Navigation – Plan du site

Conclusion. De la transition au vieillissement démographique. Nouvelles réalités, nouveaux enjeux

Muriel Sajoux et Laurent Nowik
p. 113-115

Texte intégral

1La transition démographique est porteuse de nombreuses modifications dans la taille et la structure des populations. Durant la première phase transitionnelle, au cours de laquelle seule la mortalité baisse, elle entraîne une accélération de la croissance démographique se conjuguant à un rajeunissement de la population. Lorsque la fécondité commence à son tour à diminuer, la pyramide des âges continue de se transformer et ce sont les jeunes adultes en âge de travailler qui voient leur poids relatif croître. Des analyses mettent en avant la notion de « bonus démographique » — encore appelé « dividende démographique » ou « fenêtre d’opportunité » — qui correspond à la période (de durée variable selon les pays) durant laquelle il y a davantage d’adultes en âge de travailler que de personnes à charge, à savoir les jeunes et les personnes « âgées ». Le ratio de dépendance diminue et les dépenses occasionnées par l’éducation des enfants et la prise en charge des « grands aînés » sont relativement faibles au regard des richesses créées par une importante population active. Mais, pour que les pays puissent réellement bénéficier de ce dividende démographique, plusieurs facteurs apparaissent particulièrement importants ; parmi ceux-ci figurent notamment la qualité du capital humain (en termes d’éducation et de santé) et la capacité des pays à créer un nombre suffisant d’emplois dans des secteurs diversifiés de l’économie (Mason, 2003). Au-delà des conséquences sur le nombre, et malgré la diversité des situations, la transition démographique conduit aussi à une modification irréversible de la structure par âge des populations. La part relative des aînés augmente et celle des jeunes diminue : les progrès en matière de longévité entraînent un élargissement du sommet de la pyramide des âges ; la baisse de la fécondité réduit sa base et, ainsi, les deux tendances se conjuguent pour enclencher un processus de vieillissement démographique.

2Les pays du Sud, et notamment les pays arabes, ont dans leur grande majorité connu des transitions démographiques rapides dont la célérité va se refléter quasi « mécaniquement » dans leur rythme de vieillissement. Ils vont ainsi devoir faire face à de profondes modifications de leurs structures par âge dans des délais bien plus courts que ceux qu’ont connus les pays du Nord (Pison, 2009). Plusieurs indicateurs peuvent être mobilisés pour illustrer ce phénomène. L’élévation de l’âge médian en est un exemple. Les données 2010 issues du scénario médian des projections des Nations Unies montrent qu’entre 2010 et 2050 il devrait passer de 26,3 à 40,8 ans au Maroc, de 28,9 à 43,3 en Tunisie, de 29,1 à 44,7 au Liban et de 25,9 à 38,9 ans en Arabie Saoudite. En ce qui concerne la Syrie (pour laquelle les projections démographiques doivent être considérées avec prudence compte tenu de la situation que connaît actuellement le pays), l’âge médian devrait y augmenter de 16 ans en quatre décennies et passer de 21,1 ans en 2010 à 37,1 ans en 2050. Le Yémen, dont la spécificité démographique a été soulignée dans l’Introduction de ce même Cahier (cf. pp. 7-12), verra également son âge médian s’accroître et passer de 17,4 ans en 2010 à 26,2 ans en 2050.

3L’augmentation de la part relative des personnes âgées de 60 ans et plus reflète aussi le rapide vieillissement à venir. Cette part sera multipliée par près de 3 au Maroc et en Tunisie, passant respectivement de 8,2 à 24,2 % et de 9,9 à 28,9 %. En Syrie, elle devrait être multipliée par plus de 3 (de 5,9 à 18,1 %). En Arabie Saoudite, elle sera multipliée par près de 5 (de 4,5 à 21,8 %). La gérontocroissance à venir, soit l’accroissement des effectifs absolus de personnes âgées, permet de voir encore plus clairement l’ampleur et la rapidité des transformations démographiques que vont connaître ces pays. En quatre décennies seulement, le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus sera multiplié par 3,6 au Maroc (passant de 2,6 à 9,5 millions), il sera multiplié par 3,5 en Tunisie, par près de 5 en Syrie et par 8 en Arabie Saoudite. Alors que ce dernier pays ne comptait que 1,2 million de personnes de plus de 60 ans en 2010, il en comptera 9,8 millions en 2050. Les transformations de la partie la plus haute des pyramides des âges seront également spectaculaires ; le nombre des personnes âgées de 80 ans et plus sera multiplié par 4,4 au Liban d’ici 40 ans, par 4,8 en Tunisie, par 5,6 au Maroc, par 6,2 en Arabie Saoudite et par 7 en Syrie.

