Navigation – Plan du site

Introduction. La transition démographique, un processus pluriel

Muriel Sajoux
p. 7-12

Texte intégral

  • 1 L’Algérie présente une évolution récente singulière : après y être passée par un minimum de 2,2 enf (...)
  • 2 Scénario médian des Nations Unies, 2011.

1Les représentations relatives à la fécondité dans les pays arabes ont pendant longtemps résisté aux faits (Fargues, 2000, pp. 54-56). Ainsi, dans les années 1980 et 1990, alors même que des enquêtes rigoureuses témoignaient de la baisse de la fécondité dans diverses régions du monde arabe, l’idée que la famille arabe était plus prolifique que d’autres est restée fermement établie dans de nombreux esprits. Mais cette baisse de la fécondité s’était bel et bien enclenchée et elle s’est poursuivie de sorte que « dans le monde arabe, la fécondité a été amputée de moitié en une génération, tombant de 7,5 à 3,6 enfants entre 1975 et 2005 » (Courbage et Todd, 2007a, p. 65). D’après les données 2010 des Nations Unies, le Liban et la Tunisie présentent des niveaux de fécondité se situant respectivement à 1,86 et 2,04 enfants par femme sur la période 2005-2010, soit des niveaux proches de plusieurs pays européens. Au Maroc et en Algérie1, pour la même période, la fécondité se situe en dessous de 2,5 enfants par femme (2,38 enfants par femme), de même qu’au Koweït (2,32) et au Qatar (2,4), et elle en est très proche à Oman (2,52). Elle se situe en dessous de trois enfants par femme en Libye (2,72), en Égypte (2,85) et au Sahara occidental (2,7) et l’Arabie Saoudite, la Syrie et la Jordanie frôlent ce seuil avec respectivement 3,03, 3,1 et 3,27 enfants par femme. Ces trois derniers pays devraient à leur tour passer en dessous du seuil de trois enfants par femme et présenter sur la période 2010-2015 des niveaux de fécondité de 2,64, 2,77 et 2,89 enfants par femme2. L’Irak, les Territoires palestiniens et la Mauritanie présentent une fécondité supérieure à 4,5 enfants par femme en 2005-2010 mais devraient tous trois passer en dessous de ce seuil (ou tout au moins le frôler dans le cas de l’Irak) sur la période 2010-2015. Le cas du Yémen, avec une fécondité de 5,48 enfants par femme sur la période 2005-2010, apparaît ainsi assez « isolé » ; la fécondité yéménite devrait tout de même passer en dessous du seuil de 5 enfants par femme sur la période 2010-2015.

2La spécificité du Yémen mise à part, le monde arabe, dans sa diversité, a ainsi connu, en quelques décennies seulement, une baisse importante, voire très importante, de sa fécondité. Cette baisse s’inscrit dans un processus plus global qui est celui de la transition démographique.

3La paternité de la théorie de la transition démographique est multiple. Nous citerons ici A. Landry qui écrivit en 1934 La révolution démographique et F.W. Notestein qui en donna une version synthétique, voire très schématisée, en 1953. Cette théorie rend compte du processus par lequel les populations humaines passent d’un régime démographique caractérisé par un taux de natalité et un taux de mortalité tous deux élevés à un régime démographique caractérisé par un taux de natalité et un taux de mortalité tous deux bas. Elle est habituellement résumée de la manière suivante : le développement, en donnant lieu à des découvertes médicales, contribue à l’amélioration des conditions de vie et du niveau d’hygiène, ce qui entraîne une baisse de la mortalité. La natalité baisse à son tour, en réponse au déclin de la mortalité, mais avec un temps de décalage. La fécondité s’ajuste aux modifications structurelles de l’économie et de la société qui ont été à l’origine de la chute de la mortalité. Mais le délai d’ajustement de la fécondité est très variable d’un pays à l’autre. Ce délai, tout comme le processus de transition démographique dans son ensemble, a été relativement long pour les pays européens mais beaucoup plus rapide en revanche pour les pays en développement. On peut décomposer ce processus en quatre phases. Une phase « pré-transitionnelle » relative à un quasi-équilibre « ancien » à fortes natalité et mortalité ; la croissance démographique est alors très faible, voire nulle, et la fécondité pré-transitionnelle est élevée. Puis survient une première phase transitionnelle correspondant au recul de la mortalité, ce qui entraîne une accélération de la croissance démographique car la natalité reste tout d’abord à son niveau initial. Par la suite, débute une deuxième phase transitionnelle au cours de laquelle la natalité chute à son tour permettant ainsi la contraction de la croissance naturelle. La dernière phase est qualifiée de phase « post-transitionnelle » caractérisée par un quasi-équilibre « moderne » à natalité et mortalité faibles. La fécondité est alors basse.

