Navigation – Plan du site

Aménagement et préservation de la médina de Rabat entre 1912 et 1956

Mylène Théliol
p. 47-70

Résumés

Le patrimoine architectural de la médina de Rabat, au Maroc, a été préservé, dès les premières années du Protectorat français (1912-1914), en application de la volonté du premier Résident général, Hubert Lyautey, qui souhaitait sauvegarder les villes arabo-musulmanes ayant un caractère historique, esthétique ou pittoresque prononcé. La mise en œuvre de cette politique est déléguée au Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques dont le but principal est le classement et la protection des monuments historiques ainsi que le contrôle des aménagements de la médina afin de conserver l’aspect esthétique de cette dernière. Dans cette mission, le Service est aidé par la municipalité de Rabat qui a aussi la charge de l’entretien de la voirie afin d’améliorer les conditions de vie dans la médina. La réalisation de l’ensemble de ces objectifs nécessite la promulgation d’un corpus de règles d’urbanisme plutôt contraignantes. Ces réglementations seront remises en question, à partir des années 1935, à cause, notamment, de l’augmentation rapide de la population vivant dans la médina qui menace la préservation de la ville arabo-musulmane. L’administration coloniale tentera alors, jusqu’à la fin du Protectorat en 1956, de trouver des solutions aux problèmes démographiques, sociaux et d’urbanisme auxquels la ville historique est désormais confrontée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La médina est l’ancienne ville arabo-musulmane et la ville nouvelle a été créée par les Français du (...)

1Rabat, capitale administrative du Maroc, a fait l’objet de nombreux écrits concernant son histoire architecturale et urbanistique sous le Protectorat français. Le mémoire de maîtrise d’Isabelle Dupont, soutenu en 1972, limite son étude à l’évolution architecturale des villes nouvelles de Rabat et de Casablanca durant le seul mandat de Lyautey, soit entre 1912 et 1925. Son auteur ne prend donc nullement en compte les médinas. Dans sa thèse d’histoire soutenue en 1986 à l’Université de Nice, Sylviane Munoz s’interroge quant à elle sur l’histoire économique et sociale de Rabat, ville nouvelle et médina comprises1, durant les vingt-sept premières années du Protectorat. Elle analyse les changements urbanistiques de la ville dus notamment à la création de la ville nouvelle. L’auteur met surtout en exergue les conséquences du changement de statut de Rabat comme capitale administrative à partir de 1913, le développement économique de la ville ainsi que l’ampleur des actions de la municipalité. S. Munoz insiste notamment sur les conséquences de la surpopulation dans les médinas dans les années 1930, laquelle est une des conséquences directe de l’intensification de l’exode rural (Munoz, 1972, pp. 358-362). En effet, les migrants, dont un grand nombre provient des campagnes du Sud du Maroc, s’entassent dans la médina qui s’avère trop petite pour les accueillir tous ou bien doivent s’installer à ses marges, créant ainsi les premiers bidonvilles. Malgré cette analyse de cet aspect de l’histoire de Rabat, S. Munoz ne fait qu’effleurer la question de la mise en place de la conservation de la médina ; elle n’en approfondit ni les causes ni les conséquences. Jean-Pierre Malka, dans son ouvrage Rabat hier et aujourd’hui, publié en 2002, relate, pour ce qui le concerne, l’historique urbanistique de la ville de Rabat au travers d’une série de cartes postales, qu’il commente. Mais il ne s’intéresse pas aux différents aspects de la conservation. J’ai pour ma part traité le thème de cette préservation des médinas dans ma thèse intitulée : Le regard français sur le patrimoine marocain : conservation, restauration et mise en valeur de l’architecture et de l’urbanisme des quatre villes impériales durant le Protectorat français (1912-1956). Cependant, j’ai abordé cette question plus sous l’angle architectural qu’urbanistique. Et surtout, je n’ai étudié la préservation des monuments historiques de la médina de Rabat que durant un temps plus court (1913-1930), puisque les trois autres médinas impériales me servaient aussi d’exemples pour l’ensemble de la période. Il me semble donc justifié de reprendre ces analyses pour les approfondir en m’interrogeant sur les motifs des principaux acteurs ainsi que sur les actions qu’ils conçoivent et mettent en œuvre en vue de la conservation de cette médina.

2Notre étude, conduite sur le long terme, est basée sur l’exploitation et l’analyse de différentes sources manuscrites se trouvant dans les archives du Protectorat français au Maroc — lesquelles se situent à Nantes et à Rabat — ainsi que sur les lois du Protectorat qui ont été publiées dans le Bulletin officiel du Maroc. L’abondante bibliographie coloniale concernant le Maroc, et notamment Rabat, ainsi que les études contemporaines sur cette ville viennent compléter les lacunes des archives. Outre les documents écrits, je m’appuierai aussi sur des cartes postales des années 1915-1930 et des années 1945-1956. Diffusées au Maroc comme en métropole, elles illustrent les principaux monuments de la médina et aussi certains changements urbanistiques de Rabat. Les cartes postales datant du Protectorat sont également un moyen de promotion touristique initiée par l’administration coloniale afin d’attirer les visiteurs dans la médina et les inciter à y apprécier les transformations urbanistiques effectuées par les Français. Mais autant la période 1915-1930 est particulièrement prolifique en cartes postales représentant les rues et monuments principaux de la cité arabo-musulmane, autant celles des années 1945-1956 donnent le plus souvent à voir le seul urbanisme de la ville française qui jouxte la médina. Quant à celles de la période 1930-1945, ce ne sont pour la plupart que des rééditions de celles des années précédentes. Les cartes postales des années 1950 peuvent même reprendre les thèmes et images qui figuraient déjà sur celles des premiers temps du Protectorat. Finalement, les cartes postales ne nous sont vraiment utiles que pour les années 1915-1930.

3Ainsi, cet ensemble de documents anciens et contemporains, écrits et photographiques, me permet de montrer comment, dans les premières années du Protectorat, différents services administratifs coloniaux prennent petit à petit possession de la gestion de la médina au détriment des institutions traditionnelles tout en imposant des règlements urbanistiques stricts. Cependant, malgré une pression administrative forte, cette règlementation ne résistera pas à l’augmentation de la population de la médina des années 1935-1956. Elle sera même remise en cause à partir de 1947 avec l’arrivée d’un architecte et urbaniste avant-gardiste, Michel Écochard.

Le rôle de la municipalité et du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques dans l’aménagement et la conservation de la médina de Rabat entre 1912 et 1935

  • 2 La médina comporte des quartiers d’habitations, des quartiers commerçants et le mellah. Le nombre d (...)

4En 1906, Rabat est une ville impériale car elle possède un palais royal. Celui-ci s’étend au sud de la médina, mais, tout en en étant physiquement séparé, il lui est quand même relié par l’enceinte almohade allant de Bab el Had à Bab Rouah. Ce palais, entouré de remparts, jouxte un immense jardin appartenant au roi, l’Agdal. Face aux enceintes de la résidence impériale, et notamment à sa porte monumentale, Bab Zaër, s’étend le Chellah, l’ancienne nécropole des sultans mérinides (XIII-XIVe siècles). À partir du Chellah, en remontant vers le nord, se situe la Tour Hassan, l’immense minaret de la mosquée almohade inachevée. Au nord-ouest de celle-ci se trouve le mellah, quartier juif, qui est intégré dans la médina de Rabat. Cette dernière occupe plus de 800 ha bordant au nord l’océan Atlantique et surplombant du côté sud le fleuve Bou Regreg. Une première enceinte fortifiée datant du XVIIe siècle, dite muraille des Andalous, entoure les habitations. Elle dessine un trapèze de 93 ha avec le rempart du Sultan Moulay Abd Er Hassan qui longe l’océan de bordj Sirat jusqu’à la casbah des Oudaïas. Cette deuxième muraille, appelée almohade et datant du XIIe siècle, vient renforcer la première. Elle encercle une partie de la médina, à l’est, ainsi que des vergers, des vignes, des jardins et le cimetière Al Alou. Elle est composée de murs en pisé crénelés de deux à trois mètres de haut parsemés de bordjs (tours de garde) placés face à l’océan et à l’estuaire du fleuve. Cette muraille almohade est percée de portes qui permettent le passage vers les quatre autres ouvertures de l’enceinte andalouse que sont Bab Mellah, Bab Chellah, Bab Teben et Bab Bouiba (Munoz, 1986, pp. 51-54) (Figure 1). La casbah des Oudaïas est une forteresse érigée sur la falaise dominant la rive gauche de l’estuaire du Bou Regreg, au nord-est de la médina de Rabat dont elle fait partie. Cette dernière est, quant à elle, divisée en 11 quartiers distincts2 (sans compter la casbah des Oudaïas) (Mercier, 1906, p. 309). Cette disposition d’ensemble de la ville est celle que découvrent les Français, et notamment le Résident général Hubert Lyautey, lorsqu’il arrive au Maroc, en mai 1912, pour diriger le tout nouveau Protectorat français.

Figure 1. Plan de la médina de Rabat, 1912-1913.

Figure 1. Plan de la médina de Rabat, 1912-1913.

Cartographie : M. Théliol, d’après Plan de 1909 et Google Maps, 2013.

