Navigation – Plan du site

Transition de la fécondité et développement au Maroc. Un lien complexe et spatialement différencié

Fertility Transition and Development in Morocco. A Complex and Spatially Differentiated Link
Muriel Sajoux et Saïd Chahoua
p. 33-62

Résumés

Le Maroc a connu une transition démographique rapide induisant en un temps relativement court une baisse considérable du niveau de la fécondité qui se situe aujourd’hui à 2,2 enfants par femme. Les ressorts de cette transition sont complexes. Les variations spatiales des niveaux de fécondité révèlent des disparités dans le calendrier et le rythme de baisse de la fécondité, mais aussi une relative diversité dans les schémas explicatifs mobilisables. Cet article met en exergue la rurospécifité ainsi que le rôle qu’a pu jouer le malthusianisme de pauvreté dans la transition de la fécondité rurale. Il propose également, à partir d’une analyse des données régionales des trois derniers recensements, d’aller au-delà de la seule distinction entre milieu rural et milieu urbain pour l’ensemble du territoire. Des enseignements issus d’une analyse des données provinciales et communales du recensement de 2004 viennent, en effet, confirmer la complexité du lien entre développement humain et fécondité.

Haut de page

Texte intégral

1Les évolutions de la fécondité sont liées à de très nombreux facteurs (Caselli et al., 2002). Certains d’entre eux, comme l’âge moyen au premier mariage des femmes (dans des contextes où la procréation n’est envisageable que dans le cadre du mariage) et le recours à la contraception, sont qualifiés de déterminants proches et sont globalement objectivement quantifiables. Mais, en amont de ceux-ci, figure un grand nombre d’autres facteurs, parfois qualifiés de lointains, de la fécondité. Ils sont inhérents au contexte économique, social et culturel au sein duquel évoluent les individus et les couples. Ainsi, le contour de l’ensemble des déterminants de la fécondité est-il particulièrement difficile, pour ne pas dire impossible, à cerner. Néanmoins, sélectionner un certain nombre d’entre eux permet d’approcher le ou les schéma(s) explicatif(s) de la transition de la fécondité étudiée.

  • 1 Sajoux Ben Seddik, 2001.

2Cet article se propose de traiter de la transition de la fécondité survenue au Maroc au cours des dernières décennies en mettant en exergue ses principales caractéristiques tout en démontrant la complexité et l’articulation des différents schémas explicatifs en présence. Il vient prolonger l’analyse de la transition féconde marocaine menée dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue en 20011. Ce travail était basé sur l’articulation entre une approche quantitative et une approche qualitative fondée sur une enquête de terrain réalisée en milieu rural marocain. Il avait permis de proposer quelques pistes d’une approche alternative de la transition démographique, en mettant notamment en évidence le rôle joué par la pauvreté, par l’élévation des aspirations individuelles et par les images associées aux émigrés d’origine rurale. Nous verrons en quoi les conclusions de cette thèse se trouvent à la fois confirmées et confortées par les résultats ici présentés.

3Une première analyse effectuée au niveau de l’ensemble du pays, puis par milieu de résidence, permet de rendre compte de la rapidité du processus de transition tout en démontrant que l’on est passé d’une phase de divergence à une phase de convergence des niveaux de fécondité entre villes et campagne, alors même que les écarts relatifs entre les deux milieux de résidence restent très importants sur le plan socio-économique.

  • 2 Les statistiques utilisées dans cet article proviennent de la Direction de la Statistique relevant (...)

4Puis, des analyses des variations de fécondité au niveau régional, provincial et enfin communal nous permettront de mettre en évidence des évolutions différenciées au sein du territoire, ces dernières mettant à leur tour en évidence la complexité des relations entre fécondité et développement2.

Baisse de la fécondité marocaine au niveau national : éléments de cadrage

  • 3 Cet indice est également appelé indice conjoncturel de fécondité ou bien encore somme des naissance (...)
  • 4 Ce seuil varie en fonction des conditions de mortalité du pays considéré. Pour une explication du c (...)

5La fécondité marocaine, mesurée ici par l’indice synthétique de fécondité (ISF)3, s’élevait en 1962 à 7,2 enfants par femme au niveau de l’ensemble du pays. Les résultats issus de l’Enquête nationale démographique à passages répétés (ENDPR) 2009-2010 indiquent qu’elle est désormais de 2,2 enfants par femme, soit d’un niveau frôlant désormais le « seuil de remplacement des générations » se situant à 2,1 enfants par femme4. La fécondité marocaine a baissé sans discontinuer depuis les années 1960, même si le rythme de baisse a pu varier suivant les sous-périodes retenues (Fig. 1), et n’a pas connu, contrairement à ce qui a été relevé pour l’Algérie (Ouadah-Bedidi et al., 2012), de remontée au cours de la deuxième moitié des années 2000.

  • 5 EOM1961-1962.
  • 6 ENDPR 2009-2010.

6Ainsi, à l’instar de très nombreux pays du Sud, le Maroc a connu une transition de la fécondité rapide (l’ISF a été divisé par plus de 3 en cinq décennies) qui elle-même s’inscrit dans une transition démographique rapide. Cette dernière revêt une autre dimension essentielle, la baisse de la mortalité, préalable indispensable à la baisse de la fécondité (voir notamment Dyson, 2010, p. 119). L’importance de la baisse de la mortalité peut être appréhendée à partir du fort allongement de la durée moyenne de vie survenu en cinq décennies : l’espérance de vie à la naissance est passée de 47 ans en 19625 à 74,8 ans en 20106 ce qui constitue un gain de durée de vie moyenne de près de 28 ans. La baisse de la mortalité infantile a été particulièrement forte ; elle a été divisée par près de 5, passant de 149 ‰ en 1962 à 30,2 ‰ en 2010.

  • 7 Nous tenons à préciser que l’élévation de l’âge moyen au premier mariage concerne également les hom (...)
  • 8 Ces chiffres sont respectivement issus du RGPH 1960, de l’ENPS I et de l’EPSF 2003-2004.

7Dans le contexte marocain où la procréation n’est socialement envisageable que dans le cadre du mariage, l’évolution de la fécondité est étroitement liée à l’évolution de ses déterminants proches que sont l’élévation de l’âge moyen au premier mariage des femmes et l’extension de la pratique contraceptive. En matière de primo-nuptialité, force est de constater que les changements ont été très importants en l’espace de deux générations : si les femmes se mariaient en moyenne à l’âge de 17,3 ans en 1960, elles se marient désormais, en 2010, à 26,6 ans en moyenne7. Quant à la prévalence contraceptive, elle concernait 8 % des femmes mariées en 1960, 35,9 % en 1987 et 63 % en 2003-20048.

  • 9 En effet, le Maroc compte, en 2010, près de 31,9 millions d’habitants dont 18,45 vivent en milieu u (...)
  • 10 Pour une synthèse des travaux portant sur les effets de l’instruction des femmes sur la fécondité, (...)

8Sur le plan socio-économique, divers facteurs clés caractérisent le fort développement qu’a connu le Maroc au cours des cinq dernières décennies. Parmi eux figure la très forte urbanisation survenue dans le pays. Alors qu’en 1960 la population urbaine ne représentait que 29,1 % de la population totale du pays, le seuil symbolique de 50 % de taux d’urbanisation a été franchi 30 ans plus tard. Ainsi, le recensement de 1994 révélait que 51,4 % de la population était urbaine. En 2010, ce taux s’élève à 57,8 %9. Parmi les autres indicateurs illustrant les profonds changements de ces cinquante dernières années, nous citerons ici l’amélioration du niveau d’instruction de la population et, particulièrement, de celui des femmes. En effet, en 1960, 96 % des femmes marocaines étaient analphabètes ; en 1982, cette proportion était de 78 % et, en 2004, elle s’élevait à 54,7 %. Bien que l’analphabétisme féminin ait été réduit de près de moitié sur la période considérée, son niveau reste relativement élevé par rapport aux autres pays du Maghreb et provient essentiellement des différentiels prévalant entre milieu rural et milieu urbain comme nous le verrons plus loin. La scolarisation, et celle des filles en particulier, a très fortement progressé. Le taux de scolarisation pour le cycle primaire (élèves de 6 à 11 ans) atteint près de 94 % en 2009-2010 et a augmenté de près de 10 points en moins d’une décennie (il était de 84,5 % en 2000-2001 ; HCP, 2011, p. 55). Pour ce cycle d’enseignement, les écarts entre filles et garçons sont relativement faibles en 2010, y compris en milieu rural (le taux de scolarisation y est de 91,5 % pour les filles et de 95,2 % pour les garçons). Au niveau du cycle secondaire collégial (élèves de 12 à 14 ans), le taux de scolarisation a, quant à lui, gagné 20 points passant de 28,2 % en 2000-2001 à 48 % en 2009-2010 ; ce taux présente une très faible différence entre filles (47,3 %) et garçons (48,7 %) au niveau national. L’élévation du niveau d’instruction des femmes influe de différentes façons sur la fécondité, à la fois sur le plan matériel et sur le plan culturel10, et il a été clairement mis en évidence que la fécondité des femmes varie à l’inverse de leur niveau d’éducation (pour une étude sur les pays du Maghreb, voir notamment Fargues, 1990, p. 21).

9À l’échelle nationale, l’ensemble des éléments ici considérés peut, dans un premier temps, nous amener à considérer que la transition de la fécondité marocaine s’inscrit dans le cadre explicatif « classique » de la transition démographique qui lie fécondité et développement par une relation inverse. Mais la prise en compte des réalités socio-économiques et démographiques spécifiques à chacun des deux milieux de résidence révèle, dans un deuxième temps, une situation plus complexe.

Une rurospécificité qui interroge le modèle classique de la transition démographique

10Un indicateur tel que l’Indice synthétique de fécondité, calculé au niveau de l’ensemble du pays, peut masquer des variations spatiales importantes. Bien que la distinction entre milieu rural et milieu urbain ne rende pas compte de l’ensemble de ces variations, elle permet néanmoins de faire émerger un certain nombre de questionnements.

