Navigation – Plan du site

Note de l’auteur

Avec la collaboration de Pierre Signoles

Texte intégral

1Au Maghreb, l’étalement urbain, ainsi que le renouvellement, au cours de ces dernières années, des acteurs, des normes et des pratiques de l’aménagement urbain ont considérablement modifié les formes et les processus de l’urbanisation. Si certains estiment que cette dynamique est favorable à une fragmentation urbaine qui se traduirait notamment par la marginalisation des espaces non centraux ou péricentraux, nous postulons au contraire que les « citadins ordinaires » comme les acteurs officiels de l’aménagement urbain continuent de « fabriquer » de la ville en périphérie(s), en même temps que la ville se « fait », de plus en plus, dans et avec ses périphéries. C’est en nous inscrivant dans cette hypothèse que nous nous proposons, dans le cadre de notre programme de recherche « Faire la ville en périphérie(s) ? Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb », d’examiner les processus de construction/reconfiguration territoriale dans ces périphéries, et ce pour deux raisons principales :
1) les grandes villes, qui s’apparentent de plus en plus à des aires métropolitaines en formation, constituent des lieux privilégiés des interactions entre dynamiques « nationales » et globalisation ;
2) les périphéries de ces « villes-capitales » connaissent des transformations de grande ampleur, ce qui fait d’elles des terrains pertinents d’observation et de compréhension des processus de territorialisation en cours.

2Alors que les Axes 1 et 2 du programme sus-indiqué portent sur la mobilité (sociale et spatiale) des citadins et sur l’urbanité/citadinité, nous nous intéressons principalement dans l’Axe 3 « Territoires et politique » à la dimension politique des processus de territorialisation engagés par les institutions et par les citadins dans les périphéries étudiées. Plus précisément, nous cherchons à identifier les modes de gouvernement des périphéries, lesquels résultent de l’articulation des politiques institutionnelles avec les dynamiques sociales (actions collectives, pratiques citadines). Pour ce faire, nous avons retenu deux thématiques principales :
— la territorialisation de l’État par les projets urbains et par la planification ;
— la refonte des territoires politico-administratifs et ses effets sur le « gouvernement local ».

La territorialisation de l’État par les projets urbains et par la planification

  • 1 Ces formes ont été identifiées lors des travaux préparatoires au Séminaire thématique régional de R (...)

3Il est possible, dans un premier temps d’identifier quatre formes majeures de « territorialisation par le haut »1 : les logiques de projet, de plus en plus affirmées dans les métropoles maghrébines, qui se traduisent souvent par la mise en place de structures ad hoc chargées de l’exécution des projets ; les logiques de planification ; les politiques d’intégration des quartiers non réglementaires et l’« urbanisme d’opportunité» (selon l’expression de P.-A. Barthel) réalisé par les acteurs privés, de plus en plus nombreux à intervenir dans la fabrication urbaine du fait de l’ouverture de l’aménagement urbain aux investisseurs privés, nationaux et étrangers.

Les logiques de projet

4L’avènement de l’urbanisme de projet constitue certainement l’une des innovations majeures dans le champ de l’aménagement des grandes villes du Maghreb et, plus largement, du Monde arabe. Il donne lieu à une multiplication de « grands projets », généralement financés par des investisseurs privés étrangers, et particulièrement par les Émiratis, aux moyens financiers exceptionnels. Bien entendu, cette internationalisation de l’aménagement urbain, qui fait entrer la mondialisation « par le haut » (pour reprendre une expression de R. Sidi Boumedine), pose problème. On se demande notamment dans quelle mesure ces projets financés de l’extérieur bouleversent les règles du jeu de la fabrication urbaine.

  • 2 P.-A. Barthel, 2006, Tunis en projet(s). La fabrique d’une métropole au bord de l’eau, Rennes, Pres (...)

