Navigation – Plan du site

Croissance démographique et dynamiques migratoires récentes des grandes villes tunisiennes

Ridha Lamine
p. 51-75

Texte intégral

Introduction

1Les données du recensement général de la population de 2004 ont confirmé la tendance à la baisse de la croissance de la population tunisienne (un taux d’accroissement moyen annuel de 1,21 % entre 1994 et 2004, pour un taux de 2,35 % entre 1984 et 1994) et ce en raison de la baisse de la fécondité. Dans ce contexte de baisse de la croissance démographique, la population des communes urbaines a continué à s’accroître assez rapidement (un taux de 1,83 % entre 1994 et 2004), même si elle a connu un ralentissement certain, en partie dû à la baisse de la fécondité des citadins.

2Les grandes villes, définies comme étant les agglomérations urbaines regroupant plus de 100 000 habitants en 2004, ont connu une croissance soutenue dans ce contexte de baisse de la croissance urbaine et de chute de la natalité, aussi bien en milieu rural que dans les villes. La cause principale de cette croissance réside dans la capacité de ces agglomérations, et à leur tête Tunis, d’attirer des migrants en provenance des régions intérieures où les campagnes et même les petites et moyennes villes ne sont plus capables de retenir leur croît démographique.

3La géographie de la croissance des grandes villes est toutefois marquée par une dominante de l’organisation du territoire tunisien : la concentration sur le littoral oriental et plus précisément autour des golfes de Tunis et d’Hammamet. Dans cet espace qui concentre de plus en plus de population et de potentialités économiques, le dynamisme démographique et économique doit être mis en relation avec les dynamiques de métropolisation qui sont en rapport étroit avec l’intégration dans l’économie internationale. Si cette intégration a été amorcée depuis plus de trois décennies avec le développement des industries textiles exportatrices et le tourisme international, elle connaît depuis moins d’une décennie des mutations qui tendent à renforcer les positions des villes les plus anciennement engagées dans les processus de métropolisation.

4Dans ce qui suit, l’analyse de la croissance récente des grandes villes tunisiennes sera focalisée sur l’appréciation de l’apport des migrants originaires des régions intérieures dans la croissance de ces villes. L’une des interrogations majeures de cette approche se rapporte au sens des mutations que connaissent ces villes : leur pouvoir d’attirer des migrants internes est-il en rapport avec leurs potentialités économiques ? Attirent-elles les mêmes migrants internes que ceux qu’elles attiraient durant les décennies précédentes ? Leurs potentialités économiques et leurs pouvoirs d’attraction varient-ils en fonction de leur position géographique ? Les mutations dans les champs migratoires et les profils des migrants vers les grandes villes sont-elles liées à leurs mutations métropolitaines ?

Une croissance urbaine soutenue dans un contexte de baisse de la fécondité

5L’analyse de la croissance récente des grandes villes nécessite la résolution du problème de définition de cette strate urbaine. Les statistiques tunisiennes ne livrant pas de données agrégées à l’échelle des agglomérations réelles, il est nécessaire de regrouper les effectifs de population des communes qui constituent ces agglomérations.

L’évolution de la population des grandes villes

  • 1 Même si certaines communes du gouvernorat de La Manouba ne font pas réellement partie intégrante de (...)
  • 2 On pourrait ici parler du Grand Gafsa qui se compose des deux communes de Gafsa et d’El Gsar.

6Dans ce qui suit, sont considérées grandes villes les agglomérations urbaines dont les effectifs de population dépassaient 100 000 habitants en 2004. Sur un total de 263 communes, les grandes villes en regroupent 64 qui se répartissent entre les huit agglomérations retenues. La première, et la plus grande, est celle du Grand Tunis qui réunit toutes les communes des gouvernorats de Tunis, L’Ariana, Ben Arous et La Manouba1. La deuxième est celle du Grand Sfax composée des communes suivantes : Sfax, Sakiet Eddaïer, Sakiet Ezzit, El Ain, Chihia, Gremda, Thyna et Agareb. Le Grand Sousse, qui occupe la troisième position, comprend les communes de Sousse, Ksiba, Zaouia, Thrayet, Zouhour, Messâdine, Msaken, Hammam Sousse, Kalâa Séghira, Kalâa Kébira et Akouda. Le Grand Gabès se compose des communes de Gabès, Chenini, Nahal, Ghannouche, Methouia et Oudhref. Le Grand Nabeul comprend Nabeul, Dar Chaabane El Fehri et Hammamet. Le Grand Bizerte se compose de Bizerte, Menzel Jemil et Menzel Abderahman. Enfin, les villes de Kairouan et de Gafsa2 sont les seules grandes villes de l’intérieur du pays dont la population dépasse 100 000 habitants.

Croissance démographique par milieu

7La population tunisienne a connu depuis quatre décennies une évolution démographique marquée par un ralentissement progressif de la croissance. En augmentant de 4,5 millions d’habitants en 1966 à 9,9 millions en 2004, son taux d’accroissement annuel est passé de 2,35 % pour la période 1966-1975 à 1,21 % durant la décennie 1994-2004. La population des communes, que l’on peut considérer comme la population urbaine, a, elle aussi, connu un ralentissement durant les mêmes périodes : de 4,29 % entre 1966 et 1975 à 1,83 % entre 1994 et 2004.

  • 3 Tous les chiffres des tableaux proviennent de l’Institut national de la statistique. Dans leur gran (...)

Tableau 13. Évolution de la population entre 1966 et 2004.

Population

1966

1975

1984

1994

2004

Communale

1 819 700

2 655 800

3 680 800

5 361 800

6 429 500

Non communale

2 713 600

2 932 400

3 285 400

3 423 600

3 481 400

Total

4 533 300

5 588 200

6 966 200

8 785 400

9 910 900

8Ce ralentissement global de la croissance est le résultat d’une baisse notable de la fécondité qui ne se limite plus aux seules régions et villes déjà engagées dans la transition démographique, mais touche aussi des zones rurales et des régions qui étaient, il y a moins d’une décennie, très fécondes (c’est surtout le cas du Sud et du Centre-Ouest).

9Si la fécondité a baissé sur l’ensemble du territoire national, la croissance démographique en milieu rural a été, durant la période 1966-2004, nettement moins élevée que pour l’ensemble de la population : le ralentissement est net entre la période 1975-1984 (1,27 %) et la période 1994-2004 (0,17 %). En dehors des communes, le ralentissement de la croissance démographique est le résultat de trois effets conjugués : la baisse de la fécondité, les migrations (exode rural, migrations interrégionales et internationales) et la création de nouvelles communes par la promotion de centres ruraux ou l’extension des périmètres des communes existantes.

