Navigation – Plan du site

Contestations collectives et soulèvement du 17 décembre 2010. La révolte des quartiers populaires de Sidi Bouzid (Tunisie).

Enjeux et stratégies des acteurs
Mourad Ben Jelloul
p. 71-115

Résumés

La révolte du 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid est, dans une certaine mesure, une réponse à la situation difficile des quartiers populaires et de leurs habitants, signant l’échec des politiques de réhabilitation urbaine engagées par l’État dans les quartiers pauvres des villes tunisiennes. La combinaison de plusieurs facteurs a rendu possible la montée de la mobilisation dans toutes les couches populaires des quartiers périphériques : le secteur informel qui faisait vivre des centaines de familles n’a cessé de subir des restrictions de toutes sortes, le chômage des jeunes diplômés du supérieur avait atteint des proportions alarmantes, les forces sociales qui pouvaient soutenir les autorités au niveau local se sont rétrécies au fur et à mesure que l’appareil politique partisan, représenté par le RCD et ses cellules de base, s’affaiblissait. Un potentiel contestataire énorme a ainsi été libéré, qu’aucune personnalité en situation de médiation, aucune institution, aucune autorité n’était plus en mesure de canaliser. Ce mouvement de contestation a ouvert la voie, contre toute attente, à la Révolution du 14 janvier 2011 et à l’éviction du pouvoir de Ben Ali. Les quartiers populaires, bêtes noires du régime, sont finalement parvenus à faire en sorte qu’il « dégage ».

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les événements du 26 janvier 1978, connus sous le nom d’« événements du Jeudi noir », se sont dérou (...)
  • 2 Les trois premiers quartiers cités étaient des bidonvilles (appelés « gourbivilles » à Tunis), qui (...)

1La révolution du 14 janvier 2011 a provoqué la chute de la première République tunisienne, celle qu’avait fondée Bourguiba juste après l’obtention de l’Indépendance du pays (20 mars 1956). Cette révolution est l’aboutissement d’un long processus de contestation sociale, alimenté par un fort mouvement de mécontentement et de protestation émanant des couches populaires vivant dans les quartiers mal-intégrés des villes. Pour autant que l’on puisse en identifier les origines lointaines, tout donne à penser que ce processus a trouvé l’une de ses premières expressions violentes le 26 janvier 19781, lorsque les habitants des quartiers irréguliers composant une première ceinture de pauvreté autour de Tunis (Djebel Lahmar, Mellassine, Saïda Manoubia, Ettadhamen)2 sont « descendus » sur la capitale et en ont investi le centre. Plus de 30 ans après, on peut considérer que la révolte qui a éclaté le 17 décembre 2010 dans les quartiers Ennour (Est et Ouest), El Khadra et Aouled Chelbi de Sidi Bouzid, répond en quelque sorte comme un écho à cette explosion des habitants des quartiers populaires de Tunis.

2Ce sont en effet les habitants de ces quatre quartiers de Sidi Bouzid que nous venons de citer qui ont été les premiers à manifester leur solidarité avec Mohamed Bouazizi, le jeune homme qui s’est immolé par le feu et qui, par le sacrifice qu’il a ainsi fait de sa vie, est devenu le symbole d’un désespoir extrême — lequel, pour extrême qu’il fut, n’en était pas moins largement partagé par la plupart des habitants de ces quartiers. Ceux-ci sont ceux qui, de toute la ville, concentrent le plus de pauvres; ce sont ceux qui enregistrent les taux les plus élevés de chômage, où la délinquance touche le plus les jeunes et où la criminalité atteint son degré maximal. L’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi n’est cependant pas une première en Tunisie. En effet, avant lui en 2006, un jeune chômeur originaire d’un quartier pauvre de Mateur, dans le nord du pays (gouvernorat de Bizerte), avait déjà accompli un tel geste. Un second suicide s’est produit le 3 mars 2010 à Monastir, ville symbole du bourguibisme, où un autre jeune s’est immolé dans des circonstances similaires, parce que, semble-t-il, la municipalité l’aurait empêché d’exercer sans entraves son métier de commerçant ambulant. Le troisième cas a été enregistré à Métlaoui, ville du bassin minier au sud du pays (gouvernorat de Gafsa), où, le 20 novembre 2010, c’est un jeune chômeur qui s’est suicidé par le feu. Pourtant, dans aucun de ces trois cas, le sacrifice qu’un jeune homme fit de sa vie n’a enclenché de mouvement de protestation généralisé à l’ensemble de la ville où il résidait, où il était connu et où il a commis son acte. Pourquoi, alors, les choses se sont-elles passées différemment à Sidi Bouzid ? Pourquoi cette ville est-elle devenue le catalyseur de la révolution ? Pourquoi elle et pas d’autres villes où, pourtant, les conditions de vie étaient sans nul doute bien plus difficiles ?

3Pour répondre à ces questions, il est indispensable de revenir sur le contexte qui a présidé, au milieu des années 1970, à la création du gouvernorat de Sidi Bouzid, sur les effets économiques et sociaux attendus de la promotion de la ville en tant que chef-lieu de gouvernorat et, surtout, sur les conditions dans lesquelles a été initié le développement urbain, ainsi que sur les modalités de sa poursuite : c’est sans doute à ce compte-là que l’on pourra espérer mieux comprendre les énormes écarts qui ont progressivement séparé les attentes d’une population fraîchement urbanisée des réalités qu’elle vivait, en termes d’habitat, d’emploi, d’équipement, de conditions de vie et de survie, etc. Presque quarante ans plus tard, on peut légitimement penser que les frustrations accumulées, particulièrement parmi une jeunesse éduquée, souvent diplômée, et qui se considère, en tout état de cause, comme citadine, sont largement suffisantes pour générer des revendications qui, si elles peuvent prendre la forme d’une explosion soudaine de colère, n’en sont pas moins susceptibles de revêtir, rapidement, une dimension nettement plus politique.

  • 3 Le territoire tunisien est administrativement divisé en 24 gouvernorats, eux-mêmes partagés en 264 (...)

4Le gouvernorat de Sidi Bouzid n’existait pas, lorsque, juste après l’Indépendance du pays, un nouveau découpage administratif3, prenant la suite de celui de la Tunisie coloniale, a été institué. À cette date-là, les territoires qui le constituent aujourd’hui étaient éclatés entre les gouvernorats de Sfax à l’est, de Kairouan au nord, de Kasserine au nord-ouest et de Gafsa au sud-ouest. C’est à partir de la fin de l’année 1973 seulement qu’une réorganisation administrative, dont l’un des objectifs était de renforcer les structures du contrôle territorial et des populations dans toute la zone centrale du pays, a abouti à la création de cinq gouvernorats (Sidi Bouzid en 1973, Siliana, Mahdia et Monastir en 1974 et Zaghouan en 1976) (Fig. 1), celui qui nous intéresse se situant dans la Tunisie du Centre-Ouest.

Figure 1. Découpages de la Tunisie et du gouvernorat de Sidi Bouzid, 2010.

Figure 1. Découpages de la Tunisie et du gouvernorat de Sidi Bouzid, 2010.

Cartographie : F. Troin, CITERES 2013.

  • 4 Cette prédominance est confirmée par la part importante de la population active occupée dans l’agri (...)
  • 5 En 2010, l’industrie n’emploie dans le gouvernorat que 3 668 salariés, dont 1279 relèvent d’entrepr (...)

5Ce gouvernorat se caractérise aujourd’hui par la faiblesse de son taux d’urbanisation, de l’ordre de 24,9 %, alors que la moyenne nationale est de 64,87 % en 2004 (INS, 2008). Sa structure économique est très peu diversifiée : les activités agricoles et d’élevage y sont toujours largement prédominantes4, tandis que les emplois dans l’industrie, l’artisanat et le tertiaire y demeurent faibles5. Les conditions de vie de la population ne s’y sont améliorées que bien plus lentement que dans la plupart des autres régions du pays. Ainsi, en 2004, le taux de raccordement à l’eau potable et inférieur à 40 %, alors qu’il atteint 46,4 % pour l’ensemble du Centre-Ouest et que le taux national monte à 77,7 %. Et le retard est encore plus spectaculaire en matière de réseau d’évacuation des eaux usées : le taux de raccordement du gouvernorat de Sidi Bouzid atteint à peine 12,8 % contre 25 % pour la moyenne du Centre-Ouest et 53 % au plan national (INS, 2006).

6La ville éponyme de ce gouvernorat qui s’étend sur une partie des basses steppes tunisiennes, Sidi Bouzid, a représenté très vite, à savoir immédiatement après sa promotion comme chef-lieu du gouvernorat, un lieu d’accueil privilégié pour un très grand nombre de ceux qui étaient frappés par la crise du monde rural (et du pastoralisme) et qui, cherchant à fuir la plus extrême pauvreté, attendaient de la ville un emploi et de meilleures conditions de vie. L’une des principales conséquences de ces arrivées massives a été que l’installation de ces populations sans ressources s’est effectuée de manière totalement illégale, tant au plan foncier qu’en termes de construction et de conformité aux règlements d’urbanisme (taille des parcelles, permis de construire, etc.).

7Dès ce moment-là, le foncier s’est établi comme l’enjeu principal du développement de la ville : les habitants des quartiers non réglementaires ont constamment élaboré et mis en œuvre des stratégies susceptibles, dans un premier temps, de garantir leur maintien sur les terrains qu’ils occupaient, puis, dans un second temps, d’ouvrir la voie à une régularisation de leur situation juridique. Pour leur part, les autorités régionales et locales ont en permanence utilisé cette situation, en l’instrumentant de différentes manières, pour assurer, en faveur du pouvoir central, le contrôle de ces quartiers et celui de leurs populations.

Naissance et développement des quartiers non réglementaires : « l’obsession du foncier »

  • 6  En Tunisie, la ville n’existe que comme un fait administratif. Les textes officiels établissent, e (...)

8La ville de Sidi Bouzid appartenait en 1958, date à laquelle elle a bénéficié du statut de commune6, à la délégation de Sidi Bouzid. À cette date, c’était une petite ville d’à peine 1556 habitants (Nciri, 2007). Son périmètre municipal couvrait alors une superficie de 40 ha ; il avait été délimité au sein d’une vaste zone constituée de terres agricoles qui appartenaient à des colons français et qui sont revenues à l’État à la suite de la promulgation de la loi du 12 mai 1964 portant nationalisation des terres agricoles. Ces terres ont été, par la suite, cédées à l’Office des terres domaniales (OTD), à charge pour lui d’en assurer la mise en valeur et la gestion.

Urbanisation spontanée et naissance des quartiers illégaux : les enjeux du foncier

La structure de la propriété foncière

  • 7  La seule étude consacrée à Sidi Bouzid (alors appelée Gamouda) pendant la période coloniale et aux (...)

9Les manifestations de l’urbanisation à la périphérie de Sidi Bouzid ne prirent une dimension notable qu’après les catastrophiques inondations de 1969, lesquelles favorisèrent un intense mouvement d’exode rural qui porta des familles entières depuis des steppes fortement affectées par les destructions des troupeaux et des plantations vers la petite ville. La deuxième phase de forte croissance fit suite à sa promotion comme chef-lieu de gouvernorat en décembre 1973 : en quelques mois, tous les services publics furent renforcés pour remplir leur nouveau rôle régional, les établissements scolaires secondaires transformés en lycées, l’hôpital de circonscription devint régional, les ministères multiplièrent les constructions de bâtiments neufs pour y installer leurs administrations régionales, la plupart des sociétés et offices parapublics y ouvrirent une antenne. La population urbaine passa ainsi d’un peu moins de 5 000 habitants en 1966 à plus de 10 000 en 1975 ! « Il a donc suffi de très peu de temps pour que Sidi Bouzid, village agricole et gros souk de la steppe7, devienne une véritable ville. La brutalité du processus lui donne même parfois des allures de Far-West » (Signoles, 1985, p. 158).

  • 8 Les données statistiques qui concernent cette première partie ont été empruntées à H. Nciri, 2003.

10Il faut attendre 1976 pour que la ville dispose de son premier plan d’aménagement, lequel sera révisé en 1982. À cette date, la ville s’étendait déjà sur 516 ha, dont 45 occupés par la zone centrale et 471 correspondant aux extensions périphériques (Nciri, 2003)8. Ces extensions se sont effectuées aux dépens des terres agricoles, lesquelles appartenaient très majoritairement — comme on l’a déjà dit — à l’OTD.

11Vers le milieu des années 1980, donc, les propriétaires des terrains qui occupaient le périmètre communal étaient l’État, la municipalité et les privés.

12En 1983, l’État possédait 224 ha, soit 43 % du territoire municipal. Cette superficie a augmenté à la suite de l’extension du périmètre communal opérée en 1994 — lequel a été porté à 1073 ha — pour atteindre 631 ha en 2010, ce qui représentait à l’époque 58,8 % du territoire municipal. Ces terrains étatiques constituaient l’essentiel de l’assiette foncière de quartiers aussi divers que ceux d’Ennour-Est et El Khadra (au nord du centre-ville), d’Aouled Chelbi (à l’est) et d’Ennouamer et Frayjia (au sud) (pour la localisation des quartiers, voir la Fig. 2).

Figure 2. Les principaux quartiers et les infrastructures de Sidi Bouzid.

Figure 2. Les principaux quartiers et les infrastructures de Sidi Bouzid.

Cartographie : H. Nciri, 2007, reprise par M. Ben Jelloul et F. Troin, CITERES 2013.

  • 9 Ces dons ont été consentis à la municipalité à la suite de pressions exercées sur l’État (et les mi (...)
  • 10 Selon des informations que nous avons recueillies, en 2013, auprès d’un ancien président de la muni (...)

13La municipalité est le deuxième propriétaire par ordre d’importance, avec 217 ha possédés (dont 15 au centre-ville). Elle contrôle ainsi, en 1983, à peu près 40 % du foncier urbain. Ces terrains sont principalement situés dans les quartiers Ennour-Ouest (nord-ouest de la ville) et Aouled Belhedi (sud-ouest). À vrai dire, cette propriété municipale a été constituée grâce aux dons de terres que l’OTD a dû consentir à la commune9, lorsqu’il s’est agi, pour cette dernière, de régulariser la situation foncière d’une grande partie de ces deux quartiers10. Ultérieurement, la révision des limites du périmètre communal — qui s’est accompagnée d’un élargissement de celles-ci — a abouti à ce que la propriété communale voit sa part chuter (de 36 % en 1984 à 20,22 % en 2010) alors pourtant que sa superficie est demeurée constante.

14La troisième catégorie de propriétaires, à savoir les propriétaires privés, ne détenait en 1983 que 75 ha (dont 9 ha à peine en centre-ville), ce qui ne représentait que 14,5 % du territoire municipal. À la différence de la catégorie précédente, les surfaces appartenant aux privés se sont accrues à la suite des extensions des périmètres municipaux, de telle sorte qu’elles atteignaient 225 ha en 2010 (20,9 % de la superficie de la commune). Les terrains appartenant en majorité à des propriétaires privées sont situés à l’ouest de la ville, là où ont été aménagés les principaux lotissements réglementaires (quartiers Raouebi, Hadayek, El Wouroud, Guawefel et Mostakbel).

15Cette structure foncière, caractérisée par le poids très lourd des propriétés publiques (État et municipalité possèdent 85,5 % de la superficie communale en 1983 et encore 79 % en 2010) a eu des conséquences déterminantes — mais essentiellement négatives — sur les modes de production foncière et immobilière. Non pas tant, cependant, au début du processus d’urbanisation que lorsqu’il fallut engager des programmes lourds de réhabilitation des quartiers non réglementaires.

16En effet, les premières vagues importantes de migrants venus s’installer dans la ville, d’abord en 1969, puis à partir de 1974, ont occupé les terrains libres « en douceur ». Les constructions qu’ils y ont érigées ne respectaient aucune règle d’urbanisme, mais, pour autant, tant les autorités régionales que municipales n’ont exercé, pendant des années, aucun contrôle sérieux et, d’une certaine manière, on peut dire qu’elles « ont laissé faire » sans se préoccuper le moins du monde des conséquences ultérieures de ce mode d’occupation de l’espace et de production de la ville. De fait, dès ces années-là, la ville a commencé à s’étaler rapidement, mais sans aucun plan d’ensemble, sans aucune programmation des équipements et des réseaux, guidée simplement par les opportunités foncières et les stratégies des squatters familiaux cherchant à occuper dans les meilleures conditions les parcelles des terrains au vu et au su de tous les pouvoirs établis.

Une production foncière caractérisée par la faible importance des lotissements réglementaires et la prédominance de la production « illégale »

  • 11 L’AFH, créée en 1973, est un opérateur public doté de la personnalité civile et de l’autonomie fina (...)

17L’Agence foncière d’habitation11 (AFH), établissement public, est le principal opérateur foncier en Tunisie ; et elle l’est aussi à Sidi Bouzid. Entre 1984 et 2004, elle a aménagé 46 ha et les a viabilisés avant de les lotir. Les cinq premiers lotissements qu’elle a réalisés entre 1984 et 1999 (El Wouroud 1 et 2, Hadayek et Rawebi 1 et 2) ont permis de mettre sur le marché 573 lots individuels viabilisés, 307 lots destinés à l’habitat collectif et 32 lots commerciaux. Tous les terrains aménagés avaient été achetés à des particuliers et ce n’est qu’en 2010 qu’a été menée à bien la première opération d’envergure — un lotissement de 50 ha — réalisée par l’AFH sur un terrain public, en l’occurrence un terrain cédé par l’OTD dans le cadre d’une opération d’échange avec l’État. À la suite de quoi, l’AFH aura livré 96 ha pour l’urbanisation à Sidi Bouzid (Photographie 1).

Photographie 1. Lotissement « Yessminet » en cours d’aménagement par l’AFH à Sidi Bouzid, à proximité du quartier Aouled Belhedi.

Photographie 1. Lotissement « Yessminet » en cours d’aménagement par l’AFH à Sidi Bouzid, à proximité du quartier Aouled Belhedi.

Cliché : M. Ben Jelloul, juillet 2013.

18Le second opérateur public en matière foncière et, surtout, immobilière est la SNIT (Société nationale immobilière tunisienne) — elle est le promoteur « historique » en Tunisie, ayant été créée dans les années qui ont immédiatement fait suite à l’Indépendance. Ses interventions à Sidi Bouzid ont cependant été limitées, puisque, selon nos estimations, elle n’a pas aménagé plus de 25 ha pour y réaliser des lotissements.

19En ce qui concerne la production foncière privée réglementaire, on ne dispose pas de données statistiques. Mais sa contribution est moins importante que celle du secteur public, puisque les lotissements privés, tous concentrés à l’ouest de la ville, sont peu nombreux et peu étendus.

  • 12 Entre le 30 décembre 2010 et le 13 avril 2011, 6 gouverneurs se sont succédé à Sidi Bouzid, dont qu (...)
  • 13 Il s’agit de terrains inondables, qui sont considérés par le Plan d’aménagement urbain comme non ae (...)

20Mais en vérité, ce qui domine la production foncière de façon écrasante, c’est la filière illégale. Sa production se compte en centaines d’hectares qui ont été accaparés aux dépens des propriétés de l’État ou de la municipalité. C’est sur des terrains de cette catégorie-là qu’ont été érigés les sept principaux quartiers non réglementaires de Sidi Bouzid, à savoir Ennour-Est et Ouest, El Khadra, Aouled Chelbi, Ennouamer, Frayjia et Aouled Belhedi. Ces terrains, dont les uns se situent à l’intérieur du périmètre municipal et les autres à l’extérieur — mais à une distance généralement proche de la limite de la ville —, ont été squattés par une population en majorité d’origine rurale. Cette modalité d’occupation, dont les débuts remontent aux années 1960, s’est accélérée dans le courant des années 1980 et 1990 et elle a logiquement atteint des sommets après le 17 décembre 2010, lorsque la puissance publique a pratiquement disparu du paysage12. En effet, dès le 20 décembre 2010, les terrains situés le long de la digue de protection de la ville, appartenant à l’État et qui, pour des raisons de sécurité, étaient inconstructibles et étaient donc demeurés vides13, ont été pris d’assaut par les habitants du quartier El Khadra, limitrophe de cette digue (Photographie 2).

Photographie 2. Constructions illicites en cours sur des terrains domaniaux, quartier Ennour-Est à Sidi Bouzid (situés entre la route de ceinture de la ville et la digue de protection contre les inondations).

Photographie 2. Constructions illicites en cours sur des terrains domaniaux, quartier Ennour-Est à Sidi Bouzid (situés entre la route de ceinture de la ville et la digue de protection contre les inondations).

Cliché : M. Ben Jelloul, juillet 2013.

Peuplement et structures sociales des quartiers populaires de Sidi Bouzid

21La connaissance préalable des groupes sociaux, de même que celle des liens sociaux qui les unissent et qui assurent leur cohésion, est une condition indispensable pour tenter d’appréhender et, peut-être, de comprendre le fonctionnement interne de la société locale bouzidienne au cours du processus d’urbanisation qui l’affecte et dont elle est aussi un acteur déterminant. Pour ce faire, il convient donc de déterminer l’origine des habitants, de repérer les groupes socio-économiques auxquels ils appartiennent ainsi que les réseaux de parenté dans lesquels ils s’inscrivent. Car, comme l’écrit O. Legros à propos de quartiers populaires de la périphérie occidentale de Tunis, « outre le fait que l’on a affaire à des quartiers populaires en formation, l’examen du peuplement et des modes d’intégration des individus dans le voisinage révèle la place centrale de la famille élargie dans la structuration de la société locale » (Legros, 2003).

Les origines géographiques de la population

22Quand on étudie la composition de la population des quartiers de Sidi Bouzid en fonction de l’origine géographique de leurs habitants, on constate que les uns se caractérisent par l’hétérogénéité des origines et d’autres, à leur inverse, par leur homogénéité, étant entendu que, dans tous les cas, les habitants proviennent très majoritairement des zones rurales (Nciri, 2003).