4Certains auteurs (Noin, 1983) insistent sur l’intérêt descriptif de la notion de transition démographique, d’autres (Chesnais, 1986) sur sa valeur explicative. Mais derrière le schéma simplifié que nous venons d’évoquer se cache une réalité complexe : le processus de transition démographique a, en effet, revêtu plusieurs formes. En ce qui concerne la transition européenne, elle a été multiforme (Noin, 1983) : globalement, par rapport au reste du monde, on peut la considérer comme précoce, longue et basse (au sens où l’ampleur de la croissance démographique transitionnelle a été plutôt faible) pour les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest, comme plutôt précoce, modérée et pas très longue pour les pays d’Europe du Sud et de l’Est. Dans les pays en développement, le processus de transition démographique peut être qualifié de tardif, rapide et élevé (l’intensité de la croissance démographique transitionnelle y est généralement très forte, la population pouvant même être multipliée par 5 ou 6 dans certains pays).

5S’appuyant sur les travaux de Chesnais (1986), C. Rollet (2011, p. 31) indique que « Depuis les travaux de Landry, on s’est aperçu aussi que la “transition” était un modèle commode pour désigner un processus général, mais qu’il existait dans la réalité autant de “transitions” particulières que de pays : chaque pays a son style, son rythme propre, d’où la préférence aujourd’hui pour le terme de transitions au pluriel. »

  • 3 Cette journée a été organisée par Muriel Sajoux (CITERES|EMAM) et Laurent Nowik (CITERES|CoST).

6Ce Cahier fait suite à une Journée d’étude Population et Développement qui s’est tenue le 7 mai 2010 à la MSH de Tours3. Son objectif est de mettre en exergue la diversité des mécanismes ayant participé à entraîner la transition démographique dans les pays du Sud, et dans certains pays arabes en particulier, en accordant une importance particulière aux rôles joués par la pauvreté et, plus largement, par les difficultés socio-économiques rencontrées par les individus. Le recueil d’articles ici présenté vise également à souligner le fait que, au sein d’un même pays, des variations régionales importantes peuvent survenir dans les rythmes et les schémas explicatifs de la transition de la fécondité.

7La diversité des processus en présence est au cœur du premier article de ce Cahier dans lequel Maria Eugenia Cosio-Zavala analyse les différentes transitions démographiques en Amérique latine en mettant en évidence la coexistence de deux modèles de transitions : d’une part, un modèle de « modernisation » et, d’autre part, un second modèle dans lequel la fécondité a baissé sous l’influence d’un malthusianisme induit par des conditions de vie précaires rencontrées par les couches sociales défavorisées. L’auteure analyse ensuite les tendances démographiques des pays arabes, notamment ceux d’Afrique du Nord, et souligne le fait que, tout comme en Amérique latine, des comportements démographiques différents, dont certains semblent relever du malthusianisme de pauvreté, se manifestent au sein des pays maghrébins. Comparant les principales caractéristiques des transitions démographiques survenues dans les pays d’Afrique du Nord et d’Amérique latine, Maria Eugenia Cosio-Zavala a notamment relevé de fortes différences dans les modèles de nuptialité et, plus généralement, de formation des unions. En Amérique latine les proportions d’unions libres sont importantes, la nuptialité y reste précoce et la fécondité des adolescentes y varie peu et même augmente dans certains cas, tandis que, dans les pays d’Afrique du Nord, la nuptialité est retardée, tant en milieu urbain qu’en milieu rural, et la fécondité hors union n’est pas socialement acceptée.

  • 4 L’utilisation de ce terme traduit le fait que, statistiquement parlant, les personnes de 50 ans, et (...)
  • 5 Enquête nationale démographique à passages répétés.