Tableau 2. Taux d’accroissement annuel par type de population, entre 1966-1975 et 1994-2004.

1966-1975

1975-1984

1984-1994

1994-2004

Communale

4,29 %

3,69 %

3,83 %

1,83 %

Non communale

0,87 %

1,27 %

0,41 %

0,17 %

Moyenne

2,35 %

2,48 %

2,35 %

1,21 %

Graphique 1. Taux d’accroissement annuel par type de population.

Graphique 1. Taux d’accroissement annuel par type de population.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

La croissance récente des grandes villes

10Si l’on observe la population des communes, les villes de plus de 100 000 habitants totalisent plus de 3,6 millions d’habitants sur un ensemble de 6,5 millions, soit plus de la moitié de la population urbaine (56,2 % en 2004 et 55 % en 1994) et près de 37 % de l’ensemble des Tunisiens. Leur prépondérance apparaît aussi plus nettement dans leur capacité à accaparer une part majoritaire des nouveaux citadins (plus de 670 000 entre 1994 et 2004, soit plus de 62 % du total du croît urbain). Les grandes villes se distinguent ainsi par un dynamisme démographique inégalé dans les autres strates de l’armature urbaine tunisienne. Leur taux de croissance de 2,06 % a été supérieur à celui des petites et moyennes villes qui ont crû, durant les périodes précédentes, à des rythmes plus rapides, suite aux actions de promotion entreprises par l’État et qui ont renforcé leur capacité d’attraction grâce aux services publics qui y ont été implantés.

Tableau 3. Population communale par tranche (1994-2004).

Tranches

1994

2004

Croît total

Nombre

Sup. 100

2 990 032

3 661 979

671 947

8

30 à 100

1 054 864

1 286 737

231 873

26

10 à 30

831 062

928 549

97 487

55

Inf. 10

556 898

636 944

80 046

118

Total

5 432 856

6 514 209

1 081 353

207

11La décennie 1994-2004 se distingue donc par une recrudescence de la dynamique démographique (et économique) du niveau supérieur de la hiérarchie urbaine et par l’essoufflement des strates inférieures suite à la perte du pouvoir d’attraction des services publics d’encadrement et l’incapacité des autres activités à attirer les populations rurales environnantes ou même, pour certaines villes, à retenir leurs propres populations (l’exemple de Thala peuplée de 14 624 habitants en 1994 et qui n’en abrite plus que 13 968 en 2004 et dont le taux d’accroissement annuel durant la période a été de moins 0,46 % est représentatif).

Tableau 4. Population communale par catégorie de ville, entre 1994 et 2004.

Villes

Part

(en %)

Nombre

(en %)

Croît

1994-2004

1994

2004

Global

Taux/an

(en %)

plus de

100 000 hab.

55,04

56,22

3,86

62,14

2,05

entre 30

et 100 000 hab.

19,42

19,75

12,56

21,44

2,01

entre 10 et

30 000 hab.

15,30

14,25

26,57

9,02

1,12

moins de

10 000 hab.

10,25

9,78

57,00

7,40

1,35

Total

100,00

100,00

100,00

100,00

1,83

Graphique 2. Population communale par catégorie de ville.

Graphique 2. Population communale par catégorie de ville.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Géographie de la croissance des grandes villes

12Si les agglomérations urbaines de plus de 100 000 habitants ont été, entre 1994 et 2004, plus dynamiques que les autres villes tunisiennes, en réalité, ce dynamisme n’était pas le même pour toutes les grandes villes.

13Le Grand Tunis est à la fois la plus grande agglomération urbaine tunisienne et celle qui a été capable d’attirer le plus grand nombre de nouveaux citadins. Cette métropole de plus de deux millions d’habitants en 2004 abrite près du tiers de la population communale et plus de 36 % du croît démographique entre 1994 et 2004. Sa part dans la population urbaine s’est accrue de 31 % en 1994 à 31,8 % en 2004. Son taux d’accroissement annuel (2,1 %) a été légèrement supérieur à celui de l’ensemble des grandes villes (2,05 %).

14Le Grand Sfax, peuplé de 485 000 habitants, est la deuxième agglomération, et vient loin derrière Tunis avec moins de 7,5 % de la population communale, 7,6 % du croît urbain et un taux de croissance inférieur à la moyenne des grandes villes (1,89 %). La deuxième ville tunisienne se distingue ainsi par une dynamique démographique relativement faible et qui ne diffère pas beaucoup des rythmes de croissance durant les périodes précédentes. Malgré un certain pouvoir d’attraction sur les populations des régions voisines (Kairouan et Sidi Bouzid), Sfax n’a pas eu un pouvoir d’attraction comparable à celui d’autres villes du littoral oriental (Tunis, Sousse, Nabeul-Hammamet). L’essoufflement des initiatives privées locales et l’intérêt croissant des promoteurs sfaxiens pour des zones plus dynamiques du littoral oriental (Tunis, Nabeul, Hammamet…) expliquent la faiblesse relative de son dynamisme démographique (et économique).

Tableau 5. Population des grandes villes (1994-2004).

1994

2004

Croît 1994-2004

Grand Tunis

1 683 963

2 072 375

388 412

Grand Sfax

402 382

485 259

82 877

Grand Sousse

305 155

395 088

89 933

Grand Gabès

147 467

172 160

24 693

Grand Nabeul

123 347

155 362

32 015

Grand Bizerte

127 974

149 539

21 565

Grand Gafsa

97 110

114 293

17 183

Kairouan

102 634

117 903

15 269

Ensemble

2 990 032

3 661 979

671 947

15Le Grand Sousse, qui compte près de 400 000 habitants, a connu le taux de croissance le plus élevé des grandes villes (2,6 %) et ce grâce au pouvoir attractif de la ville de Sousse et des agglomérations voisines qui ont bénéficié de certains atouts dans la redistribution des migrants internes venus à la recherche d’emplois dans l’aire urbaine. Parmi ces atouts, la proximité de Sousse et les coûts relativement bas des terrains et des loyers ont été persuasifs pour les catégories sociales à faibles revenus.

16Avec seulement 155 000 habitants, le Grand Nabeul — ou l’aire urbaine de Nabeul-Hammamet — occupe une position privilégiée entre le Grand Tunis et le Grand Sousse, non seulement en termes de niveau de croissance, mais surtout en termes de situation géographique. La zone de Nabeul-Hammamet constitue de plus en plus un espace de desserrement des activités économiques et de redistribution des investissements du Grand Tunis en direction du Sahel. Cette dynamique tunisoise orientée vers le golfe d’Hammamet rejoint une dynamique sahélienne en direction du Nord et fortement liée à l’expansion du tourisme. Le point de convergence de ces deux dynamiques correspond à la zone d’Enfidha qui connaît de profondes mutations par l’industrialisation, l’aménagement d’un grand aéroport et, probablement aussi, d’un port de conteneurs.