Villes et campagnes marocaines : de la divergence à la convergence en matière de fécondité

11Si la fécondité marocaine a commencé à baisser depuis les années 1960, force est de constater que, jusqu’au milieu des années 1970, cette tendance constatée au niveau de l’ensemble du pays était, en réalité, due au recul de la seule fécondité urbaine, la fécondité rurale restant alors toujours très élevée (Tab. 1 et Fig. 1). Dans un second temps, la fécondité rurale a amorcé sa baisse en diminuant de 1,5 enfant par femme entre 1977 et 1991. Par la suite, au cours de la décennie 1990, la fécondité rurale va décroître beaucoup plus rapidement qu’elle ne l’avait fait jusque-là de sorte qu’entre 1991 et 2004 l’ISF rural s’est réduit de 2,4 enfants par femme passant de 5,5 à 3,1 enfants par femme. Depuis, la baisse de la fécondité rurale s’est poursuivie à un rythme soutenu, ce qui l’a faite passer en dessous de 3 enfants par femme pour atteindre 2,7 enfants par femme en 2010. La fécondité urbaine se situe, quant à elle, en dessous du seuil de renouvellement des générations puisqu’elle atteint 1,8 enfant par femme en 2010.

Tab. 1. Évolution de l’ISF au Maroc selon le milieu de résidence de 1962 à 2010.

Année

1962

1977

1982

1985

1991

1994

1995

1996

2004

2010

Source

EOM

1961-1963

ENFPF

1979-1980

RGPH

1982

ENPS

I

ENPS

II

RGPH

1994

ENSME

1997

ENVM

1998-1999

RGPH

2004

ENDP

2009-2010

Urbain (A)

7,77

4,38

4,28

3,17

2,54

2,56

2,3

2,3

2,1

1,8

Rural (B)

6,91

7,02

6,59

5,86

5,54

4,25

4,1

4

3,1

2,7

Ensemble

7,2

5,91

5,52

4,84

4,04

3,28

3,1

3

2,5

2,2

Différentiel

de fécondité

(B) - (A)

-0,86

2,64

2,31

2,69

3

1,69

1,8

1,7

1

0,9

Sources : 1962, 1977, 1985, 1991, 1995 > Enquêtes du Ministère de la Santé, Rabat. Certaines données > CERED, 1997, p. 29. 1996 > Enquête nationale sur les niveaux de vie des ménages, 1998-1999.

1982, 1994, 2004 > RGPH. 2010 > ENDPR 2009-2010.

Fig. 1. Trois phases dans l’évolution de la fécondité rurale au Maroc entre 1962 et 2010.

Fig. 1. Trois phases dans l’évolution de la fécondité rurale au Maroc entre 1962 et 2010.

Sources : Enquêtes du Ministère de la Santé pour 1962, 1977, 1985, 1991 & 1995 ; Enquêtes sur les niveaux de vie pour 1996 ; RGPH pour 1982, 1994 & 2004 ; ENDPR pour 2010.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

12La fécondité a donc baissé au Maroc selon un calendrier différencié pour chacun des deux milieux de résidence. Mais on assiste, depuis de nombreuses années déjà, à une convergence des niveaux de fécondité entre ces deux milieux. Comme l’indique l’évolution du différentiel de fécondité (Tab. 1), cette convergence est très rapide depuis le début des années 1990 puisque ce différentiel avait atteint un maximum de 3 enfants par femme — en 1991, les fécondités urbaine et rurale étaient respectivement de 2,5 et 5,5 enfants par femme — et qu’il a fortement diminué depuis pour se situer à seulement 0,9 enfant par femme en 2010.

L’évolution des déterminants proches de la fécondité confirme le rapprochement des comportements urbains et ruraux en matière de procréation

  • 11 ENDPR 1986-1988, repris de HCP, 2009b, p. 58.
  • 12 ENDPR 2009-2010.

13Au début des années 1960, l’âge moyen au premier mariage des femmes était assez similaire dans les deux milieux de résidence : 17,2 ans en milieu rural et 17,5 ans en milieu urbain. En 1987, il avait déjà notablement progressé en milieu urbain puisqu’il se situait alors à 25,4 ans tandis que, en milieu rural, il était de 4 ans inférieur, s’établissant à 21,5 ans11. Par la suite, il a augmenté en milieu rural à un rythme plus soutenu qu’en milieu urbain de sorte que les résultats du Recensement général de la population et de l’habitat de 2004 ont révélé un écart de seulement 1,6 année entre les deux milieux de résidence. Les femmes entraient alors en première union, en moyenne, à 27,1 ans en milieu urbain et à 25,5 ans en milieu rural. Entre 2004 et 201012, l’écart d’âge au premier mariage entre femmes urbaines et rurales s’est légèrement accru (il est de 1,8 an), mais l’âge d’entrée en première union a continué de reculer dans les deux milieux de résidence atteignant 27,4 ans en milieu urbain et 25,6 ans en milieu rural (Fig. 2). Mais cette évolution, là encore convergente, en matière de primo-nuptialité ne signifie nullement que les raisons pour lesquelles les femmes entrent de plus en plus tardivement en union sont les mêmes dans chacun des deux milieux de résidence. L’élévation de l’âge moyen au premier mariage, des femmes mais aussi des hommes, est liée à de multiples facteurs (allongement de la durée des études, évolution des aspirations des individus, des normes sociales, etc.). Cette entrée en première union de plus en plus tardive pose également la question de l’impact des difficultés socio-économiques (difficulté d’insertion professionnelle, prix des loyers, etc.) qui peuvent inciter nombre de jeunes adultes à reporter le moment de fonder une famille. Des combinaisons différentes de ces multiples facteurs peuvent mener à des évolutions comparables en termes de recul de l’âge moyen d’entrée en première union. Il est ainsi fort probable, par exemple, que le rôle joué par l’allongement de la durée des études a été bien plus important en milieu urbain qu’il ne l’a été en milieu rural.

14Quant à la pratique contraceptive des femmes au sein du mariage, elle a tout d’abord été bien plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural avec des niveaux se situant respectivement à 36 % et 9,7 % en 1979-1980. Douze ans plus tard, bien que ce taux ait connu une multiplication par plus de 3 en milieu rural, l’écart entre les deux milieux de résidence était toujours très marqué : 55 % en milieu urbain contre 33 % en milieu rural en 1992. Mais, en 2003-2004, ces taux sont apparus beaucoup plus proches : 66 % en milieu urbain et 60 % en milieu rural. L’adhésion aux notions de planification des naissances et de limitation de la taille des familles semble aujourd’hui avoir imprégné de manière comparable les deux milieux de résidence.

Fig. 2. Évolution de l’âge moyen au 1er mariage des femmes au Maroc, entre 1960 et 2010.

Fig. 2. Évolution de l’âge moyen au 1er mariage des femmes au Maroc, entre 1960 et 2010.

Sources : RGPH pour 1960 ; ENDPR pour 1986-1988 & 2009-2010.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

15Si l’on se réfère au modèle explicatif classique de la transition démographique, la convergence observée entre villes et campagne marocaine en matière de fécondité, primo-nuptialité et pratique contraceptive semblerait signifier que cette convergence s’est également opérée sur le plan socio-économique. Mais la réalité semble plus complexe. Un premier indicateur de cette complexité consiste en l’évolution des écarts relatifs de mortalité dans la mesure où l’on peut considérer que les conditions de mortalité reflètent en quelque sorte les conditions de vie des populations, notamment sur le plan médico-sanitaire.

Des écarts persistants en matière de mortalité

16Reflet des risques de mortalité aux différents âges, l’espérance de vie à la naissance a connu de notables progrès dans chacun des deux milieux de résidence. En 196713, elle était pour les hommes de 49,8 ans en milieu urbain et de 46,1 ans en milieu rural ; pour les femmes, ces chiffres étaient respectivement de 50,5 et 48,4 ans. L’espérance de vie dépasse désormais 70 ans dans chacun des deux milieux de résidence, tant pour les femmes que pour les hommes. Celle des hommes urbains reste néanmoins supérieure de 4,9 ans à celle des hommes ruraux (75,5 contre 70,6 ans en 2010). La différence entre milieu rural et milieu urbain demeure plus marquée au sein de la population féminine puisque l’espérance de vie à la naissance des femmes urbaines frôle désormais le seuil symbolique des 80 ans en se situant à 79,4 ans en 2010 alors que, dans le même temps, celle des femmes rurales demeure de plus de 6 ans inférieure en se situant à 73 ans. Un autre point mérite d’être souligné : la différence d’espérance de vie entre hommes et femmes est de 2,4 ans en milieu rural alors qu’elle est de 4 ans en milieu urbain. Cette différence d’espérance de vie plus faibles entre hommes et femmes en milieu rural nous semble être en partie due au fait que les femmes rurales sont beaucoup plus exposées que leurs consœurs urbaines aux risques de mortalité liés à la procréation. En effet, bien qu’elle ait globalement très fortement régressé au cours des dernières décennies14, la mortalité maternelle présente toujours un différentiel important entre milieu rural et milieu urbain : elle est en 2010 deux fois plus importante en milieu rural (avec 148 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes) qu’en milieu urbain (avec 73 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes).

  • 15 La mortalité infantile représente la probabilité/le risque de décéder entre la naissance et le prem (...)

17Nous terminerons ici cette analyse de la persistance d’écarts de mortalité entre milieux de résidence en mentionnant le fait que la mortalité infantile15 rurale reste en 2010 de 40 % supérieure à la mortalité infantile urbaine avec un niveau de 35,3 ‰ contre 25,3 ‰.

18Ces différences persistantes en matière de mortalité mettent en évidence le fait que les deux milieux de résidence sont dans des situations fort contrastées sur les plans socio-économique et médico-sanitaire. Nous avons là une première source d’éléments semblant indiquer que les mécanismes qui ont prévalu dans le cadre de la transition féconde urbaine diffèrent, au moins partiellement, de ceux qui sont à l’œuvre dans le cadre de la transition féconde rurale. L’analyse de plusieurs indicateurs socio-économiques (taux de pauvreté, degré d’équipement et de confort du logement, etc.) confirme ce diagnostic. Parmi eux figure le taux d’alphabétisation et, en particulier, celui des femmes.