8Les transitions démographiques en Afrique du Nord ont en effet été fortement favorisées par l’élévation de l’âge moyen au premier mariage des femmes (celui des hommes a beaucoup augmenté également). Ainsi, dans le cas du Maroc par exemple, le recul de l’âge au premier mariage des femmes a été un facteur primordial de la transition féconde comme l’a souligné A. Yaakoubd (1997, pp. 196-197) : « En amont de la transition de fécondité, une transition matrimoniale s’est donc initiée. Les aspects de cette dernière ne se limitent pas uniquement au relèvement de l’âge au premier mariage et au recul de la nuptialité précoce, mais s’étendent au-delà pour embrasser bien d’autres transformations. Parmi ces transformations, la quasi-disparition de la polygamie semble être l’une des plus cruciales. Ainsi, en milieu rural où cette forme d’union est généralement la plus répandue, les foyers polygames qui représentaient 31 % lors de l’Enquête à objectifs multiples (1962) ne sont plus que de 5 % lors de la récente Enquête nationale sur la population et la santé (1992) ». Par ailleurs, parmi les évolutions importantes de la famille dans les pays arabes figure « la naissance du célibat » (Fargues, 2000, pp. 142-146). Analysant les tendances récentes de la nuptialité au Maroc, A. Lfarakh (2012, p. 21) note que « non seulement la précocité du mariage n’est plus de mise et le retard d’entrée en première union a pris une ampleur révélatrice des changements sociaux, mais la prolongation du célibat s’annonce, comme le montrent les proportions de célibat à 50 ans dites “taux de célibat définitif”4. […] Autrement dit, pour les femmes aussi bien que pour les hommes, le mariage devient tardif et de moins en moins universel ». En se basant sur les résultats de l’ENDPR5 2009-2010, cet auteur indique que, en 2010, le célibat à 50 ans concerne 5,8 % des hommes et 6,7 % des femmes (ces proportions atteignent respectivement 6,6 et 8 % en milieu urbain). Par rapport à son niveau de 1994, cette proportion a doublé pour les hommes et elle a été multipliée par 8 pour les femmes. Quant à l’âge moyen au premier mariage des hommes au Maroc, il atteint désormais 31,4 ans et celui des femmes atteint pour sa part 26,6 ans (respectivement 32,5 et 27,4 ans en milieu urbain).

9Dans ce Cahier d’EMAM, deux articles traiteront de manière détaillée des transformations en matière de nuptialité au Maroc, celui de M. Sajoux et S. Chahoua et celui de L. Boufraioua. Si l’on ne peut attribuer aux difficultés économiques l’intégralité des raisons du recul de l’âge d’entrée en première union, il est néanmoins avéré que ces dernières l’ont beaucoup influencé. S’appuyant pour partie sur les travaux de D. Singerman (2007), Y. Mens (2011, p. 16) indique que le chômage et les emplois mal rémunérés ont « […] un impact direct sur l’ensemble de la vie personnelle des jeunes. Et d’abord sur la possibilité de se marier dans des pays où cette institution reste socialement très valorisée. […] Ces obstacles [incapacité de financer un logement, montant de la dot, etc.] expliquent que le taux du mariage des hommes de 25 à 29 ans au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (50 %) soit aujourd’hui le plus bas des régions en développement. […] Si ce recul favorise la transition démographique, il suscite des frustrations ». L’impact des difficultés économiques sur la transition féconde marocaine est également abordé par Y. Courbage et E. Todd (2007b) qui soulignent, notamment, les rôles qu’ont eu la crise économique de 1975 (liée à la chute du prix du phosphate) et le programme d’ajustement structurel de 1983, suivi d’une longue phase d’austérité financière ayant elle-même « accéléré l’érosion de la préférence pour la famille nombreuse. La fécondité est tombée de 7,4 enfants avant la crise de 1975 à 4,4 en 1987 ». Ces auteurs s’interrogent également sur la situation économique de la population jeune dans la période récente et sur les enjeux liés à l’augmentation du célibat au sein de cette population.

10C’est au Maroc que sera consacré le deuxième article de ce Cahier. Muriel Sajoux et Saïd Chahoua y étudient la complexité des liens entre transition de la fécondité et développement en mobilisant des analyses réalisées à différentes échelles territoriales : nationale, régionale, provinciale puis communale. Tout en accordant une importance particulière à la comparaison entre milieu rural et milieu urbain pour chacune de ces échelles d’analyse, ils démontrent la diversité des processus de transition démographique en présence, certains semblant plutôt relever de la théorie « classique » selon laquelle fécondité et développement sont liés par une relation inverse tandis que d’autres semblent plutôt relever de schémas se rapprochant du malthusianisme de pauvreté. Ces auteurs émettent différentes hypothèses quant aux facteurs pouvant expliquer la survenue de ce processus. De manière plus générale, ils traitent également du fait que, parmi les déterminants immédiats de la baisse de la fécondité marocaine, figure le recul de l’âge moyen au premier mariage des femmes. Bien que présentant des variations selon les régions et le milieu de résidence, cette primo-nuptialité de plus en plus tardive, tant pour les hommes que pour les femmes, semble traduire à la fois une évolution des aspirations individuelles mais aussi la nécessité de composer avec les contraintes économiques. Afin d’analyser plus précisément les ressorts de ces évolutions, tant en matière de baisse de la fécondité que de recul de la primo-nuptialité, ces auteurs soulignent la nécessité de réaliser des enquêtes spécifiques.