17Le Grand Bizerte, qui a représenté depuis un certain temps un espace de desserrement de la dynamique tunisoise en direction du Nord, connaît un relatif essoufflement de sa croissance démographique (avec un taux d’accroissement annuel de 1,57 % seulement) et moins de 2 % de l’ensemble du croît urbain de la période 1994-2004, ce qui explique la baisse de sa part de population urbaine de 2,36 % en 1994 à 2,30 % en 2004.

18Sur le littoral oriental, le Grand Gabès est la plus méridionale des grandes villes et, à l’instar de Bizerte, avec un taux d’accroissement de 1,56 %, elle ne brille pas par son dynamisme démographique. Après l’impulsion donnée par les investissements publics dans le complexe industriel de Gabès-Ghannouche, la croissance de l’agglomération s’est ralentie par manque de dynamisme autonome et par insuffisance de la relève par les investissements privés locaux ou étrangers.

19Les deux autres agglomérations de plus de 100 000 habitants sont localisées en Tunisie intérieure. Kairouan et Gafsa n’ont pas les capacités attractives qu’ont les grandes villes côtières : leurs taux d’accroissement ont été respectivement de 1,4 % et 1,64 %. Toutes les deux sont des villes d’État dont les potentialités sont limitées aux seuls services publics d’encadrement qui ne sont plus capables d’attirer les populations du Centre-Ouest et du Sud-Ouest. Les candidats à l’émigration originaires de ces deux régions préfèrent s’orienter vers les grandes villes du littoral, vers les zones agricoles qui en sont proches ou vers l’étranger (quitte à le faire clandestinement). Le manque d’opportunités d’emploi et d’insertion économique dans ces deux villes a donc fortement restreint leur pouvoir d’attraction sur les populations locales et régionales.

Graphique 3. Croissance des agglomérations de plus de 100 000 habitants.

Graphique 3. Croissance des agglomérations de plus de 100 000 habitants.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

20La carte de la croissance des grandes agglomérations et des communes [cf. Carte 1] montre clairement les contrastes entre, d’une part, le littoral qui est une zone de concentration des grandes villes et des effectifs urbains supplémentaires les plus nombreux, et, d’autre part, les régions intérieures dont les villes trouvent de plus en plus de difficultés à attirer les flux de migrants et dont la croissance démographique s’essouffle.

Carte 1. Population et accroissement des villes, par gouvernorat.

Carte 1. Population et accroissement des villes, par gouvernorat.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

21Dans les bassins miniers du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les villes perdent de la population en raison de la récession économique et de l’insuffisance des solutions à la crise des activités minières. Faute d’activités de rechange suffisantes pour satisfaire les demandes additionnelles d’emploi, c’est le départ vers les villes et les campagnes dynamiques du littoral oriental qui alimente les flux de plus en plus nombreux de migrants internes. L’étude de la croissance récente des grandes villes montre donc une concentration croissante de la population dans la strate supérieure de la hiérarchie urbaine et plus précisément dans le quart nord-est du territoire tunisien. Le Grand Tunis, Nabeul-Hammamet et le Grand Sousse, qui s’étendent sur les pourtours des golfes de Tunis et d’Hammamet, tendent à devenir l’espace central le plus dynamique de la Tunisie. Une fois confirmée la prépondérance de la dynamique démographique de cet espace, il reste à déterminer, avec plus de précision, la part due à la croissance naturelle et celle qui découle de la reconfiguration des flux et des champs migratoires internes.

Une croissance démographique soutenue par les migrations

22Avant d’évaluer les nouvelles tendances survenues dans les flux et les champs migratoires internes, il est utile de diagnostiquer, à une échelle spatiale assez fine, les nouvelles tendances de la croissance démographique. Les données statistiques issues du recensement de 2004 et désormais disponibles à l’échelle des délégations permettent l’établissement de ce bilan géographique de la croissance et de la mobilité migratoire.

Géographie de la croissance rurale et urbaine

23Les cartes ci-contre permettent de dégager les différences entre les villes et les campagnes. Les populations non communales, assimilables aux populations rurales, se sont accrues à des taux nettement plus bas (0,17 %) que ceux des populations urbaines (1,83 %). Cependant, toutes les zones rurales n’ont pas connu les mêmes niveaux de baisse de leur croissance. Si les régions intérieures (à l’exception de certaines délégations du Sud-Ouest et du Centre-Ouest) ont enregistré les taux de croissance les plus bas (inférieurs à 0 pour la plupart), les zones rurales proches des grandes villes du littoral oriental ont été épargnées et ce grâce à l’afflux de populations venues de l’intérieur. Tant pour les populations rurales que pour les populations des communes, la croissance démographique durant la période 1994-2004 s’est concentrée dans les délégations du littoral oriental et, plus précisément, dans un espace de haute croissance compris entre Tunis et Sfax. Cet espace littoral oriental ne se limite donc pas aux seules grandes villes, il englobe aussi les campagnes voisines qui ont connu une intensification des cultures horticoles et arboricoles en réponse à l’accroissement de la consommation urbaine et touristique. Cette intensification s’est faite par le recours à l’irrigation mais aussi par le travail d’une main-d’œuvre (en grande partie féminine, et à bas coût). Une bonne partie de la main-d’œuvre employée dans les périmètres irrigués proches des grandes villes est originaire des régions intérieures qui n’offrent pas les mêmes opportunités d’emplois. En comparaison avec la situation de la décennie précédente (1984-1994), il ressort clairement que le Sud et le Centre-Ouest, qui avaient des taux de croissance élevés durant les années 1980, atteignent des taux proches de ceux des autres régions intérieures (le Nord-Ouest) à partir des années 1990. Ce changement s’explique par les effets conjugués de la baisse de la fécondité et de l’accélération des flux d’émigration à partir de ces régions (surtout à partir du Sud-Ouest et du Centre-Ouest et en direction du littoral oriental).

Cartes 2 & 3. Taux d’accroissement 1994-2004, par délégation (population communale et population non communale).

Cartes 2 & 3. Taux d’accroissement 1994-2004, par délégation (population communale et population non communale).

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Cartes 4 & 5. Taux d’accroissement 1984-1994 et 1994-2004, par délégation.