5En effet, les apports des acteurs étrangers dépassent parfois largement les capacités financières des acteurs institutionnels nationaux, ce qui peut contribuer à perturber les processus décisionnels et, au-delà, à générer de nouvelles règles du jeu urbain, dont l’élaboration serait au bout du compte davantage le fait des investisseurs privés (par exemple les Émiratis) que celui des acteurs institutionnels locaux et/ou nationaux. Cependant, pour certains chercheurs (P. Signoles), ce sont moins les sommes injectées par les acteurs internationaux que les principes d’action et les systèmes de décision inhérents à l’urbanisme de projet qui peuvent avoir une incidence sur les modalités de l’aménagement urbain. Le débat est donc ouvert, étant entendu que, dans son étude sur les lacs de Tunis, P.-A. Barthel a montré que, malgré l’avènement d’un urbanisme davantage polycentrique et négocié que par le passé, le pouvoir central gardait incontestablement le contrôle des opérations2.

Les logiques de planification

  • 3 On peut citer, à titre d’exemples, la question de la localisation du nouvel aéroport de Tunis, les (...)

6Alors que les années 1980 ont été marquées par une désaffection des acteurs institutionnels nationaux et internationaux à l’égard de la planification urbaine et régionale, il semble que cette dernière connaisse ces dernières années un regain d’intérêt de la part des États. Il convient donc de s’interroger sur la réalité de cette re-centralisation — si re-centralisation il y a — et sur ses significations. Il peut en effet s’agir, pour les États, de privilégier le renforcement des capacités et la compétitivité des espaces métropolitains en annexant à l’occasion ces espaces à fort potentiel que sont les périphéries des grandes villes. En effet, les régions métropolitaines attirent de nouveaux investissements stratégiques, publics et privés, ce qui rend d’ailleurs plus confuse la distinction entre les interventions qui relèvent de l’aménagement du territoire et celles qui participent de l’urbanisme de projet3. En conséquence, on peut se demander si l’articulation entre les politiques d’aménagement urbain (stricto sensu), désormais envisagées à une échelle quasi régionale (celle des régions urbaines), et les politiques d’aménagement du territoire national n’est pas devenue un enjeu de première importance pour les acteurs étatiques.

  • 4 R. Sidi Boumedine, 1999, « Les instruments de la l’aménagement urbain en Algérie : formes nouvelles (...)

7Mais il faut également tenir compte des finalités implicites de la planification. D’un côté, la planification peut être analysée comme contribuant à l’entreprise de légitimation des États, en permettant à ces derniers « d’avoir l’air de la modernité et du progrès » (R. Sidi Boumedine)4. D’un autre côté, on peut estimer, avec M. Chabbi, que le plan fait généralement l’objet d’un marchandage entre les différents acteurs ; en ce cas, s’il constitue à l’évidence une contrainte d’ordre juridique, le plan doit aussi être considéré comme une ressource pour « l’urbanisme de dérogation » qui s’inscrit lui-même dans le cadre des relations de marchandage entre l’État néo-patrimonial et les groupes sociaux.

8En définitive, il s’agit donc de savoir à qui profite la planification… Dans quelle mesure peut-on affirmer, avec R. Sidi Boumedine, que la planification et, par extension, le projet urbain serviraient moins à répartir de façon rationnelle et équitable les investissements publics ou à dessiner les grandes orientations de la ville qu’à asseoir le pouvoir des classes dirigeantes sur l’urbain et à assurer l’insertion de ces dernières dans les circuits économiques internationaux ?

Les interventions publiques dans les quartiers mal lotis

9Depuis les années 1970, l’urbanisation spontanée constitue l’une des formes dominantes de l’urbanisation des périphéries des villes maghrébines, qu’il s’agisse de bidonvilles ou, plus fréquemment, de quartiers non réglementaires, c’est-à-dire construits en dur mais sans autorisation officielle. Ces quartiers font l’objet de nombreuses interventions publiques, initiées par l’aide internationale, notamment la Banque Mondiale à la fin des années 1970, puis par les États qui ont, comme en Tunisie, repris le contrôle des politiques d’intégration des quartiers spontanés à la ville moderne et légale à partir de la fin des années 1980.

  • 5 Voir, par exemple, M. Chabbi, 1999, « La réhabilitation des quartiers populaires en Tunisie : de l’ (...)
  • 6 Sur le Maroc et la prise en compte du social, on se reportera aux différents travaux de F. Navez-Bo (...)