11C’est l’objectif du troisième article de ce Cahier dans lequel Leila Boufraioua s’interroge sur les ressorts de l’évolution de la nuptialité dans le Sud marocain en se basant sur une enquête biographique qu’elle a réalisée en 2009 dans la ville de Sidi Ifni auprès de 408 personnes, hommes et femmes, âgés de 15 à 35 ans. Son analyse lui permet de mettre en relief le fait que les déterminants du recul de la primo-nuptialité diffèrent selon le genre. Si l’impact de l’allongement de la durée des études et de l’acquisition de compétences potentiellement valorisables sur le marché de l’emploi semble particu-lièrement important pour les femmes, ce sont plutôt les contraintes économiques qui vont être à l’origine du report d’entrée en union pour les hommes. Ces dernières s’expriment essentiellement à travers les difficultés d’accès à l’emploi et aussi à travers la précarité dans le travail qui font que les hommes rencontrent de grandes difficultés pour constituer le capital économique nécessaire pour fonder un foyer : paiement de la dot, coût de la célébration du mariage et frais liés à l’installation du ménage. Les résultats obtenus par L. Boufraioua montrent également que les contraintes économiques pèsent moins fortement sur les hommes lorsque le mariage est conclu au sein de la parenté ce qui permet d’enrichir la grille de lecture des facteurs sous-tendant l’endogamie qui est encore relativement importante dans les pays arabes.

12Le quatrième article de ce Cahier est consacré à la Tunisie, pays précurseur au Maghreb en matière de transition démographique. Bénédicte Gastineau y présente les évolutions historiques ayant précocement marqué les relations entre population, développement et droits des femmes dans ce pays, tout en soulignant le fait que la transition de la fécondité a connu des rythmes variables selon les régions. Grâce à des données socio-démographiques à l’échelle des villages, l’auteure étudie les raisons pouvant expliquer le fait que, dans la région du Nord-Ouest de la Tunisie, la transition de la fécondité a été précoce et rapide et que, à l’inverse, dans le Sud du pays, elle a été relativement tardive. Elle s’appuie pour cela sur deux exemples : d’une part, la Kroumirie qui se situe dans le gouvernorat de Jendouba et qui se révèle être une région pauvre à faible fécondité ; d’autre part, l’oasis d’El Faouar, situé dans le gouvernorat de Kebili, et dans lequel la fécondité a tardé à baisser bien que les conditions de vie y soient meilleures que dans de nombreuses autres zones rurales tunisiennes dont la Kroumirie.

13Le cinquième article de ce Cahier consiste en une analyse de la transition de la fécondité en Syrie. Rana Youssef en présente les spécificités qui reposent, notamment, sur une baisse tardive et une quasi-stagnation de la fécondité syrienne depuis le début des années 2000 ; selon la dernière enquête disponible, elle se situe en 2009 à 3,5 enfants par femme. Tout en soulignant les diversités à la fois ethnique, religieuse et culturelle présentes dans ce pays, l’auteure analyse également les évolutions de la fécondité et de ses déterminants proches (âge moyen au premier mariage des femmes et pratique contraceptive) selon le milieu de résidence, urbain ou rural, mais aussi selon les régions du pays en intégrant à son approche des éléments relatifs aux différences régionales en matière d’alphabétisation féminine et d’activité économique des femmes. Les différences interrégionales de fécondité semblent s’être accentuées à la fin des années 2000 et, en 2009, la fécondité variait du simple au triple au sein du pays. Elle s’élevait alors à 2,1 enfants par femme dans le gouvernorat de Al-Sweida tandis qu’elle s’élevait à 6,9 dans celui de Deir-ez-zor. Comme le notent Y. Courbage et E. Todd (2007a, pp. 78-79), la variable religieuse est pertinente pour expliquer la diversité régionale de la Syrie en matière de fécondité ; mais ces auteurs soulignent aussi que d’autres éléments relevant des structures sociales sont à prendre en compte : « On a vu plus haut […] que la périphérie de la Syrie, côtière et montagneuse, se caractérisait par des restes substantiels de matrilocalité, un statut de la femme plus élevé et une tolérance plus grande à la succession par les filles, trait il est vrai associé à une tradition religieuse chiite. L’intérieur de la Syrie et, en particulier, les provinces caractérisées par une fécondité très élevée, sont au contraire patrilinéaires à un degré que l’on peut considérer, à l’échelle planétaire, comme maximal : la patrilocalité est supérieure à 99 % en zone rurale. Dans la mesure où cette patrilinéarité est déjà attestée à l’époque assyrienne, on ne peut guère en rendre responsable l’islam sunnite. On peut en revanche établir un rapport direct entre la patrilinéarité absolue et le blocage temporaire au-dessus de 3 enfants par femme. C’est au-dessous de ce seuil que la probabilité de ne pas avoir de fils commence à s’élever de manière significative ». Au regard du conflit que connaît le pays depuis près de 2 ans, il serait légitime de se réinterroger sur le sens de ces niveaux de fécondité différents notamment en croisant de multiples variables dont des indicateurs socio-économiques permettant d’appréhender de manière précise les inégalités prévalant sur ce plan en Syrie. On peut, en effet, se demander si les divergences croissantes entre gouvernorats en matière de fécondité qui sont survenues à la fin des années 2000 ne préfiguraient pas, pour partie, une accentuation des divisions internes de ce pays.

