Navigation – Plan du site

L’aménagement de la Corniche de Rabat (Maroc) face au défi de l’environnement et du développement durable : quand la société civile prend le devant de la scène publique*

Hicham Mouloudi
p. 11-28

Texte intégral

Introduction

  • 1 Saphira est le nom attribué au projet d’aménagement de la Corniche par le maître d’œuvre EMAAR Prop (...)

1Avec celui des Berges de la vallée du Bouregreg, l’aménagement de la Corniche de Rabat constitue l’un des projets d’envergure de la capitale du Maroc. Pour les aménageurs et les dirigeants, ce projet doit contribuer à l’amélioration et à la valorisation du littoral atlantique au niveau de Rabat. Celui-ci, en effet, constitue une zone restée longtemps à l’écart des évolutions successives qu’a connues la ville et qui concentre un certain nombre de problèmes — pollution, habitat insalubre — qu’il devient urgent de résoudre. Officiellement, il s’agit donc de faire de Rabat « une ville au bord de l’eau » — ce qu’elle n’a jamais été —, de lui permettre d’acquérir ainsi une nouvelle identité et de diffuser une nouvelle image d’elle-même. Ce projet, appelé Saphira1, bénéficie du soutien exceptionnel du Roi Mohammed VI. Inscrit dans le protocole d’accord signé le 29 mars 2006 à Casablanca entre le gouvernement marocain et le groupe financier des Émirats Arabes Unis EMAAR Properties, il devrait répondre, principalement, à deux attentes : contribuer à la résorption de l’habitat insalubre des quartiers Yacoub Al Mansour et Akkari et dynamiser l’économie locale en générant des milliers d’emplois dans les secteurs touristiques et hôteliers.

2Le programme proposé reflète l’ampleur exceptionnelle de ce projet : 9 zones résidentielles de haut standing, 3 hôtels, un centre de conférences, une salle de concerts, un institut d’art dramatique, des espaces polyvalents pour bureaux, des centres commerciaux et des lieux de loisirs autour d’une marina.

  • 2 Le projet urbain de la Plaine-St-Denis consiste à aménager un grand secteur de friches industrielle (...)
  • 3 Suite au protocole d’accord de mars 2006, la Wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, la Commune urbaine (...)

3Faisant allusion à un projet urbain français tout aussi important, celui de la Plaine-St-Denis2, C. Devillers considère qu’« un projet urbain, particulière-ment de cette ampleur, ne se réalise pas sans qu’on s’en donne sérieusement les moyens : études, qui ne peuvent être réduites à la prestation de quelques architectes ou urbanistes aussi éclairés soient-ils, mais aussi institutionnels, car un projet de cette envergure nécessite la mise en place d’institutions capables de porter le projet à terme, c’est-à-dire pendant 30 ou 40 ans » (C. Devillers, 1998). En attendant la création de la société d’aménagement dédiée au projet, comme prévu par le mémorandum d’entente signé entre les acteurs concernés3, le groupe EMAAR est l’opérateur désigné pour concevoir et engager l’aménagement de la Corniche de Rabat.

  • 4 Année d’approbation de la loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement.

4L’investissement sur cette côte escarpée est subordonné à la réalisation d’importants travaux de confortement de la falaise et d’assainissement du littoral. Ces travaux devraient être effectués conformément à la réglementation en matière d’environnement qui, depuis 20034, requiert, pour tout projet susceptible de générer un impact sur l’environnement, l’avis de la population concernée. Ainsi, toute action d’aménagement qui fait abstraction de cet avis sur ce territoire vulnérable de la ville de Rabat aurait du mal à se concrétiser.

  • 5 Nous tenons à remercier vivement les membres de ce Collectif qui ont bien voulu mettre à notre disp (...)

5De fait, les enquêtes que nous avons entreprises dans le cadre de notre recherche doctorale ont montré que la non consultation de la population concernée pourrait compromettre, au moins en partie, la mise en œuvre de l’opération d’aménagement de la Corniche et mettre en échec la réalisation du programme préétabli. À ce titre, les stratégies des acteurs, au sens de M. Crozier et E. Friedberg (1977), quant au choix du site d’implantation de la station de prétraitement des eaux usées (la SPEU), — acteurs externes dont l’intervention n’avait absolument pas été anticipée par les initiateurs du projet —, revêtent un intérêt particulier. Les hésitations, controverses et conflits que ce choix a suscités témoignent bien en effet de certains des enjeux de cet aménagement, en même temps qu’elles illustrent les difficultés éprouvées par les responsables politiques, municipaux et de l’aménagement à définir des modes de gouvernance adaptés à de grands projets urbains. Ainsi, les arguments purement techniques qui, dans un premier temps, ont conduit à proposer que le projet de SPEU soit déplacé du site initialement prévu pour son implantation (le Champ de tir) vers le site de Hay Al Fath, ont rapidement suscité un vif mécontentement d’un certain nombre de riverains, qui se sont organisés dans un Collectif d’associations5 et ont entrepris de mobiliser les populations résidentes. Ce collectif, qui regroupe de nombreuses personnalités du monde syndical et politique, a fait le choix de ne s’interdire aucune forme d’expression et de revendication (sit-in, pétitions, communiqués, articles de presse, intrusion dans la salle de réunion du conseil communal, questions au Parlement, etc.). Ces différentes actions, qui ont duré plus de trois ans, ont permis à ce collectif de s’ériger en acteur incontournable et ce d’autant que, après l’assentiment donné par les élus et les autorités locales, il devrait désormais être consulté au sujet du site d’implantation de la SPEU dont le choix définitif n’a pas encore été arrêté.

6Le présent article a pour objet de rendre compte de la mobilisation orchestrée par le Collectif d’associations, d’identifier les acteurs impliqués dans le conflit, d’analyser les argumentaires développés par les uns ou les autres, ainsi que leurs modes d’expression et de revendication. Toutefois, nous avons estimé qu’une présentation succincte du terrain de recherche et du système d’actions s’imposait avant d’entreprendre véritablement l’analyse des logiques d’acteurs.

La Corniche de Rabat et les acteurs en jeu pour son aménagment

Un territoire marginalisé devenu objet de convoitise

  • 6 Bab El Bahr correspond à l’extrémité nord du rempart almohade qui donne sur la plage de Rabat.
  • 7 Il s’agit notamment du phare, de plusieurs forts datant de l’époque alaouite (Borj Es-Sirat, Borj E (...)

7La Corniche de Rabat s’étend sur 13 kilomètres, depuis Bab El Bahr6 (à proximité du cimetière Achouhada) jusqu’à la commune de Harhoura (qui appartient à la Préfecture de Skhirat-Témara). C’est une zone littorale relativement préservée, même si elle frange la ville ancienne, ses faubourgs et ses extensions périurbaines. Elle offre des sites paysagers et des vues sur l’Océan qui sont d’une qualité exceptionnelle, et localise des monuments ou ensembles monumentaux dont la valeur patrimoniale est remarquable7. Elle n’en est pas moins dévalorisée, du fait du délabrement des quartiers populaires qui la jouxtent — anciens et récents — et d’un cadre naturel très dégradé (cf. Fig. 1).

Figure 1. État des lieux et analyse de l’existant.

Figure 1. État des lieux et analyse de l’existant.

Cartographie & Montage : H. Mouloudi • novembre 2007.

  • 8 Cf. présentation de « L’esquisse de Rabat et Salé », note dressée en 1948, p. V, in Fonds du Protec (...)
  • 9 Cf. compte-rendu de la réunion du 20 avril 1932, présidée par le Secrétaire général du Protectorat, (...)

8On peut distinguer, tout au long de cette Corniche, trois sous-ensembles : le domaine maritime, l’emprise de la voie côtière et une partie de la ville (quartiers de l’Océan, d’Akkari et de Yacoub Al Mansour). À l’exception de quelques ouvrages fortifiés qui servaient à assurer la défense de la côte contre les invasions extérieures, la Corniche de Rabat n’a fait pendant plusieurs siècles l’objet d’aucun aménagement spécifique et d’aucune valorisation particulière. Pour des raisons multiples — humidité ambiante, dangerosité de l’Océan (J. Caille, 1949), respect du paysage naturel (P. Lyautey, 1954 ; T. Delaye, 1954), difficultés techniques8 et coûts financiers9 —, cette tendance n’a pas été inversée à l’époque du Protectorat français au Maroc. En effet, constamment baignée par l’humidité et rongée par les embruns, cette Corniche fut, à cette époque, affectée en partie aux campements militaires, en partie aux « Petits Blancs » qui y ont développé le Quartier de l’Océan, avant qu’elle ne soit envahie progressivement par de l’habitat populaire et des « activités incommodantes » (M. Belfquih et A. Fadloullah, 1986).

9Quelques années après l’Indépendance, les premiers documents de planification urbaine et, tout particulièrement, le Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) de 1971, ont consacré la tendance enregistrée auparavant en négligeant l’aménagement de cette partie de la ville. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que la Corniche de Rabat a commencé à retenir l’attention des planificateurs.

  • 10 Le SDAU de 1995 a identifié 12 actions majeures destinées à promouvoir des opérations sectorielles (...)
  • 11 Le Projet d’Aménagement du littoral de Yacoub Al Mansour a été initié par la commune de Yacoub Al M (...)
  • 12 Le Plan d’Aménagement Sectoriel de la Corniche de Rabat a été élaboré par l’Agence Urbaine de Rabat (...)
  • 13 Lancé par la Direction de l’Urbanisme en 2000, ce concours n’a pas eu de suite malgré le dépôt de q (...)
  • 14 Élaborée en 2000 et 2001 par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Île-de-France, ce (...)
  • 15 Pour préparer et suivre les étapes de ce concours, ces acteurs se sont répartis les tâches dans le (...)

