Navigation – Plan du site

Transition de la fécondité, développement et droits des femmes en Tunisie*

Fertility Transition, Development and Status of Women in Tunisia
Bénédicte Gastineau
p. 75-94

Résumés

Rapidement après l’Indépendance (1956), Habib Bourguiba, premier Président de la Tunisie entreprend des réformes pour améliorer les conditions de vie des Tunisiens et plus particulièrement pour promouvoir le droit des femmes (accès à l’éducation, interdiction de la polygamie, programme national de planification familiale). Habib Bourguiba défend alors l’idée que, sans une amélioration du statut des femmes, il n’y aura pas de baisse de la fécondité ni de développement économique. Il n’aura alors de cesse d’intégrer politiques de population et politiques de développement. La transition de la fécondité est effectivement rapide : le nombre d’enfants par femme passe de 7 en 1966 à 2 en 2000. Toutefois, selon les régions, elle a été plus ou moins précoce. L’analyse de la transition au niveau national et régional confirme que les changements du statut des femmes tunisiennes ont été une variable importante des changements démographiques.

Haut de page

Texte intégral

  • * Cet article a déjà constitué un « Document de recherche » (n° 21) de la Série Population-Santé du L (...)

1La transition de la fécondité est un phénomène relativement nouveau dans la plupart des pays du Sud. Elle se déroule selon des temporalités et des modalités différentes d’une région à l’autre. Des évolutions récentes comme la baisse de la fécondité dans certaines villes d’Afrique sub-saharienne ou le malthusianisme de pauvreté observé en Amérique Latine sont des preuves de la grande variabilité des modèles de transition de la fécondité.

2La Tunisie constitue un cas particulièrement intéressant pour la compréhension des mécanismes de baisse de la fécondité dans les pays en développement. Pays précurseur au Maghreb, et encore plus en Afrique, la Tunisie a très tôt, dès les premières années de son Indépendance (1956), développé une véritable politique de population et mis en œuvre un programme de planification familiale. Le premier président de la Tunisie après la colonisation, Habib Bourguiba, a fait de la maîtrise de la croissance démographique une priorité, convaincu qu’elle serait une condition sine qua non du développement socio-économique. La politique de population a donc été fortement intégrée à la politique de développement et n’a pas reposé uniquement sur la planification des naissances mais sur tout un ensemble de mesures visant la promotion du statut des femmes et la scolarisation de masse des garçons et des filles. Les choix politiques en matière de population de Bourguiba sont en effet le résultat d’un projet plus large de faire entrer la société tunisienne dans un processus de modernisation. Les changements démographiques ont été patents et rapides : la transition de la fécondité est aujourd’hui achevée, l’indice synthétique est de 2,0 enfants par femme en 2008.

3L’objet de cet article est de montrer comment, en Tunisie, politique de population, politique de développement et statut des femmes sont intimement liés depuis au moins quarante ans. Nous voudrions d’abord rappeler l’importance des choix politiques de Bourguiba dans l’histoire démographique de son pays. Ensuite, il s’agit de montrer que la politique de population a donné aux femmes de nombreux droits mais aussi des devoirs. Au nom du développement de leur pays, elles ont été fortement incitées à contrôler et limiter leur fécondité. Enfin, l’analyse des transitions régionales, à partir de l’exemple de la Kroumirie (gouvernorat de Jendouba, Nord-Ouest) et de celui de l’oasis d’El Faouar (gouvernorat de Kebili, Sud) (Fig. 1) permet de confirmer que la place accordée aux femmes dans la société (sur le marché du travail, à l’école, dans la famille) est au centre du processus de transition démographique et de développement économique.

Fig. 1. La Kroumirie, au cœur d’une région humide et l’oasis d’El Faouar, en bordure du Sahara.

Fig. 1. La Kroumirie, au cœur d’une région humide et l’oasis d’El Faouar, en bordure du Sahara.

Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.

Population et développement en Tunisie

Une histoire ancienne

4En Tunisie, les autorités politiques ont très tôt pris conscience du lien fort entre la croissance démographique et le développement socio-économique du pays. Il est utile de rappeler brièvement que durant le Protectorat (1881-1956), la puissance coloniale française a une position nataliste et se réjouit du dynamisme démographique de la Tunisie. Une population nombreuse constitue une force importante dans un contexte de concurrence entre les nations coloniales et un stock de main-d’œuvre non négligeable dans des économies encore peu mécanisées. S’applique d’ailleurs en Tunisie, comme en métropole, la loi de 1920 interdisant l’importation, la vente et la publicité des produits contraceptifs. Après 1945, la mortalité des enfants et des adultes commence à diminuer. L’éradication de certaines épidémies, une amélioration des conditions d’hygiène, une meilleure gestion des années de sécheresse — et donc un recul des famines dans les zones rurales — permettent de faire progresser l’espérance de vie de 38 ans en 1945 à 47 ans en 1956 (Bchir, 1990). La mortalité diminuant, la natalité restant élevée, la Tunisie connaît au moment de son Indépendance en 1956 un taux de croissance démographique particulièrement élevé. Entre 1956 et 1966, le taux de croissance annuel est de 2,7 %. C’est le début de la transition démographique.

5Alors qu’au même moment, celui des Indépendances africaines, beaucoup de présidents africains considéraient que la croissance démographique n’était pas un problème, voire qu’elle pouvait être bénéfique, Bourguiba, premier président tunisien, fustige très rapidement ce qu’il appelle l’accroissement « anarchique et démentiel » de la population (Sandron et Gastineau, 2002a). Dès le début de sa présidence, il martèle que la croissance démographique représente un obstacle important au développement économique de son pays qui, reconnaît-il, n’a un grand potentiel ni en matière agricole, ni en ressources naturelles.

6Voici ce que Bourguiba déclare le 25 décembre 1962, lors de son Allocution au 3e Congrès de l’Union nationale des femmes de Tunisie :

« Nous ne pouvons nous défendre contre un sentiment d’appréhension devant la marée humaine qui monte implacablement à une vitesse qui dépasse de beaucoup celle de l’augmentation des subsistances car à quoi servirait l’accroissement de notre production agricole, de nos richesses minières… si la population doit continuer à s’accroître d’une manière anarchique et démentielle ».

7Ce qui rend ce président précurseur en Afrique, c’est le fait de considérer que le développement tunisien se situe bien au-delà d’une simple question d’industrie ou de production agricole. Il inclut dans sa vision du développement la généralisation de l’accès à l’éducation et à la santé ainsi que l’amélioration des droits des femmes. Pour Bourguiba, la maîtrise de la croissance démographique n’est pas seulement une condition sine qua non du développement mais bel et bien un élément du développement. Un pays développé ne peut se concevoir sans une population éduquée et en bonne santé, étant entendu que, quand il parle de population, le président tunisien entend au même titre les hommes et les femmes. En effet, ce qui est particulièrement remarquable dans l’histoire de la Tunisie au lendemain de son Indépendance, c’est un mouvement important de réformes législatives en faveur des droits des femmes et de l’égalité entre les sexes.

Donner aux femmes des droits

8Au moment de son accession au pouvoir, on attendait de Bourguiba de grandes réformes économiques, foncières et agraires. Or, l’une des premières à être mise en œuvre concerne l’instauration d’un Code du statut personnel, trois mois seulement après l’Indépendance.

9Par ce Code du statut personnel, le statut de la femme est complètement renouvelé. La polygamie est désormais interdite alors que, jusque-là, les hommes disposaient du droit de répudiation et de polygamie. Dans les faits, la polygamie était peu répandue en Tunisie. Seules les classes sociales les plus aisées la pratiquaient comme signe de prestige. Certes, la majorité des hommes contractaient plusieurs mariages, mais successivement, en répudiant la première femme pour en épouser une seconde. L’interdiction de la polygamie revêt donc surtout une signification symbolique. La répudiation laisse place au divorce judiciaire qui peut être acté aussi bien à la demande de la femme que de l’homme.

10Ensuite, le Code du statut personnel fixe un âge minimum au mariage de 15 ans révolus pour les femmes et 18 ans pour les hommes. En1964, cet âge sera relevé à 17 ans pour les femmes et 20 ans pour les hommes. Les futurs époux doivent donner leur consentement à l’union, ce qui signifie que le Djabr, droit de contrainte matrimoniale de la jeune fille par son père, n’existe plus en Tunisie. Le Code du statut personnel va ainsi à l’encontre de l’idéal-type du mariage arabo-musulman. Il faut cependant noter que la législation conforte aussi quelques règles anciennes : par exemple, deux individus allaités par la même mère ne peuvent se marier ; les relations sexuelles hors mariage demeurent interdites, ainsi que le concubinage, tandis que les conceptions hors union ne peuvent être légalement reconnues.