  • 14 Notre travail s’appuie sur les enquêtes réalisées en 2003 par ce chercheur.

23Selon H. Nciri14, les ruraux d’origine représentent, en 2003, entre 60 et 80 % des habitants des quartiers populaires : 80 % à Aouled Chelbi, 69,5 % à Frayjia, 68 % à Ennour-Ouest et à Aouled Belhedi, 63,5 % à El Khadra et encore 59,5 % à Ennour-Est. Leur part avoisine encore la moitié dans les quartiers Filahi (51 %) et Guawefel (46,7 %), situés au sud de la ville. Ils ne sont donc relativement peu nombreux (environ le tiers du total) que dans trois quartiers qui prolongent le centre-ville en direction du sud-ouest : Assatitha, El Wouroud et Mostakbel.

  • 15 La région de Sidi Bouzid (« bled Gamouda ») appartient, au moins jusqu’à la fin des années 1960, à (...)

24Les dates auxquelles l’installation en ville s’est effectuée confirment que le déclenchement de l’exode rural dans la région a été tardif en comparaison du reste de la Tunisie15. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le signaler, il connaît une première phase de grande ampleur à la suite des inondations de 1969 et s’intensifie quand le gouvernorat est créé et que Sidi Bouzid en est désigné comme le chef-lieu, avec les conséquences qui s’en suivent inéluctablement : investissements massifs dans les infrastructures et les équipements publics, multiplication des chantiers dans le bâtiment et la construction, création en grand nombre d’emplois de fonctionnaires, toutes choses qui, à leur tour, ont des incidences notables sur l’essor des activités économiques, principalement informelles (commerces, services, transports), puisque, désormais, la ville reçoit chaque mois une manne salariale non négligeable. Les ruraux qui émigrent appartiennent à des groupes de populations démunies qui vivaient dans des conditions extrêmement précaires et qui étaient privées des infrastructures et équipements de base : elles n’avaient ainsi accès ni à l’eau potable ni à l’électricité. L’extrême dispersion de l’habitat signifiait son isolement et rendait son accessibilité très aléatoire : les services essentiels, particulièrement ceux d’éducation et de santé de base, étaient souvent si éloignés des douars que seules quelques familles pouvaient en bénéficier, au point que le désir de s’en rapprocher a constitué un motif fréquent de leur installation en ville

  • 16 Aouled Belhedi, Ennour-Est et Ennour-Ouest, Aouled Chelbi, Frayjia et El Filahi.

25À Ennouamer, 22,2 % de la population s’est installée avant 1970 et 20 % à El Khadra : ce sont les deux seuls quartiers où l’on trouve une présence ancienne. Dans six autres16, de 90 à 95 % des habitants sont arrivés après 1970. Enfin, en ce qui concerne les quartiers restants (Mostakbel, Guawefel, El Wouroud et Assatitha), la quasi-totalité de leurs habitants s’y est installée après 1970.

  • 17 Cette délégation a été créée en 1993.

26En nous appuyant encore sur les résultats des enquêtes de H. Nciri (2003), nous constatons que ces nouveaux urbains proviennent pour l’essentiel du gouvernorat lui-même, étant entendu cependant que les différentes délégations qui le composent sont représentées selon des proportions variées. Et ce sont les délégations les plus proches de la ville qui, selon un schéma explicatif assez simple, fournissent les plus gros contingents de migrants : ainsi, les délégations de Sidi Bouzid-Ouest et Souk Jedid17 sont-elles représentées (ensemble) par 2 410 familles, la première ayant fourni 16,8 % du flux total d’immigrés et la seconde 13 %. Les autres délégations participent avec des contributions assez voisines les unes des autres — de l’ordre, pour chacune, de 7 % du total des migrants installés —, le taux le plus bas (6 %) correspondant à la délégation de Mazzouna, laquelle est la plus éloignée de Sidi Bouzid, puisqu’elle en est distante de 78 km en direction de l’est alors qu’elle n’est séparée que de 70 km de Sfax, ville vers laquelle elle est traditionnellement tournée.

Les catégories socio-professionnelles des chefs de ménage

27Les données dont nous disposons sur les activités professionnelles des habitants des quartiers périphériques de Sidi Bouzid remontent à 2003 et elles sont, compte tenu des conditions dans lesquelles elles ont été recueillies, très générales. En fait, les actifs ont été répartis selon trois catégories seulement : les fonctionnaires, les actifs du secteur structuré privé, tous statuts (patrons, professions libérales, salariés) et toutes spécialités confondus et, enfin, tous ceux qui s’« occupent » dans le secteur informel — entendons par là tous ceux qui n’ont pas d’emploi fixe, les journaliers, les saisonniers, les occasionnels, les ambulants et les chômeurs.

28Parmi tous les quartiers populaires, El Khadra est celui qui se distingue le plus nettement par son degré de précarité et de pauvreté ; les actifs du secteur informel, dont une très grande majorité est constituée de journaliers, y représentent 83 % des personnes de sexe masculin en âge de travailler, tandis que les travailleurs du secteur formel et les fonctionnaires y sont en nombre infinitésimal.

29À un degré légèrement supérieur, on trouve un ensemble constitué des quatre quartiers de Frayjia, Aouled Belhedi, Ennouamer et Filahi. Ici, les journaliers représentent entre 40 et 50 % des actifs. Le reste des actifs se partage à peu près à égalité entre les deux autres catégories professionnelles. Bien qu’ils comportent donc quelques éléments appartenant aux classes moyennes, ces quatre quartiers populaires n’en demeurent pas moins des lieux où plus de la moitié de la population survit — plus qu’elle ne vit —, car elle ne dispose que de très peu de ressources et doit se satisfaire d’un environnement (urbain) plus qu’insatisfaisant.

  • 18 En Tunisie, comme dans tout le Maghreb, on appelle « taxiphones » des boutiques où sont installées (...)

30Les quartiers Ennour-Est et Ouest se distinguent des précédents par l’importance qu’y occupent ceux qui exercent un métier dans le secteur structuré, particulièrement le commerce de détail : ce dernier regroupe 75 % des actifs dans le premier de ces quartiers (84 commerçants de détail, 27 « taxiphones »18, etc.) et pas loin de 60 % dans le second (71 commerçants de détail, 33 « taxiphones », etc.). Et ce sont, de fait, les deux seuls quartiers de Sidi Bouzid où les activités structurées occupent une place notable et sont visibles ! Et où, conséquence logique, le secteur non structuré demeure relativement peu important (13,5 % des actifs à Ennour-Est et 22,2 % à Ennour-Ouest).

31Les quatre derniers quartiers, ceux de Guawefel, Mostakbel, El Wouroud et Assatitha, constituent, sur le plan de l’emploi aussi, un type à part, caractérisé par la présence très importante des ménages de fonctionnaires : ceux-ci représentent entre plus de la moitié et les trois-quarts des résidents. Rien, d’ailleurs, que de très normal puisqu’il s’agit de lotissements réglementaires !

  • 19 La ville compte en 2004 plus de 1400 commerçants de détail et 30 grossistes de produits alimentaire (...)
  • 20 L’emploi public représentait en 2004 un peu plus de 6 000 postes de travail, soit 73 % de l’ensembl (...)
  • 21 La plus importante entreprise industrielle à Sidi Bouzid est une société allemande, produisant, sou (...)

32La structure socio-professionnelle de la population active reflète très exactement — mais il ne saurait en être autrement — les activités économiques présentes dans la ville. Sidi Bouzid s’est, à l’origine, développé à partir d’un souk du bétail (ovins) qui a été, dans les années 1960, l’un des plus actifs du pays et sur lequel se sont greffées des activités commerciales (soukières) très diversifiées. Le commerce, formel et informel, soukier et en boutiques localisées en centre-ville et le long des principales artères commerçantes, constitue d’ailleurs toujours aujourd’hui une des principales source d’occupation pour les habitants19. Par ailleurs, si la promotion administrative a permis la création, comme on l’a vu, de très nombreux emplois publics20, l’État ne l’a accompagnée d’aucun effort en vue de diversifier la base économique : l’industrie est presque absente21, hormis quelques entreprises qui sont plutôt de type artisanal, tandis que le tertiaire supérieure est pratiquement inexistant, ce qui fait que tout le gouvernorat, mais aussi la ville de Sidi Bouzid elle-même, se trouvent sous l’influence d’autres centres urbains comme Sfax (pour les services de santé, les activités financières, l’enseignement supérieur, les services techniques spécialisés, etc.) ou Gafsa (particulièrement pour les affaires de Justice, car c’est dans cette dernière ville qu’est établi le siège de la Cour d’appel et que se trouve la Direction régionale du ministère de la Justice).

33Ce sont bien les limites de l’offre d’emplois dans le secteur structuré et, plus encore, un assez brutal arrêt des nouvelles créations de postes dans le secteur public à partir du moment où la Tunisie a adopté les orientations du Plan d’ajustement structurel que lui a imposé le FMI et la Banque mondiale, qui expliquent la poussée irrépressible des emplois informels, lesquels deviennent pratiquement le seul recours possible pour les jeunes parvenus à l’âge de travailler.

Les conséquences du regroupement des sous-fractions dans l’espace urbain sur l’appropriation de l’espace

34À Sidi Bouzid, la simple connaissance de la manière dont les habitants dénomment les quartiers fournit la preuve que la plupart de ces derniers ont été fondés par des personnes qui avaient les mêmes origines tribales. Seuls font exception les quartiers lotis ou construits soit par l’État ou la municipalité au travers de l’action des opérateurs publics (AFH ou SNIT), soit par des promoteurs privés dans le cadre de lotissements réglementaires.

  • 22 Une tribu est composée de plusieurs arouch (pl. de arch) et chaque arch est constitué de plusieurs (...)

35Au moment de leur création, cinq quartiers portaient le nom d’une sous-fraction tribale22 : il s’agit des quartiers Aouled Belhedi, Aouled Chelbi, Aouled Bouallègue, Frayjia et Brahmia. Tous ont conservé leur nom d’origine jusqu’à aujourd’hui, sauf celui d’Aouled Bouallègue qui, dans les années 1980, a dû changer de nom pour devenir El Khadra. Ils se disposent pour former une demi-auréole autour du centre, qui se déploie au sud, à l’est et au nord-est de la ville.

36Quand ces quartiers se sont créés, leur peuplement était homogène et les familles avaient entre elles des liens de parenté solides (Zaafouri, 1999). Au sein de chacun d’eux, on pouvait observer des regroupements de familles issues d’un même arch.

  • 23 La détermination des origines et des liens tribaux a été effectuée à partir d’entretiens directs qu (...)
  • 24 La sous-fraction des Aouled Belhedi est l’une des sous-fractions les plus importantes de l’arch des (...)

37Par exemple, le noyau initial du quartier Aouled Belhedi regroupe six familles (les Brahmi, Mnefgui, Omri, Heni, Bakeri et Thahri)23 qui composent la famille élargie des Aouled Belhedi24 ; leurs membres représentent 76 % des habitants de ce noyau (Nciri, 2007, p. 90). Les autres habitants de ce même noyau appartiennent aux sous-fractions des Bdour, des Aouled Mhamed, des Raddewi, etc., lesquelles sont toutes des composantes de l’arch des Aouled Aziz — un des deux arouch les plus importants de la tribu des Hmemma — et proviennent toutes de la délégation de Souk Jdid.

38Dans le cas du quartier Aouled Chelbi, la plupart de ses habitants sont originaires de Sidi Bouzid même et sont des descendants du marabout qui a donné son nom à la ville.

39À El Khadra, la famille élargie des Aouled Bouallègue, originaire de la délégation de Rgeb, est à l’origine de la création du quartier, et ce dès avant le début des années 1970 — c’est d’ailleurs l’un des plus anciens de la ville. Cette sous-fraction appartient à l’arch des Aouled Radhouane, qui est la seconde composante de la tribu des Hmemma.

40Des dispositifs similaires dans la répartition spatiale des habitants peuvent se retrouver dans le quartier des Frayjia, dont la majorité des habitants est originaire de Sidi Bouzid même, ou dans celui des Brahmia, fondé par des fractions venues de la délégation de Rgeb.

41Pour cinq autres quartiers de Sidi Bouzid, les noms qu’ils portent n’ont pas de rapport avec ceux d’arouch ou de sous-fractions. Leur dénomination est plutôt banale pour la Tunisie — à tout le moins, elle n’a pas de signification particulière : « La Lumière » (Ennour-Est et Ouest), « Les Numéros » (Ennouamer), « L’Agriculture » (El Filahi) ou « La Caravane » (El Guawefel). Pour autant, dans ces quartiers comme dans les précédents, plusieurs familles élargies cohabitent et les liens familiaux entre les résidents sont étroits. Si l’on prend le quartier Ennour-Ouest comme exemple, on constate en effet que plusieurs sous-fractions, toutes appartenant à l’arch des Aouled Radhouane — à savoir les Gmamda, les Nçayria, les Douali, les Horchen, etc. —, y vivent dans la proximité et qu’il n’est pas rare que plusieurs familles composant l’une ou l’autre de ces familles élargies (ou sous-fractions) cohabitent dans un même noyau d’habitat : c’est le cas, par exemple, de la famille élargie des Horchen qui rassemble en un même lieu des éléments des familles Bouazizi, Azri, Mliket, Horcheni, etc.

42Un dernier groupe de quartiers est constitué de ceux qui correspondent aux lotissements privés réglementaires ; ce sont des quartiers souvent récents, peuplés en majorité de fonctionnaires ou d’actifs du secteur formel, et les noms qui leur ont été attribués n’ont d’autre valeur que celle de vouloir signifier leur qualité ou la qualité de ceux qui y résident : « Les Roses » (El Wouroud), « Les Jardins » (El Hadayek), « L’Avenir » (Mostakbel), « Les Professeurs » (Al Assatitha). Et c’est sans surprise que l’on peut constater que les liens familiaux ou tribaux entre les habitants y sont à la fois rares et, quand ils existent, faibles.

43En ce qui concerne les deux premiers types de quartiers que nous venons de présenter, les sous-fractions tribales ont investi l’espace urbain en s’appropriant des terrains agricoles qui appartenaient à l’État, en profitant de la « faiblesse » du contrôle municipal et du laxisme des structures de l’État. Les stratégies qu’elles ont mises en œuvre pour opérer ces occupations illégales sont bien connues (tant des observateurs que de ceux qui, théoriquement, ont en charge le contrôle de l’urbanisation) — et bien réglées par les acteurs eux-mêmes : ceux-ci commencent par repérer un lot de terrain dont la localisation leur semble présenter des avantages; ensuite, en jouant de l’entraide au sein de la famille élargie, ils procèdent à la construction des premières habitations ; ces constructions sont sommaires (une ou deux pièces seulement) et elles sont effectuées en des temps records (quelques jours à peine). Ces locaux sont occupés alors même qu’ils sont encore en chantier et leur équipement (cuisine, sanitaires) est entamé pendant que les travaux se poursuivent. La qualité des aménagements intérieurs et le rythme auxquels ils sont effectués dépendent des moyens financiers des ménages, lesquels sont généralement limités. Dès qu’une première construction est érigée et qu’elle a reçu ses premiers équipements, elle devient un point d’attraction et d’ancrage pour le reste de la famille élargie, dont chaque élément participera à la consolidation de ce premier « noyau » en construisant à sa proximité immédiate de nouvelles habitations.

44Une fois installées, et dès lors qu’elles s’estiment assez nombreuses pour pouvoir établir un rapport de forces en leur faveur, les familles conçoivent une nouvelle stratégie visant à pérenniser leur occupation (illégale) du sol et, si possible — dans le meilleur des cas —, à régulariser leur situation. Cette stratégie consiste à mettre à la disposition de leurs parents et proches des lots de terrains sous forme de donation (Zaafouri, 1999). Le recours à cette pratique s’explique par les conditions dans lesquelles s’est effectuée l’installation des premiers installés. Dès l’instant même où ils commencent à occuper le terrain, ces derniers ont en effet absolument besoin de s’inscrire dans des réseaux de solidarité suffisamment puissants (par le nombre de ceux qui y participent) et solides (du fait des liens familiaux et de l’appartenance aux mêmes sous-fractions) pour pouvoir les mobiliser au cas où leur occupation des terrains qu’ils ont accaparés serait menacée, de quelque endroit d’où puisse venir cette menace (de voisins, d’originaires d’autres tribus, de la municipalité, de l’État, etc.). Et, dans le cas où ces menaces se font plus pressantes, c’est grâce à leur capacité de mobiliser l’ensemble de la sous-fraction que ces familles premières installées peuvent organiser des manifestations de protestation devant le siège du gouvernorat. Il peut arriver que celles-ci se transforment en sit-in qui aboutissent généralement à la satisfaction des demandes — qui s’apparentent souvent à des exigences ! Comme l’écrit O. Legros (2003, p. 171) à propos de la périphérie populaire tunisoise :

« La famille élargie et la communauté d’origine jouent toujours un rôle déterminant dans l’intégration sociale et économique de néo-citadins issus des couches populaires. Si elle confirme le caractère organisé de la société des quartiers non réglementaires, la production de l’espace souligne donc, avec la même force, la proximité des formes de structuration sociale et politique dans les banlieues […], en dépit des différences qu’on s’attend a priori à trouver ».

45Ainsi, à Sidi Bouzid, les premiers noyaux spontanés — illégaux — ont-ils vu le jour, dès la fin des années 1960 mais surtout dans la deuxième moitié des années 1970, sur ces terres agricoles qui appartenaient en majorité à l’État. Le mouvement d’accaparement du sol s’est poursuivi à un rythme très élevé durant les trente années suivantes, profitant du laisser-faire des pouvoirs régionaux et locaux. En définitive, plus de 631 ha de terres domaniales sont passées aux mains de ceux qui sont venus s’installer en ville, et qui en constituent les nouveaux citadins. L’ampleur et les modalités de ce « transfert » expliquent aisément que la question foncière constitue l’enjeu majeur (économique, financier, social, politique) de l’urbanisation à Sidi Bouzid (Nciri, 2007) ; elles expliquent aussi que l’avenir du développement de la ville, d’une part, les reconfigurations de la société urbaine, d’autre part, dépendent directement de la manière dont cette question sera traitée et des réponses qui lui seront apportées.

Le pouvoir face à la ville illégale : encadrement politique et régulation sociale

46Tout au long des années 1970 et 1980, la population des quartiers non réglementaires a vécu dans l’espoir d’une régularisation juridique de sa situation, tant en ce qui concerne les terrains sur lesquels elle était installée que les constructions qu’elle y avait construites. Redoutant leur expulsion et leur renvoi dans leurs régions d’origine, les habitants de ces quartiers s’obligeaient à entretenir des relations pacifiques avec les représentants de l’autorité. Dans ce but, certains d’entre eux, pour mieux s’assurer une relative immunité, eurent recours aux structures du parti dominant, le PSD.

47Dans le même temps toutefois, les désastreuses conditions de vie qui étaient celles de la plupart des habitants de ces quartiers — et particulièrement de ceux d’Aouled Belhedi —favorisaient, comme ce fut le cas au cours de la même période dans beaucoup d’autres villes tunisiennes, le développement du mouvement islamiste. Celui-ci, apparu en Tunisie vers la fin des années 1970, commença alors à gagner assez rapidement du terrain et à alimenter une contestation populaire de plus en plus véhémente. La conjonction de cette montée des mécontentements, relayée et instrumentée par ces mouvements islamistes, et des événements du 26 janvier 1978 — que nous avons précédemment évoqués — obligèrent l’État à modifier radicalement sa politique à destination des quartiers populaires et à opter en faveur de leur réhabilitation (aux plans urbanistiques et infrastructurels), leur équipement (en termes de services publics) et leur développement « intégré » (en matière économique et sociale).

L’encadrement politique des quartiers populaires de Sidi Bouzid

48Si l’on veut essayer de comprendre le comportement de l’État et du pouvoir politique à l’égard de ce gouvernorat et, plus précisément, à l’égard de son chef-lieu et de ses habitants, il faut revenir, même si brièvement, aux causes de la création de cette entité administrative.

La création du gouvernorat de Sidi Bouzid : encadrement politico-administratif et resserrement du contrôle de l’État

  • 25 Au recensement de 1956, cette population est recensée comme « rurale » puisque la municipalité de S (...)

49Jusqu’à la fin de 1973, date à laquelle elle est promue chef-lieu du gouvernorat nouvellement créé qui portera le même nom qu’elle, la ville de Sidi Bouzid est le chef-lieu de l’une des délégations composant le gouvernorat de Gafsa. Sa population recensée est passée de 1 556 habitants à la veille de l’Indépendance25 à 3 257 en 1966.

50Sidi Bouzid n’est donc encore, vers la fin des années 1960, qu’un tout petit centre à l’urbanité mal affirmée, dont la croissance va cependant s’accélérer, pour les raisons que l’on a déjà vues, dans la première moitié de la décennie 1970 : progressant au rythme annuel moyen de 11,74 % — un taux record en Tunisie à l’époque ! —, sa population atteint en effet 8 843 habitants en 1975. Quand la ville devient chef-lieu de gouvernorat, cette dynamique démographique se poursuit à un niveau élevé, soit à un rythme de 9 % par an entre 1975 et 1984 (la population atteint 19 215 habitants au recensement de cette année-là), puis de 6 % entre 1984 et 1994, date à laquelle la ville regroupe près de 35 000 habitants (34 315 très exactement), soit quatre fois plus qu’en 1975. Ce n’est que dans la deuxième moitié des années 1990 qu’un ralentissement de cette croissance se manifeste, et il est très net : le taux moyen annuel tombe en effet à 1,52 % entre 1994 et 2004 et, à cette dernière date, la ville n’a pas encore tout à fait atteint les 40 000 habitants (INS, 2008).