5Depuis le 31 mars 1912, le Maroc est en proie à des soulèvements de population dus justement à la signature du traité du Protectorat. Les autorités françaises envoient le général Hubert Lyautey et les troupes coloniales pour calmer les hostilités et reprendre en main le pays. Ils débarquent à Casablanca en mai 1912, remontent sur Rabat et, à partir de là, foncent sur Fès et Marrakech pour rétablir l’ordre et la paix. Pour des raisons économiques et stratégiques, Rabat, qui n’était que l’une des quatre villes impériales, devient à partir de 1913 la capitale administrative du Protectorat français, supplantant de ce fait Fès.

« Rabat est au sommet des trois grands axes du Maroc, l’un sur Taza, l’autre sur Marrakech, le troisième le long de la côte or la presque totalité des intérêts économiques du Maroc sont concentrés sur les deux derniers : Gharb, Béni Hasse, Chaouïa, Doukkala, Haouz, régions côtières d’où viendrait l’immense majorité des questions administratives à régler. Fès sera donc par rapport à l’ensemble du Maroc dans une situation excentrée qui rendra l’action administrative très difficile et lente d’autant plus qu’il ne faut pas envisager avant une période indéterminée de communications directes, rapides et suivies entre Fès et Marrakech. La vie est autant saine à Rabat qu’à Fès où l’été est exceptionnellement rude. Je crois également indispensable d’être à proximité de Casablanca, qui, par la force des choses, sera la métropole commerciale et le plus gros centre européen du Maroc. Rabat serait donc triplement la résidence administrative, le siège des services et des bureaux de plus en plus étendus que comportera forcément l’administration générale du Protectorat en se développant et pour lesquels de vastes terres permettant de les réunir sont tous sous la main. […] Je regarde donc que Rabat réunit seule toutes les conditions propices pour l’installation saine et complète pour une action administrative centrale et efficace et pour la rapidité des communications » (Lyautey, 1953a, p. 147).

6Les premiers administrateurs, qui arrivent en même temps que les militaires, doivent donc s’installer dans la médina à Rabat ou se contenter de baraquements à proximité de la médina en attendant que les premières constructions européennes soient érigées sur les terrains s’étendant entre la ville ancienne et le palais du Sultan.

  • 3 ADMR (Archives du Maroc à Rabat), Secrétariat général du Protectorat, A1466/rapports mensuels de la (...)

7Afin d’améliorer les conditions d’hygiène de la médina, le Génie militaire, puis la municipalité qui lui succède dès 1914 dans ses responsabilités de gestion urbaine, engage, en 1913 et 1914, des travaux d’assainissement et d’empierrement des rues principales telles que les rues el Gza, Souïka et Oukassa3. La municipalité de Rabat, présidée par le Capitaine Riottot jusqu’en 1917 et composée de militaires et de notables marocains, a des pouvoirs en matière de police, d’hygiène et de surveillance des constructions. De ce fait, elle contrôle les décisions prises par le Pacha (cf. Encadré 1), mais elle intervient aussi dans des domaines pour lesquels celui-ci n’a pas d’attributions.

Encadré 1. L’administration des villes, avant le Protectorat, était confiée au Pacha, le représentant du pouvoir central, qui avait pour fonction d’assurer l’ordre dans la ville, de lever les impôts, de faire respecter les dahirs chérifiens, de réciter la prière publique au nom du souverain lors des fêtes. Il était aussi l’unique juge des crimes et des litiges commerciaux à la mahakma, le prétoire public. Dans chaque haouma (quartier), un moqqadem (fonctionnaire) veillait à sa propreté, à sa bonne tenue et sur les filles publiques. Il désignait les veilleurs de nuit et réglementait les heures d’ouverture et de fermeture des portes de son quartier. Le qadi ou cadi, représentant de l’autorité religieuse du Sultan, jugeait toutes les affaires concernant les biens immobiliers et le statut personnel. Le mohtaseb était chargé de la réglementation des différends commerciaux et du contrôle des marchés ainsi que des corporations. L’amin faisait respecter les usages traditionnels au sein de l’artisanat. Avec l’instauration des municipalités civiles par le dahir du 28 avril 1917, le Pacha, nommé par le Sultan, administre toujours la cité. Il peut émettre des arrêtés municipaux sur la proposition des Services municipaux et sous réserve de l’approbation du grand Vizir. Il veille à la publication, à l’application des dahirs et à l’exécution des mesures de sûreté. Le chef des Services municipaux, nommé par le Résident général, assiste le Pacha. Aucun acte n’est valable sans l’approbation du chef du Service municipal et du Pacha.

  • 4 ADMR, Direction des affaires chérifiennes, Contrôle des Habous, H38, Travaux de réparation des imme (...)
  • 5 Le vizirat des Habous est mis en place à la suite de la promulgation du décret chérifien du 4 août (...)
  • 6 AMDR, Secrétariat général du Protectorat, A1782/rapports mensuels de la municipalité de Rabat entre (...)

8Dans ses fonctions, la municipalité reprend celles du nadir. Elle exerce son pouvoir sur les Habous (cf. Encadré 2) en exigeant d’eux de désinfecter et de blanchir les marabouts et les latrines publiques de la médina pour éviter tout type d’épidémie. Mais si, en 1914, la municipalité pousse les Habous à effectuer de nombreux aménagements, c’est le vizirat qui, dès son instauration en 19154, prendra en charge l’entretien des latrines publiques et des hammams5. Quant à l’empierrement des rues, il est exécuté entre 1914 et 1925 (Figure 2). Outre ces réalisations, la municipalité entreprend, avec l’aide financière des Habous — qui protestent contre cette charge imposée —, le curage des égouts de l’ensemble de la médina en commençant par les rues principales et en finissant par les ruelles comme Derb Sidi el Maati ou bien encore l’impasse Azez dans le mellah. Pour la réalisation de l’ensemble de ces travaux, la municipalité se substitue donc aux moqqadems6 de quartier en tant qu’ils devaient normalement faire exécuter ce type de travaux d’entretien.

Encadré 2. Les Habous sont une fondation pieuse créée au XIe siècle au Maroc dont le but est d’aider les nécessiteux et de gérer le bien public de la communauté musulmane notamment les édifices publics d’intérêt général comme les lieux de culte (mosquées, zaouïat, médersas), les msids (écoles primaires), les hammams, les fontaines, les égouts, les places publiques, les remparts des médinas, les cimetières et les latrines publiques. Afin d’administrer les édifices publics, les Habous, depuis le XVIIIe siècle, nomment un nadir par ville. Cet administrateur, qui est placé sous l’autorité du cadi et du Sultan lui-même, a la gestion de tous les édifices cultuels comme les mosquées, les zaouïat et les médersas. Outre ce rôle, il est aussi chargé de recruter du personnel pour entretenir les remparts et les portes d’entrées des médinas, les fontaines et les abreuvoirs.

Figure 2. « RABAT - La rue Souïka et la mosquée ».

Figure 2. « RABAT - La rue Souïka et la mosquée ».

Source : Carte postale, 1920 (estimation auteure).

  • 7 ADMR, Secrétariat général du Protectorat, A1466/rapports mensuels de la municipalité de Rabat entre (...)

9En plus de l’amélioration de la voirie, des travaux de rénovation ont été réalisés sur les principales fontaines de Rabat. Pour cette entreprise, la municipalité a fait appel au Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques, créé le 26 novembre 1912, dans le but de préserver et de classer des monuments ayant un caractère historique et esthétique très prononcé au sein des médinas marocaines. Ce Service a aussi pour tâche la relance de l’artisanat artistique qui connaît un déclin depuis le début du XXe siècle dû à l’importation à moindre coût des produits manufacturés d’Europe et du Japon. Ainsi, dès 1913, la priorité du Service est de répertorier les différents types d’artisans. Les premiers métiers à être rénovés sont ceux de la décoration d’architecture tels que les menuisiers, les créateurs de zelliges, les stucateurs et les peintres sur bois. Les pratiques artisanales traditionnelles sont protégées de l’oubli grâce à la création à partir de 1914 d’ateliers d’enseignement professionnel. Le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques a donc fait appel à des artisans marocains afin de remettre en état le décor en zelliges des fontaines publiques de Rabat, notamment celles des rues Sidi Fatah, Souïka et Boukroune7 (Figure 3).

Figure 3. « RABAT - Fontaine publique Rue Souïka ».

Figure 3. « RABAT - Fontaine publique Rue Souïka ».

Source : Carte postale. « Le Maroc illustré », 1914-1915 (estimation auteure).

  • 8 « Dahir du 22 juin 1914 portant classement comme Monuments historiques des enceintes de la ville de (...)

10La promulgation du dahir du 13 février 1914 — qui complète celui du 26 novembre 1912 — permet la conservation des monuments historiques, des inscriptions et des objets d’art et d’antiquités de l’Empire chérifien, ainsi que la protection des lieux entourant des monuments, des sites et monuments naturels. Ce texte permet au Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques d’opérer désormais le classement des édifices ayant un caractère historique et esthétique primordial et d’entamer les premières restaurations s’il le juge nécessaire. Ce dahir fait suite à la volonté du Résident général, Hubert Lyautey, de ne pas dénaturer les villes marocaines et de préserver ce qu’il appelle « la couleur locale » du pays. Ainsi, à Rabat, les enceintes, biens habous, entourant l’ensemble de la médina sont classées comme monuments historiques8.

  • 9 « Dahir du 1er mars 1922 portant classement d’une zone de protection le long des remparts de Rabat, (...)
  • 10 ADMR, F140, Direction de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Monuments historiques, rappo (...)