4Ces évolutions rapides et fortes du nombre et de la part relative des personnes âgées se présentent donc comme un cheminement historique que toutes les sociétés sont appelées à connaître, et dont les effets sont déjà les plus visibles dans les pays de l’OCDE. Cependant, conséquence des transitions démographiques, ce vieillissement démographique est d’abord à célébrer. Il représente la victoire de la science sur la mort des jeunes enfants et sur les maladies en général. Il est également la marque que les pays ont réussi à relever le défi de la maîtrise de la fécondité. De plus, l’augmentation de la longévité permet aux générations de se côtoyer dans la durée, comme jamais cela n’avait été possible, ni même envisagé, dans l’histoire de l’humanité. Pour autant, faire face économiquement et socialement au vieillissement démographique est l’un des grands défis des prochaines décennies. Déjà, les pays les plus avancés dans ce processus (et qui sont pourtant les pays les plus riches) expérimentent avec difficulté cette nouvelle réalité démographique. Tous font évoluer leur modèle social pour s’adapter au défi de la prise en charge des personnes vieillissantes, car certaines ont besoin d’être davantage soutenues pour vivre dignement (les personnes en perte d’autonomie et celles fortement dépendantes). Selon les politiques sociales qui caractérisent les pays occidentaux, plus ou moins redistributives, des changements sont déjà à l’œuvre (réforme des modalités d’accès à la retraite, programmes de soutien aux aidants familiaux, politique de l’habitat en direction des seniors, prise en charge des personnes âgées dépendantes, etc.), mais le chantier des réformes n’est pas achevé. Il est certain que le vieillissement démographique soulève de nombreux questionnements quant aux capacités d’adaptation des sociétés à ses conséquences.

5Qu’en sera-t-il dans les pays du Sud, dans lesquels la solidarité publique envers les aînés est plus faible, voire quasi inexistante ? Il est improbable que le soutien des familles accordé traditionnellement aux personnes âgées pourra faire face de façon satisfaisante aux besoins induits par l’augmentation du nombre de personnes âgées. Comme l’a souligné P. Signoles (2011) lors du discours introductif au Colloque international de Meknès sur le vieillissement dans les pays du Sud, « […] compte tenu de la vitesse à laquelle se produit, dans les pays du Sud, le processus de vieillissement, il y a véritablement urgence à prendre conscience de cet enjeu, à en estimer les effets et à envisager des réponses, parce que celles-ci nécessitent le plus souvent une mise en œuvre sur le temps long : que l’on songe, par exemple, aux investissements dans les structures d’accueil médicalisées ou à la formation des personnels spécialisés susceptibles d’apporter des soins aux personnes âgées, que ce soit à domicile ou en institution… […], la question de la prise en charge des nouveaux besoins induits par le nombre rapidement croissant de personnes âgées est un véritable problème politique, qui devrait conduire chaque État concerné à compléter, infléchir, voire, dans certains cas, à construire de toutes pièces une politique publique qui prenne en compte ce phénomène et lui apporte des réponses socialement acceptables ».

6On le voit, si le futur démographique des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée est déjà relativement bien connu, la sortie de la transition démographique pose de nouveaux défis au développement humain : accès aux soins pour tous et à tous les âges de la vie, élévation des niveaux d’éducation (pour les jeunes en premier lieu), accès à l’emploi (réduction du chômage des jeunes), formation professionnelle tout au long de la vie, amélioration du statut des femmes pour tendre vers l’égalité des droits, etc. Concernant spécifiquement la gérontocroissance, les manières dont les sociétés vont répondre à cette évolution démographique restent largement inconnues pour le moment. Sans la garantie d’un revenu suffisant destiné aux personnes âgées inactives (pensions de retraite universelles, minima sociaux…), leur prise en charge économique et humaine continuera à reposer quasi exclusivement sur les familles, notamment sur les femmes, contraignant en cela leur accès au marché du travail. Malgré le poids des traditions culturelles et religieuses qui militent pour la prise en charge des personnes âgées dans la sphère privée, le risque est de voir augmenter le nombre des vieillards pris en charge de manière inappropriée si aucun relais ne se développe pour soutenir les aidants.

Haut de page

Bibliographie

Mason A., 2003, « Capitalizing On The Demographic Dividend », Population and Poverty. Achieving equity, equality and sustainability, PDS Series, n° 8, UNFPA, pp. 39-48. Disponible sur Internet : http://www.unfpa.org/webdav/site/global/shared/documents/publications/2003/population_poverty.pdf [consulté le 28/11/2012].

Nations Unies, Division de la Population, 2011, World Population Prospects: The 2010 Revision. Disponible sur Internet : http://esa.un.org/unpd/wpp/ [consulté le 28/11/2012].

Pison G., 2009, « Le vieillissement démographique sera plus rapide au Sud qu’au Nord », Population et Sociétés, n° 457, INED, 4 p.

Signoles P., 2011, « Discours introductif », pp. 23-26, in Molmy W., Sajoux M. et Nowik L. (coord.), Actes du colloque international de Meknès : Vieillissement de la population dans les pays du Sud. Famille, conditions de vie, solidarités publiques et privées... État des lieux et perspectives, Paris, CEPED, coll. « Les Numériques du CEPED ». Disponible sur Internet : http://www.ceped.org/cdrom/meknes [consulté le 28/11/2012].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Sajoux et Laurent Nowik, « Conclusion. De la transition au vieillissement démographique. Nouvelles réalités, nouveaux enjeux », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 113-115.

Référence électronique

Muriel Sajoux et Laurent Nowik, « Conclusion. De la transition au vieillissement démographique. Nouvelles réalités, nouveaux enjeux », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://emam.revues.org/519 ; DOI : 10.4000/emam.519

Haut de page

Auteurs

Muriel Sajoux

Enseignante-chercheure, Économiste et Démographe, Université de Tours & UMR 7324 CITERES | Équipe EMAM

muriel.sajoux@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Laurent Nowik

Enseignant-chercheur, Socio-démographe, Université de Tours & UMR 7324 CITERES | Équipe CoST

laurent.nowik@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page