10Même si de nombreux travaux existent sur ce sujet, il convient encore de s’interroger sur les enjeux, les modalités et l’évolution des interventions publiques dans les quartiers mal lotis. S’il semble bien acquis que, en Tunisie, l’État poursuit sa politique d’intégration en viabilisant les quartiers mal lotis plus pour des raisons sociales et politiques qu’urbanistiques, la « mise à niveau » de l’équipement dans les quartiers mal lotis des périphéries urbaines ayant surtout contribué à la régulation sociale et politique à partir des années 19905, qu’en est-il exactement dans les autres pays du Maghreb ? Et en particulier au Maroc, où les acteurs internationaux ont favorisé l’introduction de nouveaux principes d’action publique, davantage fondés sur la participation de la société civile et la concertation que par le passé. Dans quelle mesure, dans ce pays, cette « prise en compte du social » dans les politiques urbaines modifie-t-elle les modalités de l’intervention publique dans les quartiers non réglementaires, dans les bidonvilles ou encore dans les douars périurbains6 ?

11Mais il convient également de s’interroger sur les interventions publiques dans les quartiers réhabilités. Dans ces derniers, en effet, il n’est pas rare que les acteurs institutionnels prolongent leurs actions alors même que ces quartiers ont été viabilisés, soit directement, soit par des relais variés (ONG, agences para-étatiques ou organismes divers, « comités de quartiers » ou structures partisanes, etc.). Dans quelle mesure, ici, les interventions dans des domaines tels que la santé, le développement économique ou l’aide sociale (au travers, par exemple, de l’attribution de micro-crédits) ne représentent-elles pas des enjeux plus importants encore que l’équipement ou l’aménagement proprement dit ?

L’« urbanisme d’opportunité »

12Si elle a favorisé la venue des investisseurs privés étrangers, l’ouverture de l’aménagement urbain aux capitaux privés a également attiré de nombreux acteurs privés nationaux à tel point que l’on est en droit de se demander si l’État, qui était jusqu’alors l’acteur dominant de la fabrication urbaine (sauf dans les quartiers irréguliers, bien entendu !), n’a pas passé le relais aux acteurs privés (entrepreneurs et investisseurs). En Tunisie et au Maroc, par exemple, les mesures adoptées en faveur de la promotion immobilière depuis le début des années 1990 font que le promoteur immobilier est devenu un acteur majeur de la fabrication urbaine, aussi bien dans les quartiers de standing que dans les quartiers mal lotis de la banlieue où les lotissements publics et privés légaux se sont multipliés ces dernières années.

  • 7 R. Escallier, « Élites, pouvoirs et villes dans le Monde arabe : éléments d’analyse de la citadinit (...)

13Dans quelle mesure l’essor de la promotion immobilière a-t-il ou non favorisé l’émergence de nouveaux acteurs (hommes d’affaires, industriels, architectes, etc., reconvertis en promoteurs) ? Et, dans l’hypothèse où ce processus serait confirmé, participe-t-il plus largement au renouvellement des élites économiques et urbaines, ainsi que R. Escallier l’avait déjà souligné dans les années 19807.

14Il convient par ailleurs d’examiner le redéploiement des filières immobilières dans l’espace urbain et périurbain. La saturation du marché foncier dans certains secteurs des espaces métropolitains, combinée à la hausse générale des prix de l’immobilier, incitent-elles les promoteurs privés à s’intéresser à d’autres espaces jusqu’alors peu valorisés, comme c’est le cas à Tunis dans la banlieue Ouest ? Dans ce secteur, les opérations se sont en effet multipliées ces dernières années et elles y revêtent des formes très variées (opérations d’envergure destinées aux classes moyennes et aisées, résidences fermées ou presque fermées, lotissements privés destinés aux couches populaires et moyennes, etc.).

15Bien entendu, ce redéploiement des filières immobilières pose problème : comment sont opérés les choix en matière de localisation et d’acquisition foncière ? Quelles sont les stratégies spatiales sous-jacentes ? À Tunis comme dans les autres espaces métropolitains, la dérogation tend à devenir une pratique habituelle, ce qui invite à étudier précisément les rapports, donc les négociations, qui s’établissent entre les « nouveaux » promoteurs et les acteurs institutionnels.