Cartes 4 & 5. Taux d’accroissement 1984-1994 et 1994-2004, par délégation.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Baisse de la fécondité et croissance démographique globale

24L’évolution de l’indice synthétique de fécondité sur la période 1991-2005 [cf. Graphique 4] montre la transition, durant la première moitié des années 1990, vers un nouveau régime démographique caractérisé par la baisse quasi généralisée de la fécondité. Les régions intérieures (à l’exception du Nord-Ouest) qui avaient en 1991-1992 des indices supérieurs à 3,5, sont passées, pour la plupart en 2005 à des indices inférieurs à 2,5. Cette transition démographique assez rapide a été la conséquence d’un jeu d’influences conjuguées au sein duquel le planning familial n’est pas forcément le plus déterminant. Les difficultés financières et les conséquences économiques et sociales de la crise agricole et minière (chômage, paupérisation et prolétarisation), la prolongation des études, le retardement de l’âge au mariage (surtout pour les filles), l’émigration des classes d’âge fécondes…, sont autant de facteurs qui ont entraîné l’augmentation du célibat et la réduction drastique des naissances pour ceux et celles qui arrivent à se marier.

Graphique 4. Évolution de l’indice synthétique de fécondité entre 1991 et 2005.

Graphique 4. Évolution de l’indice synthétique de fécondité entre 1991 et 2005.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

25En plus du graphique page précédente montrant l’évolution de l’indice synthétique de fécondité, les cartes des taux bruts de natalité en 2000 et 2005 [cf. Cartes 6 et 7] révèlent clairement les contrastes entre la Tunisie centrale intérieure encore féconde malgré la transition et le reste du territoire marqué par la baisse sensible des naissances. C’est surtout le Sud-Est qui a connu une transition démographique tardive et où donc la baisse de la croissance démographique durant la période 1994-2004 a été la conséquence de la baisse de croissance naturelle, plus que le résultat d’une accélération des migrations. L’appréciation du rôle des migrations dans la croissance des grandes villes peut être approchée par le calcul de la différence entre la croissance démographique globale et la croissance naturelle. Or, les données statistiques relatives à la croissance naturelle ne sont disponibles qu’à l’échelle des gouvernorats. C’est à cette échelle que le calcul a pu être fait pour le début des années 2000 (2003-2004) et par rapport à la croissance durant la décennie 1994-2004. La comparaison des cartes de la croissance globale et de la croissance naturelle confirme donc le diagnostic fait lors de l’analyse de la croissance des grandes villes [cf. Cartes 8, 9 et 10].

26Les taux d’accroissement de la population supérieurs à la moyenne nationale entre 1994 et 2004 (1,21 %) se trouvent dans les gouvernorats de la façade littorale orientale compris entre Tunis et Sfax (à l’exception du centre du Grand Tunis marqué par l’ampleur des départs dus à la mobilité résidentielle en direction des nouvelles périphéries), tandis que les taux les plus élevés de la croissance naturelle sont le lot des gouvernorats de la Tunisie compris entre la Dorsale et le Sud et, plus particulièrement, les gouvernorats de Gasserine, Sidi Bouzid, Mahdia et Monastir. Il ressort de ces différences entre croissance globale et croissance naturelle que les gouvernorats dont la croissance est fortement déterminée par les migrations sont les gouvernorats périphériques du Grand Tunis (L’Ariana, Ben Arous et La Manouba) et les gouvernorats de Nabeul, Sousse et Sfax. Ce sont donc les espaces qui contiennent les principales grandes villes tunisiennes situées sur la façade littorale orientale. Leur croissance est de plus en plus alimentée par les flux de migrants originaires des régions intérieures qui continuent à avoir une croissance naturelle relativement forte.

Reconfiguration des flux et des champs migratoires internes

27L’analyse des migrations internes et de leur évolution durant la période 1987-2004 montre clairement l’intensification des migrations à partir des régions intérieures et en direction du littoral oriental et plus précisément du Grand Tunis, ses pourtours (le Nord-Est) et le Centre-Est.

28Le solde migratoire du Grand Tunis est passé de 47 800 entre 1987 et 1994 à 58 500 entre 1999 et 2004. Durant cette période, la capitale a concentré 45 % des migrants entrants. Cette concentration prouve la capacité de Tunis à continuer de polariser l’essentiel des flux migratoires internes, et ce malgré une certaine réorientation des flux et réorganisation des champs en direction des villes du Sahel et de Sfax.

29La région du Centre-Est qui les regroupe a connu un renforcement de son solde migratoire qui est passé de 18 600 entre 1987-1994 à 49 600 entre 1999 et 2004. Cette partie de la façade littorale orientale est devenue le deuxième pôle attractif des migrants internes et l’essentiel des flux provient des régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest. Ces deux dernières régions ont vu leur solde migratoire négatif passer de moins 27 500 entre 1987 et 1994 à moins 62 800 entre 1999 et 2004.

30Elles rejoignent ainsi la région du Nord-Ouest, traditionnellement zone de départs massifs en direction du Grand Tunis [cf. Graphiques 5 et 6].

Graphique 5. Migrations internes 2001.

Graphique 5. Migrations internes 2001.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Graphique 6. Évolution du solde migratoire.

Graphique 6. Évolution du solde migratoire.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Cartes 6 & 7. Taux de natalité 2000 et 2005, par délégation.

Cartes 6 & 7. Taux de natalité 2000 et 2005, par délégation.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Cartes 8, 9 & 10. Taux d’accroissement global et naturel, par délégation.

Cartes 8, 9 & 10. Taux d’accroissement global et naturel, par délégation.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Tableau 7. Intensification des migrations de l’intérieur vers le littoral.

Solde 1987-

1994

Solde 1999-

2004

Entrants 2004

(en %)

Sortants 2004

(en %)

Grand Tunis

47 800

58 500

45,05

31,89

Centre-Est

18 600

49 600

23,98

12,82

Nord-Ouest

- 35 900

- 45 300

5,67

15,86

Centre-Ouest

- 23 900

- 52 500

4,97

16,78

Sud-Ouest

- 3 600

- 10 300

3,64

5,96

Sud-Est

- 2 700

- 4 500

7,35

8,37

Nord-Est

- 300

4 500

9,33

8,32

Total

0

0

100,00

100,00

31Les cartes de flux migratoires nets supérieurs à 200 migrants en 1994 et 2004 [cf. Cartes 11 et 12] montrent la reconfiguration récente des champs migratoires internes. D’une situation de la fin des années 1980 et du début des années 1990 marquée par la prépondérance des flux originaires du Nord-Ouest et en direction du Grand Tunis, on passe au début des années 2000 à une situation d’intensification des flux en direction de :
— Tunis à partir des régions centrales et méridionales ;
— Sousse, Monastir et Sfax à partir des gouvernorats de Kairouan, Sidi Bouzid et Gasserine.