51Jusqu’à ces dernières années, cette dynamique démographique assez exceptionnelle résultait de la conjonction entre un croît naturel élevé, du moins à l’échelle de la Tunisie — en 1978, par exemple, son taux était de l’ordre de 3,2 % par an, alors que, pour la Tunisie entière, il plafonnait à 2,6 % —, et un intense exode rural amenant vers la ville des familles originaires de pratiquement toutes les délégations du gouvernorat.

  • 26 L’attribution du statut de municipalités au cours des années 1990 a concerné, dans le gouvernorat d (...)

52L’attraction migratoire exercée par Sidi Bouzid sur son territoire administratif s’explique par le fait que, pendant très longtemps, elle a été pratiquement le seul centre urbain notoire de son gouvernorat. En 1984, elle concentrait ainsi près de 55 % de sa population urbaine et, en 2004, ce taux dépassait encore 41 % (INS, 2008), alors pourtant que de nombreuses bourgades avaient été érigées en municipalités dans les années 199026.

53La création du gouvernorat de Sidi Bouzid répond à une logique éminemment politique, à savoir affiner la maille administrative pour renforcer le contrôle territorial et mieux assurer, au nom du combat contre les manifestations du tribalisme et du régionalisme, l’autorité et la légitimité du pouvoir de l’État en Tunisie centrale. C’est que ce dernier a été en permanence contesté par les tribus du Centre et du Sud du pays, tribus qui, aux yeux du Président de l’époque, Habib Bourguiba, incarnaient des valeurs qui constituaient un danger de premier ordre pour l’unité nationale :

  • 27 Ce discours a été prononcé au Bardo le 19 mars 1975. Il se situe, chronologiquement, peu après la d (...)

« Ce dont j’ai le plus peur, déclara-t-il ainsi dans un discours datant de 1975, c’est que les anciennes luttes tribales renaissent et que revienne la lutte qui était dominante entre les villes et certaines campagnes […]. Ces luttes ont été la cause de notre faiblesse et de notre retard dans le passé et ce sont elles qui ont attiré le colonialisme »27.

  • 28 Logique mise en œuvre dès les premiers découpages administratifs post-Indépendance, particulièremen (...)

54Dans cette logique très bourguibienne d’affaiblissement des groupes tribaux28, ce gouvernorat a été constitué en regroupant dans la même entité des « morceaux » des différentes tribus installés de longue date en Tunisie centrale — tribus puissantes, mais historiquement en conflit les unes les autres. Si le groupe dominant est constitué par les fractions appartenant à la tribu des Hmemma, leur furent accolés des Jlas (principalement installés dans la délégation de Aouled Haffouz, antérieurement rattachée au gouvernorat de Kairouan), des Frachich (délégation de Sabelet Aouled Askar) et des Majer (délégation de Jelma qui, comme la précédente, était rattachée au gouvernorat de Kasserine), ainsi que des Aouled Sidi Mhadheb, concentrés dans la délégation de Mezzouna qui fut retirée au gouvernorat de Sfax pour être intégrée dans celui de Sidi Bouzid. Ainsi était concrétisée la volonté de faire en sorte qu’aucun gouvernorat ne puisse être assimilé au territoire d’une seule tribu, tandis que, en éclatant plusieurs tribus, réputées pour leur conflictualité, en morceaux inégaux qu’on réunissait « artificiellement » dans un même espace administratif, on fournissait au pouvoir central la possibilité de mieux affirmer son autorité en régulant ces conflits.

  • 29 La délégation de Meknessy regroupait, au moment de la création du gouvernorat de Sidi Bouzid, les d (...)
  • 30 De la même manière, la délégation de Sidi Bouzid rassemblait les deux délégations actuelles de Sidi (...)

55Pour ce qui est de la composante tribale principale, celle des Hmemma, elle est surtout représentée dans le gouvernorat par deux arouch, celui des Aouled Aziz, installés dans la délégation de Meknessy29, et celui des Aouled Radhouane, surtout présents dans les délégations de Sidi Bouzid30, Bir Lahfay et Rgeb. Et, comme nous l’avons vu dans un développement antérieur, cette organisation tribale sera transférée en ville où elle se projettera au sol, donnant à voir une répartition des familles en fonction de leur appartenance à telle ou telle sous-fraction ou à tel ou tel arch.

56Si autant de ruraux portés par l’exode ont pu s’installer autour de Sidi Bouzid où ils ont donné naissance aux premiers quartiers périphériques et si leur regroupement par familles élargies ou arouch a pu s’effectuer de manière aussi systématique, c’est, fondamentalement, parce que de vastes surfaces de terrains publics pouvaient être aisément accaparées dès lors que les autorités ne menaient pas la lutte contre les occupations illicites.

Entre l’État et la région31 de Sidi Bouzid, l’établissement d’un véritable pacte politique

  • 31 En Tunisie, une réforme régionale n’a de fait jamais été vraiment entreprise et la régionalisation (...)
  • 32 Le PSD est la formation politique au pouvoir depuis l’Indépendance. À ce moment-là, il s’appelait l (...)

57Pendant la vingtaine d’années qui ont fait suite à l’Indépendance, l’État n’a pas manifesté un grand intérêt pour le bled Gamouda (ou la région de Sidi Bouzid), bien que nombreux aient été ses habitants à avoir activement participé au mouvement national et à la lutte pour la libération du pays. Elle n’a jamais bénéficié de gros investissements, ni dans les infrastructures routières, ni dans les équipements publics. Il est possible que ce peu d’attention qui lui a alors été portée soit la contrepartie de sa fidélité et de l’assurance qu’avait l’État que ses habitants constitueraient toujours l’un de ses principaux soutiens. De fait, elle était alors considérée comme un fief du Parti socialiste destourien32, le parti unique au pouvoir, devenu en 1988, après l’« éviction » de Bourguiba et l’accès à la magistrature suprême de Ben Ali, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD). Plusieurs personnalités influentes, originaires de ce gouvernorat, ont ainsi pu accéder à de hautes responsabilités au sein de l’appareil de ce parti tout en gardant et affirmant leur lien et attachement à leur région. De toute manière, ce n’est que grâce à ces liens que leur légitimité pouvait être garantie et maintenue. Et ce sont justement ces personnalités politiques nationales qui, outre les responsables régionaux et locaux (de l’État et du Parti), assuraient l’intermédiation entre la population locale et le pouvoir régional et local. On pourrait même dire que, dans des circonstances « normales », ils exerçaient un véritable monopole de l’intermédiation.

  • 33 D’après les informations que nous a fournies, lors d’un entretien (2013), un ancien secrétaire géné (...)

58Dans ce contexte, la prééminence des structures tribales dans la société a favorisé le développement, de la part du RCD, d’un clientélisme qui a revêtu une ampleur bien supérieure à ce qu’il a pu être dans les autres régions du pays. Le parti a en effet maillé le territoire du gouvernorat avec plus de 610 cellules de base en 2008, ce qui en fait, par le nombre de cellules, le deuxième de tout le pays — après Sfax, mais alors que sa population n’atteint pas les 400 000 habitants tandis que celle de Sfax en compte 800 00033.

59Le pouvoir politique a réussi, grâce au rôle qu’ont joué les structures du Parti et les responsables locaux et régionaux, à maintenir la paix sociale durant des décennies, malgré la situation économique et sociale désastreuse que connaissait ce gouvernorat. Son caractère rural dominant et la faiblesse de son urbanisation ont été probablement des facteurs qui expliquent que ce mode de régulation politique ait permis que se prolonge durant de longues années — du moins jusqu’à la fin des années 1980 — une forme de paix sociale. De fait, jusqu’à la fin de cette décennie-là, les revendications de la population n’ont jamais pris la forme de protestations collectives dirigées contre le pouvoir central. La manière dont l’intermédiation agissait parvenait toujours à régler les différends entre pouvoir local et régional d’un côté et population d’un autre côté. Et quand les responsables régionaux du Parti ne parvenaient pas à régler eux-mêmes ces différends, ils avaient recours à des personnalités politiques nationales originaires du gouvernorat, lesquelles, en règle générale, parvenaient à négocier un compromis acceptable par les différentes parties. Les gouverneurs éprouvaient une réelle crainte envers ces personnalités, vu leur influence au niveau local et vu que, à cause des liens tribaux qui les reliaient aux arouch les plus puissants, ils disposaient d’une capacité de mobilisation et de manipulation extrêmement grande. Les gouverneurs savaient aussi qu’ils possédaient des relations très étroites avec les plus hautes sphères du pouvoir au niveau central et qu’ils devaient donc s’en méfier.

  • 34 Dans le cadre des entretiens que j’ai eus avec différents acteurs de la vie politique de Sidi Bouzi (...)
  • 35 Entre 1994 et 2004, les autorités municipales ont pris 203 arrêtés à l’encontre de constructions no (...)

60Il faut bien être conscient encore de ce que, dans le mode de régulation politique auquel nous faisons référence pendant cette période, le pouvoir régional faisait toujours des concessions et ne prenait jamais l’initiative de la confrontation, tant il était convaincu des risques qu’il aurait pris à s’attaquer de front à des populations qui étaient toujours prêtes à mobiliser les solidarités tribales contre le pouvoir central. On peut donc attribuer à ces deux facteurs — un appareil du Parti très puissant et exerçant sa domination y compris sur les représentants de l’État ; une volonté d’éviter les confrontations directes avec les arouch et la population — l’indifférence — apparemment étonnante dans un pays dont on disait le pouvoir « fort » et « autoritaire » — du pouvoir régional et des structures de l’État face à l’accaparement frauduleux et illégal des terres publiques, d’abord par les ruraux déshérités portés par la migration et venus s’installer en ville, puis par les résidents en ville eux-mêmes, mais aussi par de nombreux responsables politiques et élus ou cadres municipaux34. C’est ainsi que sont apparus, puis développés, des quartiers non réglementaires qui ont fini par occuper des centaines d’hectares. Ce laisser-faire des différents pouvoirs en place ne saurait être attribué à une faiblesse quelconque, puisque ceux-ci disposaient de tous les moyens pour contrôler et faire respecter les règles et normes, y compris ceux de maintien de l’ordre et, éventuellement, de répression. D’ailleurs, lorsqu’il le voulait — c’est-à-dire lorsqu’il considérait que la décision qu’il prenait était indispensable pour asseoir sa légitimité —, ce même pouvoir était capable de prendre des décisions concernant par exemple la démolition de constructions ou de logements35.

61Il s’agit donc, en quelque sorte, d’un pacte tacite passé entre le pouvoir (via ses responsables régionaux), les structures partisanes et les principaux acteurs sociaux en tant qu’ils portent la parole de la population : le laisser-faire et la non-intervention à l’encontre de tous les agissements de la notabilité politique (locale et régionale) d’un côté contre la garantie du maintien de la paix sociale et politique et la non-revendication de demandes ou de projets dont la satisfaction dépasserait les moyens de l’État central, de l’autre côté.

Réseaux partisans et intermédiation : le rôle des structures de base du parti dans le contrôle socio-politique des quartiers populaires

  • 36 Le omda est le responsable de l’imada ou secteur, qui est la circonscription de base de l’administr (...)

62À Sidi Bouzid-Ville, les pratiques clientélistes sont anciennes. Elles sont apparues en effet pratiquement dans le même temps où la ville a commencé à se développer, concomitamment donc à l’occupation illégale des terrains appartenant au domaine de l’État ou à celui de la municipalité. Et, très vite, pour se « couvrir » et « s’assurer » contre le déguerpissement, les sous-fractions ont compris l’utilité de pousser à la création de cellules de base du Parti. Les démarches que cela nécessitait leur permettaient aussi d’établir des liens avec le pouvoir local représenté par el omda36 (chef de secteur) et le délégué. C’est pour cette raison que la population ne formulait au grand jour aucune revendication tant que le quartier n’avait pas réellement commencé à prendre forme et que ceux qui y vivaient n’étaient pas très nombreux.

  • 37 La Confédération locale est la structure du parti à l’échelle de la délégation ; elle joue le rôle (...)

63Une fois que la mainmise du groupe (sous-fraction) sur le terrain est assurée et dès que ce groupe juge le noyau de constructions suffisamment étoffé, commence alors une longue bataille pour bénéficier de la reconnaissance d’un statut d’occupation par les autorités locales ou régionales. Les revendications des habitants portent d’abord, en règle générale, sur le branchement à l’électricité domestique — une revendication dont ils savent d’expérience qu’elle reçoit très souvent une réponse positive et que les branchements peuvent être réalisés assez vite avec cet avis favorable. Les revendications sont transmises par la cellule du Parti, qui les porte à l’instance hiérarchique immédiatement supérieure, à savoir celle de la Confédération37 locale ; celle-ci la transmet à l’Administration, en l’occurrence au délégué, tout en informant simultanément la structure régionale du Parti, qui est le Comité de coordination (dont le territoire d’intervention est le gouvernorat).

  • 38 Les informations relatives à la création des cellules de base du PSD, devenues celles du RCD, à Sid (...)

64C’est ainsi que, en 1976, les habitants du quartier Ennour-Ouest, qui commençait juste à prendre forme sur un terrain appartenant à l’État qui sera ultérieurement cédé à la municipalité, ont exigé des responsables régionaux du Parti la création d’une cellule de base du PSD. Comme il leur fut donné satisfaction, ce fut la première cellule créée dans un nouveau quartier — la seule existante avant cette date était la cellule « historique » de Sidi Bouzid, qui avait été constituée en 1951. Elle servira de relais pour transmettre les doléances des habitants de ce quartier au pouvoir local38. Peu après, les habitants du quartier Ennouamer suivirent cet exemple : installés loin du centre-ville, eux aussi sur des terrains accaparés de l’État dans les années 1970, ils constituèrent en 1979 leur cellule pour obtenir la protection du Parti contre un éventuel délogement. Même schéma pour ce qui concerne la cellule du quartier Aouled Belhedi : encore un quartier installé sur des terrains de l’OTD, encore un quartier à la marge de la ville, et encore une cellule créée en 1980 en vue de se protéger. Le président de la cellule, O. Belhedi, élu dès la création de celle-ci, le restera pendant plus de 30 ans — en fait jusqu’à la dissolution du RCD en février 2011 — et aura été, tout ce temps, un ardent défenseur du quartier auprès des autorités.

65La situation se présente un peu différemment dans les quartiers Aouled Chelbi, Frayjia, Ennour-Est et El Khadra. Jusqu’en 1983, ceux d’entre leurs habitants qui étaient des adhérents du Parti dépendaient de la cellule de Sidi Bouzid-Centre. À cette date, la Confédération locale prit la décision de créer deux nouvelles cellules afin de mieux encadrer la population de ces quatre quartiers : la première fut appelée Sidi Bouzid-Est et elle couvrit Ennour-Est et El Khadra ; la seconde prit le nom de Sidi Bouzid-Ouest et elle chapeauta Aouled Chelbi et Frayjia. En vérité, les militants les plus actifs de ces quartiers voulaient se détacher de la cellule-mère et espéraient chacun en créer une nouvelle, mais la population des quartiers était trop limitée et le nombre de militants trop faible pour justifier un tel fractionnement, d’où est née l’idée d’un regroupement des quartiers deux à deux. Il fallut ensuite attendre 1988 pour qu’El Frayjia dispose d’une cellule propre, et 1995 pour qu’El Khadra bénéficie de la même organisation.

66Les cellules créées et la sécurité foncière mieux assurée, les habitants commencent à exercer des pressions pour bénéficier des infrastructures ou des équipements pour le développement desquels l’État s’efforce de mobiliser les financements nécessaires. À Frayjia, le quartier s’est considérablement densifié et c’est à ce moment-là que la cellule a été créée (1988), mais les conditions de vie s’y étaient aussi beaucoup dégradées, le quartier ayant été laissé pratiquement à l’abandon. Habitants et responsables du Parti espéraient, par la création de la cellule, pouvoir compter sur une structure forte pour être en situation de pouvoir négocier avec l’État leurs revendications. Dans le quartier Brahmia, né en 1974 d’une opération de recasement des habitants des gourbis, la cellule a été constituée en 1984 et les demandes envers les autorités sont de même nature et sont formulées de la même manière que celles qui émanent du quartier Frayjia.

67Ainsi se confirment les analyses de M. Chabbi (2012b), lequel constate, à partir de plusieurs cas qu’il a étudiés à travers toute la Tunisie, que « la cellule devient une structure-relais pour acheminer les revendications des habitants en direction des responsables politiques. Cette stratégie des habitants procède d’une logique fondée sur une recherche de proximité avec les organes de l’État-Parti afin de bénéficier des infrastructures, des équipements socio-collectifs et de la réhabilitation du quartier ».

  • 39 FSN : le Fonds de solidarité nationale a été créé en 1992 et cette institution gouvernementale reço (...)

68Pour les habitants, tous les moyens sont bons pour faire pression sur les autorités locales et régionales. Ils profitent par exemple des visites des responsables politiques et des réunions organisées par le Parti, surtout en période électorale, pour exiger que leur quartier occupe une place de choix dans la programmation de tel ou tel programme de développement régional ou dans le tableau de bord des financements du Fonds de solidarité nationale (FSN)39, ce qui lui permettrait d’être prioritaire pour bénéficier d’une connexion au réseau d’eau potable ou à celui d’électricité. Une fois les travaux réalisés et les branchements, par exemple, effectués, les habitants considèrent que leur quartier a désormais été reconnu de fait par les autorités et ils passent alors à l’étape suivante, qui consiste à réclamer la régularisation légale de la parcelle sur laquelle ils ont construit. Ils s’adressent pour ce faire au gouverneur en lui demandant d’intervenir auprès de l’autorité centrale — c’est-à-dire auprès des ministères compétents, à Tunis — pour engager la procédure de déclassement de la propriété publique et sa cession à la municipalité ou au conseil régional, afin que ces derniers les cèdent ensuite à des prix symboliques aux habitants du quartier.

  • 40 1 dinar tunisien (DT) = 0,44 € en novembre 2013.
  • 41 Cette somme correspond au prix à payer pour l’établissement de l’acte juridique de régularisation ; (...)
  • 42 Entretien avec M.B.S., qui fut gouverneur de Sidi Bouzid entre 2002 et 2005.

69Au terme du processus, la décision de régularisation foncière de certains quartiers a été prise au niveau central, suite aux démarches engagées en 2002 par le gouverneur de l’époque, très interventionniste, auprès du ministre des Domaines de l’État et des Affaires foncières. Démarches, on l’aura compris, qui ont été entreprises sous la pression constante des habitants et des structures du Parti aux différents niveaux. Les premiers bénéficiaires en furent les quartiers El Khadra, Aouled Chelbi et Frayjia, trois quartiers pauvres et « réputés » par leurs niveaux de délinquance et de criminalité. Les opérations commencèrent le 2 août 2003 juste après que le gouverneur eut annoncé qu’il avait été destinataire de demandes — officielles, donc — de régularisation émanant des occupants de ces quartiers. Le prix du mètre carré a été fixé pour les terrains bâtis et destinés à l’habitation à 5 dinars tunisiens (DT)40 et pour les terrains non bâtis à 10 DT41. Le prix des terrains bâtis à caractère commercial a été établi à 10 DT et celui des terrains non bâtis destinés au même usage a été fixé à 15 DT. Au prix du marché, le mètre carré de terrain valait à peu près, à cette époque, 70 DT. Les premiers titres fonciers — une dizaine environ —, établis au nom de chefs de ménage occupant une parcelle, ont été distribués dans le quartier El Khadra à l’occasion d’une cérémonie symbolique organisée par le gouverneur et qui — est-ce un hasard ? — a eu lieu la veille des élections municipales de 200542.

70Par son usage systématique, pour ne pas dire sa manipulation, des réseaux partisans, puis par la décision qu’il a prise — non pas spontanément, mais sous l’effet de fortes pressions sociales — de s’engager dans une politique de régularisation foncière, le pouvoir politique est parvenu, pendant deux à trois décennies, à maintenir sur Sidi Bouzid un contrôle social plutôt efficace, étant entendu que celui-ci passait, entre autres, par le maintien de son emprise politique sur les habitants des quartiers populaires.

La réhabilitation urbaine : une réponse imposée en fonction du nouveau contexte socio-économique et politique

Le contexte de l’émergence des politiques de réhabilitation des quartiers populaires

71Après l’échec des politiques répressives dirigées, dans les années 1960, contre les gourbivilles et qui consistaient à détruire les baraques et à renvoyer leurs habitants dans les régions supposées être celles de leur origine — toutes opérations menées avec une grande violence et, parfois, avec le concours de l’Armée —, l’État s’est trouvé obligé, dans la première moitié de la décennie 1970, de reconsidérer ses rapports avec les groupes sociaux qui vivaient dans ce type de quartier et à abandonner le parti-pris des démolitions systématiques (Chabbi, 1999). Dans un nouveau contexte caractérisé par l’adoption d’un modèle économique libéral, commence alors à se faire jour, en matière urbaine, une attitude de plus grande tolérance des autorités envers l’habitat non réglementaire.

72Or c’est justement à cette période-là que s’est enclenché le rapide processus d’urbanisation de Sidi Bouzid, dont nous avons déjà rappelé les principales causes (inondations de 1969, création du gouvernorat de Sidi Bouzid et désignation de la petite ville de Sidi Bouzid comme son chef-lieu).

  • 43 Au cours des années 1980, plusieurs événements graves eurent lieu en Tunisie qui mobilisèrent large (...)
  • 44 Le principe de la réhabilitation a été adopté par les pouvoirs publics tunisiens à la suite de l’éc (...)
  • 45 Pour plus de détails sur cet historique des politiques de réhabilitation en Tunisie, voir Chabbi, 1 (...)

