussel, « L’espace communautaire des Druzes du sud de la Syrie », Les Cahiers d’EMAM, 16 | 2008, 77-82.

Référence électronique

Cyril Roussel, « L’espace communautaire des Druzes du sud de la Syrie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 09 février 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://emam.revues.org/295 ; DOI : 10.4000/emam.295

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page