Instruction féminine et baisse de la fécondité : une forte singularité rurale

19Analysant la transition féconde marocaine, Y. Courbage (1996, p. 199) indiquait que « le Maroc figure au rang du quartile des pays les moins favorisés en termes d’analphabétisme féminin, mais dans le quartile le plus favorisé pour son indice de fécondité ». Cette configuration a priori paradoxale laisse entrevoir une possible déconnexion entre la transition féconde marocaine et les déterminants socio-économiques classiques. Elle est, en grande partie, due à la singularité de la transition de la fécondité rurale.

20En effet, la diminution de la fécondité rurale s’est fortement accélérée au début des années 1990, alors même que la situation des femmes rurales en matière d’accès à l’instruction montrait à cette période un très grand retard par rapport à la situation prévalant à ce moment-là en milieu urbain. Cet état de fait interroge d’autant plus la théorie classique de la transition démographique que l’instruction féminine est souvent considérée comme un préalable indispensable au recul de la fécondité.

  • 16 Cette proportion concerne la population âgée de 10 ans et plus. Le taux d’analphabétisme féminin en (...)
  • 17 Résultats obtenus à partir des données du tableau statistique figurant p. 196 du Rapport national d (...)
  • 18 En milieu rural, le taux de fécondité des femmes de 25-29 ans était de 186,59 ‰ en 1994 contre 300, (...)

21En 1994, date à laquelle la baisse de la fécondité rurale avait déjà entamé sa phase de forte accélération, près de 9 femmes rurales sur 10 étaient analphabètes16. Cette situation concernait alors 5 femmes sur 10 en milieu urbain. En ne considérant que les femmes âgées de 25 à 34 en 1994 (soit celles qui connaissent les plus forts taux de fécondité par âge), leur taux d’analphabétisme était particulièrement élevé en milieu rural : 92,6 % pour les 25-29 ans et 95,2 % pour les 30-34 ans17. Ce n’est donc pas leur accès à l’instruction qui peut expliquer la forte diminution de la fécondité des femmes de ces classes d’âges comparativement aux niveaux qu’elles présentaient antérieurement18. C’est bien plus probablement la volonté des femmes (mais aussi des couples) d’accroitre les chances de leur progéniture d’accéder à une instruction qu’elles n’ont, elles-mêmes, pas pu recevoir qui peut expliquer en partie cette forte réduction de la fécondité au sein d’une population très majoritairement analphabète. En allouant leurs ressources — bien plus faibles en moyenne que celles de leurs consœurs urbaines — à un nombre limité d’enfants, elles augmentent la possibilité du ménage d’investir dans chacun d’eux, notamment en matière d’éducation. Ce sont ainsi des processus d’arbitrage entre quantité et qualité d’enfants qui se mettent en place au sein d’une population socio-économiquement défavorisée.

Pistes explicatives de l’atypie de la transition de la fécondité rurale

22Parmi les pistes explicatives alternatives à la théorie classique de la transition démographique, on peut considérer qu’est intervenu en milieu rural marocain un processus relevant, au moins partiellement, du malthusianisme de pauvreté et dans lequel la baisse de la fécondité a été favorisée par l’écart existant entre les aspirations que les parents nourrissent pour leurs enfants et leur situation socio-économique du moment.

  • 19 Les chiffres ici mentionnés pour la scolarisation concernent la population âgée de 8 à 13 ans.
  • 20 Centre d’études et de recherches démographiques, Rabat.

23Pour illustrer ce type de processus, nous pouvons mettre en regard les réalités de la scolarisation des filles au milieu des années 1990 avec la position des chefs de noyaux familiaux à l’égard de cette scolarisation. En 1994, les filles rurales étaient trois fois moins scolarisées19 que les filles urbaines : en 1994, 26,6 % d’entre elles étaient scolarisées contre 80,4 % des filles urbaines. Pour les garçons, l’écart de scolarisation entre ruraux et urbains était alors également nettement marqué (59,6 et 87,5 %), mais il était sans commune mesure avec celui que l’on pouvait alors observer au sein de la population féminine. Dans une étude du CERED20 (1998, p. 105 et suivantes), l’attitude des chefs de noyaux familiaux (CNF) envers la scolarisation des filles a été analysée à partir des résultats issus de l’Enquête Nationale sur la Famille réalisée en 1995. Ces résultats montrent certes que les CNF urbains sont plus favorables à la scolarisation des filles que ne le sont les CNF ruraux (94,2 % contre 76,2 %), mais cet écart peut paraître somme toute assez faible au regard du déficit de scolarisation des filles rurales qui prévalait à cette période-là. Il ressort également de cette enquête que 17,9 % des CNF ruraux se positionnent « contre la scolarisation des filles » (contre 4,1 % des CNF urbains) et que seulement 5,9 % indiquent être indifférents à cette question (contre 1,7 % des CNF urbains). Ainsi, bien que la part des opinions défavorables à la scolarisation des filles soit 4 fois plus importante en milieu rural qu’en milieu urbain, il faut noter que plus des trois quarts des CNF ruraux étaient favorables à la scolarisation des filles en 1995 alors que seulement un peu plus d’une fille rurale sur quatre était scolarisée en 1994. Il y avait donc, à cette période, un écart entre la réalité de l’accès des filles rurales à l’école et l’attitude très majoritairement favorable des CNF ruraux à l’égard de leur scolarisation. Ces éléments témoignent d’une prise de conscience de l’importance de la scolarisation des filles. Même si, pour de multiples raisons, le niveau effectif de cette dernière restait encore modéré à ce moment-là, un tel positionnement des CNF ruraux ne peut que jouer favorablement dans un processus de progressive égalité des sexes en matière d’accès à l’école dont on peut penser qu’il reflète à son tour une évolution graduelle vers une valeur identique accordée à l’enfant, qu’il soit garçon ou fille. Dès lors qu’un tel cheminement est marche, il y a de fortes chances pour que la fécondité baisse dans la mesure où la recherche d’un ou de plusieurs fils ne contraint pas, ou contraint moins, les femmes et les couples à envisager de nouvelles grossesses. Ce positionnement des CNF ruraux à l’égard de la scolarisation des filles a certainement accentué le souhait des familles d’investir davantage dans l’éducation des enfants, qu’ils soient filles ou garçons, ce qui accroît les dépenses et favorise l’adhésion à la limitation des naissances.

  • 21 Dans la mesure où cette enquête de terrain abordait notamment la question de la pratique contracept (...)
  • 22 Ces deux douars se situent dans la province d’El Hajeb où l’ISF rural était, selon le RGPH de 1994, (...)
  • 23 Afin de respecter l’anonymat des interviewées, nous avons cité les femmes interrogées en leur attri (...)

24Une enquête de terrain réalisée à l’automne 1999 auprès de femmes21 vivant en milieu rural (Sajoux Ben Seddik, 2001) a permis de recueillir des éléments accréditant l’hypothèse du malthusianisme de pauvreté, notamment en raison de la perception du coût de l’enfant qu’avaient ces femmes au regard des moyens dont disposait leur foyer. Cette enquête a été menée dans deux douars de la wilaya de Meknès, l’un situé en zone de plaine et l’autre en zone de montagne22. L’analyse des entretiens réalisés a permis de mettre en relief le fait que le manque de moyens financiers était perçu comme un facteur limitant de la fécondité. Parmi les propos recueillis, nous citerons les exemples suivants : « Ce n’est pas la peine d’avoir des enfants si on ne peut pas assurer leurs besoins » (Hajiba23, 25 ans, 3 enfants), « Je trouve que j’ai trop d’enfants » (Myriam, 35 ans, 5 enfants), « Nous, on n’a pas les moyens d’assurer nos propres besoins, ce n’est pas la peine d’avoir d’autres enfants » (Ito, 20 ans, 2 enfants). Ce positionnement traduit également le sentiment de responsabilité que ressentent les femmes à l’égard de leurs enfants : « Si tu donnes trop de naissances, si tu n’as pas de moyens, tu condamnes ta progéniture à la pauvreté » (Hadda, 27 ans, 3 enfants). Une mère de 4 enfants nous faisant part de son inquiétude relative à l’impossibilité pour elle de satisfaire tous les besoins de ses enfants nous dit « Je regrette sincèrement le nombre d’enfants que j’ai, tellement les charges matérielles qu’ils nécessitent sont importantes ». Le coût de l’enfant semble clairement être devenu un facteur pesant sur le budget des familles « Si je satisfaisais toutes les demandes de mes enfants, je ne pourrais plus satisfaire mes propres besoins vitaux » (Hanane, 35 ans, 4 enfants) ; « J’aurais préféré avoir seulement deux ou trois enfants pour pouvoir assurer toutes les dépenses » (Roukia, 40 ans, 6 enfants). Dans le même temps, le fait d’avoir des enfants est apparu comme restant fondamental dans le processus de valorisation sociale de ces femmes ; ainsi, une jeune femme de 23 ans, mère de deux enfants, nous indiqua « Je n’aurais pas de valeur sans enfants (nous lui demandons : « Aux yeux de qui ? »), aux yeux de mon mari, de ma belle-famille et de moi-même ». Mais en limiter leur nombre semble devenir un critère de respectabilité sociale : « […] oui, l’enfant est une source de prestige social, tant qu’on n’a pas trop d’enfants » (Ito, 20 ans, 2 enfants). Parallèlement, les aspirations nourries par ces mères pour leurs enfants, aspirations notamment influencées par les images véhiculées par les émigrés d’origine rurale — partis vivre à l’étranger ou bien dans d’autres villes ou régions du pays — participaient à creuser l’écart entre la condition socio-économique réelle de ces femmes et leurs souhaits d’un meilleur futur pour leurs propres enfants. De telles situations expliquent que se soit diffusée, dans des milieux modestes voire défavorisées, l’idée qu’en limitant le nombre de naissances et en envisageant ainsi d’affecter les ressources financières et matérielles du ménage à un nombre réduit de personnes dans le foyer, le niveau de vie (actuel mais aussi futur) de chacun est potentiellement augmenté (Sajoux Ben Seddik, 2003 et 2009).