73En effet, à la suite des événements du 26 janvier 1978 et surtout pendant les années 198043, l’État a pris conscience qu’il lui fallait intervenir rapidement dans ces quartiers sensibles en vue d’y améliorer les conditions de vie des habitants, en espérant que ces actions suffiraient pour éliminer les causes susceptibles d’alimenter le mouvement de contestation sociale. Encouragé par la Banque mondiale, il prit alors la décision de définir, puis de mettre en œuvre, une nouvelle politique vis-à-vis de ces quartiers dont la composante principale était celle de la réhabilitation44. C’est de ce moment-là que datent les premiers Projets de développement urbain (PDU), qui ont bénéficié d’un financement de la Banque mondiale45. En fait, une des particularités de ces PDU de première génération, en particulier du Deuxième PDU (mis en œuvre à partir de 1978), réside dans sa volonté affichée de régulariser la situation foncière. Cette option a toutefois été abandonnée, au moins partiellement, lors du Troisième PDU (mis en œuvre en 1985), et définitivement à l’occasion du lancement du Quatrième PDU.

74L’État a donc mis officiellement fin à ce programme en 1985. La raison principale en fut le désengagement de la Banque mondiale, qui survint en outre dans un contexte très grave de crise économique, financière et sociale qui contraignit la Tunisie à accepter, cette année-là, un Programme d’ajustement structurel (PAS) imposé par cette institution internationale et le FMI.

La mise en œuvre de cette politique à Sidi Bouzid : le cas de la réhabilitation des quartiers Aouled Belhedi et Frayjia

75Les premiers quartiers à avoir bénéficié d’opérations de réhabilitation à Sidi Bouzid sont ceux, limitrophes, d’Aouled Belhedi et Frayjia.

  • 46 L’ARRU (Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine) est un établissement public à caractère (...)

76Ces quartiers éloignés du centre de la ville étaient extrêmement insalubres et leurs infrastructures se trouvaient dans un état déplorable. Selon une enquête réalisée en 1986 par l’organisme public chargé de la réhabilitation, l’ARRU46, 30 % des logements ne disposaient pas de sanitaires, 35 % n’avaient pas de cuisine à l’intérieur de la baraque, 43 % n’avaient pas accès directement à l’eau potable et 20,5 % n’étaient pas branchés au réseau électrique. Bien évidemment, le quartier ne disposait d’aucun réseau d’assainissement et la totalité de la voirie était constituée de pistes en terre, pleine de fondrières et très difficilement utilisables pendant les périodes pluvieuses.

77Le premier des quartiers concernés par la réhabilitation fut celui d’Aouled Belhedi. Le développement de ce quartier s’était effectué de manière spectaculaire, le nombre de ses baraques étant passé de 62 en 1970 à 353 en 1976 et à 604 en 1985. Installé sur des terres appartenant à l’OTD, l’État a convaincu cet Office de céder à la municipalité 195 ha afin d’apurer la situation foncière des occupants de fait.

78Pour l’un et l’autre de ces quartiers, les opérations de réhabilitation ont commencé en 1987, dans le cadre du Quatrième Projet urbain. Il s’est agi d’aménager les infrastructures essentielles (assainissement et voirie) et de les doter en équipements socio-collectifs de base. Simultanément, des crédits étaient attribués à des ménages à faibles revenus pour qu’ils engagent l’amélioration de leurs logements.

79L’investissement total s’est monté à un peu plus de 900 000 DT (ARRU, 2013). Les dépenses les plus lourdes ont concerné l’assainissement (branchement de 479 logements), la construction de voies de circulation praticables en toutes saisons, l’extension du réseau d’eau potable, l’installation de 97 points lumineux pour l’éclairage public et, en matière d’équipements, la construction d’une école primaire. Pour l’amélioration des logements, il a été distribué environ 170 000 DT sous forme de crédits. Toutefois, malgré l’importance des sommes consenties en faveur de cette double opération, elle n’a réellement contribué à réhabiliter que 10,9 ha à Frayjia sur les 20 ha que couvrait le quartier, et 17,9 ha à Aouled Belhedi sur les 55 ha occupés par le quartier dans son ensemble. Au total, donc, ce programme n’a pas réussi à concerner plus de la moitié des 1500 logements qui composaient à l’époque ces deux quartiers.

80L’ouverture de la voirie a nécessité la démolition totale ou partielle d’un nombre non négligeable d’habitations, ce qui a suscité une opposition farouche d’une partie de la population du quartier Aouled Belhedi, laquelle a essayé de bloquer le projet (Zaafouri, 1999). La crainte était forte, en effet, que ces démolitions ne fassent qu’anticiper sur leur éviction du quartier. Par conséquent, l’ARRU a été contrainte de réviser son programme et de stopper les démolitions — lesquelles n’ont finalement concerné, en totalité, que 3 baraques, tandis que 29 autres étaient affectées partiellement (Nciri, 2003). L’arrêt des démolitions a calmé les craintes de la plupart des habitants qui ont alors reconnu que le projet de réhabilitation revenait bien à ce que leur occupation des terrains soit acceptée et à ce que leurs conditions de vie soient améliorées, ce qui signifiait donc une reconnaissance effective du quartier et de leurs droits sur le sol de la part des autorités.

Le Programme national de réhabilitation des quartiers populaires : portée et limites

81Après la chute du régime de Bourguiba en 1987 et l’arrivée au pouvoir de Ben Ali, le nouveau contexte politique tunisien est marqué, entre autres choses, par la montée des mouvements islamistes, désormais fortement implantés dans les quartiers populaires de la capitale et des grandes villes. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’attention extrême accordée par le pouvoir politique à la réhabilitation de ces quartiers : celle-ci devient un mode de régulation politique essentiel et c’est sans doute la raison principale qui explique l’apparente facilité avec laquelle la Tunisie a pris acte du désengagement financier de la Banque mondiale dans les projets de développement urbain que les deux partenaires avaient conjointement définis. Comme l’écrit M. Chabbi (1999) :

« Le changement opéré le 7 novembre 1987 intervient dans ce contexte socio-politique ; mais, en dépit de l’état de grâce dont bénéficiaient les nouveaux dirigeants de l’État, les élections de 1989 et la recrudescence des actes de violence commis par les islamistes, fortement implantés dans les quartiers populaires, allaient contraindre l’État et le RCD à inscrire la réhabilitation des quartiers populaires parmi leurs priorités. L’exigence de régulation sociale, au regard des contraintes socio-politiques, les obligea à définir, en 1989, des propositions qui débouchèrent sur le PNRQP [Programme national de réhabilitation des quartiers populaires] dont la mise en œuvre correspondait au VIIIe Plan de développement économique et social ».

82C’est ainsi que les quartiers populaires sont devenus un enjeu fondamental que, chacun de leur côté, le pouvoir, via son encadrement administratif, les forces de répression, les structures de contrôle social (comités de quartiers) et les instances partisanes du RCD, et les islamistes essayaient de gagner à sa cause.

83Le PNRQP est lancé officiellement en 1992 sur un financement exclusif du budget de l’État. La première phase (entre 1992 et 1996) a concerné 223 quartiers, la deuxième (entre 1997 et 2001) 248 quartiers — dont celui d’Ennour-Ouest à Sidi Bouzid —, tandis que le PNRQP 3 (entre 2003 et 2007) a programmé la réhabilitation de 248 quartiers supplémentaires, dont — pour ce qui nous importe ici — ceux d’El Khadra et d’El Filahi. Enfin le quatrième PNRQP (entre 2007 et 2012) a permis la réhabilitation de 229 quartiers supplémentaires.

  • 47 La CPSCL est un établissement public à caractère industriel et commercial, créé à l’instigation de (...)

84À la différence des projets réalisés dans le cadre des PDU, ceux financés sur le PNRQP se limitent impérativement à la réalisation d’infrastructures (principalement voirie et assainissement), ce qui présente plusieurs avantages : ils peuvent être engagés rapidement et sans que des enquêtes socio-économiques préalables, lourdes et coûteuses, aient à être effectuées ; la question du foncier n’étant pas abordée, les contestations sont limitées et les négociations plus courtes ; enfin, le coût des opérations est moins onéreux que lorsqu’il s’agit de réhabiliter des constructions. Au total, ces projets peuvent donc être lancés simultanément en grand nombre, rendant de ce fait visible en de multiples lieux la sollicitude de l’État envers les populations pauvres : ainsi, entre 1992 et 2012, 948 quartiers seront l’objet de projets de ce type. Il convient d’ajouter que leur montage financier impose une participation des communes (30 % du montant à la charge de la municipalité au titre de l’autofinancement) et mobilise, sous forme de crédits, les ressources de la Caisse des prêts et de soutien des collectivités locales47 (37 % du montant sous forme de prêts à la commune), le solde, soit 33 %, étant à la charge du budget de l’État — cette contribution prenant la forme d’une subvention versée par l’État à la commune par le biais de la CPSCL.

  • 48 Lors de ces élections, les islamistes, qui y participaient pour la première fois avec des listes in (...)
  • 49 Pour plus de détails sur les effets de cette catastrophe naturelle, on se reportera, en infra, au p (...)

85À Sidi Bouzid, la fin de la décennie 1980 révèle une situation difficile. D’abord, les résultats des élections législatives de 198948 provoquent un choc retentissant, compte tenu de l’ampleur du vote en faveur des islamistes dans une ville qui passait pour être l’un des fiefs les mieux établis du RCD. Ensuite, en janvier 1990, la ville est sérieusement touchée par de graves inondations : on compte plusieurs morts, surtout des femmes et des enfants, mais aussi des éléments de la Protection civile49, ce qui vaut aux autorités régionales l’accusation de ne pas avoir porté suffisamment rapidement et suffisamment efficacement secours aux sinistrés. Et les accusations les plus virulentes, les expressions les plus vives du mécontentement, émanent des habitants des quartiers non réglementaires les plus touchés par la catastrophe naturelle, à savoir ceux d’Ennour-Ouest, Ennour-Est, El Khadra et Aouled Belhedi.

  • 50 Ces informations ont été obtenues à l’occasion d’un entretien que nous a accordé, en mars 2013, M. (...)

86Ce mouvement de contestation a été sévèrement réprimé, plusieurs jeunes lycéens et chômeurs ayant été arrêtés, traduits en justice et, pour certains, condamnés50.

  • 51 La digue de protection des inondations a été construite au lendemain des inondations de 1969 pour p (...)

87Deux raisons principales expliquent que les tensions soient particulièrement fortes dans ces quartiers : en premier lieu, plusieurs d’entre eux n’ont pu faire précédemment l’objet de programmes de réhabilitation parce qu’ils n’avaient pas de réseaux d’assainissement, alors que l’existence de ceux-ci constitue (en principe) un préalable aux opérations d’aménagement et d’amélioration des constructions ; et, en second lieu, parce que, situés à proximité de la digue de protection contre les inondations51, ce sont eux qui ont subi le plus de dégâts, tel Ennour-Ouest, par exemple. Pour essayer de désamorcer les mécontentements, les autorités ont obtenu, en 1995, qu’Ennour-Ouest soit intégré dans le Programme national d’assainissement des quartiers populaires (PNAQP) dont la réalisation est de la responsabilité de l’Office national de l’assainissement (ONAS). Cette opération est prévue en deux tranches, pour un coût total de 760 000 DT. Une fois ces travaux achevés, la réhabilitation du quartier a pu être engagée dès 1997, dans le cadre du PNRQP 2 : 360 000 DT de crédits ont été consacrés à l’amélioration de la voirie et à l’éclairage public.

88Le PNAQP a également financé des opérations dans le quartier Brahmia, là encore en deux tranches, l’une en 1997 et l’autre en 1998, pour un total de 214 000 DT, ainsi que dans le quartier Aouled Belhedi, où une extension limitée du réseau d’assainissement, effectuée en 2001, n’a nécessité que 74 000 DT.

89Quant à El Filahi, il s’agit d’un petit quartier qui s’est constitué postérieurement à 1975 sur 11,5 ha et qui regroupait en 2013 un peu plus de 2 000 ménages (2 109 exactement, avec une densité de 32,2 logements à l’ha) (ARRU, 2013). Il est situé dans la partie la plus méridionale de la ville, aux limites du périmètre communal, au-delà donc du quartier Aouled Belhedi. Les aménagements qui y ont été programmés, tardivement, reproduisent cependant le même ordre que celui que l’on a déjà vu pour Ennour-Ouest : d’abord l’assainissement dans le cadre du PNAQP — effectué en 2001 pour 133 000 DT d’investissement —, puis la réhabilitation proprement dite : en 2003 ici, pour un coût relativement élevé (418 000 DT) car les travaux effectués ont été plus diversifiés que d’habitude : aménagement de la voirie sur 3 500 m linéaires, aménagement de trottoirs, éclairage public (18 points lumineux) et extension du réseau d’assainissement (sur 435 m linéaires).

90Le quartier El Khadra est celui qui a posé le plus de problèmes aux autorités qui ont eu du mal à l’intégrer dans quelque programme que ce soit parce que sa situation foncière n’était pas apurée. Pour cette raison, il a fallu passer outre les critères de sélection pour parvenir à l’intégrer finalement au PNRQP 3, grâce à quoi il a été possible de le faire bénéficier de près de 850 000 DT d’investissement, dont la plus grande partie a été consacrée à l’amélioration de la voirie (660 000 DT), tandis que le reliquat servait à l’éclairage public et à une extension mineure du réseau d’assainissement (464 m linéaires). Mais parce que les autorités locales et régionales étaient bien conscientes que cet effort n’était pas en mesure de constituer une réponse satisfaisante à la gravité de la situation urbaine du quartier, et à celle, socio-économique, de ses habitants, elles sont parvenues à le faire inscrire dans une opération-pilote de développement urbain initiée par l’État en 1993, à savoir le Programme de développement urbain intégré (PDUI). Dans le cadre de ce programme, il était en effet possible de mobiliser des sommes nettement supérieures à celles permises par d’autres programmes et de les déployer plus largement pour des actions plus diversifiées.

Le PDUI du quartier El Khadra : une réponse d’envergure au mouvement de contestation populaire

91Le PDUI a été lancé à l’échelle de la Tunisie en 1993. Son objectif était de favoriser l’émergence d’une dynamique de développement local, dont l’une des principales composantes était la création d’emplois dans des secteurs qui permettraient à la ville de mieux rayonner sur sa région environnante. Ce type de programme visait aussi l’amélioration de l’intégration des quartiers qui en bénéficiaient au reste des villes ou des agglomérations dont ils font partie, ce qui doit passer par une amélioration des infrastructures, surtout celles permettant la circulation et les échanges (voirie), mais aussi celles qui autorisaient une sensible amélioration des conditions de vie (écoulement des eaux pluviales, éclairage public, assainissement, etc.). Le PDUI prévoit également la construction d’équipements socio-collectifs, dans le but d’éviter que les quartiers concernés ne soient totalement privés de services publics, étant bien entendu que ce financement ne peut être accordé qu’en complément d’autres programmes de développement urbain ou d’investissements qui auraient été décidés par les ministères sectoriels (Ministère de l’Équipement, 2012). Dans ce type de programme, enfin, le volet socio-économique est particulièrement important : s’il met certes l’accent sur l’amélioration des conditions d’habitat des populations démunies, il considère surtout que — et c’est sa principale originalité — pour parvenir au but recherché, la priorité consiste à favoriser l’augmentation des ressources des ménages, que ce soit par la création d’emplois (y compris dans le secteur informel), la promotion de l’artisanat et des petits métiers, la systématisation de la pluri-activité, la formation professionnelle, la distribution de micro-crédits, etc.

  • 52 Fonds arabe de développement économique et social (FADES), Banque africaine de développement (BAD) (...)

92Le PDUI regroupe 37 projets dont la réalisation a été entreprise en trois temps : 3 projets-pilotes, pour expérimenter, en 1993, puis 11 projets lancés en 1995 (dont celui d’El Khadra) et, enfin, 23 projets en 1997. L’enveloppe globale est de l’ordre de 100 millions de DT, principalement obtenus auprès des bailleurs de fonds internationaux (FADES, BAD, AFD, etc.)52. Le Commissariat général au développement régional (CGDR) est responsable de sa mise en œuvre. Au total, ce programme a touché 31 communes, 17 gouvernorats et 290 000 habitants.

  • 53 Lors de ces élections, les islamistes auraient obtenu dans ces quartiers El Khadra et Ennour leurs (...)

93El Khadra est le seul quartier de Sidi Bouzid à avoir bénéficié d’un PDUI. On en a déjà indiqué les raisons objectives : degré d’urbanité tout à fait inacceptable, mauvais indicateurs socio-économiques tels qu’un chômage très élevé ou encore un niveau de délinquance jugé préoccupant. Mais, au-delà de ces manifestations révélant une situation sociale très grave, la véritable raison pour laquelle le quartier a été « classé » parmi les (rares) bénéficiaires du PDUI tient à la forte présence des islamistes et à la remarquable percée qu’ils y ont effectuée à l’occasion des élections législatives de 198953. Cette situation témoignait de leur profond ancrage dans la population et ne pouvait plus être considérée comme un simple épiphénomène.

  • 54 Toutes les données chiffrées que nous présentons ici relativement à ce quartier sont extraites du r (...)

94Le quartier El Khadra occupe 80 ha. En 1994, il compte 7 451 habitants répartis entre 1426 ménages et 1390 habitations (CGDR, 1994)54. Il est composé de plusieurs sous-fractions tribales, dont les deux principales sont : les Aouled Bouallègue, originaires de la délégation de Rgeb et installés dans une cité qui porte leur nom à l’est du quartier ; et les Aouled El Gharbi, originaires de Sidi Bouzid-Ouest, vivant dans une autre cité portant également leur nom et située à l’ouest du quartier.

95Les enquêtes conduites auprès de la population confirment la gravité de la situation socio-économique et le retard éducatif. Sur 2 475 actifs, 738 (soit près du tiers) se déclarent au chômage. Parmi ceux-ci, les jeunes sont les plus affectés, puisque les deux-tiers des chômeurs ont moins de 30 ans et que ceux âgés de 18 à 24 ans représentent près de la moitié du total des chômeurs déclarés ! Il est vrai que la population compte plus de 50 % d’analphabètes et que seulement 36 % des habitants ont un niveau d’éducation équivalent au primaire (Nciri, 2003). Les actifs sont très majoritairement (57,5 %) « ouvriers », mais la catégorie est un fourre-tout qui inclut les ouvriers agricoles, les manouvriers du bâtiment, la plupart des petits métiers, les occasionnels, les ambulants, une partie des artisans, etc. Pour le reste, on compte 18,5 % de fonctionnaires — mais il s’agit probablement de ceux qui sont au bas de l’échelle de la fonction publique : policiers de base, chaouchs, petits agents de l’administration, etc. —, 11,3 % de commerçants, 7,3 % de membres des professions libérales et 5,2 % d’employés dans les services.

96Compte tenu des enjeux que représentait El Khadra pour l’État, on peut dire que celui-ci y a « mis le paquet » : au titre du PDUI, il a mobilisé 3 millions de DT, dont 1 million pour les infrastructures, près de 700 000 DT pour les équipements socio-collectifs et pratiquement encore plus d’un million pour le développement économique !

97En vérité, l’État et les autorités régionales n’ont pas attendu 1995 pour s’intéresser au quartier d’El Khadra, tant ils étaient préoccupés par ce qui s’y passait. Dès 1993, il a été demandé à l’ONAS d’engager des études techniques pour l’extension du réseau d’assainissement — qui, à l’époque, ne desservait que 550 habitations, soit à peine le tiers du total — et de calculer le coût d’une desserte totale. Ces études étaient indispensables pour préparer le dossier et le transmettre au CGDR en vue de l’élection du quartier au PDUI.

98Par ailleurs, le PDUI lui-même n’a pas constitué une fin en soi et le quartier a été, simultanément ou par la suite, éligible à d’autres projets : il fait partie, en 1997, de la 3e phase du PNRQP, avant que, en 2003, les autorités régionales parviennent enfin à régulariser sa situation foncière.

99Dans le même temps où l’État mobilisait les grands moyens, le RCD s’efforçait de reprendre le contrôle politique de la population. La première cellule de base « autonome » est créée dans le quartier en 1995 — jusqu’en 1994, il relevait de la cellule de Sidi Bouzid-Est et, précédemment encore, de celle de Sidi Bouzid-Centre. Pour certains responsables locaux et pour de nombreux habitants, le retard apporté à l’équipement du quartier et aux conditions de vie des occupants s’expliquerait par l’absence d’un « relais » politique efficace, absence qui aurait été favorisée par la trop grande dépendance du quartier de structures partisanes qui n’avaient pas suffisamment d’ancrages locaux et qui, de ce fait, ne manifestaient pas assez d’attention à ceux qu’elles ambitionnaient de représenter.

  • 55 À l’occasion de nos entretiens avec plusieurs responsables politiques de l’époque à Sidi Bouzid, ce (...)

100L’amélioration de l’encadrement partisan s’est accompagnée du déversement plus abondant, plus régulier, plus visible, de la manne fournie par les différents programmes d’aide sociale mis en place par le Président lui-même, les différents ministères ou les organismes de mobilisation de la société civile étroitement liés au RCD (Union des femmes tunisiennes, Union tunisienne de solidarité sociale, Association des mères, etc.). Ces aides, financières ou en nature, étaient fournies à l’occasion des fêtes nationales, de la rentrée scolaire, du Ramadan, de l’Aïd, du Mouled (anniversaire du Prophète), ou à d’autres occasions plus particulières ou plus locales. Au bout de quelque temps, le quartier fut considéré par les responsables du Parti comme l’un des plus fidèles de toute la ville ; ses habitants participaient massivement aux campagnes électorales et ils étaient devenus facilement mobilisables lorsque les responsables faisaient appel à eux55.