10Les études préliminaires à l’élaboration du SDAU de 1995 ont entre autres retenu l’aménagement de cette Corniche comme l’une des actions majeures10 indispensables au développement de la capitale du Maroc. Pour concrétiser cette priorité du SDAU, de nouvelles études et réflexions ont été engagées (Projet d’Aménagement du littoral de Yacoub Al Mansour11, Plan d’Aménagement Sectoriel12, Concours relatif au projet de Plan d’Aménagement Concerté de la Corniche de Rabat-Hassan13, Étude de principe de l’IAURIF14). Aucune cependant n’a abouti à un projet concret qui bénéficie du consensus de tous les acteurs concernés. Pour tenter de lever ces blocages de toutes sortes, les responsables de l’urbanisme et de l’aménagement urbain (Commune urbaine, Wilaya, Agence Urbaine) ont décidé en 2004 de lancer un concours national d’idées pour l’aménagement de cette Corniche. Cette proposition peut être considérée comme la mieux adaptée, à l’époque, aux exigences des acteurs en présence et la plus susceptible de fournir une réponse correspondant aux enjeux posés par l’aménagement de cette partie de la capitale. Ce concours d’idées, organisé par la Commune urbaine de Rabat, en collaboration avec la Wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et l’Agence Urbaine de Rabat-Salé15, a eu par ailleurs le mérite de faire appel à l’expertise nationale, à l’imagination des concepteurs et au génie créatif des hommes de l’art marocain. Il a également été l’occasion d’instaurer le cadre indispensable de concertation et d’appropriation du projet par les différents acteurs, afin de mettre en convergence les stratégies. Cet espace de débat a enfin permis, tant bien que mal, de surmonter — ne serait-ce que provisoirement — les obstacles inhérents aux approches sectorielles qui caractérisent d’habitude les modes de faire des différents acteurs de l’aménagement urbain au Maroc.

  • 16 D’après le CPS relatif au concours, les principaux critères de jugement ont porté sur : la pertinen (...)

11Cinq propositions émanant de différents cabinets d’architectes ont été classées par le jury suivant les critères de jugement mentionnés dans le Cahier des Prescriptions Spéciales (CPS)16.

  • 17 Les prix de ce concours ont été décernés au mois d’avril 2005 au siège de la commune urbaine de Rab (...)

12Toutefois, après avoir décerné les prix aux cinq cabinets d’architectes retenus17, les organisateurs du concours ont demandé aux trois premiers de travailler ensemble pour élaborer une nouvelle proposition ! Ces organisateurs estiment en effet que ce travail en équipe, initialement souhaité, n’a pas abouti en raison des difficultés de coordination.

  • 18 Lors d’une journée d’étude organisée le 1er juin 2006 par le Conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour (...)

13Le processus engagé a donc abouti à un nouveau blocage. Les principes de transparence publiquement affirmés n’ont pu être appliqués jusqu’au bout. Pire encore : sous prétexte que les lauréats ne parvenaient pas à s’entendre sur un projet commun — comment l’auraient-ils pu, dès lors que chacun avait construit son projet selon un parti d’aménagement original ? —, le projet d’aménagement de la Corniche a été confié à un aménageur qui n’avait pas participé au concours d’idées, étranger de surcroît, le groupe EMAAR Properties. Cette décision, non prévue par le CPS, a été très mal perçue et reçue par les lauréats du concours qui ne se sont pas empêchés d’exprimer publiquement leur mécontentement !18

Un nouveau contexte induisant un nouveau système d’acteurs

  • 19 La Vision 2010 est une stratégie de développement touristique volontariste qui s’appuie sur une vis (...)
  • 20 La Ville nouvelle de Tamesna prévoit d’accueillir 250 000 habitants sur une superficie de 860 ha, à (...)
  • 21 L’aménagement du Plateau Akreuch consiste à créer, au sud-est de la ville de Rabat, 40 000 unités d (...)
  • 22 Le projet d’aménagement des Berges de la vallée du Bouregreg s’étend sur une superficie totale de 6 (...)
  • 23 La zone touristique de Bouknadel s’étend sur 350 ha au nord de Rabat.
  • 24 La zone touristique de Skhirat s’étend sur 350 ha au sud-ouest de Rabat.
  • 25 Le projet d’aménagement de la Corniche de Rabat est prévu sur une superficie de 330 ha.

14À l’instar de plusieurs villes marocaines, Rabat connaît actuellement de profondes transformations économiques et sociales qui ne peuvent manquer d’affecter sa morphologie et son organisation spatiale. Ces transformations résultent d’un nouveau contexte politique et socio-économique national, marqué par le lancement de plusieurs projets définis au plan national, qu’ils soient globaux ou sectoriels. Parmi eux, nous pouvons citer notamment l’approbation du Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT) qui a confirmé que l’avenir du Maroc se jouerait principalement dans les villes, ainsi que la Vision 201019 qui a érigé le tourisme en priorité nationale. À Rabat, plusieurs opérations d’envergure ont été programmées dans ces cadres, notamment la Ville nouvelle de Tamesna20, l’aménagement du Plateau Akreuch21, celui des Berges de la vallée du Bouregreg22, ainsi que ceux des zones touristiques de Bouknadel23, Skhirat24 et de la Corniche de Rabat25. Le but de ces projets est de renforcer l’image et la compétitivité de la ville de Rabat, à l’instar de ses homologues méditerranéennes (J.-P. Carrière, 2002), par la revalorisation urbaine de zones dégradées mais présentant de grandes potentialités urbaines et environnementales.

  • 26 La réalisation de ce projet devrait mobiliser 3,4 milliards de dollars US. Un montant de près de 13 (...)
  • 27 Faut-il préciser que l’introduction des groupes émiratis au Maroc a été concrétisée à la suite de l (...)
  • 28 En Tunisie, EMAAR a présenté au Président tunisien, le 14 avril 2006, le projet de la station touri (...)
  • 29 Un protocole d’accord d’une enveloppe financière de 5 milliards de dollars a été signé le 18 mars 2 (...)
  • 30 Outre dans les Émirats Arabes Unis, EMAAR a réalisé des projets en partenariat en Arabie Saoudite, (...)
  • 31 En plus du projet Saphira à Rabat, le groupe EMAAR prévoit la réalisation des projets Oukaïmeden et (...)

15Le choix du groupe EMAAR Properties pour porter le projet d’aménagement de la Corniche de Rabat vise ainsi à donner à ce dernier une envergure nouvelle, à en faire un projet « phare », à lui assurer un retentissement international. Pour atteindre ces buts, il était impératif de trouver un maître d’œuvre disposant d’une expérience indiscutable — le groupe est présenté comme étant le leader mondial en matière d’aménagement touristique —, d’une surface financière suffisante26 et capable de mobiliser des spécialistes de haut niveau. Il était enfin indispensable de le positionner dans une relation directe avec le Roi et le Cabinet royal, de sorte qu’il ne soit pas englué dans les arcanes administratives habituelles et que, bénéficiant du soutien automatique des principales autorités locales (le Wali en particulier), il soit le maître d’un système d’acteurs constitué à son service. Ce choix27 coïncide parfaitement avec la nouvelle stratégie internationale de EMAAR, lequel a déjà engagé de grands projets touristiques au Maroc, en Tunisie28 et en Algérie29, ce qui lui a permis d’élargir un champ d’action qui concernait principalement, jusqu’alors, le Moyen-Orient, la Turquie, l’Inde et le Pakistan30. Le protocole d’accord, portant sur des engagements d’un montant total de 5,2 milliards de $ US et signé à Casablanca avec le gouvernement marocain, donne à EMAAR la possibilité de développer des complexes résidentiels et commerciaux, ainsi que des infrastructures de loisirs et de divertissement dans les villes de Rabat, Casablanca, Tanger et Marrakech31.

16Concernant Saphira, le projet d’aménagement de la Corniche de Rabat, le mémorandum d’entente y afférent stipule que le suivi du projet sera assuré par un Comité directeur présidé par le Wali de la Région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et composé des entités concernées qui seront convoquées par le Wali en fonction des ordres du jour.

  • 32 En vertu de la Charte communale de 2002 qui a institué à Rabat, comme ailleurs au Maroc, l’unité de (...)
  • 33 D’après la même Charte communale de 2002, la Ville de Rabat est considérée « Commune urbaine » et, (...)

17Ce Comité directeur, qui s’est réuni plusieurs fois jusqu’à aujourd’hui (2008), est composé exclusivement des représentants de la Wilaya de la Région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, de l’Agence urbaine de Rabat-Salé et du groupe EMAAR (Fig. 2). La Commune urbaine de Rabat et l’Agence de Logements et d’Équipements Militaires, bien que signataires dudit mémorandum d’entente, sont les principaux exclus de ce Comité directeur. Cette mise à l’écart des élus dans la conception du projet de la Corniche a été perçue par certains d’entre eux, conseillers aussi bien auprès de l’ex-commune de Yacoub Al Mansour32 que de la Ville de Rabat33, comme une confiscation des prérogatives des acteurs locaux de la gestion urbaine (A. Abouhani, 2000). Ce mécontentement ne s’est cependant pas exprimé au grand jour puisque ce projet a été approuvé à l’unanimité le 23 février 2006 par la Commune urbaine de Rabat. Néanmoins, l’appui logistique desdits élus et leur pression auprès des conseils de l’ex-commune de Yacoub Al Mansour et de la Ville de Rabat pour soutenir les associations dans leur « lutte » contre l’implantation de la station de prétraitement des eaux usées dans le quartier Hay Al Fath, peut être interprété, à plus d’un titre, comme une tentative de revanche et de protestation indirecte contre leur mise à l’écart dans la phase de conception du projet de la Corniche.