25La distinction entre les deux milieux de résidence constitue une étape indispensable pour aborder toute la complexité de la transition de la fécondité marocaine. Mais elle ne saurait suffire à elle seule à rendre compte de la diversité des variations spatiales de la fécondité. Une analyse à l’échelle régionale nous permet d’aller plus avant dans l’identification de ces variations et la complexité des relations entre contexte socio-économique et fécondité.

Quelques enseignements issus de l’étude de la fécondité à l’échelle régionale

Des écarts interrégionaux de plus en plus faibles en matière de fécondité

  • 24 L’approche ici développée se base sur le découpage administratif en 16 régions retenu depuis 1994 d (...)

26L’analyse de l’évolution des niveaux de fécondité à l’échelle régionale24 permet d’observer que, au fil des trois derniers recensements (1982, 1994 et 2004), les écarts interrégionaux se sont notablement réduits en matière de fécondité.

27Ainsi, en considérant l’ensemble des deux milieux de résidence, l’écart maximal de fécondité (différence entre les valeurs minimale et maximale de l’ISF) a été divisé par deux entre 1982 et 2004 passant de 3,2 à 1,5 enfant par femme (Tab. 2).

Tab. 2. Variations de la fécondité au niveau régional au Maroc, par milieu de résidence, 1982 à 2010.

URBAIN

RURAL

ENSEMBLE

1982

1994

2004

1982

1994

2004

1982

1994

2004

2010

ISF le plus bas (A)

3,7

2,2

1,8

5,4

3,3

2,3

3,9

2,2

1,9

1,6

ISF le plus élevé (B)

7,2

4,3

3,6

7,5

6,2

3,7

7,1

4,3

3,4

2,6

Écart maximum de fécondité

(B) - (A)

3,4

2,2

1,8

2,1

2,9

1,4

3,2

3,1

1,5

1,0

Sources : RGPH 1982, 1994 et 2004 ; ENDPR 2009-2010, repris de Lfarakh, 2012.

28Pour chacun de ces recensements, la fécondité la plus basse est rencontrée dans le Grand-Casablanca. L’ISF y était déjà inférieur à 4 enfants par femme en 1982 et il se situe en 2004 à 1,9 enfant par femme. Quant au niveau de fécondité le plus élevé, il concernait en 1982 Guelmim-Es-Semara (7,1 enfants par femme) ; en 2004, c’est Oued Ed-Dahab-Lagouira (la plus au sud des régions sahariennes) qui connaît la fécondité la plus forte (3,4 enfants par femme) (Fig. 3).

Fig. 3. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004.

Fig. 3. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

29En considérant l’ensemble des deux milieux de résidence, l’analyse des résultats de l’ENDPR 2009-2010 réalisée par A. Lfarakh (2012, p. 17) conduit à considérer que les régions du pays peuvent actuellement être scindées en trois groupes en fonction du niveau de leur fécondité.

• Le premier groupe, constitué de 5 régions, concerne celles dont la fécondité est supérieure à la moyenne nationale (qui est de 2,2 enfants par femme). Il s’agit de Marrakech-Tensift-Al Haouz et Tadla-Azilal, avec un ISF de 2,6 enfants par femme, suivies par Chaouia-Ouardigha (2,5) ; puis viennent ensuite Souss-Massa-Drâa et Gharb-Chrarda-Beni Hssen (2,4).
• Le deuxième groupe est constitué des régions dont la fécondité est proche du seuil de remplacement (2,1 enfants par femme). Figurent dans ce groupe Tanger-Tétouan (2,3 enfants par femme), Meknès-Tafilalet, Fès-Boulemane et Taza-Al Hoceïma-Taounate (2,1) et les régions sahariennes (2,0).
• Le dernier groupe correspond aux 3 régions faisant apparaître des niveaux de fécondité inférieurs au seuil de renouvellement des générations. Il s’agit du Grand-Casablanca (1,9 enfant par femme), de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (1,8) et de l’Oriental qui présente une fécondité de seulement 1,6 enfant par femme.

30Ainsi, en 2010, l’écart entre la plus forte et la plus basse fécondité régionale n’est plus que de 1 enfant par femme.

31En ne considérant que le milieu urbain, on constate que l’écart maximal de fécondité urbaine régionale est passé de 3,4 enfants par femme à 1,8 entre 1982 et 2004 (Tab. 2).

Fig. 4. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : milieu urbain.

Fig. 4. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : milieu urbain.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

32Oued Ed-Dahab-Lagouira présentait en 1982 la plus basse fécondité urbaine (3,7 enfants par femme). Par la suite, la fécondité est apparue la moins élevée dans le Grand-Casablanca, avec un niveau déjà très bas en 1994 (2,2 enfants par femme), pour atteindre 1,8 enfant par femme en 2004 (Fig. 4). Ce niveau est relativement proche de celui constaté précédemment pour cette région pour l’ensemble des milieux de résidence ; ceci s’explique par son très fort taux d’urbanisation (91,9 % en 2007 ; HCP, 2009a). C’est Guelmim-Es-Semara qui connaissait la plus forte fécondité urbaine en 1982 avec un ISF se situant alors à 7,2 enfants par femme. En 1994 et 2004, c’est Oued Ed-Dahab-Lagouira qui présente la plus forte fécondité urbaine avec des niveaux situés respectivement à 4,3 et 3,6 enfants par femme.

33En ce qui concerne le seul milieu rural, l’écart maximal de fécondité entre régions en 1982 était moins fort qu’il ne l’était alors en milieu urbain (Tab. 2).

Fig. 5. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : milieu rural.

Fig. 5. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : milieu rural.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

34L’amplitude de l’espace de variation était alors de 2,1 enfants par femme, l’ISF rural le moins élevé (5,4 enfants par femme) concernait le Grand-Casablanca et l’ISF rural le plus élevé (7,5 enfants par femme) concernait, quant à lui, la région de Tanger-Tétouan située à l’extrême nord-ouest du Maroc. En 1994, ce sont ces mêmes régions qui présentaient les fécondités rurales les plus éloignées, mais la fécondité rurale avait plus rapidement baissé dans la région du Grand-Casablanca (très fortement urbanisée) que dans celle de Tanger-Tétouan de sorte que, en 1994, l’ISF rural de ces régions se situait respectivement à 3,3 et 6,2 enfants par femme. L’écart maximal de fécondité rurale avait ainsi augmenté par rapport à son niveau de 1982 et se situait à 2,9 enfants par femme en 1994. Entre 1994 et 2004, cet écart a diminué de moitié et le niveau de fécondité rurale le plus bas ne concerne plus le Grand-Casablanca. C’est l’Oriental, au nord-est du pays, qui connaît en 2004 la fécondité rurale la plus basse avec un niveau de 2,3 enfants par femme (Fig. 5). Quant à la région ayant la fécondité rurale la plus élevée, il s’agit à nouveau de Tanger-Tétouan qui présente un ISF de 3,7 enfants par femme, soit un niveau qui est tout de même de 40 % inférieur à celui constaté dix ans auparavant.

35Le fait que l’écart maximal de fécondité urbaine entre régions n’ait cessé de diminuer depuis 1982 alors que, pour la fécondité rurale, cet écart a augmenté de 1982 à 1994 pour diminuer fortement durant la décennie suivante traduit au niveau régional la baisse accélérée qu’a connue la fécondité rurale durant la décennie 1990.

36Quant aux différentiels de fécondité entre milieux de résidence au sein d’une même région, les situations sont très contrastées selon les régions considérées (Fig. 6).

Fig. 6. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : différence Rural - Urbain.

Fig. 6. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : différence Rural - Urbain.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

37En 2004, dans 14 régions sur 16, c’est la fécondité rurale qui est supérieure à la fécondité urbaine. L’écart le plus important est de 1,6 enfant par femme et concerne Tanger-Tétouan où la fécondité rurale se situe à 3,7 enfants par femme et la fécondité urbaine à 2,1. Dans les régions de Gharb-Chrarda-Beni Hssen, Marrakech-Tensift-Al-Haouz, Taza-Al Hoceïma-Taounate, Grand-Casablanca et Doukkala-Abda, ce différentiel est compris entre 1 et 1,4 enfant par femme. Fès-Boulemane, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, Tadla-Azilal, Chaouia-Ouardigha et Meknès-Tafilalet présentent des différentiels de 0,8 et 0,9 enfant par femme. L’Oriental et Souss-Massa-Drâa, tout en se situant à des niveaux de fécondité très différents, ont en commun des différentiels de fécondité Rural - Urbain assez faibles, respectivement de 0,3 et 0,5 enfant par femme. Guelmim-Es-Semara connaît, quant à elle, une quasi-égalité entre fécondité urbaine et rurale avec un différentiel de 0,1 enfant par femme seulement. Pour Laayoune Boujdour-Sakia-El Hamra, on peut constater le même différentiel, mais c’est la fécondité urbaine (2,6 enfants par femme) qui y est supérieure à la fécondité rurale (2,5 enfants par femme). Oued Ed-Dahab-Lagouira présente elle aussi une fécondité rurale inférieure à la fécondité urbaine, mais leurs niveaux respectifs (2,6 et 3,6 enfants par femme) sont bien plus éloignés que ce n’est le cas dans la région de Guelmim-Es-Semara. Oued Ed-Dahab-Lagouira témoigne d’une situation démographique spécifique en matière de fécondité dans la mesure où le niveau de sa fécondité urbaine en 2004 (3,6 enfants par femme) est quasi identique à celui qu’elle présentait en 1982 (3,7 enfants par femme). Mais, entre ces deux recensements, la fécondité urbaine y avait augmenté atteignant en 1994 le niveau de 4,3 enfants par femme. La fécondité rurale y a, par contre, baissé de manière continue et se situait à 5,6 enfants par femme en 1982, 4,2 en 1994 et 2,6 en 2004.