Haut de page

Bibliographie

Chesnais J-C.,1986, La transition démographique. Étapes, formes, implications économiques, Travaux et documents, Cahier n° 113, INED, PUF, 595 p.

Courbage Y. et Todd E., 2007a, Le rendez-vous des civilisations, Paris, Seuil, coll. « La République des Idées », 169 p.

Courbage Y. et Todd E., 2007b, Révolution culturelle au Maroc : le sens d’une transition démographique, Notes et Études de la Fondation Res Publica, février 2007.

Fargues P., 2000, Générations Arabes. L’alchimie du nombre, Paris, Fayard, 349 p.

Lfarakh A., 2012, « Fécondité, nuptialité, rupture d’union et remariage : niveaux et tendances. Principaux résultats de l’Enquête nationale démographique à passages répétés 2009-2010 », Les Cahiers du Plan, n° 39, mars-avril, pp. 14-29.

Mens Y., 2011, « Génération chômage », Problèmes économiques, Dossier sur le ressort économique des révolutions arabes, n° 3020, La Documentation française, pp. 13-16.

Nations Unies (Division de la Population), 2011, World Population Prospects: The 2010 Revision. Disponible en ligne : http://esa.un.org/unpd/wpp/ [consulté le 28/11/2012].

Noin D., 1983, La transition démographique dans le monde, Paris, PUF, 214 p.

Ouadah-Bedidi Z. et Vallin J., 2012, « Fécondité et politique de limitation des naissances en Algérie : une histoire paradoxale », Document de travail n° 186, INED, 20 p. Disponible en ligne : http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1616/publi_pdf1_doc.travail.186.pdf [consulté le 28/11/2012].

Ouadah-Bedidi Z., Vallin J. et Bouchoucha I., 2012, « La fécondité au Maghreb : nouvelle surprise », Population et Sociétés, n° 486, INED, 4 p.

Rollet C., 2011, Introduction à la démographie, Paris, A. Colin, coll. « Domaines et approches », 128 p.

Singerman D., 2007, « The Economic Imperatives of Marriage: Emerging Practices and Identities among Youth in the Middle East », Middle East Youth Initiative Working Paper, number 6, Washington, DC: Brookings Institute and Dubai School of Government, 52 p.

Yaakoubd A.I., 1997, « La transition de fécondité au Maroc : faits et facteurs », Genus, vol. LIII, n° 1-2, pp. 189-202.

Haut de page

Notes

1 L’Algérie présente une évolution récente singulière : après y être passée par un minimum de 2,2 enfants par femme, la fécondité est remontée atteignant presque 2,9 enfants par femme en 2010 (Ouadah-Bedidi et al., 2012 ; Ouadah-Bedidi et Vallin, 2012).

2 Scénario médian des Nations Unies, 2011.

3 Cette journée a été organisée par Muriel Sajoux (CITERES|EMAM) et Laurent Nowik (CITERES|CoST).

4 L’utilisation de ce terme traduit le fait que, statistiquement parlant, les personnes de 50 ans, et les femmes en particulier, qui ne se sont jamais mariées resteront très probablement célibataires par la suite.

5 Enquête nationale démographique à passages répétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Sajoux, « Introduction. La transition démographique, un processus pluriel », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 7-12.

Référence électronique

Muriel Sajoux, « Introduction. La transition démographique, un processus pluriel », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/469

Haut de page

Auteur

Muriel Sajoux

Enseignante-chercheure, Économiste et Démographe, Université de Tours & UMR 7324 CITERES | Équipe EMAM

muriel.sajoux@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page