Cartes 11 & 12. Flux nets supérieurs à 200, en 1994 et en 2004, par délégation.

Cartes 11 & 12. Flux nets supérieurs à 200, en 1994 et en 2004, par délégation.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

32Les régions de l’intérieur de la Tunisie centrale, qui sont longtemps restées sans grands départs migratoires, sont donc passées à une plus grande mobilité des populations originaires des campagnes et des villes en vue de la recherche d’emplois et de ressources de plus en plus rares dans leurs lieux d’origine. Cette mobilité revêt des formes et des modalités diverses qui ne se limitent pas au seul exode rural. Ce sont des migrations saisonnières liées à l’emploi dans l’agriculture, le bâtiment, le tourisme et même dans l’industrie. Ce sont aussi les fixations fréquentes sur les souks et les marchés dynamiques (dont Ben Gardane) en vue d’exercer un commerce polyvalent ou les tentatives de migration clandestine vers l’étranger. Les grandes villes de la côte orientale et les campagnes environnantes sont donc les principaux pôles attractifs de cette mobilité accrue, y compris celle des migrants clandestins vers l’étranger qui transitent par les ports de pêche.

33La disponibilité des données statistiques relatives aux migrations internes évaluées à l’échelle des délégations, et pour les deux derniers recensements, permet de montrer les tendances de la mobilité migratoire au niveau des délégations abritant les grandes villes et leurs campagnes proches. Ces délégations ont attiré 441 130 entrants en 1994 et 479 734 en 2004, soit respectivement 70 et 67,5 % de l’ensemble des entrants dans les délégations. Le recul relatif de la part des grandes villes est le résultat d’une réorientation récente des flux vers des espaces proches des grandes villes et présentant beaucoup d’avantages pour les migrants en matière d’emploi et de coûts de l’habitat. Les petites et moyennes agglomérations des gouvernorats de Monastir et de Nabeul sont des exemples d’agglomérations démographiquement dynamiques qui, sans atteindre les performances des grandes villes, ont été capables d’attirer une part des migrants internes [cf. carte 1]. Malgré un recul relatif entre 1994 et 2004, le Grand Tunis, avec 40,8 % des migrants entrants en 2004, reste le pôle principal dans les champs migratoires internes. Les délégations du Grand Sfax totalisent près de 10 % et celles du Grand Sousse ont connu une progression de leur part de 5 % en 1994 à 7,74 % en 2004. Les trois premières agglomérations urbaines tunisiennes ont donc attiré plus de la moitié des migrants entrants (58,4 %), ne laissant aux autres grandes villes que 9,15 %.

Tableau 8. Migrations internes vers les grandes villes (1994-2004).

Délégations

Entrants

Part en %

1994

2004

1994

2004

Grand Tunis

302 474

289 966

48,03

40,82

Grand Nabeul

11 190

13 509

1,78

1,90

Grand Bizerte

11 485

13 736

1,82

1,93

Grand Sousse

31 990

54 963

5,08

7,74

Grand Sfax

58 191

69 768

9,24

9,82

Grand Gabès

10 581

18 662

1,68

2,63

Kairouan

9 420

10 755

1,50

1,51

Grand Gafsa

5 799

8 375

0,92

1,18

Total Grandes Villes

441 130

479 734

70,05

67,53

Total Général

629 750

710 425

100,00

100,00

Qui migre vers les grandes villes ?

34L’afflux croissant de migrants vers les grandes villes pose la question des caractéristiques démographiques, économiques et sociales des migrants. S’agit-il de migrants comparables à ceux qui migraient auparavant ou a-t-on affaire à de nouveaux profils de migrants en rapport avec les nouvelles dynamiques que connaissent les grandes villes ? La réponse à cette question ne peut être donnée uniquement à partir des données statistiques issues des recensements, tant est délicate et problématique l’approche des migrations par le biais des questions posées lors des recensements. Cette difficulté est rendue d’autant plus ardue que l’absence de données sociales et économiques sur les migrants réparties à l’échelle des communes ou des délégations pour le recensement de 2004 ne permet pas de déceler les mutations récentes dans les profils des migrants. Le recoupement des données disponibles pour 1994 avec celle de 2004 permettra une première approche qui nécessite des compléments qui doivent être fournis par des recherches de terrain ciblées.

Caractères démographiques des migrants

35Les femmes migrent-elles plus qu’avant [cf. Graphique 7] ? Cette question mérite d’être posée car dans certaines grandes villes (dont le Grand Sousse particulièrement), l’afflux récent et croissant de femmes originaires des régions intérieures laisse penser à un changement significatif de la répartition des migrants par sexe. Cette question est d’autant plus pertinente que les modes anciens d’immigration étaient caractérisés par la prédominance des hommes célibataires. Assiste-t-on à une transition vers une migration familiale ? Ou s’agit-il de migrations de jeunes filles célibataires ?

Graphique 7. Part des femmes parmi les migrants et au sein de la population totale.

Graphique 7. Part des femmes parmi les migrants et au sein de la population totale.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

36D’après les données des recensements et des enquêtes intermédiaires (1980, 1989, 1999), la part des femmes parmi les migrants s’est accrue de 44,6 % en 1975 à 48,5 % en 1989, puis elle est descendue à 45,5 % en 1994, pour remonter à 46,5 % en 2004 (alors que la part des femmes dans la population totale est de 49,9 % la même année). Si, pendant les années 1970, c’est le modèle masculin qui prédominait, on peut supposer que la part des femmes a progressé jusqu’à la fin des années 1980 dans le cadre des migrations de « regroupement familial » des générations précédentes de migrants masculins. La stabilisation de la part des femmes au début des années 1990 correspondrait à une reprise des migrations masculines plus rapide que celle des femmes. Enfin, la remontée récente de la part des femmes est due à l’immigration plus massive de jeunes filles venues travailler dans les grandes villes comme ouvrières ou comme femmes de ménage.

Pyramide des âges des migrants

37L’évolution de la pyramide des âges des migrants [cf. Graphique 8] comparée à celle de la population permet de mieux préciser les mutations dégagées de l’analyse de la répartition par sexe. La pyramide des âges des migrants est marquée par la part prépondérante des classes d’âge actif (15 à 59 ans) dont la part est passée, pour les femmes, de 63,1 % en 1994 à 76,38 % en 2004. Pour les migrants d’âge actif, leur part est montée de 68,4 % à 78,36 %. Cette montée est d’autant plus spectaculaire qu’elle renforce la part des actifs parmi les migrants en comparaison avec leur part dans la population totale, ce qui confirme la tendance à une migration des classes d’âge actif plus importante que celle des autres classes d’âge (surtout les enfants de 0 à 4 ans et les personnes âgées de 60 ans et plus).