11À partir de 1958, un immense effort de scolarisation est entrepris visant la généralisation de la scolarisation des enfants des deux sexes à partir de 6 ans. Le nombre des inscrits à l’école primaire est alors multiplié par 4 environ entre 1955 et 1965 (CRÉDIF, 1994). Filles et garçons profitent de ces progrès, même si les filles resteront longtemps minoritaires dans les effectifs scolaires. Il faut en effet attendre la fin des années 1990 pour une véritable parité. Néanmoins, dès 1975, la moitié des jeunes filles en âge scolaire bénéficient d’une inscription à l’école primaire contre 77 % pour les garçons (CRÉDIF, 1994). Aujourd’hui, l’ensemble des enfants tunisiens, quels que soient leur sexe ou leur lieu de résidence, passe par l’école primaire.

12La Constitution tunisienne de 1959 confirme l’engagement des autorités politiques en faveur des femmes en affirmant l’égalité entre les sexes ; la femme devient alors électrice et éligible. La Fonction publique ouvre ses portes à la gent féminine en 1968. Enfin, l’une des actions les plus symboliques entreprises par Bourguiba est sa campagne contre le sefsari, voile tunisien portée par les femmes, qu’il appelle le « misérable chiffon ». À l’occasion de la Journée de la Femme du 12 août 1966, Bourguiba, devant la foule rassemblée à cette occasion et les caméras de télévision, dévoile une femme pour montrer à quel point il est engagé dans ce combat.

13Ces nombreuses réformes portant sur le statut économique, social et familial des femmes visaient certes à l’amélioration des conditions de vie de la population féminine et à une plus grande égalité des sexes, mais elles devaient aussi permettre une plus grande contribution de leur part à la politique de développement en général et à la réduction de la croissance démographique en particulier. Par conséquent, fortes de leurs nouveaux droits, les femmes se devaient de participer à l’effort collectif visant au développement socio-économique en planifiant et limitant leur fécondité.

Signifier aux femmes leurs nouveaux devoirs

14Bourguiba a donné aux femmes un grand nombre de nouveaux droits, mais il leur a, en contrepartie, signifié qu’elles avaient aussi à remplir de nouveaux devoirs. Aussi présente-t-il souvent la maîtrise et la limitation des naissances comme un devoir envers le pays, entendu comme une action favorisant le développement du pays. Le discours est sur ce plan résolument malthusianiste.

15Voici ce que Bourguiba dit à propos de la limitation des naissances en 1966 (12 août) :

« Que, dans une famille vivant dans la misère, il y ait une flopée d’enfants, c’est un mal nécessaire, dans la situation actuelle, pour équilibrer la carence nataliste de ceux qui se croient libres de mener une existence de plaisir sans se préoccuper de l’intérêt de la Nation ».

16Pour que les femmes puissent limiter leur descendance, des moyens très importants sont alors attribués au programme de planification familiale et totalement intégrés dans la politique de développement. Le programme de planning familial s’inscrit dans les plans quinquennaux au même titre, par exemple, que la politique agricole ou industrielle. Un programme expérimental est initié en 1964 et devient national en 1966. La loi française de 1920 interdisant la contraception est abolie dès 1961 : dès lors, des campagnes de promotion de la planification des naissances et d’information sur les méthodes de contraception sont possibles. La stérilisation est proposée aux femmes ayant une descendance nombreuse, tout particulièrement aux femmes rurales, sans instruction. La ligature des trompes devient une méthode courante au début des années 1980. De plus, dès 1965, l’avortement est autorisé pour les femmes enceintes dont la grossesse met la santé en danger et pour celles qui ont 5 enfants ou plus. En 1973, l’interruption de grossesse est permise pour toutes les femmes sur simple demande, quels que soient leur descendance et leur statut matrimonial. À la fin des années 1980, le planning familial a rempli l’un de ses rôles : toutes les femmes tunisiennes connaissent au moins une méthode contraceptive et plus de 90 % d’entre elles savent où se la procurer.

17Les programmes d’incitation à la limitation des naissances ne reposent pas exclusivement sur la planification familiale. D’autres formes d’incitation sont mobilisées, parmi lesquelles des avantages fiscaux pour les familles réduites et la limitation des allocations familiales aux quatre premiers enfants. Simultanément, différents textes instaurent le principe des pensions d’invalidité et de vieillesse, autant de fonctions d’assurance prises en charge traditionnellement par les enfants (Sahli, 1994).

18Dès l’Indépendance, la politique tunisienne de population est intégrée à la politique de développement. Elle est offensive, sans équivoque et elle se donne les moyens de ses objectifs (Rhomdane et al., 2002). La fécondité des couples — et plus largement tout ce qui concerne la vie familiale — passe ainsi assez brutalement de la sphère privée à la sphère politique. La limitation des naissances s’impose comme une nécessité socio-économique sous la responsabilité de la Nation tout entière. Le caractère unique de la politique de population tunisienne dans le monde musulman tient beaucoup à la personnalité et à l’engagement de Bourguiba (Brown, 2007), lequel a laissé l’impression de s’être invité dans chaque famille tunisienne en tant que patriarche pour y prôner la limitation des naissances et, plus globalement, une nouvelle organisation familiale. Plus d’un demi-siècle après l’Indépendance, le bilan est clair : la transition de la fécondité est aujourd’hui achevée et la politique de population a rempli une grande partie de ses objectifs.

La transition de la fécondité en Tunisie

19La politique de population initiée au début des années 1960 a atteint ses objectifs : en quarante ans, l’indice synthétique de fécondité est passé de 7 à 2 enfants par femme (Tab. 1).

Tab. 1. Évolution de l’indice synthétique de fécondité (ISF) en Tunisie.

Année

ISF

1966

7,2

1975

5,8

1984

4,7

1994

2,9

1997

2,4

2000

2,0

2008

2,0

Source : Annuaires statistiques INS, 1966 à 2008.

20La Tunisie confirme le rôle éminent que peut jouer l’évolution des comportements matrimoniaux dans la baisse de la fécondité dans une société où la procréation est inconcevable en dehors du mariage. En raison de la rareté des naissances hors union, la simple élévation de l’âge moyen au mariage — de 19,5 ans en 1966 à 27,8 en 2000 (Tab. 2) — a évité à beaucoup de femmes des tranches d’âges les plus féconds tout risque de mettre au monde un enfant. Au-delà du lien mécanique entre âge d’entrée en union et niveau de fécondité, le recul constant de l’âge au mariage des femmes depuis l’Indépendance est aussi le témoin de changements importants dans le statut des femmes. Le prolongement du célibat des jeunes filles est le résultat de l’allongement de la scolarisation, de l’augmentation de l’activité féminine chez les célibataires et d’une individualisation accrue des stratégies matrimoniales. Ces progrès dans le statut social et économique sont favorables à une meilleure planification des grossesses et à une limitation des naissances. Toutefois, on ne peut ignorer que le recul de l’âge au mariage et la baisse de la fécondité peuvent, pour certaines femmes, être aussi le signe de certaines difficultés : chômage, obstacles matériels et financiers pour accéder à un logement indépendant, etc. (Bouaziz, 2010).

Tab. 2. Âge moyen d’entrée en union des femmes en Tunisie.

Années

Âge moyen

1966

19,5

1975

22,6

1984

24,3

1994

26,3

2000

27,8

Source : Annuaires statistiques INS, 1966 à 2000.

21Si la modification de la nuptialité a été assurément, en Tunisie, la véritable clef du déclenchement de la transition de la fécondité (Duchêne et Ajbilou, 1995), il n’en convient pas moins de noter que, après 1980, c’est l’augmentation notable de la prévalence contraceptive (c’est-à-dire la proportion de femmes en âge de procréer utilisant une méthode de contraception) qui permet une accélération de la baisse de la fécondité. Quasi nulle en 1966, cette prévalence contraceptive a passé le seuil des 30 % à la fin des années 1970 (Tab. 3), l’accès aux méthodes de contraception ayant été largement facilité. L’idée même d’une réduction et d’une planification des descendances devient légitime pour la société tunisienne. La limitation des naissances n’est plus un tabou : dès 1987, 80 % des femmes jugent « acceptables » que les médias diffusent des messages sur la planification familiale (ONFP et IRD, 1989). Il faut préciser que l’information en matière de contraception et l’accès aux services et méthodes qui la rendent possible ont longtemps été réservés aux femmes mariées.

Tab. 3. Prévalence contraceptive (pour 100 femmes mariées de 15 à 49 ans), toutes méthodes confondues.

