Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Politiques de réhabilitation des quartiers non réglementaires au Maroc et mobilisation(s) des habitants. Études de cas dans l’agglomération de Rabat (Rabat, Témara, Skhirat)*

Habiba Essahel
p. 117

Texte intégral

  • * Thèse de Doctorat en Géographie sous la direction de P. Signoles, soutenue le 3 décembre 2011 à Tou (...)

1Sur la base d’enquêtes de terrain menées entre 2003 et 2007, cette thèse interroge les rapports entre le pouvoir local et les habitants « ordinaires » de quartiers non réglementaires — dont la plupart sont des bidonvilles — situés à Rabat et dans sa périphérie méridionale (Témara et Skhirat). Au-delà de leur diversité (de localisation, de genèse, morphologique, de taille, économique et sociale, etc.), les quartiers que nous avons choisis ont tous été l’objet, anciennement ou plus récemment, de politiques publiques visant à leur restructuration ou à leur réhabilitation ; et toutes envisagent, d’une manière ou d’une autre, un déménagement et un relogement de leurs habitants.

2C’est donc à l’analyse des réactions de ces populations envers ces politiques que notre thèse est consacrée, étant entendu que, au-delà des réactions individuelles, on observe rapidement l’émergence de réactions collectives. Celles-ci sont susceptibles de favoriser soit l’activation de formes ou structures d’organisations préexistantes (du type j’maa), soit l’émergence de formes organisationnelles nouvelles, telles que les associations de quartiers. Notre posture de recherche consiste à considérer que les habitants de ces quartiers, généralement stigmatisés ou jugés comme incapables, tant par les gouvernants ou les responsables administratifs agissant à l’échelle locale que par les citadins « de souche », ne sont pas des agents passifs des décisions qui sont prises concernant leur habitat et leur cadre de vie, mais qu’ils sont tout à fait en mesure d’exprimer des « compétences » variées, dont leur capacité à se mobiliser, à mener des actions revendicatives et à négocier avec les autorités, n’est pas la moindre.

3Notre thèse s’interroge donc sur les politiques menées pour la restructuration des bidonvilles et les mobilisations qu’elles engendrent en retour. Il s’agit de ce fait de comprendre et d’analyser les modes de fonctionnement des habitants engagés dans l’action protestataire : comment s’organisent-ils, de quelle manière et sous quelle(s) forme(s) ? Dès lors qu’ils se constituent en groupes de pression, les habitants interpellent les autorités et négocient avec l’État l’accès aux infrastructures de base. Les habitants des quartiers non réglementaires parviennent ainsi à obtenir des avantages concrets grâce à leurs mobilisations collectives qui s’organisent autour de répertoires de légitimation faisant, entre autres, systématiquement référence aux Droits de l’Homme en général et à leurs droits propres en particulier (notamment à leur droit à la ville).

4Les formes de mobilisation des habitants de ces quartiers, que nous avons successivement identifiées, décrites et analysées en détail, nous permettent de comprendre comment un système d’acteurs se forme à ces occasions. Interprétées à partir d’études localisées, ces actions habitantes que nous analysons nous servent de clés de lecture et d’interprétation des conflits et controverses qui naissent et se développent, des rapports de force qui se créent, des coalitions d’intérêts qui, parfois — même si relativement — se font jour ; mais elles permettent aussi de comprendre comment s’établissent et évoluent les négociations entre les habitants, les opérateurs de l’aménagement et les autorités (locales et/ou nationales).

Haut de page

Notes

* Thèse de Doctorat en Géographie sous la direction de P. Signoles, soutenue le 3 décembre 2011 à Tours, Université François-Rabelais de Tours, Laboratoire CITERES (UMR 7324)|Équipe EMAM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Habiba Essahel, « Politiques de réhabilitation des quartiers non réglementaires au Maroc et mobilisation(s) des habitants. Études de cas dans l’agglomération de Rabat (Rabat, Témara, Skhirat) », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 117.

Référence électronique

Habiba Essahel, « Politiques de réhabilitation des quartiers non réglementaires au Maroc et mobilisation(s) des habitants. Études de cas dans l’agglomération de Rabat (Rabat, Témara, Skhirat) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://emam.revues.org/462

Haut de page

Auteur

Habiba Essahel

H. Essahel est actuellement (décembre 2012) chargée de cours au Département de Géographie de l'Université François-Rabelais de Tours.

essahel.habiba@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page