Des situations régionales économiquement différenciées, notamment en matière de pauvreté

38Bien que les résultats du dernier recensement nous permettent de constater que des écarts de fécondité perdurent entre les régions, force est de reconnaître que ces écarts interrégionaux se sont notablement réduits au cours des 30 dernières années. Mais, sur le plan socio-économique, les régions du pays connaissent des situations différenciées. Nous en donnerons ici une illustration en comparant leurs taux de pauvreté respectifs.

  • 25 Le taux de pauvreté (HCP, 2010, p. 3) est la proportion des personnes pauvres dans la population, s (...)

39En 2007, le taux de pauvreté25 le plus bas, 2,2 %, concerne Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra (HCP, 2010, p. 7). Il est sept fois plus important dans le Gharb-Chrarda-Beni Hssen qui présente cette année-là le plus fort taux de pauvreté (15,6 %). Pour le seul milieu urbain, les taux de pauvreté les plus éloignés se trouvent dans ces deux mêmes régions et sont respectivement de 1,9 et 10,7 % en 2007. Quant au taux de pauvreté rurale le plus élevé, il est à son tour rencontré dans le Gharb-Chrarda-Beni Hssen (19 %) ; le niveau le plus bas de pauvreté rurale concerne pour sa part Oued Ed-Dahab-Lagouira (2,3 %).

Fig. 7. Taux de pauvreté au Maroc, par régions, en 2007.

Fig. 7. Taux de pauvreté au Maroc, par régions, en 2007.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

40À partir de quelques exemples mettant en regard les niveaux de fécondité régionale et de taux de pauvreté, plusieurs situations contrastées peuvent être soulignées. Ainsi, comme nous venons de l’indiquer, le Gharb-Chrarda-Beni Hssen apparaît, en 2007, comme étant la région la plus pauvre du pays, tant au niveau de l’ensemble des deux milieux de résidence que pour chacun d’eux. Elle présentait lors du dernier recensement une fécondité de 2,7 enfants par femme. Ce niveau de fécondité est également rencontré dans la région Tanger-Tétouan dont le taux de pauvreté (7,4 % en 2007) est deux fois plus faible que celui du Gharb-Chrarda-Beni Hssen (Fig. 8). Pour le seul milieu urbain (Fig. 9), la fécondité dans ces deux régions se situe à 2,1 enfants par femme et, dans le même temps, le taux de pauvreté urbaine du Gharb-Chrarda-Beni Hssen (10,7 %) est 2,6 fois plus élevé que celui de Tanger-Tétouan (4,1 %). Cette dernière région présentait en 2004 la fécondité rurale la plus élevée (3,7 enfants par femme) et elle connaît en 2007 un taux de pauvreté rurale de 12,1 % qui est inférieur à la moyenne rurale calculée au niveau de l’ensemble du pays (15 %). Quant au Gharb-Chrarda-Beni Hssen, son niveau de fécondité rurale (3,1 enfants par femme) est inférieur à celui de Tanger-Tétouan et, dans le même temps, la région présente le taux de pauvreté rurale le plus élevé du pays en 2007 (Fig. 10).

Fig. 8. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : ensemble du Maroc.

Fig. 8. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : ensemble du Maroc.

Source : RGPH 2004 & HCP 2010.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Fig. 9. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : milieu urbain.

Fig. 9. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : milieu urbain.

Source : RGPH 2004 & HCP 2010.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Fig. 10. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : milieu rural.

Fig. 10. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : milieu rural.

Source : RGPH 2004 & HCP 2010.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

41En considérant l’ensemble des deux milieux de résidence, parmi les régions présentant en 2010 des niveaux de fécondité inférieurs au seuil de renouvellement des générations, figurent trois régions connaissant des situations contrastées en matière de pauvreté. Le Grand-Casablanca et Rabat-Salé-Zemmour-Zaër présentent en 2010 des fécondités de 1,9 et 1,8 enfant par femme. En 2007, leurs taux de pauvreté (respectivement 3,2 et 5,1 %) étaient bien inférieurs à la moyenne nationale (9 %). Quant à l’Oriental, région qui présente en 2010 la fécondité la plus basse du pays (1,6 enfant par femme), elle connaît en 2007 un taux de pauvreté (10,1 %) plus élevé que la moyenne nationale. On peut émettre l’hypothèse que la transition de la fécondité, ici, a relevé pour partie du malthusianisme de pauvreté.

42Ces quelques exemples soulignent le fait que des situations démographiques régionales relativement proches en matière de fécondité peuvent correspondre à des situations très contrastées en matière de pauvreté. À l’inverse, des régions connaissant des niveaux de pauvreté relativement proches peuvent présenter des situations contrastées en matière de fécondité.

Lien entre âge moyen au premier mariage des femmes et fécondité : l’approche régionale révèle une grande complexité

43Le lien entre l’augmentation de l’âge au premier mariage des femmes et la baisse de la fécondité est clairement établi sur le plan théorique et, comme nous l’avons vu plus haut, la transition de la fécondité est concomitante au Maroc d’une transition matrimoniale caractérisée par une entrée en première union de plus en plus tardive tant pour les femmes que pour les hommes. Mais, au niveau régional, les liens entre primo-nuptialité féminine et fécondité semblent assez complexes.

  • 26 Le coefficient de corrélation varie entre - 1 et + 1 et l’association entre deux variables est d’au (...)

44Pour le milieu urbain, la force du lien entre âge au premier mariage des femmes et fécondité semble se renforcer au fil des trois derniers recensements (Fig. 11, 12 & 13). Ainsi le coefficient de détermination (R2) entre ces deux variables n’a cessé d’augmenter se situant à 0,50 en 1982, 0,775 en 1994 et 0,845 en 2004. Le coefficient de corrélation26 (R) négatif, a vu, pour sa part, sa valeur absolue passer de 0,71 en 1982 à 0,88 en 1994, puis à 0,92 en 2004.

Fig. 11. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 1982.

Fig. 11. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 1982.

Source : RGPH 1982.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Fig. 12. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 1994.

Fig. 12. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 1994.

Source : RGPH 1994.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Fig. 13. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 2004.

Fig. 13. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 2004.

Source : RGPH 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

45Nous ne proposerons pas ici une analyse détaillée de la question, mais nous soulignerons quelques exemples de situations régionales.

46Parmi les régions dans lesquelles a existé, à un moment donné, un lien entre primo-nuptialité féminine et fécondité assez éloigné du « lien standard » (c’est-à-dire le cas de points éloignés de la droite de régression), figure Guelmim-Es-Semara. Alors que, en 1982, cette région présentait, pour sa partie urbaine, une configuration très éloignée de la plupart des autres régions (ISF de 7,2 enfants par femme et âge au premier mariage proche de 20 ans), elle a connu des évolutions très rapides puisque, en 2004, la fécondité urbaine y atteignait 2,6 enfants par femme et l’âge moyen au premier mariage dépassait 26 ans.

47Quant à Oued Ed-Dahab-Lagouira, son atypie tend à se renforcer au fil des trois derniers recensements puisqu’elle se situe, en 2004, dans une situation très éloignée des autres régions avec l’ISF urbain le plus élevé au niveau régional — à savoir 3,6 enfants par femme — et un âge moyen au premier mariage de l’ordre de 22 ans (niveau comparable à celui de 1994). Les autres régions présentant un niveau de fécondité immédiatement inférieur sont celles de Laayoune-Boujdour-Sakia-El Hamra et Guelmim-Es-Semara, avec un ISF de 2,6 enfants par femme.

48Pour le milieu rural, force est de constater que l’intensité du lien entre âge au premier mariage et fécondité est bien moins forte, pour une même année, qu’elle ne l’est en milieu urbain. Ainsi, le coefficient de détermination (R2) entre ces deux variables était en 1982 de 0,285 (0,50 en milieu urbain) ; en 1994, il était de seulement 0,05 (0,775 en milieu urbain) et, en 2004, il était de 0,362 (0,845 en milieu urbain) (Fig. 14, 15 & 16). Le coefficient de corrélation est quant à lui négatif et sa valeur absolue est de 0,53 en 1982 (0,71 en milieu urbain), de 0,24 en 1994 (0,88 en milieu urbain), et de 0,6 en 2004 (0,92 en milieu urbain).

Fig. 14. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 1982.

Fig. 14. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 1982.

Source : RGPH 1982.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Fig. 15. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 1994.

Fig. 15. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 1994.

Source : RGPH 1994.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Fig. 16. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 2004.

Fig. 16. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 2004.

Source : RGPH 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

49Considérons à présent trois situations régionales particulières.

50La région de Tanger-Tétouan se distingue par la persistance en 2004 d’une fécondité rurale très élevée, la plus forte du pays (3,7 enfants par femme), en dépit d’un âge moyen au premier mariage égal à la moyenne nationale pour le milieu rural (25,5 ans).

51La région de Taza-Al Hoceïma-Taounate présente, quant à elle, une autre particularité : pour chacun des trois derniers recensements, elle se situe bien au-dessus de la droite de régression (Fig. 14 à 16). En 2004, l’âge moyen au premier mariage (27,4 ans) y est supérieur de près de deux ans à la moyenne nationale en milieu rural, tout en conservant une fécondité rurale supérieure à 3 enfants par femme.

52La troisième singularité soulignée ici est celle de la partie rurale de l’Oriental, qui est passée d’une situation (point situé au-dessus de la droite de régression) où, en 1982, l’ISF était supérieur à 6 enfants par femme alors même que l’âge moyen au premier mariage était parmi les plus élevés du milieu rural à l’époque (22,3 ans), à une situation où, en 2004, elle présente un âge moyen au premier mariage toujours parmi les plus élevés pour le milieu rural (27,8 ans) mais avec, cette fois-ci, la plus basse fécondité rurale au niveau régional (2,3 enfants par femme, point situé bien en dessous de la droite de régression, Fig. 16). On peut émettre l’hypothèse que, dans cette région, le recul de l’âge d’entrée en première union est étroitement lié aux difficultés socio-économiques qu’y connaît le monde rural et aussi que, au sein du mariage, ces difficultés continuent de peser sur la contrainte budgétaire des ménages de sorte que les couples font le choix de limiter leur fécondité pour ne pas détériorer davantage le niveau de vie de chacun dans la famille.