Figure 2. Le système d’acteurs constitué pour l’aménagement de la Corniche de Rabat.

Figure 2. Le système d’acteurs constitué pour l’aménagement de la Corniche de Rabat.

Cartographie : H. Mouloudi & F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

18En tout état de cause, et eu égard aux différentes stratégies déployées par les associations aboutissant au gel du projet de station de prétraitement des eaux usées, le groupe EMAAR se doit de tirer les enseignements de ce conflit, car seule sa solution peut permettre le démarrage effectif des aménagements, au moins dans cette partie de la Corniche.

La localisation de la station de prétraitement des euax usées au cœur de la Corniche : une source de conflits

19Parce qu’il doit mobiliser 13 kilomètres d’un littoral bordant la capitale du Maroc, le projet Saphira ne peut manquer, dès les premières phases de sa mise en œuvre, d’être confronté aux différentes formes d’occupation, légales ou illégales, qui l’ont progressivement colonisé : bidonvilles, habitat clandestin, restaurants panoramiques, équipements divers, etc. Généralement, les aménageurs ont prévu de « faire place nette », afin de permettre au projet de se « dérouler » sur des surfaces vierges. L’expulsion des occupants génère évidemment des tensions, voire des conflits sérieux. C’est le cas par exemple pour le déplacement du site de la station de prétraitement des eaux usées du site « Champ de tir » au quartier Hay Al Fath (cf. Fig. 3).

  • 34 Avant l’entrée en vigueur de l’unité de la Ville en 2002, la concession des services d’eau, d’élect (...)

20Il se trouve par ailleurs que le Plan Directeur d’Assainissement (PDA) de la Wilaya de Rabat-Salé, approuvé en 1997 par les trois Communautés urbaines34 des villes de Rabat, Salé et Témara et par le Ministère de l’Intérieur, a prévu de doter la capitale d’un système complet de collecte et de traitement des eaux usées pour pallier le manque d’infrastructures d’assainissement et régler de façon définitive le problème de la pollution du littoral atlantique (au niveau de Rabat) et du Bouregreg.

  • 35 Le terrain appelé « Champ de tir » est la propriété de l’Agence de Logements et d’Équipements Milit (...)
  • 36 En 1998, la délégation de gestion comprenant la distribution d’eau et d’électricité et le service d (...)

21Ce document a prévu d’installer la future station de prétraitement des eaux usées (SPEU) de la ville de Rabat sur un terrain situé au niveau de ce que l’on désigne sous le nom de « Champ de tir » (Proposition 1). Ce projet de station, conçu sous la forme d’un ouvrage compact, fermé et semi-enterré, doit comporter des installations de dégrillage, de dessablage et de déshuilage. Il est apparu cependant assez vite que le site n’était pas disponible35, ce qui conduisit les responsables à proposer une autre localisation, cette fois sur un terrain domanial sis dans le quartier de Hay Al Fath (Proposition 2). Cette décision a suscité le mécontentement des riverains et, par la suite, la mobilisation des habitants de ce quartier et de ceux des quartiers avoisinants. Cette mobilisation n’a pas été enrayée par les deux nouvelles propositions formulées par la REDAL36 : les deux sites alternatifs suggérés, correspondant aux variantes 4 et 5, se trouvent au sud de Hay Al Fath, à proximité immédiate de la Ceinture verte (cf. Fig. 3).

Figure 3. Les différents sites d’implantation prévus pour la station de prétraitement des eaux usées.

Figure 3. Les différents sites d’implantation prévus pour la station de prétraitement des eaux usées.

Cartographie & Montage : H. Mouloudi • novembre 2007.

Les acteurs de la mobilisation

22Ce conflit a opposé la REDAL à un Collectif d’associations baptisé « Comité de Coordination pour le Suivi de la Réalisation de la Station de Prétraitement des Eaux Usées » (CCSRSPEU).

  • 37 Le Comité National des Études d’Impact est une commission interministérielle instituée auprès de l’ (...)
  • 38 Pour le présent article, je m’en tiens aux deux acteurs, Collectif et REDAL. Je compte toutefois él (...)

23Il faut préciser d’emblée que ce n’est qu’au prix d’une simplification abusive que l’on peut ramener ce conflit à une opposition entre ces deux acteurs. En effet, lorsque le Collectif insiste dans son discours sur la nécessité de réaliser l’étude d’impact sur l’environnement pour le projet de SPEU conformément à la réglementation en vigueur, il fait basculer le jeu initialement limité à deux joueurs (Collectif/REDAL) dans un jeu à trois joueurs (Collectif/REDAL/ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement), puis à plusieurs joueurs avec la tenue de la réunion du Comité National des Études d’Impact37 à laquelle prennent part d’autres acteurs38.

24La création de ce Collectif remonte au 8 décembre 2003. Ce jour-là, plusieurs associations de quartiers et syndics de résidence se sont réunis pour réagir face au déplacement envisagé du site d’implantation de la SPEU. Ces associations et syndics peuvent être classés en trois catégories :

Des syndicats de résidents et associations référant au territoire dont ils portent le nom

  • 39 À titre d’exemple, l’Amicale Al Mountalak gère un budget mensuel de plus d’1 million de centimes (e (...)

25Créées à partir des années 1980, au fur et à mesure de la construction de certains immeubles et villas du quartier Hay Al Fath et des quartiers avoisinants, ces structures ont pour but principal d’assurer la sécurité, l’hygiène et l’entretien permanent de ces zones (gardiennage, jardinage, etc.). Qu’elles soient appelées syndicats, amicales ou associations, ces entités sont considérées, du point de vue juridique, comme des associations à but non-lucratif régies par le Dahir de 1958 relatif aux libertés publiques. Parmi ces structures, on trouve Le Syndic Mimosas 2, L’Amicale La Corniche, Assafae Habitat, Al Majd, El Wifak (Amal 6), L’Association Al Boustane Al Akhdar, L’Amicale Al Mountalak et La Ceinture Verte. Présidés par des cadres moyens ou supérieurs résidant sur place, car propriétaires d’appartements ou de villas, ces syndicats et associations, qui gèrent parfois des budgets importants39, ont réussi à assurer la continuité de leurs travaux.

Des collectifs d’association et de syndics créés pour unifier des structures existantes et pour lutter contre des problèmes précis

261. La Fédération Al Mountazah rassemble ainsi plusieurs syndics d’immeubles de Hay Al Fath qui fonctionnaient jusque-là de façon autonome. Depuis sa création au début des années 1990, ce Collectif a pris en charge tous les problèmes communs à ces immeubles (hygiène, sécurité, etc.).

  • 40 Initié par la Compagnie Générale Immobilière (CGI), ce projet de lotissement visait le relogement d (...)
  • 41 Ce collectif est composé des associations suivantes : La Fédération Al Mountazah, La Ceinture Verte (...)
  • 42 Parmi ces actions, on peut citer l’organisation de conférences thématiques (« La santé et l’environ (...)

272. Constitué en 2000 à la suite de la relance d’un projet de lotissement40 sur une partie de la Ceinture verte de Rabat, le Réseau Marocain pour la Promotion et le Développement des Espaces Verts (RÉMADEV) est un collectif d’associations, de syndicats de résidence et d’amicales de quartiers principalement de la ville de Rabat (Hay Al Fath et quartiers avoisinants) qui militent en faveur des équilibres écologiques et du développement des espaces verts, soutenus par des associations à l’échelle nationale, régionale ainsi que de la ville de Témara, sensibles aux mêmes questions41. Malgré la multitude d’actions initiées par le RÉMADEV depuis sa création en matière d’environnement42, la campagne de mobilisation contre l’extension du quartier Hay Al Fath au détriment des espaces boisés peut être considérée comme la plus importante initiative qu’il ait lancée, compte tenu des moyens d’expression et de revendication utilisés (sit-in, article de presse, réunions de sensibilisation, …) et surtout du gel du projet de lotissement qu’il a réussi à obtenir.

Des associations référant aux fonctions qu’elles assument

  • 43 Il s’agit notamment de journées « Portes ouvertes » sur l’environnement, de campagnes de propreté, (...)

28L’Association Amal pour l’Amitié et la Prévoyance des Jeunes, dont la création remonte à la fin des années 1990, fait partie de cette catégorie. Présidée par une femme, médecin généraliste exerçant à titre privé à Hay Al Fath, et comprenant plusieurs cadres exerçant aussi bien dans le secteur public que privé, cette association s’intéresse au « traitement des causes qui entravent le développement normal des capacités intellectuelles, psychiques et culturelles des jeunes et leur intégration dans la vie sociale ». Elle a initié, principalement à Hay Al Fath, en partenariat avec divers départements ministériels, plusieurs activités dans les domaines sanitaire, sportif, culturel et environnemental43. Toutes ces activités datent des années 1998 et 1999. Ceci peut être expliqué par le fait que ce sont les leaders de l’Association Amal pour l’Amitié et la Prévoyance des Jeunes qui ont pris l’initiative de s’opposer à l’urbanisation de la Ceinture verte : en retour, c’est la Présidente de cette association qui a été désignée comme coordinatrice du RÉMADEV.