La refonte des territoires politico-administratifs et ses effets sur le « gouvernement local »

16Nous partirons de l’hypothèse selon laquelle les réformes institutionnelles récentes, telles que la mise en place de la nouvelle Charte communale (2002) au Maroc, ou, dans le même pays, la « reconstitution » de communes urbaines uniques dans les grandes villes, correspondraient à des tentatives de renouveler les modes de régulation sociale et politique et de gestion urbaine. Ce renouvellement étant retenu comme indispensable dans le cadre du changement de contexte économique (entre autres, les privatisations et le retrait de l’État, lequel peut s’exprimer, mais pas uniquement, par la décentralisation/déconcentration et le transfert des compétences), l’exigence de la « rentabilité » financière des investissements (y compris dans le domaine de l’habitat), l’affirmation réitérée de la nécessité d’une gestion « efficiente », les tentatives de mise en œuvre de partenariats, tant avec les acteurs économiques privés qu’avec les associations ou ONG, généralement sous la houlette des institutions internationales. Ce renouvellement peut être engagé, paradoxalement, en même temps que perdurent les logiques sécuritaires.

La refonte des territoires politico-administratifs

  • 8 Sur ce sujet, des travaux importants ont déjà été réalisés dans le cadre du PRUD (Programme de Rech (...)
  • 9 P. Bourdieu, 1981, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », A (...)

17La refonte des territoires politico-administratifs dans les périphéries urbaines8 permet de centrer la réflexion sur la place qu’elles occupent dans le champ politique, celui-ci étant entendu à la fois comme « champ de forces et comme champ de luttes visant à transformer le rapport de forces qui confère à ce champ sa structure à un moment donné »9. En effet, quelle que soit la forme qu’elle peut revêtir (décentralisation, découpage administratif, municipalisation, révision des espaces d’action publique), la reconfiguration de ces territoires constitue un acte de nature éminemment politique. D’un côté, elle peut contribuer à l’entreprise de légitimation de ses acteurs ; de l’autre — et surtout —, elle institue de nouveaux dispositifs de médiation entre l’État et la société. Mais sont-ce là des raisons suffisantes pour que cette dynamique territoriale, propre à l’institution, suscite de nouveaux rapports de forces au sein du champ politique, et, plus largement, de nouveaux rapports des citadins au politique ? Les changements dans la distribution des compétences (juridiques) entre les acteurs institutionnels — par exemple, entre les « Présidents » des Conseils d’arrondissement et le Président du Conseil de la Ville (« Maire ») dans les grandes villes au Maroc —, l’évolution des découpages et la modification de la place des différents quartiers/espaces des périphéries qui en résultent (par exemple lorsqu’une commune rurale ou une fraction de son territoire est intégrée au périmètre urbain), transforment ainsi les rapports de pouvoirs entre les acteurs. Ces changements impliquent des processus de déligitimation/relégitimation du personnel politique (changement du réseau de clientèle, nouvelles compétences à mobiliser). La lecture de ces transformations interroge sur la véritable place laissée au pouvoir local.

Métropolisation, redécoupages territoriaux et planification

18Il est évidemment nécessaire de prendre également en compte la relation entre reconfiguration des territoires urbains, en particulier périphériques, et évolution de la planification. De toute évidence, l’étalement pose problème, tant en ce qui concerne la maîtrise que l’équipement ou la gestion des espaces nouvellement urbanisés.

19Les périphéries urbaines constituent également un enjeu majeur pour les institutions en charge de la planification et de l’aménagement du territoire, tout particulièrement autour des capitales et métropoles, c’est-à-dire partout où les aires métropolitaines s’affirment et se complexifient, en même temps qu’elles tendent, par la concentration de leurs populations, leur étalement et la centralisation des pouvoirs et des équipements de haut niveau, à devenir, plus encore qu’hier, des lieux stratégiques du développement et de l’aménagement de l’ensemble des territoires nationaux. Assurément, ce constat impose de préciser la place accordée aux périphéries urbaines dans les documents de planification urbaine et, peut-être surtout, dans les « nouvelles » politiques d’aménagement du territoire.

20Le changement d’échelle qui peut s’opérer par rapport à l’organisation antérieure (à la suite de l’extension des périmètres municipaux) a des implications multiples sur les modalités du contrôle territorial, sur celles de la gestion des populations et des services urbains, sur la nature et les types d’urbanisme, etc. ; il est susceptible de générer des conflits de compétences d’un nouveau type et autour de nouveaux enjeux entre acteurs « techniques » et politiques, acteurs du « Centre » et acteurs locaux.