Années

Prévalence

1978

31,4

1983

41,1

1988

49,8

1994

59,7

2000

65,5

2006

60,2

Sources : ONFP, 1997 ; INSweb pour 2000 et 2006.

22La légalisation de l’avortement, en 1973, constitue une décision importante pour l’amélioration des droits des femmes tunisiennes, mais aussi un instrument clef du planning familial. Les autorités tunisiennes, dont on peut souligner à ce propos le pragmatisme, comprennent alors en effet rapidement que l’interruption volontaire de grossesse est pour certaines femmes la seule méthode de limitation des naissances, efficace et accessible. Malgré les réserves religieuses et culturelles, l’avortement ne peut être exclu du programme de planning familial compte tenu des objectifs ambitieux de réduction de la fécondité. L’accès à l’IVG est rendu aisé et gratuit. Pour autant, depuis cette date, le nombre relatif d’avortements est resté relativement stable : l’Office national de la famille et de la population (ONFP) recense entre 9 et 10 avortements pour 100 naissances vivantes. Dans un premier temps, jusqu’au début des années 1990, l’avortement a un effet réducteur sur la fécondité aussi important que la stérilisation féminine et beaucoup plus que la pilule (ONFP, 1992). L’avortement permet aussi à des célibataires qui transgressent l’interdit de la sexualité prénuptiale d’éviter une naissance non désirée ; or si, en 1986, seules 2 % des femmes qui ont recours à l’avortement étaient des célibataires (Laâjimi, 1987), ce pourcentage progresse ensuite sensiblement pour se situer, en 1992-1993, dans une fourchette comprise entre 14 et 23 % selon les enquêtes (Achour et al., 1993). Ajoutons à ces propos que les résultats d’une étude récente sur les femmes ayant recours à l’avortement médicamenteux (Tunisie depuis 2002) ont montré que 21 % des patientes étaient célibataires (Blum et al., 2004).

23Le programme de planification familiale donne aux femmes les moyens de limiter leur descendance et les très nombreuses campagnes d’éducation et d’information sur le sujet permettent de rendre légitime le fait de contrôler sa fécondité. De plus, la scolarisation massive des femmes, leur entrée progressive sur le marché du travail et l’affaiblissement du poids de la famille élargie au profit de l’individu font évoluer les normes en matière de procréation. Une descendance nombreuse n’est plus jugée comme économiquement ou socialement nécessaire ; elle peut même être considérée par nombre de couples comme un handicap dans une société dans laquelle le coût de l’enfant augmente — scolarisation, santé, etc. (Sandron et Gastineau, 2002a).

24Les réformes législatives, tout comme le programme de planification familiale, favorables au statut des femmes, ne doivent cependant pas occulter le fait que certaines fonctions de la famille et du mariage ont aussi été renforcées. Le célibat prolongé, voire définitif, est toujours un statut difficile à assumer en Tunisie (Kéfi, 2010). De plus, le mariage reste la seule forme d’union acceptée et le seul cadre légitime et légal de la procréation. La pression sur les femmes pour qu’elles donnent naissance à un premier enfant rapidement après le mariage reste forte. Ainsi, les intervalles moyens entre la date du mariage et celle de la première naissance ont peu varié en Tunisie et il est donc acquis que les femmes n’utilisent pas la contraception avant le premier enfant (Chekir, 1985 ; Sandron et Gastineau, 2002a).

  • 1 Le découpage administratif de la Tunisie est constitué de gouvernorats (régions), de délégations et (...)

25Au niveau national, la baisse de la fécondité est constante et régulière depuis les années 1960. On observe néanmoins des rythmes de transition très variables selon les gouvernorats1. Comme on peut s’y attendre, les régions les plus urbanisées, donc les plus développées, sont celles qui connaissent les baisses de fécondité les plus précoces et les plus rapides (Belhedi, 1999 ; Gastineau, 2001). Il existe cependant quelques exceptions à ce schéma général. Nous en citerons deux : les gouvernorats de Jendouba et de Kebili. Le premier affiche un indice de fécondité parmi les plus faibles du pays depuis 1966, pourtant c’est aussi l’une des régions les moins développées et les plus pauvres de la Tunisie (Belhedi, 1999 ; Gastineau, 2001). À l’inverse, la fécondité reste élevée et tarde à diminuer dans le gouvernorat de Kebili alors même que les conditions de vie se sont nettement améliorées grâce aux revenus substantiels apportés par la production et la commercialisation des dattes à partir des oasis du Nefzaoua (Belhedi, 1999 ; Gastineau, 2001 ; Kadri et Van Ranst, 2002). Au-delà des indicateurs économiques, le contexte socio-culturel doit donc être pris en compte pour mieux comprendre la variabilité des changements démographiques et les comportements en matière de fécondité. Les réformes en faveur du droit des femmes et, notamment, le programme de planification familial n’ont pas toujours eu d’impact immédiat. Dans les régions où les femmes ont peu de place dans l’espace public, où les décisions de production et de reproduction sont l’apanage des grandes familles et non pas celles des couples, les effets des réformes nationales se sont quelques fois fait attendre. Pour illustrer ceci, après avoir décrit les transitions de la fécondité au niveau régional, nous focaliserons notre propos sur deux régions : la Kroumirie, dans le gouvernorat de Jendouba et l’oasis d’El Faouar dans le gouvernorat de Kebili.

La transition de la fécondité à l’épreuve régionale

26Le processus de transition de la fécondité s’est déroulé à des rythmes fort variables d’une région à l’autre. En 1966, à l’exception des gouvernorats de Tunis, de Ben Arous et de l’Ariana (deux gouvernorats de la « banlieue » de Tunis, Fig. 1), toutes les régions connaissent encore des indices de fécondité élevés, supérieurs à 6 enfants par femme avec un maximum de 8,5 (Gafsa) (Tab. 4). En 1994, tous les gouvernorats sont à un stade très avancé de leur transition de la fécondité puisque l’ISF y est partout inférieur à 3 enfants par femme. Entre ces deux dates, les changements démographiques ne se sont pas déroulés partout de la même façon, ni au même rythme. C’est en 1984 que les écarts inter-régionaux sont les plus forts. L’ISF est encore de 6,7 enfants par femme à Kebili et Tataouine — deux gouvernorats du Sud semi-désertique —, alors qu’il est déjà inférieur à 3 à Tunis. En 1994, on a également une forte variation des indicateurs de fécondité : l’ISF est maximal à Kasserine (4,3) dans le Centre-Ouest, et minimal à Béja (2,3), dans le Nord-Ouest (INS, Annuaires statistiques). Les différences ne s’atténuent vraiment que vers la fin de la décennie 1990.

27Les schémas régionaux de transition indiquent dans leurs rythmes de progression une opposition entre les régions du Centre-Ouest et du Sud (avec une transition relativement tardive) et celles du Nord, du Nord-Ouest et du Centre-Est (avec une transition relativement précoce). Cette opposition recouvre-t-elle d’autres inégalités et, notamment, des inégalités d’ordre économique ? Les régions les plus développées et les plus urbanisées — celles du littoral —, sont également celles qui affichent les indices de fécondité parmi les plus faibles, alors que, à l’inverse, la région du Centre-Ouest combine un faible développement économique et une forte fécondité (Sandron et Gastineau, 2002b). Ces deux groupes de gouvernorats témoignent d’une bonne adéquation entre développement socio-économique et niveau de fécondité, tandis que d’autres ne la vérifient pas. Il s’agit dans ce cas, d’une part, des gouvernorats du Nord-Ouest qui allient retard de développement économique et faible fécondité et, d’autre part, de ceux du Sud tunisien qui présentent des niveaux de fécondité relativement élevés au regard de leur situation économique ainsi que de leurs infrastructures scolaires et sanitaires (ONFP, 1997).

28À partir de données socio-démographiques à l’échelle des villages, nous essaierons de comprendre pourquoi, dans la région du Nord-Ouest, la transition de la fécondité a été précoce et rapide et, à l’inverse, pourquoi dans le Sud du pays, elle a été relativement tardive. Deux régions illustreront plus précisément nos propos : la Kroumirie et l’oasis d’El Faouar (Fig. 1).

Tab. 4. Indices synthétiques de fécondité par gouvernorat.