Graphique 8. Pyramide des âges des migrants.

Graphique 8. Pyramide des âges des migrants.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Pyramide : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

38Parmi les migrantes, les femmes âgées de 25 à 29 ans en 2004 représentaient 18,4 % de l’ensemble des migrantes, soit une part supérieure à celle des hommes de la même tranche d’âge (15,8 %). Cette prépondérance des jeunes femmes, célibataires plus que mariées, est révélatrice d’un changement dans les modes migratoires et de l’importance de l’emploi féminin et de la prolongation de la scolarité des filles (à l’université).

Tableau 9. Structure par âge et par sexe des migrants et de la population totale (1994-2004), en %.

Âges

1994

2004

Ensemble

Migrants

Ensemble

Migrants

F

M

F

M

F

M

F

M

0 à 4

10,8

11,2

13,6

11,5

7,90

8,40

11,40

10,34

5 à 14

23,5

24,1

20,2

17,5

18,10

19,00

11,83

11,11

15 à 59

57,6

56,3

63,1

68,4

64,70

63,30

76,38

78,36

60

et plus

8,1

8,4

3,3

2,6

9,30

9,30

0,39

0,19

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Niveau d’instruction des migrants

39Si la tendance à la migration des catégories sociales les plus instruites peut être diagnostiquée depuis les années 1980, elle est devenue plus sensible durant la décennie 1994-2004. Les migrants de niveau d’instruction universitaire, qui représentaient seulement 11,7 % en 1984 (pour 2,1 % dans l’ensemble de la population), représentent 28,7 % des migrants en 2004. Par ailleurs, la part des migrants sans niveau d’instruction est passée de 29,6 % en 1984 à 9,5 % en 2004. On a donc affaire à des migrants de plus en plus instruits et qui cherchent, dans de nouveaux horizons, les opportunités d’insertion professionnelle dans un contexte marqué par un accroissement dramatique du nombre de chômeurs diplômés du supérieur.

Tableau 10. Évolution du niveau d’instruction des migrants et de la population (1984-2004), en %.

1984

1994

2004

Migrants

Ens.

Migrants

Ens.

Migrants

Ens.

Néant

29,6

46,2

15,1

31,7

9,5

23,2

Primaire

28,0

34,5

32,8

40,2

25,8

37,2

Secondaire

31,7

17,2

36,4

24,3

36,0

31,8

Supérieur

11,7

2,1

15,7

3 ,8

28,7

7,8

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

40Les différences de niveau d’instruction sont aussi grandes entre les genres : les migrantes de niveau d’instruction supérieur représentent 25,86 % des migrantes (pour 31,4 % chez les migrants) et les femmes sans instruction sont plus nombreuses que les hommes (respectivement 13,7 % et 5,32 %) [cf. Graphique 9].

Graphique 9. Niveaux d’instruction des migrants et des migrantes.

Graphique 9. Niveaux d’instruction des migrants et des migrantes.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Pourquoi migre-t-on ?

41Il n’est pas aisé de répondre à une question aussi simple et surtout en se limitant aux données globales issues des recensements ou d’autres sources. Seules des enquêtes qualitatives ciblées permettraient de rendre compte de la complexité et de la diversité des raisons qui poussent à migrer, tant à l’échelle des collectivités qu’à l’échelle d’un individu.

42Les migrants changent de lieux de résidence dans l’espoir de réaliser certains de leurs projets via l’insertion professionnelle, résidentielle, sociale ou autre. Les grandes villes tunisiennes, et plus particulièrement celles du quart nord-est du territoire, sont perçues, à tort et/ou à raison, par les migrants potentiels comme les lieux qui répondent le mieux à leurs attentes. L’insertion professionnelle par le travail est, selon les déclarations des migrants recensés en 2004, la raison principale de la migration des hommes (37 % et seulement 14 % pour les femmes).

43Les migrants entrants dans les gouvernorats abritant les grandes villes en 1994 et répartis par secteur d’activités sont les témoins des influences exercées par les activités économiques des agglomérations urbaines du littoral oriental sur les migrants internes. Les services publics de l’administration, de l’éducation et de la santé mobilisent le plus grand nombre de migrants (29 % pour une part de la population occupée qui se limitait 16,9 %). Cependant, les gouvernorats des grandes villes ne détiennent pas le record d’attraction des salariés de l’État. Ce sont surtout les chefs-lieux de gouvernorats de la Tunisie intérieure qui se démarquent par la part quasi exclusive de l’attraction des salariés des services publics. La preuve en est donnée par les gouvernorats de Kairouan et de Gafsa où cette catégorie de migrants représentait respectivement 67,2 et 64,1 % des entrants. Les industries manufacturières, le bâtiment et les travaux publics étaient aussi des activités économiques fortement attractives. Les industries, qui employaient près de 20 % des forces de travail, arrivaient à attirer 15,2 % des migrants et 16,8 % de ceux qui allaient vers les gouvernorats des grandes villes. La part des industries était supérieure à cette moyenne dans les gouvernorats où l’industrie était prédominante (Sfax : 24 %, Ben Arous : 22,3 %, Monastir : 21 %). Le bâtiment, qui offrait 13,4 % de l’emploi général, était le secteur d’activité de près de 16 % des migrants dans les gouvernorats des grandes villes. Les activités de l’hôtellerie et de la restauration n’étaient attractives que dans les principales zones touristiques : Nabeul avec 16,3 % et Sousse avec 10,5 %, alors que la moyenne nationale était de 4,5 %. Les services publics d’encadrement, l’industrie, le bâtiment et le tourisme étaient donc les activités qui exerçaient la plus forte attractivité sur les migrants internes. L’absence de données statistiques postérieures à 1994 et relatives à la répartition des migrants internes par secteur d’activité ne permet pas d’analyser les dynamiques récentes. Toutefois, on peut pallier cette insuffisance par la disponibilité des données sur l’emploi réparties par délégation en 2004. Cette répartition permet d’approcher la géographie de l’emploi dans les grandes villes et, dans une certaine mesure, de dégager le rôle de certaines activités dans leurs dynamiques récentes.