11Les murailles des médinas forment un enclos qui marque la transition entre ce qui est la ville et ce qui ne l’est pas, car le rempart urbain matérialise les limites du territoire de la cité (Wilbaux, 2001, p. 322). Ainsi, à Rabat, la muraille andalouse sert de frontière entre la médina et la nouvelle ville européenne qui est en train de se construire. Afin de marquer plus nettement cette séparation entre ces deux types d’espaces, une zone non aedificandi de 6 m de large est établie intra muros entre les habitations marocaines et les enceintes andalouses de Bab Teben à Sidi Makhlouf9. Cette zone est laissée en jardins. Les murailles de la médina de Rabat sont relativement en bon état, ce qui n’est pas le cas des portes monumentales qui les percent. Ces dernières doivent alors être l’objet d’une restauration qui n’est entreprise qu’à partir de 192710. Les rénovations et l’entretien de ces mêmes enceintes ne sont plus du ressort des Habous, mais uniquement de celui du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques. Les Habous sont donc dépossédés de leur droit de gestion d’un bien public au profit de l’administration coloniale. Par ailleurs, la protection des remparts de la médina et de ses portes, qu’assurent les dahirs de classement, neutralise toutes les tentatives de transformations architecturales dès lors que celles-ci n’ont pas reçu au préalable l’autorisation du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques.

  • 11 La médersa est une résidence pour les étudiants qui viennent s’instruire dans une mosquée khotba ou (...)
  • 12 « Dahir du 11 juin 1914 classant comme monuments historiques certaines parties de la casbah des Oud (...)
  • 13 Terme utilisé sous le Protectorat pour désigner des portes possédant un à quatre coudes.

12Mais l’œuvre de conservation la plus remarquable du Service concerne la casbah des Oudaïas (Figure 4). Certaines de ses parties comme la porte d’entrée monumentale, la médersa11 et les remparts sont classées comme monuments historiques dès juin 191412. Des restaurations y sont rapidement entreprises entre novembre 1914 et septembre 1918, notamment à la porte à baïonnette13 qui assure l’entrée de la casbah. Cette grande porte monumentale d’époque almohade, murée par les anciens habitants du lieu, est dégagée de ses encombrements par des ouvriers marocains (Figure 5).

Figure 4. La casbah des Oudaïas, 1940.

Figure 4. La casbah des Oudaïas, 1940.

Cartographie : M. Théliol, d’après plan de Jacques Caillé, 1943.

Figure 5. « RABAT - Porte de la Casbah des Oudaïas ».

Figure 5. « RABAT - Porte de la Casbah des Oudaïas ».

Source : Carte postale, 1918-1920 (estimation auteure).

  • 14 ADMR, F142, Rapports trimestriels du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques entre 1914 et (...)
  • 15 Archives privées de Joseph de la Nézière, « Marché de gré à gré entre le Service des Antiquités, Be (...)
  • 16 ADMR, F119, Dossier relatif aux Oudaïas, « Bordereaux de prix supplémentaires pour la démolition de (...)
  • 17 ADMR, F119, Dossier relatif aux Oudaïas, « Bordereaux des prix supplémentaires pour les murs de sou (...)
  • 18 ADMR, F142, Rapports trimestriels du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques, « (...)

13Les voûtes des coudes de la porte sont refaites à neuf ainsi que la cage d’escalier qui permet d’accéder aux terrasses supérieures14. Entre 1915 et 1918, des réparations sur les murailles, les bastions et le chemin de ronde des Oudaïas sont entreprises afin de leur rendre leur état d’origine. Le hammam et le patio de la médersa sont aménagés en 1918. Le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques a engagé, depuis le 28 octobre 1915, l’entrepreneur Mohamed Bel Hadj afin de réaliser les frises en bois des corniches dans les salles et les couloirs ainsi que les raccordements des frises avec les plafonds peints de la grande salle et les galeries du patio. Il doit fournir les matériaux et les ouvriers15. Ces réparations sont entreprises dans le but de transformer la médersa en musée des Arts musulmans, lequel ouvrira ses portes en 1915 alors même que l’aménagement de ses salles ne sera terminé qu’en 1916. Le jardin attenant à cette médersa est destiné lui aussi à être modifié. Le directeur du Service des Antiquités, Beaux-Arts et des Monuments historiques, Maurice Tranchant de Lunel, souhaite en faire un jardin de type andalou. Son agencement est mis en place dès octobre 1916, après qu’un marché de gré à gré eut été conclu avec l’entrepreneur, Hadj Driss Tourouguy, pour sa réalisation16. Après l’enlèvement des gravats, les allées du jardin furent pavées avec des dalles carrées en pierre locale de 55 cm de côté et de 8 cm d’épaisseur17. Au printemps 1919, la canalisation amenant l’eau de la fontaine de la casbah jusqu’au bassin du jardin est installée18 (Figure 6).

Figure 6. « RABAT - Remparts et Jardins des Oudaïa – LL ».

Figure 6. « RABAT - Remparts et Jardins des Oudaïa – LL ».

Source : Carte postale LL (Frères Lévy), 1920 (estimation auteure).

  • 19 « Arrêté viziriel du 31 janvier 1922 portant règlement de voirie et de construction pour le quartie (...)

14À côté du Musée des Arts musulmans sont aménagés des ateliers d’artisans d’art : teinturiers, peintres, sculpteurs, relieurs et tisseuses, à l’initiative du Service des Arts indigènes afin de favoriser le renouveau de l’artisanat d’art marocain. Ces mêmes artisans réalisent des copies de décorations architecturales pour restaurer les intérieurs des édifices classés. Enfin, un café maure est installé en contrebas du jardin andalou. Il se situe dans la zone des remparts qui donnent sur l’océan et offre un superbe panorama sur la médina de Salé. Tous ces aménagements permettent de valoriser les arts marocains, car Lyautey veut développer l’artisanat afin d’en faire une composante du commerce extérieur marocain. Il initie ce mouvement en favorisant la tenue, en 1915 et 1916, de grandes foires commerciales à Casablanca, Rabat et Fès, ainsi que l’exposition des Arts marocains au pavillon de Marsan au Louvre en 1917. En même temps que l’artisanat est relancé, le Maroc s’ouvre aux touristes. Cette activité est une source économique non négligeable pour le pays. L’instauration du musée et du café maure dans la casbah des Oudaïas participent déjà à cette ouverture touristique, laquelle s’accélère dès la fin de la Première Guerre mondiale. En effet dès 1922, l’ensemble de la casbah des Oudaïas est considéré comme un monument historique. Un arrêté viziriel vient y réglementer la voirie et les constructions19 pour qu’elle ne subisse aucune transformation et que ses caractéristiques architecturales et urbanistiques soient préservées dans l’état qui était le leur au début du XXe siècle. Il est donc interdit d’agrandir les rues, de construire des habitations plus hautes, plus larges ou plus profondes que celles existantes, et il est rendu obligatoire de blanchir à la chaux les maisons tous les ans. Ces dispositions sont mises en place par le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques qui effectue des contrôles réguliers afin de vérifier si les habitants les respectent scrupuleusement.

  • 20 La réfection complète de la place du Souk el Teben a permis l’aménagement, en juillet 1914, d’un no (...)

15Des réglementations comparables sont adoptées dès 1919 pour la médina de Rabat. Elles sont formulées au titre 5 du règlement général de voirie et de construction de la Ville de Rabat daté du 8 janvier 1919. Ainsi, les nouveaux bâtiments qui seraient érigés dans la ville indigène ne peuvent-ils avoir plus de deux étages sur rez-de-chaussée. Ils doivent être couverts en tuiles vertes ou de terrasses cimentées et blanchies à la chaux. La hauteur maximum des édifices doit être réduite si elle présente des inconvénients au point de vue de l’esthétique ou de l’hygiène. Les vues droites et obliques sur les cours, vestibules, pièces et dépendances intérieures des maisons ainsi que sur les terrasses sont interdites. Les façades des maisons marocaines sont toujours nues, aveugles et blanches : aussi celles des futurs édifices à construire doivent-elles tenir compte de cet aspect. Ces réglementations sont donc appliquées lors de la construction d’édifices sur le terre-plein de la place du marché du souk Teben20, à Rabat.

  • 21 « Arrêté du directeur général de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Antiquités relatif à (...)

« Les façades des immeubles à construire ou à reconstruire sur le terre-plein de la place du Marché, à Rabat, dans une situation où il importe de composer un ensemble architectural pour concilier l’aspect de la médina, en particulier avec celui du marabout de Sidi Bou Aza, devront être conçues dans les conditions suivantes. […] Elles [les façades] comprendront un portique continu courant sur la voie publique en tous points semblable, pour la forme, la coloration et la matière (corniche, architecture et piliers) au portique élevé sur le grand côté du marché, vers la rue Souk El Samarine »21.

  • 22 Ibidem.
  • 23 « Dahir du 10 novembre 1924 portant déclassement d’une partie de la muraille de la médina de Rabat (...)

16Afin de réaliser cette uniformisation d’aspect, toutes les boiseries des baies devront être peintes en vert sur l’étendue des façades, les enduits des murs seront réalisés à la chaux blanche et les devantures en bois des magasins ainsi que les rideaux métalliques seront peints en bleu. Les inscriptions ou les enseignes sont autorisées mais uniquement pour les façades placées sous les portiques ; dans ce cas, les lettres et l’encadrement de ces dernières doivent être tracés en blanc. La réalisation du marché nécessite l’aménagement de 63 boutiques qui sont ouvertes à partir de l’été 192522 (Figure 7). Ces constructions entraînent le déclassement et la suppression de la partie des remparts comprise entre Bab Jedid et Bab Teben23.