53Du fait de cette diversité des situations régionales, il semble donc que ce soit la complexité qui caractérise le lien, et les évolutions de celui-ci, entre âge moyen au premier mariage des femmes et fécondité ; cette complexité s’avère être encore plus grande en milieu rural qu’en milieu urbain. Ceci met en évidence le fait que de très nombreux facteurs interfèrent dans le processus de détermination des niveaux de fécondité.

Analphabétisme féminin et fécondité à l’échelle régionale : confirmation d’une déconnexion de plus en plus marquée

54Le recul de l’analphabétisme féminin est souvent considéré comme un préalable indispensable au déclin de la fécondité : or, nous avons vu précédemment que les évolutions survenues en milieu rural marocain ne correspondaient pas à ce cadre explicatif. L’analyse des données régionales marocaines va, quant à elle, permettre de mettre en relief des situations fort contrastées au niveau spatial.

55Lorsque l’on observe la situation marocaine au niveau régional en 1982, on constate en milieu urbain, pour une même classe d’ISF, de fortes disparités en termes d’analphabétisme féminin. Ainsi, pour les cinq régions présentant une fécondité urbaine supérieure ou égale à 5 enfants par femme, les taux d’analphabétisme féminin s’échelonnent de 59 % (Oriental et ISF de 5) à 76,2 % (Guelmim-Es-Semara et ISF de 7,2). Les niveaux de fécondité urbaine des onze autres régions sont compris entre 3 et 5 enfants par femme et les niveaux d’analphabétisme féminin varient de moins de 50 % à plus de 70 % (Fig. 17). En ce qui concerne le milieu rural, l’ensemble des régions présentait, en 1982, un ISF supérieur à 5 enfants par femme et les taux d’analphabétisme féminin se situaient dans des niveaux assez variables allant de 70,9 % (Oued Ed-Dahab-Lagouira et ISF de 5,6) à 96,9 % (Souss-Massa-Drâa et ISF de 7,2) ce qui constitue un différentiel de plus de 25 points.

Fig. 17. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 1982.

Fig. 17. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 1982.

Source : RGPH 1982.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

56En 1994, onze régions sur seize ont un niveau de fécondité urbaine compris entre 2,1 et 3 enfants par femme et, dans le même temps, les taux d’analphabétisme féminin y sont assez éloignés (compris entre 40,1 et 57,3 %). Nous remarquerons ici que la fécondité urbaine de ces régions se situe dans une classe relativement basse alors même que le taux d’analphabétisme féminin médian est de 50,4 % (Fig. 18). Cette même année, quinze régions présentent une fécondité rurale comprise entre 3 et 5 enfants par femme ; mais, dans le même temps, le taux d’analphabétisme des femmes rurales varie lui de 64 % (Oued Ed-Dahab-Lagouira et ISF de 4,2) à 93 % (Marrakech-Tensift-Al Haouz et ISF de 4,6) ce qui constitue un différentiel de près de 30 points. La moitié de ces régions connaissent, pour leur partie rurale, un taux d’analphabétisme féminin supérieur à 86 %. La fécondité rurale avait donc entamé son déclin dans la majeure partie du territoire marocain alors même que l’analphabétisme féminin en milieu rural se situait encore à des niveaux très élevés dans de nombreuses régions. Ces éléments confortent l’analyse évoquée précédemment et soulignent que l’écart existant entre les aspirations des individus (pour eux-mêmes et surtout pour leurs enfants) et leur situation socio-économique réelle a très certainement joué un rôle important dans le déclin accéléré de la fécondité rurale au cours de la décennie 1990.

Fig. 18. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 1994.

Fig. 18. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 1994.

Source : RGPH 1994.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

57L’analyse des résultats du recensement 2004 confirme la déconnexion croissante entre déclin de la fécondité et recul de l’analphabétisme féminin. Ceci est particulièrement vrai pour le milieu rural puisque, pour les huit régions ayant un ISF rural compris entre 2,1 et 3 enfants par femme, la moitié d’entre elles présentent un taux d’analphabétisme féminin supérieur à 71,1 % (Fig. 19). Les dix régions ayant une fécondité urbaine située dans cette même classe d’ISF présentent, pour leur part, un niveau d’analphabétisme féminin médian nettement plus bas (41,7 %). Pour conforter cette démonstration, notons également que l’ensemble des cinq régions ayant un ISF urbain inférieur à 2,1 enfants par femme (seuil de renouvellement des générations), présente lui aussi un taux d’analphabétisme féminin médian de 41,7 %, ce qui constitue un taux assez élevé pour de tels niveaux de fécondité.

  • 27 Pour une analyse des liens entre émigration et accélération de la transition au Maghreb, voir notam (...)

58Des niveaux de fécondité bas sont ainsi rencontrés dans des contextes où perdure un fort analphabétisme féminin. Une telle situation suggère que la transition de la fécondité s’opère, et s’est opérée, grâce à des mécanismes ne relevant pas uniquement du schéma « classique » considérant que la transition est tirée par le développement. De nombreux facteurs explicatifs peuvent être évoqués parmi lesquels figurent les migrations (nationales et internationales27) et les échanges culturels qui les accompagnent, notamment en matière de diffusion du modèle de famille restreinte ou de développement de nouvelles aspirations.

Fig. 19. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 2004.

Fig. 19. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 2004.

Source : RGPH 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

Le rôle des migrations

59Les images véhiculées par les émigrants ruraux ont, en effet, participé à modifier les comportements démographiques des ruraux « restés au pays » dans le sens d’un abaissement de la taille des familles. « Par son rôle, économique notamment, dans sa communauté au pays natal, l’émigré marocain est devenu, peut-être à son corps défendant, un agent des transformations sociales, familiales et démographiques. […] L’émigration contribue à modeler les habitudes de consommation et favorise les aspirations au mieux-être et à la réévaluation des coûts et bénéfices de l’enfant, modifiant par là les choix familiaux » (Courbage, 1996, p. 206). Les propos recueillis par M. Sajoux en 1999 auprès de femmes rurales témoignent de la manière dont pouvaient être perçues les images véhiculées par les émigrés d’origine rurale : « Les émigrés sont très à l’aise ; ils ont beaucoup d’argent, des voitures, ils sont élégants ». « Rien ne leur manque, ils ont une voiture, ils sont à l’aise ». Ces perceptions sont elles-mêmes influencées par la situation réelle des individus : « C’est notre pauvreté qui fait que l’on est ébahi devant ce qu’ils ont ». Et elles influent à leur tour sur les aspirations de ces femmes : « Mon espoir est de vivre ici comme eux », « J’aspire à avoir ce qu’ils ont ; mais à chacun sa chance et sa destinée ». Certaines d’entre elles reportent sur leurs enfants leur espoir d’accès à une vie meilleure : « Moi, je ne veux pas émigrer, mais je le souhaite pour mes enfants » ; « Je souhaite à mes enfants une vie comme celle qu’ont les émigrés, d’après ce que j’en perçois ». Il est à noter que les migrations internes génèrent également ce type de perceptions : « Ils [les émigrés] ont la propreté, le bien-être, l’argent. Même l’émigration à l’intérieur du pays, vers la ville, apporte ces avantages ».

60Couplé aux images véhiculées par les émigrés d’origine rurale, le contexte socio-économique et les difficultés qu’il génère pour nombre d’individus — dont le chômage des jeunes, notamment et/ou la précarité — ont certainement aussi joué un rôle dans la poursuite de la transition de la fécondité en invitant les individus à limiter la taille de leur famille.

Quelques enseignements issus de l’étude de la fécondité à des échelles infrarégionales

Analphabétisme féminin et fécondité à l’échelle provinciale

61L’analyse des données provinciales, issues du recensement 2004, permet d’observer que les 17 provinces ayant un ISF urbain inférieur à 2,1 enfants par femme présentent des niveaux d’analpha-bétisme féminin allant presque du simple au double (28,6 à 50 %, Fig. 20). Les 38 provinces dont l’ISF urbain se situe dans la classe intermédiaire (2,1 à 3 enfants par femme) présentent un taux d’analphabétisme féminin médian de 43,7 %, soit un taux inférieur au taux d’analphabétisme féminin médian rencontré pour les provinces dont l’ISF urbain est inférieur à 2,1 enfants par femme à savoir 44,4 %.

Fig. 20. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par Provinces, en 2004.

Fig. 20. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par Provinces, en 2004.

Source : RGPH 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

  • 28 Il s’agit de la province de Boujdour (ISF de 1,5 enfant par femme) située dans le sud du pays et de (...)

62Pour le seul milieu rural, il y a autant de provinces (28) qui présentent en 2004 un ISF compris entre 2,1 et 3 enfants par femme que de provinces ayant un ISF compris entre 3 et 5 enfants par femme. Dans ces deux groupes de provinces, le taux d’analphabétisme féminin médian est élevé, se situant respectivement à 70,3 et 76,3 %. Notons enfin que les trois provinces ayant un ISF rural inférieur à 2,1 enfants par femme28 connaissent des taux d’analphabétisme élevés variant entre 64,8 et 72,1 %.

63Ces éléments viennent, à leur tour, confirmer la déconnexion entre recul de l’analphabétisme féminin et baisse de la fécondité, cette déconnexion apparaissant encore plus nette en milieu rural.

64En effet, l’analyse met en relief le fait que de fortes avancées en matière de baisse de la fécondité ont eu lieu dans des contextes où subsistent des déficits importants en matière de développement humain, caractérisés notamment par la persistance de forts taux d’analphabétisme. Ceci vient corroborer l’idée qu’une part significative de la transition démographique relève de mécanismes autres que ceux classiquement admis pour expliquer la transition démographique dans les pays en développement et qui lient par une relation inverse niveaux de fécondité et développement socio-économique. Une analyse réalisée à une échelle territoriale encore plus fine vient confirmer la complexité des liens entre développement humain et fécondité.

Fécondité et développement humain

  • 29 Le calcul de l’ICDH prend en compte les variables suivantes : le taux de mortalité infantile, l’ind (...)