  • 44 Parmi lesquels on trouve notamment le Vice-Président de l’Association Marocaine des Droits de l’Hom (...)
  • 45 Principalement des membres du Parti pour le Progrès et le Socialisme (PPS).
  • 46 En l’occurrence la médecin-généraliste coordinatrice du Rémadev et son Vice-Président, Directeur pé (...)

29Le fait que les résidents du quartier Hay Al Fath — qui constituent l’épine dorsale de ces collectifs — n’appartiennent pas aux catégories sociales les plus marginalisées de la population rbatie, a favorisé un tel foisonnement d’associations. C’est ainsi que le Comité de Coordination pour le Suivi de la Réalisation de la Station de Prétraitement des Eaux Usées comprend, en plus des membres associatifs très actifs44, des leaders politiques45, des syndicalistes et des cadres de différentes spécialités (ingénieurs, médecins, « environne-mentalistes », etc.), ainsi que certains membres très actifs du Rémadev46.

30Grâce à cette équipe très expérimentée, épaulée par des élus de l’ex-commune de Yacoub Al Mansour et de la Ville de Rabat, le Collectif s’est rapidement imposé comme l’opposant unique, fédérant ses membres autour d’un message commun : « Oui à la station de prétraitement des eaux usées, mais loin des habitations ». Il est devenu, de ce fait, le principal interlocuteur de la REDAL dans le conflit qui l’a opposé aux associations. Pour défendre leur cause auprès des autorités compétentes, les acteurs de la contestation ont élaboré plusieurs documents (notes techniques, lettres de protestation, etc.) qui restituent l’ensemble de leurs préoccupations. Ces documents ont été adressés à tous les acteurs qui figurent dans l’encadré ci-après.

Encadré 1. Destinataires des lettres de protestation du Comité de coordination

• Le Premier Ministre
• Le Ministre de l’Intérieur
• Le Ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environ-nement
• Le Secrétaire d’État chargé de l’Environnement
• Le Wali de la Région Rabat-Salé-Zemmour-Zaër
• Le Président du Conseil de la Ville de Rabat
• Le Directeur général de la REDAL
• Le Président de l’arrondissement de Yacoub Al Mansour
• La Princesse Lalla Hasna, Présidente de la Fondation Mohamed VI pour la Protection de l’Environnement

31Les principaux arguments avancés ont trait aux préjudices qui pourraient résulter de l’implantation de la SPEU sur :
— la santé des habitants des cités La Corniche, Hay Al Fath, Al Mountazah, El Menzeh, Al Mountalak, Al Massira et de tous les quartiers avoisinants ;
— la qualité de l’environnement de la région côtière ;
— la valeur vénale des résidences qui serait incontestablement dévalorisée ;
— les projets d’investissements touristiques prévus dans le cadre de l’aménagement de la Corniche de Rabat.

Les ressorts de la mobilisation

  • 47 Il s’agit des personnalités suivantes : un Responsable de la REDAL, le Wali de la Région de Rabat-S (...)
  • 48 Cf. communiqués du 8 décembre 2003, du 26 octobre 2004 et du 7 octobre 2005.
  • 49 La manifestation a été organisée à l’intersection entre la route côtière et l’avenue Al Fath. (...)
  • 50 Il s’agit particulièrement des quotidiens Al Bayane et Bayane Al Yaoum.
  • 51 Les membres du Comité de coordination avancent le chiffre de 5 000 exemplaires pour le tirage de ce (...)

32Les membres du Collectif ont défini avec soin leurs modalités d’action aussi bien formelles (Comité National des Études d’Impact, pétitions, rencontres avec les responsables, etc.) qu’informelles (sit-in, pression auprès des élus, …). Leur but consistait à opérer une pression sur les décideurs, y compris les élus, pour les inciter à se positionner pour ou contre le site prévu pour la SPEU ; et ce, en jouant respectivement sur plusieurs registres, conçus comme complémentaires à savoir : la sphère technique, la sphère du débat public et la sphère politique. Ces modes d’expression et de revendication sont les suivants :
• Au plan technique, le Collectif a entamé sa campagne par la transmission de plusieurs notes techniques et a participé à des réunions de concertation avec les acteurs décisionnels47. Au cours de ces rencontres, il a exprimé clairement son opposition au site choisi pour la future localisation de la SPEU, tout en proposant une solution alternative qui consiste à implanter la SPEU au milieu de la Ceinture verte avec, éventuellement, un traitement au lieu d’un prétraitement. En outre, le préjudice que pourrait causer cette station au projet d’aménagement de la Corniche a été constamment soulevé par les membres du Collectif.
• La mise sur la place publique du débat afférent au déplacement de la SPEU a permis à ce Collectif de réunir 368 signatures au bas d’une pétition émanant plus particulièrement des habitants — de fait, de leurs représentants — des cités suivantes : La Corniche, Hay Al Fath, Hay El Menzeh, Al Mountalak, Al Massira et des quartiers avoisinants. Dix marocains résidents à l’étranger y ont également apposé leur signature.
• Pour informer la population de l’avancement des discussions engagées au sujet de l’emplacement de la SPEU, le Collectif a publié plusieurs communiqués de presse. Ceux-ci, réalisés en deux langues (arabe et français), dressent à chaque fois le bilan des négociations tout en rappelant les impacts prévus de l’implantation de la station proposée par la REDAL sur le site de Hay Al Fath48.
• Pour couronner cette campagne de sensibilisation et, surtout, attirer l’attention de la presse locale, nationale voire internationale, le Comité de coordination pour la réalisation de la STEU a organisé un sit-in sur le site objet du litige49 le dimanche 27 juin 2004 de 10 heures du matin à 13 heures. Pour le préparer, un appel avait été lancé dans les journaux50. En outre, plusieurs convocations et un bulletin d’informations51 contenant certaines données techniques sur ce type de station, accompagnés d’une présentation de la position des habitants et de leur Comité, ont été distribués aux habitants des quartiers concernés. Ce sit-in, placé sous le mot d’ordre : « Oui à la station de prétraitement, mais loin des habitations » a bénéficié d’une large couverture médiatique. En effet, outre les deux chaînes nationales de télévision (RTM et 2M), plusieurs quotidiens ont rapporté l’événement, bien que, parfois, de façon contradictoire.

33Parmi les articles de journaux et revues dont nous avons pu retrouver des copies, nous distinguons les articles dont les extraits figurent dans les encadrés ci-après.

Encadré 2. Le quotidien Le Matin du Sahara
Dans un article intitulé « La Corniche de Rabat s’oppose à la station d’épuration face à Hay Al Fath » et publié le 23 juin 2004, l’auteur a dressé un bilan de la situation en s’interrogeant sur l’existence des études d’impact sur l’environnement et sur la distance nécessaire de l’émissaire destiné à déverser les eaux traitées à 2 km de la côte.

  • 52 Les responsables du Comité nous ont remis une copie de cet article en affirmant qu’il s’agissait d’ (...)

Encadré 3. Le quotidien Assabah
Un article intitulé « Les habitants de Yacoub Al Mansour protestent. Oui pour la station d’épuration mais loin des quartiers résidentiels » aurait52 été publié dans le quotidien Assabah. Cet article dresse le compte-rendu du sit-in, rappelle les impacts éventuels de la station et résume les revendications des participants.

Encadré 4. L’hebdomadaire Al Moustakil
Dans son numéro daté du 30 juin au 6 juillet 2004, l’hebdomadaire Al Moustakil a publié un article intitulé : « En décidant de réaliser une station de traitement des eaux usées à proximité des quartiers résidentiels, REDAL amène la pollution et les maladies aux habitants de Yacoub Al Mansour à Rabat ». L’auteur de cet article relate les principales étapes suivies par le Comité de coordination pour inciter la REDAL à renoncer à l’implantation de la station de prétraitement à proximité des quartiers résidentiels. Il a également rappelé les impacts éventuels de ce projet, en soulignant les positions des départements concernés, en l’occurrence, le Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement et le Ministère de l’Intérieur.

Encadré 5. La revue Construire
« REDAL : le projet de la discorde » est le nom de l’article publié dans la revue Construire, hebdomadaire n° 3338 du 2 juillet 2004. En soulignant la participation d’environ 500 personnes au sit-in organisé par le Comité de coordination, cet article résume les positions des antagonistes quant à la réalisation de la station de prétraitement à proximité des habitations.
• D’un côté, les membres du Comité qui estiment que la station d’épuration va occasionner plusieurs préjudices pour les habitants notamment sur leur santé (maladies respiratoires, allergies, …), ainsi que la prolifération des insectes, sans compter les nuisances sonores et olfactives que ce type de projet génère inéluctablement.
• D’un autre côté, la REDAL qui prétend que son projet permettra de protéger l’environnement, de disposer de plages propres, de revaloriser la façade côtière et la vallée du Bouregreg, de préserver l’hygiène publique, d’embellir la façade maritime et d’améliorer le cadre de vie des populations.

  • 53 Les références (n°, date) de cet article ne figurent pas dans la copie que nous avons pu retrouver. (...)

Encadré 6. Le quotidien Bayane Al Yaoum
Un premier article a été publié53 dans le quotidien Bayane Al Yaoum sous le titre : « Le Comité de coordination exprime son opposition au projet et menace de boycotter la société REDAL ». Cet article rend compte de la réunion qui s’est tenue le 5 juin 2004 à la Maison des Jeunes Al Amal de Yacoub Al Mansour et relate les principales interventions ainsi que les décisions prises au terme de ce meeting auquel ont participé plusieurs habitants.
Un autre article a été publié, le mardi 29 juin 2004, dans le même quotidien. Dans cet article intitulé : « Les habitants de Yacoub Al Mansour et Hay Al Fath protestent… Oui pour la station de traitement mais loin des quartiers résidentiels », l’auteur dresse un compte-rendu du sit-in organisé l’avant-veille par le Comité de coordination.
Interviewé à cette occasion, le Président du Comité déplore l’absence de dialogue avec les acteurs concernés. Aussi, un Conseiller de l’arrondissement de Yacoub Al Mansour et de la Ville de Rabat avance que le Conseil de la Ville n’a pas respecté la loi en vigueur puisque l’étude d’impact sur l’environnement n’a pas été exigée pour le site Hay Al Fath et l’avis de l’arrondissement de Yacoub Al Mansour n’a pas été requis.