Figure 7. « RABAT – La Ville arabe et le marché municipal ».

Figure 7. « RABAT – La Ville arabe et le marché municipal ».

Source : Carte postale, 1930 (estimation auteure).

  • 24 « Arrêté viziriel du 8 juillet 1922 portant règlement de voirie pour la médina de Rabat », Bulletin (...)
  • 25 Selon les vœux de Lyautey, la médina de Rabat doit être un lieu d’habitat pour les Marocains unique (...)

17Les règlements urbanistiques de la médina de Rabat sont renforcés en 1922. La médina (mellah compris) est grevée dans toute son étendue d’une servitude d’aspect. Cette dernière permet de maintenir la cité arabo-musulmane dans son aspect original « en imposant aux habitants l’obligation de ne restaurer leurs maisons ou de n’en édifier de nouvelles que dans des conditions qui concourent à cet effet, suivant les proportions d’ensemble et l’ornementation qui caractérisent l’architecture de cette agglomération » 24 et d’en demander à l’avance l’autorisation au directeur du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques. Pour les constructions marocaines, l’arrêté viziriel de 1922 reprend les dispositions du titre 5 du règlement général de voirie et de construction de la ville de Rabat. Par contre, il fait une concession aux trois rues (El Gza, Oukassa et des Consuls) où sont installés des commerces européens depuis 190625 : ces constructions pourront bénéficier de servitudes d’aspect particulières, mais elles devront s’inspirer du style local et de l’architecture de la médina. Le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques veille aussi à l’élaboration des projets de façades des nouvelles habitations ou commerces.

  • 26 Le boulevard El Alou a été aménagé dès 1912 par les Français et ce sont eux qui s’y sont établis le (...)

18Dans le même souci d’harmonisation architecturale, le boulevard El Alou qui borde la médina au nord, est lui aussi soumis à une réglementation sévère. Cette artère sépare la zone des cimetières de la médina, et va de Bab El Alou à la place des Oudaïas ou place du Souk el Ghezel. Les cartes postales éditées entre 1912 et 1914 montrent que le boulevard n’est encore, à cette époque, qu’une allée sablonneuse semblable à une piste. Seuls quelques bâtiments sont érigés le long de cette voie (Figure 8). Les premiers aménagements de ce boulevard interviennent après 1918 avec la construction de deux édifices dont l’un est celui de la Poste. Ce dernier occupe un terrain pris au cimetière. Dans les années 1920, on aménage près de cette Poste un jardin qui borde le boulevard sur une centaine de mètres et qui empiète, lui aussi, sur les espaces de sépultures (Figure 9). La plupart des bâtiments établis sur les deux côtés du boulevard El Alou sont des commerces tels que des brasseries, cafés, hôtels, cinéma, agence de presse, qui sont tenus, depuis à peu près le milieu des années 1920, par des Marocains26. Leur architecture est en parfait accord avec celle de la médina et leur hauteur ne dépasse pas celle des remparts de la cité arabo-musulmane (Figure 10).

Figure 8. « RABAT – Cimetière de l’Alou ».

Figure 8. « RABAT – Cimetière de l’Alou ».

Source : Carte postale, 1914-1915 (estimation auteure).

Figure 9. « RABAT – Le boulevard El-Alou et les Jardins ».

Figure 9. « RABAT – Le boulevard El-Alou et les Jardins ».

Source : Carte postale, entre 1920 et 1925 (estimation auteure).

Figure 10. « RABAT – Le Boulevard El Alou ».

Figure 10. « RABAT – Le Boulevard El Alou ».

Source : « Nouvelles Galeries », Rabat, 1925 (estimation auteure).

  • 27 La première version du Guide Bleu du Maroc a été rédigée par Prosper Ricard, chef du Services des A (...)
  • 28 Cette couverture existe encore de nos jours.
  • 29 Une kissaria est un ensemble de boutiques où sont vendus des produits manufacturés. Les kissarias s (...)

19L’application rigoureuse de ces règlements urbanistiques permet à la médina de garder un aspect pittoresque dont les touristes européens sont friands. D’ailleurs, dès les années 1920, des guides touristiques, comme le Guide Bleu du Maroc27, sont édités. Ils proposent des circuits au sein de la vieille ville de Rabat et de la casbah des Oudaïas. Les rues les plus commerçantes ou les plus typiques sont privilégiées. Ainsi le Guide Bleu invite le visiteur à explorer la médina en partant de la rue Souïka pour finir par le Boulevard El Alou après avoir arpenté les rues El Gza, Sidi Fatah et des Consuls avant d’atteindre la place du Souk El Ghezel (Ricard, 1954, pp. 240-243). Pour la casbah des Oudaïas, il est conseillé de se promener d’abord dans le jardin andalou avant de visiter la médersa transformée en Musée des Arts musulmans, de poursuivre par le café maure pour pouvoir ensuite parcourir les ruelles du quartier des Oudaïas. Le tourisme représente un apport financier assez considérable pour la municipalité de Rabat ; c’est pour cette raison que le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques contrôle infatigablement les infractions au règlement de voirie de la médina. Cela n’empêche pourtant pas la rue des Consuls d’être recouverte, en 1922, par un réseau de voûtes en plein cintre, en verre, que soutient une arcature de fer la faisant ressembler à une galerie marchande européenne du XIXe siècle28 (Figure 11). La construction de cette galerie coïncide avec l’édification d’une nouvelle kissaria29 en 1922 (Ricard, 1954, p. 243).

Figure 11. Galerie en verre de la rue des Consuls.

Figure 11. Galerie en verre de la rue des Consuls.

Cliché : M. Théliol, juillet 2010.

20L’électrification de la ville entreprise par les services municipaux n’est pas, non plus, sans poser des problèmes de préservation des paysages urbains, ce que déplore Lyautey lors d’une inspection qu’il effectue à Rabat, en 1922. Il écrit à ce propos :

« Je constate que toute la ligne des remparts [andalous] est écrasée par une gigantesque usine électrique établie sur les remparts mêmes, alors qu’un autre réseau non moins important est établi sur le boulevard [Joffre] en face des murs. Cette ligne de remparts avait été, malgré toutes les difficultés, soigneusement préservée pour en sauvegarder la perspective et le site. C’était vraiment peine inutile, car ni la perspective ni le site n’existent plus, on ne voit plus qu’une immense usine électrique à laquelle des remparts écrasés servent de piédestal » (Lyautey, 1953b, p. 194).

21Les récriminations de Lyautey ont été entendues car, en 1924, la centrale électrique est déplacée, permettant aux remparts de retrouver leur aspect antérieur.

22La promulgation des arrêtés viziriels relatifs à la voirie tant dans la casbah des Oudaïas qu’au sein de la médina de Rabat place donc ces deux espaces sous la responsabilité du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques. Celui-ci en assure l’application par une surveillance étroite des futures constructions avec, quelquefois, l’aide des agents municipaux. Cependant, sur ces mêmes lieux, la municipalité exerce principalement son contrôle sur les aménagements et les réfections de la voirie. Les deux institutions (Services des Antiquités et municipalité) se complètent donc et supplantent les Habous et les agents du Maghzen dans ce qui constituait certaines de leurs fonctions, tout en imposant des règlementations urbanistiques rigoureuses. Ces règlementations vont pourtant être remises en question à partir de 1935 par suite de l’affaiblissement institutionnel du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques, mais surtout à cause des problèmes qu’engendre l’augmentation de la population dans la médina de Rabat.

1935-1956 : les difficultés de préservation des caractéristiques esthétiques et historiques de la médina de Rabat

  • 30 « Dahir du 31 mai 1935 portant suppression du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques et tr (...)
  • 31 La municipalité est chargée de l’enquête avant le classement d’un édifice. Les Habous financent les (...)

23Le 1er juin 1935, le Service des Beaux-Arts et Monuments historiques devient une Inspection des Monuments historiques, des médinas et des sites classés30, composée de deux sections. La première s’occupe du classement et de la restauration des monuments historiques arabo-musulmans en collaborant avec les municipalités et les Habous31. Elle a la charge de remettre en état les remparts classés et les édifices du culte. La seconde section assure la protection urbanistique et architecturale des médinas et des sites en coopérant étroitement avec la direction des Affaires politiques et les municipalités. Elle examine ou fait examiner par ses correspondants régionaux toutes les demandes d’autorisation de bâtir dans les médinas protégées, soit 2 à 3 000 dossiers par an. Les plans et les dessins visés par elle sont parfois rectifiés par ses agents. Le contrôle des constructions est effectué en liaison avec les municipalités qui sanctionnent les infractions. Le service central de l’Instruction publique étudie directement — c’est-à-dire sans recourir aux correspondants régionaux — les projets d’aménagement relatifs aux médinas, ceux des bâtiments publics ou à l’usage du public (Pourquier, 1939, p. 165).

  • 32 ADMR, F142, Rapports annuels du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques, 1914-1942, « Rappo (...)
  • 33 ADMR, C420, « Plan de travaux mis à l’étude pour 1936-1937 à Rabat ».