1966

1984

1994

2004

District

de Tunis

Tunis

4,8

3,5

2,3

1,6

L’Ariana

4,1

2,7

1,5

Ben Arous

3,8

2,5

1,5

La Manouba

1,7

Nabeul

4,4

2,6

2,2

Zaghouan

5,8

2,9

1,6

Bizerte

6,8

4,0

2,6

1,8

Nord-Ouest

Béja

6,9

4,0

2,3

1,7

Jendouba

6,2

4,6

2,7

1,8

Le Kef

7,1

4,3

2,6

1,9

Siliana

4,7

2,8

2,0

Centre-Ouest

Kairouan

8,2

5,7

3,5

2,4

Kasserine

7,9

6,6

4,3

2,6

Sidi Bouzid

6,3

3,9

2,4

Centre-Est

Sousse

7,6

4,5

3,0

2,3

Monastir

3,9

3,0

2,4

Mahdia

5,4

3,0

2,4

Sfax

7,1

4,1

2,7

2,1

Sud

Gafsa

8,5

6,2

3,3

2,2

Tozeur

5,3

2,9

2,4

Kebili

6,9

3,7

2,2

Gabès

7,8

5,7

3,3

2,1

Medenine

7,0

5,5

3,3

2,1

Tataouine

6,6

4,1

2,1

Tunisie

7,2

4,6

2,9

2,0

Source : Annuaires statistiques INS, 1966 à 2000.

De la Kroumirie à El Faouar

  • 2 Le programme « Dynamique des populations et environnement » a été mené en Tunisie par l’IRD et sept (...)

29Dans le cadre du programme de recherche DYPEN2, des enquêtes socio-démographiques destinées à étudier les rapports existant entre « Mobilité, Fécondité et Activité des femmes » (MFAF) ont été menées en 1998 :

— en Kroumirie : la zone d’étude se situe en Kroumirie septentrionale et regroupe les sept imadas d’Aïn Snoussi et d’El Hammam dans la délégation de Tabarka ; d’Homrane, Oued Zéen, Atatfa, Tebainia et Aïn Sellem dans la délégation d’Aïn Draham (Photographies 1 & 2) ;
— dans l’oasis d’El Faouar : les délégations d’El Faouar Ghrib, El Faouar Sabria et Sabria.

Photographie 1. Paysage de Kroumirie.

Photographie 1. Paysage de Kroumirie.

Cliché : J.-P. Rolland, 1998.

Photographie 2. Tissage des tapis en Kroumirie.

Photographie 2. Tissage des tapis en Kroumirie.

Cliché : Weirdo, Blog Tuligypte, 2006.

30Nous disposons de données sur les caractéristiques démographiques, économiques et scolaires de 1632 individus en Kroumirie et 2345 à El Faouar ; les histoires génésique et matrimoniale de respectivement 363 et 391 femmes ont aussi été collectées.

La Kroumirie : une région pauvre à faible fécondité3

  • 3 L’analyse de la transition de la fécondité en Kroumirie a été faite de manière plus détaillée dans (...)

31La Kroumirie est une région montagneuse et forestière localisée au nord-ouest de la Tunisie. Elle ne correspond pas à une division administrative mais son paysage géographique rend ses contours aisément identifiables. Des contraintes de tous ordres font de cette région une des plus pauvres de la Tunisie. L’éventail des activités économiques dans les montagnes de Kroumirie est singulièrement réduit : activités agricoles (polyculture vivrière de très médiocre productivité combinée à un petit élevage bovin et caprin), exploitation de la ressource forestière, émigration et subsides émanant de l’action gouvernementale sont les seules possibilités de formation du revenu pour les habitants. La transition de la fécondité dans cette zone a été particulièrement rapide. Au début des années 1980, l’indice synthétique de fécondité (ISF) était encore supérieur à six enfants par femme. Pour la période 1993-1997, il tombe à 2,6, ce qui est particulièrement faible pour une zone rurale aussi peu développée (Tab. 5). En effet, en moyenne en milieu rural tunisien, l’ISF est en 1994 de 3,7 enfants par femme.

Tab. 5. Indice synthétique de fécondité en Kroumirie 1978-1997.

Période

ISF

1978-1982

6,3

1983-1987

5,7

1988-1992

3,9

1993-1997

2,6

Source : Enquête MFAF, 1998.

32En Kroumirie, comme dans le reste de la Tunisie et l’ensemble du Monde arabe, le mariage reste le cadre exclusif de la procréation. Les changements dans les comportements de nuptialité ont donc dans ce contexte une incidence directe et forte sur la fécondité. À l’instar de ce que nous avons observé au niveau national, la baisse la fécondité en Kroumirie résulte principalement d’un recul de l’âge moyen au premier mariage des femmes, un phénomène qui tend à s’affirmer à partir du milieu des années 1980 (Tab. 6).

Tab. 6. Âge moyen des femmes au mariage.

Année du mariage

Âge moyen au mariage

Écart-type

1950-1954

19,0

3,6

1955-1959

20,2

4,5

1960-1964

20,0

4,4

1965-1969

19,3

3,4

1970-1974

19,8

3,5

1975-1979

19,7

3,1

1980-1984

20,3

2,9

1985-1989

21,4

4,0

1990-1994

22,6

4,6

Source : Enquête DYPEN, 1996.

33Les femmes qui sont entrées en union entre 1950 et 1985 avaient en moyenne entre 19 et 20 ans ; celles qui se sont mariées entre 1985 et 1989 en avaient plus de 21 (21,4 ans) et celles qui l’ont fait entre 1990 et 1994 plus de 22 (22,6 ans) (MFAF, 1998).

34La prévalence contraceptive en Kroumirie se révèle très élevée au moment de l’enquête : 83 % des femmes mariées en âge de reproduction soumises au risque de concevoir (non stériles, non enceintes) utilisent un moyen de contraception, toutes méthodes confondues (MFAF, 1998). En 1998, les femmes n’ont plus vraiment de difficultés à se procurer des moyens contraceptifs. Les visites au centre de santé et les méthodes contraceptives sont gratuites ou peu coûteuses, et il n’y a plus d’interdit familial ou social concernant la planification familiale. L’utilisation massive de la contraception traduit une forte volonté des couples de limiter leur fécondité. D’ailleurs, le « nombre idéal d’enfants » est relativement bas pour les hommes (en moyenne 3,3), comme pour les femmes (3,0) (MFAF, 1998).

  • 4 Chiffres calculés sur 244 chefs de ménage mariés masculins (MFAF, 1998) à partir des réponses aux q (...)
  • 5 Les enquêtes menées dans les régions du Sud tunisien selon un questionnaire identique à celui utili (...)

35Parallèlement à la baisse du nombre d’enfants souhaités, la « valeur relative » des filles et des garçons change elle aussi. Traditionnellement, en Tunisie, la préférence est donnée à la descendance masculine, mais la situation a nettement évolué depuis quelques décennies. Cette évolution se ressent aussi en Kroumirie, même si la préférence en faveur des filles n’y est pas encore nettement affichée : de fait, 13 % des chefs de ménage masculins mariés affichent une préférence pour les filles, tandis que 49 % d’entre eux n’affichent aucune préférence pour l’un ou l’autre des deux sexes4. Calculés pour les femmes de ces mêmes chefs de ménage, les pourcentages sont, respectivement, de 14 % et 48 %5.

36La place de plus en plus notable qu’occupe la femme dans la société kroumire et la valeur accrue accordée aux naissances féminines nous semblent être deux éléments importants pour comprendre la baisse de la fécondité dans cette région.

37Plusieurs critères expliquent le fait que, depuis les deux dernières décennies, la valeur accordée aux filles est en hausse. Le travail des femmes et des filles a pris une ampleur grandissante dans la formation des revenus des ménages kroumirs. Tout d’abord, ce sont les femmes et les jeunes filles qui assurent la majorité des activités domestiques et agricoles lorsque les hommes sont employés comme journaliers sur des chantiers locaux, ou lorsqu’ils sont absents temporairement du domicile à la recherche d’un emploi. La dévalorisation des activités agricoles et la faiblesse des revenus qu’elles procurent dans la Kroumirie septentrionale expliquent sa désaffection de la part des hommes, et en particulier de celle des jeunes adultes dont les aspirations ont évolué, surtout pour ceux qui ont atteint un certain niveau scolaire. Les épouses, auxquelles revient le travail des champs, ont dû en conséquence se décharger des autres tâches (activités domestiques, entretien du troupeau, soins aux jeunes enfants) sur d’autres femmes (fille, belle-mère) (CRÉDIF, 1996). On observe par ailleurs, depuis le début des années 1970, un flux de migration de jeunes filles kroumires vers les villes tunisiennes pour y être employées comme domestiques (Signoles, 1985). Ces migrations se seraient développées suite à l’aggravation de la situation économique des régions forestières consécutive à la période de socialisation de l’économie en général et de l’agriculture en particulier, à partir de la fin des années 1960 (Venema, 1990). Les filles étaient alors envoyées très jeunes (7 à 9 ans) dans des familles tunisoises pour y exercer le métier de bonne. Plusieurs études de terrain réalisées en Kroumirie ont montré que ces jeunes filles étaient issues de familles très pauvres et que la migration représentait en quelque sorte la dernière solution (Broer, 1985 ; Savary, 1985).