44Les services publics d’encadrement restent prédominants dans l’ensemble du pays (18,8 %) et dans les grandes villes (21,7 %) et surtout dans celles de l’intérieur (et plus particulièrement Gafsa avec 30,8 %). Mais la prépondérance des services de l’État est aussi le lot de la capitale (23,8 %) et des autres grandes villes du littoral : Bizerte (24,4 %) et Gabès (23,3 %). Ce constat est lourd de signification en termes de transition économique. Malgré l’incitation à la privatisation et des résultats évidents dans certaines activités (le tourisme par exemple), la prédominance de l’emploi dans les services de l’État continue de caractériser l’économie de la plupart des grandes villes tunisiennes et, dans une certaine mesure, de ralentir leur mutation métropolitaine en relation avec la privatisation et l’ouverture sur l’international.

45Les variations géographiques de l’emploi industriel révèlent une autre diversité économique des grandes villes et nous renseignent mieux sur leurs mutations économiques en liaison avec l’international. L’emploi dans les industries manufacturières vient en première position dans les grandes villes suivantes : Sfax (32,8 %), Sousse (29,3 %) et Bizerte (28,6 %), villes dans lesquelles sa part dépasse la moyenne des grandes villes (22,7 %) et celle de la Tunisie (19,3 %). Dans ces villes, l’importance de l’emploi industriel est le résultat des investissements de capitaux privés (tunisiens et étrangers) en vue de développer des productions destinées au marché intérieur et surtout à l’exportation (industrie de la confection et de l’habillement). Les industries textiles, qui ont représenté, avec le tourisme, l’une des voies de l’ouverture sur l’international depuis les années 1970, continuent de jouer un important rôle économique et social dans les grandes villes. Cette importance doit être relativisée par des problèmes de commercialisation à l’étranger et des perspectives d’avenir.

Tableau 11. Secteurs d’activités des migrants entrant dans les gouvernorats des grandes villes en 1994.

Agr.

Ind.

BTP

Hôtel.

Restau.

Adm.

Éduc.

Santé

Autres

Total

Tunis

1,00

14,03

12,66

3,79

30,88

41,42

100

Ariana

2,44

15,42

14,67

2,31

27,04

40,44

100

Ben Arous

3,16

22,29

12,59

1,89

26,45

35,50

100

Grand Tunis

2,14

17,03

13,31

2,72

28,24

39,28

100

Nabeul

9,69

14,87

23,55

16,35

20,32

31,56

100

Bizerte

7,01

10,78

7,55

0,94

53,64

21,02

100

Sousse

3,95

16,37

23,83

10,50

21,23

34,61

100

Monastir

6,71

21,01

27,72

7,95

18,58

25,99

100

Mahdia

8,65

11,68

18,06

7,59

39,61

22,00

100

Sfax

6,31

24,04

19,16

1,95

24,79

25,69

100

Gabès

3,16

9,16

15,99

2,24

47,25

24,44

100

Kairouan

3,37

7,95

6,27

0,24

67,23

15,18

100

Gafsa

2,25

5,89

10,92

0,52

64,12

16,81

100

Sous-total

3,75

16,77

15,93

4,49

29,01

34,54

100

Total

des entrants

4,25

15,23

15,38

4,77

32,59

31,55

100

Tunisie

21,90

19,90

13,40

4,20

16,90

23,70

100

Agr. = Agriculture / Ind. = Industrie / BTP = Bâtiments et Travaux publics
Hôtel. Restau. = Hôtellerie et Restauration
Adm. Éduc. Santé = Administration, Éducation et Santé

Tableau 12. Secteurs d’activité des actifs occupés des grandes villes* en 2004.

Délégations

Agr.

Ind.

Min.

Én.

BTP

Comm.

Transp.

com.

Adm.

Éduc.

Santé

Autres

services

ND

Total

Gd Tunis

3,73

19,80

1,39

9,48

13,55

7,61

23,78

19,25

1,41

100

Gd Nabeul

6,87

20,78

0,53

10,91

11,36

5,37

13,60

29,47

1,11

100

Gd Bizerte

6,33

28,59

1,76

12,30

8,77

5,91

24,38

10,83

1,12

100

Gd Sousse

3,07

29,29

0,81

11,52

11,02

5,76

16,95

20,16

1,43

100

Gd Sfax

3,91

32,77

1,65

10,28

12,54

6,18

17,06

14,39

1,22

100

Gd Gabès

10,75

21,17

1,68

12,78

10,95

5,91

23,30

12,37

1,10

100

Gd Gafsa

6,93

8,54

4,46

14,32

11,54

7,78

30,77

14,91

0,75

100

Kairouan

13,63

14,69

0,72

14,55

13,90

5,93

23,69

11,94

0,95

100

Total

4,61

22,66

1,39

10,42

12,68

6,90

21,74

18,28

1,31

100

Tunisie

16,56

19,31

1,18

13,27

10,72

5,51

18,79

13,42

1,25

100

* Il s’agit des délégations dans lesquelles se situent les grandes villes.
Agr. = Agriculture / Ind. = Industrie / Min. Én. = Mines et Énergie
BTP = Bâtiments et Travaux publics / Comm. = Commerce
Transp. com. = Transports en commun
Adm. Éduc. Santé = Administration, Éducation et Santé / ND = non déterminé

Graphique 10. Secteurs d’activités des entrants en 2004.

Graphique 10. Secteurs d’activités des entrants en 2004.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

Graphique 11. Secteurs d’activités des actifs occupés des grandes villes en 2004.

Graphique 11. Secteurs d’activités des actifs occupés des grandes villes en 2004.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.

46Si l’emploi dans les industries textiles, après la baisse des années 1990, a connu une reprise qui a nécessité le recours au recrutement d’ouvrières dans les bassins d’emploi des régions intérieures, cela ne signifie pas toujours un renforcement réel des potentiels industriels, ni la recherche de solutions de rechange pour l’avenir. L’essoufflement technologique de cette branche industrielle remet en question les acquis de l’ouverture sur l’international engagée depuis une trentaine d’années.

  • 4 Le grand aéroport international d’Enfidha et probablement un port de conteneurs dans la même zone.

47Le même essoufflement caractérise la deuxième activité ouverte sur l’international et qui a joué un rôle moteur pour Sousse et Nabeul. Malgré l’ambition des projets et des infrastructures programmées4 dans le golfe d’Hammamet, le tourisme balnéaire de masse, qui engendrera probablement de multiples opportunités d’emplois, ne pourra pas garantir une mutation métropolitaine dans les grandes villes profitant des effets induits sur leurs économies et leurs sociétés locales.

48Au total, le dynamisme démographique et économique des grandes villes et la confirmation de leur attractivité sur les migrants internes sont des indicateurs sûrs du poids prépondérant et en accroissement de ces villes dans l’économie et la société de la Tunisie. Même si les migrants sont de plus en plus instruits et recherchent des opportunités de promotion sociale dans les grandes villes, cela n’exclut pas la permanence, sinon le renforcement d’une migration de misère, pour des masses de population paupérisées et prolétarisées qui n’ont aucune autre alternative que celle de migrer, vers les grandes villes où ailleurs.