  • 54 Cf. édition n° 14.266 du 15 juin 2004.
  • 55 Information que nous avons eu du mal à vérifier au cours de nos récents entretiens avec les acteurs (...)

34Le journal L’Opinion est l’un des premiers quotidiens nationaux à avoir soutenu les habitants de Yacoub Al Mansour dans leur position vis-à-vis du projet de SPEU en publiant un article intitulé : « Les habitants de Yacoub Al Mansour se mobilisent contre le projet de station d’épuration des eaux usées : recours à SAR la Princesse Lalla Hasna et boycott périodique de la REDAL »54. Dans cet article, l’auteur rappelle les démarches entreprises par le Comité de coordination et s’interroge, notamment, sur « la signification de la démocratie si l’avis des citoyens concernés par ce projet, les habitants de Yacoub Al Mansour en l’occurrence, n’est pas pris en considération ». Cette position est paradoxale du fait que L’Opinion est le porte-parole du parti conservateur L’Istiqlal (l’Indépendance) et que les membres de ce parti appartiennent à la majorité du Conseil de la Ville, longtemps hostile aux revendications du Collectif ; alors que ceux du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), dont certains sont membres du Collectif, font partie de l’opposition. Comme l’auteur de cet article n’est pas un résident de Hay Al Fath, l’explication pourrait se trouver dans les « réseaux sociaux » : il est probable que ce premier journaliste soit un ami ou un membre de la famille de quelqu’un du Collectif55.

  • 56 Cf. L’Opinion n° 14.295 du 15 juillet 2004, rubrique « La Chronique du jour d’après ».
  • 57 À ce titre, les membres du Collectif attribuent la responsabilité à un de leurs anciens collaborate (...)
  • 58 Cette lettre de « mise au point » du Comité de coordination a été publiée par le journal L’Opinion (...)
  • 59 Cet article, dont nous disposons d’une copie non datée, a été destiné préalablement au quotidien L’ (...)

35Mais un autre article intitulé « Conscience citoyenne »56, paru dans le même journal (L’Opinion), montre que celui-ci ne porte pas le Collectif dans son cœur comme on aurait pu l’imaginer en lisant le premier article. En effet, un autre journaliste a qualifié la réaction des habitants à l’égard de la décision de réaliser la station de prétraitement des eaux usées à Hay Al Fath de « réflexes égoïstes et individuels » et d’« activisme primaire dont les frontières s’arrêtent aux portes de [leur] quartier ». Les responsables du Collectif estiment que ce dénigrement n’est pas imputable à la ligne rédactionnelle de ce journal, mais aux fausses informations qu’on lui a rapportées57. Malgré cela, cet article qui, manifestement, visait à discréditer aux yeux de l’opinion publique l’engagement des associations, a suscité de la part du Collectif trois réactions :
• Une lettre de « mise au point » a été adressée au journal L’Opinion. Ses auteurs considèrent que le contenu de l’article est « inexact et incorrect ». Ils dressent l’historique du Comité, s’insurgent contre les positions aussi bien du Président du Conseil de la Ville [qui aurait tardé à recevoir les membres du Comité] que de la REDAL [qui n’aurait trouvé que le surcoût de l’opération de transfert pour justifier sa position] et plaident pour un « débat serein et démocratique » au sujet de la station de prétraitement.
• Bien qu’elle ait été publiée par le journal L’Opinion58, cette lettre de « mise au point » a été suivie d’une autre adressée par le Collectif au même journal. Cette correspondance intitulée : « Comité de coordination des associations des résidents de Yacoub Al Mansour de Rabat : commission technique » est une « note complémentaire » qui précise les impacts éventuels de la station aussi bien sur l’environnement que sur la santé des habitants. Elle contient également des propositions concrètes qui, selon le Comité, tiennent compte du bien-être de tous les habitants de Rabat, y compris ceux du quartier Al Fath. Ces propositions prennent la forme de l’alternative suivante : soit étendre le réseau d’assainissement de quelques kilomètres seulement au-delà du site prévu pour qu’il atteigne une zone située entre la plage des Sables d’Or et Aïn Atig (zone qui dispose de grandes étendues sans que, pratiquement, aucune habitation n’y soit située ) ; soit installer cette station au fond de la Ceinture verte, loin du quartier Al Fath et de la commune de Harhoura.
• Parallèlement aux deux lettres transmises au journal L’Opinion, le Collectif a publié dans le quotidien Al Bayane59 un article intitulé : « Station d’épuration de Hay Al Fath à Rabat. La santé des citoyens n’a pas de prix ». Dans cet article signé par le Président du Comité de coordination, celui-ci rappelle les propos contenus dans la lettre de « mise au point » et la note technique complémentaire.

36Ce recours aux médias s’est donc vu contrarié par les interprétations variées que certains journalistes ont donné des événements. Ainsi, un des enjeux de la mobilisation a été de surmonter la disqualification de la position du Collectif, accusé d’être particulariste et égoïste. Il s’agissait pour les opposants de se dégager du qualificatif de « NIMBY » qui leur a été attribué. D’où la confection par le Collectif d’un argumentaire dont le contenu rappelle le procédé classique de « montée en généralité ». Ainsi, le choix du slogan fédérateur de la mobilisation « Oui à la station de prétraitement, mais loin des habitations », la proposition d’un site alternatif au milieu de la Ceinture verte avec traitement au lieu du prétraitement et l’évocation du projet d’aménagement de la Corniche participent de cette démarche.

  • 60 380 signatures sur 5 000 habitants qui auraient reçu le bulletin d’informations. Ce chiffre, ainsi (...)

37Par ailleurs, d’après M. Olson (1978), la participation à l’action collective est plus ou moins coûteuse pour chacun des membres du groupe d’action : elle suppose, en effet, que les individus consacrent une partie de leur temps à des tâches d’organisation (réunions, distribution de tracts, démarchage en vue de faire signer des pétitions, etc.) ; elle est aussi souvent coûteuse financièrement puisqu’il faudra par exemple payer une cotisation syndicale ou participer à des collectes de soutien. La stratégie qui consiste à laisser les autres « aller au charbon » pour profiter ensuite des bénéfices collectifs ainsi obtenus, est donc à première vue intéressante pour chacun. Ceci explique le nombre relativement faible des signataires de la pétition (380) ou des personnes qui ont participé au sit-in (une centaine) par rapport au nombre d’habitants des quartiers « touchés » par la campagne de sensibilisation : seulement 6 habitants sur 100 ont apposé leur signature60.

38Il convient toutefois de souligner que la « masse » des participants à une action collective n’est pas toujours déterminante, car elle ne peut garantir, à elle seule, le succès des revendications. M. Dobry (1986 et 1990) souligne ainsi, à juste titre pensons-nous, qu’il n’y a pas que les grands nombres qui comptent : les seuils quantitatifs peuvent en effet revêtir des sens différents pour les acteurs qui les décodent en fonction de leur culture propre. Ce qui apparaît donc capital pour le cours de l’action, c’est la façon dont ces seuils vont être perçus par les protagonistes de la confrontation. Toujours est-il cependant que cette relativement faible mobilisation a incité le Comité à poursuivre sa campagne de protestation en s’engageant dans une nouvelle voie et en s’adressant directement à la sphère politique.

  • 61 La Constitution marocaine a prévu deux Chambres de représentants de la population : un Parlement do (...)

39Au plan politique, donc, le Collectif a saisi par écrit le Parlement et la Chambre des Conseillers61 grâce aux questions qu’il a fait poser par des députés du Parti du Progrès et du Socialisme. En outre, à l’occasion de la session du Conseil de la Ville de Rabat, tenue au mois d’octobre 2004, il a pris l’initiative de marquer la présence des habitants sur les lieux de la session. Les participants à cette manifestation ont hissé des banderoles rappelant leurs revendications, tout en distribuant un communiqué actualisé aux conseillers de la ville et aux journalistes présents.

40Dans le même temps, des représentants du Collectif ont réussi à assister à la séance, au cours de laquelle les Conseillers communaux qui en étaient membres ont demandé l’inscription du problème de la station de traitement des eaux usées à l’ordre du jour. Face au refus du Président du Conseil de la Ville, le Président du Collectif a pris la parole, en dépit du règlement qui interdit toute intervention du public lors des sessions du Conseil, pour protester contre ce refus, réclamer un débat démocratique et inviter le Président du Conseil de la Ville à donner suite aux différentes demandes d’audience formulées par ledit Comité, et restées jusqu’alors obstinément sans réponse.

  • 62 Informations recueillies lors de nos entretiens auprès des membres du Comité de coordination.
  • 63 Ce que T.C. Schelling appelle un coup stratégique est « une action visant à influencer le choix de (...)