24Pour pouvoir remplir efficacement son activité de contrôle, l’Inspection commence par demander à ses agents régionaux de sillonner le pays et de noter les différents travaux à effectuer pour chaque médina et monument historique. Ce qu’ils font en juillet et août. Le résultat de l’enquête aboutit à un programme précis qui prévoit la consolidation et l’assainissement des édifices classés. Les premiers à être rénovés sont les remparts fortifiés, car ils sont en très mauvais état. Ensuite viennent les portes qui sont d’abord consolidées puis étanchéifiées32. Ainsi, entre 1936 et 1937, la muraille andalouse bénéficie-t-elle de réfections en maints endroits tandis que l’on en consolide certaines autres parties qui sont en ruine. L’Inspection des Monuments historiques envisage par ailleurs, à la demande de la municipalité, l’aménagement de jardins au pied de ce rempart. Le nettoyage et l’aménagement des abords des portes de l’enceinte sont aussi prévus. Enfin, à Bab El Alou, l’éclairage doit être installé. À la casbah des Oudaïas, une grande partie des remparts sont nettoyés33.

  • 34 Ibidem.

25À partir du début des années 1930, l’activité de l’Inspection des Monuments historiques envisage par ailleurs, à la demande de la municipalité, l’aménagement de jardins au pied de ce rempart. Le nettoyage et l’aménagement des abords des portes de l’enceinte sont aussi prévus. Enfin, à Bab El Alou, l’éclairage doit être installé. À la casbah des Oudaïas, une grande partie des remparts sont nettoyés34.

  • 35 Un fondouk est à la fois un entrepôt de marchandises et un hôtel pour les commerçants de passage da (...)
  • 36 Douar Debagh se situe à 3 km au sud-est du centre de Rabat, près de l’Océan et en direction de Téma (...)

26À partir du début des années 1930, l’activité de l’onuments historiques concernant la préservation esthétique de la médina de Rabat est largement freinée à cause de l’augmentation rapide de la population due à l’arrivée en masse de migrants venus des régions agricoles du Sud du pays. Ce flux de population engendre des problèmes de logement et d’hygiène. Souvent une dizaine de personnes cohabitent dans une seule pièce. Les fondouks35 deviennent des logements permanents pour les immigrés sans famille et qui n’ont pas encore de travail. Ces derniers se regroupent par origine géographique, et vivent à quatre ou cinq par pièce. Les zones non aedificandi situées intra muros constituent des opportunités pour être occupées par des baraquements de fortune (Baron et al., 1937, p. 4). Mais l’immigration rurale est d’une telle ampleur que, en même temps que la population de la médina gonfle, les premiers bidonvilles font leur apparition, tels Douar Debagh et Douar Doum dont l’existence aux marges de la ville nouvelle est attestée dès 193136.

  • 37 CADAN, Région de Rabat, 16MA/108, Mellah, « Lettre du Service municipal n° 286 concernant les trava (...)

27Dans le mellah de Rabat, alors que la population israélite n’a que lentement progressé entre 1921 et 1931, passant tout juste de 600 à 800 habitants, elle explose par la suite, au point que, en 1947, elle atteint 7 500 habitants. Le quartier est absolument incapable d’accueillir une telle masse de population : la densité et la promiscuité atteignent des niveaux insupportables, et leurs effets provoquent, entre autres, des dégradations permanentes de la voirie. Les égouts sont continuellement bouchés, car leur calibre a été calculé pour les besoins de 3 à 4 000 résidents au maximum. La municipalité de Rabat est donc contrainte d’entreprendre des réparations tous les ans. Il faut renouveler régulièrement l’asphalte des rues, notamment celui de la rue principale du mellah37. Certaines familles juives aisées quittent alors la médina et s’installent dans la nouvelle ville de Rabat, notamment dans les rues H. Popp et du capitaine Petitjean (Munoz, 1986, pp. 358-359).

  • 38 « Arrêté viziriel du 26 septembre 1938 portant réglementation d’urbanisme pour la protection artist (...)
  • 39 « Arrêté viziriel du 14 avril 1943 ouvrant une enquête en vue du classement comme monuments histori (...)
  • 40 CADAN, Secrétariat général du Protectorat français du Maroc, 2MA135/habitats, « Note pour Monsieur (...)

28Afin de bloquer les constructions sauvages dans la casbah des Oudaïas, l’Inspection des Monuments historiques prend des mesures qu’elle voudrait draconiennes. En 1938, pour protéger l’intégrité du quartier des assauts des promoteurs, un arrêté viziriel interdit la modification du tracé des rues38. Simultanément, il n’autorise l’édification dans la casbah que de maisons couvertes en terrasses d’une hauteur maximum de 4,50 m. La construction de lanterneaux, de buanderies, de débouchés d’escalier en halle et d’annexes quelconques est prohibée sur les terrasses. Les maisons doivent obligatoirement être construites avec une cour ou un patio intérieur et dans le style local. Les établissements industriels, les fondouks ou hôtels, les établissements commerciaux autres que les boutiques des artisans ou des petits commerçants de légumes, sont interdits à l’intérieur de la casbah. Les installations sanitaires et électriques doivent être contrôlées par l’Inspection des Monuments historiques. Les dispositions de l’arrêté viziriel de 1938 sont renforcées par celles de l’arrêté du 14 avril 1943 qui décide de lancer des études en vue du classement de 19 vestiges de la casbah en tant que monuments historiques39. Cependant, aucun des textes n’a pu limiter l’augmentation de la population dans la casbah, laquelle génère la multiplication des constructions et le percement de nouvelles ruelles. Face à cette situation, en 1944, un arrêté municipal est promulgué. Il institue une taxe de premier établissement de chaussée en vertu de laquelle les propriétaires riverains des nouvelles ruelles sont tenus de payer la moitié des frais de leur aménagement40. Le dahir du 10 novembre 1951 accroît encore ce type de charges : les riverains sont désormais tenus de payer la totalité des frais lorsque les rues ont moins de 12 m de large, ce qui est le cas de toutes celles de la casbah des Oudaïas. En conséquence, ses habitants demandent, en 1952, la promulgation d’un dahir relatif à l’embellissement de la casbah des Oudaïas afin que les frais d’aménagement de la voirie puissent être pris en charge par l’État.

  • 41 « Dahir du 21 juillet 1945 relatif à la conservation des monuments historiques et des sites, des in (...)
  • 42 La direction des Affaires politiques a sous sa tutelle la Section technique de l’Urbanisme et de l’ (...)
  • 43 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1914-1956, 238, Urbanisme, « Esquisse historique de Raba (...)

29Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les autorités tentent encore une fois de revenir à l’ordre ancien en relançant la mise en application des dispositions antérieures. Mais le dahir du 13 février 1914, encore en vigueur, s’avère toujours aussi inapplicable qu’avant la guerre, du fait que la pression démographique sur la médina s’est encore exacerbée durant le conflit et qu’elle continue à s’exercer après celui-ci. Des solutions à cette situation sont recherchées avec la promulgation, le 21 juillet 1945, d’un dahir relatif à la conservation des monuments historiques et des sites, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité, et à la protection des villes anciennes et des architectures régionales41. Celui-ci prévoit, en matière de conservation du patrimoine historique, que la direction de l’Instruction publique, à laquelle est rattachée l’Inspection des Monuments historiques, exerce son action de deux manières différentes. Pour tout ce qui a trait à l’inventaire et au classement des monuments historiques, des sites naturels, historiques et des œuvres d’art, et à la restauration des édifices classés, elle agit seule, les autorités municipales ayant, quant à elles, juste à donner leur avis sur les propositions de classement, sur les enquêtes et sur les sanctions à imposer à ceux qui commettent des infractions au dahir. Pour tout ce qui concerne, par contre, les médinas protégées, la direction des Affaires politiques décide des aménagements ou des modifications urbanistiques sous réserve de l’accord préalable de la direction de l’Instruction publique concernant les qualités esthétiques de ces aménagements. En cas de désaccord entre les deux directions, l’affaire est soumise à l’arbitrage du Résident général du Maroc, étant entendu que l’équilibre entre les deux services administratifs est précaire, car il ne tient qu’à leur bonne entente. Elles ont toutefois la même priorité qui est d’éviter une densification encore plus grande de la médina de Rabat : d’ailleurs, un projet d’extension de cette dernière est étudié en 1947 par le Service de l’Urbanisme42, mais celui-ci privilégie en vérité la construction de quartiers populaires (ouvriers) dans les zones d’activité de la ville européenne, en particulier dans le quartier de l’Océan43.

  • 44 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 235A, Monuments historiques et urbanisme, « Notes sur la (...)

30Cependant, depuis la nomination de Michel Écochard à la direction du Service de l’Urbanisme, les relations avec l’Inspection des Monuments historiques, dirigée par l’historien Henri Terrasse, sont de plus en plus tendues. Écochard et Terrasse sont deux personnalités très différentes et leurs conceptions architecturales et urbanistiques des médinas protégées sont quasiment opposées. Henri Terrasse se situe dans un certain sens dans la continuité des directives de Lyautey ; il considère les médinas comme des monuments historiques qu’il faut protéger dans leur intégrité, et non comme une simple composante d’un ensemble urbanistique auquel il est possible d’apporter des transformations pour peu que l’on respecte les zones protégées. Pour Écochard, par contre, il est essentiel d’ouvrir les médinas, de dégager les monuments historiques, d’y aménager et d’y bâtir des immeubles destinés à des usages collectifs ou individuels, puisqu’il refuse l’édification « de constructions modernes revêtues d’une enveloppe de style traditionnel »44.

  • 45 Au début du Protectorat, le port de Rabat était uniquement destiné aux barques de pêche. Lyautey av (...)
  • 46 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1912-1956, 235A, Monuments historiques et urbanisme, « L (...)