38Dans l’échantillon de l’enquête MFAF de 1998, alors que l’on compte 220 filles de 10 à 30 ans qui vivent au sein d’un ménage, 50 autres sont employées comme personnel domestique en dehors de la Kroumirie. L’âge moyen au départ des jeunes filles est de 17 ans (Tab. 7). Le plus souvent, le départ est décidé par les parents, surtout si la jeune fille appelée à émigrer est encore mineure.

Tab. 7. Quelques données sur les jeunes filles kroumires employées comme domestiques.

Âge moyen au départ

17 ans

Proportion de jeunes filles aidant financièrement leurs parents

80 %

Nombre moyen de visites annuelles aux parents

2,4

Source : Enquête MFAF, 1998.

39L’enquête MFAF confirme l’existence de réseaux quant à la migration des « jeunes bonnes » : 90 % des filles sont employées à Tunis et 78 % d’entre elles connaissaient quelqu’un sur le lieu de la migration. La migration ne se fait pas au hasard, car la famille qui envoie sa fille sait à l’avance qu’un emploi l’attend ou va se libérer à court terme. Nos enquêtes et les études monographiques réalisées en Kroumirie ont montré que cette pratique n’est pas toujours bien perçue socialement : les filles migrantes acquièrent une réputation d’indépendance. On dit d’elles qu’elles ont des exigences telles que « vouloir continuer leur emploi et vouloir attendre pour avoir des enfants, vouloir s’habiller d’une façon beaucoup trop moderne et parler trop facilement à d’autres » (Venema, 1990, p. 122).

40Nous n’avons pas de données précises sur la durée moyenne du séjour des jeunes filles en migration. Si l’on considère que cette activité est temporaire (71 % des filles employées sont parties depuis moins de trois ans) et qu’elle peut être pratiquée pendant une longue période du cycle de vie de la femme (entre les âges de 10 et 30 ans), on perçoit toutefois qu’il ne s’agit pas d’un épiphénomène.

41Le salaire de ces jeunes filles est le plus souvent versé au chef de famille, directement de l’employeur aux parents. La domestique est logée et nourrie par la famille qui l’emploie. Une enquête réalisée en Kroumirie sur 412 villages et 5 810 foyers montre que « les transferts de salaires assurent dans certains secteurs particulièrement déshérités les trois quarts des revenus familiaux » (Attia, 1987, p. 274). Dans ce contexte, le placement des jeunes filles comme domestiques à Tunis est une stratégie parfaitement rationnelle de la part des ménages. Le salaire, perçu directement par leurs parents, est suffisant pour faire vivre la famille restée au village. Les réseaux entre la Kroumirie et les grandes villes sont une bonne garantie pour trouver un emploi. En conséquence, le fait d’avoir une fille en âge d’activité dans un ménage réduit davantage l’incertitude économique que celui d’avoir un garçon.

42Les salaires des jeunes filles en migration et le travail des femmes dans les exploitations agricoles contribuent de manière très conséquente aux revenus globaux des ménages, dans une proportion souvent au moins équivalente à celle des hommes. Face au fort taux de chômage qui sévit dans la région, il n’est pas rare que les enfants subviennent aux besoins de la famille pendant de longues périodes. De plus, les filles sont maintenant mises à contribution pour prendre en charge leurs parents lorsque ces derniers sont âgés ou dans l’incapacité de travailler. Ce rôle était traditionnellement dévolu aux garçons, mais ils sont nombreux à avoir migré définitivement et les liens avec la famille d’origine sont désormais ténus. En l’absence de système collectif de retraite ou d’assurance maladie, les couples comptent donc maintenant davantage sur les filles pour assumer le rôle de soutien de famille (Sandron et Gastineau, 2002b). Il n’est ainsi pas rare qu’un célibat tardif chez la femme soit lié à la prise en charge des parents.

43La baisse précoce et rapide de la fécondité qui s’est produite en Kroumirie dans un contexte de pauvreté est l’une des conséquences du changement observé dans les préférences quant au sexe des enfants, changement que nous avons attribué à la progression du travail des femmes, en migration pour les plus jeunes, sur les exploitations agricoles familiales pour les autres. Le fait que la femme puisse avoir un rôle important dans l’économie familiale rend compte certainement du renforcement de sa capacité décisionnelle au sein du ménage et, notamment, dans le domaine de la reproduction. La scolarisation et la migration temporaire vers les villes des jeunes filles ont exercé un effet allant dans le même sens. Ensuite, durant la période où les jeunes filles travaillent hors de la région, elles ne sont pas susceptibles de se marier, et les parents ont intérêt à ce que cette période soit la plus longue possible. Enfin, le resserrement des écarts dans les préférences quant au sexe des enfants a des effets directs sur la fécondité : lorsqu’« une fille vaut un garçon », le nombre d’enfants souhaité par les couples diminue.

El Faouar : une fécondité qui tarde à baisser6

  • 6 Cette analyse sur El Faouar est en partie reprise de Gastineau, 2007.

44Depuis l’Indépendance, l’État tunisien a mis en œuvre une politique de création de périmètres irrigués et de sédentarisation des nomades ; El Faouar est née de cette volonté. C’est une palmeraie qui se situe à la limite méridionale du Nefzaoua, au sud-ouest de Douz, dans le gouvernorat de Kebili. Le premier forage y est réalisé en 1949. Cependant les nomades sont alors peu intéressés par l’idée de devoir pratiquer l’agriculture irriguée et ce n’est qu’à partir des années 1960 que le phénomène de sédentarisation prend une grande ampleur. Un deuxième forage est mis en place en 1977 et une nouvelle palmeraie de 120 ha mise en culture entre 1981 et 1984. La population est regroupée autour de la palmeraie. Au-delà, c’est le Sahara. Les conditions de vie y sont bien meilleures que dans de nombreuses autres zones rurales tunisiennes dont la Kroumirie : l’accès aux services de santé et aux établissements scolaires est relativement facile. À El Faouar, on trouve plusieurs centres de santé de base, un hôpital, huit écoles primaires et un établissement secondaire. La distance moyenne entre ces services et les logements est faible : en moyenne, un individu n’a que 1,6 km à parcourir pour aller au centre de santé et 600 m pour atteindre l’école primaire (MFAF, 1998). Les services administratifs et les commerces sont concentrés, comme les habitations, près des palmeraies. Les logements sont bien équipés : 98 % ont l’électricité et 83 % possèdent un point d’eau dans le logement. Les activités des habitants sont essentiellement liées à la mise en valeur de l’oasis, et principalement à la phœniciculture et à la commercialisation des dattes (la fameuse deglet nour). Plus de la moitié de la population active occupée (51 %) travaille dans l’agriculture. Il convient cependant de noter aussi l’importance des emplois administratifs et de service (25 % de la population active occupée) (MFAF, 1998).

  • 7 Au moment de l’enquête, bien que les femmes nées en 1950-1959 n’aient pas encore toutes atteint leu (...)

45Les indicateurs longitudinaux montrent une augmentation constante de la descendance : ainsi, à leur 40e anniversaire, les femmes nées avant 1940 avaient 5 enfants, celles nées entre 1940-1949 en avaient 5,7 et celles nées entre 1950-1959 en auront plus de 67(MFAF, 1998). De façon générale, la santé des femmes s’améliore, elles mènent plus de grossesses à terme et les intervalles génésiques diminuent ; en l’absence de limitation des naissances, la descendance finale augmente. Le niveau de fécondité continue d’augmenter aussi pour les générations les plus jeunes (1960-1969). Néanmoins, ces jeunes femmes sont de plus en plus nombreuses à adopter des pratiques contraceptives pour planifier leur fécondité (espacer les naissances et limiter leur descendance finale). À El Faouar, comme ailleurs en Tunisie, on peut donc observer des changements dans les comportements de reproduction ; ils se produisent toutefois relativement tardivement compte tenu du contexte institutionnel et socio-économique (accès à la scolarisation, à la santé, aux méthodes de planification familiale, etc.).

  • 8 La question posée était : « Dans vos conditions de vie actuelle, quel serait le nombre idéal d’enfa (...)

46L’enquête MFAF a permis de mettre en exergue le fait que la descendance souhaitée des femmes est de l’ordre de 4 enfants8. Bien que ce nombre ait tendance à diminuer, cet idéal est dans les faits largement dépassé, même chez les femmes qui sont encore en période de vie féconde (Tab. 8) ; seules les plus jeunes (18-27 ans) pourront peut-être se limiter à la descendance souhaitée.