41À la reprise de la séance — celle-ci ayant été suspendue à cause du tumulte ayant suivi l’intervention du Président du Collectif —, le Président du Conseil de la Ville a finalement accepté de fixer une date précise pour recevoir une délégation du Comité ; il a en outre évoqué la possibilité de prévoir une séance extraordinaire du Conseil de la Ville, qui serait consacrée à la discussion de la question du site d’installation de la SPEU62. Cette intrusion peut ainsi être considérée comme un coup stratégique63 puisqu’elle a constitué un moment charnière dans la trajectoire de ce mouvement de protestation. En effet, bien que ladite séance extraordinaire du Conseil de la Ville n’ait pas eu lieu, la délégation du Comité a été effectivement reçue par le Maire de Rabat le 4 novembre 2004 (6 jours plus tard) et a, surtout, participé aux travaux de la commission mise en place pour effectuer des sorties sur les lieux en vue d’étudier les propositions aussi bien de la REDAL que du Collectif.

42Certes, ces résultats sont dus à la mobilisation des habitants qui ont fait preuve de compétences indéniables (I. Berry-Chikhaoui et A. Deboulet, 2000). Mais, sans doute, doivent-ils tout autant, sinon plus, à d’autres raisons. Les réseaux sociaux dont disposent plusieurs membres du Collectif, qui appartiennent à plusieurs groupes à la fois (associations, syndicats, partis politiques) et qui agissent donc dans de multiples systèmes interactifs, démultiplient leurs capacités d’action. Ce sont ces réseaux, entre autres, qui leur ont permis de gagner le soutien des élus locaux.

  • 64 Ces Conseillers sont membres à la fois du Conseil communal de la Ville de Rabat et du Conseil de l’ (...)
  • 65 L’Arrondissement est la nouvelle appellation des Communes urbaines qui avaient été découpées au sei (...)
  • 66 Vote effectué lors de la session ordinaire du Conseil communal tenue au mois de juin 2004.

43De même, du fait que certains Conseillers communaux sont également membres du Comité64, le soutien unanime manifesté par le Conseil de l’arrondissement (ex-commune) de Yacoub Al Mansour a-t-il été obtenu sans trop de peine65. Ce Conseil s’est ainsi aligné par un vote sur la position du Collectif, en demandant que la station de prétraitement des eaux usées soit implantée à une distance suffisante des habitations66. Mais parce que ces réseaux ont malgré tout leurs limites, et qu’ils englobent plus difficilement les membres de la sphère supérieure de la vie politique, ils ont eu moins d’effets sur les positions du Conseil de la Ville de Rabat. Celui-ci n’a apporté son soutien qu’en octobre 2004 et plus sous la pression que par conviction, comme on l’a vu précédemment.

Conclusion

44Reléguer au second plan, de la part des responsables de l’aménagement, les exigences environnementales aurait pu être sans incidence sur le déroulement du projet — cela est en effet très fréquent au Maroc, malgré les discours officiels —, si les habitants qui se sentaient concernés par le choix du nouveau site de la station de prétraitement des eaux usées ne s’étaient pas mobilisés. Cette affaire révèle que des choix purement techniques, en l’occurrence ceux d’un système d’épuration et de sa localisation, peuvent susciter des oppositions farouches, particulièrement efficaces lorsqu’elles procèdent d’habitants des classes moyennes disposant par ailleurs de réseaux sociaux assez étendus.

45Dans le cas qui nous concerne, la population, fédérée en un collectif d’associations, s’est érigée en un nouvel acteur aux stratégies parfois imprévisibles, mais efficaces (sit-in, articles de presse, intrusion inopinée lors de la session du Conseil communal, etc.).

46À ce titre, l’analyse du déroulement du conflit opposant ce collectif à la régie multiservices REDAL au sujet de l’implantation de la station de prétraitement des eaux usées en face du quartier Hay Al Fath en pleine Corniche a fait ressortir trois éléments principaux :
— la constitution d’une force d’opposition unique malgré les préoccupations différentes des associations qui composent le collectif ;
— le positionnement du Collectif en tant qu’expert grâce à l’argumentaire développé et aux propositions contenues dans les différentes notes qu’il a réalisées ;
— le recours à des vecteurs multiples d’expression et de revendication couvrant aussi bien les sphères technique, publique que politique. L’extension au politique étant la plus intéressante à retenir, compte tenu du contexte marocain.

  • 67 Dans son livre intitulé Psychologie des foules, G. Le Bon voit dans les mouvements collectifs une m (...)
  • 68 G. Tarde relie, dans L’Opinion et la foule, la dynamique constitutive de la foule au phénomène qui (...)
  • 69 La théorie de la rationalité est une théorie normative qui prescrit aux individus les moyens les pl (...)

47Cette manière de gérer le conflit est moins imputable à la pure manipulation des leaders (G. Le Bon, 1875 ; 1995)67 malgré leur rôle crucial dans la mobilisation des habitants ou à l’imitation (G. Tarde, 1901 ; 1989)68, qu’à des choix rationnels (A. Rapoport, 1960 ; 1976)69, c’est-à-dire une stratégie voire un plan d’action arrêté pour atteindre un but précis : le déplacement de la SPEU.

48Cette stratégie a porté ses fruits — il est clair que l’utilisation de l’argument environnementaliste a été décisive dans ce type de conflit (P. Melé in C. Larrue, P. Melé et M. Rosemberg, 2004) — sur, au moins, deux points :
— d’une part, le projet de déplacement de la SPEU a été gelé ;
— d’autre part, le Collectif bénéficie désormais d’un soutien explicite tant de la part des autorités locales que des élus. De fait, la réalisation de la station de prétraitement à Hay Al Fath semble aujourd’hui largement compromise, même si aucune décision d’abandon n’a été officiellement prise.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani A. (dir.), 2000, Enjeux et acteurs locaux de la gestion urbaine. Redistribution des pouvoirs dans les villes marocaines, Dakar, Codesria, 290 p.

Berry-Chikhaoui I. et Deboulet A., 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tours/Tunis, Karthala/URBAMA/IRMC, 408 p.

Belfkih M’H. et Fadloullah A., 1986, Mécanismes et formes de croissance urbaine au Maroc : cas de l’agglomération de Rabat-Salé, Rabat, Librairie El Maàrif.

Caille J., 1949, La ville de Rabat jusqu’au Protectorat français. Histoire et archéologie, Paris, Vanoest, Éd. d’Art et d’Histoire, Publications de l’Institut des Hautes Études Marocaines, 3 volumes.

Carrière J.-P. (dir.), 2002, Villes et projets urbains en Méditerranée, Tours, Maison des Sciences de l’Homme (MSH), coll. « Perspectives Villes et Territoires », n° 2.

Crozier M. et Friedberg E., 2004, L’Acteur et le système, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 500 p.

Delaye T., 1954, « Rabat aujourd’hui», in Lacour R. et Rebreyend A. (sous la dir. de), Livre d’or du Centenaire de la naissance du Maréchal Lyautey, Casablanca, Office Marocain de Diffusion.

Devillers C., 1998, « Le projet urbain », pp. 35-52, in Cuillier F. (sous la dir. de), Les débats sur la ville 1, Paris, Confluences, Agence d’Urbanisme de Bordeaux-Métropole Aquitaine.

Dobry M., 1986, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Dobry M., 1990, « Calcul, concurrence et gestion du sens », in Favre P., La manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Le Bon G., 1995, Psychologie des foules, Paris, Quadrige-PUF (éd. originale : 1895).

Lyautey P., 1954, « Lyautey l’Africain », in Lacour R. et Rebreyend A. (sous la dir. de), Livre d’or du centenaire de la naissance du Maréchal Lyautey, Casablanca, Office Marocain de Diffusion.

Larrue C., Melé P. et Rosemberg M., 2004, Conflits et territoires, Tours, PUFR, 224 p.

Olson M., 1978, Logique de l’action collective, Paris, PUF (éd. originale : 1965).

Prost H., 1932, « Le développement de l’urbanisme dans le Protectorat du Maroc de 1914 à 1923 », pp. 59-80, in Royer J. (sous la dir. de), L’urbanisme aux colonies et dans les pays tropicaux, Tours/La Charité-sur-Loire.

Rapoport A., 1976, Combats, débats et jeux, Paris, Dunod (éd. originale de 1960).

Ricard P., 1924, « Rabat, la côte atlantique », in Les Merveilles de l’autre France, Algérie, Tunisie, Maroc, le pays, les monuments, les habitants, Paris, Hachette.

Schelling T.C., 1986, Stratégie du conflit, Paris, PUF (éd. originale : 1960).

Tarde G., 1989, L’opinion et la foule, Paris, PUF (éd. originale : 1901).

Haut de page

Notes

* Cet article est issu de travaux de recherches conduits dans le cadre :
— d’une Thèse de Géographie en cours, dirigée par P. Signoles (Équipe EMAM, UMR 6173 CITERES, CNRS et Université de Tours) en collaboration avec T. Agoumy (Université Mohamed V, Rabat), et intitulée « Les projets urbains des fronts d’eau de Rabat : systèmes d’action et stratégies d’acteurs » ;
— de la réalisation d’un Mémoire pour accéder au grade d’Architecte en chef, dirigé par A. Iraki (Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme, Rabat) et soutenu le 7 novembre 2007 au Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace (Maroc) sous le titre « Enjeux et acteurs du projet d’aménagement de la Corniche de Rabat » ;
— d’un programme collectif de recherches, en cours, financé par le Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP), Ministère (français) des Affaires étrangères, coordonné par P. Signoles et intitulé : « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb » (2005-2008).

1 Saphira est le nom attribué au projet d’aménagement de la Corniche par le maître d’œuvre EMAAR Properties.

2 Le projet urbain de la Plaine-St-Denis consiste à aménager un grand secteur de friches industrielles sur un territoire de 700 ha situé entre le canal d’Aubervilliers, les voies ferrées qui arrivent à la Gare du Nord et le périphérique de Paris.