31Cette opposition de points de vue est responsable du blocage, durant plus de six ans, des projets d’aménagement des médinas et, notamment, de celui de classement de l’estuaire du Bou Regreg qui est envisagé dès 1949 (Figure 12). L’Inspection des Monuments historiques souhaitait procéder au classement de ce site afin de prolonger la zone de protection de la médina de Rabat et de limiter, par ce moyen, l’extension des entrepôts qui commençaient à occuper l’espace allant du pied de la Tour Hassan jusqu’aux abords de la casbah des Oudaïas. La Chambre de commerce de Rabat poussait le mouvement dans ce sens en espérant une réouverture du port45. Le Service de l’Urbanisme ne s’y opposait pas, mais prévoyait de limiter son extension afin de dégager des vues vers les Oudaïas46, d’où le désir du classement de l’estuaire. En contrepartie, ce Service proposait d’assécher les zones marécageuses attenantes aux entrepôts déjà existants pour en construire de nouveaux. Henri Terrasse s’y oppose car, pour lui, les abords de la Tour Hassan ne conviennent pas à ce genre de bâtiments.

Figure 12. Plan de protection du site de l’embouchure du Bou Regreg, 1949.

Figure 12. Plan de protection du site de l’embouchure du Bou Regreg, 1949.

CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1912-1956, 235 B, Urbanisme, photos, cartes et plans.

Cliché : M. Théliol, au CADAN (Centre des Archives diplomatiques de Nantes).

  • 47 « Arrêté du directeur de l’instruction publique du 23 janvier 1953 ordonnant une enquête en vue du (...)
  • 48 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1912-1956, 235A, Monuments historiques et urbanisme, « L (...)
  • 49 « Dahir du 13 janvier 1954 portant classement du Site de l’embouchure du Bou Regreg à Rabat », Bull (...)

32Le classement du site de l’estuaire reste en suspens jusqu’à la promulgation de l’arrêté de l’Instruction publique du 23 janvier 1953 qui ouvre une enquête pour mettre en place des zones non aedificandi et non altius tollendi dans les espaces naturels et urbains qui se situent sur les deux rives du fleuve47. Les investigations liées à cette enquête durent trois mois, du 25 février au 27 mai 1953. Elles soulèvent de nombreuses oppositions, notamment de la part des particuliers qui souhaitent que le classement ne porte pas atteinte au projet d’aménagement du port de Rabat et n’entraîne pas de contraintes supplémentaires pour les habitants des zones déjà touchées par les servitudes. Ces dernières affectent les zones comprises entre Bab Zaër et le quartier de l’Aviation sur les terrains qui se trouvent au sud de la bande de protection du Chellah, au carrefour des routes Rabat-Meknès et Salé, dans le secteur entre la route de Salé et le chemin de fer et, enfin, dans la zone marécageuse au sud du mellah de Salé. Malgré les craintes des riverains, l’Inspection des Monuments historiques ne fait aucune concession ; bien au contraire, elle invite les particuliers qui feraient opposition à demander une indemnisation pour compenser les restrictions que leur imposerait le classement. Toutefois, la question du dédommagement n’est pas traitée directement par les Monuments historiques mais par le Service de l’Urbanisme48. Finalement, le site de l’embouchure du Bou Regreg sera classé par le dahir du 13 janvier 195449. Ce dernier apporte quelques changements au projet de classement de 1949 : l’espace qui s’étend de l’estuaire du fleuve jusqu’à Sidi Makhlouf comprendra une zone non altius tollendi, dont une servitude de 8 m entre la falaise et la médina au niveau du mellah ; les zones marécageuses seront protégées, tandis qu’une zone non aedificandi englobera le Chellah et l’espace allant de la nécropole mérinide à la route des Zaërs. En ce qui concerne le projet d’aménagement de l’autoroute au sud de Rabat, l’Inspection des Monuments historiques a eu gain de cause, puisque cet axe ne pourra être réalisé que si son tracé est distant de 400 m, en direction du sud, ce qui devrait suffire à garantir le pittoresque du site. Finalement, le classement du site de l’embouchure du Bou Regreg aura pour effet de neutraliser tous les projets de construction de part et d’autre du fleuve pour une très longue durée, puisqu’il faudra attendre le commencement du XXIe siècle pour assister au lancement du grand projet royal d’aménagement de la vallée du Bou Regreg.

33La préservation de l’architecture marocaine tant voulue par Lyautey est imposée à Rabat dès les années 1914 avec le classement de ses remparts, des portes monumentales et de la casbah des Oudaïas pour des raisons esthétiques, historiques et touristiques. Tandis que le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques s’occupe de l’entretien des édifices habous classés et de la surveillance de la médina, la municipalité se charge de faire respecter l’hygiène et de maintenir la voirie en bon état tant dans la vieille ville que dans la ville nouvelle. Les actions de ces deux institutions coloniales sont pourtant fortement contrariées lorsque la poussée démographique dans la médina devient trop forte et que la densité y atteint des niveaux élevés. La situation de surpopulation oblige les deux services à appliquer les sanctions prévues afin de faire respecter les règlements urbanistiques. Cependant, l’Inspection des Monuments historiques se heurte à partir de 1947 au Service de l’Urbanisme dirigé par Michel Écochard, lequel souhaite que les médinas ne soient plus l’objet d’une préservation totale, permettant ainsi leur ouverture à la modernité et notamment à la réalisation de projets sociaux. L’opposition des deux Services a pour principal effet de bloquer certains projets pour une période de plusieurs années. Si la tentative d’Écochard de moderniser l’urbanisme des médinas échoue, elle n’en aboutira pas moins à la réalisation de « nouvelles » médinas, quartiers créés ex nihilo destinés aux populations marocaines (Cohen et Eleb, 2004, pp. 201-210). Ces opérations, amorcées dès les années 1950, ne seront achevées qu’après l’indépendance du Maroc en 1956.

  • 50 BNF (Bibliothèque nationale de France), Dossiers d’archives d’Odette du Puigaudeau, UNESCO, Museum, (...)

34Dans les années 1960, la médina de Rabat n’est pas délaissée, le nouveau Service des Monuments historiques, des Arts et du Folklore s’en préoccupe en maintenant les réglementations établies sous le Protectorat. Il est aidé en cela par des agents de l’UNESCO qui effectuent des missions de reconnaissance au Maroc pour compléter l’inventaire et parfaire les connaissances relatives aux sites urbains et naturels, aux Monuments historiques, aux sites archéologiques, aux musées, aux bibliothèques et aux traditions, coutumes et musiques du pays, afin de mettre en place un programme pour les préserver et les protéger. Leur tâche consiste aussi à former les Marocains aux techniques de conservation50. Cette coopération avec l’UNESCO fonctionne toujours. En juin 2012, Rabat a été inscrite au Patrimoine mondial de l’Humanité. Ce classement englobe à la fois la médina et la ville nouvelle. C’est un cas unique au Maroc, car les sept autres villes déjà inscrites sur cette même liste ne le sont que pour leurs zones historiques arabo-musulmanes ou portugaises. Cette inscription de Rabat participe ainsi à la reconnaissance des œuvres architecturales de la période coloniale et ouvre à la capitale du Maroc de réelles opportunités touristiques, car, jusqu’à présent, elle a été largement délaissée par les tours opérateurs et les visiteurs qui lui préféraient les autres villes impériales ou les villes côtières du Sud du Maroc.

Haut de page

Bibliographie

Ayache A., 1956, Le Maroc, bilan d’une colonisation, Paris, Éditions Sociales, préface de J. Dresch.

Baron R., Huot J. et Paye L., 1937, « Logement et loyers des travailleurs indigènes à Rabat-Salé », Bulletin économique et social du Maroc, n° 15, janvier, pp. 3-19.

Cohen J.-L. et Eleb M., 2004, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure humaine, Paris, Hazancoll, coll. « Architecture/Urbanisme », 478 p.

Direction générale de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Antiquités, 1931, Service des Beaux-Arts et Monuments historiques. Historique 1912-1930, Paris, publié à l’occasion de l’Exposition coloniale de Paris.

Dupont I., 1972, Architecture et urbanisme à Rabat et Casablanca sous le Protectorat au temps du Général Lyautey, Mémoire de maîtrise en Histoire de l’Art, sous la dir. de P. Jullian, Univ. Paris-1.

Fadili-Toutain R., 2010, « Historique de la sauvegarde par la législation », in Cattedra R., Garret P., Miller C. et Volait M. (dir.), Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains. Exemples marocains, libanais, égyptien et suisse, Beyrouth/Rabat, Presses de l’IFPO. En ligne : http://books.openedition.org/ifpo/864

Lyautey L.H., 1953a, Lyautey l’Africain, tome I, 1912-1913, Paris, Plon.

Lyautey L.H., 1953b, « Note au sujet de Rabat, 2 avril 1922 », Lyautey l’Africain, tome IV, 1920-1925, Paris, Plon.

Mahé Y., 1936, L’extension des villes indigènes au Maroc, Bordeaux, Imprimerie J. Bière.

Malka J.-P., 2002, Rabat hier et aujourd’hui, Rabat, Marsam.

Mercier L., 1906, « Rabat : description topographique», Archives marocaines, tome VII, pp. 297-319.

Munoz S., 1986, Monographie historique et économique d’une capitale coloniale, Rabat, de 1912 à 1939, Thèse de doctorat d’État es-Lettres et Sciences humaines, sous la dir. de André Nouschi, Univ. de Nice.