65Convoquons ici quelques résultats issus d’une approche utilisant les données du recensement 2004 au niveau des villes et des communes rurales (Chahoua, 2008). Pour examiner, à cette échelle, le lien entre développement et fécondité, il est en effet possible d’utiliser un indicateur relatif au développement local (Indice communal sur le développement humain, ICDH29) qui a été élaboré par le Haut-Commissariat au Plan sur la base des données de ce recensement. L’ICDH rend ainsi compte des disparités spatiales en matière d’éducation, de santé et de niveau de vie. Il a été calculé pour 307 villes et présente pour celles-ci des valeurs comprises entre 0,50 et 0,87 ; ces valeurs concernent respectivement le centre Had Bouhssoussen, localisé dans la province de Khénifra (région de Meknès-Tafilalet) et la municipalité d’El Ouatai, située dans la province de Tan-Tan (région de Guelmim-Es-Semara). Il a également été calculé pour 1272 communes rurales et s’établit pour ces dernières à des valeurs comprises entre 0,16 et 0,79 ; ces valeurs concernent respectivement les communes d’Anemzi dans la province de Khénifra (région de Meknès-Tafilalet) et Al Mahbass, dans la province Assa-Zag (région de Guelmim-Es-Semara).

66L’analyse de la dispersion de l’ICDH selon les classes de fécondité fait apparaître, tant pour les entités urbaines que pour les entités rurales, de fortes disparités au sein d’une même classe d’ISF (Fig. 21). Ainsi, pour les entités ayant une fécondité inférieure à 2,1 enfants par femme, l’ICDH médian dans cette classe de fécondité est de 0,67 pour les villes et de 0,55 pour les communes rurales. Les villes concernées (au nombre de 113) présentent un ICDH dont la valeur varie de 0,51 à 0,76. Mais cette amplitude apparaît encore plus grande et, surtout, commence avec un chiffre bien plus bas, pour le milieu rural puisque les communes rurales concernées (au nombre de 117) ont un ICDH dont la valeur varie de 0,37 à 0,79. Ces éléments indiquent que des entités territoriales connaissant encore d’importants déficits en termes de développement humain ont néanmoins atteint un niveau de fécondité de fin de transition.

Fig. 21. Dispersion de l’ICDH selon les classes de l’ISF, Villes et Communes rurales, en 2004.

Fig. 21. Dispersion de l’ICDH selon les classes de l’ISF, Villes et Communes rurales, en 2004.

Source : RGPH 2004.

Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.

67Dans la classe intermédiaire (2,1 à 3 enfants par femme) se trouvent des villes (au nombre de 172) et des communes rurales (au nombre de 491) présentant des niveaux très différents de développement humain avec un ICDH minimal de 0,36 pour les communes rurales et un ICDH maximal de 0,87 pour les villes. Le lien entre niveau de développement humain et fécondité apparaît ainsi fort complexe, voire multiforme du fait de la possibilité de trouver, pour un ICDH bas, des entités rurales ayant des niveaux de fécondité allant du simple au double.

68L’analyse à une échelle territoriale très fine a ainsi permis d’appréhender encore plus précisément la transition démographique marocaine alors même que celle-ci s’est traduite, durant la dernière décennie, par une baisse accentuée de la fécondité en particulier en milieu rural. L’analyse de la transition au niveau des communes rurales semble appuyer la thèse de certains auteurs qui voient dans la migration un facteur facilitateur de la diffusion des valeurs de la modernisation. En témoigne l’existence de foyers de communes rurales à faibles fécondités dans les régions Nord (à proximité de Nador) et Sud (à proximité de Guelmim) du pays. Ces foyers ont aussi connu une émigration ancienne qui a démarré avant même les années 1960 (Chahoua, 2008).

69De plus, ces foyers semblent se présenter comme les centres d’espaces à partir desquels la diffusion des comportements modernes a été enclenchée vers les communes avoisinantes. Cette diffusion spatiale peut être expliquée, du moins partiellement, par l’appartenance à un groupe linguistique spécifique. Au Maroc, on peut citer le cas du Tarifit au nord et du Tachelhit au sud. Ce type de diffusion a été déjà observé par Basu et Amin (2000) dans leur travail sur la population Bengali. Selon ces auteurs, l’identité linguistique est retenue comme un facteur facilitateur de la diffusion des valeurs modernes parmi la population Bengali qui se trouve de part et d’autre des frontières du Bangladesh et du Pakistan. Dans ce cas, la diffusion spatiale obéit à une logique identitaire favorisant une continuité des comportements démographiques à travers l’espace. Il faut noter toutefois que ces affirmations méritent davantage d’investigations notamment par la réalisation d’enquêtes spécifiques dans les dites régions (Chahoua, 2008).

Conclusion

70Il ressort des analyses ici proposées que les mécanismes de la transition de la fécondité sont particulièrement complexes et que des niveaux de fécondité relativement bas peuvent côtoyer des situations socio-économiques fort différentes.

71Dans ce travail, nous avons notamment insisté sur le fait que, pour chacune des échelles territoriales envisagée, la persistance de forts taux d’analphabétisme féminin côtoie, dans bien des cas, des niveaux de fécondité relativement bas, voire très bas. Cette analyse nécessiterait d’être complétée par l’étude du lien entre alphabétisation des hommes et fécondité. En effet, comme le soulignent Courbage et Todd (2007, pp. 14-20), il ne faut pas sous-estimer le rôle des hommes et, en particulier, celui de l’augmentation de leur niveau d’instruction, dans le processus de transition de la fécondité.

  • 30 Démarche suivie dans sa thèse de doctorat par M. Sajoux Ben Seddik (2001).

72Il n’en reste pas moins que des territoires en proie à des déficits socio-économiques plus ou moins importants connaissaient en 2004 (année du dernier recensement) des niveaux de fécondité proches de (voire inférieurs à) 2,1 enfants par femme. Les résultats ici présentés confirment et confortent l’hypothèse émise par M. Sajoux Ben Seddik (2001) quant au rôle joué par le malthusianisme de pauvreté dans le processus de transition de la fécondité au Maroc, en particulier en milieu rural. Recourir davantage à des études articulant approches quantitative et qualitative permettrait de déterminer avec plus de précision la nature des facteurs intervenant dans ce processus30.

73Du fait que sa transition démographique s’est déroulée en quelques décennies seulement, comme cela est le cas pour la plupart des pays du Sud, le Maroc va connaître dans les prochaines décennies un vieillissement rapide (Sajoux et Nowik, 2010). Or, ce vieillissement va toucher des territoires devant faire face à des réalités socio-économiques plus ou moins différenciées. Dans le cadre de l’engagement d’une réflexion sur les évolutions possibles des articulations entre solidarités publiques et privées à même d’accompagner de manière appropriée ce fort vieillissement à venir, la prise en compte de la pluralité des situations socio-économiques des territoires semble importante.

74Liste des abréviations utilisées
CERED : Centre d’études et de recherches démographiques (Rabat)
EOM : Enquête à objectifs multiples (1961-1963)
ENDPR : Enquête nationale démographique à passages répétés (1986-1988 & 2009-2010)
ENFPF : Enquête nationale sur la fécondité et la planification familiale (1979-1980)
ENPA : Enquête nationale sur les personnes âgées
ENPS I : Enquête nationale sur la planification familiale, la fécondité et la santé (1987)
ENPS II : Enquête nationale sur la population et la santé (1992)
HCP : Haut-Commissariat au Plan
ICDH : Indice communal sur le développement humain
ISF : Indice synthétique de fécondité
RGPH : Recensement général de la population et de l’habitat

Haut de page

Bibliographie

Basu A. et Amin S., 2000, « Conditioning Factors for Fertility Decline in Bengal: History, Language Identity and Openness to Innovations », Population and Development Review, vol. 26 (4), pp. 761-794.

Caselli G., Vallin J. et Wunsch G. (dir.), 2002, Démographie : analyse et synthèse. II. Les déterminants de la fécondité, Paris, INED, 460 p.

CERED, 1997, Situation et perspectives démographiques du Maroc, Direction de la statistique, Rabat, 315 p.

CERED, 1998, Genre et développement : aspects socio-démographiques et culturels de la différenciation sexuelle, Rabat, 324 p.

Chahoua S., 2008, « La problématique de la relation entre transition urbaine et transition démographique au Maroc », Les Cahiers du Plan, n° 21, pp. 4-34.

Courbage Y., 1996, « Transition féconde en contexte peu propice : le Maroc de 1962 à 1994 », Congrès régional arabe de population, vol. 3, Le Caire, pp. 186-219.

Courbage Y. et Todd E., 2007, Le rendez-vous des civilisations, Paris, Seuil, 169 p.

Direction de la Statistique, Ministère chargé de la population, 1996, Recensement 1994. Les caractéristiques socio-économiques et démographiques de la population. Niveau national, Rabat, 295 p.

Dyson T., 2010, Population and development. The Demographic Transition, Zed Books, 268 p.

Fargues P., 1990, « Algérie, Maroc, Tunisie : vers la famille restreinte ? », Population et sociétés, repris dans Problèmes économiques, Paris, n° 2-196, pp. 20-23.

HCP, 2006, Prospective Maroc 2030. Quelle démographie ?, 75 p.

HCP, 2008, Objectifs du millénaire pour le développement. Rapport national 2007. Maroc, septembre, 57 p.

HCP, 2009a, Le Maroc des régions 2008, 208 p.

HCP, 2009b, Les indicateurs sociaux du Maroc en 2008, 179 p.

HCP, 2010, Carte de la pauvreté 2007, 122 p.

HCP, 2011, La femme marocaine en chiffres. Tendances d’évolution des caractéristiques démographiques et socioprofessionnelles, Rabat, 123 p.

Joshi H. et David P., 2002, « Le contexte économique et social de la fécondité », pp. 327-374, in Caselli G., Vallin J. et Wunsch G. (dir.), Démographie : analyse et synthèse. II. Les déterminants de la fécondité, Paris, INED.