3 Suite au protocole d’accord de mars 2006, la Wilaya de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, la Commune urbaine de Rabat, l’Agence de Logements et d’Équipements Militaires (ALEM) et EMAAR ont contractualisé un mémorandum d’entente pour la réalisation du projet d’aménagement de la Corniche de Rabat.

4 Année d’approbation de la loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement.

5 Nous tenons à remercier vivement les membres de ce Collectif qui ont bien voulu mettre à notre disposition toute la documentation disponible à ce sujet.

6 Bab El Bahr correspond à l’extrémité nord du rempart almohade qui donne sur la plage de Rabat.

7 Il s’agit notamment du phare, de plusieurs forts datant de l’époque alaouite (Borj Es-Sirat, Borj Ed-Dar) et de celle du Protectorat (Fort Hervé), de la Sqala, du rempart almohade, de l’ex-hôpital militaire, etc.

8 Cf. présentation de « L’esquisse de Rabat et Salé », note dressée en 1948, p. V, in Fonds du Protectorat français au Maroc, Archives diplomatiques de Nantes, inventaire 9, carton 91 : « Urbanisme, Habitat indigène ». Voir aussi Ricard P., 1924, p. 347.

9 Cf. compte-rendu de la réunion du 20 avril 1932, présidée par le Secrétaire général du Protectorat, au sujet des problèmes que pose la création de lotissements à proximité des villes et notamment de Rabat, p. 3, in Fonds du Protectorat français au Maroc, Archives diplomatiques de Nantes, carton 198bis.

10 Le SDAU de 1995 a identifié 12 actions majeures destinées à promouvoir des opérations sectorielles ou spécifiques sur certains secteurs urbains sensibles ou stratégiques de l’agglomération. D’après ce document de planification opposable aux administrations depuis la loi de 1992 relative à l’urbanisme, la Corniche de Rabat devrait accueillir des aménagements touristiques avec l’élargissement du tracé de la route côtière avec 30 mètres d’emprise, le recasement des bidonvilles El Kora et El Graa et le réaménagement des terrains militaires (camps Moulay Smail et camps Moulay Hassan [ex-camps Sartiges et Garnier]).

11 Le Projet d’Aménagement du littoral de Yacoub Al Mansour a été initié par la commune de Yacoub Al Mansour en 1994. Ce projet n’a pas pu voir le jour au motif que le Plan d’Aménagement qui couvre la zone du projet était encore à l’étude.

12 Le Plan d’Aménagement Sectoriel de la Corniche de Rabat a été élaboré par l’Agence Urbaine de Rabat-Salé en 1998. L’instruction de ce document a été bloquée au niveau du comité technique local (étape primordiale dans le processus d’élaboration du Plan d’Aménagement [PA] qui réunit, sous la présidence du Wali ou Gouverneur, tous les services extérieurs pour validation du projet de PA avant l’élaboration de la version finale) au motif de l’opposition de l’ALEM. Précisons à ce propos que cette agence, jouissant de la personnalité morale et de l’autonomie financière, ne pouvait se prononcer officiellement sur ce sujet que lors des délibérations de son Conseil d’administration dont la première session annuelle n’a été tenue qu’en 2006.

13 Lancé par la Direction de l’Urbanisme en 2000, ce concours n’a pas eu de suite malgré le dépôt de quatre dossiers, du fait de l’opposition réitérée de l’Agence de Logements et d’Équipements Militaires.

14 Élaborée en 2000 et 2001 par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Île-de-France, cette étude, qui a embrassé plusieurs volets (environnement, circulation, transport), n’a également pas eu de suite.

15 Pour préparer et suivre les étapes de ce concours, ces acteurs se sont répartis les tâches dans le cadre d’une commission ad hoc : la Commune urbaine est l’initiateur du concours du point de vue juridique (lancement de l’appel d’offre, présidence de la commission d’ouverture des plis), l’Agence urbaine a assuré le secrétariat en produisant tous les documents administratifs en commençant par le Cahier de Prescriptions Spéciales (CPS) du concours, tandis que la Wilaya a pris en charge les primes décernées aux lauréats. Ces trois acteurs constituent le noyau permanent du jury du concours composé par d’autres départements (Ministère du Tourisme, Direction de l’Urbanisme, ex-commune de Yacoub Al Mansour…).

16 D’après le CPS relatif au concours, les principaux critères de jugement ont porté sur : la pertinence du programme proposé en fonction de la vocation du site et des impératifs de développement des secteurs productifs (habitat, prestations de services, tourisme…) ; la qualité et innovation du parti d’aménagement ; le choix des équipements structurants et des infrastructures de liaison par rapport à la ville et à la frange maritime ; la stratégie de mise en œuvre (hiérarchisation des actions) ; la prise en compte de l’aspect environnemental du site (stabilité de l’assise, érosion, topographie, embruns …) ; la qualité des solutions préconisées pour l’aspect circulation et transport.

17 Les prix de ce concours ont été décernés au mois d’avril 2005 au siège de la commune urbaine de Rabat. Le premier prix, attribué au groupement constitué par les architectes Noureddine Basset et Jamal Edddine Ghorafi, s’élevait à 300 000 DH (1 dirham marocain = 0,09 € en mars 2009) ; le deuxième prix attribué s’élevait à 200 000 DH ; le groupement Rih (3e prix) a touché une prime de 150 000 DH.

18 Lors d’une journée d’étude organisée le 1er juin 2006 par le Conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, un membre de cette équipe lauréate du concours (en l’occurrence Abdessalam Basset) s’est insurgé solennellement contre la décision de les mettre de côté au profit d’un « architecte de l’apartheid ! » (faisant allusion à John Halford, l’architecte-urbaniste du projet proposé par le groupe EMAAR qui est d’origine sud-africaine).

19 La Vision 2010 est une stratégie de développement touristique volontariste qui s’appuie sur une vision à long terme confortée par un contrat-programme chiffré et détaillé. Afin de réarticuler le tissu économique national sur d’autres régions que celles faisant partie de l’axe Kénitra-Rabat-Casablanca, la Vision 2010 a prévu l’élaboration du « Plan Azur ». Ce projet vise la création de six nouvelles stations touristiques intégrées sur six sites prioritaires, à savoir : Saïdia (Berkane), Lixus (Larache), Mazagan (El Haouzia, El Jadida), Mogador (Essaouira), Taghazout (Agadir) et Plage Blanche (Guelmim).

20 La Ville nouvelle de Tamesna prévoit d’accueillir 250 000 habitants sur une superficie de 860 ha, à 12 km au sud de Rabat.

21 L’aménagement du Plateau Akreuch consiste à créer, au sud-est de la ville de Rabat, 40 000 unités d’habitation et des équipements sur 1 350 hectares, dont 1 000 ha urbanisables.

22 Le projet d’aménagement des Berges de la vallée du Bouregreg s’étend sur une superficie totale de 6 000 ha.

23 La zone touristique de Bouknadel s’étend sur 350 ha au nord de Rabat.

24 La zone touristique de Skhirat s’étend sur 350 ha au sud-ouest de Rabat.

25 Le projet d’aménagement de la Corniche de Rabat est prévu sur une superficie de 330 ha.

26 La réalisation de ce projet devrait mobiliser 3,4 milliards de dollars US. Un montant de près de 13,3 milliards de dirhams marcocains sera investi dans la première tranche qui doit se dérouler entre 2007 et 2013 sur une superficie de 156 hectares, sur la portion du littoral qui s’étend depuis la Ceinture verte, au sud, jusqu’à Dar Soltane, au nord.

27 Faut-il préciser que l’introduction des groupes émiratis au Maroc a été concrétisée à la suite de la visite du Roi Mohamed VI aux Émirats Arabes Unis, effectuée au mois de février 2006.

28 En Tunisie, EMAAR a présenté au Président tunisien, le 14 avril 2006, le projet de la station touristique « Hergla » prévu sur une superficie de 442 hectares avec un investissement de près de 2 milliards de dollars.

29 Un protocole d’accord d’une enveloppe financière de 5 milliards de dollars a été signé le 18 mars 2008 entre le Ministère algérien de l’Industrie et de la Promotion des investissements et EMAAR pour la réalisation de différents projets, notamment dans le domaine du tourisme et de la santé, sur une superficie de 400 hectares du littoral algérois.

30 Outre dans les Émirats Arabes Unis, EMAAR a réalisé des projets en partenariat en Arabie Saoudite, en Turquie, en Syrie, en Jordanie, en Égypte, en Inde et au Pakistan.

31 En plus du projet Saphira à Rabat, le groupe EMAAR prévoit la réalisation des projets Oukaïmeden et Amelkis à Marrakech, Tinja à Tanger et Bahia Bay à proximité de Casablanca.

32 En vertu de la Charte communale de 2002 qui a institué à Rabat, comme ailleurs au Maroc, l’unité de la ville, l’ex-commune de Yacoub Al Mansour est devenue l’« arrondissement » de Yacoub Al Mansour.

33 D’après la même Charte communale de 2002, la Ville de Rabat est considérée « Commune urbaine » et, à ce titre, est dotée d’un Conseil communal dont les membres sont élus parmi les Conseillers des arrondissements. Cf. BO 5058 du 16 Ramadan 1423 (21 novembre 2002). Dahir 1-02-297 du 25 Rejeb 1423 (3 octobre 2002) portant promulgation de la loi 78-00 portant Charte communale.