21De fait, les schémas d’aménagement du territoire adoptés depuis la fin des années 1990 dans chacun des trois pays du Maghreb concrétisent une double inflexion par rapport à ceux qui existaient précédemment.

  • 10 Ainsi, mais il ne s’agit que d’un exemple, la distinction entre « transports urbains » et « transpo (...)
  • 11 Toujours à titre d’exemple, on peut citer la question de la localisation du nouvel aéroport de Tuni (...)
  • 12 À vrai dire, la question n’est pas totalement nouvelle : un District de Tunis a vu le jour en 1974, (...)
  • 13 Voir, pour le Maroc, le cas du SOFA (Schéma d’Orientation Fonctionnel d’Aménagement du littoral atl (...)

22D’une part, ils affirment explicitement que, désormais, les politiques nationales doivent viser prioritairement au renforcement des capacités et de la compétitivité des espaces métropolitains — au lieu de favoriser un rééquilibrage entre le « Centre » et les « périphéries » —, profitant de l’occasion pour « annexer » à ces territoires particulièrement dynamiques des zones proches, mais jusqu’à présent restées relativement en marge ; en conséquence, l’articulation entre les politiques d’aménagement urbain (stricto sensu) désormais envisagée à une échelle quasi régionale — régions urbaines — et celles d’aménagement du territoire national devient un enjeu de première importance10. D’autre part, la « mise à niveau » de ces régions métropolitaines accélère la concentration des investissements stratégiques, publics et privés11, et rend plus confuse la distinction entre les interventions qui relèvent de l’aménagement du territoire et celles qui participent de l’urbanisme de projet. La question des modes et institutions politiques et administratives capables de mettre en cohérence ces différentes interventions, mais aussi de piloter et de gérer ces territoires de dimension régionale12, est également posée13.

23Les nouveaux « outils » qui s’imposent semblent y parvenir, non par suite des compétences juridiques accrues qui accompagneraient leur production et/ou leur mise en œuvre, mais en tant que force de proposition d’un projet, de mise en cohérence de l’action publique et de coordination des acteurs de la gestion urbaine. Pour vérifier la validité de cette supposition, il est nécessaire d’accorder une attention particulière à ces nouveaux modes de faire en articulation avec les changements opérés autour des outils de planification « classiques » (SDAU, PA…) et de leur mise en œuvre.

Haut de page

Notes

1 Ces formes ont été identifiées lors des travaux préparatoires au Séminaire thématique régional de Rabat, à partir de l’état des recherches sur les villes maghrébines.

2 P.-A. Barthel, 2006, Tunis en projet(s). La fabrique d’une métropole au bord de l’eau, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 206 p. Pour une analyse plus globale du cas tunisien, voir J.-M. Miossec, 1999, « La mosaïque urbaine tunisienne : entre urbanisme réglementaire, urbanisme opérationnel et pratiques “spontanées” ; entre le local et la Banque Mondiale, via l’État », pp. 87-118, in P. Signoles, G. El Kadi et R. Sidi Boumedine (sous la dir. de), L’urbain dans le Monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Paris, Éd. du CNRS, 373 p.

3 On peut citer, à titre d’exemples, la question de la localisation du nouvel aéroport de Tunis, les études en cours relatives à la réorganisation structurelle du port de Casablanca (avec création de ports annexes spécialisés), les tentatives de création de pôles technopolitains autour de Tunis, Casablanca, Alger, etc.

4 R. Sidi Boumedine, 1999, « Les instruments de la l’aménagement urbain en Algérie : formes nouvelles, contenus anciens ? », pp. 119-132, in P. Signoles, G. El Kadi et R. Sidi Boumedine (sous la dir. de), op. cit.

5 Voir, par exemple, M. Chabbi, 1999, « La réhabilitation des quartiers populaires en Tunisie : de l’intégration à la régulation sociale », pp. 187-200, in P. Signoles, G. El Kadi et R. Sidi Boumedine (sous la dir. de), op. cit. Et O. Legros, 2003, Le gouvernement des quartiers populaires. Production de l’espace et régulation politique dans les quartiers non réglementaires de Dakar et Tunis. Thèse de doctorat, Géographie, Université François-Rabelais, Tours, 486 p.