Pourquier R., 1939, « La constitution administrative du Maroc », L’Encyclopédie coloniale et maritime, fascicule 17, pp. 165-167.

Ricard P., 1954, Guide Bleu du Maroc, Paris, Hachette, 522 p.

Théliol M., 2008, Le regard français sur le patrimoine marocain : conservation, restauration et mise en valeur de l’architecture et de l’urbanisme des quatre villes impériales durant le Protectorat (1912-1956), Thèse de doctorat en Histoire de l’Art, sous la dir. de D. Jarrassé, Univ. de Bordeaux-III.

Wilbaux Q., 2001, La médina de Marrakech. Formation des espaces urbains d’une ancienne capitale du Maroc, Paris, L’Harmattan, 384 p.

Haut de page

Notes

1 La médina est l’ancienne ville arabo-musulmane et la ville nouvelle a été créée par les Français durant les premières années du Protectorat. Au Maroc, les villes nouvelles sont érigées à une distance variable des médinas, auxquelles elles sont reliées par de larges avenus. À Rabat et à Casablanca, la ville nouvelle jouxte la médina, tandis que là où les principes d’urbanisme de Lyautey ont pu être appliqués très tôt, les deux entités urbaines sont nettement séparées (Fès, Meknès, Marrakech, etc.).

2 La médina comporte des quartiers d’habitations, des quartiers commerçants et le mellah. Le nombre de 11 quartiers a été établi par Mercier en fonction des caractéristiques qu’il leur accorde. Mais pour les habitants de Rabat, le nombre de quartiers peut varier entre 5 et 8 (Mercier, 1906, p. 309).

3 ADMR (Archives du Maroc à Rabat), Secrétariat général du Protectorat, A1466/rapports mensuels de la municipalité de Rabat entre 1912 et 1917, « Rapports du capitaine Riottot, chef du Service municipal de la ville de Rabat, des 31 janvier 1914 et 31 mars 1914 pour les mois de janvier et mars 1914 ».

4 ADMR, Direction des affaires chérifiennes, Contrôle des Habous, H38, Travaux de réparation des immeubles et d’édifices de culte, travaux d’assainissement et de conduite d’eau à Rabat entre 1913 et 1924, « Lettre du Capitaine Riottot, du 7 mars 1914, au directeur général des Habous : obligation de désinfecter et blanchir les asiles, marabouts, latrines et autres immeubles pouvant dépendre de son administration afin de limiter tout type d’épidémie ».

5 Le vizirat des Habous est mis en place à la suite de la promulgation du décret chérifien du 4 août 1915. Ce service a pour but de surveiller et de contrôler la gestion et la comptabilité des biens habous privés, publics ainsi que ceux des édifices du culte.

6 AMDR, Secrétariat général du Protectorat, A1782/rapports mensuels de la municipalité de Rabat entre 1918 et 1921, « Rapports du contrôleur civil, chef du service municipal de la ville de Rabat, La Casinière, du 18 février 1919 pour le mois de janvier 1919 ».

7 ADMR, Secrétariat général du Protectorat, A1466/rapports mensuels de la municipalité de Rabat entre 1912 et 1917, « Rapports du Capitaine Riottot, chef du service municipal de la ville de Rabat du 31 janvier 1914 pour le mois de janvier 1914 ».

8 « Dahir du 22 juin 1914 portant classement comme Monuments historiques des enceintes de la ville de Rabat », Bulletin officiel du Maroc, 17 juillet 1914, pp. 587-588

9 « Dahir du 1er mars 1922 portant classement d’une zone de protection le long des remparts de Rabat, entre Bab Teben et Sidi Makhlouf », Bulletin officiel du Maroc, n° 489, 7 mars 1922, p. 410. Sidi Makhlouf est une place qui se situe à l’est du mellah, et qui fait face au fleuve Bou Regreg.

10 ADMR, F140, Direction de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Monuments historiques, rapports de 1921 à 1931 : rapport du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques de l’année 1929. À partir de 1920, le Service des Antiquités est séparé du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques et placé sous la tutelle de la Direction de l’Instruction publique. Le Service des Beaux-Arts et Monuments historiques devient alors le Service des Monuments historiques, Palais impériaux et Résidences, du moins jusqu’en 1924, date à laquelle l’institution retrouve son ancienne appellation. L’évolution du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques est très bien détaillée dans l’article de R. Fadili-Toutain, 2010.

11 La médersa est une résidence pour les étudiants qui viennent s’instruire dans une mosquée khotba ou du vendredi. Ce type de mosquée contient une chaire (minbar) où l’imam prêche les leçons du Coran tous les vendredis. Les médersas sont situées dans les médinas et toujours très proches des mosquées les plus prestigieuses.

12 « Dahir du 11 juin 1914 classant comme monuments historiques certaines parties de la casbah des Oudaïas à Rabat », Bulletin officiel du Maroc, n° 86, 19 juin 1914, p. 454.

13 Terme utilisé sous le Protectorat pour désigner des portes possédant un à quatre coudes.

14 ADMR, F142, Rapports trimestriels du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques entre 1914 et 1942, « Rapport du troisième semestre de 1918 ».

15 Archives privées de Joseph de la Nézière, « Marché de gré à gré entre le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques et l’entrepreneur Mohammed Bel Hadj » Un marché de gré à gré est un marché conclu directement avec un seul entrepreneur. Normalement, plusieurs entreprises doivent être sollicitées (par appel d’offres) par le Service commanditaire avant qu’un accord ne soit conclu avec l’une d’entre elles. Le Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques utilise presque exclusivement le marché de gré à gré car il estime connaître les artisans susceptibles de réaliser les restaurations avec un maximum d’habilité et de compétences. Joseph de la Nézière est un peintre orientaliste qui a travaillé au sein du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques, de 1914 à 1923, en tant qu’adjoint de Maurice Tranchant de Lunel. Il a été le chef du Service des arts indigènes dès 1918. Ses archives et une grande partie de ses œuvres sont aux mains de la famille de la Nézière. Elles sont consultables sur demande.

16 ADMR, F119, Dossier relatif aux Oudaïas, « Bordereaux de prix supplémentaires pour la démolition de maçonnerie de moellons, de nettoyage de matériaux et transport des décombres à la décharge publique », Rabat, 4 octobre 1916.

17 ADMR, F119, Dossier relatif aux Oudaïas, « Bordereaux des prix supplémentaires pour les murs de soutènements et les allées du jardin », Rabat, 12 octobre 1916.

18 ADMR, F142, Rapports trimestriels du Service des Antiquités, Beaux-Arts et Monuments historiques, « Rapport du deuxième trimestre de 1919 ».

19 « Arrêté viziriel du 31 janvier 1922 portant règlement de voirie et de construction pour le quartier de la ville de Rabat dit “Casbah des Oudaïas” », Bulletin officiel du Maroc, n° 406, 14 février 1922, pp. 274-275.

20 La réfection complète de la place du Souk el Teben a permis l’aménagement, en juillet 1914, d’un nouveau marché d’alimentation. Ce dernier a été construit par les Français.

21 « Arrêté du directeur général de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Antiquités relatif à l’ordonnance architecturale des immeubles du terre-plein de la place du marché à Rabat », Bulletin officiel du Maroc, n° 661, 23 juin 1925, pp. 1081-1082.

22 Ibidem.

23 « Dahir du 10 novembre 1924 portant déclassement d’une partie de la muraille de la médina de Rabat dite “muraille andalouse” », Bulletin officiel du Maroc, n° 632, 2 décembre 1924, pp. 1798-1799.

24 « Arrêté viziriel du 8 juillet 1922 portant règlement de voirie pour la médina de Rabat », Bulletin officiel du Maroc, n° 509, 25 juillet 1922, p. 1190.

25 Selon les vœux de Lyautey, la médina de Rabat doit être un lieu d’habitat pour les Marocains uniquement. Les Européens doivent quitter la cité ancienne et leurs logements pour s’installer dans la nouvelle ville française qui se construit entre la médina et l’Agdal. Dans l’ensemble, les décisions du Résident général sont respectées, mais certains Européens font de la résistance et des commerces appartenant à certains d’entre eux persistent à se maintenir au sein de la médina.

26 Le boulevard El Alou a été aménagé dès 1912 par les Français et ce sont eux qui s’y sont établis les premiers, dans les logements et les commerces, et y sont demeurés majoritaires jusqu’en 1925 environ. À partir de cette date, ils se sont délocalisés en ville nouvelle car cette dernière était plus attractive pour le commerce. Ce sont alors les habitants de la médina qui ont investi les locaux laissés libres par les Français et qui y ont à leur tour ouvert des commerces.

27 La première version du Guide Bleu du Maroc a été rédigée par Prosper Ricard, chef du Services des Arts indigènes à partir de 1923. Elle a été publiée en 1919. Ce guide sera réédité chaque année dans des versions régulièrement complétées ou mises à jour par son auteur.

28 Cette couverture existe encore de nos jours.

29 Une kissaria est un ensemble de boutiques où sont vendus des produits manufacturés. Les kissarias se situent toujours au sein d’une médina.

30 « Dahir du 31 mai 1935 portant suppression du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques et transférant ses attributions à d’autres autorités », Bulletin officiel du Maroc, 7 juin 1935, p. 850

31 La municipalité est chargée de l’enquête avant le classement d’un édifice. Les Habous financent les travaux de restauration des différents monuments historiques qu’ils détiennent comme les mosquées et les médersas.