49Les cartes de la pauvreté en 2002 [cf. Carte 13] et du chômage en 2004 [cf. Carte 14], réalisées à l’échelle des délégations montrent une géographie de la société tunisienne fortement marquée par le clivage entre les zones rurales de l’intérieur et les grandes villes du littoral. Le nombre élevé de familles nécessiteuses en 2002 (plus de 12 %) caractérise les délégations de la Tunisie à l’ouest d’une ligne reliant Bizerte à Gabès. Les délégations aux taux de chômage supérieurs à 20 % en 2004 sont en majorité à l’ouest de cette même ligne.

50Les grandes villes du littoral oriental et les campagnes environnantes sont donc perçues par les migrants potentiels comme des zones offrant plus de potentialités et d’opportunités que leurs espaces d’origine. Pour d’autres, les grandes villes et leurs environs sont des interfaces qui servent à nouer des contacts avec les économies étrangères, de même que pour développer des activités commerciales licites ou illicites que pour migrer illégalement.

Carte 13. Les familles nécessiteuses en 2002, par délégation, en Tunisie.

Carte 13. Les familles nécessiteuses en 2002, par délégation, en Tunisie.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Carte 14. Le chômage en 2004, par délégation, en Tunisie.

Carte 14. Le chômage en 2004, par délégation, en Tunisie.

Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.

Conclusion

51En somme, la dynamique démographique et économique des grandes villes tunisiennes est une réalité incontestable dans la reconfiguration récente du territoire tunisien. Parmi les grandes villes, Tunis accapare de plus en plus de migrants en rapport avec son potentiel économique et sa fonction de capitale nationale où l’État continue de jouer un rôle majeur. Sa dynamique métropolitaine est nettement plus évidente que celles des autres grandes villes qui souffrent des insuffisances de leurs acteurs sociaux et des limites de leurs zones d’action et de leurs ambitions à l’intérieur d’espaces et de domaines économiques restreints. Elle entraîne une expansion en direction de Nabeul-Hammamet et de la nébuleuse urbaine du Sahel qui constituent des espaces de forte croissance démographique et économique, alimentée par des flux croissants de migrants internes en provenance du Nord-Ouest et de plus en plus du Centre-Ouest. Si l’intensification des flux de migrants internes vers les grandes villes peut être interprétée comme une mobilité spatiale et sociale plus grande que celle des périodes précédentes, il est probable qu’elle connaîtra une intensification en rapport avec les mutations métropolitaines attendues dans les plus dynamiques des grandes villes. Dans cette transition vers de nouveaux modes de mobilité socio-spatiale en direction des grandes villes coexistent des processus d’affinage et de massification. Les migrants diplômés du supérieur côtoient les manœuvres du bâtiment, les ouvrières du textile, les chômeurs sans qualification, les commerçants de l’informel, les candidats à l’émigration clandestine vers l’étranger… Les grandes villes tunisiennes sont donc à la fois des réceptacles et des interfaces où aboutissent les réseaux migratoires et d’où ils se redéploient vers d’autres directions.

52Cette transition s’accompagne aussi de nouvelles formes et modalités de redistribution interne des citadins. Les mobilités résidentielles vers les nouvelles périphéries sont l’une des modalités de fabrique de la ville et de fondation de nouveaux modes d’habiter. Dans les nouvelles périphéries des grandes villes tunisiennes, les nouveaux citadins, les migrants d’origine rurale et urbaine cohabitent avec des citadins qui changent de quartier de résidence. Cette cohabitation — qui ne se fait pas sans frictions et animosités — est fondatrice de nouvelles territorialités où les jeux des acteurs sociaux sont fondamentaux dans les processus de régulation, de gouvernance et de reterritorialisation.

Haut de page

Notes

1 Même si certaines communes du gouvernorat de La Manouba ne font pas réellement partie intégrante de l’agglomération du Grand Tunis et sont encore des centres ruraux distincts du tissu de l’agglomération. Toutefois, leur intégration administrative et économique dans le Grand Tunis plaide en faveur de leur insertion dans cette grande aire urbaine.

2 On pourrait ici parler du Grand Gafsa qui se compose des deux communes de Gafsa et d’El Gsar.

3 Tous les chiffres des tableaux proviennent de l’Institut national de la statistique. Dans leur grande majorité, les cartes et les graphiques ont été redessinés par Fl. Troin.

4 Le grand aéroport international d’Enfidha et probablement un port de conteneurs dans la même zone.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Taux d’accroissement annuel par type de population.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique 2. Population communale par catégorie de ville.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique 3. Croissance des agglomérations de plus de 100 000 habitants.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Carte 1. Population et accroissement des villes, par gouvernorat.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Cartes 2 & 3. Taux d’accroissement 1994-2004, par délégation (population communale et population non communale).
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Cartes 4 & 5. Taux d’accroissement 1984-1994 et 1994-2004, par délégation.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Graphique 4. Évolution de l’indice synthétique de fécondité entre 1991 et 2005.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Graphique 5. Migrations internes 2001.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Graphique 6. Évolution du solde migratoire.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Cartes 6 & 7. Taux de natalité 2000 et 2005, par délégation.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Cartes 8, 9 & 10. Taux d’accroissement global et naturel, par délégation.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Cartographie : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Cartes 11 & 12. Flux nets supérieurs à 200, en 1994 et en 2004, par délégation.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Graphique 7. Part des femmes parmi les migrants et au sein de la population totale.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Graphique 8. Pyramide des âges des migrants.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Pyramide : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Graphique 9. Niveaux d’instruction des migrants et des migrantes.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Graphique 10. Secteurs d’activités des entrants en 2004.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Graphique 11. Secteurs d’activités des actifs occupés des grandes villes en 2004.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
Crédits Graphique : F. Troin • CITERES|EMAM • 2008.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Carte 13. Les familles nécessiteuses en 2002, par délégation, en Tunisie.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Carte 14. Le chômage en 2004, par délégation, en Tunisie.
Légende Source : Institut National de la Statistique (INS), Tunis.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/346/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ridha Lamine, « Croissance démographique et dynamiques migratoires récentes des grandes villes tunisiennes », Les Cahiers d’EMAM, 16 | 2008, 51-75.

Référence électronique

Ridha Lamine, « Croissance démographique et dynamiques migratoires récentes des grandes villes tunisiennes », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/346 ; DOI : 10.4000/emam.346

Haut de page

Auteur

Ridha Lamine

Professeur, Géographie, Université de Sousse (Tunisie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page