6 Sur le Maroc et la prise en compte du social, on se reportera aux différents travaux de F. Navez-Bouchanine, en particulier : F. Navez-Bouchanine, 2002, Les interventions en bidonville au Maroc. Une évaluation sociale, Rabat, Publications de l’ANHI, 302 p. et F. Navez-Bouchanine (coord.), 2004, « La maîtrise d’ouvrage sociale au Maroc : un état des lieux », Rabat, Al Maouil/Les Cahiers d’Al Omrane, n° 19-20, 160 p.

7 R. Escallier, « Élites, pouvoirs et villes dans le Monde arabe : éléments d’analyse de la citadinité », in M. Lussault et P. Signoles (dir.), 1996, La citadinité en questions, Tours, coll. « Sciences de la Ville », URBAMA, Fascicule de Recherches n° 29, p. 22.

8 Sur ce sujet, des travaux importants ont déjà été réalisés dans le cadre du PRUD (Programme de Recherche Urbaine pour le Développement) du MAE, en particulier par l’équipe n° 80 coordonnée par A. Iraki et M. Jolé (Université Paris XII-Val de Marne), qui a travaillé sur le thème de « L’émergence d’acteurs locaux dans le champ démocratique et professionnel : une nouvelle donne pour la médiation et l’expertise ». On pourra aussi se reporter aux résultats des travaux de l’équipe coordonnée par Émile Lebris : « Les municipalités dans le champ politique local. Les effets de la décentralisation sur la gestion des villes en Afrique et au Moyen-Orient ». Des résultats de ces équipes — et d’autres — ont été publiés dans C. de Miras (coord.), 2005, Intégration à la ville et services urbains au Maroc, Rabat-Paris, INAU/IRD, 478 p. Pour une synthèse du programme PRUD, on pourra consulter DGCID (Ministère des Affaires étrangères et européennes), 2008, La gouvernance urbaine dans tous ses états, Paris, 67 p., et plus particulièrement, pp. 22-25, le chapitre rédigé par A. Dubresson et É. Lebris : « Décentralisation et gouvernement local ; la légitimité territoriale du développement urbain ».

9 P. Bourdieu, 1981, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 36-37, p. 3.

10 Ainsi, mais il ne s’agit que d’un exemple, la distinction entre « transports urbains » et « transports interrégionaux » tend à s’estomper dans les aires métropolitaines, et oblige à redéfinir les stratégies, à repenser les organismes gestionnaires en ce domaine.

11 Toujours à titre d’exemple, on peut citer la question de la localisation du nouvel aéroport de Tunis, les études en cours relatives à la réorganisation structurelle du port de Casablanca (avec création de ports annexes spécialisés), les tentatives de création de pôles technopolitains autour de Tunis, Casablanca, Alger, etc.

12 À vrai dire, la question n’est pas totalement nouvelle : un District de Tunis a vu le jour en 1974, à l’initiative de la Banque Mondiale, pour préparer un Plan Régional d’Aménagement et assurer sa mise en œuvre ; cette structure a été par la suite dissoute (en 1994). De même, un Gouvernorat du Grand Alger a été créé en août 1996, avec à sa tête un Ministre en « mission extraordinaire », chargé de concevoir et de mettre en œuvre un « grand projet urbain » pour la capitale, mais d’une capitale inscrite dans une large aire métropolitaine constituée des quatre Wilayas d’Alger, de Blida, de Boumerdès et de Tipaza. Là encore, cette structure politico-administrative a été dissoute quelques années après sa création.

13 Voir, pour le Maroc, le cas du SOFA (Schéma d’Orientation Fonctionnel d’Aménagement du littoral atlantique, d’El Jadida à Kénitra).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aziz Iraki, Raffaele Cattedra et Olivier Legros, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM, 17 | 2009, 5-10.

Référence électronique

Aziz Iraki, Raffaele Cattedra et Olivier Legros, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://emam.revues.org/306

Haut de page

Auteurs

Aziz Iraki

Professeur à l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme (INAU) de Rabat

aziz_iraki@yahoo.fr

Articles du même auteur

Raffaele Cattedra

Maître de Conférences en Géographie, Université de Montpellier & Laboratoire GESTER

raffaele.cattedra@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Olivier Legros

Maître de Conférences en Géographie, Université de Tours & Laboratoire CITERES|EMAM

olivier.legros@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers d’EMAM

Haut de page