La crise de l’État-Parti et le développement du mouvement de contestation populaire : la réplique des quartiers populaires

101La ville de Sidi Bouzid, avec sa structure sociale si particulière (prégnance des liens de parenté, grande force des arouch), une pauvreté et un chômage frappant une grande majorité de sa population et des conditions d’habitat à la fois illégales et très dégradées, constituait un milieu favorable au développement de mouvements de contestation dans le champ socio-politique. De fait, une sorte de contre-pouvoir a commencé à y prendre forme dès le début des années 1980, particulièrement dans les milieux du syndicalisme (principalement enseignant et étudiant), en profitant de la crise de l’État-Parti et du sensible recul d’influence du RCD. On peut dater le début de cette transformation du cadre socio-politique de la période qui fit suite aux inondations de janvier 1990 et des manifestations qu’elles provoquèrent au sein de la population.

102Comment une ville, fief du Parti depuis l’Indépendance du pays et quasi indéfectible soutien du pouvoir depuis la même époque, a-t-elle pu se transformer, en si peu de temps, en une cité rebelle et entraîner la chute du régime ?

103Pour tenter de répondre à cette question, il est primordial d’analyser pour commencer les développements survenus sur la scène politique et économique au niveau national au cours des dernières années qui ont précédé le moment de la « révolution ». Puis, dans un second temps, il convient de comprendre comment a évolué le contexte local et comment les « incompréhensions » ont grandi entre la population et le pouvoir central, « incompréhensions » apparues à l’occasion de divers événements dont le traitement n’a manifestement pas répondu aux attentes locales.

Une crise multiforme (sociale, économique et politique) et ses effets au plan local

L’affaiblissement de l’appareil de l’État-Parti et le tarissement de ses ressources clientélaires

104Le PSD, devenu en 1988, à la suite du Congrès du Salut, le RCD, a perdu avec le temps l’éclat qu’il tirait de son histoire et de la force de son idéologie nationale telle qu’elle avait été forgée par Bourguiba. Il avait toutefois conservé, plus ou moins, puissance et prestige jusqu’à ce que ce dernier, premier Président de la République tunisienne, soit destitué de sa fonction par le « coup d’État » du 7 novembre 1987 (Lahmar, 2011). Après cette date, qui marque la prise de pouvoir de Ben Ali, le Parti est devenu un appareil dans lequel devaient obligatoirement entrer — pour y faire carrière — tous ceux qui désiraient accéder à des postes de responsabilité politique ou dans la haute fonction publique. Une telle situation résulte, d’un côté, du croisement structurel, organisationnel même pourrait-on dire, entre le Parti et les institutions de l’État, et, d’un autre côté, de l’absence totale de partis ou institutions politiques concurrents ; sa principale conséquence en fut un gonflement considérable des adhérents, dont le nombre a atteint les 2,2 millions en 2008 — pratiquement le quart de la population tunisienne ! —, soit le double de ce qu’il rassemblait en 1989. Quand un tel chiffre est atteint, on peut considérer que le système clientéliste fonctionne à plein à tous les niveaux et dans tous les secteurs de la société, dans toutes les régions et dans toutes les instances décisionnelles, qu’elles soient politiques, économiques, financières ou sociales.

105Cela n’a cependant pas empêché qu’une crise interne n’affecte l’appareil du Parti dès 2001. Elle commença à prendre forme lorsqu’il fut décidé d’organiser un référendum constitutionnel afin de permettre au président de la République de se présenter en 2004 pour un quatrième mandat présidentiel, alors que, en principe, la Constitution le lui interdisait. Plusieurs, parmi les adhérents du Parti, qui constituaient son élite, en particulier intellectuelle, n’étaient pas d’accord avec ce projet, mais l’aile la plus dure au sein de la direction politique emporta la décision.

106Dans les diverses régions du pays, le RCD perd alors de sa popularité et de sa notoriété, notamment dans les villes. Selon ses responsables locaux, cette évolution s’expliquerait par le fait que l’Administration n’accordait plus de faveurs aux structures locales du Parti. Il est certain, en effet, que l’augmentation exponentielle du nombre d’adhérents ne permettait plus de satisfaire toute les demandes qui, dans le cadre d’un système clientéliste, ne manquent pas de s’exprimer.

107À Sidi Bouzid, les cadres du Parti firent état, lors de réunions organisées avec le gouverneur, du grand embarras qui était de plus en plus le leur envers leurs adhérents, dont un nombre sans cesse croissant considérait que les différentes instances régionales et nationales du RCD ne contribuaient plus à résoudre leurs problèmes quotidiens (en particulier, quand il s’agissait de trouver du travail pour leurs enfants) et n’apportaient pas de réponses satisfaisantes à leurs attentes. Pour les cadres du RCD, là était la principale cause du recul de la popularité du Parti et de la perte d’un grand nombre de ses adhérents. Une militante de base, enseignante, déclare ainsi :

  • 56 Déclaration faite par l’intéressée en septembre 2010 à l’occasion d’une réunion organisée au siège (...)

« Au nom des militants de base du RCD, je voudrais exprimer mon indignation quant à la situation dans laquelle se trouve notre gouvernorat. Nous subissons, en tant que militants, les pressions directes de nos adhérents et des habitants de nos quartiers qui nous harcèlent pour trouver à leurs enfants du travail. Nous avons perdu la face envers eux, et nous ne pouvons plus nous confronter à eux. Nous voudrions que vous transmettiez nos doléances à monsieur le Président [de la République] parce qu’il n’y a plus de confiance dans nos représentants et nos élus »56.

  • 57 Selon le règlement interne du RCD, le renouvellement des structures de base doit avoir lieu tous le (...)

108La chute de popularité du RCD s’est vérifiée en deux occasions successives, une première fois au cours de l’été 2005, une deuxième courant 2010, lorsqu’il fallut, l’une et l’autre fois, procéder au renouvellement des structures de base du Parti57. À ces occasions, on a pu constater d’abord, mais avec un certain étonnement, que plusieurs réunions des cellules de base de la région de Sidi Bouzid s’étaient tenues à huis clos et que, bien qu’il s’agisse de réunions statutaires, elles n’avaient donné lieu à aucune élection pour renouveler leurs bureaux, faute de candidatures suffisantes. Dans ce cas, le responsable de la cellule se contentait de lire les deux rapports réglementaires, à savoir le rapport moral et le rapport financier, puis il annonçait le nom des « élus » au bureau de la cellule — ce qui, dans les circonstances spéciales dans lesquelles avaient lieu ces réunions, revenait à confirmer les noms qui figuraient sur une liste préparée à l’avance et qui étaient juste présentée aux participants à la réunion de la cellule. Ceci étant, un même phénomène de désengagement ou d’abstention volontaire était observé, à la même période, dans bien d’autres lieux que dans la ville et le gouvernorat de Sidi Bouzid, ce qui n’a pas manqué d’interpeller et même d’inquiéter sérieusement les responsables du RCD au niveau central (Tunis). Ceux-ci ont alors fait pression sur les responsables régionaux pour qu’ils ouvrent une nouvelle fois les candidatures et qu’ils mettent tout en œuvre pour organiser des élections.

109Deux raisons principales expliquent, nous semble-t-il, que les liens qui unissaient ces responsables locaux et régionaux du Parti à la population des quartiers populaires se soient affaiblis : tout d’abord, le fait que beaucoup, parmi les dirigeants « de base », aient changé en quelques années. Ceux qui constituaient la notabilité locale, qui étaient connus pour les liens étroits qu’ils entretenaient avec les responsables nationaux du Parti et dont l’influence s’exerçait efficacement sur les sous-fractions tribales dont ils étaient issus, avaient cédé la place à un nouveau type de dirigeants, plutôt peu expérimentés et ne disposant que d’une faible capacité mobilisatrice — en quelque sorte des responsables dont la légitimité était fragile. En fait, les modes de fonctionnement du Parti faisaient que les nouveaux dirigeants n’avaient pas besoin de construire leur légitimité en dehors de lui, mais seulement dans le jeu d’appareil. La seconde raison, qui découle toutefois en partie de la précédente, réside en ce que plusieurs de ces responsables avaient mauvaise réputation dans les quartiers qu’ils étaient censés représenter et qu’ils n’exerçaient pratiquement aucune influence sur la population à cause de la longue période pendant laquelle ils avaient été à la tête de leurs cellules. Certains parmi eux, en effet, avaient été président de leur cellule pendant 20 ans et plus : au bout de tout ce temps, ils apparaissaient totalement coupés de la population (et de ses préoccupations principales) et, pire encore, ils avaient progressivement perdu toute crédibilité aux yeux de leur famille élargie. Il est vrai que, dans un Parti bureaucratisé, l’absence de jeu démocratique faisait en sorte que les dirigeants, surtout dans les zones rurales et dans les petites villes, étaient systématiquement reconduits tant que la direction centrale n’exigeait pas leur remplacement, ce qui conduisait presque naturellement à l’apparition d’un hiatus entre ces dirigeants et « la base ».

  • 58 C’est à cette date, en effet — rappelons-le — qu’un jeune commerçant ambulant, Mohamed Bouazizi, s’ (...)

110Par conséquent, lorsque le mouvement de protestation s’est déclenché le 17 décembre 201058, ces responsables locaux furent dans l’incapacité d’en comprendre les raisons, d’amorcer le dialogue avec la population et, in fine, de le contenir. En outre, les anciens responsables du RCD, c’est-à-dire ceux qui avaient encore une certaine crédibilité, ont observé durant toute la durée des événements une totale neutralité, en refusant de porter secours aux responsables régionaux en place. Dans les premiers temps de ce mouvement « révolutionnaire », un de ces anciens responsables nous a ainsi déclaré, pour justifier sa « passivité » :

  • 59 Au début du mois de janvier 2008, une très puissante protestation populaire a emporté la ville de R (...)

« Il était temps que le pouvoir central prenne conscience de la situation de notre région qui est restée marginalisée pendant des décennies. Personne n’a voulu nous entendre ni satisfaire nos doléances. Regardez la région de Gafsa et la zone minière! En deux ans, des milliers d’emplois ont été créés et des centaines de millions de dinars tunisiens ont été investis. Nous étions convaincus que le pouvoir ne bougerait que sous la pression. Et s’il n’y avait pas eu ce grand mouvement de protestation de nos voisins de Redeyef en 200859, rien n’aurait été fait [dans la région minière]. Sidi Bouzid ne peut plus attendre, c’est l’occasion ou jamais qu’on doit saisir pour bénéficier enfin d’une plus grande attention de la part du Président ». Entretien avec A.K.N., 20 décembre 2010

111La notabilité locale s’est donc trouvée prise dans les jeux d’alliances et de solidarité tribale et lignagère. Elle a pris une position de neutralité durant les événements pour ne pas compromettre ces liens sans pour autant désavouer le Parti et/ou le pouvoir politique.

112Mais lorsque ces événements prirent une nouvelle tournure, gagnant en violence et prenant plus d’ampleur, puis dépassant le cadre de la ville pour embraser l’ensemble du gouvernorat — la première victime fut tuée par balle par la Garde nationale à Menzel Bouzaïane, le 24 décembre —, la donne changea radicalement. Tous les responsables susceptibles d’être entendus de la population, qu’ils soient sur place ou résidant à Tunis, se sont mobilisés pour rétablir le calme et l’ordre, mais en vain. Le mouvement avait pris une envergure nationale et, même, internationale et ses enjeux dépassaient désormais, et de loin, le seul cadre de la ville et du gouvernorat de Sidi Bouzid.

Difficultés économiques et crise du secteur informel

  • 60 La crise financière internationale de 2008 fait suite à celle qui a violemment frappé les États-Uni (...)

113La crise financière internationale de 200860, même si elle n’a pas affecté directement le système monétaire tunisien, n’en a pas moins eu, au moins indirectement, des effets négatifs sur l’économie nationale.

  • 61 Pour plus de précisions, on se reportera en infra au paragraphe : « Frustration économique et diffi (...)

114Ainsi, la baisse du pouvoir d’achat en Europe a-t-elle entraîné la diminution des recettes touristiques et celle des commandes bénéficiant à plusieurs centaines d’entreprises industrielles installées en Tunisie et travaillant, sous le régime spécial des entreprises exportatrices, pour des clients ou des donneurs d’ordres européens. Au plan national, deux années de mauvaises récoltes (2008-2010) se sont succédé, provoquant une réduction de la contribution de l’agriculture à la production nationale et favorisant une augmentation des importations de produits agricoles (céréales en particulier). Au bout du compte, l’économie tunisienne a enregistré une baisse sensible de son taux de croissance (3,1 % seulement en 2009 contre une moyenne de 5 % lors des précédentes années), ce qui s’est automatiquement répercuté sur le niveau du chômage, en hausse sensible au niveau national61. Pour autant, comme le rappellent M.B. Ayari et al. (2011), la dégradation de la situation économique ne doit pas tout au contexte international ou à la climatologie :

« La détérioration du solde commercial, la réduction des programmes internationaux de développement ont contribué à fragiliser une économie qui présente par certains aspects les désavantages d’une économie de rente (prédominance du tourisme, dépendance à l’égard des ressources extérieures, faible productivité, étroitesse du marché intérieur, omniprésence d’une bourgeoisie parasitaire dilapidant les profits, rackettant les entrepreneurs, monopolisant les marchés) ».

  • 62 Vers la fin des années 1990, l’emploi informel représentait en Tunisie 42,2 % de l’emploi total (Ta (...)

115L’on sait par ailleurs que, dans bon nombre de villes du Centre et du Sud de la Tunisie, c’est le secteur informel qui assure la survie d’un grand nombre d’habitants, souvent plus de la moitié de la population urbaine62. Il est vrai que si l’on en croit R. Tabib (2011, p. 302) :

  • 63 Mareth est une petite ville située à proximité de Gabès, dans le Sud-Est tunisien, mais éloignée de (...)
  • 64 Les J’faris sont les habitants de la Jefara, basse plaine située entre Gabès et la frontière libyen (...)
  • 65 Les souks Libya sont les souks qui, dans tout le Sud et même le Centre de la Tunisie, assurent la c (...)

« l’informel n’est pas seulement toléré en fonction de son rôle de soupape des tensions sociales, il est même “organisé” par les autorités : à preuve, l’installation de postes de douanes sur la ligne de Mareth63, [c’est-à-dire] à l’intérieur [même] du territoire national, la liberté accordée aux J’faris64 de vendre des produits sans autorisation préalable ni fourniture de factures, ou encore l’institutionnalisation des souks Libya65 ».

116Or ce secteur a été sévèrement touché par différentes mesures, en premier lieu desquelles peuvent être placées les restrictions imposées à la circulation des hommes et des marchandises par les autorités douanières libyennes au mois d’octobre 2009. En effet, la Libye a imposé aux divers ressortissants étrangers l’obligation d’être en possession d’un visa pour entrer sur son territoire. Elle a en outre exigé le payement d’une taxe de 150 DT pour tout véhicule devant entrer dans le pays. Enfin, les commerçants qui fréquentaient la zone frontière tuniso-libyenne, autour du poste de Ras Jdir, se virent interdire, par les autorités libyennes, d’exercer toute activité commerciale. Ainsi, le commerce de contrebande, qui porte sur des volumes considérables, et le trafic de devises, extrêmement actif tout autour de Ben Gardane, ont été sérieusement perturbés. Toutes ces mesures ont abouti à une paralysie totale des activités du côté tunisien, puisque les voyageurs tunisiens ne pouvaient plus franchir la frontière sans avoir obtenu le fameux visa et que les marchandises en provenance de Libye ne pouvaient plus, non plus, la passer. S’il ne fait aucun doute que ces décisions ont été prises pour des raisons internes à la Libye, il ne s’en trouve pas moins que, survenues à la veille du démarrage de la campagne pour les élections présidentielle et législative en Tunisie, elles ont eu des répercussions évidentes sur celles-ci.

  • 66 Les sarrafa touazines occupent le sommet de la pyramide du Cartel du commerce informel de la fronti (...)
  • 67 La solution trouvée par ces commerçants grossistes de la ville-frontière a consisté à recourir à de (...)
  • 68 Le recours aux sociétés de leasing est une pratique courante en Tunisie, en particulier pour financ (...)

117À Ben Gardane, la seule véritable ville située à proximité immédiate de la frontière, la réaction du « Cartel de la frontière » et de sa principale composante, à savoir les sarrafa touazines (Tabib, 2011, p. 288)66, ne s’est pas fait attendre et elle a été violente. Cet acteur de première importance a en effet pu facilement mobiliser, en plus des employés placés sous ses ordres, les commerçants itinérants ainsi qu’une bonne partie des commerçants travaillant au souk de la ville, soit environ un millier de personnes qui se sont ainsi trouvé engagés dans cette confrontation. Cet imposant mouvement de protestation a contraint les autorités régionales à exercer de fortes pressions sur le pouvoir central pour trouver une solution rapide à une situation jugée inacceptable. Mais si l’intervention personnelle de Ben Ali auprès de Kadhafi a abouti à la suppression presque immédiate de l’obligation de visa, elle n’a pas permis de revenir sur la taxation des véhicules. Quant aux sarrafa et commerçants grossistes de Ben Gardane, ils ont contourné les interdictions pour continuer leur trafic67. Toutefois, les solutions originales qu’ils ont adoptées n’étaient pas reproductibles par les commerçants en provenance des autres régions du pays — principalement des gouvernorats de Sidi Bouzid, Kasserine et Kairouan —, obligés que ceux-ci étaient d’avoir recours à des véhicules utilitaires ou à des camionnettes ; du coup, ils ont été éliminés de cette activité. Force leur fut donc faite de trouver d’autres sources de revenus pour rembourser leurs dettes envers les sociétés de leasing68. Un ancien transporteur nous précise le système :

« Lorsque les autorités libyennes ont imposé une taxation sur nos camionnettes et ont limité le nombre d’articles qu’on pouvait importer, nous fûmes obligés d’abandonner cette activité. L’opération n’était plus rentable. Donc, moi-même, originaire de la délégation de Rgeb [dans le gouvernorat de Sidi Bouzid], je me suis converti en transporteur de marchandises pour le compte d’un agriculteur sfaxien installé dans ma localité. Mon chiffre d’affaires a beaucoup diminué. Toutes les personnes pour lesquelles je ramenais auparavant des marchandises de Libye avaient changé d’activité et ne me commandaient donc plus rien, et beaucoup d’autres étaient au chômage ou étaient parties s’installer à Sfax ». Entretien avec N.D., novembre 2009

118Or, ceux qui s’approvisionnaient ainsi en Libye, en utilisant les services de transporteurs motorisés, se comptaient par milliers dans la Tunisie centrale et méridionale, voire au-delà, car ce sont eux qui alimentaient (en produits de contrebande ou pas) tout le circuit des souks hebdomadaires. Sarrafa, commerçants grossistes, transporteurs-intermédiaires, soukiers et consommateurs sont donc durement touchés par ces mesures, même s’ils ne le sont pas tous de la même manière et avec la même intensité.

  • 69 Les meneurs de ce mouvement de protestation avaient la conviction que la décision des autorités lib (...)

119Un deuxième épisode de tensions apparaît un an et demi à peine plus tard, au mois d’août 2010. Des restrictions sont cette fois imposées par les autorités libyennes à l’encontre des exportations de marchandises de ce pays vers la Tunisie. À nouveau, la colère gronde à Ben Gardane, les protestations se développent jusqu’à ce que des centaines de jeunes, les uns travaillant directement pour les chefs du Cartel de la frontière, les autres utilisés comme porteurs, attaquent en soirée les postes chargés d’assurer la sécurité de la frontière et le contrôle douanier69. Plusieurs voitures appartenant à des ressortissants libyens furent alors attaquées, bloquées et empêchées de continuer leur route par des émeutiers et ces violences provoquèrent en réaction une riposte très dure des forces de sécurité. Et, pratiquement pour la première fois à Ben Gardane, cet enchaînement de protestations-répression-manifestations a duré plusieurs semaines, pratiquement tout le mois de Ramadan.

120Mais outre la zone frontalière tuniso-libyenne, ce sont tous les gouvernorats de la Tunisie intérieure, et particulièrement ceux du Centre-Ouest, qui ont subi de plein fouet les répercussions de cette crise du « commerce informel » dont la durée a, par ailleurs, été exceptionnellement longue (octobre 2009-décembre 2010). Et le gouvernorat de Sidi Bouzid s’est trouvé être en première ligne des victimes de cette situation.

Frustration économique et difficultés sociales : la crise de l’emploi des jeunes

  • 70 Cette enquête a porté sur un échantillon représentatif de 4 763 diplômés de la promotion 2004 tiré (...)

121Le ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des jeunes, inquiet de la situation sociale, a commandité en 2004 une étude sur la population active au chômage en Tunisie, étude réalisée avec l’appui de la Banque mondiale70. Il en ressort que, à cette date, le taux moyen de chômage atteint 14 % des actifs. En 2008, le nombre absolu de chômeurs est de 522 300, parmi lesquels 128 100, soit 21,6 %, sont des diplômés de l’enseignement supérieur. Le chômage frappe massivement les jeunes diplômés immédiatement après l’obtention de leur diplôme, mais, phénomène plus grave, il ne diminue que très lentement avec le temps : ainsi, plus du tiers des diplômés sont au chômage 18 mois après avoir été diplômés, mais au bout de trois ans et demi, ils sont encore 29 % ! D’une manière générale, les jeunes sont plus affectés par le chômage que les adultes : le taux de la tranche d’âge 18-29 ans est le triple de celui des adultes. Si l’on se place maintenant dans une perspective évolutive, c’est le taux de chômage des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur qui augmente de manière spectaculaire, passant de 3,8 % en 1994 à 10,2 % en 2004 pour atteindre 19 % en 2007 (MEIPJ et Banque mondiale, 2009). Les données relatives à 2010 indiquent que le seuil des 20 % a même été dépassé, puisqu’elles mesurent ce taux à 22,9 % (Enquête nationale sur l’emploi, 2010). Cette dégradation de la situation s’explique certainement par l’accroissement rapide des étudiants, dont le nombre est passé de 121 800 en 1997 à 336 000 en 2007, mais aussi, et surtout, par l’incapacité du marché du travail national à absorber désormais, chaque année, le flux des diplômés — ne serait-ce même qu’une fraction notable de ce flux.

122Dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, la situation est encore bien plus grave du fait de la faiblesse du tissu économique. L’agriculture et l’élevage constituent les activités dominantes du gouvernorat. Pour la ville de Sidi Bouzid, ce sont le secteur tertiaire et le commerce informel qui prédominent.

  • 71 On ne dispose pas de statistiques sur le chômage à l’échelle des villes (périmètres municipaux). Ou (...)
  • 72 Une enquête de 2011 — dont nous évoquerons les résultats ci-dessous — permet d’établir que, en 2010 (...)

123Parce que le marché de l’emploi local est très peu actif, les diplômés du supérieur ne trouvent pratiquement aucune opportunité pour y entrer : en 2010, ils sont 40,2 % à être en situation de chômage. Sur l’ensemble du gouvernorat, on compterait à la même date, selon le ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des jeunes (MEIPJ), 3 312 diplômés du supérieur au chômage sur un total de 5 017 demandeurs d’emploi, soit 66 % — une proportion considérable ! La seule délégation de Sidi Bouzid-Ouest — qui inclut la ville de Sidi Bouzid71 — concentre 993 diplômés chômeurs, soit près de 30 % du total de cette catégorie. Pourtant, malgré leur ampleur, aucun de ces chiffres ne reflète la réalité du chômage dans la région, du fait qu’un grand nombre de jeunes ne recourt jamais au bureau de l’Emploi pour s’y faire connaître et inscrire comme demandeur d’emploi72. Ils estiment en effet que cette inscription ne revêt aucun intérêt pour eux, à la fois parce que la structure est très peu efficace pour les aider dans leur recherche et parce que, puisque l’allocation de chômage n’existe pas en Tunisie, faire des démarches pour simplement être inscrit dans un listing est quelque chose qui leur semble totalement inutile.

  • 73 Selon une enquête réalisée à Sidi Bouzid par la Direction régionale du MEIPJ. Pour mesurer l’augmen (...)

124Le niveau effectif du chômage des jeunes ne sera mieux appréhendé qu’après la « révolution ». À sa suite, en effet, les diplômés vont se précipiter vers les bureaux de l’emploi pour s’y inscrire dans l’espoir de trouver du travail. Du coup, en 2011, sur les 13 560 chômeurs enregistrés pour tout le gouvernorat, 10 156, soit près de 75 %, sont des diplômés de l’enseignement supérieur73.

  • 74 Le 23 décembre [2010], à l’occasion de la venue à Sidi Bouzid du ministre du Développement et de la (...)

125Le droit au travail a été proclamé par les manifestants durant les premiers jours de la révolte. Les jeunes diplômés, venus de toutes les délégations, ont afflué vers le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid dès le 23 décembre [2010], pour exiger un travail. En une seule journée, le gouverneur et ses adjoints ont reçu plus de 1200 jeunes diplômés dans la grande salle du gouvernorat74. Les jours qui ont suivi, l’affluence des jeunes n’a pas diminué, ce qui a contraint les autorités régionales à demander à ces jeunes de se diriger prioritairement vers les sièges des délégations pour y déposer leurs dossiers. Ce type de manifestation, porteur des mêmes revendications, s’est rapidement propagé à travers tout le territoire tunisien et a concerné tous les gouvernorats sans exception.

L’espace local (Sidi Bouzid) : un terrain favorable au déclenchement d’un mouvement de contestation populaire

Le temps d’un relatif équilibre politique et social : une régulation à peu près efficace

  • 75 Lors des manifestations organisées à l’occasion de cette grève, un véhicule propriété du Comité de (...)

126La ville de Sidi Bouzid, comme nous l’avons déjà rappelé, est une ville dans laquelle le Parti — PSD à l’origine, puis RCD — a des racines fortes, une légitimité bien établie et des relais efficaces grâce aux notables qui en sont membres. Ceci a fait en sorte que, pendant plusieurs décennies, l’encadrement politique corsetant la population par ce Parti a fonctionné de manière plutôt satisfaisante — pour ses responsables, bien sûr —, tandis que les autorités représentant l’État, les services à leur disposition, ainsi que les pouvoirs municipaux assuraient les fonctions de gestion politique et administrative par des séries de compromis qui, s’ils exigeaient parfois des négociations complexes, aboutissaient cependant à maintenir à peu près les principaux équilibres. Ces compromis participaient à la fois d’un mode de régulation politique dans lequel le foncier jouait le rôle principal et d’un mode de régulation sociale où ce rôle était rempli par la réhabilitation des quartiers, principalement de ceux qui, à l’origine, étaient de statut non réglementaire. Ainsi s’explique que Sidi Bouzid n’ait servi que rarement de cadre à des mouvements de protestation sociale jusqu’à la fin des années 1980, la seule exception notable étant la grève des ouvriers agricoles survenue au mois de décembre 197775, un mois avant les événements du 26 janvier 1978.

127Après ces événements, il y eut un rapide retour au calme et l’on en revint aux modes de régulation « classiques » dont l’efficacité fut pendant longtemps suffisante pour que Sidi Bouzid ne soit affectée ni par les événements du 26 janvier 1978, ni par ceux du 3 janvier 1984 — que nous avons déjà évoqués et qui sont connus sous le nom d’« émeutes du pain ».

Le temps de la contestation (les événements de janvier 1990)…

128On peut penser, a posteriori, que le premier grand moment de rupture dans l’« histoire » politique et sociale de Sidi Bouzid, du moins en ce qui concerne les rapports de la population aux autorités politiques, se situe en janvier 1990, lors des mouvements de protestation qui ont fait suite aux inondations de ce mois-là — des événements que nous avons déjà évoqués dans ce qui précède. Il s’agissait d’un mouvement spontané d’habitants vivant dans les quartiers populaires les plus sérieusement affectés par la montée des eaux et où les pertes humaines et les dégâts matériels avaient été les plus importants. La répression par les forces de l’ordre a été très dure et le nombre d’arrestations auxquelles elles ont procédé a pu être considéré comme étonnamment élevé. Il est possible que cette rigueur s’explique par le fait que, pour la première fois à Sidi Bouzid, les symboles du pouvoir ont été les cibles des manifestants, ceux-ci ayant attaqué le siège du gouvernorat, envahi, puis saccagé, la résidence du gouverneur et brûlé plusieurs véhicules appartenant à l’État. Toute cette énergie contestataire de la population, concentrée sur les symboles de l’État, porte témoignage du réel divorce qui s’était établi entre elle et le Pouvoir, alors que, phénomène apparemment étonnant, le siège régional du Parti (RCD), pourtant tout proche de celui du gouvernorat, n’a pas été menacé.

  • 76 Le mouvement Ennahda est un parti politique islamiste. Il naît à la fin des années 1970 et est créé (...)
  • 77 Les informations ici présentées sont tirées d’une copie du PV du jugement de l’affaire, que nous a (...)

129Le pouvoir politique a très vite accusé le mouvement islamiste Ennahda76 d’avoir fomenté ces émeutes ou, à tout le moins, d’avoir instrumentalisé les effets des inondations. Il ordonna l’arrestation de 28 personnes77, qui passèrent en jugement — en état de liberté, toutefois —, sauf 3 d’entre elles, en fuite, qui furent jugées par contumace. Parmi les personnes arrêtées, cinq étaient connues pour être membres du mouvement Ennahda, mais, pour les autres, aucune n’avait d’appartenance politique, syndicale ou associative, à l’exception d’un enseignant du secondaire. Ces arrestations, largement arbitraires, ont donc choqué.

130Le profil des personnes arrêtées n’est cependant pas neutre ! Pratiquement les deux-tiers étaient des jeunes âgés de moins de 30 ans, pour la plupart lycéens, chômeurs ou journaliers, tous sans casier judiciaire. Le tiers restant était par contre composé d’adultes, âgés de 32 à 45 ans, ouvriers journaliers ou chômeurs et tous en possession d’un casier judiciaire. En termes de lieux de résidence, pratiquement toutes les personnes arrêtées vivaient dans des quartiers mal intégrés, principalement Aouled Belhedi, Ennour-Ouest, Frayjia, El Khadra, Ennaouamer ; quelques-uns, peu nombreux, vivaient en centre-ville, tandis que trois jeunes étaient originaires des zones rurales du gouvernorat (Sidi Bouzid-Est et Rgeb).

131Les chefs d’accusation ne furent pas identiques pour tous les accusés, exception faite de ceux de participation à une manifestation armée et de transport prohibé de cadavres — ceux des victimes des inondations — en cortège. Sinon, six d’entre eux (ceux qui appartenaient au mouvement Ennahda) furent accusés d’incitation à un rassemblement armé et 15 autres d’atteinte à la propriété d’autrui, de vol après effraction d’un domicile et d’embrasement de biens mobiliers appartenant à autrui.

132Au terme de la procédure juridique, la Cour d’appel de Gafsa rendit son jugement en 1991 : sept acquittements, des peines de un à deux ans de prison pour les autres, exception faite des trois accusés jugés par contumace qui furent condamnés à dix ans de prison.

133Le message se voulait clair pour la population. Du point de vue des autorités, les peines n’étaient pas excessives, mais se voulaient un rappel à l’ordre suffisamment fort à un moment où la stratégie du pouvoir politique envers les islamistes était en train de changer, toute activité politique leur étant désormais interdite. Leurs principaux dirigeants seront d’ailleurs activement recherchés, les uns partiront à l’étranger et les autres seront arrêtés et incarcérés peu de temps après.

Le temps de la révolte : le mouvement protestataire de juin et juillet 2010

134Vingt ans après les sanglantes confrontations de janvier 1990, le mouvement de contestation a repris dans un climat social et politique bien différent, et sensiblement plus tendu.

135À l’origine des événements de l’été 2010, une relativement banale affaire de confiscation de terrains agricoles, situés dans la délégation de Rgeb, au bénéfice de la Banque nationale agricole (BNA) pour cause de non payement de tranches de crédits par leurs propriétaires. Les deux familles concernées, celle de S. Bouazizi et M. Horcheni, habitent le quartier Ennour-Ouest. Elles estiment être victimes d’une arnaque qui a profité à un homme d’affaires sfaxien, lequel aurait bénéficié des complaisances du service juridique de la BNA, de l’expert chargé d’étudier le dossier et d’évaluer la valeur des biens concernés, ainsi que de celle du tribunal de première instance de Sidi Bouzid. En conséquence, les deux familles refusent de restituer leurs propriétés et entament un sit-in à partir du 23 juin 2010 sur leurs terres, sit-in auquel participent une cinquantaine de personnes, de tous âges (Photographie 3).

Photographie 3. Sit-in des membres des familles Bouazizi et Horcheni, sur leurs terres de Rgeb (gouvernorat de Sidi Bouzid), pour protester contre la saisie par la Banque nationale agricole (23 juin 2010).

Photographie 3. Sit-in des membres des familles Bouazizi et Horcheni, sur leurs terres de Rgeb (gouvernorat de Sidi Bouzid), pour protester contre la saisie par la Banque nationale agricole (23 juin 2010).

Source : Page Facebook du site « Solidarité avec les agriculteurs de Rgeb », juin 2010 (administrateur du site : Slimane Rouissi).

Cliché : Ali Bouazizi, juin 2010.

136Mehdi Horcheni, l’un des protagonistes de cette affaire, est un jeune homme qui, à ce moment-là, n’a pas encore terminé ses études supérieures du fait de sa situation sociale. Il nous raconte :

  • 78 Les terres saisies devaient être revendues aux enchères au profit de la BNA.

« Au nom de la loi, la BNA nous a privés de notre propriété sans nous avertir. Tous ceux qui sont intervenus dans cette opération d’adjudication78 ont été complaisants avec l’homme d’affaires sfaxien qui a profité de l’affaire. Tous nos recours ont été rejetés par le tribunal de Sidi Bouzid et personne n’a voulu nous entendre. Mon terrain est d’une superficie de 20 ha. Il est équipé d’un puits et d’un bassin. J’y ai construit en outre un logement et une écurie. La valeur de l’ensemble dépasse les 250 000 DT. Or, il a été évalué par l’expert de la Banque à seulement 68 000 DT et cédé, à la seule personne qui se soit présentée à l’adjudication, pour 71 000 DT. En outre, quand l’adjudication a été annoncée, il fut indiqué que la superficie du terrain n’était que de 2 ha et le jugement d’adjudication, une fois rédigé, reprenait cette même superficie ! Après la conclusion de l’affaire, le bénéficiaire a demandé au tribunal de corriger ce qu’il a considéré comme une faute matérielle, et il l’a obtenu. Le montant de l’adjudication n’a pas été révisé pour autant ! Or c’est cette même personne qui a une propriété limitrophe de la nôtre et qui nous avait, antérieurement, proposé à maintes reprises de nous racheter notre terrain, ce que nous avons toujours refusé ». Entretien du 25 août 2010 au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid.

137Le 15 juillet 2010, un rassemblement d’une centaine de personnes, membres de la famille élargie des Horchen — dont font partie les deux familles protagonistes de l’affaire, les Horcheni et les Bouazizi — est organisé devant le siège du gouvernorat (Photographie 4). Elles réclament de rencontrer le gouverneur pour qu’il les aide à trouver une solution à leurs problèmes. Mais le rassemblement est rapidement gonflé par des centaines de personnes qui le rejoignent, dont beaucoup sont des personnalités connues de la société civile et quelques autres des opposants politiques notoires. Toujours est-il que c’est la première fois, à Sidi Bouzid, que des citoyens ordinaires, pas directement concernés par l’affaire foncière qui a été à l’origine du rassemblement, brisent le mur de la peur et se montrent prêts à affronter directement le pouvoir politique.

Photographie 4. Rassemblement des familles Bouazizi et Horcheni devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid pour protester contre leur éviction de leurs propriétés.

Photographie 4. Rassemblement des familles Bouazizi et Horcheni devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid pour protester contre leur éviction de leurs propriétés.

Cliché : S. Rouissi, juillet 2010.

138Cette manifestation a été très brutalement dispersée par les forces de l’ordre. Le gouverneur, sous la pression, a promis aux principaux intéressés d’étudier la question et de leur donner le plus tôt possible une réponse.

139Quelques jours plus tard à peine, le 27 juillet, une seconde manifestation est organisée à la participation de laquelle ont été invités le Secrétaire général de la section de Tunis d’Amnesty International, plusieurs avocats tunisiens ainsi que des représentants de divers partis ou mouvements d’opposition. Une délégation, assistée par une avocate présidente d’une association non reconnue, a été reçue par le gouverneur, obligé que celui-ci fut de céder à la pression de la foule après que des palabres eurent duré excessivement longtemps.

  • 79 Comme ce gouverneur en question, muté de Médénine à Sidi Bouzid, n’est autre que l’auteur de cet ar (...)

140Mais, dès le lendemain, 28 juillet, on apprit soudain que le gouverneur de Sidi Bouzid venait d’être muté à Jendouba (comme gouverneur) et que son remplaçant était le gouverneur de Médénine79.

Le rôle déterminant des quartiers populaires dans le succès de la révolte

  • 80 Le sacrifice de Mohamed Bouazizi est la conséquence de l’humiliation qu’il a subie en étant giflé p (...)
  • 81 Information tirée de Mehdi Horcheni, mars 2013.

141Le 17 décembre 2010, après que la tragique immolation de Mohamed Bouazizi se fut produite80, les habitants réactivèrent tout le dispositif de mobilisation mis en place lors du mouvement de protestation du 15 juillet. La famille des Bouazizi, composée de 49 membres81, à laquelle s’adjoignirent nombre d’habitants du quartier Ennour-Ouest, se rassembla dès le début de l’après-midi devant le siège du gouvernorat. Le nombre de manifestants fut rapidement grossi par l’arrivée de jeunes commerçants ambulants des quartiers Ennour-Est et El Khadra, en tant qu’ils se considéraient comme les « confrères », en quelque sorte, de Mohamed Bouazizi, lui-même marchand ambulant, et qu’ils voulaient lui témoigner leur solidarité. Vers la fin de l’après-midi, le nombre des manifestants dépassait les 600. Et l’on pouvait repérer dans la foule massée devant le gouvernorat les figures de syndicalistes connus de Sidi Bouzid, d’avocats, ainsi que celles de responsables de plusieurs partis d’opposition.

142Les trois premiers jours de la révolte ont été marqués par une grande agitation et un important mouvement populaire qui a touché l’ensemble des quartiers mal-intégrés entourant le siège du gouvernorat : Ennour-Est et Ouest, El Khadra, Aouled Chelbi, Frayjia et Aouled Belhedi. La durée du mouvement a pu étonner, surtout ceux qui s’imaginaient que, dans une telle ville peuplée d’une telle population, il ne pouvait être autre chose qu’une flambée sporadique de colère, totalement spontanée et non maîtrisée. Or, on ne peut comprendre cette capacité du mouvement à durer que si l’on considère la manière dont les relations de parenté ont été utilisées, ou instrumentalisées si l’on préfère, pour assurer la connexion, au nom de la solidarité tribale, entre les familles des quartiers populaires, vivant dans des conditions précaires, et les commerçants travaillant dans l’informel.

143Les confrontations avec les forces de sécurité ont entraîné l’arrestation de plusieurs manifestants. Par ailleurs, et ce dès le 20 décembre, le mouvement de contestation s’est déplacé à l’intérieur des quartiers, à cause du renforcement du dispositif sécuritaire autour du siège du gouvernorat et au centre-ville. Le soir, ces quartiers sont devenus des espaces fermés, à l’abri de barrières installées à leur entrée et contrôlées par les habitants jusqu’à une heure avancée de la nuit, de telle sorte que la police ne pouvait y pénétrer.

144L’agitation extrême, les manifestations, les tensions, la surveillance policière et la répression, ont duré près d’une semaine, puis les autres villes du gouvernorat ont pris la relève. La deuxième semaine, les protestations ont gagné les unes après les autres toutes les petites villes du gouvernorat et même certaines bourgades encore largement rurales. Comme les foyers de contestation s’étaient multipliés, les autorités durent alléger le dispositif sécuritaire à Sidi Bouzid même, ce qui répondait aussi à une demande instante des responsables syndicaux du gouvernorat, relayée par leur Centrale (UGTT).

  • 82 À partir du 22 décembre 2010, des manifestations et des affrontements eurent lieu dans plusieurs pe (...)
  • 83 Les premières villes qui ont affiché leurs soutien au mouvement de révolte de Sidi Bouzid furent, d (...)
  • 84 Ce n’est qu’a partir du 10 janvier 2011 que la contestation populaire a pris de l’ampleur et a gagn (...)

145Une chose est sûre, en tout cas, c’est que la durée des manifestations qui se sont prolongées sans interruption pendant près d’une semaine, et leur extension à l’ensemble du territoire de la ville, une fois que, depuis le centre-ville, elles se sont étendues aux quartiers mal lotis et populaires, furent les facteurs décisifs permettant de comprendre la propagation de la révolte à travers tout le territoire du gouvernorat82, à la suite de quoi elle a gagné les villes voisines du gouvernorat de Kasserine83, puis celles de Jendouba, Gafsa, Monastir, avant que d’atteindre les petites villes littorales de La Chebba (gouvernorat de Mahdia) et de Jbeniana (gouvernorat de Sfax), puis d’enflammer l’ensemble du territoire national84.

Conclusion : la rupture du pacte politique entre l’État et Sidi Bouzid

146En somme, au plan politique, tant le pouvoir central que la direction du Parti unique se sont tardivement rendus compte qu’ils ne possédaient plus les clés qui leur avaient permis de faire en sorte, pendant plusieurs décennies, que les modes « traditionnels » de régulation qu’ils utilisaient maintiennent un certain équilibre social et politique dans le gouvernorat de Sidi Bouzid — un gouvernorat dont la fidélité semblait tellement assurée qu’il n’avait pas été jugé indispensable de lutter sérieusement contre l’accentuation du processus de marginalisation qui le touchait de plein fouet. Cette perte de légitimité, amorcée dès le début des années 1990, s’est accentuée tout au long de cette décennie-là et s’est encore aggravée au début des années 2000. Les forces sociales qui pouvaient appuyer (ou soutenir) les autorités au niveau local se sont rétrécies au fur et à mesure que l’appareil politique partisan, représenté par le RCD et ses cellules de base, s’affaiblissait : perte de militants et d’adhérents, moindre conviction et moindre engagement de ceux qui restaient, etc. Dans le même temps, les notabilités locales et les acteurs les plus influents de la société durent progressivement laisser la place, volontairement (effets de l’âge) ou pas, à une nouvelle génération de responsables en quête de pouvoir, mais dont les principaux éléments n’avaient aucune crédibilité auprès de la population et n’étaient en mesure d’exercer aucune influence sur elle : ils se trouvaient donc dans l’incapacité de jouer le moindre rôle d’intermédiation.