Lfarakh A., 2012, « Fécondité, nuptialité, rupture d’union et remariage : niveaux et tendances. Principaux résultats de l’Enquête nationale démographique à passages répétés 2009-2010 », Les Cahiers du Plan, n° 39, mars-avril, pp. 14-29.

Ouadah-Bedidi Z., Vallin J. et Bouchoucha I., 2012, « La fécondité au Maghreb : nouvelle surprise », Population et Sociétés, n° 486, INED, 4 p.

Sajoux Ben Seddik M., 2001, Développement rural et transition démographique. Le cas du Maroc, Thèse de doctorat, Sciences économiques, sous la dir. de H. Régnault, Univ. de Pau et des Pays de l’Adour, 356 p.

Sajoux Ben Seddik M., 2003, « Le malthusianisme de pauvreté dans le monde rural marocain : une stratégie implicite de mise à niveau socio-économique ? », pp. 177-192, in Régnault H. (dir.), Intégration euro-méditerranéenne et stratégies économiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Emploi, Industrie et Territoire ».

Sajoux Ben Seddik M., 2009, « Impact de la pauvreté sur la transition de la fécondité : approche générale et illustration à partir de l’exemple de la population rurale au Maroc », Actes du XIIIe Colloque national de démographie, CUDEP (Conférence universitaire de démographie et d’étude des populations), pp. 125-137.

Sajoux M. et Nowik L., 2010, « Vieillissement de la population au Maroc : réalités d’une métamorphose démographique et sources de vulnérabilité des aîné(e)s », Autrepart, n° 53 (« Vieillir au Sud »), pp. 17-34.

Wilson C. et Pison G., 2004, « La majorité de l’humanité vit dans un pays où la fécondité est basse », Population et Sociétés, n° 405, INED, 4 p.

Haut de page

Notes

1 Sajoux Ben Seddik, 2001.

2 Les statistiques utilisées dans cet article proviennent de la Direction de la Statistique relevant du Haut-Commissariat au Plan et intègrent donc, de fait, les régions sahariennes.

3 Cet indice est également appelé indice conjoncturel de fécondité ou bien encore somme des naissances réduites.

4 Ce seuil varie en fonction des conditions de mortalité du pays considéré. Pour une explication du calcul et de la signification de ce seuil, voir Wilson et Pison (2004, p. 2).

5 EOM1961-1962.

6 ENDPR 2009-2010.

7 Nous tenons à préciser que l’élévation de l’âge moyen au premier mariage concerne également les hommes puisqu’il est passé de 24 à 31,4 ans entre 1960 et 2010.

8 Ces chiffres sont respectivement issus du RGPH 1960, de l’ENPS I et de l’EPSF 2003-2004.

9 En effet, le Maroc compte, en 2010, près de 31,9 millions d’habitants dont 18,45 vivent en milieu urbain (HCP, 2011, p. 9).

10 Pour une synthèse des travaux portant sur les effets de l’instruction des femmes sur la fécondité, voir notamment Joshi et David (2002, pp. 350-355).

11 ENDPR 1986-1988, repris de HCP, 2009b, p. 58.

12 ENDPR 2009-2010.

13 http://www.hcp.ma/Esperance-de-vie-a-la-naissance-en-annees-1952-2010_a701.html [consulté le 28/11/2012].

14 http://www.hcp.ma/Mortalite-maternelle-nombre-de-deces-pour-100-000-naissances_a689.html [consulté le 28/11/2012].

15 La mortalité infantile représente la probabilité/le risque de décéder entre la naissance et le premier anniversaire.

16 Cette proportion concerne la population âgée de 10 ans et plus. Le taux d’analphabétisme féminin en milieu rural variait en 1994 de 74,5 % pour les 10-14 ans à près de 100 % pour les 75 ans et plus.

17 Résultats obtenus à partir des données du tableau statistique figurant p. 196 du Rapport national du Recensement 1994 (Direction de la Statistique, 1996).

18 En milieu rural, le taux de fécondité des femmes de 25-29 ans était de 186,59 ‰ en 1994 contre 300,41 ‰ en 1982. Celui des femmes de 30-34 ans était de 182,13 ‰ en 1994 contre 278,86 ‰ en 1982 (Direction de la statistique, Ministère chargé de la population, 1996, p. 52).

19 Les chiffres ici mentionnés pour la scolarisation concernent la population âgée de 8 à 13 ans.

20 Centre d’études et de recherches démographiques, Rabat.

21 Dans la mesure où cette enquête de terrain abordait notamment la question de la pratique contraceptive, seules des femmes mariées ont été interrogées.

22 Ces deux douars se situent dans la province d’El Hajeb où l’ISF rural était, selon le RGPH de 1994, de 3,2 enfants par femme, soit à un niveau bien inférieur à celui de la fécondité rurale calculée au niveau national (4,25 enfants par femme). Les zones d’enquête appartiennent à la région de Meknès-Tafilalet dans laquelle le taux de pauvreté s’établissait en 1998/1999 à 23,7 %, soit un taux bien supérieur à la moyenne nationale qui était alors de 16,2 %. Pour le seul milieu rural de cette région, le taux de pauvreté s’élevait à 31,4 % tandis que le taux moyen de pauvreté, au niveau national, pour les zones rurales était alors de 24,1 %. Disponible sur Internet : http://www.hcp.ma/downloads/Niveau-de-vie-et-pauvrete-Indices-de-la-pauvrete_t13092.html [consulté le 28/11/2012].

23 Afin de respecter l’anonymat des interviewées, nous avons cité les femmes interrogées en leur attribuant des prénoms fictifs.

24 L’approche ici développée se base sur le découpage administratif en 16 régions retenu depuis 1994 dans les recensements réalisés au Maroc. En 1982, un découpage en 7 régions était utilisé. Les résultats ici présentés ont été obtenus en reconstituant pour 1982 un découpage identique à celui utilisé dans les recensements ultérieurs.

25 Le taux de pauvreté (HCP, 2010, p. 3) est la proportion des personnes pauvres dans la population, soit ici le pourcentage d’individus membres d’un ménage dont la dépense par tête est inférieure au seuil de pauvreté relative. En 2007, ce seuil était de 3834 DH par personne et par an (environ 340 €) en milieu urbain et de 3569 DH par personne et par an en milieu rural (316 €).

26 Le coefficient de corrélation varie entre - 1 et + 1 et l’association entre deux variables est d’autant plus forte que la valeur absolue du coefficient tend vers 1, d’autant plus faible qu’elle tend vers 0.

27 Pour une analyse des liens entre émigration et accélération de la transition au Maghreb, voir notamment Courbage et Todd (2007, pp. 73-75).

28 Il s’agit de la province de Boujdour (ISF de 1,5 enfant par femme) située dans le sud du pays et des provinces de Berkane et de Nador (ISF de 2 enfants par femme) situées dans l’Oriental.

29 Le calcul de l’ICDH prend en compte les variables suivantes : le taux de mortalité infantile, l’indice sur l’éducation est approché par deux indicateurs à savoir le taux d’alphabétisation des personnes âgées de 10 ans et plus, comptant pour deux tiers, et le taux de scolarisation des enfants âgés de 7 à 12 ans, pondéré à un tiers, et le niveau de vie des ménages est mesuré par la dépense annuelle moyenne par personne.

30 Démarche suivie dans sa thèse de doctorat par M. Sajoux Ben Seddik (2001).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Trois phases dans l’évolution de la fécondité rurale au Maroc entre 1962 et 2010.
Légende Sources : Enquêtes du Ministère de la Santé pour 1962, 1977, 1985, 1991 & 1995 ; Enquêtes sur les niveaux de vie pour 1996 ; RGPH pour 1982, 1994 & 2004 ; ENDPR pour 2010.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 2. Évolution de l’âge moyen au 1er mariage des femmes au Maroc, entre 1960 et 2010.
Légende Sources : RGPH pour 1960 ; ENDPR pour 1986-1988 & 2009-2010.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 3. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 4. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : milieu urbain.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 5. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : milieu rural.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 6. Fécondité au Maroc, par régions, en 2004 : différence Rural - Urbain.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 7. Taux de pauvreté au Maroc, par régions, en 2007.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 8. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : ensemble du Maroc.
Légende Source : RGPH 2004 & HCP 2010.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 9. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : milieu urbain.
Légende Source : RGPH 2004 & HCP 2010.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 10. Fécondité et pauvreté, Maroc, par régions : milieu rural.
Légende Source : RGPH 2004 & HCP 2010.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 11. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 1982.
Légende Source : RGPH 1982.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 12. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 1994.
Légende Source : RGPH 1994.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 13. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu urbain : 2004.
Légende Source : RGPH 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 14. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 1982.
Légende Source : RGPH 1982.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 15. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 1994.
Légende Source : RGPH 1994.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 16. Fécondité et âge moyen au 1er mariage des femmes, Maroc, par régions, milieu rural : 2004.
Légende Source : RGPH 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 17. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 1982.
Légende Source : RGPH 1982.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 18. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 1994.
Légende Source : RGPH 1994.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 19. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par régions, en 2004.
Légende Source : RGPH 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 20. Dispersion du taux d’analphabétisme féminin selon les classes de l’ISF, par Provinces, en 2004.
Légende Source : RGPH 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 21. Dispersion de l’ICDH selon les classes de l’ISF, Villes et Communes rurales, en 2004.
Légende Source : RGPH 2004.
Crédits Graphique : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/485/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Sajoux et Saïd Chahoua, « Transition de la fécondité et développement au Maroc. Un lien complexe et spatialement différencié », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 33-62.

Référence électronique

Muriel Sajoux et Saïd Chahoua, « Transition de la fécondité et développement au Maroc. Un lien complexe et spatialement différencié », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/485 ; DOI : 10.4000/emam.485

Haut de page

Auteurs

Muriel Sajoux

Enseignante-chercheure, Économiste et Démographe, Université de Tours & UMR 7324 CITERES | Équipe EMAM

muriel.sajoux@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Saïd Chahoua

Démographe-statisticien, Direction de la Statistique, Rabat (Maroc)

schahoua@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page