Tab. 8. Descendance atteinte et descendance souhaitée des femmes à El Faouar.

Années de naissance

Âge en 1997

Descendance atteinte

Descendance souhaitée

1930-1939

58-67 ans

7,1 enfants

4,3 enfants

1940-1949

48-57 ans

7,3 enfants

4,8 enfants

1950-1959

38-47 ans

7,0 enfants

4,1 enfants

1960-1969

28-37 ans

5,2 enfants

4,1 enfants

1970-1979

18-27 ans

2,5 enfants

3,8 enfants

Source : Enquête MFAF, 1998.

47L’une des explications réside dans la prise de décision — concernant la fécondité — qui n’est pas prise par la femme seule, ni même par le couple. La famille élargie exerce toujours une influence notable sur les décisions des ménages, en particulier sur celles concernant la taille de la descendance. Cette omnipotence de la « grande famille » est à la fois un indicateur de l’absence de modernité dans les comportements reproducteurs et une explication de la forte fécondité.

48Un autre signe important du rôle tenu par la famille dans la constitution des couples est la précocité des unions et l’appariement des couples. En effet, la nuptialité à El Faouar est restée particulièrement précoce, comme si l’oasis avait totalement échappé au phénomène national de recul de l’âge au mariage. Des générations féminines de 1930 à 1939 à celles nées entre 1960 et 1969, l’âge médian au mariage n’a pas changé : il est respectivement de 18 ans, 10 mois et de 18 ans, 2 mois.

49La précocité et l’universalité de la nuptialité des jeunes filles participent donc ici du contrôle familial de la fécondité des couples. Au-delà du fait qu’il existe une relation mécanique entre l’âge d’entrée en union et la taille de la descendance en l’absence de contraception, le modèle matrimonial en vigueur à El Faouar est un signe fort qui montre, d’une part, que la maternité et le mariage restent la seule valorisation sociale et individuelle possible pour une femme ; et, d’autre part, que les choix matrimoniaux puis génésiques des jeunes gens répondent à une logique familiale.

50Le modèle idéal du mariage arabo-musulman préconise l’union entre cousins. Il a été longtemps pratiqué en Tunisie : ainsi, entre 1965 et 1989, environ 30 % des mariages célébrés en Tunisie ont uni des cousins germains, et, de manière plus générale, plus de 40 % des conjoints sont deux membres de la même famille (cousins germains ou ayant un autre lien de parenté) (ONFP, 1996). Cependant, au milieu des années 1980, le choix du conjoint en Tunisie devient progressivement plus libre, tout d’abord en milieu urbain et dans les populations scolarisées, au point que, en 1995, près de 70 % des jeunes mariés de moins de 30 ans déclarent avoir eux-mêmes choisi leur époux ou épouse (UNFT, 1995).

51Alors que les mariages endogames sont de moins en moins nombreux en Tunisie, à El Faouar les comportements restent figés. L’endogamie y est particulièrement élevée, même parmi les plus jeunes générations. Presque 7 femmes sur 10 (68 %) mariées entre 1990 et 1997 ont épousé un cousin germain. L’écart d’âge entre époux est également très élevé, puisque, pour plus de la moitié des couples, l’homme a entre 5 et 14 ans de plus que son épouse.

52Une fois marié, le jeune couple d’El Faouar, ou plus exactement la jeune épouse, doit faire rapidement la preuve de sa fertilité, sans quoi elle risque non pas d’être répudiée — puisque la répudiation est abolie en Tunisie depuis 1956 —, mais de devoir divorcer et de retourner vivre chez ses parents. Elle devra alors se remarier, mais, supposée stérile, elle trouvera difficilement un nouvel époux. Elle sera contrainte, le plus souvent, d’épouser un homme âgé, veuf et ayant déjà de grands enfants. La procréation demeure à El Faouar le but essentiel du mariage et rares sont les femmes qui restent sans enfant : en 1997, seules 4 % des femmes de l’oasis, âgées de 50 à 54 ans, mariées ou non, n’en avaient pas et il ne s’agit jamais d’un choix individuel. De même que l’endogamie est à El Faouar une pratique fréquente, l’union maritale constitue le cadre exclusif de la procréation. Quand une conception avant mariage est annoncée, elle doit immédiatement être légitimée par un mariage, souvent avec un homme veuf et âgé. Cette pratique permet à la mère d’éviter d’être déshonorée, à l’enfant d’avoir un père pour subvenir à ses besoins et aux hommes veufs de se remarier. Elle permettrait d’expliquer sans doute que, jusqu’à aujourd’hui, même lors d’une première union, environ 10 % des femmes d’El Faouar épousent des hommes de 20 ou 30 ans leur aîné.

53Ailleurs en Tunisie, ce type de configuration familiale est devenu très rare ; tout d’abord, parce que les jeunes gens qui transgressent l’interdit des relations sexuelles hors mariage savent de mieux en mieux se protéger contre une grossesse non désirée et, ensuite, parce que l’avortement, relativement facile d’accès, permet aux jeunes filles enceintes de mettre fin à une grossesse qui les handicaperait dans une société où les « filles mères » sont très mal acceptées (Gastineau, 2002).

54L’immobilisme des comportements qui conduisent à l’entrée en union, tels qu’on peut les observer à El Faouar, témoigne bien de l’influence qu’exerce toujours la famille élargie sur la vie des couples. Le mariage est avant tout un événement social dont les jeunes filles et les jeunes hommes ne peuvent s’affranchir. Il garde toute sa signification symbolique, ainsi que son importance économique et sociale. De même, les jeunes couples sont toujours tenus de sceller leur union par la naissance d’enfant(s). La première naissance intervient donc rapidement après le mariage, car les femmes n’utilisent pas ici de contraception pour retarder l’entrée en vie féconde. La prévalence contraceptive à El Faouar au moment de l’enquête est de 48 %, soit un taux inférieur à la moyenne du monde rural tunisien. Il s’agit très majoritairement d’une contraception d’arrêt, la prévalence contraceptive devenant très forte chez les mères de 6 enfants ou plus (70 %). Elle a donc un effet limité sur le niveau de la fécondité générale.

55Comment expliquer ce poids de la famille étendue à El Faouar ? N. Karoui notait en 1985 à propos de la Tunisie que « ce sont les parents qui décident d’unir leurs enfants selon la tradition ; donc, un mariage […] doit se faire de préférence avec le cousin pour renforcer la cohésion du groupe social et permettre à la femme de perpétuer la race mâle sans apport extérieur en évitant à la propriété de s’effriter » (Karoui, 1985, p. 68). Ce constat ne pourrait plus s’appliquer en ce début de XXIe siècle à l’ensemble de la Tunisie ; néanmoins, le lien étroit que N. Karoui notait entre l’organisation économique de la famille et les choix de fécondité persiste dans le Sud tunisien, et tout particulièrement à El Faouar.

56À El Faouar, la place des femmes dans l’organisation économique des ménages a peu évolué. Elles sont pratiquement absentes du marché du travail formel et même informel. Or, on le sait, le travail, et particulièrement le travail salarié, sont des facteurs décisifs pour une plus grande autonomie de la femme. Mais, jusqu’à aujourd’hui, les femmes d’El Faouar demeurent confinées dans l’espace privé. Leur participation au travail agricole est ponctuelle, tant il est vrai que, dans les oasis, la séparation entre la vie agricole et la vie domestique est très nette : les femmes restent à leur domicile tandis que les hommes vont seuls dans la palmeraie où se déroulent les activités agricoles. Les femmes ne participent aux travaux qu’au moment de la récolte, elles ne se déplacent pas systématiquement jusque dans les jardins : on peut en effet apporter les dattes au domicile où elles procèderont au tri des fruits dans la cour de leur maison (Triki et Makhlouf, 1993).

  • 9 Le burnous est une cape que les hommes portent l’hiver.

57Ces femmes du Sud sont aussi des « travailleuses à domicile » qui, en plus de leurs activités ménagères, s’occupent d’un petit élevage ou exercent une activité d’artisanat à leur domicile : à El Faouar, 57 % des femmes dont l’âge est compris entre 10 et 65 ans ont déclaré une activité artisanale au moment de l’enquête MFAF, activité dont le produit est soit troqué, soit vendu. Les filles et les femmes produisent ainsi des tapis, des couvertures ou des burnous9. Cette activité constitue une source notable de revenus pour certains ménages, puisque un tiers des femmes commercialisent une partie ou la totalité de leur production. Pour autant, les artisanes ont un accès très limité à l’espace économique des marchés : ce sont les hommes qui restent très majoritaires dans la commercialisation des produits du travail des jeunes filles et des femmes. Les revenus générés par l’activité de ces dernières sont généralement dépensés par les hommes pour la satisfaction des besoins de la famille.