147Les objectifs d’intégration sociale qui sous-tendaient les politiques de réhabilitation des quartiers populaires mises en œuvre pendant la période 1978-1985, avant qu’ils ne guident de façon plus déterminée, à partir de 1992, les politiques de régulation sociale (Chabbi, 1999), n’ont pas véritablement été atteints à cause des moyens financiers insuffisants dont disposaient ces programmes — faisant en sorte que les efforts d’équipement ont toujours été trop mesurés et trop lents — et du trop grand manque d’intérêt accordé à la création d’emplois pour la population de ces quartiers, ce qui a empêché d’atténuer, même à la marge, la « panne de l’ascenseur social » qui a commencé à se faire sentir dans tout le pays au cours de la décennie 1990. À Sidi Bouzid en particulier, aucune action de fond n’a véritablement été entreprise pour élever le niveau de vie des habitants de ces quartiers ; aucune amélioration radicale n’a été apportée à leurs conditions d’habitat. Les différents programmes qui y ont été engagés, que ce soit pour y construire des équipements, y installer ou y améliorer des infrastructures, ou encore en réhabiliter les habitations, se sont trop souvent limités à certains d’entre eux — et parfois, seulement, à quelques secteurs de ceux-ci — et n’ont pas beaucoup changé le vécu des habitants.

148Quant au secteur informel qui assurait, vaille que vaille, la survie d’une bonne partie de cette population, il n’a cessé de subir des pressions de toutes sortes, d’ordre tant interne qu’externe ; les commerçants ambulants, par exemple, étaient victimes de vexations permanentes, de contrôles tatillons et souvent contraints de payer des amendes pour mille et une raisons, injustifiées aux yeux des intéressés. Le chômage des jeunes diplômés du supérieur avait atteint des proportions alarmantes, sans qu’aucun progrès ne puisse être envisagé à court ou à moyen terme. La mobilisation de milliers de jeunes pour exiger leur droit au travail, un mot d’ordre scandé tout au long des premiers jours de la révolte, exprimait et symbolisait en quelque sorte la crise de la société tunisienne toute entière.

149La combinaison de ces facteurs a rendu possible la montée de la mobilisation dans toutes les couches populaires des quartiers périphériques, quels que soient la situation, l’âge, le lignage, etc., de chacun. Un potentiel contestataire énorme a ainsi été libéré, qu’aucune personnalité en situation de médiation, aucune institution, aucune autorité n’était plus en mesure de canaliser. En outre, dès que le cycle de la violence a été enclenché, une forme de concurrence s’est établie entre les participants, chacun voulant marquer d’une manière ou d’une autre sa participation à la révolte et apporter la preuve de son héroïsme.

150Le mouvement de contestation du 17 décembre a signé la fin du pacte politique entre Ben Ali et le pouvoir central d’un côté, et Sidi Bouzid d’un autre côté, et a ouvert la voie, contre toute attente, à la Révolution du 14 janvier 2011 et à l’éviction du pouvoir de Ben Ali. Les quartiers populaires, bêtes noires du régime, sont finalement parvenus à faire en sorte qu’il « dégage ».

Liste des abréviations utilisées

AFD

Agence française de développement

AFH

Agence foncière d’habitation

ARRU

Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine

ASM

Association de sauvegarde de la médina (de Tunis)

BAD

Banque africaine de développement

BNA

Banque nationale agricole

CGDR

Commissariat général au développement régional

CPG

Compagnie des phosphates de Gafsa

CPSCL

Caisse des prêts et de soutien aux collectivités locales

FADES

Fonds arabe de développement économique et social

FMI

Fonds monétaire international

FSN

Fonds de solidarité nationale

INS

Institut national de la statistique

MEIPJ

Ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes

MTI

Mouvement de la tendance islamique

ODCO

Office de développement du Centre-Ouest

ONAS

Office national de l’assainissement

OTD

Office des terres domaniales

OTTC

Office tunisien de la topographie et de la cartographie

PAS

Programme d’ajustement structurel

PDU

Projet de développement urbain

PDUI

Programme de développement urbain intégré

PNAQP

Programme national d’assainissement des quartiers populaires

PNRQP

Programme national de réhabilitation des quartiers populaires

PRA

Plan régional d’aménagement (du Grand Tunis)

PSD

Parti socialiste destourien

RCD

Rassemblement constitutionnel démocratique

SNIT

Société nationale immobilière de Tunisie

UGTT

Union générale des travailleurs tunisiens

Haut de page

Bibliographie

Abouhani A., 1999, Pouvoir, villes et notabilités locales : quand les notables font les villes, Tours/Rabat, URBAMA, 214 p.

Ayari M.-B., Geisser V. et Kréfa A., 2011, « Chronique d’une révolution [presque] annoncée », L’Année du Maghreb, VII, pp. 359-388.

Barthel P.-A., 2012, « Printemps arabes et quartiers informels populaires », in Villes en développement, Bulletin du Partenariat français pour la Ville et les Territoires, n° 91, p. 1.

Ben Jelloul M., 1994, Bizerte : promotion foncière et immobilière et croissance de l’espace urbanisé, Thèse de Doctorat, Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Univ. François-Rabelais de Tours, 401 p.

Bonnenfant P. et Landy R., 1972, « Gammouda, essor d’un centre urbain dans la steppe tunisienne », Revue de l’IBLA, n° 130, pp. 305-345.

Botiveau B., 1992, « De nouveaux modes de contestation dans le monde arabe », Cultures & Conflits, n° 5, pp. 67-83.

Chabbi M., 1999, « La réhabilitation des quartiers populaires en Tunisie : de l’intégration à la régulation sociale », pp. 187-200, in Signoles P., El Kadi G. et Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS-Éditions, 373 p.

Chabbi M., 2012a, « Tunisie : la révolution, malgré la réhabilitation des quartiers populaires », in Villes en développement, Bulletin du Partenariat français pour la Ville et les Territoires, n° 91, pp. 2-3.

Chabbi M., 2012b, L’urbain en Tunisie. Processus et projets, Tunis, Nirvana, 219 p.

Chouikha L. et Gobe É., 2009, « La Tunisie entre la “révolte du bassin minier de Gafsa” et l’échéance électorale de 2009 », L’Année du Maghreb, V, pp. 387-420.

Commissariat général au développement régional, 1994, Programme de développement urbain intégré, quartier El Khadra Sidi Bouzid, Rapport final de l’étude de préfaisabilité, Tunis, DIRASSET, 91 p.

Fezaï S., 1996, « La croissance urbaine de Sidi Bouzid au Centre-Ouest tunisien », Revue Tunisienne de Géographie, n° 29, pp. 89-113 (en arabe).

Khiari S. et Lamloun O., 1999, « Tunisie. Des élections en trompe-l’œil », Politique Africaine, n° 76, pp. 106-116.

Labiadh S., 2006, La société tribale construction sociale et changement en Tunisie. Étude de la tribu des Akkara, Tunis, IMIP, 504 p. (en arabe).

Le Galès P., 2004, « À chaque ville sa gouvernance », Sciences Humaines, n° 44, Hors-Série : « Décider, gérer, réformer. Les voies de la gouvernance ».

Legros O., 2003, Le gouvernement des quartiers populaires production de l’espace et régulation politique dans les quartiers non réglementaires de Dakar (Sénégal) et Tunis (Tunisie), Thèse de Doctorat, Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Univ. François-Rabelais de Tours, 485 p.

Legros O., 2005, « La “refondation” des quartiers mal lotis de la banlieue de Tunis dans les années 1990 », pp. 97-112, in Annuaire de l’Afrique du Nord, vol. XLI-2003, Paris, CNRS-Éditions.

Marlière É., 2011, « Émeutes urbaines, sentiments d’injustice, mobilisations associatives. Émergence d’une dynamique politique chez les jeunes dits “de cité” », SociologieS, Théories et recherches. En ligne : http://sociologies.revues.org/3521

Métral J. et Mutin G. (dir.), 1984, Politiques urbaines dans le Monde arabe, Paris, Sindbad, coll. « Études sur le Monde Arabe », n° 1, 494 p.

Ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle des jeunes, Banque mondiale, 2009, Dynamique de l’emploi et adéquation de la formation parmi les diplômes universitaires : l’insertion des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur-promotion 2004. Analyse comparative des résultats de deux enquêtes (2005 et 2007), Tunis, juillet 2009, 69 p.

Ministère de l’Équipement et de l’Habitat (DGAT), AFD, 2012, Évaluation de la politique d’aménagement du territoire en Tunisie. Étude de cas, IDEA-Consult, INGEROP, 240 p.

Miossec J.-M., 1999, « La mosaïque urbaine tunisienne : entre urbanisme réglementaire, urbanisme opérationnel et pratiques “spontanées” ; entre le local et la Banque mondiale, via l’État », pp. 87-118, in Signoles P., El Kadi G. et Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS-Éditions, 373 p.

Nciri H., 2007, La question foncière et immobilière et son rôle dans l’organisation de l’espace urbain de Sidi Bouzid, Thèse de Doctorat, Géographie, sous la dir. de H. Dlala, Univ. de Tunis, 382 p. (en arabe).

Signoles P., 1985, L’Espace tunisien. Capitale et État-Région, Fascicules de Recherches n° 14 et 15, Tours, URBAMA, 1041 p.

Signoles P., 1999, « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe », pp. 19-56, in Signoles P., El Kadi G. et Sidi Boumedine R. (dir.), L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS-Éditions, 373 p.

Signoles P., El Kadi G. et Sidi Boumedine R. (dir.), 1999, L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS-Éditions, 373 p.

Tabib R., 2011, Effets de la frontière tuniso-libyenne sur les recompositions économiques et sociales des Werghemmas, de la possession a la réappropriation des territoires, Thèse de Doctorat, Géographie et Anthropologie, sous la dir. de P. Signoles et S. Caratini, Univ. François-Rabelais de Tours, 479 p.

Toumi M., 1989, La Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, PUF, coll. « Politique d’aujourd’hui », 320 p.

Zaafouri O., 2001, La cohabitation entre logique tribale et logique de classe à l’intérieur de l’espace urbain de la ville de Sidi Bouzid, Thèse de Doctorat, Sociologie, sous la dir. de F. Stambouli, FSHS de Tunis, 367 p. (en arabe).

Haut de page

Notes

1 Les événements du 26 janvier 1978, connus sous le nom d’« événements du Jeudi noir », se sont déroulés à l’occasion d’une grève générale organisée par la centrale syndicale (unique) de l’époque, l’UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens). Le syndicat voulait ainsi marquer son opposition à la politique économique libérale du pouvoir conduite par le Premier ministre du moment, Hédi Nouira. Cette opposition était, à vrai dire, surtout d’ordre politique, l’UGTT voulant marquer son opposition désormais radicale au pouvoir et affirmer son autonomie face à ce dernier et au Parti socialiste destourien, auxquels il était inféodé depuis longtemps. La centrale syndicale avait réussi à faire converger et à coordonner les revendications qui montaient à la suite à l’échec du processus d’ouverture politique, échec qui avait conduit à la radicalisation des structures de base de l’UGTT. Ce 26 janvier 1978, donc, jour de la grève générale, les habitants des quartiers populaires sont venus en masse dans le centre de Tunis — où se trouvait le siège de l’UGTT —, où ils ont rejoint les très nombreux syndiqués et sympathisants qui s’y trouvaient déjà. Des heurts extrêmement violents les ont opposés aux forces de police et aux brigades de sécurité. Le bilan officiel s’établit à 51 morts et 400 blessés — mais les sources non officielles, reprises par M. Toumi (1989), font état de 200 morts et 1000 blessés —, sans compter des dégâts matériels considérables : des dizaines de véhicules brûlés et des centaines de magasins, d’agences bancaires, de bureaux administratifs, saccagés.

2 Les trois premiers quartiers cités étaient des bidonvilles (appelés « gourbivilles » à Tunis), qui étaient apparus juste avant, pendant ou juste après la Seconde Guerre mondiale. En 1978, ils étaient très largement durcifiés. Le dernier (Ettadhamen) était un quartier de création beaucoup plus récente, non réglementaire au regard des règles d’urbanisme et de construction, mais dont ceux qui y résidaient avaient, en général, acheté les parcelles de terrain et s’en considéraient comme les propriétaires légaux.

3 Le territoire tunisien est administrativement divisé en 24 gouvernorats, eux-mêmes partagés en 264 délégations et 2 073 secteurs ou imadats (anciennement dénommés cheïkhats). Le nombre de gouvernorats, fixé à 14 à l’Indépendance, a été porté à 15 en 1973, puis à 18 en 1974, pour atteindre 19 en 1976, 21 en 1981, 23 en 1983 et 24 à partir de 2000.

4 Cette prédominance est confirmée par la part importante de la population active occupée dans l’agriculture (48,7 % en 2008, moyenne du gouvernorat), mais aussi par la superficie des périmètres irrigués (47 000 ha en 2010 sur un total national de 420 000 ha) (Office de développement du Centre-Ouest, 2010).

5 En 2010, l’industrie n’emploie dans le gouvernorat que 3 668 salariés, dont 1279 relèvent d’entreprises exportatrices — parmi lesquels 1013 sont situés dans des ateliers spécialisés dans le textile et l’habillement. Les entreprises employant plus de 10 salariés sont en nombre très limité : 57 à peine, dont 15 exportatrices (Office de développement du Centre-Ouest, 2010).

6  En Tunisie, la ville n’existe que comme un fait administratif. Les textes officiels établissent, en effet, que seules les communes, c’est-à-dire « les agglomérations érigées en tant que telles par un décret, et par conséquent soumises à la loi municipale », sont des villes. En ce cas, elles disposent d’un périmètre municipal, délimité par le ministère de l’Intérieur, et elles sont dirigées par un conseil municipal élu et dont le président assure les fonctions de maire.

7  La seule étude consacrée à Sidi Bouzid (alors appelée Gamouda) pendant la période coloniale et aux premiers temps de l’Indépendance est un article de P. Bonnenfant et R. Landy publié en 1972.

8 Les données statistiques qui concernent cette première partie ont été empruntées à H. Nciri, 2003.

9 Ces dons ont été consentis à la municipalité à la suite de pressions exercées sur l’État (et les ministères concernés) par les responsables au plus haut niveau du PSD (Parti socialiste destourien, parti au pouvoir), eux-mêmes fortement « sollicités » par ceux qui, dans ses instances dirigeantes, étaient originaires de Sidi Bouzid (information recueillie, en 2013, auprès d’un ancien député de Sidi Bouzid, par ailleurs membre du Comité central du PSD).

10 Selon des informations que nous avons recueillies, en 2013, auprès d’un ancien président de la municipalité de Sidi Bouzid.

11 L’AFH, créée en 1973, est un opérateur public doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière. Elle est chargée d’acquérir des terrains, de produire des lotissements aménagés destinés à la construction à usage d’habitation et de les céder aux particuliers ou aux sociétés de promotion immobilière.

12 Entre le 30 décembre 2010 et le 13 avril 2011, 6 gouverneurs se sont succédé à Sidi Bouzid, dont quatre ont démissionné quelques jours seulement après leur prise de fonction sous la pression de la population et des principaux partis politiques alors actifs dans la ville. Entre le 2 février et le 13 avril 2011, la ville et le gouvernorat ont même connu une situation absolument unique dans l’histoire de la Tunisie indépendante, puisque, pendant ces 10 semaines, il n’y eut aucun gouverneur en poste, donc aucun représentant officiel de l’État central ! Seuls étaient présents, au cours de cette période, les militaires qui ne pouvaient faire plus que de tenter d’assurer la sécurité des biens et des personnes.

13 Il s’agit de terrains inondables, qui sont considérés par le Plan d’aménagement urbain comme non aedificandi. Profitant de la faiblesse, puis de l’absence, de l’État, plusieurs ménages, dont la plupart étaient des locataires installés dans les quartiers El Khadra, Ennour-Est et Ennour-Ouest, ont squatté des lots de terrain sur lesquels ils ont construit des baraques, transformées par la suite en des constructions en dur. C’est là qu’ils se sont installés avec leurs familles pour devenir « propriétaires » avec l’espoir d’une régularisation ultérieure.

14 Notre travail s’appuie sur les enquêtes réalisées en 2003 par ce chercheur.

15 La région de Sidi Bouzid (« bled Gamouda ») appartient, au moins jusqu’à la fin des années 1960, à ce que certains auteurs qui ont analysé le système migratoire tunisien qualifient de « Tunisie stable », laquelle s’étend en fait sur une bonne partie de la Tunisie centrale. Malgré la médiocrité de ses ressources et la pauvreté de sa population, l’exode rural au départ de la zone est faible — et ses destinations principales sont non pas Tunis, comme il est de règle en Tunisie, mais Sfax et les villes minières de la région de Gafsa. Plus tard, dans le courant des années 1970, des flux plus notables alimenteront une émigration saisonnière en direction de la Libye, avant que toute la région ne soit affectée par un exode intense, lequel, d’ailleurs, contribuera surtout à l’accélération de la croissance de toute une série de petites villes et de micro-centres locaux (Signoles, 1985, pp. 237-265).

16 Aouled Belhedi, Ennour-Est et Ennour-Ouest, Aouled Chelbi, Frayjia et El Filahi.

17 Cette délégation a été créée en 1993.

18 En Tunisie, comme dans tout le Maghreb, on appelle « taxiphones » des boutiques où sont installées des cabines téléphoniques et, de plus en plus, des liaisons internet.

19 La ville compte en 2004 plus de 1400 commerçants de détail et 30 grossistes de produits alimentaires.

20 L’emploi public représentait en 2004 un peu plus de 6 000 postes de travail, soit 73 % de l’ensemble de l’emploi formel de la ville.

21 La plus importante entreprise industrielle à Sidi Bouzid est une société allemande, produisant, sous le statut d’industrie exportatrice, des jouets. Elle est installée depuis 1975. Avec ses sous-traitants, elle faisait travailler, en 2010, plus de 1000 personnes.

22 Une tribu est composée de plusieurs arouch (pl. de arch) et chaque arch est constitué de plusieurs sous-fractions (appelée lahma en arabe), lesquelles sont en fait des familles élargies. Quant aux familles élargies, elles réunissent plusieurs familles ayant en principe le même aïeul, mais le nombre de ces familles varie de telle sorte que les sous-fractions revêtent des tailles très différentes.

23 La détermination des origines et des liens tribaux a été effectuée à partir d’entretiens directs que nous avons eus avec quelques personnalités connues dans la ville, anciennement installées à Sidi Bouzid, et qui appartiennent à ces arouch. Il est d’ailleurs assez extraordinaire de constater que, à Sidi Bouzid, un très grand nombre d’habitants a une connaissance presque parfaite — à tout le moins très précise — de ses appartenances tribales et que celles-ci demeurent très présentes dans leur quotidien.

24 La sous-fraction des Aouled Belhedi est l’une des sous-fractions les plus importantes de l’arch des Aouled Aziz ; celui-ci constitue, avec l’arch des Aouled Radhouane, la grande tribu des Hmemma.

25 Au recensement de 1956, cette population est recensée comme « rurale » puisque la municipalité de Sidi Bouzid ne sera créée qu’en 1958.

26 L’attribution du statut de municipalités au cours des années 1990 a concerné, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, les petits centres de Aouled Haffouz, Essabala, Mazzouna, Ben Aoun et Menzel Bouzaine.

27 Ce discours a été prononcé au Bardo le 19 mars 1975. Il se situe, chronologiquement, peu après la décision de créer le gouvernorat de Sid Bouzid (extrait cité par Zaafouri, 1999).

28 Logique mise en œuvre dès les premiers découpages administratifs post-Indépendance, particulièrement à l’échelle des délégations et des cheïkhats de l’époque.

29 La délégation de Meknessy regroupait, au moment de la création du gouvernorat de Sidi Bouzid, les deux délégations actuelles de Menzel Bouzaine et Souk Jedid.

30 De la même manière, la délégation de Sidi Bouzid rassemblait les deux délégations actuelles de Sidi Bouzid-Est et Sidi Bouzid-Ouest, tandis que celle de Bir Lahfay englobait aussi celle de Sidi Ali Ben Aoun.

31 En Tunisie, une réforme régionale n’a de fait jamais été vraiment entreprise et la régionalisation des pouvoirs est une notion assez creuse. Pour autant, des conseils régionaux ont été institués, au niveau de chaque gouvernorat, par le décret du 24 mars 1989, en remplacement des conseils de gouvernorat. Ils sont présidés par les gouverneurs et constitués de membres qui, pour les uns, sont des élus (les présidents des communes, les députés) et pour les autres, sont nommés (les présidents des conseils ruraux, par exemple, nommés par les gouverneurs).

32 Le PSD est la formation politique au pouvoir depuis l’Indépendance. À ce moment-là, il s’appelait le Néo-Destour (jusqu’en 1964) et avait été fondé en 1934 par Habib Bourguiba et d’autres leaders du mouvement national.

33 D’après les informations que nous a fournies, lors d’un entretien (2013), un ancien secrétaire général du RCD à Sidi Bouzid.

34 Dans le cadre des entretiens que j’ai eus avec différents acteurs de la vie politique de Sidi Bouzid, un ancien président de la municipalité (qui était aussi président d’une cellule de base du RCD) m’a confié que lui-même s’était approprié un lot de terrain appartenant au domaine de l’État afin d’y construire un logement, avant de régulariser les choses en profitant de ses fonctions officielles (entretien de janvier 2013).

35 Entre 1994 et 2004, les autorités municipales ont pris 203 arrêtés à l’encontre de constructions non réglementaires (la plupart des décisions concernaient l’arrêt des travaux). Les rares arrêtés de démolition n’ont été appliqués que pour des cas très flagrants de constructions empiétant sur la voie publique ou sur le domaine hydraulique (Municipalité de Sidi Bouzid, 2010).

36 Le omda est le responsable de l’imada ou secteur, qui est la circonscription de base de l’administration territoriale.

37 La Confédération locale est la structure du parti à l’échelle de la délégation ; elle joue le rôle de relais entre les cellules de base, installées dans les quartiers, et le Comité de coordination qui constitue la structure régionale et couvre un gouvernorat entier.

38 Les informations relatives à la création des cellules de base du PSD, devenues celles du RCD, à Sidi Bouzid ont été collectées en mars 2013 auprès de certains anciens responsables locaux du Parti.