32 ADMR, F142, Rapports annuels du Service des Beaux-Arts et Monuments historiques, 1914-1942, « Rapports de mission de l’Inspection des monuments historiques, médinas et sites classés, à partir du 1er juin 1935 ».

33 ADMR, C420, « Plan de travaux mis à l’étude pour 1936-1937 à Rabat ».

34 Ibidem.

35 Un fondouk est à la fois un entrepôt de marchandises et un hôtel pour les commerçants de passage dans une ville.

36 Douar Debagh se situe à 3 km au sud-est du centre de Rabat, près de l’Océan et en direction de Témara. Le bidonville squatte deux terrains appartenant à des particuliers, tandis que le troisième est un bien habous. Douar Doum s’est développé derrière le quartier de l’Aviation, près des ruines du Chellah sur un terrain appartenant au Pacha. En 1936, le Douar Debagh est habité par 15 000 personnes dont 9 000 provenant de régions situées au sud de Marrakech, 4 000 de la Chaouïa et 2 000 de diverses autres régions marocaines. À la même époque, le Douar Doum aurait compté 2 000 personnes. Tous les habitants de ces bidonvilles — leur désignation par le terme « douar » ne signifie pas qu’il s’agit de petits regroupements ruraux — sont de condition sociale modeste, voire très modeste (Mahé, 1936, p. 41).

37 CADAN, Région de Rabat, 16MA/108, Mellah, « Lettre du Service municipal n° 286 concernant les travaux à faire au mellah de Rabat », datée du 7 juillet 1947.

38 « Arrêté viziriel du 26 septembre 1938 portant réglementation d’urbanisme pour la protection artistique du quartier de la ville de Rabat dit “Casbah des Oudaïas” », Bulletin officiel du Maroc, n° 1361, 25 novembre 1938, pp. 1596-1597.

39 « Arrêté viziriel du 14 avril 1943 ouvrant une enquête en vue du classement comme monuments historiques des vestiges de la casbah des Oudaïas », Bulletin officiel du Maroc, n° 1598, 11 juin 1943, p. 461. Il s’agit de l’enceinte de la casbah comprenant la porte monumentale, les autres portes, les fortifications et leurs annexes, remparts, tours, bastions, du mur intérieur almohade, de la sqala située au nord-ouest, de la plate-forme du sémaphore, ses souterrains et vestiges apparents au niveau du sol, de l’entrepôt de Moulay Yezid, des souterrains à usage de cave au sous-sol des propriétés Legard (Dar Baraka) et Archieri, du bordj circulaire dit « Tour des pilotes » ou « Bastion de l’embouchure », de la M’doura, du heri, près de la Tour des pirates, des ruines voisines et du départ de l’escalier des pirates, des souterrains au-dessous de la maison en ruine de Si El Hadj Thami El Glaoui, pacha de Marrakech ; et du chaînage du mur rond de cette maison, de l’escalier couvert, des restes d’un mur (chaînage d’angle) rue Jemâa, à 14,20 m de l’angle de l’impasse, des ruines à l’angle de la rue Bazzou et d’une impasse près de la propriété nouvelle, des restes d’une grande porte dans l’impasse débouchant rue des Ouled Ahmta, des bâtiments du musée et du jardin andalou, d’un magasin rectangulaire accolé à l’intérieur du mur d’enceinte, à l’angle sud du jardin, d’un autre magasin rectangulaire, accolé à l’extérieur du mur d’enceinte sur la place du Souk El Ghezel, des vestiges d’un ancien mur, place du Souk El Ghezel et, enfin, d’un pan de mur en pisé, près de la porte monumentale à l’intérieur de l’enceinte.

40 CADAN, Secrétariat général du Protectorat français du Maroc, 2MA135/habitats, « Note pour Monsieur le Résident général concernant la prise en charge de l’État marocain d’une taxe de premier établissement des monuments historiques dit “Casbah des Oudaïas” », datée du 10 mars 1952.

41 « Dahir du 21 juillet 1945 relatif à la conservation des monuments historiques et des sites, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité, et à la protection des villes anciennes et des architectures régionales », Bulletin officiel du Maroc, n° 1713, 24 août 1945, p. 571.

42 La direction des Affaires politiques a sous sa tutelle la Section technique de l’Urbanisme et de l’Architecture qui, le 17 avril 1947, prend son autonomie sous le titre de Service de l’Urbanisme et de l’Architecture, puis sous celui de Service de l’Urbanisme. Ce dernier sera dirigé à partir de 1947 par l’architecte et urbaniste Michel Écochard.

43 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1914-1956, 238, Urbanisme, « Esquisse historique de Rabat-Salé entre 1910 et 1948 ».

44 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 235A, Monuments historiques et urbanisme, « Notes sur la réunion du 30 octobre 1947, au Secrétariat général à Rabat, au sujet des questions d’urbanisme relatives aux médinas classées ».

45 Au début du Protectorat, le port de Rabat était uniquement destiné aux barques de pêche. Lyautey avait envisagé de le développer en construisant un immense quai pour accueillir des bateaux de commerce mais le port de Rabat a vite été concurrencé (dès 1919) par celui de Casablanca. Par ailleurs, un bac à vapeur reliant Rabat à Salé avait été mis en service dès les premières années du Protectorat afin de transporter hommes, chevaux et véhicules d’une rive à l’autre du Bou Regreg. Son activité cessa en 1936. Le port de Rabat redevint alors un port de pêche et de plaisance à très faible trafic et activité, ce qu’il demeura jusqu’à nos jours.

46 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1912-1956, 235A, Monuments historiques et urbanisme, « Lettre du directeur de l’Intérieur au Secrétaire général du Protectorat », 5 janvier 1950, à propos de la protection des sites et médinas.

47 « Arrêté du directeur de l’instruction publique du 23 janvier 1953 ordonnant une enquête en vue du classement du site de l’embouchure du Bou Regreg (Rabat-Salé) », Bulletin officiel du Maroc, n° 2101, 30 janvier 1953, pp. 149-150.

48 CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1912-1956, 235A, Monuments historiques et urbanisme, « Lettre du directeur de l’Instruction publique et inspecteur des Monuments historiques, le 26 décembre 1953, au Secrétaire général du Protectorat concernant le dossier d’enquête sur le classement du site du Bou Regreg à Rabat-Salé ».

49 « Dahir du 13 janvier 1954 portant classement du Site de l’embouchure du Bou Regreg à Rabat », Bulletin officiel du Maroc, n° 2154, 15 février 1954, p. 179.

50 BNF (Bibliothèque nationale de France), Dossiers d’archives d’Odette du Puigaudeau, UNESCO, Museum, janvier 1964, extrait des rapports de mission de F.J. Gysin et H.J. Plenderleith de mai 1962. Odette du Puigaudeau (1894-1991) s’établit à Rabat en 1961 ; elle y réalisa pour la radio des émissions culturelles de 1961 à 1962, devint documentaliste au ministère de l’Information en 1963, puis chef du bureau de Préhistoire au Musée des Antiquités de Rabat de 1970 à 1977.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Plan de la médina de Rabat, 1912-1913.
Crédits Cartographie : M. Théliol, d’après Plan de 1909 et Google Maps, 2013.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 2. « RABAT - La rue Souïka et la mosquée ».
Crédits Source : Carte postale, 1920 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 3. « RABAT - Fontaine publique Rue Souïka ».
Crédits Source : Carte postale. « Le Maroc illustré », 1914-1915 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 4. La casbah des Oudaïas, 1940.
Crédits Cartographie : M. Théliol, d’après plan de Jacques Caillé, 1943.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 5. « RABAT - Porte de la Casbah des Oudaïas ».
Crédits Source : Carte postale, 1918-1920 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 6. « RABAT - Remparts et Jardins des Oudaïa – LL ».
Crédits Source : Carte postale LL (Frères Lévy), 1920 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 7. « RABAT – La Ville arabe et le marché municipal ».
Crédits Source : Carte postale, 1930 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 8. « RABAT – Cimetière de l’Alou ».
Crédits Source : Carte postale, 1914-1915 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 9. « RABAT – Le boulevard El-Alou et les Jardins ».
Crédits Source : Carte postale, entre 1920 et 1925 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 10. « RABAT – Le Boulevard El Alou ».
Crédits Source : « Nouvelles Galeries », Rabat, 1925 (estimation auteure).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 11. Galerie en verre de la rue des Consuls.
Crédits Cliché : M. Théliol, juillet 2010.
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 12. Plan de protection du site de l’embouchure du Bou Regreg, 1949.
Légende CADAN, Secrétariat général du Protectorat, 1912-1956, 235 B, Urbanisme, photos, cartes et plans.
Crédits Cliché : M. Théliol, au CADAN (Centre des Archives diplomatiques de Nantes).
URL http://emam.revues.org/docannexe/image/548/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mylène Théliol, « Aménagement et préservation de la médina de Rabat entre 1912 et 1956 », Les Cahiers d’EMAM, 22 | 2014, 47-70.

Référence électronique

Mylène Théliol, « Aménagement et préservation de la médina de Rabat entre 1912 et 1956 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://emam.revues.org/548 ; DOI : 10.4000/emam.548

Haut de page

Auteur

Mylène Théliol

Docteure en Histoire de l'Art contemporain, Centre François-Georges Pariset, Histoire de l'Art, EA 538, Université de Bordeaux-III

mylenetheliol@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page