58L’activité salariée des femmes d’El Faouar est presque nulle, seules 5 % d’entre elles occupent un emploi formel au moment de l’enquête et moins de 10 % déclarent chercher un emploi — 85 % se disent donc inactives. La quasi-absence de travail économique hors du domicile chez les femmes dans les régions du Sud tunisien s’explique notamment par des facteurs culturels, « des résistances du contexte sociétal [qui] ne les [les femmes] encouragent guère à franchir l’espace privé pour travailler dans l’espace public » (Triki, 1999, p. 22). De plus, le contexte macro-économique ne favorise pas l’insertion des femmes sur le marché du travail formel. Les emplois salariés non agricoles sont le plus souvent réservés aux hommes, particulièrement lorsqu’il n’y a pas plein emploi.

59La migration internationale a souvent été citée comme un facteur très important des changements démographiques en Tunisie. Créant un déséquilibre sur le marché matrimonial, elle a favorisé le recul de l’âge au mariage et les hommes migrants ont été « exposés », en Europe, à des idées et des réalités nouvelles qui les ont conduits à considérer de façon plus favorable les dispositifs de limitation des naissances. L’émigré tunisien a, de ce fait, pu contribuer sans nul doute à l’accélération de la transition de la fécondité dans son pays d’origine. Le choix de la majorité des Tunisiens de migrer vers l’Europe plutôt que, par exemple, vers le Golfe Persique a été fondamental (Courbage, 2002). Or, la majorité des migrants au départ d’El Faouar s’est dirigée non pas vers l’Europe mais vers la Libye et, dans une moindre mesure, l’Arabie Saoudite. En conséquence, les migrants originaires d’El Faouar ont été peu « exposés » à de nouvelles valeurs, car les pays dans lesquels ils ont été accueillis leur ont proposé un contexte culturel assez proche du leur. Il faut préciser que seuls les hommes migrent, laissant, le plus souvent, leur femme sous le contrôle de leur propre famille (Brochier, 2001).

60La fécondité à El Faouar, comme dans tout le grand Sud tunisien, n’a entamé sa transition qu’à une date particulièrement tardive dès lors qu’on la réfère aux indicateurs économiques et à la disponibilité des méthodes contraceptives. La transition n’en est pas moins en cours et il ne s’agit donc bien que d’un retard. Sur les causes de ce retard, nous rejoignons les conclusions de l’Office national de la famille et de la population : « [dans les zones rurales] du Sud surtout, ce sont des facteurs d’ordre culturel liés à la structure familiale, tels que la famille étendue, le mariage précoce, la cohabitation du couple avec la famille du mari, etc., qui déterminent le projet de fécondité et orientent l’attitude face à la contraception » (ONFP, 1997). Les changements ont lieu d’abord dans les comportements, dans les sphères qui sont les moins visibles par la famille élargie ou la société. La nuptialité reste du « domaine familial », régie par des règles traditionnelles. En revanche, les idéaux en termes de fécondité évoluent. La société locale accepte maintenant que les hommes et les femmes, en tant qu’individus, cherchent à limiter leur fécondité. Il y a encore peu de temps, il n’y avait aucun intérêt à El Faouar à avoir une famille limitée en nombre, cela n’était avantageux ni d’un point de vue économique, ni d’un point de vue social.

Conclusion

61La Tunisie se distingue indéniablement, en Afrique et dans le monde arabo-musulman, en matière de transition de la fécondité et de développement. Au moment de sa mise en place, la politique de population, totalement intégrée à la politique de développement, a été avant-gardiste à bien des égards : interdiction de la polygamie et de la répudiation, légalisation de l’avortement, autorisation du divorce, etc. La transition de la fécondité tunisienne s’est ensuite déroulée selon le schéma majoritairement observé à travers le monde : la fécondité a diminué d’abord avec le recul de l’âge au mariage, puis par la diffusion des méthodes de contraception au sein des couples. La transition a été rapide : en 40 ans, l’indice synthétique de fécondité est passé de 7 à 2 enfants par femme. Elle s’est déroulée dans un contexte de modernisation socio-économique qui a permis à de plus en plus de tunisien(ne)s d’être scolarisé(e)s, d’avoir un accès aux services de santé, d’obtenir un emploi salarié. Toutefois, comme nous avons pu le voir à travers l’exemple de la Kroumirie et d’El Faouar, le lien entre droits des femmes, développement économique et niveau de fécondité n’est pas suffisant pour expliquer les changements démographiques : des régions pauvres ont eu des transitions précoces et rapides et des régions plus riches et mieux dotées en services sanitaires ou scolaires ont tardé à entrer en transition. C’est pourquoi il faut prendre en compte des facteurs autres, en particulier sociaux et culturels, comme le statut des femmes dans la société tunisienne (qui conditionne leur place sur le marché du travail, dans les exploitations agricoles, dans la migration), pour rendre compte des changements qui sont intervenus depuis 1960 en matière de fécondité. Si le développement économique a été une condition essentielle de la baisse de la fécondité, des changements importants dans les comportements de reproduction ont pu être observés dans des contextes de pauvreté et de précarité comme en Kroumirie où la valeur économique des jeunes filles et des femmes a augmenté tandis que la contribution des hommes aux revenus des ménages diminuait (du fait de la raréfaction de l’emploi salarié local, d’une agriculture familiale de moins en moins rentable, etc.).

62La transition de la fécondité est aujourd’hui achevée en Tunisie mais, parce qu’elle s’est effectuée très rapidement, elle a eu des répercussions importantes sur la pyramide des âges. L’évolution désormais prévisible de la population tunisienne laisse apparaître l’émergence de nouveaux enjeux démographiques et impose aux responsables politiques de nouveaux questionnements. La Tunisie sera, par exemple, confrontée à un vieillissement rapide de sa population, qui se traduira par une augmentation forte de la part des plus de 60 ans dans la population et une diminution du rapport actifs/inactifs. La prise en charge des personnes âgées, encore souvent assurée par les enfants, deviendra donc, à court terme, un enjeu économique et social majeur en Tunisie.

Haut de page

Bibliographie

Achour M., Lebbi I., Bitri M., Mahjoubi S., Ouaghemmi D., Chelli H. et Zouari F., 1993, « Apport de l’échographie dans le cadre des interruptions de grossesses », Actes des Premières journées de la santé des femmes et de la famille, 25-26 juin, Tunis, Office national de la famille et de la population, pp. 127-139.

Attia H., 1987, « Problématique du développement du Nord-Ouest tunisien », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, n° 41-42, pp. 265-280.

Bchir M., 1990, « La mortalité en Tunisie, évolutions et tendances », Cahiers de l’Institut de Recherches et d’Études sur la Population, n° 2, pp. 43-86.

Belhedi A., 1999, « Les disparités régionales en Tunisie. États des lieux et enjeux », Méditerranée, vol. 91, n° 1, pp. 63-72.

Blum J., Hajri S., Chelli H., Mansour F.B., Gueddana N. et Winikoff B., 2004, « The Medical Abortion Experiences of Married and Unmarried Women in Tunis, Tunisia », Contraception, vol. 69, n° 1, pp. 63-69.

Bouaziz F., 2010, « Le célibat chez les jeunes », pp. 58-59, in ONFP, Le célibat chez les jeunes choisi ou subi, Tunis, Office national de la famille et de la population. Disponible sur Internet : www.onfp.tn [consulté le 28/11/2012].

Brochier J., 2001, Urbanité et usage de l’eau, un « patrimoine socio-environnemental » oasien au Nefzaoua, Sahara tunisien, Thèse de doctorat, Géographie, sous la dir. de J.-M. Miossec, Univ. Montpellier-III, 263 p.

Broer C., 1985, Changements dans l’organisation locale d’un village de montagne tunisien, Amsterdam, Éd. du Département de sociologie des régions tropicales et subtropicales, Univ. Libre d’Amsterdam, 33 p.

Brown G., 2007, « Tunisia: The Debut of Family Planning », pp. 59-69, in Robinson W.C. et Ross J.A. (ed.), The Global Family Planning Revolution: Three Decades of Population Policies and Programs, Washington DC, World Bank, 470 p.

Chekir H. 1985, « L’intervalle entre le mariage et la première naissance », pp. 10-19, in ONFP, La fécondité en Tunisie, situation actuelle et perspectives, Tunis, Office national de la famille et de la population. Disponible sur Internet : www.onfp.tn [consulté le 28/11/2012].

CRÉDIF (Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme), 1994, Femmes de Tunisie. Situation et perspectives, Tunis, 211 p.