39 FSN : le Fonds de solidarité nationale a été créé en 1992 et cette institution gouvernementale reçoit une dotation budgétaire et collecte aussi des dons chaque 8 décembre, date anniversaire de sa création. Ces ressources sont utilisées à la discrétion du Président de la République. Elles servent à financer différentes opérations ou à distribuer des aides dans le cadre de programmes de réduction de la pauvreté ou d’amélioration des conditions de vie des habitants des zones rurales les plus « en retard » (les fameuses « zones d’ombre ») afin de les désenclaver. Pour les programmes de ces types, en effet, il s’avère généralement très difficile de financer les investissements à partir de crédits obtenus des institutions internationales ou des banques privées sur le marché international : ces organismes considèrent en effet que les investissements prévus pour développer les zones rurales ou lutter contre la pauvreté ont un coût trop élevé par habitant pour une rentabilité économique insuffisante et que, d’une manière générale, ils ne répondent pas aux critères imposés. C’est pourquoi il est fait appel au FSN pour suppléer ces sources de financement. Et c’est pour cela aussi que, à partir de 2007, les financements du FSN ont été réorientés en direction des quartiers populaires des grandes villes. M. Chabbi (1999) et J.-M. Miossec (1999) rendent bien compte du contexte dans lequel s’opère cette « prise de distance » des financements de la Tunisie par rapport aux institutions internationales, et le relais alors assuré (dès 2007) par le FSN, ainsi que des raisons de cette réorientation majeure de la politique urbaine tunisienne. Il convient toutefois de noter que, depuis sa création jusqu’à l’éviction du président Ben Ali, le FSN n’a fait l’objet d’aucun contrôle ni d’aucune évaluation des actions qu’il a permises ou au financement desquelles il a contribué.

40 1 dinar tunisien (DT) = 0,44 € en novembre 2013.

41 Cette somme correspond au prix à payer pour l’établissement de l’acte juridique de régularisation ; ce prix comprend les frais de constitution du dossier de lotissement par les services de l’Office tunisien de la topographie et de la cartographie, ainsi que tous les autres frais en relation avec cette opération.

42 Entretien avec M.B.S., qui fut gouverneur de Sidi Bouzid entre 2002 et 2005.

43 Au cours des années 1980, plusieurs événements graves eurent lieu en Tunisie qui mobilisèrent largement les masses populaires contre le pouvoir et mirent ce dernier sous tension. On peut citer en premier lieu l’ « affaire de Gafsa », survenue le 26 janvier 1980 lorsque cette ville fut attaquée par un groupe armé composé de Tunisiens et infiltré depuis la Libye. Le bilan officiel fut de 15 morts et 16 blessés parmi la population, de 4 tués, 3 blessés et 42 prisonniers parmi les membres du commando et de 2 morts et 92 blessés au sein des forces de l’ordre et parmi les militaires tunisiens. À la suite de cette attaque, plus de 300 personnes (civiles) furent arrêtées, dont 240 passèrent en jugement (Toumi, 1989). Le deuxième événement important concerne les « émeutes du pain » qui éclatèrent en réaction à l’augmentation des prix des produits de base, du fait de la réduction drastique affectant le montant des subventions jusqu’alors accordées par la Caisse de Compensation. Manifestations et actions violentes apparurent à partir du 27 décembre 1983 et affectèrent plusieurs villes du Sud et du Centre du pays, particulièrement Douz, Kébili, El Hamma, Gabès et Kasserine. Le mouvement de protestation et les émeutes gagnèrent la capitale le 3 janvier 1984. Ici, comme lors des événements de 1978, ce furent les habitants des quartiers populaires de la capitale qui alimentèrent les manifestations de protestation contre le pouvoir politique.

44 Le principe de la réhabilitation a été adopté par les pouvoirs publics tunisiens à la suite de l’échec de leur politique d’intégration sociale sélective privilégiant les classes moyennes. Dans les milieux professionnels du pays, la notion était, à l’époque, déjà connue, ne serait-ce que parce qu’elle avait été dès 1973 activement défendue, avant que d’être mise en œuvre, par l’équipe de l’Association de sauvegarde de la médina (de Tunis) (ASM). La réhabilitation des quartiers d’habitat spontané fut par la suite, c’est-à-dire à partir de 1976, défendue par les spécialistes de l’habitat agissant au sein du District de Tunis et elle figure en tant que telle parmi les priorités affichées du Plan régional d’aménagement (PRA) du Grand Tunis. L’importance attachée à cette politique ne résulte donc ni de son imposition par la Banque Mondiale ni d’un quelconque suivisme de propositions qui auraient été formulées par un bureau d’études étranger (Chabbi, 1999, p. 189).

45 Pour plus de détails sur cet historique des politiques de réhabilitation en Tunisie, voir Chabbi, 1999.

46 L’ARRU (Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine) est un établissement public à caractère industriel et commercial, créé en 1981. Elle est chargée d’exécuter la politique de l’État dans les domaines de la réhabilitation et de la rénovation urbaine, sous la tutelle du ministère de l’Équipement et de l’Habitat. Pour ce faire, elle doit identifier les quartiers à réhabiliter, formuler des propositions en dégageant les priorités à atteindre et en en identifiant les coûts ; elle doit aussi se préoccuper des modes de financement. Son intervention prend le plus souvent la forme de la maîtrise d’ouvrage déléguée, pour le compte de l’État ou des communes.

47 La CPSCL est un établissement public à caractère industriel et commercial, créé à l’instigation de la Banque mondiale. Il est placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur et du Développement local. Cette Caisse est spécialisée dans le financement des communes grâce à des fonds qu’elle obtient du budget de l’État et des emprunts effectués par la Tunisie auprès de différents bailleurs (publics, privés) sur le marché international des crédits.

48 Lors de ces élections, les islamistes, qui y participaient pour la première fois avec des listes indépendantes, auraient obtenu, selon diverses observations, entre 20 et 30 % des voix à l’échelle de toute la Tunisie (Khiari et Lamloum, 1999), alors que, officiellement, il leur a été attribué 13 % des suffrages. Pour le gouvernorat de Sidi Bouzid, ils n’auraient réuni, d’après les autorités, que 7 % des suffrages — nous n’avons pas réussi à avoir d’estimations officieuses pour tout le gouvernorat —, mais, pour la seule ville de Sidi Bouzid, ils auraient réuni autour de 30 % des voix si l’on en croit les avis (qualifiés) que nous ont communiqués d’anciens responsables politiques locaux, généralement bien informés.

49 Pour plus de détails sur les effets de cette catastrophe naturelle, on se reportera, en infra, au paragraphe « Le temps de la contestation : les événements de janvier 1990… ».

50 Ces informations ont été obtenues à l’occasion d’un entretien que nous a accordé, en mars 2013, M. Slimen Rouissi, enseignant et syndicaliste, qui fut arrêté et détenu à la suite du mouvement de protestation de 1990.

51 La digue de protection des inondations a été construite au lendemain des inondations de 1969 pour protéger la ville des crues de l’oued el Fakka. Toutefois, en 1990, elle a mal rempli la fonction pour laquelle elle avait été établie, de telle sorte que des volumes d’eau considérables se sont engouffrés par des brèches qui l’ont percée et que les quartiers qui étaient situés au plus près d’elle ont subi des dégâts très sérieux.

52 Fonds arabe de développement économique et social (FADES), Banque africaine de développement (BAD) et Agence française de développement (AFD).

53 Lors de ces élections, les islamistes auraient obtenu dans ces quartiers El Khadra et Ennour leurs taux les plus élevés à l’échelle de la ville de Sidi Bouzid en recueillant probablement plus de 35 % des suffrages (estimations communiquées par d’anciens responsables politiques de la ville).

54 Toutes les données chiffrées que nous présentons ici relativement à ce quartier sont extraites du rapport final de l’étude de préfaisabilité du PDUI réalisée pour le quartier El Khadra, établi pour le compte du CGDR en 1994 (DIRASSET, juillet 1994).

55 À l’occasion de nos entretiens avec plusieurs responsables politiques de l’époque à Sidi Bouzid, cette fidélité nous fut affirmée. Nous apprîmes cependant que c’étaient en majorité des femmes et des personnes âgées qui « meublaient » les réunions politiques du RCD et qui assistaient aux meetings électoraux.

56 Déclaration faite par l’intéressée en septembre 2010 à l’occasion d’une réunion organisée au siège du Comité de coordination du RCD pour le gouvernorat de Sidi Bouzid (au mois de septembre 2010).

57 Selon le règlement interne du RCD, le renouvellement des structures de base doit avoir lieu tous les trois ans. Mais, dans les faits, cette règle est rarement respectée, surtout si ce renouvellement doit coïncider avec une année électorale (élections présidentielles, législatives ou municipales).

58 C’est à cette date, en effet — rappelons-le — qu’un jeune commerçant ambulant, Mohamed Bouazizi, s’est immolé par le feu devant le siège du gouvernorat, suite à la confiscation de sa marchandise par la police municipale. Ce geste tragique a immédiatement provoqué un vaste mouvement de protestation populaire, qui s’est développé dans toute la ville de Sidi Bouzid et qui a rapidement pris la forme d’une émeute.

59 Au début du mois de janvier 2008, une très puissante protestation populaire a emporté la ville de Redeyef (26 143 habitants en 2004), à partir d’où elle a gagné les autres villes du bassin minier de Gafsa (Moularès, M’dhila et Metlaoui). La crise, extrêmement sérieuse, a duré près de six mois. La mobilisation a concerné toutes les catégories de la population, mais plus particulièrement celles qui étaient économiquement et socialement les plus marginalisées. Les principales revendications tournaient autour de la lutte contre le chômage et la précarité (Chouikha et Gobe, 2009). C’est la proclamation des résultats d’un concours de recrutement de 380 employés, organisé par la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), qui fut, le 5 janvier 2008, à l’origine de la révolte. La population a accusé la direction régionale de l’UGTT d’avoir favorisé le recrutement d’amis et de parents sur fond d’affinités tribales et politiques. La répression du mouvement par le pouvoir central fut extrêmement dure : on a compté plusieurs morts violentes et de très nombreux blessés, ainsi que des centaines d’arrestations. Les leaders emblématiques de la révolte furent tous condamnés à de très lourdes peines de prison — 7 personnes furent ainsi condamnées à 7 ans de prison ferme !

60 La crise financière internationale de 2008 fait suite à celle qui a violemment frappé les États-Unis en 2007 à la suite du krach provoqué par l’incapacité dans laquelle se trouvaient de rembourser leurs prêts immobiliers — lesquels leur avaient été accordés sans que les établissements bancaires ou de crédit ne disposent des garanties suffisantes. Au mois de septembre 2008, plusieurs établissements financiers américains se trouvèrent ainsi en cessation de payement et durent soit être mis en liquidation, soit être rachetés par des concurrents, soit sauvés in extremis par une intervention de l’État fédéral. La crise a ensuite gagné l’Europe où plusieurs institutions financières et banques connurent également de très graves difficultés et ne furent sauvées que par l’intervention de leurs États respectifs et celle des banques centrales. Cette crise a affecté très profondément l’activité économique (resserrement des conditions de crédit) et a pesé sur la consommation des ménages et sur l’investissement des entreprises, ce qui a provoqué une forte réduction de la croissance et, donc, une forte progression du chômage.

61 Pour plus de précisions, on se reportera en infra au paragraphe : « Frustration économique et difficultés sociales : la crise de l’emploi des jeunes ».

62 Vers la fin des années 1990, l’emploi informel représentait en Tunisie 42,2 % de l’emploi total (Tabib, 2011, p. 302).

63 Mareth est une petite ville située à proximité de Gabès, dans le Sud-Est tunisien, mais éloignée de plus d’une centaine de kilomètres de la frontière libyenne.

64 Les J’faris sont les habitants de la Jefara, basse plaine située entre Gabès et la frontière libyenne.

65 Les souks Libya sont les souks qui, dans tout le Sud et même le Centre de la Tunisie, assurent la commercialisation des produits importés, légalement mais le plus souvent en contrebande, de Libye. La plupart de ces produits, bien que généralement non fabriqués en Libye même, y bénéficient de subventions de l’État et ils peuvent donc être proposés à des prix imbattables en Tunisie.

66 Les sarrafa touazines occupent le sommet de la pyramide du Cartel du commerce informel de la frontière. Cette pyramide est organisée en un système bien hiérarchisé, avec à sa tête un nombre très restreint de grossistes installés à Ben Gardane (une dizaine de personnes selon Rafaâ Tabib, mais une cinquantaine en 2009 selon nos propres sources). « Ces grossistes sont les véritables détenteurs du pouvoir financier de la J’farra ; ils ont monté un réseau financier parallèle où le change constitue l’activité principale » (Tabib, 2011, p. 289). Participent aussi au système les grossistes nouaiels et zouaoui, qui sont les fournisseurs libyens du marché informel, les commerçants du souk appelé nassaba, les commerçants itinérants ou les khaouatta et enfin les transporteurs indépendants appelés tayout. Ces derniers représentent un groupe en quête d’autonomie ; ils utilisent des véhicules pick up, tout terrain, de marque Toyota, en utilisant les pistes les plus discrètes et les moins accessibles (Tabib, 2011, p. 296).

67 La solution trouvée par ces commerçants grossistes de la ville-frontière a consisté à recourir à des centaines de personnes qui, quotidiennement, franchissaient la frontière à pied pour rapporter les marchandises qu’ils allaient acheter du côté libyen. Ces marchandises, commandées par le commerçant tunisien à son homologue libyen, étaient transportées par ce dernier jusqu’au poste-frontière côté libyen, où venaient donc les récupérer les « porteurs » tunisiens. Les autorités douanières tunisiennes s’étaient mises d’accord avec leurs homologues libyennes pour tolérer le passage de certaines marchandises qui alimentaient le souk de Ben Gardane (produits alimentaires, couvertures, textiles et certains produits divers), mais elles avaient simultanément interdit le passage d’autres (en particulier tabacs, pneumatiques, produits textiles fabriqués en Turquie, etc. Elles avaient en outre imposé des quotas à chaque « porteur ».

68 Le recours aux sociétés de leasing est une pratique courante en Tunisie, en particulier pour financer l’achat de matériel roulant (camionnettes, petits camions, pick up) tels que ceux utilisés par les transporteurs (légaux ou clandestins). Les démarches pour obtenir un crédit de ce type sont relativement simples et aboutissent rapidement, d’autant que ce ne sont pas les banques qui financent directement ce genre d’opérations, mais plutôt des filiales spécialisées qu’elles ont créées à cet effet.

69 Les meneurs de ce mouvement de protestation avaient la conviction que la décision des autorités libyennes a été prise en commun accord avec les autorités tunisiennes. Les pressions qu’ils exercèrent sur la partie tunisienne avaient donc pour but essentiel de pousser ces autorités à intervenir auprès des Libyens pour obtenir l’annulation de ces mesures.

70 Cette enquête a porté sur un échantillon représentatif de 4 763 diplômés de la promotion 2004 tiré parmi un ensemble de 39 052 diplômés.

71 On ne dispose pas de statistiques sur le chômage à l’échelle des villes (périmètres municipaux). Outre celles établies pour chaque gouvernorat, n’existent que celles par délégation. On indique donc ici celles de la délégation de Sidi Bouzid-Ouest, où se situe la ville de Sidi Bouzid — laquelle regroupe l’essentiel de la population de cette délégation.

72 Une enquête de 2011 — dont nous évoquerons les résultats ci-dessous — permet d’établir que, en 2010, le nombre effectif de diplômés chômeurs pour l’ensemble du gouvernorat de Sidi Bouzid était de 8 340, alors que seulement 3 312 d’entre eux étaient inscrits au bureau de l’Emploi.

73 Selon une enquête réalisée à Sidi Bouzid par la Direction régionale du MEIPJ. Pour mesurer l’augmentation du nombre de diplômés chômeurs entre 2010 et 2011, il faut prendre comme référence pour 2010 le chiffre de 8 340 (et non celui des inscrits « officiels » au bureau de l’Emploi, soit 3 312). Ainsi calculé, l’effectif aurait augmenté de 1816 diplômés chômeurs en un an.

74 Le 23 décembre [2010], à l’occasion de la venue à Sidi Bouzid du ministre du Développement et de la Coopération pour présider une réunion du Conseil régional de développement, une information circule rapidement sur le réseau social Facebook pour signaler que le nouveau gouverneur [de Sidi Bouzid], qui avait été nommé au mois d’août 2010, recevait les jeunes diplômés et procédait à leur embauche sur le champ !

75 Lors des manifestations organisées à l’occasion de cette grève, un véhicule propriété du Comité de coordination du RCD fut brûlé. Et plusieurs arrestations furent opérées parmi les leaders du mouvement pour le stopper.

76 Le mouvement Ennahda est un parti politique islamiste. Il naît à la fin des années 1970 et est créé officiellement en 1981, dans l’illégalité, sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI), avant de changer de nom en février 1989 pour devenir Ennahda. Se situant dans la mouvance des Frères musulmans égyptiens, il est, en matière de mœurs, ultra-conservateur. Toléré vers la fin des années 1980, puis interdit, il fut réprimé jusqu’à la date de sa légalisation, le 1er mars 2011, par le gouvernement d’unité nationale mis en place à la suite de la révolution du 14 janvier 2011.

77 Les informations ici présentées sont tirées d’une copie du PV du jugement de l’affaire, que nous a confiée M. Slimane Rouissi, qui fut l’un des accusés (entretien en date de mars 2013).

78 Les terres saisies devaient être revendues aux enchères au profit de la BNA.

79 Comme ce gouverneur en question, muté de Médénine à Sidi Bouzid, n’est autre que l’auteur de cet article, on comprendra que l’analyse de la situation qui a mené à la « révolution » soit arrêtée au moment même de cette nomination. Il s’agit d’éviter que ce que je pourrais écrire à ce propos soit pris pour un plaidoyer pro domo ou considéré comme un document officiel qui pourrait être exploité à des fins partisanes.

80 Le sacrifice de Mohamed Bouazizi est la conséquence de l’humiliation qu’il a subie en étant giflé par un agent de la police municipale — une femme qui plus est ! — lorsque celui-ci vint lui confisquer sa marchandise après qu’une plainte eut été déposée contre lui par les commerçants du marché municipal. Cette humiliation a été renforcée par le mauvais accueil et l’absence d’attention quand il est allé porter plainte auprès de la municipalité et de la police.

81 Information tirée de Mehdi Horcheni, mars 2013.

82 À partir du 22 décembre 2010, des manifestations et des affrontements eurent lieu dans plusieurs petits centres du gouvernorat de Sidi Bouzid : d’abord à Meknessy, Menzel Bouzaine et Sidi Ali Ben Aoun, puis, le 23 décembre, à Mazzouna, à Regeb le 24 et à Jelma à partir du 27 du même mois.

83 Les premières villes qui ont affiché leurs soutien au mouvement de révolte de Sidi Bouzid furent, dès la fin du mois de décembre, les villes de Kasserine et de Thala, dans le Centre-Ouest du pays. C’est là que les affrontements furent les plus sanglants, en particulier entre le 4 et le 8 janviers 2011, puisqu’on y a compté une vingtaine de morts (au moins) dans les rangs des manifestants et plus de 600 blessés.

84 Ce n’est qu’a partir du 10 janvier 2011 que la contestation populaire a pris de l’ampleur et a gagné les villes du Sud (Kébili, Gabès, Médénine), puis celles du Centre (Sfax, Kairouan et Sousse) et, enfin, les gouvernorats du Nord, notamment le Grand Tunis. C’est dans la capitale que le nombre de morts a été le plus élevé (89 morts, auxquels s’ajoutent 574 blessés). Dans la Tunisie du Nord, d’autres villes furent concernées, parmi lesquelles les chefs-lieux des gouvernorats de Bizerte, Nabeul et Zaghouan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Découpages de la Tunisie et du gouvernorat de Sidi Bouzid, 2010.
Crédits Cartographie : F. Troin, CITERES 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 2. Les principaux quartiers et les infrastructures de Sidi Bouzid.
Crédits Cartographie : H. Nciri, 2007, reprise par M. Ben Jelloul et F. Troin, CITERES 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/531/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photographie 1. Lotissement « Yessminet » en cours d’aménagement par l’AFH à Sidi Bouzid, à proximité du quartier Aouled Belhedi.
Crédits Cliché : M. Ben Jelloul, juillet 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Photographie 2. Constructions illicites en cours sur des terrains domaniaux, quartier Ennour-Est à Sidi Bouzid (situés entre la route de ceinture de la ville et la digue de protection contre les inondations).
Crédits Cliché : M. Ben Jelloul, juillet 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Photographie 3. Sit-in des membres des familles Bouazizi et Horcheni, sur leurs terres de Rgeb (gouvernorat de Sidi Bouzid), pour protester contre la saisie par la Banque nationale agricole (23 juin 2010).
Légende Source : Page Facebook du site « Solidarité avec les agriculteurs de Rgeb », juin 2010 (administrateur du site : Slimane Rouissi).
Crédits Cliché : Ali Bouazizi, juin 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Photographie 4. Rassemblement des familles Bouazizi et Horcheni devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid pour protester contre leur éviction de leurs propriétés.
Crédits Cliché : S. Rouissi, juillet 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mourad Ben Jelloul, « Contestations collectives et soulèvement du 17 décembre 2010. La révolte des quartiers populaires de Sidi Bouzid (Tunisie). », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 71-115.

Référence électronique

Mourad Ben Jelloul, « Contestations collectives et soulèvement du 17 décembre 2010. La révolte des quartiers populaires de Sidi Bouzid (Tunisie). », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://emam.revues.org/531 ; DOI : 10.4000/emam.531

Haut de page

Auteur

Mourad Ben Jelloul

Maître-assistant en Géographie à la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis

mouradbjd@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page