34 Avant l’entrée en vigueur de l’unité de la Ville en 2002, la concession des services d’eau, d’électricité et d’assainissement des villes de Rabat, Salé et Témara était gérée par les Communautés urbaines de chaque ville en tant qu’instances représentatives des Préfectures et Communes concernées.

35 Le terrain appelé « Champ de tir » est la propriété de l’Agence de Logements et d’Équipements Militaires, indiquée sur la Figure 3.

36 En 1998, la délégation de gestion comprenant la distribution d’eau et d’électricité et le service de l’assainissement a été décidée au profit du groupement hispano-portugais REDAL. Le passage au groupe français VÉOLIA Environnement (filiale de Vivendi) en mars 2002 n’a pas changé grand chose au conflit, puisque les sites alternatifs proposés par ce nouveau groupe (Variantes 4 et 5) n’étaient pas suffisamment éloignés du site objet du litige.

37 Le Comité National des Études d’Impact est une commission interministérielle instituée auprès de l’autorité gouvernementale chargée de l’environnement en application de l’article 8 de la loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement promulguée par le Dahir 1-03-60 du 10 Rabii I 1424 (12 mai 2003). Ce Comité, qui réunit les représentants de tous les Départements concernés (Agriculture, Équipement, Commerce et Industrie, Pêche…), a pour mission « d’examiner les études d’impact sur l’environnement et de donner son avis sur l’acceptabilité environnementale des projets ». Cf. BO 5118 du 18 Rabii II 1424 (19 juin 2003).

38 Pour le présent article, je m’en tiens aux deux acteurs, Collectif et REDAL. Je compte toutefois élargir l’analyse dans la suite de ma recherche doctorale.

39 À titre d’exemple, l’Amicale Al Mountalak gère un budget mensuel de plus d’1 million de centimes (environ 1 000 €) provenant des cotisations de 113 villas. Cet argent lui a permis de construire un local de 50 m2 en tant que siège de l’association (6 millions de centimes, soit 6 000 €), de payer les gardiens et d’aménager des jardins.

40 Initié par la Compagnie Générale Immobilière (CGI), ce projet de lotissement visait le relogement des bidonvillois des douars Al Kora et Al Garaa sur une superficie de près de 4 ha de la Ceinture verte de Rabat.

41 Ce collectif est composé des associations suivantes : La Fédération Al Mountazah, La Ceinture Verte, Al Yassamine, Assalam, Al Imane, Mimosas, Al Jad, Miftah Al Khair, Amis de la nature, El Wifak (Amal 6), Al Boustane Al Akhdar, Intilak 1 et 2, Housn Al Jiwar, Al Firdaous, Arrabii, Annakhil, Al Oumina Al Khadra, Ghousn Azzaytoun, Al Azhar, Al Fajr, Association Oumnia Bouregreg, Association Amal pour l’Amitié et la Prévoyance des Jeunes, Forum Marocain de l’Environnement et du Développement, Association Marocaine de Protection de l’Environnement, Association Marocaine de l’Échange Culturel, Association de la Solidarité, Association Zaër-Aarab-Oudayas et Développement, Association des Propriétaires du Lotissement Témara, Association Culturelle et Sociale de Harhoura ; ainsi que des amicales : Al Mountalak, Annajah, Al Mouwahhidine et La Corniche.

42 Parmi ces actions, on peut citer l’organisation de conférences thématiques (« La santé et l’environnement », « L’état de la Ceinture verte et des espaces verts à Rabat-Salé et régions »), des journées de sensibilisation sur l’intérêt de la préservation de l’environnement, un jardin pédagogique, des reportages sur l’état critique des espaces verts en collaboration avec la presse écrite et audiovisuelle, des activités sportives et culturelles au profit des enfants et étudiants, etc.

43 Il s’agit notamment de journées « Portes ouvertes » sur l’environnement, de campagnes de propreté, d’une journée d’étude sur la petite entreprise et le micro-crédit, de journées de sensibilisation pour les droits de l’enfant, contre le sida, sur les dangers de la cigarette et des drogues, de campagnes en faveur du don de sang et de dons de vêtements pour les nécessiteux, de tournois de football, etc.

44 Parmi lesquels on trouve notamment le Vice-Président de l’Association Marocaine des Droits de l’Homme.

45 Principalement des membres du Parti pour le Progrès et le Socialisme (PPS).

46 En l’occurrence la médecin-généraliste coordinatrice du Rémadev et son Vice-Président, Directeur pédagogique d’un établissement scolaire à Hay Al Fath, appelé Al Awaïl.

47 Il s’agit des personnalités suivantes : un Responsable de la REDAL, le Wali de la Région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, les membres du Comité National des Études d’Impact et le Secrétaire général du Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement.

48 Cf. communiqués du 8 décembre 2003, du 26 octobre 2004 et du 7 octobre 2005.

49 La manifestation a été organisée à l’intersection entre la route côtière et l’avenue Al Fath.

50 Il s’agit particulièrement des quotidiens Al Bayane et Bayane Al Yaoum.

51 Les membres du Comité de coordination avancent le chiffre de 5 000 exemplaires pour le tirage de ce bulletin d’informations.

52 Les responsables du Comité nous ont remis une copie de cet article en affirmant qu’il s’agissait d’Assabah, mais le nom du journal ne figure pas sur la copie.

53 Les références (n°, date) de cet article ne figurent pas dans la copie que nous avons pu retrouver.

54 Cf. édition n° 14.266 du 15 juin 2004.

55 Information que nous avons eu du mal à vérifier au cours de nos récents entretiens avec les acteurs concernés.

56 Cf. L’Opinion n° 14.295 du 15 juillet 2004, rubrique « La Chronique du jour d’après ».

57 À ce titre, les membres du Collectif attribuent la responsabilité à un de leurs anciens collaborateurs qu’ils considèrent comme « traître » . Selon les propos de l’un d’eux : « Au cours d’une sortie sur les lieux avec les représentants de la Wilaya et de la REDAL pour voir le site alternatif proposé par le Collectif, cet ingénieur aurait montré aux membres de cette commission un site proche de certaines habitations de la Commune de Harhoura que le Collectif n’avait jamais choisi ».

58 Cette lettre de « mise au point » du Comité de coordination a été publiée par le journal L’Opinion trois jours après sa réception par ce journal. Cf. édition du 18 juillet 2004.

59 Cet article, dont nous disposons d’une copie non datée, a été destiné préalablement au quotidien L’Opinion qui a refusé de le publier.

60 380 signatures sur 5 000 habitants qui auraient reçu le bulletin d’informations. Ce chiffre, ainsi que celui des participants au sit-in, sont fournis à titre purement indiciatif.

61 La Constitution marocaine a prévu deux Chambres de représentants de la population : un Parlement dont les membres sont élus au suffrage direct et une Chambre de Conseillers dont les membres sont élus au suffrage indirect.

62 Informations recueillies lors de nos entretiens auprès des membres du Comité de coordination.

63 Ce que T.C. Schelling appelle un coup stratégique est « une action visant à influencer le choix de l’adversaire en faveur de soi-même, en jouant sur l’attente de ce dernier face au choix que l’on fera » (T.C. Schelling, 1986, p. 198).

64 Ces Conseillers sont membres à la fois du Conseil communal de la Ville de Rabat et du Conseil de l’arrondissement (ex-commune) de Yacoub Al Mansour.

65 L’Arrondissement est la nouvelle appellation des Communes urbaines qui avaient été découpées au sein du territoire urbain des grandes villes. La loi 78-00 du 3 octobre 2002, portant Charte communale, les a supprimées dans les villes de plus de 750 000 habitants, au nom de l’unité de la ville.

66 Vote effectué lors de la session ordinaire du Conseil communal tenue au mois de juin 2004.

67 Dans son livre intitulé Psychologie des foules, G. Le Bon voit dans les mouvements collectifs une manipulation : si les hommes en foule agissent de la sorte, c’est, nous dit-il, parce qu’ils sont sous le pouvoir hypnotiques des meneurs.

68 G. Tarde relie, dans L’Opinion et la foule, la dynamique constitutive de la foule au phénomène qui lui paraît être au fondement de toute réalité sociale : l’imitation.

69 La théorie de la rationalité est une théorie normative qui prescrit aux individus les moyens les plus efficaces et les moins coûteux pour atteindre leur but. Comme le souligne A. Rapoport, la rationalité suppose que l’individu se livre au calcul suivant : « Si je fais ceci, c’est ceci qui arrivera…, si je fais cela, c’est ça qui arrivera… comme je préfère ceci à cela, je ferai ceci ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. État des lieux et analyse de l’existant.
Crédits Cartographie & Montage : H. Mouloudi • novembre 2007.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Figure 2. Le système d’acteurs constitué pour l’aménagement de la Corniche de Rabat.
Crédits Cartographie : H. Mouloudi & F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/297/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 3. Les différents sites d’implantation prévus pour la station de prétraitement des eaux usées.
Crédits Cartographie & Montage : H. Mouloudi • novembre 2007.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hicham Mouloudi, « L’aménagement de la Corniche de Rabat (Maroc) face au défi de l’environnement et du développement durable : quand la société civile prend le devant de la scène publique  », Les Cahiers d’EMAM, 17 | 2009, 11-28.

Référence électronique

Hicham Mouloudi, « L’aménagement de la Corniche de Rabat (Maroc) face au défi de l’environnement et du développement durable : quand la société civile prend le devant de la scène publique  », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 18 avril 2014. URL : http://emam.revues.org/297

Haut de page

Auteur

Hicham Mouloudi

Doctorant en Géographie et Urbanisme à l’Université Mohamed V de Rabat et à l’École d’Architecture de Rabat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page