CRÉDIF (Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme), 1996, Femmes rurales de Tunisie, Tunis, 232 p.

Courbage Y., 2002, « Sur les pas de l’Europe du Sud : la fécondité au Maghreb », Working Paper, Expert Group Meeting on Completing the Fertility Transition, New York, Population Division United Nations, 11-14 mars.

Duchêne J. et Ajbilou A., 1995, « Structures, nuptialité et fécondité dans les déclins de natalité d’hier et aujourd’hui », pp. 132-135, in Tabutin D., Eggerickx T. et Gourbin C. (dir.), Transitions démographiques et sociétés, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. « Chaire Quetelet, n° 97 », 688 p.

Gastineau B., 2001, La transition de la fécondité en Tunisie dans le cadre des relations Population-Développement-Environnement, Thèse de doctorat, Démographie, sous la dir. de M. Cosio-Zavala, Univ. Paris-X, 476 p.

Gastineau B., 2002, « Légalisation de l’avortement et planification familiale : l’expérience tunisienne », pp. 243-266, in Guillaume A., Desgrées du Loû A., Zanou B. et N’Guessan K. (éd.), Santé de la reproduction en Afrique, FNUAP, IRD.

Gastineau B., 2007, « Fécondité oasienne et stratégie familiale en Tunisie », pp. 535-564, in Adjamagbo A., Msellati P. et Vimard P. (éd.), Santé de la reproduction et fécondité dans les pays du Sud. Nouveaux contextes et nouveaux comportements, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 609 p.

Gastineau B. et Sandron F., 2005, « Famille et développement économique et social en Tunisie. Une politique de planification familiale intégrée », pp. 165-194, in Gautier A. (éd.), Les politiques de planification familiale. Cinq expériences nationales, Nogent-sur-Marne, CePED, coll. « Rencontres », 239 p.

Kadri A. et Van Ranst E., 2002, « Contrainte de la production oasienne et stratégies pour un développement durable », Sécheresse, vol. 13, n° 1, pp. 5-12.

Karoui N., 1985, « Le couple en Tunisie : du discours à la réalité », Revue Tunisienne des Sciences Sociales, n° 98-99, pp. 59-79.

Kéfi R., 2010, « Célibataires, par choix ou par nécessité », pp. 54-56, in ONFP, Le célibat chez les jeunes choisi ou subi, Tunis, ONFP. Disponible sur Internet : www.onfp.tn [consulté le 28/11/2012].

Laâjimi A., 1987, « La planification familiale en Tunisie. Raisons d’un succès et stratégies d’un futur », Famille et Population, n° 5-6, pp. 48-70.

Lamine R., 2008, « Croissance démographique et dynamiques migratoires récentes des grandes villes tunisiennes », Les Cahiers d’EMAM, n° 16, pp. 51-75. Disponible sur Internet : http://emam.revues.org/346 [consulté le 28/11/2012].

ONFP, 1992, Le programme démographique de la santé familiale 1988-1992, Tunis, 29 p.

ONFP, 1996, L’enquête tunisienne sur la santé de la mère et de l’enfant, Rapport Principal, Tunis, 337 p.

ONFP, 1997, Comportement reproductif des familles en milieu rural dans les régions du Centre-Ouest et du Sud de la Tunisie, Tunis, Ministère de la Santé publique, 209 p.

ONFP et IRD, 1989, Enquête démographique et de santé en Tunisie 1988, Tunis/Columbia (Maryland, USA), Institute for Ressource Development/Macro Systems Inc., 139 p.

Picouët M. et Sghaier M., 2001, « Présentation, problématique et apports de l’enquête “Mobilité, fécondité et activité des femmes en milieu rural tunisien” », pp. 117-126, in Sandron F. et Gastineau B. (coord.), Dynamiques familiales et innovations socio-démographiques. Études de cas dans les pays du Sud, Paris, L’Harmattan, 244 p.

Romdhane H., Khaldi R., Oueslati A. et Skhiri H., 2002, « Transition épidémiologique et transition alimentaire et nutritionnelle en Tunisie », Options méditerranéennes, Série B, n° 41, pp. 7-27.

Sahli S., 1994, « Politique et infécondité volontaire en Tunisie », pp. 219-228, in Association Internationale des Démographes de Langue Française, Les modes de régulation de la reproduction humaine, Paris, PUF, 777 p.

Sandron F. et Gastineau B., 2002a, La baisse de la fécondité en Tunisie, Paris, L’Harmattan, 253 p.

Sandron F. et Gastineau B., 2002b, Fécondité et pauvreté en Kroumirie (Tunisie), Paris, L’Harmattan, 175 p.

Savary V., 1985, Approche sociale des problèmes de santé infantile en Kroumirie (Tunisie), Thèse de doctorat, Médecine, Univ. Nantes, 146 p. + annexes.

Signoles P., 1985, L’espace tunisien : Capitale et État-région, Tours, URBAMA, Fascicules de recherches, n° 14 et 15, 1030 p.

Triki S., 1999, Travail invisible des femmes rurales en Tunisie, Tunis, CRÉDIF, 118 p.

Triki S. et Makhlouf D., 1993, L’activité de la femme rurale et la gestion des ressources naturelles en Tunisie, Banque mondiale, CRÉDIF, 118 p.

UNFT, 1995, L’image de la femme dans la société tunisienne, Tunis, Union Nationale de la Femme Tunisienne, 131 p.

Venema B., 1990, Les Kroumirs. Changements politiques et religieux dans la période 1850-1987, Amsterdam, University Press, 152 p.

Haut de page

Notes

* Cet article a déjà constitué un « Document de recherche » (n° 21) de la Série Population-Santé du Laboratoire Population Environnement Développement (LPED), mis en ligne en février 2011 et consultable à l’adresse http://www.lped.org/IMG/pdf/DR21.pdf [consulté le 28/11/2012]. Il est publié dans le cadre des Cahiers d’EMAM avec l’aimable autorisation du LPED.

1 Le découpage administratif de la Tunisie est constitué de gouvernorats (régions), de délégations et d’imadas (secteurs).

2 Le programme « Dynamique des populations et environnement » a été mené en Tunisie par l’IRD et sept institutions tunisiennes dont l’Institut des régions arides et le Centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur les Femmes (CRÉDIF). Pour plus d’informations sur ce programme de recherche et les enquêtes qui ont été réalisées dans son cadre, on peut se reporter à Picouët et Sghaïer, 2001.

3 L’analyse de la transition de la fécondité en Kroumirie a été faite de manière plus détaillée dans Gastineau, 2001 et Sandron et Gastineau, 2002b.

4 Chiffres calculés sur 244 chefs de ménage mariés masculins (MFAF, 1998) à partir des réponses aux questions suivantes : « Dans votre situation actuelle, quel est pour vous le nombre idéal d’enfants ? » et « Quel est pour vous le nombre idéal de garçons ? ».

5 Les enquêtes menées dans les régions du Sud tunisien selon un questionnaire identique à celui utilisé en Kroumirie, montrent des comportements procréateurs moins novateurs que dans la Tunisie du Nord-Ouest : la préférence pour les filles n’y est en effet affirmée que par 4 % de l’ensemble des individus.

6 Cette analyse sur El Faouar est en partie reprise de Gastineau, 2007.

7 Au moment de l’enquête, bien que les femmes nées en 1950-1959 n’aient pas encore toutes atteint leur 40e anniversaire, on comptait déjà en moyenne 6,3 enfants par femme.

8 La question posée était : « Dans vos conditions de vie actuelle, quel serait le nombre idéal d’enfants ? ».

9 Le burnous est une cape que les hommes portent l’hiver.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La Kroumirie, au cœur d’une région humide et l’oasis d’El Faouar, en bordure du Sahara.
Crédits Carte : Florence Troin, CITERES, 2012.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photographie 1. Paysage de Kroumirie.
Crédits Cliché : J.-P. Rolland, 1998.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Photographie 2. Tissage des tapis en Kroumirie.
Crédits Cliché : Weirdo, Blog Tuligypte, 2006.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Gastineau, « Transition de la fécondité, développement et droits des femmes en Tunisie », Les Cahiers d’EMAM, 21 | -1, 75-94.

Référence électronique

Bénédicte Gastineau, « Transition de la fécondité, développement et droits des femmes en Tunisie », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 21 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/521 ; DOI : 10.4000/emam.521

Haut de page

Auteur

Bénédicte Gastineau

Démographe, IRD Cotonou (Bénin), LPED, Laboratoire Population, Environnement, Développement | UMR 151 & CEFORP, Centre de Formation et de Recherche en matière de Population

benedicte.gastineau@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page